Téléchargez - Vibration Clandestine

Commentaires

Transcription

Téléchargez - Vibration Clandestine
Septembre/octobre
2012
le
L’effervescence culturel
#
22
Magazine gratuit - 1000 Points de distribution 8 Départements RHÔNE-ALPES
Do not litter on the street
Dane > 10-11
la tannerie
www.la-tannerie.com
prog, e-billetterie, compil’ du trimestre, videos, actus…
Jeudi 20 septembre
Ouverture de saison
Samedi 22 septembre
Body/Head avec Kim Gordon
(Sonic Youth) & Bill Nace
+ FiliaMotSa [rock noise]
ouverture des portes 19h30 - début du concert 20h
1er cloître du Monastère royal de Brou. bourg-en-bresse
repli à la Tannerie en cas de pluie
Samedi 29 septembre
Daby Touré +
Farafina Couleurs & Wharma [world]
ouverture des portes 20h30-début du concert 21h
Mercredi 17 octobre
Popa Chubby [blues rock]
ouverture des portes 19h - début du concert 19h30
prévente 22€ / soir du concert 25€
Mercredi 7 novembre
The Excitements + Final Squeak
[soul funk]
ouverture des portes 19h - début du concert 19h30
chaque jeudi :
ork, un open mic,…
un concert, un afterw
m / infoline 04 74 21BR04ES55
www.la-tannerie.co
SE
BOURG-EN123 PLACE DE LA VINAIGRERIE 01
Sortie du prochain numéro le 5 novembre
#
22
Edito
koozing 4 Assoc. In
alorda
5 Chloé Cott
rme
6 Cie Epide
8 Tidru
phie [...]
Atelier de Sérigra
re
Grisaille et sculptu
aine
Danse contempor
re
Sculpture / Peintu
Comment écrire un édito ?
Tiens, bonne question, ça vaudrait le coup de demander à d’autres
professionnels du genre pour qu’ils nous donnent leur avis. Pour ma
part, je n’ai aucune recette toute faite, par contre je veux bien vous
faire une description de ma méthode en temps réel.
Premièrement, choisir une bande son pour accompagner l’écriture.
Pour cette rentrée c’est facile, nous écoutons en boucle depuis 2 mois
le vinyle que nous allons bientôt sortir, Vibration Clandestine 01. C’est
important pour nous car le label reprend du service, et oui Vibration
Clandestine à la base, il y a 8 ans, c’était un label qui œuvrait sur CD.
Ensuite penser aux lecteurs qui vont le lire, sans se mettre la pression. En ce qui nous concerne, d’après une étude réalisée par nos
soins au mois de mai dernier, vous êtes en moyenne 65 000. Juste
ce qu'il faut pour un début d’angoisse. Enfin, 2 choses importantes,
maîtriser ses émotions pour ne pas parler seulement de ce qui nous
interpelle, et ne jamais oublier qu’il y a 1 mois entre ce que l’on écrit
et ce que vous lisez. Si je ne respectais pas ces 2 points, je ne serais
jamais loin de l’incitation à l’émeute et à la révolte, tout en ayant
toujours un wagon de retard.
Accessoirement, ne pas oublier de donner un aperçu du contenu
des pages qui suivent, tout en prenant en considération la période
de sortie du magazine. Oui, c’est comme si j’oubliais de vous parler
des artistes présentés dans le magazine de la rentrée. Des collectifs,
des hommes et des femmes qui encore une fois, vous inviteront à
prendre place dans le vaisseau de la découverte, destination leur
imagination sans fin.
Voilà, je ne pourrais sûrement pas faire l’impasse sur cette partie,
et comment ne pas parler de la rentrée, fin de l’été, des vacances,
les lancements de saison, bref des sujets à mentionner. Idéalement,
écrire des choses compréhensibles, être explicite, éviter les textes
à rallonge et surtout ne jamais attendre le dernier moment pour
rendre son édito. Voilà, on discute mais mon édito de rentrée n’est
du coup toujours pas rédigé. Dehors le soleil brille, la motivation
s’estompe, et les mails de relance pour ce fichu texte s’empilent dans
ma boite mail, il faut que je réagisse…
Le mieux c’est que je souffle un peu, le repos fait partie du travail.
Arti
ste
s!
Je nMi’
10-11
14-15
Dane
éatoire
Figuratif al
12-13
Les Frères Pari
sh
pra
Labels Fep
French hiphop ele
ctro
Chanson folk
/ Rock
a Sana
16 Yasmin
frontière
Chanson sans
k
c
a
rb
a
B
e
d
s
18 Les Ogre
Littérature
ly
a
c
a
P
l
a
19 Pasc
Psytrance
ck
20 Driss
Popsoukoussro
jo
d
n
21Kana
Electronica
t
cre
22 San/Se
um
24 Planétari
des Villes d’Eaux
25 la Route
nac
L’Aven d’Org
in
de Vaulx-en-Vel
l
du Massif Centra
Ardèche
26
atif, non subventionnée. Ce
ociation loi 1901 à but non lucr
ass
une
la culture
est
tine
des
Clan
n
Vibratio
des artistes et de diffuser
r but d’assurer la promotion
magazine autofinancé a pou
s.
Alpe
en Rhône-
eur
eep
30 B
pour apparaître dans le magazine
contactez nous sur :
[email protected]
Contact pub et partenariat :
[email protected]
06 03 31 79 42
Contact artistes :
[email protected]
Contact distribution :
20 000 exemplaires, 1000 points de distribution [email protected]
Directrice de publication : Léonor Guimier
8 départements du Rhône-Alpes + Webzine
Conception graphique : www.mille-patte.com
Vibration Clandestine Édition
Correction/relecture : Nan, Fan et Grégory
209, rue du vieux Clet - 30410 Meyrannes
"L’effervescence culturelle"
04 11 84 00 45
www.vibrationclandestine.com
[email protected]
f vibrationclandestine
Contact promo Feppra :
Vibration Clandestine Distribution
[email protected] - 04 26 64 23 38
400 points public + 600 points pros :
1000 points de distribution raisonnés et certifiés Les articles et photos publiés engagent la
par la société SITEL,
responsabilité de leurs auteurs.
Imprimerie : Imp’act impression
Tous droits de reproduction réservés.
imprimerie écologique - IMPRIM’VERT ®
Remerciements : DaFont.com
Principaux collaborateurs et rédacteurs :
Magazine gratuit
Fan, Nan, Grégory, Fanny, Laétitia, Pierre, Laura, © 2006 Vibration Clandestine
Leslie, Vincent, Olivier, Sébastien, Jess, Thomas, Magazine et association non subventionnés.
Julien et sa tribu, Dav', Léo, Jean-Mi, Zoé & Soan.
Dépôt légal : 2008 - I.S.S.N : 1961-4985
4
Interview de l’association Inkoozing par Vibration Clandestine
Alors Inkoozing ! Qui-est-ce qui peuple cette association et
quels sont leurs objectifs ?
Tout d'abord, les membres fondateurs : Claudie, Emica, JellyJay, Maelström et Unink, qui forment le noyau dur de l'association. Leur principale motivation est d'être le moteur d'une belle
aventure faite de rencontres et d'émulation créative. Ensuite, les
membres actifs : ce sont les bénévoles qui s'investissent dans
l'association, notamment lors des événements extérieurs, et les
créateurs qui proposent des visuels que l'on décline sur textile, et
que l'on propose à la vente en boutique. Ils sont indispensables
à la visibilité de l'association. Il y a également les adhérents, qui
font appel aux services de l'association ou utilisent l'atelier pour
réaliser leurs propres projets. Enfin, les deux salariées, qui gèrent
toutes les activités et font évoluer l'association au quotidien.
Comment expliqueriez-vous cette passion commune pour le
monde de la sérigraphie ?
Trois des membres fondateurs se sont rencontrés à l'école des
Beaux-Arts de Saint-Étienne où ils ont découvert la sérigraphie.
Ils ont apprécié les nombreuses possibilités que cette technique
d'impression pouvait offrir, en termes de création et de communication, tout en étant relativement simple à mettre en œuvre. Nous
aimons le travail de la couleur, le fait de pouvoir imprimer sur
divers supports, une manière d'aborder le graphisme différemment, et surtout l'aspect artisanal, qui permet des expérimentations que nous ne pourrions pas faire avec du numérique. Comme
nous faisions partie d'un groupe d'amis déjà investi dans le milieu
associatif, il nous a semblé naturel de créer une association à
but non-lucratif pour développer ce projet d'atelier de sérigraphie.
Vous dites privilégier les relations avec les structures et les
individus issus des mondes artistique, associatif, culturel et
éducatif. Pourquoi ?
L'idée de départ était d'ouvrir un atelier accessible à tous,
destiné aux créateurs professionnels ou amateurs pour qu'ils
puissent réaliser leurs projets. [...] Nous avons donc développé ce service. Comme notre réseau était composé d'associations, de groupes de musiques, de graphistes, d'artistes
plasticiens... ce sont ceux qui se sont tournés vers nous par le
biais du bouche à oreille. Aujourd'hui nous avons l'impression
d'être devenu un acteur important du milieu culturel stéphanois grâce à la sérigraphie, qui était réservée jusqu'alors soit
au domaine industriel, soit à un milieu artistique élitiste. On
peut dire que nous l'avons rendue populaire...
Quels sont justement les services que vous proposez à ces
divers univers ?
Nous sommes plutôt spécialisés dans l'impression sur textile,
mais nous imprimons également posters, cartes, stickers...
Beaucoup de groupes de musiques font appel à nous pour leur
merchandising. Nous imprimons essentiellement des petites
séries, voire parfois des pièces uniques, notamment pour des
prototypes ou des cadeaux personnalisés. Nous avons aussi
une boutique où nous vendons des créations originales pour
promouvoir les artistes locaux. Nous proposons des initiations,
nous mettons également l'atelier et le matériel à disposition
pour que chacun puisse réaliser ses projets. Nous animons
des ateliers et proposons des démonstrations lors d'événements culturels, comme des festivals (Paroles et Musiques,
Potos Carrés, 30 ans de Radio Dio...).
Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
Art Kunst Arte
vibrationclandestine.com/membres/inkoozing
[email protected] – www.inkoozing.fr
Crédit photo © Odile Drossart
Atelier de Sérigraphie Associatif
Association Inkoozing
Inkoozing un collectif comme on les aime !
Autonomie de production et indépendance artistique sont les maîtres mots de cette association.
Spécialisé dans la sérigraphie, Inkoozing réalise un travail artisanal de qualité, éco-responsable, ouvert aux autres avec
de nombreux ateliers pédagogiques, en relation étroite avec de nombreuses structures culturelles et motivé par des objectifs
toujours plus hauts. Une structure qui va de l’avant et vers les autres. Le plus important mais presque trop évident à mentionner,
les membres de Inkoozing sont tous des passionnés de l’image, atteints d’une boulimie créative hors normes.
