Pharma-News

Commentaires

Transcription

Pharma-News
Pharma-News
Avril 2012
Le journal de l'équipe officinale
Numéro 93
Sommaire
Editorial :
Vite lu
Nouveautés :
GELOMYRTOL°
Génériques du SORTIS°
SYSTANE° BALANCE
EFFENTORA°
Actuel :
HEPATITE C : nouveaux traitements
Imprononçable ?? Mais non, mais non !
Ruée vers l’or
Gardez l’œil humide !
Morphine dans les gencives
Pour en savoir plus : Suppléments vitaminés pour enfants
En bref :
La croix et… la croix
FUSICUTAN° - FLUCTINE – VIRAMUNE° - INTELENCE° - RASILEZ°
Tests
L’image du mois :
Vitamines pour enfants…
Editorial
C’est le printemps !
Certes, ce n’est sûrement pas le titre le plus original d’un éditorial à cette période, mais vous
avez certainement mieux à faire que de le lire, donc ne perdons pas de temps…
Bonne lecture !
Jérôme Berger
Pierre Bossert
Séverine Huguenin
Julia Farina
Caroline Mir
Marie-Thérèse Guanter Germanier
Martine Ruggli
Nouveautés
GELOMYRTOL° (myrtol)
Médicament que les Allemands connaissent bien
puisqu’il est sur le marché depuis de nombreuses
années, le GELOMYRTOL° est maintenant aussi
commercialisé en Suisse. Ce médicament contenant
300 mg de myrtol est utilisé dans les cas de rhume,
sinusite, toux et bronchite.
Le myrtol est en fait une huile esssentielle
contenant un mélange de terpènes dont la
composition doit être d’au moins 25% de cinéole,
Pour aller plus loins…
On retrouve dans la littérature beaucoup d’études sur l’efficacité du
myrtol concernant ces différentes propriétés, mais elles sont faites
in vitro et il est donc difficile de savoir si le produit va être
véritablement efficace après administration! La firme a effectué de
nombreuses études in vivo pour démontrer l’efficacité du myrtol,
dont une étude clinique le comparant à un placébo. Elle montre une
efficacité supérieure du myrtol par rapport au placebo dans des cas
de sinusites 2. Cette étude est évoquée dans certaines guidelines
comme les guidelines canadiennes 3 ou allemandes 4 mais ce
traitement alternatif n’est pas recommandé par NICE et le CKS qui
estiment que l’évaluation est trop faible pour pouvoir le retenir 5.
Cet avis anglo-saxon est aussi repris dans une banque de données
sur les médecines naturelles 6.
25% de limonène et 6,7% de pinène 1,
ce qui est exactement la composition
de GELOMYRTOL°.
Selon le fabriquant, le myrtol aurait
une
action
antimicrobienne,
mucolytique,
antioxydante,
spasmolytique et anti-inflammatoire.
Il est cependant difficile de se faire
une idée sur l'efficacité véritable de ce
produit avec les données actuelles
(voir encadré ci-contre).Encadré23456
1
Drugs: Synonyms & Properties, 2000; 1280
Otolaryngol Head Neck Surg. 2006;135(4):496-506. « Herbal medicines for the treatment of rhinosinusitis: a
systematic review. »
3
Canadian clinical practice guidelines for acute and chronic rhinosinusitis
4
Deutsche Gesellschaft für Allgemeinmedizin und Familienmedizin, Rhinosinusitis DEGAM – Leitlinie Nr. 10
5
CKS, Acute sinusitis, 2009
2
© Pharma-News
page 2
Numéro 93, avril 2012
GELOMYRTOL° doit être pris selon des schémas différents dans les cas aigus ou chroniques
et selon l’âge :
Adultes
Enfants dès 10 ans Enfants entre 4 et 10 ans
Cas aigus 3-4 fois par jour
1 à 3 fois par jour
Sur prescription médicale, 1 à 2
fois par jour
Cas
2 fois par jour
2 fois par jour
Contre indiqué (voir encadré
chroniques
pharmacovigilance)
Les effets indésirables rencontrés sont des douleurs à l’estomac, des nausées parfois des
vomissements, des diarrhées et des ballonnements. Dans des cas rares, risque de réactions
d’hypersensibilité (réactions cutanées, détresse respiratoire, …) ou péjoration de cas de
calculs rénaux ou biliaires 2,6. Il est très important de bien rappeler aux patients qu’ils doivent
prendre les capsules 30 minutes avant le repas et surtout avec un liquide FROID pour éviter
une dissolution trop rapide dans l’estomac qui
Pharmacovigilance:
provoquerait des effets indésirables gastriques plus
L’Afssaps, en accord avec l’EMA, a
importants.
récemment contre-indiqué les dérivés
terpéniques chez les enfants de moins de
30 mois et chez les enfants ayant des
antécédents de convulsion fébrile ou
d’épilepsie en raison du risque d’atteinte
neurologique. Cette spécialité ne devrait
donc pas être administrée chez ces
enfants. Pour rappel, naturel ne veut pas
dire sans danger!
Aucune étude durant la grossesse n'est disponible, il est
donc préférable de renoncer à son emploi chez la femme
enceinte et d'employer des spécialités pour lesquelles on
dispose de plus de recul. Comme les terpènes sont
lipophiles, ils passeront dans le lait maternel ; le
GELOMYRTOL° est donc contre-indiqué chez les
femmes qui allaitent 2 .
GELOMYRTOL - A retenir pour le conseil :






6
traitement à base de myrtol (huile essentielle complexe) pour la prise en charge de
bronchites, sinusites, toux et rhume
difficile de se faire une idée sur son efficacité
schéma de dosage dépendant de l’âge et de l’état chronique ou aigu
effets indésirables gastriques surtout: à prendre 30 minutes avant le repas avec un
liquide froid pour les atténuer
renoncer à son usage chez la femme enceinte
contre-indiqué chez les enfants en bas âge et lors d'allaitement
Natural medicines, comprehensive database 2012
© Pharma-News
page 3
Numéro 93, avril 2012
Génériques du SORTIS° (atorvastatine)
L’atorvastatine, la statine du géant américain Pfizer, est le médicament le plus vendu au
monde. Depuis sa mise sur le marché en 1997, elle a rapporté quelques 100 milliards de
dollars à son fabriquant et rien
qu’en 2011 ses ventes ont généré
plus de 10 milliards de dollars, ce
qui représente environ 15 % du
chiffre
d’affaire
du
groupe
pharmaceutique. Suite à l’expiration
du brevet de l’atorvastatine dans
différents pays, Pfizer perd peu à
peu l’exclusivité de son médicament
phare. Ainsi, aux USA où le brevet
est tombé en novembre 2011, les
ventes du produit original ont chuté
de 73% en un mois (perte
prévisible : 4 milliards de dollars en
2012) 7.
