Editions Résidence de Recherche et de Création

Commentaires

Transcription

Editions Résidence de Recherche et de Création
Editions
et
Résidence de Recherche
et de Création
Simb
Collection SUNU COSAAN
Le Simb, communément appelé le jeu du « Faux-lion »,
est un élément essentiel du patrimoine immatériel sénégalais qui a réussi à se régénérer à travers diverses formes de
manifestations. Cette pratique tient ses origines de la rencontre entre un homme et un lion.
Salaaali Muhamet, Walaali Muhamet, diikum, daakum,
sàkkajaa, màkkajaa !», ainsi se récite l’ouverture de la parole
qui dompte le lion, qui apprivoise donc le « Faux-lion »,
le Simbkat . Dans la litanie, se croisent la religion traditionnelle et les références à l’Islam. Le simb s’est beaucoup développé dans le Walo (nord du Sénégal) car ce sont les WaloWalo qui demeurent les maîtres des litanies (jat, en wolof)
permettant de maîtriser le lion.
Ce jeu a été vulgarisé par le phénoménal Père Ngom dont
la légende dit que, surpris par un lion, il réussit à s’extirper
des griffes du fauve. Depuis cette prouesse, des poils de lion
sortaient de ses pores quand l’habitait la transe au cours des
séances qu’il animait. Tel un loup-garou qui se transforme, il
perdait peu à peu son humanité et devenait un Simbkat dans
un corps d’homme - lion. Cette légende a fait le tour du Sénégal et des simb ont été organisés pour en voir la manifestation.
Au début du spectacle, le public achète un gris-gris (làr,
en wolof) pour pouvoir assister au spectacle en toute quiétude. Plus tard, un ticket en papier a remplacé le làr, consacrant ainsi la naissance d’une variété du show bizness local. L’engouement des Sénégalais pour le simb peut aisément
s’expliquer : le lion est considéré comme l’animal-symbole de
puissance et de pouvoir, mais aussi comme le roi de la savane.
Sa capture confère à la personne qui en est l’auteur le statut
suprême de chasseur émérite. Tous les hommes ne sont pas
capables de trouver les formules ésotériques qui permettent
de le dompter par la seule force du verbe.
Les Simbkats sont des artistes. Ils se produisent sur invitation d’organisateurs dont la vocation essentielle est de faire
des bénéfices. Ils assurent alors une véritable démonstration,
à la fois esthétique et sportive, en compagnie de leurs troupes
composées de musiciens, de chanteurs et de danseurs. Dans
l’histoire récente du Simb, retenons le nom du talentueux Sadio Ndiaye ou celui de Pape Ngom dont l’aura a porté ce pan
du patrimoine wolof au delà des frontières du Sénégal.
Le Simbkat se drape d’une peau de lion composée de multiples matériaux et se maquille le visage pour arriver à une métamorphose. Il entre ainsi dans l’anonymat du fauve-roi. Ses
assistants en font de même car sa cour est composée de lions
de second rang, de panthères (hommes travestis en femme) et
de chanteurs qui sont maîtres de la parole ésotérique.
Une fois la séance autorisée par l’autorité administrative
locale, les organisateurs délimitent l’aire de jeu où n’ont le droit
d’entrer que ceux qui ont acheté leurs tickets ou qui connaissent les jats. La séance de simb se déroule de préférence dans
l’après-midi et ce, jusqu’ au crépuscule. Les lions de second
rang partent à la chasse à travers les rues et reviennent avec
des proies (les passants sans tickets) qu’ils plantent au milieu du cercle de jeu, le géw .ils leur demandent de danser
et de dompter le lion par la parole. S’ils n’y arrivent pas, ils
s’exposent à des châtiments physiques violents jusqu’à ce que
quelqu’un vienne les sauver en se substituant à eux pour leur
lancer un ticket ou pour réciter le fameux jàt.
La beauté du simb réside dans la transmutation des
formes dès lors que le corps humain est habité par un lion.
La plastique du Simbkat est mise en valeur par le maquillage
qui lui interdit toute prise de parole. Le lion ne parle pas !