Chloé Cottalorda
Chloé Cottalorda fait partie des artistes qui grâce à leurs œuvres, captent votre attention dès le premier regard. En
effet, en déambulant dans le Bann’Art festival (Banne, 07) de mai dernier (2 éditions par an), nous sommes passés
devant l’espace dédié à cette artiste et la magie de l’art a opéré. Notre attention captée, la discussion s’est enchaînée
et la voilà dans nos pages…
Chloé est souvent dans la grisaille, non pas qu’elle soit d’humeur sombre mais plutôt attirée par la technique de peinture sur verre du même nom. Cette méthode consiste à cuire des oxydes métalliques à 610 °C pour qu’ils s’incrustent
dans la feuille de verre ; une technique ancestrale revisitée d’une manière plus contemporaine.
Interview de Chloé Cottalorda par Vibration Clandestine
Chloé, nous t’avons rencontrée au Bann’Art festival de mai dernier, haut lieu de rencontre d’artistes singuliers, comment as-tu
vécu ces quelques jours ?
C’était un moment sympa, où l’on a fait le plein de rencontres,
d’une part avec les autres artistes et de l’autre avec les amateurs d’arts. C’est aussi le temps des regards extérieurs sur son
boulot (Questionnement perso, critique, encouragement…).
Ces instants, où l’on confronte son regard porté sur le monde à
celui du public, sont toujours riches en émotions. Ils permettent
de sentir son impact sur le regardeur…
[email protected] - 06 72 52 88 87 - www.chloecottalorda.com
Comment décrire à nos lecteurs ce qui sort de ton atelier, l’esprit
et l’histoire de toutes ces créations ?
Peux-tu nous parler d’une technique particulière que tu utilises,
la grisaille ?
Je trouve que tu as plutôt bien résumé ce qu’était la grisaille.
Ça commence avec une poudre grisâtre (à base d’oxyde métallique) que je mélange à l’eau ou à d’autres liants dont je recouvre
une feuille de verre. Ensuite il s’agit au sens propre de dessiner
avec la lumière. Je cherche la lumière dans les ombres et non
le contraire comme dans le dessin ou la peinture traditionnelle
(où tu dessines les ombres). Tout est inversé, même les textes
doivent être écrits à l’envers. Après le tout est cuit à 610 degrés
afin que les oxydes se fixent dans la feuille de verre. Les émaux
viennent quelques fois apporter des mouches de couleurs.
J’aime attraper ce qui ne se voit pas avec les yeux. La farce
humaine et ses histoires deviennent des friandises que je
croque sur des carnets. Puis vient le temps de picorer dans ces
narrations, de les incorporer à mon monde. Dans l’intimité du
"moi" se fait le cryptage visuel. C’est de cette consommation
boulimique du monde de l’autre que l’image apparaît, lieu où se
condense perception, représentation, intuition et hasard.
Ce qui a retenu au départ notre attention, ce sont tes sculptures
aux personnages expressifs, aux physiques ambigus, parfois
touchés par une pointe de couleur. Qui sont ces individus et que
représentent-ils ?
L'homme mouche
Tu utilises principalement 3 techniques : encre sur papier, sculpture et peinture sur verre. Tes créations empruntent peu de couleur, plus axées sur du noir, du blanc et toutes les variantes que
nous trouvons entre ces 2 valeurs, pourquoi ?
Des mondes en sourdines
Grisaille et sculpture
Art Kunst Arte
Ces personnages sont les restes de cette comédie humaine
dont je te parlais juste avant. Effectivement ils sont déformés,
estropiés car on ne ressort pas indemne de ce carnaval. Un brin
mélancolique, une touche d’humour, chacun les voit avec ses
yeux, sa vérité.
C’est la technique de la grisaille qui, dans un premier temps, m’a
imposé ces valeurs. Mais j’ai très vite fait le rapprochement avec
le carnet de croquis. Ce sont pour moi des couleurs de l’instant,
du fugace, de l’impératif, de l’écriture aussi…J’aime ces deux
couleurs qui font les autres plus belles…
L'homme aux poireaux
Figure palingénésique
5
6
Il y a douze ans, Nicolas Hubert créait le solo Le fond de l’air effraie…, un subtil mélange entre chorégraphie et arts
plastiques, deux ans plus tard ce danseur fondait la Cie Epiderme.
En 2012, avec 5 créations derrière elle, la Cie Epiderme fait escale à la Rampe/la Ponatière, salle de spectacle à
Echirolles (38), pour nous présenter sa nouvelle création, (Re)flux. Quoi de mieux qu’une interview dans Vibration
Clandestine pour mieux connaître cette compagnie et découvrir avec plus de détails ce que renferme ce nouveau
spectacle ?
Interview de la Cie Epiderme par Vibration Clandestine
Nicolas, vous avez créé, en 2000, votre premier solo, Le fond
de l’air effraie… Qu’est-ce-qui vous a motivé par la suite à
créer la Cie Epiderme ?
J’étais alors encore aux Beaux Arts, mais déjà danseur dans
une compagnie, et Marie Lenfant, la chorégraphe, qui fêtait
les dix ans de sa compagnie, m’a proposé une carte blanche.
J’ai alors imaginé un solo, inspiré de Molloy de Samuel Beckett, avec une scénographie constituée d’un plancher pliant,
qui découpait différents espaces. C’était ce découpage de
l’espace qui a généré le mouvement : d’abord dans un espace
restreint et cubique, puis après la chute des parois dans un
carré disposé en diagonale sur le plateau. Les limites tangibles
entraient en résonance avec les cloisons psychologiques du
personnage.
La Cie Epiderme est maintenant peuplée d’une dizaine d’artistes, de personnalités, de qualités tous aussi différents qui
se complètent à merveille, pouvez-vous nous parler de cette
alchimie ?
Selon les projets, il peut y avoir de deux à cinq interprètes sur
le plateau. Je danse dans la plupart des projets mais pour
Work in regress (?) j’ai éprouvé le désir de diriger de l’extérieur des interprètes que j’admirais. Et il y a aussi bien sûr les
personnes non visibles, à la technique, administration, diffusion, production, costumes, qui jouent aussi un rôle primordial.
Il y a des collaborations qui se font dans la continuité, comme
avec le musicien Camille Perrin, mais aussi de nouvelles collaborations car une compagnie est aussi un outil formidable pour
générer des rencontres !
Vous présentez début Octobre à La Rampe d’Echirolles (38),
votre nouvelle création, (Re)flux, qu’allons-nous découvrir à
travers ce spectacle ?
J’ai voulu dans ce projet jouer avec le mouvement comme un
enfant qui découvre quelque chose, et donc revenir à la source
du mouvement, notamment en déclinant toutes sortes de combinaisons à partir des différentes motricités : marcher, courir,
sauter, ramper, marcher à quatre pattes… Et dessiner à trois
un parcours dans l’espace avec ces contraintes de motricité. Il
s’agit d’une envie ludique de dessiner dans l’espace des tra-
jectoires, tout en jouant avec une certaine absurdité quand à
ce qui occupe ces personnages : ils semblent construire ou
chercher quelque chose, répondre à des règles, mais ne font
que jouer, concrètement, avec le plaisir de l’abstraction du
mouvement.
Nicolas, vous sillonnez la région Rhône-Alpes pour proposer
divers cours et ateliers, pourquoi le partage des connaissances
et des idées est-il si important pour vous ?
Depuis que j’ai réalisé que la pédagogie m’intéressait, je me
l’approprie comme un complément très stimulant à la création. Ce qui m’intéresse dans la transmission, c’est que je ne
cherche pas à transmettre un savoir acquis d’une façon magistrale, mais plutôt à retransmettre le plaisir que j’ai eu et que j’ai
encore à m’approprier des choses, des techniques, des idées
et à les transformer.
La pédagogie s’apparente alors à un grand chantier ouvert, et
c’est aussi un moyen de conscientiser justement ses propres
acquis. C’est pour moi un apprentissage continu pour tenter de
transmettre mes intentions, ce qui me sert évidemment en tant
que chorégraphe !
En ce début de saison 2012/2013 quels sont les projets de votre
compagnie? Que pouvons-nous vous souhaiter ?
Cette saison sera d’abord bien occupée par la création de
(re)flux, que nous présenterons aussi au concours
(re)connaissance à La Rampe fin novembre, devant une
large audience, notamment de professionnels (vous pourriez
donc, par exemple, nous souhaiter que cette pièce plaise énormément et rencontre un large public).
Nous travaillerons aussi un duo d’improvisation danse et musique (le musicien Michel Mandel et moi), Circonférence, et
serons pour cela en accueil-studio au Ballet du Rhin.
Un processus où ce qui est défini à l’avance concerne essentiellement la scénographie et les objets, servant d’appui pour
improviser. C’est une nouveauté importante pour moi, de faire
enfin rentrer l’improvisation dans ma compagnie, alors que
c’est une pratique qui m’accompagne depuis mes débuts.
Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
Art Kunst Arte
vibrationclandestine.com/membres/nicolashubert
[email protected] - 06 12 25 48 39 - www.compagnie-epiderme.org
Crédit photo © Olivier Humeau
Danse contemporaine
Cie Epiderme
Sculpture / Peinture
Tidru
Créateur de personnages aux regards profonds, inquiets, intrigués mais
parfois aussi pleins d’espoir, Tidru sculpte,
peint, découpe, monte et démonte jusqu'à
donner vie ou illusion de vie.
Un univers hors-normes qui donne envie de plonger dans les yeux de ses
créatures et de saisir ce qu’elles ressentent, les questions qu’elles se posent
et peut-être même de pouvoir les rassurer et les comprendre.
Interview de Tidru par Vibration Clandestine
Que ce soit sur toiles ou en sculptures, tu affectionnes un certain genre
de personnages, plutôt atypiques. Pourrais-tu nous les présenter ?
Ce sont des personnages qui sont à l’âge de l’innocence, de la naïveté. Effectivement, ils n’ont pas de globes oculaires ; ils sont peut-être
comme des masques qui attendent qu’on regarde à travers ou alors
c’est pour mieux renvoyer l’image de celui qui les regarde.
Malgré certains formats et "mises en scène", je pense que ce sont
des personnages qui se veulent discrets.
De toute façon, leur sensibilité ne leur permet pas d’avoir un avis sur
leur propre condition.
Polaroïd exutoire
Quels sont les diverses matières que tu utilises et sous quelles méthodes ?
En sculpture, j’utilise de la terre que je cuis et patine. Dans sa mise en œuvre, la terre est un matériau qui me convient bien car elle
permet une utilisation instinctive et rapide. Dans la même optique, en peinture, j’utilise de l’acrylique car son séchage rapide et sa
facilité d’emploi me permettent de faire et défaire sans contrainte technique. Il y a souvent plusieurs couches sous le tableau qui
correspondent à des scènes différentes.
Ces "sous-tableaux" sont des scènes que je n’ai pas finies sur le moment et dans lesquelles je ne suis pas arrivé à me replonger
après coup.
Pourrais-tu nous parler de ce qui t’inspire, de ce qui t’interpelle, de ce qui te donne matière à réflexion et donc à création ?
