La Yuma - Secteur Langues

Commentaires

Transcription

La Yuma - Secteur Langues
http://gfen.langues.free.fr
La Yuma, un film de Florence Jaugey
Une fille, ça ne boxe pas !
Florence Mazet
Présenté dans le cadre de la programmation scolaire du Festival organisé par l’Association
Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse (ARCALT)1, le film La Yuma , de
Florence Jaugey (2009)2, peut-être intéressant à plusieurs titres pour nos élèves de collège ou
de lycée. Comme tout film en langue étrangère, il ouvre des univers culturels et linguistiques,
qu’il conviendra de travailler en amont pour qu’ils soient bien appréhendés par tous nos
élèves. De nombreuses thématiques peuvent donner lieu à un travail à la suite de la sortie au
cinéma : les inégalités sociales, la pauvreté et le rêve d’émigration, les gangs, la ville… Dans
cet atelier, c’est l’angle des rapports sociaux de genre qui est choisi avec un travail sur les
stéréotypes de sexe.
Cet atelier a été animé dans des classes de 1e et Terminale (niveau B1) ainsi qu’en formation3.
Une séance de ciné, ça se prépare !
On croit facilement que le cinéma doit forcément plaire à nos élèves. Or un film du
Nicaragua, en VOSTF, ancré dans une réalité si distante de la nôtre, ne suscitera pas
forcément une adhésion immédiate, sans une préparation préalable à la sortie au cinéma,
susceptible de donner quelques clés pour dépasser les difficultés que l’on aura repérées pour
nos élèves.
1
http://www.cinelatino.com.fr/
http://www.laYuma-lefilm.com/
3
Dans le cadre de la formation pour les professeurs d’espagnol et d’Education
Socio-Culturelle de lycées
agricoles de l’Académie de Toulouse autour des films latino-américains La Yuma et Le dernier été de la Boyita
et de la thématique du genre, proposée par l’ARCALT avec le soutien de la DRAC et de la DRAAF MidiPyrénées (février 2011, http://www.cinelatino.com.fr/sites/default/files/lesdocs/formation-lycees-agricoles.pdf),
et dans le cadre du stage La culture en classe de langues organisé par le Secteur Langues du GFEN à Toulouse,
le 8-9-10 mars 2011(http://gfen.langues.free.fr/activites/stage_Toulouse_2011.pdf).
2
1
Par ailleurs, si l’on veut faire de nos élèves des spectateurs actifs, animés par le désir de cette
rencontre cinématographique, il faudra mettre en place une situation capable de déclencher
leur questionnement, leurs hypothèses, leur imaginaire, et la séance de cinéma sera alors
attendue comme un moment de confrontation entre ce monde personnel qu’on leur aura fait
élaborer et celui de la réalisatrice. Dans le cas de La Yuma, ce questionnement passe par une
phase de travail pour lequel il est dans un premier temps important que les élèves n’aient eu
aucune information sur le film.
Phase 1 : C’est quoi, un bon film ?
Consigne 1 : Nous allons ensemble nous rendre au cinéma pour une séance ou nous verrons
un film latino-américain. Mais avant de nous y rendre, voyons ensemble : un bon film, c’est
quoi pour vous ?4
On écrit la question sur une affiche.
Réflexion individuelle, en silence : 5 min.
On invite les élèves à formuler leurs critères que l’on note sur l’affiche. C’est le moment de se
rafraîchir la mémoire sur quelques mots de vocabulaire qui nous seront bien utiles par la
suite : le scénario, le réalisateur, les acteurs, les genres cinématographiques…5 Le professeur
reste face à l’affiche, de dos aux élèves, afin que chacun puisse donner ses critères sans se
sentir jugé, et que les élèves ne s’adressent pas au professeur de façon exclusive, mais à
l’ensemble de la classe.
Cette phase d’émergence des représentations, qui doit être brève, permet aux élèves de se
projeter dans la sortie au cinéma. Les critères retenus par la classe pourront servir de point de
départ à l’élaboration d’une critique du film, au retour du cinéma.
Phase 2 : La protagoniste sous différents angles
Le personnage central de La Yuma a été choisi pour être au cœur des questionnements des
élèves. Ce personnage que l’on ne quittera presque jamais tout au long du film, toujours en
mouvement, défiant les codes sociaux et de genre pour se réaliser en tant qu’individu, se
construira sous le regard actif des élèves, à travers l’observation de divers photogrammes. Les
photogrammes sont un support intéressant pour le travail en amont d’un film : ils sont une
4
Vamos a ir al cine a ver una película latinoamericana. Pero antes, tenemos que ponernos de acuerdo: ¿Qué es
una buena película para vosotros?
5
Voici quelques exemples de réponses d’élèves (traduites en français) : Quand on s’ennuie pas, quand le
spectateur a son rôle, qu’il doit réfléchir (pour comprendre la fin, le message du film…), quand il y a de bons
acteurs pour donner une personnalité à leur personnage, quand il y a du suspense, beaucoup d’émotions, des
images de bonne qualité, un bon scénario, des personnages attachants, de belles actrices, quand le film a reçu des
prix,…
2
évocation en concentré de la totalité du film (esthétique, thématique,…), mais plus que la
bande-annonce, qui souvent en dit trop, ils ouvrent les portes de l’imaginaire6.
La disposition de classe est celle du travail par petits groupes : pour des raisons de dynamique
de groupe, il convient d’encourager à la formation de groupes de 3 ou 4 élèves. Au début de
l’atelier, on peut très bien former ces groupes par tirage au sort, ou bien par affinité. Les
groupes seront de toute façon brassés par la suite, pour les besoins de l’activité.