Le Simbkat ne communique avec son entourage et avec son
public que par une gestuelle codifiée. Pour compléter sa panoplie, le Simbkat s’entraîne à la danse souple du lion. Il doit
posséder une maîtrise parfaite des rythmes de percussions
joués avec des variations savantes. Il est adulé et craint des
enfants et des femmes qu’il séduit par son mystère. Le Simb
est aussi un rite initiateur car à défaut de voir les vrais lions,
la société sénégalaise s’en fait une représentation et organise
un rituel à cet effet.
La plupart des stars de la lutte avec frappe de l’arène
sénégalaise ont commencé leur carrière par le simb : Baye
Mandione, Eumeu Séne, Neiss. On peut en dire autant pour
les grandes stars de la chanson moderne comme Yves Niang et feu Ndongo Lô. C’est ainsi qu’il faut comprendre
l’engouement des populations, car le Simb est resté un élément culturel essentiellement porté par les enfants de la
banlieue qui sont des conservateurs et des créateurs de patrimoine.
Dans les villages les plus reculés du Sénégal, le simb est
porté par des jeunes qui en perpétuent la gloire en adaptant
leurs danses aux créations de la scène musicale moderne. La
force du simb réside dans sa capacité à se régénérer dans la
ville, malgré quelques dérives, mais aussi dans la conservation du patrimoine animiste d’un peuple converti à l’Islam et
au Christianisme.
Aujourd’hui, le Simb a envahi le cercle des grands galas de lutte, les mariages et les baptêmes sans compter les
rencontres politiques et les animations dans les hôtels. C’est
un spectacle complet, vivant, fascinant et tout rempli de
mystères et de mythes.
Pr
é
s
e
nt
a
t
i
o
nd
e
sEd
i
t
i
o
ns
Vi
ve
s
Vo
i
x
Le
sEdi
t
i
o
nsVi
v
e
sVo
i
x
,ma
i
s
o
ni
ndé
pe
nda
nt
e
,o
nté
t
éc
r
é
é
e
se
n2009a
v
e
c
c
o
mmes
o
uc
ipr
i
nc
i
pa
ldepa
r
t
i
c
i
pe
ràl
adi
�us
i
o
ne
tàl
ac
r
é
a
t
i
o
nd'
o
e
uv
r
e
sdel
'
e
s
pr
i
t
.
Ba
s
é
eàDa
k
a
r
,e
l
l
eo
e
uv
r
ee
s
s
e
nt
i
e
l
l
e
me
ntàl
'
é
l
a
bo
r
a
t
i
o
n,àl
ac
r
é
a
t
i
o
n,e
tàl
a
di
�us
i
o
ndel
i
v
r
e
s
.
Ene
�e
t
,
Da
k
a
rc
o
nna
î
tunv
i
v
i
e
rd'
a
r
t
i
s
t
e
s
,
dec
ul
t
ur
e
smi
x
t
e
se
tde
s
a
v
o
i
r
f
a
i
r
edi
v
e
r
s
.
L'
a
mbi
t
i
o
ndeVi
v
e
sVo
i
xe
s
tder
a
s
s
e
mbl
e
rl
e
sa
r
t
i
s
t
e
sa
ut
o
urdel
'
o
bj
e
t
l
i
v
r
e
,
quia
,pa
re
s
s
e
nc
e
,v
o
c
a
t
i
o
n dec
i
r
c
ul
e
r
.El
l
es
'
a
t
t
a
c
heàt
r
a
v
a
i
l
l
e
rs
urde
spr
o
j
e
t
s
a
r
t
i
s
t
i
que
squ'
e
l
l
ec
o
nç
o
i
t
,o
u quio
nté
t
és
o
umi
sàs
o
nc
o
mi
t
édel
e
c
t
ur
ee
tde
s
é
l
e
c
t
i
o
n.
En2
010,l
'
é
qui
peé
t
e
nds
e
sa
mbi
t
i
o
nsa
v
e
cl
ac
o
ns
t
i
t
ut
i
o
ndel
'
As
s
o
c
i
a
t
i
o
n
Vi
v
e
sVo
i
xe
tl
'
o
uv
e
r
t
ur
edes
aRé
s
i
d
e
nc
ed
eRe
c
h
e
r
c
h
ee
td
eCr
é
a
t
i
o
n.L'
a
s
s
o
c
i
a
t
i
o
n
pr
o
dui
to
ua
c
c
o
mpa
g
net
o
utt
y
pedepr
oj
e
tàde
s
s
e
i
na
r
t
i
s
t
i
quee
tc
ul
t
ur
e
l:de
s
e
x
po
s
i
t
i
o
ns
,de
sr
e
nc
o
nt
r
e
sa
v
e
cde
sa
r
t
i
s
t
e
s
,de
sc
o
nf
é
r
e
nc
e
s
,de
sa
ni
ma
t
i
o
ns
,de
s
c
o
nc
e
r
t
s
.
