Plan et Extrait Mandala Tantra

Commentaires

Transcription

Plan et Extrait Mandala Tantra
Plan du Mandala Tantra
Introduction au commentaire et extraits
Hommage au Lama Racine, ultime nature de l’esprit. Hommage aux Mahasiddhas et Yogis qui
nous transmettent les instructions qui permettent de réaliser le Trikaya. Cette pratique, intitulée
"mandala tantra" a été conçue dans le cadre de l’ermitage Yogi Ling par Lama Shérab Namdreul à
l'attention des méditants habités d’une véritable confiance envers les Trois Joyaux et d'un authentique
engagement de la Vue Pure envers les Trois Racines, afin de s'éveiller pour le bien de tous les êtres.
Avec le cursus du Mandala Yoga et d’autres pratiques spécifiques, le Mandala Tantra fait partie d’un
programme pour une retraite de 3 à 4 ans prévue à Yogi Ling.
1) Préliminaires
Comme toute pratique tantrique du Bouddha-Dharma, les préliminaires communs et spécifiques
sont à accomplir au préalable. Dans le système du Mandala Tantra, les préliminaires sont inclus
dans un ordre particulier. Ils permettent d’acquérir un renoncement certain et dissipent les entraves
majeures à la stabilité et à la souplesse. Sans concentration, pas de stabilité mentale (Sct. Dhyana,
tib. Samtèn). Sans stabilité, pas d’enstase. Sans concentration, il est donc peu probable d’établir le
discernement de la Vue dans la contemplation tantrique et, sans le discernement, il ne peut y avoir
d’expériences et de réalisation de la nature de l’esprit. Si l’effort de concentration n’aboutit pas au
moins à quelques encouragements et éclaircissements, il est nécessaire de réitérer les pratiques
préliminaires. Il n’est pas d’autre méthode que la concentration. La concentration est une affaire de
décision et de résolution. Il n’y a pas de méthode pour l’acquérir. La concentration est la méthode
qui permet de s’affranchir des shémas réactionnels et pulsionnels du karma souillé. La distraction
est une affaire de paresse, de complaisance et d’inconscience. Elle est la cause du karma souillé.
2) Générations
Les phases de générations préparent le yogi pour les phases de résorptions caractérisées et ultime.
Toutes les pratiques du Bouddha-Dharma, et notamment celle du Mantrayana, ont pour seul objectif
l’établissement en la nature ultime de notre esprit. Les différentes phases de générations permettent
de dissiper les saisies illusoires sur les apparences et de s’émanciper des imputations qui troublent
le mental. Les phases de générations ne consistent pas à accéder à une quelconque réalité
transcendante, mais à s’établir en une connaissance naturelle qui laisse aux apparences, épargnées
de nos imputations, le soin d’apparaître ; et, qui plus est, les apparences nous le rendent bien. Les
compréhensions et les expériences acquises par la méditation de ces phases de génération
permettent de dissiper progressivement le voile des distorsions (sct. Kléshas) et d’entrer dans le
Chemin de la Vision.
Ici, dans le Mandala Tantra, on développe successivement le mandala de l’univers, le mandala du
corps puis celui de l’esprit. En rapport à la Vue du Sahaja, cela se réfère à l’établissement en la
connaissance vide (tib. Rik Tong) et de l’apparence vide (tib. Nang Tong). Pour en stabiliser
l’expérience, la génération se continue avec le plaisir des offrandes et les récitations extérieures,
intérieures et intimes des mantras.
Dans le Mandala Tantra, une large place est donnée à la récitation des mantras, que ce soient les
mantras de consécration ou d’approche ou d’unification aux souffles subtils. Comme son
étymologie sanscrite l’indique, la récitation permet de préserver (sct. Tra, tib Kyab) le mental (sct.