Pour cette phase de travail, le professeur préparera des photogrammes (on en trouve
facilement sur internet) qu’il imprimera en couleur et plastifiera (une bonne manière de
protéger son matériel pour un réemploi dans diverses classes). La qualité du support de travail
est importante pour favoriser la mise au travail de nos élèves !
 Premier jeu de photogrammes : chaque groupe se voit attribuer l’un de ces 4
photogrammes, en 4 exemplaires (un par élève du groupe). Si on a plus de 4 groupes,
on confie à deux groupes le même photogramme. Pour la première consigne, tous les
élèves du petit groupe de 4 travaillent donc sur le même photogramme.
1
2
3
4
Consigne 1 :
La semaine prochaine, nous allons voir un film.
Voici un photogramme de ce film, où apparaît la protagoniste du film, son héroïne.
Individuellement: Observe ce photogramme et note toutes les impressions ou réflexions qu’il
t’inspire7. (5 min)
6
Sur les différentes outils qui peuvent être mis à contribution pour préparer une séance de cinéma, voir :
MEDIONI, Maria-Alice, L’art et la littérature en classe d’espagnol, Lyon, Chronique Sociale, 2005, p. 185-210
ou Secteur Langues du GFEN, Réussir en langues. Un savoir à construire, Préface de J.-Y. Rochex, Lyon,
Chronique Sociale, 1999, p.231-234 et sur le site du Secteur Langues du GFEN :
http://gfen.langues.free.fr/pratiques/pratiques_cinema.html
3
Observations
Impressions, réflexions que tu peux déduire à
propos de l’héroïne
La fiche distribuée permet à chacun d’avoir la consigne sous les yeux, et de pouvoir se mettre
bien vite au travail.
On ménage 5 minutes de réflexion individuelle, phase indispensable au bon fonctionnement
du travail de groupe : chacun arrive alors en ayant amorcé une réflexion, en ayant fait ses
propres observations, ce qui évite la prise de pouvoir par « le plus rapide » ou celui qui est
habituellement identifié comme « le bon élève ». C’est d’autant plus important avec ce genre
de consigne, où il s’agit de produire des hypothèses à partir de l’éventail le plus large possible
d’impressions. Ce temps de silence et de travail personnel évite que tout le monde fasse la
même lecture du photogramme et favorise les différents points de vue (certains s’attacheront
plus à la couleur de peau, d’autres au regard, d’autres au décor, etc.).
Consigne 2:
Au sein du groupe de 4 : Mettez en commun vos impressions ou réflexions pour élaborer le
portrait physique et moral le plus complet possible de la protagoniste du film, à partir de votre
photogramme. Au fur et à mesure, chacun prend note de ces informations sur sa fiche
personnelle8. (20 min)
Observations
Portrait physique
Portrait moral
Autres informations ou
(personnalité, caractère, questions
identité…)
La prise de note est importante, car tout à l’heure, chacun devra rendre compte du travail
réalisé en groupe dans un autre groupe. Il faut inciter cependant à une prise de note succincte,
peu rédigée, car il s’agira d’une prise de parole (qui donnera lieu à un entraînement), et non
d’oraliser un écrit.
La dernière colonne permet de consigner des informations connexes : sur les autres
personnages, sur les lieux… Il est important de toujours ouvrir un espace dans lequel les
élèves sont invités à consigner des éléments que l’on n’avait pas forcément anticipés.
7
La semana próxima, vamos a ver una película. Aquí tienes un fotograma de la película, en el que aparece la
protagonista. Individualmente: Observa el fotograma y apunta todas las impresiones o reflexiones que se te
ocurran. Observaciones / Impresiones, reflexiones que puedes deducir acerca de la protagonista.
8
En grupo: Juntad vuestras impresiones o reflexiones para elaborar un retrato físico y moral lo más completo
posible de la protagonista de la película, a partir de vuestra foto. Cada uno apunta las informaciones en la
ficha. Observaciones / Retrato físico / Retrato moral (personalidad, carácter, identidad…) / Otras informaciones
o preguntas.
4
Au bout de 8 ou 9 min, quand le travail est déjà bien enclenché, on met à disposition des
groupes une fiche de vocabulaire en espagnol, empruntée au Dossier pédagogique réalisé par
Odile Montaufray9, comprenant de nombreux intrus, puisqu’elle permet en théorie de parler
de tous les personnages du film (ce qui permet d’introduire aussi ce vocabulaire).
Cette fiche, qui offre de nombreux mots transparents, ou bien que les élèves identifieront alors
qu’ils ne pouvaient pas les mobiliser eux-mêmes, évite la pesante séance des questions de
vocabulaire adressées au professeur. Cependant, elle ne doit pas arriver trop tôt sur les tables,
car elle pourrait bloquer la réflexion des élèves, restreindre le champ de leurs hypothèses.
9
http://www.cinelangues.com/wp-content/uploads/Dossier_La%20Yuma.pdf p. 18
5
adusto/a
agresivo/a
amable
ameno/a
antipático/a
arrecho/a
astuto/a
bravo/a
brusco/a
brutal
caluroso /a
comprensivo/a
comunicativo/a
decidido/a
determinado/a
dominado/a
drogadicto/a
endeble
femenino/a
fuerte
generoso/a
guapo/a
holgazán
inteligente
ladrón
manipulador/a
mantenido
moralizador/a
moreno/a
mujeriego
obstinado/a
orgulloso/a
positivo/a
protector/a
rebelde
responsable
simpático/a
soñador/a
tolerante
truhán
valiente
violento/a
voluntario/a
Au bout de 12 min de travail sur le premier photogramme, on distribue à chaque groupe :
 Deuxième jeu de photogrammes : même dispositif que pour le premier jeu, chaque
élève a donc 2 photogrammes différents en main. Ceux qui avaient eu le photogramme
1 de la première série reçoivent à présent le photogramme 1 de la 2e série et ainsi de
suite.