En Suisse, le brevet du SORTIS°
(atorvastatine) va expirer au 1er juin 2012. A partir de cette date, une multitude de génériques
vont certainement se livrer une guerre sans merci. Pfizer entend bien rester dans le marché et
surtout prévenir une chute rapide de ses ventes. Pour cela, la firme a imaginé une parade qui
ne va pas sans rappeler celle adoptée par AstraZeneca avec ESOMEP° et NEXIUM° : couper
l’herbe sous les pieds de la concurrence en lançant son propre générique avant l’arrivée de la
déferlante. Le but de cette stratégie est bien d’habituer nos patients à un générique Pfizer, en
limitant ainsi l’introduction d’autres génériques plus tard. Pfizer Quel produit allons-nous
adapte toutefois son approche: au lieu d’un seul générique, on proposer à nos patients ?
nous laisse perplexes et
nous en propose deux au même prix et aux mêmes dosages de Cela
devant un choix cornélien.
10, 20, 40 et 80 mg:
Devons nous prendre les trois
- un médicament en co-marketing (le même comprimé que références en stock, avec
chacune quatre dosages et deux
l’original sous un autre nom) : ATORVASTATIN PFIZER°,
grandeurs d’emballages (24
- un « vrai » générique aux comprimés plus petits: ATORVA références !)? Il est également
intéressant de noter que le prix
PFIZER°.
er
La firme explique qu’afin de ne pas perturber les utilisateurs de
SORTIS°, elle propose le produit en co-marketing. Pour ses
clients qui préféreraient des comprimés plus petits, elle a mis au
point une nouvelle forme répondant à cette attente, afin de ne
pas laisser ce marché uniquement à la concurrence! Bien
évidemment, SORTIS° dans sa forme actuelle reste également
sur le marché 8.
de vente proposé au 1 mars
2012 sera revu à la baisse au 1er
juin 2012, date d’arrivée des
autres génériques. Quelle sera
la compensation prévue pour
les 24 références stockées ?
Les statines
Pour mémoire, les statines sont représentées en Suisse par cinq principes actifs : atorvastatin
(SORTIS°), fluvastatine (LESCOL° et génériques), pravastatine (SELIPRAN° et génériques),
simvastatine (ZOCOR° et génériques) et rosuvastatine (CRESTOR°). Ce sont le traitement de
premier choix chez la plupart des patients souffrant de dyslipidémie.
7
8
www.pharmactua.com et divers articles de presse
Plaquette publicitaire Pfizer, l’original en générique à partir du 1 er mars 2012, janvier 2012
© Pharma-News
page 4
Numéro 93, avril 2012
Tous ces principes actifs ont pour but d’abaisser le taux de cholestérol (LDL-cholestérol), que
ce soit en prévention primaire (risque à 10 ans > 20%) ou secondaire (preuve clinique de
maladie cardio-vasculaire). Globalement, les statines diminuent d’environ un tiers la survenue
des événements cardiovasculaires et cérébraux
lorsqu’elles sont prescrites à bon escient 9.
Bon à savoir :
Lors de l’interruption d’un traitement aux
statines, le taux de cholestérol revient
rapidement à sa valeur initiale (quelques
semaines) et on observe même une
augmentation de la mortalité. Les statines
doivent donc être avalées à vie 9 !
Depuis nos dernières publications au sujet des statines
(PN n° 22, mars 2005 et PN n° 43, avril 2007), les
données n’ont pas changé : les statines de choix
restent la simvastatine et la pravastatine, car elles
seules ont montré une influence sur la mortalité 9.
Remarquons encore, qu’il a été démontré que
l’atorvastatine permet de diminuer le risque de récidive après un accident vasculaire cérébral
ou un infarctus du myocarde, mais sans réduction de la mortalité globale 9,10.
En principe, la simvastatine, la fluvastatine et la pravastatine se prennent le soir ou au coucher
car c’est ainsi qu’elles sont le plus efficaces, alors que l’atorvastatine et la rosuvastatine (qui
ont des longues demi-vies) peuvent être prises à n’importe quel moment de la journée 9.
Les effets indésirables varient peu entre les différentes statines. Ce sont surtout des troubles
digestifs, des céphalées, des vertiges, des insomnies, des troubles visuels, des atteintes
musculaires ; très rarement, des rhabdomyolises parfois mortelles (destruction des muscles) et
des tendinopathies (surtout le talon d’Achille) 10.
Comme déjà souligné par le passé, les statines exposent à de nombreux risques d’interactions,
essentiellement avec les antibiotiques macrolides, les antifongiques et de nombreux autres
médicaments métabolisés par les CYP 450 (PN n° 19, novembre 2004). En cas de risques
d’interactions avec des médicaments ou de consommation régulière et importante de jus de
pamplemousse, la pravastatine est la statine de premier choix 11,12.
Génériques du SORTIS° (atorvastatine) – A retenir pour le conseil :





le générique Pfizer plus un médicament en co-marketing seront disponibles dès le 1er
mars 2012 en Suisse
d'autres génériques prévus dès le 1er juin 2012… attention aux adaptations de prix!
les statines sont le traitement de choix pour abaisser le taux de cholestérol
parmi celles-ci, la simvastatine et la pravastatine représentent le 1er choix
l'atorvastatine et la rosuvastatine peuvent se prendre à n'importe quel moment de la
journée
9
Update CQ 2011, SSPh, SCV II
La Revue Prescrire, Idées-Forces, mai 2011
11
Update CQ 2011, SSPh, SCV guidelines
12
La Revue Prescrire, octobre 2006, 276, 693
10
© Pharma-News
page 5
Numéro 93, avril 2012
SYSTANE° BALANCE
Après les gouttes oculaires lubrifiantes SYSTANE° (PN
n° 19, novembre 2004) et SYSTANE° ULTRA (PN n° 74,
mai 2010), la firme Alcon met sur le marché SYSTANE°
BALANCE destiné aux patients présentant un
dysfonctionnement des glandes de Meibomius 13. Cette
nouvelle mouture a la même composition que SYSTANE°
ULTRA, le PEG 400 (agent mouillant) en moins et de
l’huile de paraffine en plus 14.
Tous les produits de la gamme SYSTANE°
sont
enregistrés en tant que dispositifs médicaux et sont HL. Ils
contiennent entre autres :
- un agent gélifiant, de l’hydroxypropyl guar (HPGuar), qui permet de prolonger le temps de contact
des agents mouillants avec l'œil,
- un agent conservateur, du Polyquad°, un
antimicrobien à large spectre, apparemment mieux
toléré que le chlorure de benzalkonium, mais appartenant à la même famille
(ammonium quaternaire) 15.