LaRé
s
i
d
e
nc
ed
eRe
c
h
e
r
c
h
ee
td
eCr
é
a
t
i
o
nVi
ve
s
Vo
i
x
LeSé
né
g
a
lape
nda
ntl
o
ng
t
e
mpspr
o
mul
ef
a
me
ux«r
e
nde
z
v
o
usdudo
nne
re
t
dur
e
c
e
v
o
i
r»
.
Cec
o
nc
e
ptde
s
s
i
na
i
t
,
a
v
a
ntl
’
he
ur
e
,
l
e
sc
o
nt
o
ur
sd’
unemo
ndi
a
l
i
s
a
t
i
o
n
po
s
i
t
i
v
ee
nt
a
ntqu
’
e
s
pa
c
epl
a
né
t
a
i
r
eder
e
nc
o
nt
r
e
se
td’
é
c
ha
ng
e
s
,
da
nsl
er
e
s
pe
c
t
pa
r
t
a
g
éde
sv
a
l
e
ur
sdumo
nde
.
Da
nsl
ec
o
nt
e
x
t
ea
c
t
ue
lma
r
quépa
runedé
t
é
r
i
o
r
a
t
i
o
nde
sc
a
dr
e
sdec
r
é
a
t
i
o
ne
t
depr
o
mo
t
i
o
na
r
t
i
s
t
i
que
,
Vi
ve
s
Vo
i
xe
nt
e
ndi
ni
t
i
e
re
tdé
v
e
l
o
ppe
runea
c
t
i
o
ne
nr
a
c
i
né
e
a
uSé
né
g
a
lma
i
sdo
ntl
av
o
c
a
t
i
o
ne
s
tder
e
s
t
e
rouv
e
r
t
eàt
ousl
e
sa
r
t
i
s
t
e
sdumonde
,
a
ux
que
l
ss
e
r
apr
o
po
s
éune
s
pa
c
eder
e
c
he
r
c
hee
tdec
r
é
a
t
i
o
n.
Si
t
ué
eda
nsunei
mpa
s
s
ed’
unqua
r
t
i
e
rr
é
s
i
de
nt
i
e
ldeDa
k
a
r
,
l
aRé
s
i
d
e
nc
ed
e
Re
c
h
e
r
c
h
ee
td
eCr
é
a
t
i
o
nVi
ve
s
Vo
i
xe
s
tàque
l
que
spa
sdel
’
Uni
v
e
r
s
i
t
éChe
i
k
hAnt
a
Di
o
p
,
del
api
s
c
i
neo
l
y
mpi
que
,
del
ac
o
r
ni
c
heo
ue
s
tquil
o
ng
el
’
o
c
é
a
nAt
l
a
nt
i
que
,
à
qui
nz
emi
nut
e
sduc
e
nt
r
ev
i
l
l
ee
tno
nl
o
i
ndel
aPo
i
nt
ede
sAl
ma
di
e
s
.
Ce
t
t
ev
i
l
l
adu
Po
i
ntEpr
o
po
s
epl
us
i
e
ur
se
s
pa
c
e
sdet
r
a
v
a
i
le
tdedé
t
e
nt
e
,
no
t
a
mme
ntunj
a
r
di
n
a
g
r
é
me
nt
éd’
unet
o
nne
l
l
e
,
unv
a
s
t
es
é
j
o
ur
,
unec
ui
s
i
neé
qui
pé
e
,
unec
ha
mbr
e
pr
i
nc
i
pa
l
e
,
unbur
e
a
u,
unec
ha
mbr
ei
ndé
pe
nda
nt
e
.