1
2
3
4
Consigne 3: Voici un autre photogramme du film. Vous permet-il de confirmer vos
impressions ? Complétez, nuancez votre fiche en fonction de vos nouvelles observations10
(8min).
10
Aquí tenéis otro fotograma de la película. ¿Se confirman vuestras impresiones? Completad o modificad la
ficha en función de vuestras nuevas observaciones.
6
Au terme de ce travail, un grand nombre d’informations auront été réunies dans les différents
groupes. Vient à présent le moment où chacun va s’entraîner, à partir des notes succinctes
prises sur la fiche, et en prenant appui sur les 2 photogrammes, à rendre compte des
observations, informations et hypothèses de son groupe, dans un autre groupe, où chacun sera
l’unique représentant de son groupe d’origine.
Consigne 4: En groupe : Dans 10 minutes, chacun devra présenter, en prenant appui sur les 2
photogrammes, le résultat du travail de groupe dans un autre groupe. Entraînez-vous les uns
les autres pour pouvoir le faire en toute sécurité11.
Cette phase d’entraînement est très importante pour que chacun se sente outillé pour rendre
compte seul de ce travail, dans un autre groupe. Les stratégies peuvent différer d’un groupe à
l’autre. Si c’est la première fois qu’on travaille ainsi, on peut prendre le temps de faire une
pause méthodologique, et demander : « D’après vous, comment peut-on faire pour
s’entraîner ? ». Des propositions surgissent : « On se le dit à tour de rôle », « il y en a un qui
commence et on complète au fur et à mesure », mais il peut y avoir aussi « On rédige et on
apprend par cœur », « chacun récite de son côté ». Il faudra alors interpeler sur la forme d’oral
qui est attendue, en se plaçant du côté du récepteur. Est-ce facile de comprendre quand on
entend quelqu’un « réciter » ou « lire » ses notes ? Qu’est-ce qu’on attend de celui qui rend
compte de son travail ? Qu’il puisse expliquer, se faire comprendre, reformuler… On arrive à
se convaincre alors que la meilleure façon de s’entraîner est sûrement d’agir « dans les mêmes
conditions », de simuler la situation. Certains groupes ou certaines personnes résisteront
fortement, et voudront à tout prix disposer d’un écrit rédigé, ou apprendre leurs « phrases »
par cœur. Il conviendra alors de prendre un temps d’analyse pour cette phase pour faire surgir
les difficultés qui se seront posées au moment de la rencontre dans le 2e groupe, et en tirer les
conclusions, pour une prochaine fois…
Pendant l’entraînement, on circule d’un groupe à l’autre. On peut suggérer de davantage
prendre appui sur les 2 photogrammes, un support matériel est toujours une aide précieuse
pour organiser et dynamiser sa prise de parole.
Quand la phase d’entraînement touche à sa fin, on réorganise les groupes de façon à réunir 4
personnes ayant travaillé sur des photogrammes différents. Il y a donc 8 photos différentes sur
chaque table, chaque table ayant toutes les 8 photos proposées. Une astuce simple pour éviter
de perdre trop de temps dans ce changement de disposition consiste à coller une pastille de
couleur différente derrière chacun des 4 photogrammes du premier jeu distribué (on a ainsi un
1 bleu, un 1 rouge, un 1 vert, un 1 jaune, idem pour le 2, le 3 et le 4). On demande alors aux
élèves de se regrouper selon la couleur de son photogramme, par groupe de couleur. Si l’on
n’a pas un multiple de 4, il conviendra de repérer quels photogrammes manquent dans les
groupes incomplets, et demander aux élèves ayant en charge ces photogrammes de rendre
compte plusieurs fois de leur travail.
11
En grupo: Dentro de 10 minutos, cada uno tendrá que presentar, con la ayuda de los 2 fotogramas, el
resultado de vuestro trabajo a personas de otros grupos. Entrenaos para poder hacerlo con seguridad.
7
Consigne 5 : Echangez vos informations12. (4 x 2 min)
Pour la plupart des élèves, c’est une surprise et un grand plaisir de voir les autres
photogrammes, et de croiser les regards sur ce même personnage. La détermination du regard
pour les uns, un romantisme fleur-bleu pour d’autres, le sport, peut-être la boxe pour d’autres,
la violence en filigrane… Les liens se tissent d’un photogramme à l’autre, le portrait devient
plus affirmé, plus complexe, plus nuancé.
Cette phase de mise en commun en petits groupes est moins déstabilisante que face à la
classe, et souvent plus dynamique. Tous les élèves prennent la parole à tour de rôle, ce qui
dans une classe à plus de 30 est un luxe ! L’écoute entre eux est de très bonne qualité, car les
imaginaires sont en action, et chacun cherche à aller plus loin. Le rôle de l’enseignant se
cantonne à veiller à ce que tout le monde joue bien le jeu.
Assez rapidement, quand les élèves ont tous rendu compte de leur travail, on distribue la
consigne suivante :
Consigne 6: Voici quelques-uns des surnoms donnés à Virginia Roa, la protagoniste du film :
La bandolera (el bandolero = le bandit)
La indomable (= l’indomptable)
La trabajadora (= la travailleuse)
La Yuma (la Yuma est le nom d’un célèbre personnage de série télé, une femme qui se
transforme en félin)
Yumita (diminutif de Yuma, avec une connotation plus affectueuse)13
Individuellement : Classez ces surnoms par ordre décroissant de pertinence : celui qui
correspond le mieux au personnage tel que vous le percevez est le n°1, celui qui correspond le
moins bien est le n°5.14 (3 min)
En groupe : Mettez-vous d’accord sur le surnom qui vous semble le mieux convenir au
personnage. Préparez-vous pour rendre compte de vos arguments.15 (10 min)
12
Intercambiad vuestras informaciones.
