The Stranglers - La Scène Watteau

Commentaires

Transcription

The Stranglers - La Scène Watteau
The Stranglers
mercredi 4 novembre 2015 à 20h30
La Scène Watteau / Place du Théâtre / Nogent-sur-Marne
locations 01 48 72 94 94
www.scenewatteau.fr
La Scène Watteau est une scène conventionnée subventionnée par la Ville de Nogent-sur-Marne,
la DRAC Ile-de-France, le Conseil départemental du Val-de-Marne et la Région Ile-de-France
The Stranglers
Jean-Jacques Burnel
basse
Baz Warne
guitare
Jim Macaulay
batterie
Dave Greenfield
claviers
Provocateur, sulfureux, controversé, The Stranglers est l’un des groupes les plus
influents de la scène punk-rock britannique de ces 40 dernières années. Un
concert entre fureur et grâce.
Nés à la fin des années 70, en pleine déferlante punk, The Stranglers ne cessent de
se réinventer d’album en album, passant par le rock, le post-punk, l’électronique, la
new wave et la pop. Leur son se caractérise par la basse à la fois mélodique et
agressive de JJ Burnel et par les rapides arpèges de Dave Greenfield, joués
indifféremment sur orgue Hammond, synthétiseur, piano ou clavecin. Sur scène et
en studio, The Stranglers, ou du moins leur première formation jusqu’en 1990, se
sont également distingués par un humour provocateur et des frasques devenues
légendaires. Groupe très populaire en Grande-Bretagne, ils sont parvenus à placer
un nombre impressionnant de titres et d’albums dans le top 40 britannique.
The Stranglers entrent aujourd’hui dans leur cinquième décennie d’existence et
d’activités effrénées, ce qui en fait l’un des groupes mythiques de l’histoire du rock
et surtout l’un des très rares issus du mouvement punk à n’avoir jamais cessé de se
produire sur scène.
mercredi 4 novembre 2015 à 20h30 à La Scène Watteau
durée estimée 2h
prix des places de 8 à 22 €
La Scène Watteau, Place du Théâtre, Nogent-sur-Marne,
face à la station RER E Nogent-Le Perreux
locations 01 48 72 94 94
contact La Scène Watteau Benoît Strubbe
tél 01 43 24 76 76, [email protected]
The Stranglers
Le groupe se créé en 1974 sous le nom de Guilford Stranglers (« Les Etrangleurs de
Guilford »), ceci par allusion à un tueur en série américain que la presse avait appelé
« l’étrangleur de Boston ». D’origine française, le bassiste et chanteur Jean-Jacques Burnel
(né à Londres en 1952), a joué pendant plusieurs années de la guitare avant de passer à la
basse. Fan de moto, il se montre déjà volontiers bagarreur. Bardé de diplômes de biologie,
le chanteur et guitariste Hugh Cornwell (né à Londres en 1949), est enseignant et a lui aussi
une longue expérience, ayant joué dans un groupe de blues avec Richard Thompson, futur
membre de Fairport Convention. Leurs deux acolytes étonnent encore davantage : ancien
tenancier de bar, le batteur Jet Black (né à Ilford en 1938) a déjà 36 ans et ne s’est mis que
tardivement à son instrument et le claviériste Dave Greenfield (né à Brighton en 1949), très
inspiré par le son de Ray Manzarek des Doors, ne cache pas son intérêt pour les groupes de
rock progressif, alors unanimement abhorrés par les punks.
The Stranglers se font remarquer dès 1977 et leurs deux premiers albums, « Rattus
Norvegicus » et « No More Heroes ». Portés par la voix et la diction agressives de Cornwell,
leurs textes souvent cyniques, misogynes et provocateurs vont de pair avec une attitude
qui mène souvent à des débordements : n’hésitant pas à donner de sa personne, Burnel
multiplie les bagarres, de même, des filles peu farouches rejoignent en quelques occasions