Pour aller plus loin…
Les glandes de Meibomius sont au
nombre de 30 à 40 dans la paupière
supérieure et de 20 à 30 dans la paupière
inférieure. Elles libèrent des sécrétions
lipidiques lors du clignement assurant
ainsi la diffusion des lipides à la surface
du film lacrymal . Une modification des
sécrétions meibomiennes peut entraîner
une instabilité du film lacrymal par
hyper-évaporation.
Lors
de
dysfonctionnement
meibomien,
le
patient se plaint généralement d’une
sensation de sécheresse peu spécifique.
Le diagnostic est donc difficile à poser
en officine, car les symptômes à eux
seuls ne permettent pas d’identifier la
cause du trouble. En cas de
dysfonctionnement
meibomien,
le
traitement de première intention passe
par un soin de paupières : application de
compresses imbibées d’eau chaude
pendant 5 à 10 minutes, suivie de
massages locaux afin d’exprimer les
sécrétions des glandes 20.
SYSTANE° BALANCE se présente comme un liquide
d’aspect laiteux pouvant être utilisé à tout moment de la
journée et autant de fois que nécessaire. Il ne trouble pas
la vue au moment de l’administration (testé pour vous!).
Il ne doit pas être instillé pendant le port de lentilles de
contact. Selon le fabriquant, contrairement aux collyres
multi-doses classiques contenant un conservateur et qui
se jettent après un mois, tous les produits de la gamme
SYSTANE°, se conservent six mois après ouverture du
flacon. Nous n’avons pas trouvé de données
indépendantes
expliquant
cette
longue
durée
d’utilisation 16.
Comme tous les lubrifiants oculaires disponibles
actuellement sur le marché, SYSTANE° BALANCE ne
s’attaque pas aux causes de l’œil sec 17; c’est un
traitement
local
et
symptomatologique
visant
essentiellement le confort de l’utilisateur. Selon un
rapport paru en 2007, il est difficile d’établir la preuve
qu’un composant quelconque de larmes artificielles
puisse agir comme principe actif dans le sens ou les
agents actuellement disponibles n’ont pas d’activité
clinique manifeste au-delà de l’action lubrifiante 18.
13 Correspondance e-mail avec la maison Alcon le 16.2.2012
14
15
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3130915/
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20931366
16 Prospectus SYSTANE° BALANCE à l’usage du public
17 Journal suisse de pharmacie, 13/2006, 517-523
18
www.theocularsurface.com , avril 2007, vol. 5, no 2, DEWS Prise en charge et traitement de la sécheresse oculaire
© Pharma-News
page 6
Numéro 93, avril 2012
D’après une petite étude de 28
jours, sponsorisée par la maison
Le film lacrymal protège la surface oculaire : il prévient l’œil de l’invasion
des germes, évite la déshydratation de la cornée et contribue à sa qualité
Alcon et menée sur 49 patients
optique. Il est composé de trois couches :
atteints d’un dysfonctionnement
1.
couche muqueuse formant l’interface entre le film lacrymal et la
des glandes de Meibomius, il
cornée,
semblerait
que
SYSTANE°
2.
couche aqueuse médiane,
3.
couche lipidique externe, constituée en grande partie par les
BALANCE améliore le niveau de
sécrétions lipidiques des glandes de Meibomius. Elle a plusieurs
sécrétion de ces glandes et
fonctions dont celles de :
permette
de
diminuer
la
ralentir l’évaporation de la couche intermédiaire aqueuse,
19
fréquence
d’instillation
.
augmenter la tension de surface afin que les larmes ne débordent pas,
Malheureusement,
nous
n’avons
lubrifier la paupière au cours des clignements.
pas trouvé d’étude indépendante
et de grande envergure qui
confirme ces données et apporte la preuve que l’apport de lipides locaux améliore les
anomalies de la couche lipidique du film lacrymal.
Le film lacrymal
Mesures permettant de ménager le film lacrymal
-
augmenter l’humidité ambiante des locaux,
limiter le port de verres de contact et favoriser le port de lunettes,
humidifier régulièrement les yeux avec un collyre adéquat lors de port de verres de contact,
cligner régulièrement des yeux lorsque l’on « travaille » longtemps devant un écran,
éviter l’air climatisé directement sur les yeux (transports publics, ventilation, etc.),
éviter la fumée du tabac,
éviter les collyres vasoconstricteurs.
SYSTANE° BALANCE – A retenir pour le conseil :




collyre lubrifiant contenant de l’huile de paraffine,
destiné aux patients présentant un dysfonctionnement des glandes de Meibomius,
à instiller autant de fois que nécessaire, mais pas durant le port de lentilles de contact
se conserve six mois après ouverture du flacon.
Encadré20
EFFENTORA° (fentanyl)
Voici une nouvelle spécialité
contenant
du
fentanyl,
dont
l’indication
officielle
est
le
"traitement des accès douloureux
paroxystiques
(exacerbation
passagère d’une douleur chronique
par ailleurs contrôlée par un
traitement de fond) chez des patients
adultes ayant un cancer et recevant déjà un traitement opioïde de fond contre leurs douleurs
chroniques d’origine cancéreuse" 21.
19 Foulks G et al. Efficacy Evaluation of a Novel Emulsion-Based, Anionic Phospholipid-Containing Artificial
Tearin Meibomian Gland Dysfunction Subjects. Poster présenté lors de la 6e «International Conference of the
Tear Film & Ocular Surface Society» (TFOS). 2010, Florence/Italie.
20 Réflexions ophtalmologiques, n° 122, tome 14, février 2009, p- 69-72, Etudes des lipides lacrymaux
© Pharma-News
page 7
Numéro 93, avril 2012
Lors de prise en charge de la douleur
par des traitements opioïdes, il n’y a
jamais de dosage préconisé, la dose
dépend toujours de l’intensité des
douleurs et de la réponse du patient
au traitement : on cherche toujours à
obtenir la dose produisant une
analgésie suffisante avec le minimum
d’effets indésirables. Pour un rappel
sur l'emploi des doses de réserve des
antalgiques opiacés, voir le PN n°85
de juin 2011.
EFFENTORA° est commercialisé sous forme de
comprimés gingivaux à placer entre la joue et la gencive
près d’une molaire, dosés à 100, 200, 400, 600 et 800 mcg.
Tous les comprimés portent un C sur une des faces et un 1,
2, 4, 6, 8 selon le dosage (1 pour 100 mcg, etc.) 21. La
prescription et le remboursement d’EFFENTORA° sont
limités aux médecins spécialisés et expérimentés dans le
traitement opioïde chez des patients souffrant d'accès
douloureux paroxystiques qui ne peuvent pas être contrôlés
suffisamment par d'autres opioïdes oraux.
Le fentanyl est un opioïde très utilisé dans le traitement des
douleurs sévères. Les nombreuses spécialités sur le marché se différencient par leur forme
galénique et leur durée d’action :
- Longue durée d’action : pour le traitement de fond des douleurs sévères, sous forme de
patch (DUROGESIC et génériques) à changer toutes les 72 heures.
