La 2CV se met en quatre

Commentaires

Transcription

La 2CV se met en quatre
Rédigé le 18/05/2011
La 2CV se met en quatre
Depuis maintenant une demi-douzaine d’années, une petite poignée de passionnés fait
en sorte de porter bien haut le mythe de la 2CV. A l’image de la célèbre Vespa, cette
voiture absolument unique en son genre est née dans l’immédiate après-guerre. Avec, à
la clé, quatre décennies de succès et toujours la même passion.<br>
Alors que l’Italie voit une bien étrange machine à deux roues du nom de Vespa envahir ses rues dans l’immédiate
après-guerre et connaître un succès fulgurant dans le monde entier, la France découvre pour sa part une voiture pas tout à fait
comme les autres. Un véhicule un brin surprenant né de l’imagination et des exigences de Pierre Boulanger, alors grand
patron de Citroën. S’inspirant d’une enquête menée auprès de milliers de clients potentiels, le responsable de la marque aux
chevrons pond un cahier des charges extrêmement strict pour sa future TPV (Toute petite voiture). « <i>Faites étudier une
voiture pouvant transporter deux cultivateurs en sabots, 50 kg de pommes de terre ou un tonnelet à une vitesse de 60 km/h
pour une consommation de 3 litres d’essence au 100. En outre, ce véhicule doit pouvoir passer dans les plus mauvais
chemins et être suffisamment léger pour être manié sans problème par une conductrice débutante. Son confort doit être
irréprochable car les paniers d’œufs transportés à l’arrière doivent arriver intacts. Son prix doit être inférieur à celui de notre
Traction avant et je vous précise que son esthétique m’importe peu</i> ».<br><br><span class='inter'><center>Une success
story</center></span>C’est le 7 octobre 1948, au salon de l’automobile installé au Grand Palais à Paris, que la 2CV type A est
présentée et alors extrêmement critiquée par la presse. La production démarre très lentement avec 876 modèles sortis des
chaînes en 1949 et 6.200 l’année suivante. Les clients sont triés sur le volet. Les personnes prioritaires sont les médecins, les
agriculteurs ou encore les bonnes sœurs. Les délais pour devenir propriétaire d’une 2CV sont de trois à cinq ans ! Mais le
succès est rapidement au rendez-vous pour une voiture qui va être produite à 5.114.961 exemplaires de 1948 au 27 juillet
1990 à 16 h 30, date de la sortie d’une Charleston gris cormoran et gris nocturne à l’usine de Mangualde au Portugal. Bien
que plus aucune 2CV ne soit fabriquée depuis maintenant deux décennies, ce véhicule atypique garde une cote d’amour
auprès de nombreuses personnes. A tel point que certains d’entre eux ont décidé de créer un club dédié à la plus populaire
des Citroën. Ainsi, en décembre 2005 naissait l’Ami Deuche Chalonnais. Une association qui rassemble 74 adhérents et plus
d’une centaine de 2CV, mais aussi de nombreux modèles dérivés entre AMI 6, d’AMI 8, Diane, Tubes et autres Méhari. Des
voitures au charme certain qui séduisent également par l’extrême simplicité de leur mécanique.<br><br><span
class='inter'><center>Une bouille sympa</center></span>Alors que le club réalise des sorties régulières sur les routes du
département, deux grandes manifestations sont organisées chaque année. A savoir la Rencontre des 2 Pattes de Bresse (voir
encadré) et l’exposition à Chalon. Au début du mois d’avril, les adhérents de l’association présentent leurs différents véhicules
au grand public sur l’une des places principales de la cité de Niépce. L’occasion pour les visiteurs de découvrir des modèles
souvent rares et d’échanger avec des passionnés. Par ailleurs, l’Ami Deuche Chalonnais prend part aux événement nationaux
et même internationaux célébrant la 2CV. Du 26 au 31 juillet, seize voitures du club se rendront dans le Loir-et-Cher pour
participer au rendez-vous mondial. Un événement qui devrait rassembler quelques 6.000 véhicules. Avec, à la clé, une grande
célébration qui mêlera expositions d’automobiles, animations et autres échanges avec des participants venus du monde
entier.<br><div class='encadre'><span class='encadre_titre'>Une voiture hors norme</span>Le dessin de la 2CV traduit un
bel équilibre. Les fenêtres symétriques en sont les éléments les plus visibles. La face avant est plus tourmentée. Le capot en
tôle ondulée surplombe une grille avant composée de barres horizontales habillée des doubles chevrons au cœur d’un ovale.
Chaque élément de carrosserie se démonte et se remonte aisément grâce à des charnières à glissière et à deux ou trois
boulons judicieusement situés. Cette voiture pèse à peine 80 kg et se déplace allégrement à 65 km/h, ne consommant que 4,5
litres au 100. Côté curiosités, on notera qu’a été installée à l’origine une pédale d’accélérateur spécifique puisqu’elle devait
permettre aux agriculteurs de rouler en sabots. Subissant de nombreuses évolutions au fil des décennies sans jamais perdre
son âme, la 2CV a été déclinée sous forme de fourgonnette dès 1951. Elle a également participé à des rallyes raids, comme le
Tous Droits Réservés ©Agri71.fr
fameux Paris-Kaboul dans les seventies. Enfin, dans les années 80, plusieurs séries spéciales on été conçues entre la
Charleston, typée années 30, aux phares ronds et aux couleurs bordeaux et noir, les Dolly, des 2CV bi-tons aux associations
de couleurs originales (vanille et gris, vert et blanc, rouge et gris,…) ou encore la Cocorico aux couleurs du drapeau
tricolore.</div><div class='encadre'><span class='encadre_titre'>A la Rencontre des 2 Pattes de Bresse</span>Rendez-vous
désormais traditionnel du calendrier estival, la Rencontre des 2 Pattes de Bresse se déroulera cette année les 25 et 26 juin sur
le thème Cabs, kit-cars, base 2CV. Cet événement ouvert à toutes les voitures anciennes, quelles que soient leurs marques,
débutera le samedi avec un grand rallye découverte avec road book et questions à la clé. S’élançant à 9h
d’Ouroux-sur-Saône, cette épreuve devrait rassembler une cinquantaine de véhicules. L’occasion alors de découvrir la Bresse
et les rives de Saône pour cette compétition amicale qui fera une halte à Châtenoy-en-Bresse de 12 h à 14 h avant de se
terminer vers 17h avec l’arrivée des premiers concurrents au stade de Simandre. La journée se poursuivra avec des feux
d’artifices et un grand bal gratuit. Le lendemain, une petite balade amicale d’une trentaine de kilomètres réunira les deuchistes
à partir de 10 h. Puis, tout au long de l’après-midi, les 2CV seront exposées. Le tout étant agrémenté par la présence de
divers jeux et de la fête foraine présente tout au long du week-end.</div>
Régis Gaillard
Tous Droits Réservés ©Agri71.fr

Documents pareils