le groupe en plein concert pour se livrer à des numéros d’effeuillage plus appréciés des
spectateurs que des édiles. Ces écarts leur valent évidemment une réputation peu
flatteuse, qui ne les empêche pourtant pas de drainer les foules, d’avoir des groupes de
renom comme Joy Division ou The Cure en première partie et de vendre un nombre
considérable de disques.
Suivis de près par les autorités, The Stranglers n’accusent pas le coup lorsque, mis en prison
pour possession de stupéfiants, Hugh Cornwell ne peut assurer les dates d’une tournée, le
groupe faisant alors appel à des amis pour le remplacer : on voit ainsi notamment Robert
Smith se produire avec eux. Sitôt Cornwell libéré, les Stranglers atteignent sans doute leur
zénith avec l’album « La Folie » : sur une mélodie aux accents de valse composée par Dave
Greenfield , la chanson « Golden Brown » se classe dans les premières places des charts. En
1983 avec l’album « Feline », les Stranglers opèrent une nouvelle mutation : les claviers et
la basse prennent l’ascendant tandis que Jet Black a recours souvent aux percussions
électroniques. A partir de la tournée de promotion de son opus suivant, « Aural Sculpture »
(1984), le groupe, toujours imprévisible, commence à inclure une section de cuivres dans
ses concerts. De nombreux fans des débuts ont désormais du mal à suivre le groupe et vont
se détacher de lui, d’autant qu’il semble moins désireux de susciter les polémiques.
Malgré un dernier album à succès « 10 » (1990), Hugh Cornwell annonce son départ. Ne
souhaitant pas mettre fin au groupe, J. J. Burnel, désormais seul maître à bord, recrute un
chanteur nommé Paul Roberts et fait appel à John Ellis pour tenir la guitare. Malade, Jet
Black est un temps remplacé avant de revenir. Il est alors clair que le meilleur du groupe
appartient déjà au passé. Bien que sortant des albums régulièrement, il n’est plus suivi avec
l’enthousiasme d’autrefois, l’absence d’Hugh Cornwell y étant pour beaucoup. En 1993,
Burnel reprend ses activités de producteur et, assagi, se consacre davantage à sa famille.
La fin des années 90 annonce la résurrection du groupe. John Ellis est remplacé par Baz
Warne et les albums « Norfolk Coast » (2004) et « Suite XVI » (2006), sur lesquels les
Stranglers renouent avec le son de leur grande époque, suscitent un vif regain d’intérêt
chez la critique et les concerts de nos « étrangleurs » sont à nouveau très fréquentés.
Renseignements pratiques
prix des places
de 8 à 22 €
tarif normal : 22 €, tarif moins de 26 ans : 10 €, tarif plus de 65 ans et groupes : 19 €,
tarif demandeurs d’emploi : 17 €
tarif abonné adulte : 15 €, tarif abonné jeune public : 8 €
locations
par téléphone 01 48 72 94 94
à l’accueil de La Scène Watteau Place du Théâtre / Nogent-sur-Marne
FNAC Billetterie, theatreonline, www.billetreduc.com
comment venir à La Scène Watteau
Place du Théâtre (ancienne Place de l’Europe) / Nogent-sur-Marne
Autoroute A4
au niveau de la Porte de Bercy, prendre la sortie n° 5 “Nogent-sur-Marne”, rester sur la voie
de gauche. La Scène Watteau est à 500 m de la sortie d’autoroute.
RER E
station : Nogent-Le Perreux. Temps moyen du trajet Paris/Magenta - Nogent : 20 minutes
La Scène Watteau est juste en face de la station.

Documents pareils

Les inséparables - La Scène Watteau

Les inséparables - La Scène Watteau notamment avec Jacques Lassalle dans « Le Misanthrope » de Molière, Muriel Mayette dans « Les Danseurs de la pluie » de Karin Mainwaring, Jean-Baptiste Sastre dans « Tamerlan » de Christopher Marlo...

Plus en détail