Mana, tib. Yid) du discours discriminant. Ce discours est encombré d’un processus qui puise dans
les conditionnements latents et les actualise sous forme d’impulsion. La première étape de la
récitation mantrique consiste à taire ce processus discursif. Par une concentration décisive, la parole
récite et l’esprit conçoit la visualisation. Dans la stabilité intérieure, l’enstase, récitation et
visualisation conjointes vont permettre de transformer les conditionnements latents à leur racine
grâce à l’évocation du symbolisme pur. Enfin, le mantra "secret" (intime) prend tout son sens dans
la maîtrise de la Célébration Intime " (tib. Sang Ngag) quand esprit, souffle et mantra sont unifiés.
On peut parler véritablement de la célébration * (tib. Ngag) même du Verbe qui "incarne" le Karma
(Activité) de la Conscience libérée. Au Tibet, un pratiquant arrivé à un tel niveau est appelé
Ngagpa, un célébrant.
La génération du Kapala est l’apogée d’une connaissance clarté vide (tib. Sel tong). Le yogi
(yogini) adopte la Vue Pure dénuée de toutes conceptions vulgaires et discriminatives qui permet
l’accès au plein espace de félicité vide (tib. Dé Tong) illustrée par les initiations que les Dakinis
confèrent aux méditants fortunés. Elles nous confient le pouvoir de se libérer du voile de la
discrimination.
3) Résorptions
Font suite alors les phases de résorptions caractérisées que sont les six yogas essentiels. Ces phases
sont accompagnées de différents exercices de purification des canaux ainsi que des méditations
pour la maîtrise des souffles et des tiglés. Ces yogas stabilisent les expériences de félicité, de clarté
et de non-obstruction. Ils aboutissent à la phase de résorption ultime qui dissipe le voile de l’illusion
fondamentale.
4) Conduite
L’établissement du yogi dans les vœux intimes de la Conduite et leur application dans l’activité
quotidienne dépendra de sa compréhension de la Vue et les progrès de la Méditation. Ces vœux et
leur usage nécessitent de la prudence, de l’humilité, de la considération, de l’opportunité, de
l’intelligence en somme. Beaucoup d’obstacles surviennent lors de la pratique du Vajrayana et ceux
du yogi sont difficiles à déceler parce qu’ils s’immiscent dans les signes de succès qu’il rencontre.
Par obstacle, on ne parle pas des difficultés courantes comme la paresse, le doute ou les vues
erronées. Les obstacles accompagnent les progrès avancés de la méditation et sont de densité
proportionnelle. Le seul antidote possible finit par être la réaffirmation de la Vue de la vacuité,
l’essence de tous les engagements et source de compassion. Le tibétain Tcheupa qu’on traduit à tort
par activité ou conduite se rapproche plus du sens de « user » ou « jouir de ». La Conduite est un
véritable examen de son progrès spirituel. La Vue jointe à la méthode est Méditation, la Vue jointe
à l’activité est Conduite. L’apogée de la Conduite est le véritable usufruit. En tibétain on parle de
« Reul » qui a le sens de jouer, s’amuser avec les apparences. À ce stade on ne peut plus s’abuser .
5) Conclusion
J’ai composé ce Mandala Tantra avec une sincère motivation en m’appuyant sur mon inspiration,
ma compréhension et mes expériences peu nombreuses mais certaines.
Je dédie ma retraite de l’année Lièvre-Fer à renforcer mes expériences pour étayer cette pratique du
Mandala Tantra de visualisations précises en m’inspirant de l’influx de Saraha, Tilopa et
Soukhasiddhi. Je sais la chance d’avoir rencontré des personnes de la même sève qui m’ont
dispensé leurs enseignements et leur bonté. Je leur suis infiniment reconnaissant et garde une
sincère gratitude. Je m’en remets également à mon maître omniprésent, le karma, qui ne faillira
jamais et en qui je puise ma patience et ma détermination.