Le
sRé
s
i
d
e
nt
s
Vi
ve
s
Vo
i
x
De
pui
s2009,
l
aRé
s
i
de
nc
eaa
c
c
ue
i
l
l
i
tpl
us
i
e
ur
sa
r
t
i
s
t
e
sdedi
�é
r
e
nt
sho
r
i
z
o
ns
,
t
e
l
s
que
:
Ti
e
r
noMoné
ne
mbo,
uné
c
r
i
v
a
i
ng
ui
né
e
nf
r
a
nc
o
pho
ne
,
l
a
ur
é
a
tdupr
i
x
Re
na
udo
te
n2008po
urs
o
nr
o
ma
nLeRo
id
eKa
h
e
l
.
Dur
a
nts
o
ns
é
j
o
uràl
a
r
é
s
i
de
nc
eVi
v
e
sVo
i
x
,
i
laa
ni
méde
sdé
ba
t
se
tc
o
nf
é
r
e
nc
e
sàl
'
Uni
v
e
r
s
i
t
éChe
i
k
h
Ant
aDi
o
ps
url
al
i
t
t
é
r
a
t
ur
ee
tl
as
c
i
e
nc
epo
l
i
t
i
quea
f
r
i
c
a
i
ne
.
Mo
r
i
dj
aKi
t
e
ng
eBa
nz
a
,
a
r
t
i
s
t
ec
o
ng
o
l
a
i
s
,
pl
a
s
t
i
c
i
e
n,
v
i
dé
a
s
t
ee
tmus
i
c
i
e
n,
i
le
s
t
l
a
ur
é
a
tduGr
a
ndPr
i
xdel
aBi
e
nna
l
eDa
k
’
Ar
t2010,
e
taunet
hé
o
r
i
edes
a
pr
a
t
i
quea
r
t
i
s
t
i
quef
o
r
t
e
me
ntt
e
i
nt
é
ed’
hi
s
t
o
i
r
ee
tdepo
l
i
t
i
que
.
Mo
r
i
dj
aa
dé
v
e
l
o
ppés
o
npr
o
j
e
t‘
’
Ma
pOfI
d
e
nt
i
t
y
’
’
,
unec
a
r
t
et
é
mo
i
nde
sv
o
y
a
g
e
se
t
dé
pl
a
c
e
me
nt
squino
ur
r
i
s
s
e
nts
o
nt
r
a
v
a
i
l
,dur
a
nts
o
ns
é
j
o
urdede
uxmo
i
sàl
a
Ré
s
i
de
nc
eVi
v
e
sVo
i
xo
ùi
laé
g
a
l
e
me
ntf
a
i
tde
sr
e
nc
o
nt
r
e
sa
v
e
cdi
�é
r
e
nt
s
a
r
t
i
s
t
e
spe
i
nt
r
e
s
,
s
c
ul
pt
e
ur
s
,
pho
t
o
g
r
a
phe
s
,
de
s
i
g
ne
r
s
.
.
.
Az
di
neBe
ny
ouc
e
f
,da
ns
e
urc
ho
r
é
g
r
a
phede
pui
s1996,
e
s
tàl
’
i
ni
t
i
a
t
i
v
edel
a
c
r
é
a
t
i
o
ndeLaCo
mpa
g
ni
eSe
c
o
ndSo
u�e
.
I
ladé
v
e
l
o
ppés
o
npr
o
j
e
tde
s
pe
c
t
a
c
l
eda
nsl
ec
a
dr
edeno
t
r
epa
r
t
e
na
r
i
a
ta
v
e
cl
eFe
s
t
i
v
a
l
Ka
a
yFe
c
co
ùi
l
c
o
nç
o
i
tunepi
è
c
er
é
uni
s
s
a
ntde
st
a
l
e
nt
se
nt
r
eSé
né
g
a
le
tFr
a
nc
e
.
Fl
or
e
ntMa
z
z
ol
e
ni
e
s
tunj
o
ur
na
l
i
s
t
e
,
pho
t
o
g
r
a
phe
,
é
c
r
i
v
a
i
nf
r
a
nç
a
i
s
,
quie
nt
a
nt
quer
é
s
i
de
nt
s
,
apa
r
t
i
c
i
péa
v
e
cl
e
sEdi
t
i
o
nsVi
v
e
sVo
i
xa
upr
o
j
e
td'
é
di
t
i
o
nde
l
'
o
uv
r
a
g
e«UnSi
è
c
l
ee
td
e
mid
el
aMu
s
i
q
u
eSé
né
g
a
l
a
i
s
e»dePa
pi
sSa
mba
.