- Courte durée d’action : pour la prise en charge des pics de douleurs
o Sous forme de comprimés gingivaux fixés sur un bâtonnet – sucette (ACTIQ°) :
o Sous forme de comprimés sublinguaux (ABSTRAL°)
o Et maintenant sous forme de comprimés gingivaux (EFFENTORA°)
Différentes formes de fentanyl à courte durée d'action
Quel est l’apport de cette nouvelle spécialité EFFENTORA° dans ce contexte ?
Dans la prise en charge des pics de douleurs, la morphine per os à libération rapide (gouttes
blanches par exemple) reste le traitement de référence. Pour les patients qui sont mal soulagés
ou qui ont trop d’effets indésirables de la
Prix (source : liste des spécialités online) :
morphine, le fentanyl en comprimés gingivaux
Les 2 « starters pack » à 4 comprimés de
fait partie des options parfois utiles 22. Il n'y a
100 et 200 mcg d'EFFENTORA coûtent
pas d’avantage d’une forme galénique par
env 14.50 le comprimé, tous les grands
emballages de tous les dosages coûtent en
rapport aux autres ; cela permet d'élargir le choix
flat pricing 11 francs le comprimé
pour les patients et de leur trouver une forme qui
ACTIQ° coûte env 15 francs la sucette
leur convienne 23. EFFENTORA° a été testé
dans les petits emballages et 14.40 dans
les grands emballages de 30
seulement versus placebo, où il a montré une
ABSTRAL coûte 14.50 le comprimé pour
efficacité ; par contre aucun essai versus
les emballages de 10 pièces et 11.60 pour
morphine orale ou autre forme galénique de
les emballages de 30 comprimés
fentanyl n’a été mené 22.
L’absorption du fentanyl sous forme de comprimés gingivaux a lieu au niveau de la muqueuse
buccale et digestive. L’absorption buccale permet une absorption très rapide ce qui permet
une efficacité très rapide 22. La biodisponibilité du fentanyl n’est pas la même pour la forme
comprimés gingivaux, la forme sucette et la forme sublinguale (65%, 42% et 70%
respectivement 21). Cette différence peut représenter un problème important à ne pas négliger
si on passe d’une des formes galéniques à l’autre: il faut absolument réévaluer la dose lors de
ce changement de spécialités… le risque d’erreurs et de confusion est grand 23!
21
Compendium suisse des médicaments
La Revue Prescrire, 2009 ; 29 (307) : 330-331
23
La Revue Prescrire 2010 ; 30 (319) : 341
22
© Pharma-News
page 8
Numéro 93, avril 2012
Administration d'EFFENTORA°
Lors d'une première prise : administration d'une dose de 100 mcg.
- Si l’analgésie est suffisante : nouvelle dose possible après 4 h ou plus lors de la survenue
du prochain accès douloureux.
- Si l’analgésie est insuffisante, reprendre un deuxième comprimé dans les 30 minutes.
Traiter le prochain accès douloureux paroxystique avec 2 comprimés à 100 mcg, en
plaçant un comprimé de chaque côté de la bouche. Si cette nouvelle dose est suffisamment
efficace, le traitement des accès douloureux paroxystiques ultérieurs doit être poursuivi
avec 1 comprimé à 200 mcg.
- Si cette nouvelle dose n’est pas efficace, on reproduira le même schéma, en prenant 2
comprimés de 200 mcg (ou 4 comprimés de 100 mcg). Si cette dose est considérée comme
suffisamment efficace, le traitement des accès douloureux paroxystiques ultérieurs doit
être poursuivi avec 1 comprimé à 400 mcg.
Et ainsi de suite… la dose maximale recommandée étant de 800 mcg. Une utilisation de plus
de quatre traitements par jour indique un mauvais dosage du traitement de fond qui doit
impérativement être réévalué.
Comme on le voit, le schéma de dosage est assez complexe et doit être fait avec beaucoup de
prudence pour que les patients ne se trompent pas. Un surdosage peut se manifester par une
sédation excessive et, dans les cas graves, par une détresse respiratoire.
EFFENTORA° en pratique
Les effets indésirables auxquels il faut s’attendre sous EFFENTORA° sont typiques des
opioïdes 24 : constipation, nausées, vomissements, sédation, vertige, céphalée, prurit et, en cas
de surdosage, dépression respiratoire. Environ 10% des patients ont eu des effets indésirables
au site d’application (douleurs, candidose buccale, pustules, brûlures, …) 22.
Le mode d’utilisation de ce produit est aussi spécial et doit absolument être expliqué au
patient par l’équipe officinale : le comprimé effervescent de fentanyl doit vraiment être sorti
du blister sans le pousser à travers le film de couverture comme cela se fait d’habitude 21 (des
blisters de placebo sont à disposition auprès de la firme pour en
faire la démonstration. Le PN l'a testé pour vous, la manipulation
n'est pas facile…) :
- Détacher une des alvéoles de la plaquette blister le long
des perforations.
- Plier l’alvéole le long de la ligne imprimée au dos de la
feuille de protection.
- Retirer ensuite la feuille de protection pour faire
apparaître le comprimé.
- Il ne faut ni écraser, ni couper le comprimé et tout comprimé dans un blister ouvert
ne peut être gardé.
- Placer le comprimé dans la partie supérieure de la cavité buccale, entre la gencive
et la joue pendant environ 15 à 25 minutes, pour permettre la désintégration totale
du comprimé.
- Ni sucer, ni mâcher, ni avaler le comprimé, ni boire ou manger pendant sa
désintégration.
- S’il reste des morceaux après 30 minutes, ils peuvent être avalés.
- Si la bouche est très sèche, cela peut compromettre la désintégration du comprimé
boire de l’eau avant la prise du comprimé 21 .
24
Rev Med Suisse 2005; 1: 1667-1673
© Pharma-News
page 9
Numéro 93, avril 2012
Autre chose très importante : tenir ces comprimés gingivaux hors de portée des enfants, un
seul comprimé peut déjà être fatal pour eux !
EFFENTORA - A retenir pour le conseil :





nouvelle spécialité à base de fentanyl pour les accès aigus de douleur
comprimés gingivaux à mettre entre la gencive et la joue et à laisser fondre en 15-25
minutes, sans sucer ni avaler le comprimé, ni boire ou manger
attention : nombreux dosages, ne pas confondre!
posologie adaptée à la douleur… attention aux équivalences de doses entre les
différentes spécialités de fentanyl à courte durée d'action
expliquer (et montrer!) au patient comment sortir le comprimé du blister
Actuel
HÉPATITE C:
de nouveaux traitements arrivent
De nouveaux traitements de l'hépatite C sont apparus
récemment. Avant d'aborder ces médicaments dans le
prochain PN, voici un article traitant de cette
pathologie.