Estos son unos de los apodos que le dan a Virginia Roa, la protagonista de la película:
La bandolera
La indomable
La trabajadora
La Yuma (la Yuma es el nombre de un famoso personaje de telenovela, una mujer que se transforma en felino)
Yumita
14
Clasificad los nombres desde el que mejor le corresponde a lo que imaginas del personaje (n°1) hasta el peor
(n°5).
15
En grupo: Poneos de acuerdo y elegid el apodo que mejor le corresponde a la protagonista tal como la
imagináis. Preparaos para dar cuenta de vuestros argumentos.
13
8
Si un groupe hésite entre deux surnoms, on peut l’autoriser à garder les deux : ce qui est
recherché est l’argumentation, et au-delà, la synthèse des informations sur la Yuma.
Au bout de 10 min, on tire au sort le rapporteur du groupe, et le groupe a la responsabilité de
l’entraîner à rendre compte des arguments du choix du surnom. Chacun dans le groupe doit
être prêt à compléter, débloquer son rapporteur en cas de problème ou d’oubli, ce qui impose
à chacun d’être prêt au même niveau.
Consigne 7 : En groupe : Vous avez 10 min pour entraîner le rapporteur de votre groupe.
Mise en commun: On tire au sort le premier groupe (on peut utiliser les couleurs par
lesquelles ils se sont regroupés). Le rapporteur annonce le surnom retenu par son groupe, et
les arguments qui ont prévalu au choix. On invite alors les groupes qui ont choisi le même
surnom à compléter, nuancer… Bientôt la parole circule d’un groupe à l’autre, car pour faire
son choix, chaque groupe a argumenté sur chacun des surnoms, et est donc en mesure de dire
pourquoi tel surnom ne lui semble pas être le meilleur. Le professeur note sur affiche les
arguments qui sont développés, ce qui permet de renvoyer en miroir à la classe le travail fait
par les uns et les autres.
C’est une phase très importante de synthèse de tout le travail précédent. Contrairement à ce
qu’on aurait pu croire, et dans la mesure où les élèves ignorent le titre du film, qui pourrait les
influencer dans leur choix, tous les surnoms proposés sont choisis par les uns ou les autres16.
L’échange est très riche et nuancé, le personnage prend vie à travers les perceptions des uns et
des autres. On est obligé d’aller chercher dans les photogrammes les détails qui permettent de
défendre telle ou telle idée. On peut clore l’échange en proposant de choisir ensemble le
surnom qui conviendrait le mieux pour être le titre du film.
A la fin de l’échange, on projette l’affiche du film17.
Consigne 8 : Individuellement : Observez l’affiche. Qu’est-ce qu’elle permet de confirmer ?
Quelles informations nouvelles apporte-t-elle ? Quelles nouvelles questions se posent à vous ?
(7 min)18
16
Voici quelques exemples d’argumentation : « La Yuma : p orque es a la vez femenina (foto en el concierto) e
indomable (masculina cuando boxea); parece ser una mujer que cambia de cara, que se « transforma »; puede
ser simpática y agresiva; no es un apodo común, así que puede corresponder a esta mujer « fuera de lo
común ». Yumita: más afectuoso, muchos varones cerca de ella (el novio, su hermano, el entrenador de boxeo) :
como si la protegieran. La bandolera : En un fotograma, tiene una pistola en la mano : formará parte de una
pandilla. La indomable : porque pertenece a una pandilla, practica el boxeo, sabe defenderse; parece que nadie
ni nada pueda pararla en lo que quiere y hace. La trabajadora: en los fotogramas, no se ve a la protagonista
trabajando. Sin embargo, da la impresión de ser determinada y perseverante.”
17
Nous avons préféré l’affiche d’origine du film, rendant compte des prix obtenus dans différents festivals par ce
film (http://www.cinescape.tv/wp-content/uploads/2010/09/La-Yuma.jpg) à l’affiche de sa diffusion en France
(http://www.cinecritic.biz/es/images/stories/afiches-estrenos/afiches-sept2010/la-Yuma.jpg)
18
Observad el cartel de la película. ¿Qué permite confirmar? ¿Qué informaciones nuevas nos da? ¿Qué nuevas
preguntas tenéis ahora?
9
En groupe : Mettez en commun et préparez-vous à rendre compte de vos conclusions. (8 min).
En classe : Pour la mise en commun, chaque groupe est invité à donner une réponse par
question posée, pour permettre à l’ensemble des groupes de s’exprimer, et éviter que les deux
ou trois premiers groupes aient « tout dit ». Le rythme doit être enlevé, car une mise en
commun de classe peut vite s’avérer rébarbative !19
Il est rare que les groupes aient à ce stade de nouvelles questions à propos du film. Se poser
des questions, c’est l’une des choses les plus difficiles, surtout quand à l’école on nous a
toujours conditionnés pour répondre aux questions posées par d’autres (qui d’ailleurs
connaissent bien les réponses aux questions qu’ils posent, c’est tout le paradoxe !). Par
ailleurs, il est intéressant de profiter de tous les échanges de la mise en commun sur l’affiche
pour concrétiser cette consigne.
Consigne 9 : En groupe : Vous avez 2 minutes, pas une de plus, pour formuler au moins 3
nouvelles questions au sujet du film que nous allons voir !
