ils souhaitent votre aide pour etablir des

Commentaires

Transcription

ils souhaitent votre aide pour etablir des
u Bulletin n°4 – 23 février 2010
E
n décembre dernier, vous avez répondu à une brève enquête vous demandant de préciser
vos attentes à l’égard de CampusFrance. Je vais vous envoyer dans quelques jours une
synthèse de vos réponses, mais voulais déjà vous remercier de vos contributions, très utiles.
Jean-K. Paulhan
ILS SOUHAITENT VOTRE AIDE POUR
ETABLIR DES PARTENARIATS AUX ETATS-UNIS
IEP DE RENNES ET INSTITUT FRANÇAIS DE LA MODE
INSTITUT D’ETUDES POLITIQUES DE RENNES SCIENCES PO
RENNES
Points forts Tous les dossiers des masters relevant de la « science politique » organisés
dans nos murs ont la cotation A et la précision « très favorable » de l’Agence d’évaluation
de la recherche et de l’enseignement supérieur (AERES) : AEPE (Action et Espaces
publics en Europe), EAPT (Expertise de l’Action Publique Territoriale), ISUR (Ingénierie des
services urbains en réseau), JRE (Journalisme, Reportage, Enquête), MME (Management
des Médias Ecrits), MOUI (Maîtrise d’ouvrage urbaine et immobilière), HRI (Histoire et
relations internationales) et PPASP (Pilotage des projets et actions de santé publique).
Prestations proposées aux étudiants étrangers d’échange : aide efficace au logement
en cité universitaire, accueil à la gare, parrainage, élection des étudiants étrangers au
Conseil d’administration de l’IEP ; possibilité pour certains undergraduates de suivre les
cours de 4e année.
Accords vivants existant déjà avec des institutions américaines : accords avec University
of Massachusetts Boston et University of Alaska Fairbanks. Accord en projet avec
Georgetown University à Washington.
Partenariats recherchés : recherche de partenaires américains envoyant leurs étudiants
pour 2 semestres et s’engageant dans un réel échange, au niveau undergraduate en
priorité.
Particularités 20% d’étudiants étrangers, inscrits le plus souvent dans le Certificat
d’Etudes Politiques (CEP en 1 an) ou l’Attestation d’Etudes Politiques (AEP en 1
semestre) ; tous les étudiants de l’IEP de Rennes suivent leur 3e année à l’étranger.
Site Internet http://www.sciencespo-rennes.fr/; livret de l’étudiant étranger :
http://www.sciencespo-rennes.fr/mediastore/11/8395_1_FR_original.pdf
Description http://editions.campusfrance.org/etabs/par_fiche/en/univ_ieprennes_en.pdf
Votre contact 2009-2010, Sophie Durgeaud [email protected]
1
IFM Institut français de la Mode
Paris
Points forts : Centre de formation, de recherche et d’expertise appliquées aux secteurs
mode-design-création, créé en 1986 par le ministère de l’Industrie et les professions
du textile et de la mode, entretenant une relation étroite avec le ministère des Finances.
Le cœur de métier de l’école est la gestion : il s’agit d’apprendre à gérer l’univers très
particulier des « créatifs », sans lesquels il n’y a pas d’industrie de la mode. Petites
promotions, composées à 50% d’élèves des écoles de Management et à 50 %
d’étudiants en sciences humaines (Marketing) et d’ingénieurs (Achats, Logistique). Voyage
annuel des MBAs (futurs « économistes de la mode) au Fashion Institute of Technology de
New York, avec le soutien des services français.
Contacts déjà pris : Parsons, Rhode Island School of Design, New York University,
Brown, Yale, Harvard, où des réunions ont été organisées pour les undergraduates,
grâce aux services des carrières et à certains départements de français. Le profil idéal de
l’étudiant correspond aux Liberal Arts Studies et IFM privilégie l’ouverture d’esprit.
Partenariats existants : Fashion Institute of Technology ; recherchés : en Californie ?
Programmes proposés : Management Postgraduate ; Design Postgraduate Programs,
Executive MBA, Advanced Management Program in Fashion and Luxury, Summer
School (The Summer School is open to all applicants of 18 years or older who are
currently enrolled in a full-time higher education program. The junior program is open
to French-speaking students between 15 and 18 years old. No prior knowledge of the
fashion industry is necessary. Courses are delivered in English or in French; the junior
programs are exclusively in French.). L’école d’été intéresse des étudiants en économie et
management, pas seulement les créatifs.
Site Internet http://www.ifm-paris.com/asp/en2/0_home.asp (version en anglais)