Les émotions, les sensations, quelle que soit leur nature ou leur origine, m’intéressent et font partie de la matière première.
Que ce soit en peinture ou en sculpture, certaines de tes œuvres arborent
parfois des signes religieux, pourquoi ?
Effectivement la mitre de pape revient
souvent dans différentes scènes mais
il n’y a pas ici de message particulier
par rapport à la religion. Pour illustrer
mon choix, je pense que l’expression
" lui faire porter le chapeau" va comme
un gant.
Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
8
J’ai reproduit en 6 pièces un corps humain à l’échelle. C’était un projet en réponse au thème Héros de l’International Body Art
Festival de Nancy. J’ai essayé de mettre en parallèle les super-héros et les possibilités biotechnologiques actuelles.
C’est une réalisation bien différente des autres car c’est le processus de création inverse de ce que je fais habituellement. Je suis
parti d’un thème/d’une idée pour faire
ces pièces, ce qui me donne le sentiment que l’interprétation est figée.
Les fleurs repoussent au printemp
Art Kunst Arte
vibrationclandestine.com/membres/tidru
[email protected] – www.tidru.com
Tu as créé une série intitulée Fragment humain, des sculptures représentant certaines parties du corps. Peux-tu nous parler de ce projet ?
Figuratif aléatoire
Dane
50 ans plus tard, Dane remercie les huissiers qui, lors de ses 16 ans, sont
venus saisir ses meubles et par la même occasion, ses dessins et ses
peintures, ce qui, comme il nous l’expliqua :
" le conforta dans l’idée d’un certain talent et par la suite, dans l’idée que l’art serait
toujours ‘‘enrichir’’ mêmes les cœurs les plus cailloux ! ".
Que rajouter après cela…
Si, ses réalisations, toiles et sculptures, sont à l’image de sa vie d’artiste, colorées,
nous proposons de découvrir le travail et les attentions de cet artiste. Pour commencer, voici une de ses réflexions : " Pour beaucoup de ceux qui s’occupent de la
culture, il serait temps que la culture s’occupe d’eux. " (Dane)
Interview de Dane par Vibration Clandestine
Dane, voilà maintenant une cinquantaine d’années que vous avancez dans
le monde de la peinture et de la sculpture. Quels sont vos carburants artistiques, ce qui vous a toujours permis d’avancer, de continuer ?
Une grande soif…d’aller jusqu’au centre de mon usine à créer et au bout
de ma problématique de peintre sculpteur ; considérant l’art comme révolutionnaire, j’ai compris que les armes de la révolution sont toujours à
réinventer selon l’expérience et l’évolution de la pensée (et des techniques qui la servent…) puis l’on s’aperçoit que le centre se déplace et
que l’usine est en expansion permanente et qu’il n’y a qu’une seule fin…
définitive !!! C’est la vie !
Vous vous définissez comme peintre sculpteur néo-essentialiste, que doit-on
comprendre comme définition de l’artiste ?
Plus qu’une définition, c’est un état à entretenir, flirter avec les choses de la
vie, accrocher celles qui vous font vibrer un max… les faire pénétrer dans
votre grande maison… Une pièce pour l’histoire de l’art, une pièce pour la
philo, une autre pièce pour la musique et la danse, une pour la nature… la
convier donc et qu’elle vous livre ses secrets dans une intimité amoureuse…
en espérant que tout cela va s’inscrire sur votre toile…. les échauguettes de
la spiritualité !!!
10
Je suis en deçà de la notion d’abstrait ou figuratif, je considère que mes
toiles sont un moment d’une rencontre entre plusieurs possibilités : matière,
énergie, les éléments, la fulgurance d’un phénomène… enfin quelque chose
qui pourrait ressembler à la naissance de la vie, du sens… aux confins du
dicible !
J’espère partager ou/et initier une relation poétique avec toute chose de la
vie plus ou moins préhensible dans leur essence !
Il y a la peinture, mais aussi la sculpture…
Qu’est ce qui vous pousse à donner forme et vie à des matières telles que le
bois, certains métaux, etc. ?
La vie est préexistante dans la matière… la science nous en apporte une
connaissance toujours renouvelée… il suffit d’établir une relation douteuse avec
ce truc dont vous ne sauriez quoi faire si vous ne vous branchez pas sur le fond
de votre attirance…
Un enfant regardait Michel Ange travailler un bloc de marbre…
" comment savais-tu qu’il y avait un cheval la dedans ? " qu’il lui demanda…
c’est pas de la question ça ?
Pour terminer cette courte interview auriez-vous quelque chose d’autre à partager avec nos lecteurs ? Info, projet, message, réflexion…
Oui… j’aimerais dire à vos lecteurs : ayez l’amour de la vie, (celui qui vous
transporte aux enfers ou au paradis… bien que je ne crois ni à l’un ni à
l’autre… je crois en l’homme, c’est pire) entretenez-le, vous y gagnerez un
sourire ineffaçable ! Celui de la générosité !
Et il en faut pour pénétrer le monde de l’art, et pourquoi pas pour s’y inscrire
comme acteur.
Bondy I - 130 cm x 130 cm
Coup de coeur Favorite Favorito
Vos toiles sont des réalisations abstraites, qui, en prenant le temps de les
observer révèlent tant de choses, tant de directions, que souhaitez-vous
partager avec les personnes qui découvrent vos peintures ? Sensations,
réflexions…
11
[email protected] - 06 87 54 87 81 - www.dane.fr
vibrationclandestine.com/membres/dane
Figuratif aléatoire
14
Interview des Frères Parish par Vibration Clandestine
Entre le hip-hop old school et les beats électro-dancefloor il y a
un monde, le vôtre. Pouvez-vous nous parler de cet univers et de
ceux qui sont aux commandes ?
Nos influences sont très larges, on a beaucoup écouté de punk
et le courant alternatif des années 90, les rappeurs oldschool
comme Cypress Hill et les Beastie Boys, de la tekno de tribes...
C’est avec les premiers séquenceurs qu’on a pu mélanger tout
ça dans les années 2000 ! Les beats des Frères Parish sont le
résultat de tout ça, un peu avec l’obsession de ne pas faire dans
la rengaine, on est tout le temps à la recherche de nouvelles
sonorités, après c’est justement la confrontation de sons aux
origines très différentes qui nous intéresse.
Vos textes commentent les mésaventures d’un héros qui
vadrouille entre Vegas, Mexico, le cosmos, etc. Qui est ce héros
et que recherche-t-il ?
Ce héros n’a pas de nom, on peut simplement le considérer
comme un explorateur, un aventurier qui évolue dans divers
tableaux, très différents les uns des autres. C’est un acteur pour
l’histoire que nous avons créée pour cet album. Il n’est pas nous,
nous ne sommes pas lui.
Le héros ne recherche rien en particulier, il se laisse aller à ses
envies du moment, qui sont de voyager et de vivre des aventures.
On peut voir cela comme un carnet de voyage, il raconte ce qu’il
vit au fur et à mesure que l’histoire avance et le contexte change
chaque fois qu’un morceau se finit, un morceau en amène un
autre. Le Cd est construit comme ça, d’aventure en aventure.
Votre premier album, Jackpot, est sorti en février 2012, une belle
réalisation. Parlez-nous de cet album et des endroits où nos
lecteurs peuvent le trouver.
Cet album est né d’une envie de " fixer " notre travail à un moment
donné. On avait beaucoup de morceaux et un besoin de les rassembler pour former un tout, que cette histoire devienne palpable
pour l’auditeur, la chronologie des titres est respectée du plus
ancien au dernier né et il est même difficile pour nous de sortir de
cette chronologie pendant les concerts.
Cet album a été autoproduit et nous ne fonctionnons pas avec
un distributeur, pour se le procurer le plus simple est de nous
envoyer un mail accompagné d’un chèque ou de nous voir en
Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
Coup de coeur Favorite Favorito
French hiphop electro
Les Frères Parish
Bienvenue dans le pur monde du rap électro, bande son efficace, décapante et BPM indomptés. Les textes, eux, ne sont
pas pour autant bâclés, ils sont audibles, compréhensibles et racontent les mésaventures d’un héros qui erre dans un
monde bien étrange, mais pas si diffèrent du nôtre. Ces trois frères parlent vite, fort, et ont de l’énergie à revendre.
Il semblerait que la boisson de base soit une sorte de mélange Red bull et d’autres produits aux vertus énergétiques, des fruits sûrement, à moins que Panoramix ne fasse parti du staff ! Vous l’avez compris les Frères Parish ne sont pas là pour faire des crocodiles
en perles. Âmes sensibles ne pas s’abstenir, ce serait dommage…
Fin 2011 vous avez monté le Camping Car Show, une sorte de
concert-spectacle itinérant, Pouvez-vous nous en dire un peu
plus sur ce projet ?
Père Parish a un Camping car ! On a monté ça sans trop réfléchir. La première fois, on jouait sur le camion d’un pote, tout
tagué, tout pourri, avec une petite sono devant pour un festival de rue. C’est là qu’on a eu le déclic et qu’on a commencé
à penser à une autre manière de voir la scène. À y réfléchir,
l’idée qui nous séduisait le plus, c’était l’idée de liberté dans
la forme, pouvoir débarquer avec notre maison, se poser
quelque part et faire un concert, même sauvage ça nous plairait. On rencontre quand même quelques difficultés au niveau
La question qui ne sert à rien : 3 frères dans le même groupe
c’est viable ?
Bonne question ! Ce n’est pas toujours évident de trouver
l’osmose sur un projet artistique avec ses frangins. Mais
d’un autre côté, Les frères Parish existent seulement parce
qu’on est frères. C’est vraiment un projet qui a été monté en
" famille " avec cet esprit qui ne ressemble pas du tout à
d’autres groupes dans lesquels on joue.
Mais je te rassure, on ne vit pas ensemble, on a vécu notre
enfance tous les 3, et il nous arrive de nous prendre la tête,
mais on reste très soudés, une fois qu’on est réunis, y’a plus
de soucis... On s’aimera toujours...On choisit pas sa famille !
Et puis, notre méthode de travail est assez simple, le grand
frère fabrique la musique et les petits frères s’occupent des
textes.
Electro hip hop
À présent que l’album est sorti, nous souhaitons premièrement tourner au maximum, faire des concerts pour promouvoir cet album. On a plutôt bien réussi la sortie de cet EP, avec
une vingtaine de dates depuis janvier, maintenant il va falloir
se mettre sur un gros travail de démarchage, pour engranger
des dates sur des évènements plus intéressants pour nous,
festivals, café-concerts. Cela implique aussi pour nous, de
faire des décors, pour avoir un meilleur rendu visuel sur scène,
revoir le set avec des nouveaux morceaux, donc faire une
résidence pour caler tout ça. On développe parallèlement le
Camping Car Show, ça pourrait nous permettre de nous greffer sur un réseau plus " rue ", des inter-plateaux de festivals,
on essaie d’avoir plusieurs cordes à notre arc !