Ce petit défi accélère encore le rythme, et chaque groupe a bien vite formulé ces questions qui
étaient en gestation dans les phases précédentes. Lors de la mise en commun de classe, chaque
groupe est invité à donner l’une de ces trois questions, pour augmenter les chances que
chaque groupe ait une question différente à proposer. Ensuite, quand tous les groupes ont fait
leur proposition, on peut revenir aux questions qui n’ont pas été proposées.
Phase 3 : Un film, son contexte.
Pour bien préparer nos élèves à la projection, il est important de les familiariser avec les
éléments du contexte pertinents pour aborder le contenu du film. Le dispositif choisi dans cet
atelier s’apparente à un chantier de recherche : chaque groupe dispose d’un dossier abondant,
on se répartit la lecture, chacun étant responsable de rendre compte de sa lecture au groupe20.
On distribue ainsi à chaque groupe un dossier contenant:
- l’affiche du film en langue espagnole
- une fiche d’identité du pays, le Nicaragua (il en existe de nombreuses sur internet),
donnant quelques informations géographiques, économiques, sur le climat, la
population, etc.
19
Voici quelques exemples : El cartel confirma que el título es La Yuma, la Yuma practica el boxeo (hay
guantes, tiene un cardenal en la cara), pasa en Nicaragua, en América Central, la protagonista vive en un
barrio pobre. Des questions : ¿Es una película policíaca? ¿Por qué es violenta la chica? ¿Por qué es pobre?
¿Se sale de la pobreza? ¿Cómo? ¿Qué hace en su vida?
20
On peut voir un exemple de mise en place de ce dispositif dans MEDIONI, Maria-Alice , L’art et la littérature
en classe d’espagnol, Lyon, Chronique Sociale, 2005, « Atelier Guggenheim », p. 176-183, et en particulier, p.
177.
10
-
des extraits de déclarations de Florence Jaugey où elle dit vouloir montrer la réalité du
pays (lien avec les documentaires, cinéma comme miroir du pays)21
les paroles de Vida de perro, la chanson du film22.
des documents sur les femmes au Nicaragua, les Commissariats de femmes, sur les
pandillas, la drogue et la violence…
Consigne 1 : Vous disposez d’un dossier contenant des renseignements sur le film et son
contexte. Vous n’aurez pas le temps de lire chacun la totalité du dossier. Chacun prend donc
en responsabilité la lecture d’un ou deux de ces documents et prend en note les éléments
importants pour en rendre compte aux autres membres du groupe. La lecture individuelle doit
être silencieuse pour permettre à chacun de travailler dans les meilleures conditions de
concentration possibles. 15 min
Consigne 2 : En groupe : Présentez à tour de rôle les informations que vous avez réunies
pendant votre lecture. Chacun peut et doit poser des questions pour que tout soit bien clair.
(15 min)
Consigne 3 : Vous disposez à présent de nombreuses informations sur le film, son personnage
principal et le contexte social, culturel, politique,… du Nicaragua. Quelles sont les nouvelles
questions que vous vous posez ?23
Réflexion individuelle : 5 min
Mise en commun par groupe sur une affiche : 15 min
Affichage. Lecture silencieuse : 10 min.
On peut prendre un petit temps de réflexion sur les différentes formulations de l’interrogation
en espagnol.
Consigne 4 : Quelles sont les questions que vous allez retenir, comme grille de lecture du
film ? (10 min)
Ces questions retenues par la classe feront l’objet d’une fiche qui sera distribuée aux élèves
avant la projection. Elles sont une excellente mise en appétit, un bon moyen de garantir une
attitude active pendant la projection. Nourris par leurs hypothèses sur le personnage, par les
lectures qu’ils ont faites, les élèves sont dans de bonnes dispositions pour « rencontrer » le
film.
Phase 4 : Projection du film, en entier, sans interruption, en VOSTF, au cinéma.
21
Par exemple des extraits de : http://www.noticine.com/iberoamerica/36-iberoamerica/12887-florence-jaugeydirectora-de-qla-Yumaq-qera-un-deber-devolver-a-los-nicaraguenses-el-reflejo-de-su-realidadq.html
22
http://www.espagnol.ac-aix-marseille.fr/spip/IMG/pdf/Dossier_La_Yuma_def.pdf p.28
23
Dispositif emprunté à MEDIONI, Maria-Alice, L’art et la littérature en classe d’espagnol , Lyon, Chronique
Sociale, 2005, « El espíritu de la colmena », p.193.
11
Consigne : A la maison, reprenez la grille de questions élaborée en classe. Choisissez deux ou
trois questions et préparez vos réponses.
Phase 5 : Une fille, ça ne boxe pas !
De retour du cinéma, nous avons choisi de mettre la problématique des stéréotypes de sexe au
cœur du travail. On a préparé des affiches (feuilles de paper board) au centre desquelles on a
collé :
- Des répliques du film avec si possible un photogramme évoquant la scène où est
prononcée la réplique :
 Scarlet (la patronne de la Yuma, celle qui tout au long du film de cesse de lui
donner des conseils et lui faire des recommandation) à Yuma : « Deberías
arreglarte mejor, si vos sos una chavala bonita, vestirte sexy”24
 Culebra (le fiancé “officiel” de la Yuma, qui est aussi le chef de la bande) à Yuma :
“¿Sigues con esa loquera? ¿Cuándo viste a una mujer boxeadora?”25
 Yuma à Culebra: “¿Desde cuándo yo te tengo que dar cuenta de mi vida?
Culebra répond à Yuma : “Desde que te hice mi mujer.”26
-
Des photogrammes : Alfonso, l’horrible beau-père de la Yuma, avachi sur son fauteuil
pendant que la mère de la Yuma fait son repassage, Culebra menaçant du doigt La
Yuma parce qu’elle devient « lourde ».