* La différence qu’il peut y avoir entre récitation et célébration peut être la même que certains Pères
chrétiens font entre prière et oraison. "L'Oraison, ce n'est pas "fabriquer de la Prière", mais rejoindre en
nous quelqu' un déjà en train de prier". (Père Caffarel)
Plan du commentaire
Pratique principale
A) Hommage et reconnaissance
B) Les quatre idées fondamentales qui développent la nécessité du Refuge
C) Refuge
D) Bodhicitta
1) Développement
2) Les quatre incommensurables
3) Engagement
E) Expulsion des obstacles
F) Offrande du mandala
G) Cercle protecteur
H) Accumulation et purification
1) Prière en sept branches
2) Requête
3) Enceinte vide de Ah ( )
I) Phases de générations
e
1) Générer la Base Toute (Initiation des cinq éléments) (Nang Tong)
2) Générer le Dak-Kyé (Initiation du Vase)
3) Générer le Dun-Kyé (Initiation secrète)
4) Offrandes
5) Récitation d’approche des mantras
6) Invocation des cinq moudras
7) Récitation mentale des mantras
J) Accomplissement du nectar de félicité (Initiation de sagesse) (Dé Tong)
1) Requête
2) Consécration du nectar
3) Obtention des initiations
4) Offrande de Torma
5) Offrande extérieure
6) Offrande intérieure, intime et ultime
7) Louange aux Dakinis
K) Phases de résorption ultime
1) Requête
2) Ngo Treu (Initiation du terme)
3) Émanation
L) Prière propitiatoire
1) Prière de souhaits
2) Prière propitiatoire
M) Réparation
1) Prière d’indulgence et de renforcement
2) Mantra de cent syllabes et de reconduction
N) Prière au mandala des cinq bouddhas
O) Chant de la Dakini Simghamukha
P) Dédicace
Complément
A) Renforcement des activités
1) Refuge et Bodhicitta
2) Les quatre pensées incommensurables
3) Génération du Dak-Kyé et Dun-Kyé
4) Prière de confirmation du yogi (yogini)
5) Récitation mentale des mantras pour les moudras
6) Invocation des Dakas et Dakinis
7) Récitation mentale des mantras pour les activités
B) Intégration numineuse au Sahaja Mahamoudra
1) Prière
2) Intégration numineuse
C) Phases de résorptions caractérisées
1) Requête
2) Récitation mentale
3) Le yoga de Toumo
4) Le yoga de Gyu Lu
5) Le yoga de Mi Lam
6) Le yoga de Eu Sel
7) Le yoga de Poa
8) Le yoga du Bardo
Texte du MANDALA TANTRA (extrait)
Génération du mandala et des cinq Dhyanis Bouddhas
" Hommage et reconnaissance (chant)
Vajradhara, Rahoulabadra
;
;
Métripa, Tilo, Naro, Nigouma ;
Soukhasiddhi, Marpa, Milarépa ;
Saraha, Nagarjouna, Shaouaripa
Hommage et reconnaissance aux yogis
;
;
Aujourd’hui héritier de leur transmission ;
Je m’engage dans la vue du Sahaja ;
Apparence et vide co-émergent ;
Connaissance et vide co-émergent ;
Au contact d’apparence et connaissance ;
Toute expérience est félicité vide ;
Assuré de ma compréhension ;
Libre des préoccupations mondaines ;
Je m’applique à la contemplation ;
Et demeure en cette vue du Sahaja ;
Le plus bel hommage fait au Lama ;
Pour honorer au mieux ses instructions ;
C’est de rester dans l’état naturel ;
Et intégrer la vue du Sahaja ;
Qui réalisèrent l’essence de l’esprit
1
2
3
1
Nang Tong ; 2 Rik Tong ; 3 Dé Tong
" Les quatre idées fondamentales qui développent la nécessité du Refuge
1) La précieuse condition humaine :
J'ai obtenu une existence humaine. C'est une chance
inouïe pour donner sens à ma vie. Conscient de cette
précieuse condition, je goûte le prix de chaque instant.