L’hépatite C (VHC) est une affection hépatique
d’origine virale. Elle est une cause majeure d’hépatite
aiguë et d'affection hépatique chronique (70 à 80% des cas) 25, notamment la cirrhose et le
cancer du foie. Elle aggrave par ailleurs toute affection hépatique préexistante à laquelle elle
vient se surajouter.26
27
Pour aller plus loin…26
L’hépatite est définie comme une inflammation du foie. On en distingue différentes catégorie selon la cause, soit les
hépatites :
- virales
- toxiques et médicamenteuses
- alcooliques
- bactériennes ou parasitaires
Le plus souvent les hépatites se présentent sous forme aigüe uniquement, se résolvant spontanément sans laisser de séquelles.
Selon le type, elles peuvent évoluer vers une forme chronique entraînant une atteinte du foie qui peut évoluer vers une
cirrhose, voire un cancer.
La cirrhose est une réorganisation du tissu hépatique suite à une inflammation chronique. Elle se caractérise par le
développement de cicatrices fibreuses et de nodules qui vont altérer progressivement les fonctions hépatiques.
Le VHC se transmet surtout par contact direct avec du sang humain. Les principales voies de
transmission sont la transfusion de sang qui n’a pas été soumis à un dépistage et la
réutilisation d’aiguilles et de seringues non stériles. Il peut également y avoir transmission
périnatale ou par voie sexuelle, mais ces cas sont moins fréquents. Citons encore le percement
25
www.bag.admin.ch , Hépatite C, 2012
Larousse Médical, 2006
27
www.who.int , 2012
26
© Pharma-News
page 10
Numéro 93, avril 2012
du lobe des oreilles ou d’autres parties du corps, la circoncision et le tatouage si le matériel
utilisé n’est pas correctement stérilisé. Les groupes à haut risque sont surtout les
consommateurs de drogues injectables et personnes qui ont des rapports sexuels non protégés
avec des partenaires multiples, mais également le personnel médical en contact avec les
produits sanguins et les malades 25,27.
La période d’incubation des infections à VHC est de 15 à 150 jours avant l’apparition
d'éventuels symptômes cliniques 27. L’infection conduit dans 10 à 20% des cas à une hépatite
aiguë avec symptômes, les plus courants étant : nausées, vomissements, douleurs
abdominales, fièvre, fatigue et l’apparition d’un ictère (jaunisse). Les autres patients ne
remarquent aucun signe d'infection. Toutefois, qu'il y ait eu ou non signe d'une hépatite aiguë,
l'infection devient chronique dans plus de 70 à 80% des cas 28. La forme chronique ne
présente aucun symptôme spécifique. Elle évolue silencieusement, avec une dégradation
progressive de la fonction hépatique. Elle n’est détectée qu’à un stade avancé et souvent suite
au diagnostic d’une cirrhose ou d’un cancer, le dépistage n’étant pas systématique (il n’est
effectué que s’il y suspicion d’hépatite ou contact lors d’une situation à risque; cf. groupes à
risque).
Il n’existe aucun vaccin à l’heure actuelle contre l’hépatite C. Le moyen de prévention le plus
efficace est donc de réduire le risque de transmission nosocomiale29du VHC (transfusions
sanguines, injections à risque, etc) et les comportements à risque, Nosocomial
par exemple, la consommation de drogues injectables.
qualifie ce qui se rapporte
hôpitaux, ce qui se
Le traitement habituel de l’hépatite C chronique consiste en une aux
contracte à l'hôpital. Une
association d’interféron alpha (PEGASYS°, PEGINTRON°) à maladie
nosocomiale
injecter chaque semaine et une prise quotidienne de l’antiviral désigne une infection
au cours d'une
ribavirine (COPEGUS°, REBETOL°) pendant 24 à 48 semaines 30. contractée
hospitalisation, infection
Les résultats positifs sont variables et dépendent de la charge virale qui
n'existait
pas
(quantité de virus présents dans l’organisme) et du génotype auparavant ni, d'ailleurs,
les 48 premières
(composition génétique) du VHC. Une guérison est obtenue chez durant
heures à l'hôpital 29.
55% des patients traités de manière adéquate (c'est-à-dire avec une
adhésion optimale au traitement durant toute sa durée) 31. En cas de
non-réponse à ce traitement, le patient sera suivi régulièrement. Il s’agira tout
particulièrement de surveiller sa fonction hépatique et l’éventuelle apparition de tumeurs
cancéreuses. L’attention particulière sera portée sur les différents facteurs aggravants comme
la consommation d’alcool, la prise de médicaments à risque hépatotoxique (paracétamol) et
l’obésité. De nouvelles options thérapeutiques sont disponibles avec l’arrivée de nouveaux
antiviraux comme INCIVO° (télaprévir) et VITRELIS° (bocéprévir).
Pour aller plus loin…32
Le VHC est l’un des cinq virus (A, B, C, D et E) responsables des cas d’hépatite virale.
L’hépatite A est transmise par l’eau et les aliments contaminés par des matières fécales. Elle ne s’exprime que sous forme
aigüe sans passage à une forme chronique. Habituellement, l'infection est éliminée en quelques semaines et on reste
immunisé à vie. Un vaccin permet de s’en protéger (HAVRIX°, EPAXAL°). L’immunité est obtenue après deux injections
administrées à six ou douze mois d’intervalle.
L’hépatite B est transmise par le sang et les contacts sexuels. La grande majorité des personnes infectées parviennent à
éliminer complètement l’infection. Environ 5 % restent infectées de façon chronique et sont dites « porteuses » du virus. Les
porteurs n’ont pas de symptômes, mais ils courent un risque élevé de développer une cirrhose ou un cancer du foie, tous deux
28
www.hepch.ch
www.vulgaris-medical.com
30
pharmActuel, vol 22, 2006, p.20
31
www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1055.pdf, 2012
32
www.passeportsanté.net , Hépatites
29
© Pharma-News
page 11
Numéro 93, avril 2012
potentiellement mortels. Un vaccin permet également de s’en protéger (ENGERIX°, HBVAXPRO°). La vaccination
nécessite trois injections, les deux premières étant administrées à un mois d’intervalle et la dernière six mois plus tard.
On trouve également un vaccin combiné A et B, le TWINRIX°.
Les hépatites D et E sont rares en Suisse. Il n’existe pour l’instant aucun vaccin spécifique pour ces deux types d’hépatite,
28
mais une vaccination contre l’hépatite B protège également contre l’hépatite D .