Ces affiches sont réparties sur les murs de la salle de classe.
Consigne 1 : Voici des éléments du film que nous avons vu au cinéma. Vous avez des
marqueurs à votre disposition pour écrire sur les affiches vos réactions, réflexions, tout ce
qui vous viendra à l’esprit27. (12 min)
Le dispositif rejoint celui d’une fresque des représentations. Comme il y a plusieurs
affiches sur les murs, la circulation simultanée d’un plus grand nombre d’élèves est
possible. C’est une phase dynamique, mais pas chaotique. Il convient de ne pas interdire la
parole au pied des affiches, au contraire : s’instaurent alors différentes formes de dialogue,
dialogue entre les personnes qui écrivent, se lisent et se répondent sur l’affiche. Se rendre
disponible pour le vocabulaire, au besoin.
Sur les affiches, on trouve « machisme, sexisme, domination, menace », du vocabulaire
(« gangs, repasser, les tâches ménagères »), des allusions au reste du film « pervers,
écœurant » (à propos d’Alphonse). Il y a aussi des remarques comme « elle dit à la Yuma
24
« Tu devrais mieux t’arranger, tu es une jolie fille après tout, t’habiller sexy. »
« Toujours ce délire ? Quand as-tu vu une femme boxeuse ? »
26
« Depuis quand je dois te rendre compte de ma vie ? » « Depuis que j’ai fait de toi ma femme. »
27
Aquí tienen unos elementos de la película. Apuntad vuestras reacciones, reflexiones, todo lo que se os ocurra.
25
12
de bien s’habiller car pour vendre, il faut être sexy », « la Yuma est masculine », « une
fille très agressive », « une dispute amoureuse », « une histoire d’amour qui se termine »,
« seules les femmes travaillent dans le film, les hommes ne font rien et sont machistes »,
« la Yuma n’est pas belle », « elle n’a pas une apparence commerciale »…
On se gardera pour le moment de faire remarquer que le sexisme, bien identifié dans
certaines affiches, passe inaperçu, voire est approuvé dans d’autres !
Lecture des différentes fresques. Des commentaires, des réactions ?
Cette phase de lecture est intéressante pour que le groupe se pose, mais doit être brève, car
on n’est pas encore en mesure de faire autre chose qu’une redite des affiches.
On distribue alors à chacun un document présentant des définitions : sexe, genre,
stéréotypes de genre, équité entre les genres, préjugés de genre28, ainsi qu’une fiche sur
machisme, sexisme et féminisme29.
Consigne 2 : Lecture individuelle : 7 min
En groupe : on essaie de tirer au clair un maximum de choses. 10 min
En classe : Des questions ? Des précisions ?
Ce passage par les définitions ne suffira bien évidemment pas à appréhender ces questions
complexes de façon exhaustives. C’est une mise en éveil, une première sensibilisation à
cette complexité, qui déclenche déjà des interrogations : quelle est la différence entre
stéréotype et préjugé ? Pourquoi « les filles jouent à la poupée » est un stéréotype, c’est
bien naturel, non ?
On se gardera de tout jugement de valeur sur les remarques des élèves, et les définitions
sont justement là pour objectiver au maximum les apports que l’on peut faire. Là encore, il
ne s’agit pas de « faire un cours », de chercher l’exhaustivité, mais de renvoyer les
contradictions, soulever les problèmes, souligner la complexité de la question.
Consigne 3 : Retour sur le film. Après ce travail, on se rend compte que ce film développe
à travers son héroïne le thème des relations entre hommes et femmes, et des stéréotypes de
sexe. Dans votre souvenir, quelles scènes, phrases, moments ou attitudes mettent en jeu
cette question des stéréotypes ?30
Réflexion individuelle: 5 min
28
On peut trouver ces définitions dans les nombreux sites féministes en langue espagnole : par exemple :
http://voluntariadodegenero.org/genero2.php
29
http://www.igualmente.org/vgenero.php#test
30
A través de estos elementos vemos que la película plantea con su protagonista el tema de las relaciones entre
hombres y mujeres, y de los estereotipos de género. ¿Recuerdas escenas, frases, momentos o actitudes, en la
película, en relación con estos estereotipos?
13
Consigne 4 : En groupe : Réunissez vos souvenirs31 (5 min), puis : Choisissez la scène la
plus emblématique pour vous des stéréotypes de sexe. Préparez-vous à la présenter et à
expliquer votre choix en argumentant32. (10 min + 5 min d’entraînement)
Pour maintenir la dynamique de travail, il convient de complexifier les consignes de mise
en commun, afin qu’elles ne soient pas une simple juxtaposition, mais que chacun se
retrouve à alimenter une nouvelle réalisation collective, pour construire ensemble une
nouvelle réflexion.
Mise en commun en classe : 15 min
On peut tirer au sort l’ordre des passages des groupes. Si plusieurs groupes ont choisi la
même scène, ils complètent, proposent une autre formulation. On a tôt fait de dire que les
autres « ont déjà tout dit ». Mais en réalité, chaque formulation est intéressante, du point
de vue linguistique, mais aussi parce que chacune apportera une nuance différente.