Sachant que tous les êtres souhaitent le bonheur,
chaque rencontre est digne de considération. Sachant
ma mort comme l'échéance irrévocable de cette vie,
l'aspiration est d'autant plus noble. Aussi je me
consacre, à cet instant même et dans les perspectives de
toutes mes vies futures, au service de l'éveil et d'autrui.
2) L'impermanence et la mort :
Les quatre apogées de l'impermanence sont
constamment à l’œuvre. Satisfaction et insatisfaction
sont le fait de prendre pour permanent ce qui n'est que
la réunion de causes et circonstances. Il n'existe aucun
état définitif. Tout comme la manifestation et les
évènements, mes états d'âme sont transitoires. Mon
être n'est qu'un devenir perpétuel, un flot incessant sans naissance ni mort. Prendre
conscience de cela est la véritable libération qui traverse toutes les vies.
3) Le processus causal mental, le karma :
Rien ni personne ne m’illusionne. Seules mes distorsions et leur causalité me voilent la
réalité du monde, des autres et de moi-même. Je suis seul responsable de mes perceptions
et seul auteur de mes réactions. Je suis seul juge des antécédents et seul j'en assumerai les
conséquences. Pour éviter les conditions d'existence défavorable, en cet instant même je
réitère mes trois niveaux d'engagements : éthique, empathie et vue pure. Que je ne sois
plus le pantin du karma souillé mais que s'exauce le karma naturel du Dharmata qui fait
que la vacuité est sagesse, compassion et capacité.
4) La défectuosité du samsara
J'abandonne les huit préoccupations temporelles. Rien en l'existence conditionnée
n’apporte un bonheur immuable. Je ne remets en rien ni personne le soin, le devoir ou la
responsabilité de me rendre heureux. Je me défais de l'espoir-crainte. Je m'en remets à
l'écoute, l’analyse et la méditation. Pour évaluer mon chemin vers la complète libération,
je m'en remets aux quatre sceaux du Dharma et aux quatre garanties énoncés par le
Bouddha Sakyamouni.
" Refuge
J'aspire à l'Éveil comme seul refuge contre la souffrance
J’adopte le Dharma comme seul recours contre l'illusion
Je respecte la Sangha comme seuls amis sur le chemin.(x3)
Vue Pure au Lama Racine,
Seul lien au Dharmakaya de mon propre esprit
Vue Pure au Yidam Racine,
Seul lien au Samboghakaya de mon propre souffle
Vue Pure au Dakas et Dakinis Racines,
Seul lien au Nirmanakaya de mon propre corps. (x3)
" Bodhicitta
1) Développement
Le samsara est un malencontreux malentendu. Les êtres
malhabiles à en trouver la cause, engendrent maladresses et
malheurs. Tous pourtant sont en quête de bonheur, mais ne
réalisant pas la précieuse existence humaine, ils se contentent de
satisfactions et compensations. Tous aiment se voir aimer et être
aimés, mais n’envisageant pas l’impermanence et la mort, ils se
limitent aux désirs et attachements. Tous sont plein d’entrain au
bonheur, mais refusant de voir la vanité du samsara, ils placent
tous leurs espoirs dans des futilités. Tous se sentent un droit à la
liberté, mais sans aucune conscience de la causalité, ils se
complaisent dans leur égoïsme étroit. Tous détestent se voir
détestés, mais sans vouloir comprendre l’autre, ils restent blessés
et blessent à leur tour. Tous réclament de l’estime, mais soucieux
de se comparer, ils se valorisent au mépris de l’autre. Tous se
veulent authentiques, mais incapables de se réjouir, ils se
glorifient en médisant sur l’autre. Tous recherchent la paix, mais se refusant d’assumer la
réalité, ils se réfugient dans la léthargie. Ces êtres dits ordinaires sont mes guides. Leur
bonté est plus valeureuse que celle des êtres nirvanés. Déceler dans leurs faits et gestes ne
serait-ce qu’une once de Bodhicitta, illumine le cœur pour l’éternité. Aujourd’hui
connaissant le Dharma, je dois générer cette Bodhicitta des fils de Bouddhas et m’éveiller
pour montrer aux êtres l’illusion de la souffrance.