[email protected] - 06 25 55 69 64 - www.myspace.com/lesfreresparish
Crédit photos © Marc Thiebaut
Des projets pour la saison 2012/2013 ?
de l’indépendance électrique, pour l’instant il nous faut au
moins un prise de 220V.
Très rapidement, on a monté le set Camping car, dans un
style très camping. Le décor, c’est des transats, une table
en plastique, un barbecue, on prépare les merguez, on sert
le pastis pendant le live, c’est vraiment délirant de faire un
concert avec ce décor roulant, ça colle parfaitement à l’ambiance du groupe.
vibrationclandestine.com/membres/freresparish
concert. Il est aussi sur toutes les plate-formes de téléchargement.
15
16
Interview de Yasmina Sana par Vibration Clandestine
Yasmina, tu as longtemps navigué entre violon alto, guitare, poésie, la contrebasse te saisit le corps... Cet album, c’est du mélange, des
écriture, littérature, etc. Quel est maintenant ton univers culturel ? pieds qui frappent la terre...
Et bien ça continue. Un peu de guitare, moins d’alto, plus de voix, et Comment as-tu vécu l’expérience du passage en studio pour l’enretoujours, des nourritures littéraires et musicales et aussi l’envie de gistrement d’Animale Ordinaire ?
grands espaces. Je trouve que la créativité est véritablement nourrie quand on passe du temps à ne rien faire, juste marcher dans la
ville ou la campagne. Ça fait de la place et un jour, voilà que surgit
une chanson, comme évidente, posée là. Malheureusement, en ce
moment, je n’ai pas beaucoup de temps libre pour ne rien faire et ça
me manque...
J’aborde toujours le studio avec un peu d’appréhension parce qu’il
est question de fixer les choses. On fait des prises, dans un format,
un cadre, et ça me fait flipper à chaque fois ! Mais globalement,
c’était une belle expérience parce que c’était véritablement un travail
d’équipe avec les studios de la ruche et avec mes musiciens Ben
Richou, Brice Berred et Renaud Burdin. Ben est très précis dans les
On dit de toi que tu es "une humaine de scène" comment explique- arrangements, il m’a accompagnée comme un frère, tout comme
Renaud et Brice qui ont tout donné ! Je leur dois beaucoup...
rais-tu cette expression ?
Un jour, lors d’une émission dans une radio locale à Saint-Priest, Active au sein de diverses ONG au début des années 2000, puis égale journaliste me dit que quelqu’un vient d’appeler au standard et lement auprès de Forum réfugiés à Lyon. Pourquoi tant d’investissequ’on va lui donner la parole à l’antenne. Et là, cette personne, qui ments pour la défense des Droits de l’Homme ?
était le programmateur d’un festival à Givors commence à raconter Parce que c’est une évidence pour moi de se battre pour la justice.
comme il a aimé notre spectacle et à un moment donné pris dans Quand j’ai terminé mes études de droit international, il était hors
son élan, il a dit "Mais Yasmina c’est pas une bête de scène, c’est de question que je travaille dans le privé, et pour moi, c’était une
une humaine de scène !!" J’ai trouvé ça assez joli. Pour moi, ça parle évidence de travailler pour une ONG. J’ai travaillé et beaucoup
de rencontres avec les gens et en même temps, il y a le côté scène, appris au sein de la Fédération internationale des ligues des droits
spectacle, on prend du plaisir et on le partage.
de l’Homme à Paris avant de rejoindre Forum réfugiés. Là, j’ai rencontré des gens extraordinaires, et puis je suis doucement retourAu début du mois de mai dernier, nous avions découvert avec plaisir née à l’écriture et j’ai démissionné, pour laisser place à la musique.
Animale Ordinaire ton premier album. Peux-tu nous dévoiler ce que Aujourd’hui, la route est toujours semée de rencontres, d’hommes
renferment ces 11 titres ?
et de femmes qui me livrent des bouts de leur histoire au détour des
Il y a des chansons anciennes auxquelles je tiens et puis d’autres concerts, et je crois bien que ça me pousse, ça me donne envie
qui sont nées en studio au moment de l’enregistrement. Côté texte, d’écrire encore...
je viens d’une planète assez folk où je laisse parler ce qui vient de
loin. Alors, il y a beaucoup d’histoires de racines, de femmes, de
liberté, de silence. Il y a aussi la fureur mais celle qui te pousse à te
dépasser, à te battre pour retrouver ton voyage. J’aime la vie, avec
tout ce qu’elle a de puissant et de mystérieux. Et je ne peux m’empêcher d’écrire dessus. Musicalement, j’aime quand les percussions
africaines se mêlent au rock, quand les voix se chevauchent, quand
Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
www.yasminasana.com
Crédit photos © XXVII
Musique Musik Música
vibrationclandestine.com/membres/yasminasana
Chanson folk / Rock
Yasmina Sana
Yasmina glisse avec douceur sa main dans
la vôtre et vous invite à fermer les yeux face à
un soleil qui vous réchauffe le corps et l’esprit. Yasmina
Sana ne propose pas une musique que nous pourrions
décrypter ou analyser.
Au bureau, dans l’Ipod©, dans le salon sur la chaîne Hi-fi,
au volant à la radio, en concert sur scène, cette artiste
produit toujours son petit effet.
Envie de chaleur, d’évasion, de couleur et de calme intérieur ? Cette humaine de scène, pour reprendre les mots
de ceux qui l’entourent, saura vous l’apporter.
18
Interview des Ogres de Barback par Vibration Clandestine
Alors les Ogres, comment allez-vous et que s’est-il passé depuis
le lancement de l’album Comment je suis devenu voyageur et de
la tournée qui a débuté au même moment ?
Nous avons fini la tournée en décembre, et reprenons la route
en septembre. Le temps pour nous de nous reposer un peu,
mais aussi de travailler sur de nouveaux projets, notamment un
nouveau Pitt Ocha. Comme le dernier, celui-ci aura des couleurs " musique du monde " avec encore de nombreux invités.
L’album Comment je suis devenu voyageur a été bien
accueilli, ce qui nous fait espérer que les disques ont encore
quelques années à vivre... Quand à la tournée, le public a
répondu présent, et ça, c’est toujours un grand bonheur.
Pour colorer cette tournée un sacré spectacle a été mis en place,
et bon nombre d’esprits ont été marqués, positivement bien sûr.
Et vous, quel est votre ressenti sur tous ces différents moments ?
Ce spectacle était important pour nous car nous l’avions créé
une première fois en 2003 sous chapiteau. Mais cette année-là,
une réforme sur les intermittents du spectacle avait bouleversé
l’été. Nous l’avions donc stoppé en pleine création. Nous avons
donc tenu à en faire une nouvelle version en salle. En effet, les
réactions du public ont été très positives. Nous avions la pression car notre dernier spectacle avec décor (la grue..) nous avait
aussi demandé beaucoup de travail et d’imagination, et il fallait
être à la hauteur !
Nous avons eu la joie d’apprendre qu’un nouveau projet est en
train de voir le jour, La fabrique à chanson, un album live plus un
DVD bonus. Que renferme cet album live bonus ?
C’est donc en effet un live qui retrace bien la tournée et le
spectacle. Beaucoup de chansons du dernier album dans des
versions en public, mais aussi un salut à toi transformé, et un
jojo d’un air deux familles quelques années après. C’est un
disque très énergique, presque pas retouché, nous aimons que
les lives correspondent le plus possible avec l’ambiance qu’il y
a dans une salle de concert.
Le DVD bonus est plus un documentaire sur l’aventure que le
groupe vit au fil de sa vie d’artiste. Qu’allons-nous pouvoir découvrir à travers ces belles images ?
Nous avons filmé notre tournée, au quotidien. Sur le dvd, il y
a beaucoup de chansons filmées (15) mais aussi des images
de la vie de tous les jours d’un groupe sur la route. Nous avons
voulu montrer comment un groupe crée un spectacle, les résidences, le travail des techniciens, les chargements, rechargements à répétition, bref, l’envers du décor !
Vous dites en quelque sorte avoir gravé sur ce disque le profond
respect que vous avez envers votre public. Pourquoi autant de
détermination envers ceux qui vous suivent ?
Nous sommes en totale indépendance, tant au niveau des
tournées que des disques. Le public nous soutient beaucoup
en venant toujours aussi nombreux aux concerts, et en continuant d’acheter nos disques. Et ils soutiennent du coup notre
démarche alternative.
Et puis comme nous faisons beaucoup de tournée, nous tenons
à nous renouveler pour ne pas nous ennuyer nous mais surtout le public ! Pareil pour les disques, beaucoup de projets que
nous pouvons réaliser justement grâce à notre indépendance.
Pas mal de nos lecteurs font partis de ceux-là, si vous avez
quelque chose à leur dire, un message, une info, profitez-en !
Déjà un grand merci ! Notre actualité est donc cette tournée qui
va bientôt commencer, une dernière occasion de voir ce spectacle. Après, un nouveau Pitt Ocha va sortir, puis une nouvelle
tournée, sans oublier nos 20 ans qui approchent...bref, nous
avons encore plein de projets !
Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
Musique Musik Música
Crédit photo © Fabien Espinasse
Chanson sans frontière
Les Ogres de Barback
Après un passage dans notre édition de l’été dernier, on s’est dit que pour bien attaquer la rentrée, une petite visite de
courtoisie du côté des Ogres de Barback serait la bienvenue. Cette rencontre tombe plutôt bien car les projets vont
bon train. En effet, pour début octobre les Ogres nous proposent un nouvel album un peu spécial. En fait, ils ne sont
pas seuls, pas tous les 4 comme à leur habitude. Nous ne vous en dirons pas plus au risque de gâcher la surprise. Concerts,
production, festivals, ces artistes n’arrêtent pas. Donc afin d’être sûrs de ne pas faire d’erreurs d’infos, laissons s’exprimer les
intéressés. Attention M’sieur Dames !!!
Pour votre plus grand plaisir, les Ogres de Barback !!
vibrationclandestine.com/membres/pacaly
[email protected] - pacalypascal.free.fr - www.facebook.com/pacaly.pascal.5 - Crédit photo © Rémy Jeantieu
Histoire(s) de mon groupe de musique, Rock Stories vol.1 et
2, Rock Addictions, Trash Palace et pour ce mois de Septembre
Rock Attitude, Pascal enchaîne les écrits autant que les rencontres.
Dionysos, Mass Hysteria sont quelques exemples de groupes que
l’auteur a croisés pour la réalisation de la série Rock Stories. Pour
la création de Rock Addiction, cette fois, c’est à la rencontre de
musiciens, de journalistes et de rédacteurs en chef qui ont tous bien
voulu évoquer avec lui leurs souvenirs de fans et de rencontres avec
des artistes, tels que Noir Désir, Metallica, Pink Floyd, les Stones, ou
encore Marilyn Manson. Bienvenue dans le monde de Pascal Pacaly, un univers résolument rock mais dans le domaine de la littérature !