Les scènes choisies sont variées, il faut dire que le film en abonde33. On pourrait même
interdire de choisir celles évoquées dans les affiches au retour du cinéma, il en resterait
encore bien assez ! Dans ce travail, les élèves vont surtout retenir des situations, des
comportements, peu de dialogues. Alors qu’ils ont été très sensibles pendant la projection
au vocabulaire grossier, et au passage, lourdement chargé de préjugés homophobes, cela
ne ressort pas. Une allusion à mi-voix, en toute fin de séance, au personnage du travesti,
qui les a tant fait réagir lors de la séance de cinéma montre, comme on pouvait s’y
attendre, que le chemin est bien long à parcourir de la réaction spontanée à la prise de
conscience…
Au terme de ce travail, les élèves ont effectué un certain nombre d’aller-retour entre les
représentations des stéréotypes de genre telles qu’elles sont présentées dans le film, les
leur, et les définitions. Il est à souligner qu’à aucun moment on n’invite les élèves à se
positionner personnellement, à s’exposer. Le film, objet culturel, qui représente une réalité
depuis un point de vue narratif et esthétique, permet de mettre à distance, tout en mettant
la question des stéréotypes au cœur du travail.
31
Juntad vuestros recuerdos.
Elegid la escena más emblemática desde el punto de vista de los estereotipos. Preparaos para presentarla y
argumentar vuestra elección.
33
Voici à titre d’exemple : « Cuando Culebra dice que el boxeo no es un deporte de mujeres. Es una actitud
machista, Culebra tiene muchos prejuicios de género.” “Cuando la Yuma vuelve a casa y pregunta a su
hermana si ella y su hermano han comido. El marido de su madre no cuida de los niños y no hace nada en casa,
aunque tiene mucho tiempo libre.” “La madre de la Yuma está planchando y el marido está viendo la tele.
Dominación del hombre, miedo, estereotipos. Denuncia el machismo. No trabaja para ganarse la vida, no hace
nada en casa. Se aprovecha del dinero de las mujeres.” “La Yuma tiene un cardenal en la cara. En la tienda de
ropas, la jefa no cree a Yuma cuando ésta le explica que boxea, porque para ella las mujeres no hacen boxeo.
Es un estereotipo sobre el boxeo, por parte de una mujer.”
32
14
Phase 6 : Dépasser les stéréotypes, transformer la réalité !
Dans cette même logique, l’étape suivante puise dans le Théâtre Forum34 ou Théâtre de
l’Opprimé. Comment libérer les personnages de leurs stéréotypes de genre ? Avec quels
effets ?
Consigne 1 : Je vous propose de revoir une scène du film.
On projette la scène “Quand as-tu vu une femme boxeuse ? ” (23 ’30 à 24’30). Les élèves se
souviennent bien de ce moment de tension, où le poids de la pandilla se fait
particulièrement ressentir, et où la Yuma résiste comme elle peut aux quolibets puis aux
menaces de ses amis.
Consigne 2 : Nous allons essayer de libérer les personnages de leurs préjugés de genre, et
modifier cette scène pour la rejouer en fonction de cette nouvelle donnée35. Pour ce faire,
nous allons nous attacher dans un premier temps aux comportements des personnages de
la scène, puis aux répliques de la scène.
Consigne 3 : Vous aller revoir cette scène sans le son. Attachez-vous aux mimiques, à la
gestuelle, aux comportements et attitudes des personnages. Quels sont ceux qui vous
semblent révéler le genre de relation entre hommes et femmes qui se joue dans cette scène
?36
Première projection suivie d’une prise de notes, et d’un bref échange dans le groupe. Que
veut-on vérifier lors de la 2e projection ? (5 min)
Deuxième projection : on vérifie, on complète. (5 min)
En classe, très rapidement, chaque groupe donne des exemples de ce qu’il a observé : les
garçons regardent la Yuma d’en-haut, ils se permettent de la toucher, tantôt avec une
tendresse paternaliste, tantôt en la poussant comme pour la provoquer, ils font des gestes
un peu obscènes devant elle, ils se moquent d’elle et rient entre eux, ils l’entourent,
l’encerclent, Culebra la menace du doigt, etc.
La projection sans le son permet de prendre conscience de la mise en scène, proche de la
chorégraphie, qui souligne la situation de domination clairement subie par la Yuma.
Consigne 4 : Voici maintenant les répliques de cette scène. Quelles sont les répliques qui
selon vous sont révélatrices des préjugés de genre des personnages ?37
On peut pour faciliter le travail distribuer les répliques avec des couleurs différentes
correspondant aux différents personnages.
Individuellement : 5 min
En groupe: 5 min
34
http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9%C3%A2tre_forum
Vamos a intentar modificar esta escena, como si los personajes no tuvieran prejuicios de género.
36
Vais a observar esta escena, sin el sonido. Vais a observar todos los comportamientos que revelan el tipo de
relación entre hombres y mujeres: gestos, ademanes, actitudes, etc.
37
¿Qué réplicas revelan los prejuicios de género de los personajes?
35
15
Les élèves se concentrent d’abord sur le plus évident, la fin de la scène, « Depuis quand tu
as vu une femme boxeuse ». Il faudra alors suggérer d’aller chercher ailleurs, en prenant
appui sur les comportements soulignés auparavant.
Consigne 5 : Vous allez à présent vous préparer à représenter cette scène en introduisant
toutes les modifications nécessaires pour libérer les personnages de leurs préjugés de
genre, observés dans la scène originale. Vous pouvez modifier les répliques et les
comportements38. 20 min
Cette phase de travail est nécessairement longue. Il y a le travail de modification, puis la
préparation de la représentation. Le travail collectif de modification suscite de nombreux
débats. Remplacer « chavala bonita » par « mi querida », est-ce bien suffisant ? Et puis si
on enlève des choses, c’est pour mettre quoi à la place ? S’ils ne se moquent plus de son
travail, alors, ils peuvent lui dire qu’ils la félicitent, qu’ainsi elle va bien aider sa famille.