2) Engagement
Tous les êtres innombrables qui vivent en tous les univers m'ont tous prodigué soin,
protection et bonté comme une mère pour son enfant. Je ressens aujourd'hui une sincère
gratitude d'autant que je suis conscient des conséquences de l'illusion et perturbations qui
recouvrent la nature de l'esprit. Ici même, en cet instant même, moi-même (se nommer),
prenant pour témoin les Bouddhas et Bodhisattvas, le Lama et mes frères et sœurs vajra, je
prends pour résolution que toute mon activité se fasse en connaissance de cela.
Ici même, en cet instant même
Je me dois de m'éveiller pour aider les êtres
Je me dois de m'éveiller si je prétends aider les êtres
Je me dois de m'éveiller si je prétends aimer les êtres. (x3)
" Requête au Lama (chant)
;
;
Lama Racine, nature de Bouddha
Omniprésent au-dessus de ma tête
Entièrement dévoué à vos instructions
Accordez-moi l’influx de votre bonté
;
Accompagné des cinq Dakinis
Votre corps se nourrit de leur plaisir
Votre parole invite à l’harmonie
Votre cœur resplendit la joie innée
;
;
Leur danse est légère et chaleureuse
Puissent les êtres en goûter la beauté
En renonçant à toutes conceptions
Les facultés sont plénitudes et joie
;
;
;
;
;
;
;
Moi yogi connaissant le désir ;
Je fais le vœu d’abandonner la soif ;
De maintenir toute absence de concept ;
Et stabiliser l’union souffle-esprit ;
Que se réalise le Corps Vajra ;
Toute évidence félicité clarté ;
Sous l’inspiration des cinq Dakinis ;
Il s’épanouit en l’espace infini ;
" Louange aux cinq Dakinis (chant)
;
Aux yeux des peineux de la prière
Vous vous présentez dévoreuses de chair
Effrayantes ou prophétesses de la nuit
Vous êtes le reflet de nos propres peurs
;
;
;
;
;
Maîtrisant la sphère des éléments
Vous demeurez dans des lieux insondables
Exigeant de dépasser nos limites
Vous nous sauvez des mondes inférieurs
;
;
;
Secouez-vous besogneux inconscients
Des zones obscures sommeillent au fond du cœur
Quand les Dakinis vous montre l’abîme
;
;
Fixez des yeux le centre de l’espace
;
;
Puritains, intégristes, fanatiques
Au nom du pur vous êtes capables du pire
Écouter bien leur ricanement strident
Elles subjuguent le démon de votre orgueil
;
;
;
Leur domaine n’est pas fait pour les tièdes ;
Sensuelles, elles révèlent l’avidité ;
Leur couperet castre tout espoir d’un soi ;
Unis-toi au souffle qui s’élance dans le vide ;
Toi, l’humain dans ton désir d’aimer ;
Abandonne tout vulgaire attachement ;
Les Dakinis montrent l’insaisissable ;
Abreuve-toi de leur nectar primordial ;
" Prière au mandala des cinq bouddhas
En dehors des cinq éléments, aucune manifestation ;
Co-émergence de clarté vacuité. Les cinq Dakinis sont évidanses.
En dehors des cinq agrégats, aucune cognition ;
Co-émergence de connaissance vacuité. Les cinq Dakas sont signifiances.
En dehors des cinq émotions, aucune intelligence ;
Co-émergence de jouissance vacuité. Les cinq Bouddhas, yab-youm sont sagesses.
N’étant qu’illusions, les deux saisies se délivrent d’elles-mêmes (tib. Rang dreul). Le Trikaya
s’élève spontanément (tib. Rang char). Le Tétrakaya est jouissance de leur coémergence. Le
Pentakaya est dynamique de leur vacuité. En ce Mandala-tantra contemple les arcanes de ce
Pentacle.