Pascal Pacaly
Littérature
Musique Musik Música
Interview de Pascal Pacaly par Vibration Clandestine
Pascal, tu as déjà derrière toi de nombreux ouvrages, peux-tu nous parler de tes motivations, de ce qui t’a donné goût à l’écriture ?
Oh, je pense que c’est une certaine adolescence disons, pas horrible
mais pas terrible non plus. Quand tu te cherches, quand tu essayes de
comprendre pourquoi et comment… la société, l’humanité ou plutôt
son absence… tu mets tes maux sur papier… d’abord de la poésie…
puis tu continues, encore et encore… et après tu veux toujours marcher
plus haut, tu passes aux nouvelles, au rock, car c’est ça que tu écoutes,
c’est ta pulsation cardiaque, comme les auteurs, comme la littérature…
personnellement je suis tombé dans la littérature américaine, et ça m’a
totalement bouleversé… Salinger, Mac Cullers, Bukowski, Tennessee
Williams…
Tes écrits sont très orientés rock, mais pas seulement, pourrais-tu également nous dire quelques mots sur tes autres orientations littéraires ? mélanger les arts, créer une ambiance qui va coller au
La poésie, oui, elle m’accompagne encore aujourd’hui, comme par
exemple à travers Cadavres Exquis dont j’ai eu la chance d’écrire des
poèmes qui ont été illustrés par des peintres, photographes, graphistes
tant de France, que d’Amérique, d’Europe ou d’Asie… J’espère pouvoir
dans les mois qui arrivent en faire un autre. C’est vraiment enrichissant
de connaître, s’abreuver d’autres cultures, parfois complètement différentes de la nature. Cela nous complète donc. C’est essentiel. Il faut
appréhender le mieux possible ce monde dans lequel nous vivons.
livre et surtout présenter des œuvres et des artistes….
L’art est un témoignage de toute époque… c’est important de laisser des traces… on peut ainsi se rendre
compte de ce qu’a pu être telle ou telle époque de l’humanité. Bien sûr, restons à notre place, nous ne sommes
que des poussières dans le temps, mais j’aime à croire
que ces poussières s’envolent dans les airs et rentrent
en contact avec d’autres personnes…
Au mois de Mai dernier sortait Trash Palace. Que renferment ce titre et Courant septembre sera disponible Rock Attitude, cet
ses 160 pages qui le suivent ?
ouvrage semble sonner comme la suite de Rock Stories
Cela parle de la solitude… de gens qu’on croirait hors-normes, parce vol.1 et 2. Nous offrirais-tu quelques infos sur ce nouvel
qu’ils vont plus loin que la limite autorisée, entre drogues, prostitution,
écrit ?
suicide etc… On va au-delà des clichés, on s’intéresse à ces vies différentes, à ces vies extrêmes, interdites. Encore une fois on essaye
de comprendre le pourquoi du comment. Qu’est-ce qui a fait, qu’à un
moment donné, les choses ont tourné dans l’autre sens. Trash Palace
pourrait se résumer ainsi : " la solitude est l’un des chemins qui mène à
la folie ".
Ce seront effectivement des nouvelles biographiques
sur la scène rock française. Des groupes et artistes qui
font que le rock français est en perpétuel mouvement.
J’ai interviewé tous ces artistes, et leur nouvelle racontera le pourquoi du comment : pourquoi et comment on
devient artiste, quelles sont les galères, les souvenirs
Au cœur de cet ouvrage se trouve une dizaine de photos quelques peu sympa, les anecdotes, les rencontres, bref tout ce qui
décalées mais en parfaite harmonie avec le livre. Qui sont les auteurs de fait le sel d’une carrière rock … Ça ira de ShakaPonk à
Zaz en passant par Ultra Vomit, Parabellum, Ange, BB
ces photos et quelles étaient leurs intentions, leurs messages ?
Il y a Khyrian, Stéphane Hervé et Stéphane Roy. Le but est multiple : Brunes, etc…
19
Interview de Driss par Vibration Clandestine
Ça y est, 10 ans que l’association et le label Hadra existent ! Il pa- Au moment de l’interview, vous êtes en pleine préparation du Hadrarait que c’est l’âge où une structure devient solide et pérenne. Quel Trance Festival 2012, alors, comment ça se passe ?
Suite à l’Assemblée Générale Ordinaire d’octobre dernier, j’ai décidé
constat fais-tu de la structure que tu as créée en 2001 ?
C’est une belle réussite ;) plus d’une cinquantaine d’événements,
30 productions sur le label, plusieurs dizaines de sessions de
découvertes des pratiques liées aux musiques électro, d’ateliers
d’initiation et de perfectionnement ; et bien entendu cinq éditions de
son évènement phare : le HadraTrance Festival, qui a accueilli pour
sa dernière édition près de 10000 festivaliers ! Aujourd’hui, Hadra
est une référence en France et dans le monde ; des artistes à forte
notoriété se bousculent pour jouer dans nos évènements et signer
dans notre label... À l’échelle locale et nationale, nous remarquons
une certaine reconnaissance, de la part des media, du style musical
que nous promouvons la Psytrance qui aujourd’hui a toute sa place
parmi les autres styles de musique électronique. [...]
Musique Musik Música
Crédit photos © NekoPhoto.fr
[...] Les 10 ans de la structure sont aussi l’occasion pour votre label
de nous proposer la compilation Résistrance, peux-tu nous en parler ?
20
Une compilation sortie fin de printemps dernier, une structure associative qui passe le cap des 10 ans, et en pleine
préparation du Hadratrance festival 2012, difficile de ne
pas proposer une petite interview à l’un des fondateurs de
l’association et du label Hadra, Driss Bouayad. Il est important de savoir que la structure Hadra est tout simplement
une des références dans le milieu de la musique trance, sa
notoriété ne se cantonne pas à son pays natal, loin de là.
[...] Resistrance est ainsi un condensé des meilleures productions du moment : des pointures internationales du genre comme
Psysex, Loud et Rinkadink, mais également des artistes de notre
label comme Barak, Lunarave, Sine Die ou d’autres labels, géographiquement d’ici ou d’ailleurs. Resistrance est aussi et surtout
un hommage au travail acharné d’une poignée d’irréductibles passionnés à travers le monde entier, qui se battent au quotidien pour
promouvoir, enrichir et faire exister notre culture depuis 25 ans déjà
et pour l’inscrire dans la durée ! C’est un hommage aux artistes, aux
organisateurs et bien sûr au public présent et toujours plus nombreux. Après des mois à la recherche de perles rares, Resistrance
voit enfin le jour le 24 avril 2012. Deux volumes pour un long voyage,
tribut d’estime et de reconnaissance aux bâtisseurs d’un monde
nouveau, d’une vision nouvelle où l’humain occuperait une place
centrale. Le message phare de cette compilation s’adresse à toutes
les personnes qui s’intéressent de près ou de loin au mouvement
psytrance, qui est de continuer à faire exister la qualité et la diversité
de notre culture musicale !
de ne plus me présenter au Conseil d’Administration d’Hadra. Après
10 ans de bons et loyaux services, j’ai préféré passer le flambeau à
la nouvelle génération qui est très responsable, dynamique et qui est
en mesure de prolonger le travail entamé. [...] La nouvelle équipe a
du pain sur la planche mais le crew est en place et nous connaissons
parfaitement le terrain de Lans-en-Vercors. Aucun doute, cette édition
sera un véritable succès :)
Nous sommes en 2012 et pourtant la musique électronique attire
toujours le mauvais œil du coté des autorités, quel est ton ressenti
à ce propos ?
[...] Concernant Hadra, nous avons toujours des difficultés à pérenniser notre festival et cette année le vote de la reconduction du Hadratrance Festival au conseil municipal a été très discuté. Heureusement, nous avons un réel appui du Maire, Mr Goutenoire, qui croit
véritablement à ce projet. Grâce à cette volonté politique, nous avons
pu obtenir les autorisations nécessaires. Si Hadra connait ce type de
difficultés alors que nous existons depuis 2001 avec plus de 50 évènements à notre actif et sans connaître aucun problème mineur, nous
devons chaque année prouver notre sérieux [...] et notre capacité à
organiser un tel évènement, imaginez ce que doivent subir les petites
associations naissantes qui œuvrent dans la musique électronique.
Il faut s’armer de patience et surtout, ne pas avoir droit à l’erreur...
Les événements électro en plein-air sont beaucoup plus difficiles à
organiser que dans une salle de musiques actuelles. Espérons que la
nouvelle majorité au pouvoir stigmatisera moins cette musique qui a
plus de 40 ans maintenant...
Driss, pour terminer, aurais-tu quelque chose à partager avec nos lecteurs ? Un message, une info, etc.
J’ai encore l’image en tête du maire avec le casque qui met le dernier
morceau pour clôturer le festival, c’était tout simplement magique…. Je
souhaite vraiment remercier tous ceux ou celles qui ont participé, soutenu nos différents projets et grâce à qui nous avons pu devenir une référence dans ce milieu : les bénévoles, les anciens et nouveaux membres
du conseil d’administration, les anciens et nouveaux salariés....
Interview complète sur www.vibrationclandestine rubrique Interviews
Psytrance
Driss
Kanandjo
C’est en Janvier 2009 que nous avons rencontré pour la première fois Kanandjo, une belle rencontre. Nous avions
discuté musique, peinture, art plastique, partage, voyage etc. Quelques mots qui représentent une partie de la personnalité de cet artiste.
Trois ans plus tard un nouvel album voit le jour, Kompletly, une nouvelle production avec un style musical créé spécialement pour et par Kanandjo, du Popsoukousserock.
Interview de Kanandjo par Vibration Clandestine
Le temps passe vite…
Kanandjo peux-tu nous parler de ce qui s’est passé de ton côté, depuis 3 ans, depuis notre dernière rencontre ?
vibrationclandestine.com/membres/kanandjo
[email protected] – 06 85 12 40 01 – www.kanandjo.com - Crédit photo © Frédéric Chorier
Je me suis essentiellement consacré à mon projet ; c’est-à-dire la préparation de mon nouvel album Kompletly avec ma nouvelle équipe ainsi que la mise en place du concept Zik’Arts, projet culturel que nous proposons aux mairies et centres culturels
qui s’articule autour des trois dimensions du projet kanandjick (Peinture, Sable et Musique)…
Pouvons-nous toujours te considérer comme un artiste en 3
dimensions ? D’ailleurs pourrais-tu expliquer à nos lecteurs
ce que sont ces fameuses 3 dimensions ?
Je suis auteur, compositeur, interprète, je peins et je
réalise des mosaïques de sable. Ces 3 dimensions sont le
moteur du projet Zik’Arts. Nous proposons un concept qui
les réunit dans une animation culturelle : Exposition de
mes œuvres, Ateliers d’initiation à la mosaïque de sable
(pour enfants et adultes) et un Concert Popsoukoussrock
de Kanandjo, sur un ou plusieurs jours.
Popsoukoussrock
Musique Musik Música
Tu as créé ton propre style musical, la Popsoukoussrock.