La
ur
e
ntGudi
ndi
r
e
c
t
e
ura
r
t
i
s
t
i
queda
nsl
apr
e
s
s
ema
g
a
z
i
nee
tpho
t
o
g
r
a
phee
s
t
una
mo
ur
e
uxdel
ac
ul
t
ur
es
é
né
g
a
l
a
i
s
e
.
Apr
e
sa
v
o
i
rr
é
a
l
i
s
e
runl
i
v
r
es
url
al
ut
t
e
s
é
né
g
a
l
a
i
s
e
,
no
t
a
mme
nts
urY
é
k
i
ni
,
i
lc
o
l
l
a
bo
r
ec
e
t
t
ef
o
i
sc
ia
v
e
cVi
v
e
sVo
i
xs
ur
uno
uv
r
a
g
edé
di
éa
uSi
mb
.
Unee
x
po
s
i
t
i
o
ndepho
t
o
g
r
a
phi
e
ss
e
r
ao
r
g
a
ni
s
éàl
a
r
é
s
i
de
nc
eVi
v
e
sVo
i
x,
o
ùi
ls
é
j
o
ur
ne
,
pe
nda
ntl
aBi
e
nna
l
edeDa
k
'
a
r
t2012.
Pr
o
j
e
te
nCo
ur
s
Da
nsl
ac
o
l
l
e
c
t
i
o
nSUNUCOSAAN:
Le
sSi
mb
,
pho
t
o
g
r
a
phi
e
sdeLa
ur
e
ntGudi
n
UnSi
è
c
l
ee
td
e
mid
eMu
s
i
q
u
eSé
né
g
a
l
a
i
s
e
,
dePa
pi
sSa
mba
Da
nsl
ac
o
l
l
e
c
t
i
o
nEmo
i
:
Go
r
é
eEmo
i
Ab
i
dj
a
nEmo
i
Da
nsl
aCo
l
l
e
c
t
i
o
nTuno
u
si
ns
p
i
r
e
s
:
Do
udo
uNdi
a
y
eRo
s
e
Ama
do
uMa
ht
a
rMbo
w
EnHo
r
sc
o
l
l
e
c
t
i
o
n:
Le
sCul
t
ur
e
sUr
ba
i
ne
s
«
Co
l
l
e
c
t
i
o
nne
u
r
sd
'
Ar
t»
,
unes
é
r
i
edepo
r
t
r
a
i
ts
url
'
a
r
tc
o
mpt
e
mpo
r
a
i
n
Déjà Parus
Dakar émoi : Collectif d'auteurs et de photographes
Collection Emoi
Décembre 2009
19 500 Fcfa
Cette ville aux multiples visages ne pouvait se montrer qu'à travers les regards artistiques
L]VKWTTMK\QN LMXPW\WOZIXPM[LISIZWQ[LM[XT][\ITMV\]M]`IÅVLMVW][XMZUM\\ZMLM
porter un oeil sincere sur une ville contemporaine. Des plumes d'humeurs differentes se
sont jointes à eux: ecrivains ou historiens, chanteurs ou cinéastes, tombés sous son charme
ou remplis d'amertume. Ils nous disent sentiments et souvenirs. Car, qu'ils l'habitent, qu'ils
la quiteent, qu'ils la traversent ou la rejoignent, ils aiment Dakar. C'est pour la premiere
fois que des artistes en choeur, nous donne à voir et à lire ces éclats d'une ville.
Laissez-vous séduire par Dakar Emoi.