HÉPATITE C: de nouveaux traitements arrivent - À retenir pour le conseil :







affection hépatique d’origine virale à évolution chronique fréquente
transmise principalement par contact direct avec du sang humain (p.ex. lors
d’utilisation de matériel d'injection souillé)
transmission sexuelle possible
pas de vaccin à l’heure actuelle
traitée habituellement par l’association d’interféron alpha (PEGASYS°,
PEGINTRON°) et de l’antiviral ribavirine (COPEGUS°, REBETOL°) pendant 24 à 48
semaines
échec du traitement chez 45 % des patients
arrivée sur le marché de nouveaux antiviraux pour un traitement en association avec
l’interféron alpha et la ribavirine : INCIVO° (télaprévir) et VITRELIS° (bocéprévir);
voir prochain PN!
Pour en savoir plus…
LES SUPPLEMENTS DE
VITAMINES ET SELS MINERAUX
CHEZ LES ENFANTS
Vitamines et enfants
Les vitamines sont des substances organiques
indispensables aux fonctions vitales du corps.
Elles ne peuvent être synthétisées par
l'organisme, ou le sont en quantité insuffisante,
et doivent donc impérativement être fournies par
l'alimentation et les boissons.
On connaît en tout 13 vitamines
qui se répartissent en deux groupes : neuf vitamines hydrosolubles (huit
vitamines du groupe B, dont l’acide folique et la vitamine C) et quatre
vitamines liposolubles (A, D, E et K).
Les fonctions physiologiques remplies par les vitamines sont très nombreuses et
variables. En cas de carences en une ou plusieurs vitamines, des phénomènes
pathologiques apparaissent. Les trois vitamines les plus importantes chez
l’enfant sont :
- La C qui renforce et stimule le système immunitaire de notre organisme pour une
meilleure protection contre les maladies ; les sources principales de vitamine C sont
les fruits et légumes.
© Pharma-News
page 12
Numéro 93, avril 2012
-
-
La D qui favorise l’absorption du calcium pour assurer une croissance optimale du
squelette et le maintien d’une certaine densité osseuse. Cette vitamine est synthétisée
par la peau avec la contribution du soleil ; on en trouve également dans les poissons
gras et les laitages. Les besoins des nourrissons sont cinq fois plus élevés que ceux des
enfants de plus de trois ans car ils ne sont pas ou très peu exposés à la lumière du
soleil.
L’acide folique (= vitamine B9) qui est indispensable aux organismes en croissance
pour augmenter leurs performances intellectuelles et leur résistance aux infections 33 ;
l’acide folique est apporté par les légumes verts à feuilles.
Sels minéraux et enfants
Oligoéléments :
Les minéraux sont des substances inorganiques également
indispensables pour l’organisme. Ils ne peuvent pas être
synthétisés par l'organisme et doivent donc être apportés par
l'alimentation et les boissons. Ils sont extraits de matière
végétale ou animale ou d’une matière inorganique comme la
roche par exemple.Encadré34 :
On parle d’oligoéléments pour les
minéraux
dont
les
besoins
journaliers sont inférieurs à 10 mg ;
il s’agit du cuivre, du fluor, du
zinc, de l’iode, du cobalt, du
manganèse et du sélénium
(d'autres
oligo-éléments
sont
parfois administrés, mais ils ne
sont
pas
indispensable
au
fonctionnement de base de
l'organisme). Le fer se trouve entre
les deux groupes, car les besoins
journaliers d’un homme adulte sont
inférieurs à 10 mg, mais chez la
femme enceinte ils atteignent
34
30 mg .
Les minéraux jouant un rôle dans le développement de
l’enfant sont :
- Le calcium nécessaire pour la construction d’os
solides et pour optimaliser la croissance du squelette.
L’absorption intestinale du calcium dépend de la
présence de vitamine D ; les besoins en calcium
augmentent durant la croissance de l’enfant. Un
apport inadéquat en calcium peut être à l’origine d’une réduction de la densité osseuse.
La principale source de calcium provient des produits laitiers.
- Le fer : environ 30 à 35% de la population présente une déficience en fer. Cette
déficience peut conduire à l’anémie mais aussi à une mauvaise performance physique,
voire à une diminution de la capacité d’apprentissage. Lors de la croissance, le volume
sanguin de l’enfant augmente et il est dès lors primordial de lui fournir des quantités
adéquates en fer. Le fer est aussi très important pour notre système immunitaire. On le
trouve principalement dans la viande, le poisson, les légumineuses (comme les
lentilles) et les légumes verts.
- L’iode est un constituant des
hormones thyroïdiennes, lesquelles
sont très importantes pour le
développement physique et mental
de l’enfant. De nombreuses
études ont montré que des taux
suboptimaux
en
iode
pouvaient affecter la croissance et
le
développement
neurologique.
Les
crustacés
contiennent des taux élevés
d’iode. A noter que l’iode (comme
le fluor) est apporté en
quantités suffisantes par le sel de
cuisine en Suisse.
- Le zinc joue également un rôle dans la croissance. Un apport adéquat en zinc pourrait
réduire l’incidence et la sévérité des maladies intestinales et respiratoires chez les
enfants 33. Le zinc provient des viandes blanches et des céréales complètes.
Dans les pays industrialisés, tous ces nutriments devraient en principe être apportés en
quantités suffisantes par une alimentation variée et équilibrée. Cependant, on s’aperçoit que
de plus en plus d’enfants et de jeunes mangent de manière déstructurée: petit déjeuner
33
34
http://www.passeportsante.net/fr/
Abrégé de Nutrition : principes et conseils, Laurent Chevallier, Ed. Masson, Paris, 2003
© Pharma-News
page 13
Numéro 93, avril 2012
insuffisant ou absent, grignotage de produits salés/sucrés entre les repas, consommation de
soda qui perturbe le couple faim/satiété… Il en résulte des déficits en certains nutriments, par
exemple en fer ou en calcium. Environ 20% des enfants en dessus de trois ans ne consomment
pas ou peu de lait entier et de produits laitiers; l’apport en calcium est donc fortement
limité 34.
Les suppléments vitaminés chez les enfants ne sont pas justifiés en dehors de maladies
particulières affectant l’absorption (p.ex. maladie cœliaque, Crohn,…) ou de troubles
alimentaires reconnus. Malgré tout, surtout au printemps, des parents souhaitent donner des
compléments vitaminés, p.ex. "pour aider à la croissance". Bien utilisés, ces suppléments ne
posent pas de risque particulier. Cependant, en cas d’apports insuffisants de vitamines et
minéraux, identifié à la pharmacie par quelques questions sur les habitudes alimentaires, il
serait utile de conseiller un suivi par un-e diététicien-ne (sur Internet : www.svde-asdd.ch).
Le tableau ci-dessous indique les apports journaliers recommandés chez l’enfant, selon la
Société Suisse de Nutrition 35.