Pourquoi avoir créé cette fusion et que renferme-t-elle ?
Depuis toujours, la Pop, le Rock, le Makossa, la Soukouss
font partie de mon univers musical. Ma rencontre avec
Christian Berger (mon directeur artistique) qui a lui-même
vécu en Afrique a été déterminante dans l’élaboration du
son Popsoukoussrock. Ce son est rapidement devenu une
évidence pour nous. Il retranscrit parfaitement toutes les
influences qui ont compté pour moi et dans lesquelles nous
nous retrouvons complètement.
Ton dernier album, Kompletly, vient de voir le jour,
qu’allons-nous pouvoir découvrir à travers cette nouvelle
production ?
Un nouveau son, le son Popsoukousrock !... Kompletly
Kanandjick…
Lors de notre discussion, tu nous as expliqué que tu étais
activement à la recherche d’un tourneur, si c’est toujours le
cas, lance ta requête !
Je suis effectivement toujours à la recherche d’un
tourneur….Donc, si la Popsoukoussrock vous inspire…
Prenez contact avec mon manager, Alexandre Fusco :
[email protected]
21
[email protected] – 06 87 10 18 91 – http://www.factoryset.org/fr/artistes/7
Crédit photos © Le Fabrikan
Musique Musik Música
vibrationclandestine.com/membres/sansecret
Electronica
San/Secret
22
Un bon son, qui change,
qui fait du bien et qui donne
envie d’aller bien.
À découvrir sans crainte, un son relax qui vous enveloppe. Good vibes !
Alors bien sûr certains n’aimeront
pas, oui je parle de toi là-bas au fond
qui n’aime pas ce qui change, mais
écoute ces quelques morceaux,
c’est bon pour toi, c’est du nouveau !
Plus sérieusement, San/Secret,
avec San/Secret 4th & Friends
son dernier album, nous dévoile un
petit trésor. Dès les premiers titres on
s’imagine déjà où écouter l’album, à
quel endroit, comment et avec qui le
partager, c’est plutôt bon signe en
général non ?
San/Secret produit une sorte de
potion magique à base d’électro, de
dub, un peu de hip-hop et la bonne
humeur se sent indiscutablement à
travers ses notes, enfin, nous c’est
ce que nous avons ressenti…!
Interview de San/Secret par Vibration Clandestine
Frank Metzleraka San/Secret pourrait-il nous parler un peu de
lui afin que nos lecteurs le découvrent et le connaissent un peu
mieux ?
Batteur, beat maker, auteur, compositeur, je crée San/Secret
en 2002 avec un premier LP decrescendi. Suivront made in
China, Sansecret in China et San/Secret 4th & Friends.
Mon intérêt du son et du groove s’est développé avec Toubab,
groupe rap, dub & électro entre 94 & 96 où émergeait un renouveau du dub.
Les groupes croisés sur scène étaient High Tone, Ez3kiel,
MeïTeïSho ou Kaly Live Dub. En studio, j’ai toujours mis mon nez
dans le mixage ce qui m’a permis d’acquérir un savoir-faire que
je mets à profit sur mes albums. En ce sens ce quatrième album
est particulièrement réussi.
Le sampling semble très présent dans ton travail, quelles sont
tes diverses méthodes de travail et quels sont tes objectifs musicaux lorsque tu prends tes instruments en mains ?
Dans un vide grenier, acheter pour 1€ un vinyle qui vous semble
détenir des sonorités échantillonables, de préférence datant de
fin 60 début 70 et avec un titre qui découragerait tout succès du
genre " les plus belles mélodies du monde ".
Fouiller, trouver et extraire les sons qui m’attirent ; carillon,
grosse caisse etc. Fabriquer une boucle mélodique et/ou rythmique et faire tourner. Prendre ensuite les instruments et improviser autour de et avec cette boucle sans oublier d’enregistrer le
tout 5 minutes.
Vous avez un morceau. Écouter et appliquer les finitions nécessaires : 1. mixer le résultat tel quel,
2. refaire certains endroits,
3. colle et ciseau pour remonter un morceau avec les meilleurs
passages de l’enregistrement… Servir bien mixé.
Tu as pendant quelques temps joué seul. Le temps passe et les
collaborations se font de plus en plus nombreuses. San/Secret
est devenu depuis peu San/Secret 4th. Qui sont ces personnes
qui t’entourent et quel est leur rôle ?
Le solo s’est terminé, à part en formule sound system où je suis
avec platines, sampler.
Pour réaliser ce 4ème album une idée me motivait, celle de composer les titres en collectif dès l’origine avec 15 artistes que le
projet attirait et ils se sont impliqués pour un résultat surprenant,
12 titres d’une fraîcheur nouvelle.
Je savais ensuite que le live serait à jouer en groupe car j’avais
besoin que la musique soit restituée dans toute son envergure
avec la force d’un groupe.
4 des artistes invités sur le studio font que ce groupe existe maintenant sous le nom de San/Secret=4tet, avec Barbar (guitares),
K.Bass (loudness), Le Fabrikan (turntables) & San/Secret (batterie/sampler).
Et ce nouvel album alors ! San/Secret 4th & Friends, que renferme-t-il ? Qu’allons-nous découvrir à travers ces 11 titres et
ces nombreuses participations d’artistes ?
C’est un disque très atmosphérique, filmique où s’entrechoquent
boucles, cuts, beats & bass.
Des titres instrumentaux ou chantés que l’on pourrait qualifier
groove’n’dub. Cinq sont déjà disponibles sur CD1D, le 12 titres
sort en vinyle pour décembre.
On y entend un dub transe-évolutif commençant très minimal et
finissant très orchestral ambiance DJ Shadow (Loop Session),
un beat joué au vinyle rejoint par la batterie, pimenté de hits cinématiques et de dialogues anglais sur le thème cana vs alcool
(Smoking in Beijing), un downtempo brumeux avec parfois des
accents dubby-jazz décadents (Branca Leone), de l’électrogroove-oriental avec les chants et flows de Razamic (Into The
Next Room)…
Quels sont les projets du collectif pour cette nouvelle saison qui
démarre ?
Déjà la production du vinyle (avec digital offert) via une pré-commande mise en place par Factory Set.
Ensuite la tournée qui s’organise et commencera le 11 octobre.
On est très impatient de partager ce live qui promet d’être imposant et très puissant du point de vue sonore et visuel.
Pour 2013 on vise salles et festivals, toute scène apparentée
électronique et consorts.
On compte aussi se placer en première partie de gros mastards !
Actuellement un clip animé est en cours pour le titre All Along
The Rift ; l’histoire d’un type traversant le désert de Gobi pour
rejoindre le concert de San/Secret=4tet.
04 78 79 50 13 - www.planetariumvv.com
Evasion Evasión Osgoi
Planétarium de Vaulx-en-Velin - Place de la nation - 69120 Vaulx-en-Velin
Vaulx-en-Velin
Planétarium
24
Fondé en 1995, le planétarium de Vaulx-en-Velin (69) accueille 50 000 personnes par an. Du groupe scolaire aux visiteurs lambda tout le monde peut venir assouvir son envie d’en savoir plus sur ce qui se trouve dans l’espace, étancher
sa curiosité sur le monde qui nous entoure ou plutôt sur ce qui gravite autour du nôtre. Alors si vous faites partie de ceux
qui ont toujours un doute sur qui tourne autour de qui, de ceux qui ont la tête dans les nuages et les yeux rivés sur les étoiles,
vous avez trouvé un lieu qui vous correspond. Sur place, l’équipe répondra à toutes vos questions et partagera avec vous, sa
technologie et son savoir. Petite présentation du lieu et de l’équipe qui a su lors de notre rencontre répondre à quelques unes
de nos questions. Le seul problème c’est que ce genre de sujet, la culture spatiale, contient autant d’étoiles que de matière à
questions…
Interview de Simon Meyer, Directeur du planétarium de Vaulx-en-Velin par Vibration Clandestine
Le planétarium existe bientôt depuis vingt ans, pouvez-vous
nous parler de ce lieu et de ses vocations ?
En quelques mots, redonner le plaisir d’apprendre, cultiver nos
rêves par l’observation du ciel et des phénomènes qui s’y produisent. Aiguiser notre regard, notre sens critique et tenter de
répondre à la question fondamentale de la place de l’Homme
dans l’Univers. Le Planétarium est un équipement culturel de la
Ville de Vaulx-en-Velin, il a également pour objectif d’être un lieu
interface entre les chercheurs qui travaillent dans les domaines
des Sciences de l’Univers (astronomie, astrophysique, géologie
planétaire...) et le grand public. Il s’agit donc de transmettre à
la fois les derniers résultats de la recherche (dans l’infiniment
grand comme dans l’infiniment petit) et les questionnements
en cours qui agitent la communauté scientifique, mais aussi de
faire remonter à ces mêmes chercheurs les interrogations, parfois les peurs du grand public sur ces sujets.
Spectacles, animations, conférences, débats, interventions
artistiques, projections de films etc. Vous offrez de nombreuses
possibilités, pourquoi autant d’activités proposées autour de la
culture spatiale ?
Nous avons tous nos modes d’apprentissage propres, nous
n’apprenons pas tous de la même façon. Depuis de nombreuses années, nous avons donc voulu multiplier ces animations pour pouvoir répondre au mieux aux aspirations et aux
attentes des différents publics. Je crois que nous devons sortir
des sentiers battus et être là où personne ne nous attend, loin
des canons de la programmation conventionnelle. Nous proposons ainsi des actions à l’intérieur du planétarium tout comme
à l’extérieur, en multipliant également les partenariats avec les
structures culturelles de la région (Musée des Confluences,
Musée des Beaux-Arts...). Notre ambition est à la fois de pouvoir répondre au public qui fréquente habituellement ces lieux,
mais aussi à ceux qui n’y ont pas accès, c’est un véritable enjeu
de la démocratie culturelle, le principe d’égalité des chances
auquel nous tenons tous ici à Vaulx-en-Velin.
Le planétarium de Vaulx-en-Velin est également équipé du
simulateur Digistar3, quels sont les avantages et les fonctions
de ce genre de matériel ?
Tout comme n’importe quel autre simulateur astronomique, il
reproduit fidèlement les objets du ciel (étoiles, planètes, comètes...) et leurs mouvements. En projetant les images à 360°
sur un dôme écran de 15m de diamètre, il propose une expérience inoubliable d’immersion totale dans le ciel. C’est donc
un moment unique où nous pouvons à la fois contempler le ciel
mais également voyager à travers les étoiles ou les galaxies.
Nous dépassons ainsi les limites du possible en offrant aux visiteurs de voyager parfois plus vite que la vitesse de la lumière !
Octobre 2013, sur la ville de Vaulx-en-Velin, s’ouvre le nouveau
Pôle d’astronomie et de culture spatiale, pouvez-vous nous en
dire plus sur ce projet ?