© Marie Noëlle Guyot
À l’Est, dépose les armes de tes saisies. Ne réifie pas, reste en paix. Terre et Espace font paix.
Manifeste et Conscience font unité. L’Immuable (sct. Akshobya) est à même l’esprit. Tu ne
peux te séparer de toi-même, tout objet est de nature mentale. En ce domaine pur de ta
contemplation, vois cette sagesse du miroir.
Au Sud, déploie l’exigence de ta Vue. Ne te réduis pas, reste digne. Terre et Eau font sympathie.
Manifeste et Sensation font caresse. Né du Joyau (sct. Ratnasambhava) s’écoule en l’esprit. Tu
ne peux t’évaluer à toi-même, tout connu n’a aucune intention. En ce domaine pur de ta
contemplation, vois cette sagesse d’équitabilité.
À l’Ouest, outrepasse tes sens. Ne t’attache pas, reste goûter. Fluide et Feu font plénitude.
Sensation et Perception font lucidité. Clarté sans limite (sct. Amitabha) habite l’esprit. Tu ne
peux résilier l’image, le monde est perception constante. En ce domaine pur de ta contemplation,
vois cette sagesse du discernement.
Au Nord, accompagne tout acte. N’anticipe pas, reste natif. Feu et Air font opportunité.
Perception et Réaction font maîtrise. Efficience accomplie (sct. Amoghasiddhi) œuvre en
l’esprit. Tu ne peux rien manquer, chaque instant se prête à toi. En ce domaine pur de ta
contemplation, vois cette sagesse toute efficiente.
Au Centre, exécute l’instant. Ne trouve pas, reste puéril. Espace et Terre font parution. Réaction et
Conscience font œuvre. Démiurge Vairocana délivre l’esprit. Tu ne peux conclure le paradoxe, la forme
est perpétuelle inauguration. En ce domaine pur de ta contemplation, vois cette sagesse du vide.
" Chant de la Dakini Simhamukha
En Uddiyana, Kyoungpo Neldjor reçut l'initiation au sein du mandala des cinq déesses Jetsunma. La Dakini
Simghamukha entourée des quatre Dakinis entonna ce chant vajra :
La Vajra Dakini protège contre les obstacles.
La Ratna Dakini accroît richesses et serviteurs.
La Padma Dakini nous entoure de femmes.
La Karma Dakini accomplit toutes les activités.
Dominé par le désir, l'attachement et l'attraction,
On succombe sous le pouvoir des Dakinis.
Sans désir pour aucune chose, on obtient tout.
Sachez donc que les Dakinis sont notre propre esprit.
La connaissance de la nature de l'esprit ;
C'est ainsi que la Vajra Dakinı protège des obstacles.
Le contentement et l'absence de besoin sont un trésor de joyaux ;
C'est ainsi que la Ratna Dakinı réalise tous nos désirs et besoins.
L'absence de conceptualisation libre d'attachement est le lotus ;
C'est ainsi que la Padma Dakinı réunit les moudras.
La liberté de naissance et de cessation est l'activité ;
C'est ainsi que la Karma Dakinı accomplit les activités.
Le yogi qui ne comprend pas cela
A beau pratiquer durant des kalpas, il n'arrivera à rien !
C'est pourquoi comprendre que les Dakinis
Sont notre propre esprit est le point le plus important.
" Dédicace
Que le mérite accompli ici même
;
Ébranle le tréfonds du samsara
;
Et que les êtres sortent de leur torpeur
Pour reconnaître la nature de l’esprit
La base est spontanément parfaite
;
Le chemin s’élève en toute évidence
Le fruit excelle en la base éternelle
;
;
;
;
Que ma dédicace triomphe des trois temps
;
Si chemin... ? je le consacre au bien des êtres
;
Si fruit… ? je m’en remet au bien des êtres ;
Que ma dédicace s’exauce ici même ;
Si progrès… ? je le dédie au bien des êtres
;