Nutriment
Unité
Vitamine A = rétinol
-carotène = provitamine A
Vitamine B1 = thiamine
Vitamine B2 = riboflavine
Vitamine B6 = pyridoxine
Vitamine B12 =
cyanocobalamine
Niacine = vitamine PP ou B3
Acide pantothénique =
vitamine B5
Biotine = vitamine B8 ou H
Acide folique = vitamine B9
Vitamine C = acide
ascorbique
Vitamine D = cholécalciférol
Vitamine E = a-tocophérol
Vitamine K
mg
mg
mg
mg
mg
g
minéraux
Unité
calcium
potassium
magnesium
sodium
phosphore
fer
fluor
iode
zinc
cuivre
mg
mg
mg
mg
mg
mg
mg
g
mg
mg
Enfants
Fille
Garçon
1.0
1.1
2-4
1.1
1.4
1.3
1.6
1.4
3
mg
mg
3
15
18
13
17
6
6
g
g
mg
25-35
400
30-60
400
100
100
g
g
g
5
5
12
14
50
Enfants
Fille
35
Adolescents
Fille
Garçon
0.9
1.1
2-4
1.0
1.3
1.2
1.5
1.2
1.6
Garçon
1200
1900
310
550
1250
15
2.9
12
3,2
150
8
1.2
12
60
15
70
Adolescents
Fille
Garçon
1200
2000
350
400
550
1250
15
12
1.9
3.2
150
10
13
1.5
http://www.sge-ssn.ch/fr/info-alimentaires/substances-nutritives/vitamines.html
© Pharma-News
page 14
Numéro 93, avril 2012
Pour comparaison, les compositions de quatre préparations de
multivitamines et minéraux destinés aux enfants, sous différentes formes,
sont reportées dans le tableau ci-dessous :
Kiddi° cpr
à mâcher
0.27
Yaya
Bears°
gommes
0.2
0.25
MultiSanasol°
sirop (5ml)
0.57
mg
-
-
0.514
-
mg
0.47
-
0.5
1
mg
0.53
-
0.55
1.5
mg
0.67
0.7
0.55
0.5
g
0.33
1.25
0.6
5
mg
6
8
6
10
mg
2
-
-
1.5
g
50
75
15
-
g
66.7
100
50
-
mg
20
40
22
17.5
g
1.7
5
3.75
4.12
g
3.3
6
3.5
2
mg
mg
mg
mg
mg
mg
80
30
80
1.4
1.5
-
-
65
12.5
2.5
2.5
0.3
46
39
-
Nutriment
Unité
Nestrovit°
tablettes
Vitamine A =
rétinol
-carotène =
provitamine A
Vitamine B1 =
thiamine
Vitamine B2 =
riboflavine
Vitamine B6 =
pyridoxine
Vitamine B12 =
cyanocobalamine
Niacine =
vitamine PP ou B3
Acide pantothénique =
vitamine B5
Biotine =
vitamine B8 ou H
Acide folique =
vitamine B9
Vitamine C =
acide ascorbique
Vitamine D =
cholécalciférol
Vitamine E =
-tocophérol
minéraux
calcium
magnesium
phosphore
fer
zinc
cuivre
mg
On peut dire d’après ce tableau que NESTROVIT° et KIDDI° sont
les préparations les plus complètes, car elles apportent des
vitamines et sels minéraux. Si l’on tient compte des besoins
spécifiques des enfants cités plus haut, YAYABEARS° couvre
bien les besoins en vitamines mais ne contient par contre pas
de minéraux.
Il existe d’autres spécialités sur le marché : ORANOL°
gouttes et toffees, CENTRUM JUNIOR° cpr à mâcher, etc…
© Pharma-News
page 15
Numéro 93, avril 2012
En fonction des goûts de l'enfant, il est possible de trouver une forme et un arôme qui lui
convienne! Toutes ces spécialités sont commercialisées comme compléments alimentaires et
ne sont pas remboursés par les assurances.
Attention les sirops contiennent souvent comme agent conservateur de l’acide benzoïque qui
provoque (rarement) des intolérances avec des effets digestifs ou sur le comportement de
l’enfant 36.
LES SUPPLEMENTS VITAMINES CHEZ LES ENFANTS – A retenir pour le conseil :




si l’alimentation est équilibrée et variée, les apports en vitamines et minéraux sont
suffisants
des carences peuvent apparaître lorsque l’enfant ne mange pas ou très peu d’un groupe
d’aliments (p.ex. produits laitiers pour le calcium)
avant de délivrer un supplément vitaminé chez un enfant, il serait utile de poser des
questions sur ses habitudes alimentaires et éventuellement conseiller une consultation
par un-e diététicien-ne
il existe différentes formes de suppléments vitaminés destinés aux enfants sur le
marché, même des tablettes ressemblant à du chocolat blanc (NESTROVIT°) ou des
ours en gomme (YAYA BEARS°) !
En bref
FUSICUTAN°: générique de FUCIDIN° crème… mais faible différence de prix!
Un générique de FUCIDIN° (acide fusidique) est maintenant disponible. FUSICUTAN° est
disponible en crème et pommade. Seule la crème est actuellement inscrite dans la LS. Elle
coûte 8.30 les 15 g contre 9.35 pour FUCIDIN°, la différence de prix n'est donc pas très
élevée. Il n'y actuellement pas d'équivalent à FUCICORT° (acide fusidique et
bétaméthasone).
FLUCTINE°: les capsules en blister… quand l'original copie les génériques!
Afin d'améliorer la conservation des capsules de FLUCTINE° (fluoxétine), l'emballage
change de flacon à blister… mais ce conditionnement était déjà proposé par les génériques de
fluoxétine sous forme de capsules! Pour rappel, la fluoxétine est un antidépresseur de 1 er
choix, à l'efficacité bien démontrée. Ayant une longue demi-vie, c'est un antidépresseur
présentant un sevrage peu marqué en cas d'arrêt de traitement.
VIRAMUNE° et INTELENCE°: changement de posologie, en parler à vos patients!
VIRAMUNE° (névirapine) et INTELENCE° (étravirine) sont employés dans le traitement du
VIH. VIRAMUNE° existait jusqu'à présent en comprimés de 200 mg à prendre 2 fois par
jour. Des comprimés retard de 400 mg à prendre 1 fois par jour sont maintenant disponibles.
Le changement peut se faire sans autre d'une forme à l'autre. INTELENCE° existait jusqu'à
présent en comprimés de 100 mg (2 comprimés 2 fois par jour). Ils vont être remplacés par
des comprimés de 200 mg à prendre matin et soir. Là aussi, le changement peut se faire sans
36
http://www.rts.ch/emissions/abe/alimentation/1367755-additifs-alimentaires-attention-a-l-addition.html
(interview du Dr. T. Buclin)
© Pharma-News
page 16
Numéro 93, avril 2012
autre. Dans les deux cas, ne pas oublier de signaler le changement de posologie à vos patients
pour éviter des prises trop élevées!