Le Pôle d’astronomie proposera à partir d’octobre 2013 de nouveaux espaces de découverte : une exposition permanente sur
1000m2, des espaces d’exposition temporaire, de nouvelles
salles d’activités et d’actualité, mais aussi une nouvelle boutique, un jardin astronomique qui s’étendra sur 2000m2... Le
Planétarium restera le coeur de ce nouvel équipement. À terme
donc, le public pourra librement assister à une séance de planétarium, visiter les expositions, participer à un atelier, observer le
Soleil dans l’Observatoire du jardin. De nouvelles activités pour
tous, petits et grands, passionnés ou néophytes. Avec toujours
pour mot d’ordre : rêver, s’évader, se questionner, imaginer.
En quelques mots que pouvons-nous découvrir ou apprendre au
planétarium de Vaulx-en-Velin ?
Construire une fusée à eau pour comprendre les lois de l’aéronautique, découvrir les différentes étapes de l’histoire de l’Univers en participant à une séance d’astronomie, apprendre à
manipuler un télescope ou une lunette astronomique en s’inscrivant à un stage Petite Ourse, rencontrer un astronome lors
d’une conférence et échanger avec lui sur les dernières découvertes de la recherche, participer aux évènements programmés
avec la complicité de nos partenaires pour s’ouvrir à de nouveaux horizons... Autant d’activités qui seront proposées tous
les jours pendant les vacances scolaires, dès cet automne.
La culture thermale a vu le jour dès l’Antiquité, fouilles archéologiques à l’appui. S’en suit une époque médiévale qui
laisse ces activités de côté, puis les thermes reprennent un peu de vie entre le XVIIème et le XVIIIème siècles, époque de la
Renaissance. Après la période révolutionnaire où le temps ne se prête pas à la relaxation et aux soins thermaux, cette
culture renaît dès le début du XIXème siècle. Napoléon III, George Sand, Guy de Maupassant, sont de ceux qui apprécient
l’ambiance vivante et la culture du bien être que l’on trouve dans ces villes d’eaux.
Alors que subsistent encore certains clichés sur ces destinations thermales, nombreux, et de tous âges, sont ceux qui profitent
de ces endroits où le temps semble s’être figé pour leur plus grand plaisir. Mais attention, ce n’est pas en ces lieux que le temps
s’arrête. Foulez le sol d’une de ces destinations et vous comprendrez très vite que c’est à l’extérieur que tout semble s’arrêter.
Interview de Léa Lemoine, Chargée de Mission de la Route des Villes d’Eaux par Vibration Clandestine
La Route des Villes d’Eaux du Massif Central regroupe 17 stations qui
renferment un patrimoine thermal unique et une offre complète de bienêtre. Mais quels sont le rôle et les objectifs précis de la Route des Villes
d’Eaux du Massif Central ?
La Route des Villes d’Eaux du Massif Central est une association intercommunale de développement touristique née en 1998 sous l’impulsion
de la DATAR Massif Central (Délégation à l’Aménagement du Territoire
et à l’Action Régionale). Elle regroupe 17 villes d’eaux localisées dans
les régions Auvergne, Limousin, Bourgogne et Rhône-Alpes (Montrond-les-Bains, Meyras / Neyrac-les-Bains, Saint-Laurent-les-Bains et
Vals-les-Bains).
Notre réseau a été créé dans le but de faire émerger une filière touristique propre aux villes d’eaux en concevant une stratégie de développement qui repose sur la valorisation de leurs spécificités, à savoir le
bien-être à l’eau thermale et le patrimoine thermal.
Massif Central
la Route des Villes d’Eaux
La fréquentation des villes d’eaux a considérablement évolué dès
les années 1990, période durant laquelle les touristes deviennent
plus nombreux que les curistes. Les acteurs locaux (offices de
tourisme, thermes, mairies, hébergeurs…) se sont adaptés afin de proposer à ces nouvelles populations des offres leur correspondant.
En matière d’offre culturelle, on trouve ainsi de nombreuses médiations.
Je pense par exemple aux visites sur smartphone de Montrond-lesBains, Vals-les-Bains et Meyras/Neyrac-les-Bains ou à la visite de lieux
emblématiques tels que l’usine Badoît dans la Loire ou les thermes de
Saint-Laurent-les-Bains.
Vous dites que la population de ces villes d’eaux se compose de personnes qui souhaitent rester le plus longtemps en bonne santé avec des
activités qui répondent à une prise de conscience croissante du profit
que l’on peut tirer à prendre soin de soi. Une fréquentation très éclectique alors ?
Les villes d’eaux n’ont pas oublié leur vocation primaire, à savoir soigner des curistes par le traitement thermal. On observe même aujourd’hui une évolution favorable de la fréquentation des cures thermales. En parallèle de la clientèle curiste, les touristes, séjournant ou
résidents, peuvent goûter aux plaisirs de l’eau thermale dans une dynamique de ressourcement et de bien-être. Les villes d’eaux proposent
toute une gamme de soins et de lieux propices à la relaxation : le centre thermoludique Les Iléades de Montrond, le bain de boue en
apesanteur réduite de Saint-Laurent, le forfait à l’eau de Neyrac, le forfait légèreté à Vals…
Dans toutes ces villes d’eaux, en plus du bien-être, la culture a une très grande place, patrimoine, animation, festivité, etc. Pouvez-vous
nous parler de tout ce côté culturel qui anime ces lieux ?
Les Villes d’Eaux détiennent une architecture et une histoire à part. Afin d’accueillir des curistes exigeants, elles ont mis en place des équipements aux décors soignés, tels que thermes, buvette, kiosque, parc thermal, casino, théâtre… et bien sûr un savoir faire inédit en matière
d’accueil et d’animation de cette vie mondaine. Depuis plusieurs années, les Villes d’Eaux du Massif Central valorisent ce patrimoine,
conscientes de l’intérêt culturel et touristique qu’il représente, en proposant par exemple des visites guidées identitaires et thématiques,
comme la visite " Le thermalisme de la Belle Epoque à nos jours à Montrond-les-Bains ".
vibrationclandestine.com/membres/route_des_villes_deaux
À part " le décor " pour certains lieux, nous sommes très loin des ambiances gallo-romaines. Bien sûr le cœur de l’activité reste le même,
mais la population, les animations et la vie de ces lieux ont évolué.
Pouvez-vous nous en dire plus sur tout ce dynamisme et cette effervescence qui a su trouver sa place ?
[email protected] - 04 73 34 72 80 - www.villesdeaux.com - Crédit photo © Jöel Damase -Source Badoit
Evasion Evasión Osgoi
Maupassant parlait de lieux féériques aux eaux ensorcelées plutôt que minéralisées
et George Sand décrivait des lieux majestueux, de vrais monuments qui n’étaient
pas assez connus. Le temps passe et les avis ne changent pas, comment expliquezvous cela ?
Dans le courant du XIXème siècle et au début du XXème siècle, les
architectes des villes d’eaux ont mis en place des monuments grandioses, tels
que les temples à la gloire de l’eau, les buvettes aux décors remarquables ou
les villas à l’architecture éclectique. Le soin particulier apporté à l’architecture de
ces bâtiments avait pour objectif de faire rêver le visiteur, qui rappelons-le, venait
prendre les eaux pour des raisons avant tout médicales.
Nous avons la chance d’avoir conservé quasi-intacts ces témoignages, qui aujourd’hui ré-intéressent autant le grand public que les spécialistes du patrimoine.
Le patrimoine thermal continue d’intriguer et d’émerveiller les visiteurs.
25
Ardèche
L’Aven d’Orgnac
Une première marche, une deuxième, la fraîcheur se fait déjà sentir. La
descente continue, 700 marches plus tard nous sommes arrivés. Nous
voilà environ à 120 mètres sous terre, au cœur de l’Aven d’Orgnac,
au beau milieu d’une grotte qui s’étale sur 20 hectares. Cent millions
d’années après le début de sa formation, nous découvrons le spectacle que nous
offre la première salle, 10 000 m² de reliefs noyés de stalagmites de plusieurs
dizaines de mètres qui jaillissent du sol comme pour nous rappeler les milliers
d’années qu’elles ont derrière elles (petit rappel, un cm est égal à plus ou moins
un siècle). En plus de ce décor incroyable, le site renferme bien d’autres choses,
atelier préhistorique, théâtre en plein air, journées thématiques et pour les plus
sportifs d’entre nous, certains recoins de la grotte vous attendent de pied ferme.
Enfin, vous l’avez compris, l’Aven d’Orgnac fait partie des moments, des sensations, qu’une fois vécus ne s’oublient plus.
Mr Ughetto, pourriez-vous nous dire comment a été découvert
ce lieu et depuis quand est-il ouvert au public ?
L’aven d’Orgnac a été découvert par Robert de Joly le 19 août
1935, au cours d’une campagne d’exploration des cavités
ardéchoises. Ce spéléologue de renom, spécialiste du monde
souterrain a compris immédiatement le caractère exceptionnel
de sa découverte et a très rapidement convaincu la commune
d’Orgnac l’aven, propriétaire, d’aménager le site qui ouvrit ses
portes dès 1939.
Comment s’organise la gestion d’un site comme l’Aven d’Orgnac ?
Nous essayons de concilier au mieux la préservation du site
et sa valorisation. Pour cela, nous avons associé des équipes
scientifiques qui nous aident dans nos choix. Des études régulières de satisfaction du public nous permettent de proposer
les services les plus adaptés. Cette gestion nous a permis
d’obtenir le label Grand Site de France® attribué par le Ministère de l’Environnement en 2004.
Lors de notre rencontre nous avons visité la salle De Joly puis
la salle rouge, le circuit de découverte le plus accessible, mais
d’autres chemins et d’autres façons sont possibles pour explorer l’Aven d’Orgnac. Pouvez-vous nous en parler ?
Evasion Evasión Osgoi
Dans le cadre de la gestion du Grand Site, nous avons toujours
voulu proposer ici les différents aspects du milieu souterrain.
Ainsi, après la découverte touristique ouverte au plus grand
public avec notamment une remontée par ascenseurs, nous
proposons des circuits spéléologiques de 3 ou 8 heures qui
permettent d’aller plus loin dans la découverte. Récemment,
nous avons mis en place le vertige souterrain afin d’illustrer
la dimension sportive de la spéléologie. Cet été, nous avons
mis en place des animations préhistoriques où petits et grands
peuvent s’initier à la taille du silex, au secret du feu, à la peinture rupestre.
26
Depuis peu, vous proposez sur le site de l’Aven d’Orgnac,
Théâtre sous les étoiles. Durant Juillet-Août, nous avons pu
avoir le plaisir de redécouvrir Les Fourberies de Scapin interprétées par la Cie Athome. Pourquoi proposer du théâtre sur un
lieu comme celui-ci ?
Tout simplement cela correspond à notre volonté d’élargir nos
propositions culturelles et la Coopérative Théâtre a su proposer un programme captivant et très professionnel. Depuis
quatre ans déjà, ces jeunes comédiens de la région ont pu,
grâce à leur talent, conquérir et fidéliser un large public. Cette
saison, Les fourberies de Scapin ont confirmé la qualité de
leurs interprétations et la satisfaction du public.