Dakar, l'Ineffable raconté par Oumar Ndao
Collection Emoi
Janvier 2011
17 500 Fcfa
6W][IZZQ^WV[oT¼IuZWXWZ\LMAWNN4INW]TMM[\JZ]aIV\M-TTMXIZ\LIV[LM[Zw^M[LM
fortune. Elle propose un taxi, une carte de crédit, quelques billets tenus discrètement
par des cambistes volants, une aide de manutentionnaire ou simplement un sourire de
\Z]IVLoT¼INN…\4¼]VQ^MZ[[MV\T¼QTTuOITQ\uM\MTTMI[M[TWQ[u\ITuM[I]VMbLM[XWTQKQMZ[
OMVLIZUM[M\LW]IVQMZ[Y]Q[MUJTMV\^MQTTMZ+¼M[\]VZMÆM\L]XIa[W„\W]\M[\MVLM[sous des choses visibles. Le véritable monde sénégalais est souterrain et il faut se faire
\MVQZXIZTIUIQVXW]ZaMV\ZMZ
Regard Croisés: Michel Renaudeau et les Peintres du Suweer
Hors Collection
Décembre 2010
19 500 Fcfa
4MXPW\WOZIXPM5QKPMT:MVI]LMI]Å`ML¼]VZMOIZLTI^QM[uVuOITIQ[M
celle qui coule dans le sous-verre, (ou suwer). Cette technique venue du lointain
7ZQMV\IXMZUQ[L¼MUUIOI[QVMZTM[UMV][UWUMV\[LMKM\\M[WKQu\uoT¼W]M[\LMT¼)NZQY]M
Arènes Sénégalaises : Sunu Cosaan
Collection Sunu Cosaan
Décembre 2011
35 000 Fcfa
La lutte sénégalaise se propose sous diverses formes dont le « mbapatt », séance de
V]Q\M\[IV[NZIXXML¼]VMXIZ\M\TM[KWUJI\[L¼IZvVM[W„TM[KW]X[LMXWQVO[WV\u\u
ILUQ[L¼I]\ZMXIZ\4M[LQNNuZMV\M[IZvVM[Y]QWV\M`Q[\uo,ISIZVM[]NÅ[IV\XT][o
KWV\MVQZTM[UI[[M[LM[XMK\I\M]Z[TIT]\\M[¼M[\LuXTIKuM^MZ[TM[OZIVL[[\ILM[4M[
MVRM]`ÅVIVKQMZ[[¼aUwTMV\I]`Ua\PM[LM[ZMTQOQWV[[¼aKZWQ[MV\LIV[TMZM[XMK\L¼]V
[aVKZu\Q[UMJQMV[uVuOITIQ[TI[QOVI\]ZMX]JTQY]MLM[KWV\ZI\[oMTTM[M]TMM[\LuRo]V
[XMK\IKTM5IQ[T¼IL^MZ[Q\uTIQ[[M\W]RW]Z[]VKPIUXL¼M`XZM[[QWVoUQTTMNIKM\\M[L]
NWTSTWZMY]Q\ZI^IQTTMV\o]VMKWUU]VI]\uLM^QMM\LMLM[\QV[+MTQ^ZM[¼WNNZMKWUUM
TMXIZKW]Z[KPZWVWTWOQY]ML¼]VKWUJI\LMT]\\M[uVuOITIQ[M<M`\M[M\XPW\W[[]Q^MV\T¼Q\QVuZIQZMM\TMK¶]ZL][XMK\I\M]ZLM[WVLuXIZ\L]Y]IZ\QMZoTIÅVL]LMZVQMZ
combat.
Co
nt
a
c
t
s
Gh
a
ë
l
Sa
mbSa
l
l
Di
r
e
c
t
r
i
c
eGé
né
r
a
l
e
t
e
l
:
(
+221)766385614
g
ha
e
l
.
s
a
l
l
@v
i
v
e
s
v
o
i
x
.
c
o
m
Vy
d
i
aTa
mb
yMo
nt
e
i
r
o
Ma
r
i
eEl
i
s
eSa
mb
Re
s
po
ns
a
bl
eEdi
t
o
r
i
a
l
e
t
e
l:
(
+221)765294443
v
y
di
a
.
t
a
mb
y
@v
i
v
e
s
v
o
i
x
.
c
o
m
Re
s
po
ns
a
bl
eCo
mme
r
c
i
a
l
e
t
e
l
:
(
+221)765294441
ma
r
i
e
e
l
i
s
e
.
s
a
[email protected]
i
v
e
s
v
o
i
x
.
c
o
m
As
t
o
uDa
ni
e
l
l
eDi
a
Bi
ne
t
aSe
c
kMa
d
e
i
r
a
As
s
i
s
t
a
nt
edeDi
r
e
c
t
i
o
n
t
e
l
:
(
+221)765294440
a
s
t
o
u.
di
a
@v
i
v
e
s
v
o
i
x
.
c
o
m
Re
s
po
ns
a
bl
eÉv
è
ne
me
nt
i
e
l
l
e
t
e
l
:
(
+221)765294445
bi
ne
t
a
.
s
e
c
k
@v
i
v
e
s
v
o
i
x
.
c
o
m