RASILEZ°: perd de l'ALTITUDE…
Les résultats de l'étude ALTITUDE ont débouchés sur une nouvelle contre-indication pour
RASILEZ° (aliskirène). Il n'est maintenant plus recommandé d'associer cette spécialité avec
un IECA ou un sartan. Pour rappel (voir PN n°50 de décembre 2007), l'aliskirène est un
antihypertenseur doté d'un mécanisme d'action unique (inhibiteur direct de la rénine). Il n'est
pas plus efficace qu'un sartan, mais sa sécurité est moins bien établie.
Note de l'éditeur
Les avis exprimés dans le Pharma-News reflètent l'opinion de leurs auteurs en fonction des
données disponibles au moment de la rédaction et n'engagent en aucune manière le CAP.
Résultats du test de lecture du PN 89 – Lauréates :
Sans faute !
Pierre Laurence
Pagès Damaris
Fatio Marie-Jeanne
Pharmacie Sun Store
pharmacieplus du bourg
Pharmacie de Chardonne
Une ou deux fautes pardonnées !
Baudin Angélique
Pharmacie Sun Store
Duret Cindy
Pharmacie Sun Store
Mosimann Tiffany
Pharmacie Sun Store
Lambert Marielle
Pharmacie Sun Store
Brönimann Caroline
Pharmacie Amavita
Conus Véronique
Pharmacie Arc-en-Ciel
Hofer Isabelle
Pharmacie Sun Store
Blanchard Jennifer
Pharmacie Sun Store
Duay Elisabeth
Pharmacie Sun Store
Peguiron Nicole
Pharmacie de la Vallombreuse
Von Siebenthal Dominique
Pharmacie D’Herborence Sàrl
Rey Anne-Christine
Pharmacie Sun Store
Theytaz Nicole
Pharmacie Sun Store
Sacco Bruno Maria-Angela
Pharmacie de Malagnou
Fonseca Solange
Pharmacie de Malagnou
Corminboeuf Sandra
Pharmacie du Petit-Saconnex
Wetz Ursula
Stadt-Apotheke
Le Locle
Marin-Epagnier
Chardonne
Etoy
Vésenaz
La Chaux-de-Fonds
La Chaux-de-Fonds
Lausanne
Oron-la-Ville
Etoy
Etoy
Sierre
Prilly
Boudry
Sierre
Sierre
Genève
Genève
Genève
Liestal
La gagnante d’un bon de Frs 100.- (Ochsner Sport, Ikea, FNAC ou Manor)
de notre tirage au sort est Isabelle Hofer que nous félicitons
chaleureusement, ainsi que toutes les participantes au questionnaire !!!
© Pharma-News
page 17
Numéro 93, avril 2012
TEST DE LECTURE
Pharma-News N° 92
Cochez la ou les réponses correctes, entourez VRAI ou FAUX, respectivement répondez à la
question.
1) Cochez les propositions exactes concernant l’actée à grappes noires :
a) Cette plante, utilisée dans le traitement des troubles de la ménopause, pourrait être à
l’origine de problèmes hépatiques
b) Les préparations à base d’extrait d’actée à grappes noires n’ont aucun effet préventif sur
l’ostéoporose
c) Comme c’est le cas pour les traitements substitutifs hormonaux, CIMIFEMINE° et autres
sont contre-indiqués en cas d’antécédent de cancer du sein
d) Certaines spécialités en contenant sont prises en charge par l’assurance de base, d’autres
par la complémentaire
e) L’actée à grappes noires a une efficacité reconnue dans le traitement des bouffées de
chaleur liées à la ménopause
2) Quelles sont les formes galéniques de SINUPRET° qui peuvent être administrées à l’enfant dès 2
ans ?
Quelle est la seule catégorie de personnes pour lesquelles l’utilisation de SINUPRET° sirop est
déconseillée ? et pourquoi ?
3) VRAI ou FAUX sur les risques thromboemboliques des pilules contraceptives ?
a) L’utilisation des contraceptifs hormonaux EVRA° et NUVARING° n’entraîne aucun
risque de thrombose
b) La drospirénone est un progestatif contenu, entre autres, dans la pilule YASMIN° et
ayant un effet diurétique
c) Toutes les pilules oestroprogestatives sont susceptibles d’être à l’origine d’une
thrombose ou d’une embolie pulmonaire et aucune ne présente plus de risque qu’une
autre
d) Une femme qui fume devrait plutôt avoir recours à un moyen de contraception non
hormonal
e) La pilule contraceptive reste malgré tout un moyen sûr et efficace d’éviter une grossesse
VRAI
FAUX
VRAI
FAUX
VRAI
FAUX
VRAI
VRAI
FAUX
FAUX
4) Quelle est la différence entre CIMIFEMINE NEO° et CIMIFEMINE UNO° ?
5) A vous de choisir !
a)
ARAVA° est
un immunosuppresseur
un anticancéreux
b) Le léflunomide est indiqué en cas de
psoriasis
rhumatisme psoriasique
c) Parmi les effets secondaires les plus fréquents de l’ARAVA°, on observe
une hypertension
une hypotension
d) Après un traitement par le léflunomide, un enfant ne peut pas être conçu avant
deux ans
cinq ans
e) En cas de polyarthrite rhumatoïde, l’antirhumatismal le mieux évalué est
le léflunomide
le méthotrexate
© Pharma-News
page 18
Numéro 93, avril 2012
6) Le latanoprost, c’est (plusieurs réponses possibles) :
a) Un principe actif utilisé dans le traitement de la cataracte
b) Un analogue de prostaglandine contenu dans le collyre XALATAN° et ses génériques
c) Une substance permettant d’abaisser la pression intraoculaire en cas de glaucome
d) Un bêtabloquant entrant dans la composition du TIMOPTIC° et entraînant une
modification de la couleur de l’iris
7) Quels sont les quatre facteurs qui augmentent le risque thromboembolique sous pilule contraceptive ?
8) Existe-t-il, sur le marché suisse, des collyres contre le glaucome contenant deux analogues de
prostaglandine ? Pourquoi ?
9) A vous de choisir !
a)
Le millet est
une céréale
une légumineuse
b) Le millet est riche en
vitamine C
vitamines du groupe B
c) L’huile de millet doré entre dans la composition de
HIRSANA°
BIOTINE BIOMED FORTE°
d) Les compléments à base de millet pourraient être utiles en cas de perte de cheveux suite à
une grossesse
une chimiothérapie
10) Est-ce qu’une préparation à base de millet est efficace en cas d’alopécie androgénique chez l’homme ?
Dans quel autre cas peut-on conseiller une telle préparation ?
Test à renvoyer une fois par assistant(e) en pharmacie par fax au N° 022/363.00.85 avant le 25.02.2012.
Nom
Prénom
Signature
Timbre de la pharmacie
© Pharma-News
page 19
Numéro 93, avril 2012

Documents pareils