Vous travaillez actuellement sur la réouverture de la partie
musée, quels sont les objectifs des travaux en cours ?
Le Musée de Préhistoire n’avait pas fait l’objet de rénovation
depuis son ouverture en 1988 ; nous avons jugé qu’il était le
moment de revoir complètement son contenu et sa présentation afin de contenter au mieux le public. Cela nous permettra
notamment d’intégrer les dernières techniques de médiation
avec la présentation de vidéos et d’intégrer les derniers résultats des recherches archéologiques. Une salle d’exposition
temporaire nous permettra d’accueillir des événements importants.
C’est donc la Cité de la Préhistoire qui succédera au musée
et qui devrait ouvrir ses portes dès l’été prochain proposant
également tout un panel d’animations.
Publireportage
vibrationclandestine.com/membres/avendorgnac
[email protected] - 04 75 38 65 10 - www.orgnac.com
Interview de Joël Ughetto, Directeur du grand site de l’Aven d’Orgnac
par Vibration Clandestine
Festival Solidaire en Nord-Isère,
Une autre économie à portée de tous !
Nedjma, Fabien, Colin et Joëlle, du groupe L’Emigrant, nous présentent le programme culturel…
Dès 14h00, déambulation Festive dans les rues de Bour- Quel est l’objectif des Rencontres Solidaires ?
goin-Jallieu avec la Compagnie Inko’Nito, Batucada, Cor- L’objectif de ces rencontres est de faire connaître à un
nemuses et pour la circonstance, Couleurs FM installera large public, et pas seulement aux initiés, ce qu’est l’écoson studio mobile dans une roulotte tirée par des chevaux ! nomie sociale et solidaire. Chacun de nous, sans le savoir,
Les partenaires de l’évènement vous proposeront des jeux participe à faire vivre cette économie. Qui n’adhère pas
et des animations dans divers points de la ville et bien sûr, à une mutuelle, n’est pas dans une banque mutualiste ?
place aux spectacles avec Pistil, Les Fables du Pistil : déve- Cette journée permet aussi à toutes ces structures de se
loppement durable, quand tu nous tiens… à cœur d’être une faire connaître. L’économie sociale et solidaire offre une
réalité, [email protected], [email protected] et la Fille, Paroles, Idioties et Jolies autre forme de gouvernance puisqu’elle est indépendante
Chansons et L’Emigrant qui clôturera la journée avec un des pouvoirs publics, elle est non lucrative, elle est démoconcert Mangeurs d’étoiles…, mais solidaires.
cratique (une personne, une voix) et enfin chacun peut y
adhérer librement.
Que se passera-t-il à l’Espace Grenette ?
Publireportage
Toutes les structures appartenant au secteur de l’économie solidaire et qui se seront inscrites préalablement, pourront présenter leurs activités, soit en vous accueillant sur
leur stand, soit en proposant des jeux ou autres. Toujours
dans un esprit de convivialité, l’association ABCD installera
un espace où vous pourrez venir, manger, boire ou tout simplement discuter…
Cette année, vous avez fait le choix d’ajouter beaucoup de
culture et de festivités lors de ces rencontres, pourquoi ?
Parce que nous pensons que le public sera plus réceptif si
nous allions conférences, colloques et moments festifs. La
solidarité, c’est l’affaire de chacun et de tous, et les artistes
sont souvent porteurs de cette nécessité d’être solidaires.
Il est toujours plus facile de parler de choses sérieuses,
voire rébarbatives en présentant des créations artistiques
vectrices de plaisir. Et puis le concept même de l’économie
sociale et solidaire n’est-il pas culturel ?
Une page Facebook est dédiée à l’événement alors n’hésitez pas à cliquer sur J’aime
www.facebook.com/FestivalSolidaireEnNordIsere
[email protected] - 04 74 27 80 80 - www.couleursfm.fr
www.facebook.com/FestivalSolidaireEnNordIsere
Conception : www.la-peniche.fr / Graphisme : www.studiobambam.com
Pour sa 6ème édition, les Rencontres solidaires 2012 seront festives !
Couleurs FM en partenariat avec la Région Rhône-Alpes, la CRESS RhôneAlpes, la Communauté d’Agglomération Porte de l’Isère (CAPI), l’association
Nozigue Production et de nombreuses structures, vous propose une journée
festive le samedi 17 novembre 2012 de 13h30 à 21h00 en divers lieux de
Bourgoin-Jallieu (Espace Grenette, centre ville).
Pourquoi un festival ?
Pour rassembler un maximum de personnes autour d’une économie souvent méconnue, faire la fête et permettre ainsi un
échange solidaire entre tous les acteurs du territoire. Démystifier le secteur de l’économie sociale et solidaire sera le but de
cette journée, la culture étant la passerelle idéale. Le groupe L’Emigrant sera le chef d’orchestre, pour la partie culturelle,
de cette folle journée ! Le sport ne sera pas en reste, puisque une démonstration de BMX sera proposée par Race & Co et
d’autres surprises sont à venir…
28
The wall Le mur El muro
29
Beepeur
Cadeaux
Attention !!!
Festival au Centre Chaplin La voix des mots 13 -17 nov.
Le 13 nov. à 20h30 Dominique A en concert pour ses
20 ans de carrière voir toutes les infos du festival et
billetterie en ligne sur www.centrecharliechaplin.com
Les Becs Bien Zen nous reviennent avec un nouvel
album Peau d’Homme le 16 août !
Pour fêter ça avec leur public lyonnais, rendez-vous le 4
octobre au CCO à Villeurbanne !
myspace.com/becsbienzen
Infos
Découvrir
PATTERN J – Twisted Galaxy
Découvrez le nouvel album de Pattern J : Twisted Galaxy
(Audiogenic). Ce space opera hardcore frenchcore mélangeant
habilement basses et breaks dubstep vous projettera dans un
monde intersidéral.
Plus d’info sur audiogenic.fr
Groupe Golden Zip via Médiatone
Le Rock Alternatif et original des berjalliens
du Melting Snow Quartet débarque le 20 août
avec un 1er album Another Trick !
Plus d’infos sur themeltingsnowquartet.com
A
q
D
D
M
«
ç
T
Le collectif Vibration Clandestine s’agrandit, une nouvelle recrue nous
a rejoints le 17 juillet dernier, Soan, 3 kg 250, 49 cm, la relève s’organise !
Le festival SPONTANéOUS 2012 se déroulera à Lyon du 27/10 au 03/11.
Comédiens internationaux, artistes, musiciens, spectacles enfants et
adultes… pour la 8ème édition, découvrez 8 jours d’impro non-stop !
+ d’infos sur : spontaneous-festival.com
1d-rhonalpes, LA PLATEFORME MUSICALE REGIONALE
Ecouter, Découvrir, Télécharger ! Retrouvez sur la plateforme
tous les artistes indépendants produits en région.
Détenteurs de la CARTE M’RA : Téléchargez 10 TITRES GRATUITS
avec votre carte dès maintenant sur la plateforme !
1d-rhonalpes.com/fr/espacemra
RKO RECORDS offre 5 CD aux plus rapides dans son
catalogue 2011-2012 pour la sortie du EP de Johanna
Rittiner 4231
Choix sur rkomusicdistribution.com.
Artistes du catalogue : Kharapace, Ian Doray, The Pamelas, Little Boy, Nadine Ellman, Stan & Jo, electro-evo,
Johanna Rittiner.
Contact tél : 04 78 27 88 17 / Infos : [email protected]
Le Culbuto Kesako ?
Le Culbuto se positionne comme acteur de l’animation culturelle
de la cité et propose aux artistes un espace de travail adapté et un
soutien à la diffusion. Il s’adresse à tous types de créateurs, sans
distinction de disciplines. culbuto.fr
30
1001 BASS MUSIC FESTIVAL
Les 31 octobre, 2 & 3 novembre à Saint-Étienne
3 jours de musique électronique / 11 évènements
Concerts, rencontres, expositions, ateliers, projections ...
+ de 40 artistes, groupes & formations programmés
+ 1 Parcours électronique le 2 Novembre 2012.
www.1001bass.net - www.le-fil.com
Présentation de la saison culturelle de l’espace
Baudelaire Compagnies, metteurs en scène et
comédiens vous attendent le vendredi 21 septembre
à 18h30 à l’espace Baudelaire.
Entrée libre et spectacle surprise …
ville-rillieux-la-pape.fr
Rendez-vous le 8 octobre pour la sortie du
nouvel album de Brain Damage, sans oublier
une nouvelle compil JFX BITS à télécharger
gratuitement le 15 octobre !
et le festival Riddim Collision c’est du 6 au
11 novembre !
Devenez régisseur ou technicien son,
lumière et plateau, Spectacle Vivant / Evènementiel
Avec ou sans bac, apprenez le métier avec des
Professionnels !
Inscription en cours / Demandez une documentation
- Régisseur ([email protected] )
- Technicien ([email protected])
+ d’infos : grimedif.com
Jusqu’au 28 octobre, la ville de Montélimar
vous propose un voyage dans l’univers de l’art
figuratif. Quatre artistes à découvrir ou à
redécouvrir : Gérard Schlosser, Peter Klasen,
Antonio Segui et Axel Cassel. Rendez-vous
au centre ville de Montélimar, quartier Saint
Martin au musée d’art contemporain.
Plus d’infos : montelimar.fr.
Festival solidaire en nord-isere, samedi 17 novembre 2012 - 13h30 à
21h00 à Bourgoin-Jallieu avec L’Emigrant, [email protected] et [email protected], Pistil, Inko’Nito
et de nombreux acteurs de l’économie Sociale et Solidaire en Nord-Isère !
Infos : facebook.com/FestivalSolidaireEnNordIsere
Pr
Après avoir longtemps œuvré dans la production cd, puis mis en sommeil pendant
quelques années, le label Vibration Clandestine revient avec sa première sortie vinyle.
Deux morceaux électro puissants et efficaces, influencés par quelques touches de
Face
Dub Step by Pilou
Masterisé par Cédric Monnet chez Down Mix Mastering (Air, Jeff Mills, Manu le Malin, etc.)
« Il tourne en boucle dans les bureaux,
ça frise l’hystérie… »
Tombeur d’Ondes
« Avec ce vinyle,
les gendarmes ne nous demandent plus de
couper le son mais de le monter… »
Le Teuffeur Enchainé
« Cathy en est folle,
ce mec est un ouf… »
« J’arrête tout ! »
Carl Sox
David Gâteau
« Aucune idée, faut qu’on l’écoute… »
Vibration Clandestine
Prochainement chez
Toolbox records,
Toon’Z shop,
Breizh-teckshop,
Syu-records
andestine.com - 201
tioncl
2-w
ibra
ww
w.v
.m
ww
ysp
ac
e.c
o
et tous les bons
disquaires spécialisés.
m
1
ce0
ufa
ilo
/p
01
by
Pilou
Face
Side A