le stage de bernard leblanc-halmos « élan créateur »

Commentaires

Transcription

le stage de bernard leblanc-halmos « élan créateur »
LE STAGE DE BERNARD LEBLANC-HALMOS
« ÉLAN CRÉATEUR » - AOÛT 2006
A
vez-vous déjà éprouvé de la joie ? Je parle de ce sentiment qui agrandit
l’espace en riant à l’intérieur de vous…..
Bernard Leblanc-Halmos est un maître qui ouvre les mots comme des
fenêtres et vous apprend à regarder.
Par exemple, « plaisir » et « place » proviennent de « placere », aussi ne peut-on
voir un lien entre « ne plus prendre de plaisir » et « ne plus être à sa place » ?
Nouvelle lumière par l’étymologie. Retour à l’es/sen/tiel. Tels des êtres vivants, ces
mots vous réaniment, car c’est bien de vie qu’il s’agit. Et bien souvent, il m’a
semblé lors de ce stage, les entendre pour la première fois et comprendre leur
secret, leur sacré !
Une rencontre comme une retrouvaille avec la vie, avec soi, avec l’autre.
Soudain, on devient conscient que frustration et désarroi ne sont que le masque
inversé, le moteur d’une puissance créatrice toujours à notre disposition : le
danseur sait que sans « chute », sans retombée, il n’est point de relève. La grâce
est dans l’élan, le mouvement. Vous aussi, vous comprenez alors qu’en traversant
ce qui à priori affole ou afflige, on se découvre tel qu’on n’était pas, vitalité et
magie du mouvement vous mettant au monde sans cesse.
La résonance prime sur le raisonnement et l’on s’ouvre à la vie qui nous propose
d’autres possibilités non encore explorées : l’huître perlière devient un modèle ;
plus que toi, plus que moi, plus que nous tous, c’est ce qu’on ose créer qui nous
anime, voyage incessant entre les êtres.
On devient flexible et conscient que même démuni, on est toujours capable, au lieu
de plaider coupable, de « plaidez capable » !
Ne pas savoir devient un trésor, car tout est possible. En se présentant de plus
en plus à l’inconnu, la confiance s’accroît. Des arborescences illuminent nos
cieux endormis quelques instants plus tôt, simplement parce qu’on y est allé :
« allez hop ! » c’est l’élan qui compte, l’œuvre semble s’accomplir d’elle-même …
Comme l’obscurité donne le jour, vous vous émerveillerez de la transmutation
possible des défauts en qualités. Vous apprendrez comment « casser la routine »
en faisant les choses comme jamais, là où parfois les gestes et les situations
semblaient se répéter.
Par le jeu, l’humour, la magie d’instants toujours neufs, on expérimente : sculpture,
danse, poésie, musique deviennent les moyens d’un art plus grand encore : celui de
la vie.
Les rêves sont possibles, comme des cerfs volants dont vous tenez à nouveau le
fil. Mais, le plus étonnant naît de la surprise de moments inattendus, inoubliables.
Soudain, je le comprends et le vis : souffrance et peur sont deux petites sœurs ;
elles me tirent par la manche pour me servir ; elles veulent devenir tremplin pour
que je prenne appui sur elles afin de créer, de danser ma propre vie, de la colorer.
L’inconnu s’ouvre devant mon regard alors réjoui.
Dans le silence ou la parole, je suis toujours reliée par la ligne de cœur. Les plus
grandes difficultés deviennent les plus grandes sources d’inspiration. Je
découvre, dans le cri intérieur de la grisaille, la beauté et l’infini d’une palette de
couleurs qui m’appellent et me parlent de la vie.
C’est le premier pas.
Mais les mots ne remplaceront jamais la force du vécu. Alors, venez !
Si vous n’avez jamais dansé votre vie,
ou même osé penser que cela puisse être,
si vous avez perdu le chant intérieur de plénitude, de grâce, de gratitude, venez !!
Je peux en témoigner.
C’est plus qu’un stage,
car ici,
l’art majeur transmis, partagé dans la magie,
C’EST LE GRAND ART DE LA VIE
— HÉLÈNE JORDAN - 34 ANS
!

Documents pareils