Et pour la boxe ? Ils vont l’encourager, lui dire qu’ils croient en elle. Bien vite, un vent de
panique parcourt les groupes. « Mais si on modifie cette réplique, alors, elle ne peut plus
répondre ça, et ainsi de suite ! Il faut tout changer alors ! ». Ce serait comme un début
d’émancipation…
Bientôt, il faudra proposer aux groupes de se lever, pour l’entraînement à la
représentation. Prendre de la place, peut-être sortir dans le couloir, occuper une deuxième
salle ? Les corps sont en jeu, dans cette scène, il faut pouvoir faire vivre cette dimension
aussi.
Un groupe est tiré au sort, et commence à jouer sa scène. Les autres groupes observent,
réagissent, apportent des compléments. On les invite alors à venir jouer « leur » version,
etc. (15 min)
Phase 7 : Prolonger la réflexion, tirer les fils…
On distribue de nouveaux documents : sur l’égalité de sexes39, sur le personnage de la
Yuma40.
Lecture individuelle, 10 min.
Consigne 1 : Imagine si la Yuma faisait le test “Quelle relation de couple as-tu ?”. Que
répondrait-elle ?41
Individuellement : 5 min
38
Vais a prepararos para representar esta escena con las modificaciones necesarias para suprimir los
prejuicios de género que habéis podido observar en la escena original. Podéis modificar las réplicas y los
comportamientos.
39
Nous avons trouvé intéressant le site
IGUAL=mente, car le matériel qu’il propose s’adresse tout
particulièrement aux adolescents, et les interpelle sur leur relation de couple (pareja sana o insana, ou averigua
qué relación tienes, sur : h t t p : / / w w w . i g u a l m e n t e . o r g / r p a r e j a . p h p ), sur la violence de genre
(http://www.igualmente.org/vgenero.php#test)
40
Différents points de vue sur le personnage de la Yuma, recueillis sur internet :
http://viajandohaciaitaca.blogspot.com/2010/04/la-Yuma.html,
http://www.informador.com.mx/entretenimiento/2010/186585/6/la-Yuma-pone-el-dedo-en-la-llaga.htm,
http://www.chepestyle.com/2010/09/critica-de-cine-la-Yuma.html,
http://www.lavozdelsandinismo.com/cultura/2010-04-27/estrenaran-en-managua-filme-nicaraguense-la-Yuma/
41
Imagina que la Yuma responde a la encuesta “Averigua qué tipo de relación tienes.” ¿Qué contestaría?
16
En groupe : 10 min
Consigne 2 : Mise en commun : Pour chacune de vos réponses, justifiez en prenant appui
sur la scène étudiée, ou d’autres scènes du film.
Ce test est très intéressant, car il permet de voir que dans la scène choisie, l’ensemble des
critères de relation « malsaine » sont présents du côté du garçon. Lors de la mise en
commun, il conviendra donc d’inviter à revenir sur les exemples précis. En revanche, on
se rend compte aussi que le comportement de la Yuma ne correspond pas entièrement aux
items proposés. Si son environnement est profondément machiste, elle se positionne
autrement, ce qui rend ses relations avec les deux genres compliquées. On peut rappeler
aux élèves comment ils ont souri pendant le film en voyant les poignées de main
extrêmement viriles de la Yuma, et d’autres comportements inattendus pour une jeune
femme, selon les stéréotypes de sexe les plus répandus.
Là encore, cela permet d’aborder un sujet très impliquant en respectant chaque personne.
On aborde ces questions par le biais du personnage, ce qui n’empêche pas de parler de soi,
mais de façon masquée. C’est aussi plus confortable pour l’enseignant, pas forcément
formé pour accueillir les paroles des adolescents sur ces sujets.
Consigne 3 : On revient à la liste de scènes proposées retenues lors de la phase 5. Quels
autres aspects du film seraient-ils modifiés si ses personnages n’avaient pas de préjugés de
genre ?42
Individuellement : 10 min
En groupe : 10 min + 5 min d’entraînement
Mise en commun : 10 min
Une formidable occasion de manipuler le conditionnel et l’imparfait du subjonctif, pour
laquelle il faudra sûrement faire une petite mise au point.
L’histoire de la Yuma ne serait bien sûr plus du tout la même : plus de beau-père violent,
un meilleur équilibre dans le travail entre hommes et femmes, plus de confiance dans les
relations humaines etc.
De fil en aiguille, cette formidable transformation peut déboucher sur d’autres dont nous
aurions bien besoin : celle de notre propre réalité, jamais évoquée directement, mais qui, à
travers nos représentations, nos résistances à modifier telle ou telle réplique, notre panique
à l’idée que « tout allait changer », n’a cessé de faire de ce film le miroir non seulement de
la société du Nicaragua, comme le projetait Florence Jaugey, mais également de la nôtre.
42
¿En qué otros aspectos se vería modificada la película si sus personajes no tuvieran prejuicios de género?
17
Phase 8 : Analyse
Qu’a-t-on appris ?
Comment ?
Qu’est-ce-que chacun retient personnellement ?
Prolongements possibles :
 sur la question des stéréotypes, on peut faire percevoir les limites du film, assez
conformiste dans les scènes « romantiques » entre Ernesto et la Yuma (la scène au
bord de la mer, en particulier) ;
 reprendre le travail de questionnement, s’en servir comme point de départ à la
rédaction d’un article sur le film ;
 faire développer différents aspects critiques en partant des critères qu’ils ont mis
en avant dans la phase 1 ou en organisant un Masque et la Plume43 ;
 la fin du film laisse nos élèves perplexes : une occasion de les mettre au travail !
 d’autres thèmes peuvent être développés : les gangs, le sport comme ascenseur
social, les inégalités sociales, etc.
Mis en ligne le 20 mars 2011
43
MEDIONI, Maria-Alice, L’art et la littérature en classe d’espagnol, Lyon, Chronique Sociale, 2005, p. 201
18