Description : http://editions.campusfrance.org/etabs/par_fiche/en/art_ifm_en.pdf
Votre contact 2009-2010 : Philippe Cacouris, [email protected]
2
Actualités des partenariats
Orléans : les partenaires américains de
l’université
Austin Peay State University - California State
University, Bakersfield - Missouri Southern
State University - Oakland University Ouachita Baptist University - The University
Of New Orleans - The University Of Southern
Mississippi - The University Of Tennessee At
Martin - The University Of Texas At Dallas
- Union University - University Of Arkansas
At Little Rock - University Of Miami - Weber
State University - Wichita State University
Un quatre-pages en anglais, ainsi qu’un document
détaillé sur ces partenariats, peuvent être
demandés à J. Paulhan. Fiche de présentation
en anglais (1 page) sur l’université d’Orléans
accessible à : http://editions.campusfrance.org/
etabs/par_fiche/en/univ_orleans_en.pdf
Poitiers : les partenaires américains de
l’université
Colorado State University - Louisiana
State University - Lyon College Arkansas
- Middlebury College - Randolph Macon
College/ Morisson - University d'Illinois
Urbana-Champaign - University of
Alabama - University of Maryland University of Oregon - W. Rayney
Harper College Illinois
Un
document
détaillé
peut être demandé à J.
Paulhan. Fiche de
présentation en anglais
(1 page) de l’université
accessible à : http://editions.
campusfrance.org/etabs/par_
fiche/en/univ_poitiers_en.pdf
3
Rennes 1 et Le Mans :
voyage des étudiants
des facultés de droit à
Washington et à Portland
avec l’Université du Maine
Les professeurs Charles Norchi (déjà
en rapport avec l’université de Nantes,
dans le cadre du Partner University Fund)
et Jean-Eric Gicquel (Rennes 1), Béatrice
Parance et Myriam Roussille (Université du
Mans), encadrent deux groupes d’étudiants
dans le domaine de la French-American
comparative Law, qui travaillent sur les
réactions du droit face à la crise financière
internationale. Le séjour des étudiants
français à Washington comprendra une visite
du Fonds Monétaire International, de la Cour
Suprême, de l’Ambassade de France… Il
sera suivi d'une visite à l'Université du Maine
(13-17 avril).
Rennes 2 :
partenariats imminents avec San Diego
State University et UABC, Universidade
Autonomia de Baja California
En présence de Marc Gontard, président, aura
lieu, le 4 mars, la signature de conventions
qui porteront sur les échange d'enseignantschercheurs, d'étudiants et des collaborations
dans le domaine culturel.
Contact : Yvon Guillon, Maison des Sciences
de l'Homme en Bretagne, [email protected]
fr. Information communiquée par Yann Perreau,
attaché culturel à Los Angeles, [email protected]
diplomatie.gouv.fr
ETATS-UNIS
Candidatures aux
universités :
la
crise n’a pas freiné
leur explosion aux
Etats-Unis
Conviction
qu’un
diplôme reste la
meilleure assurance
contre le chômage,
multiplication des candidatures de la part des
étudiants qui souhaitent ainsi améliorer leurs
chances d’intégration, effets des campagnes
de relations publiques montrant qu’à un bon
candidat, très décidé, les portes s’ouvrent
de toute façon ? Les interprétations varient,
mais les faits sont là.
Hausse spectaculaire des candidatures aux
collèges (d’enseignement supérieur) les plus
sélectifs de la région de Washington
Johns Hopkins : candidatures en hausse de
13% par rapport à l’an dernier ; 1 235 places
en première année pour 18 150 candidats.
The University of Richmond, Virginie :
candidatures en hausse de 9% ; 805 places
pour 8 500 candidatures (frais d’études :
48 490 USD, dont 37 760 USD sont pris en
charge par l’institution si elle décide d’aider
l’étudiant).
Washington and Lee University, Lexington :
+ 6%
Cette université qui coûte 50 000 USD par an
(études et frais de pension compris) recrute
avec dynamisme des étudiants de familles
déshéritées grâce à une énorme donation
laissée par un ancien étudiant. L’école
accorde une bourse d’en moyenne 30 000
USD aux étudiants qui l’intéressent, soit à
presque la moitié des inscrits.
George Washington University : + 3%
Le mouvement décrit ici touche d’autres
universités dans le pays :
University of Pennsylvania : +17%
University of Chicago : + 42% (doublement
4
des candidatures depuis 2006)
Princeton : +19%
Harvard : nombre record de candidatures,
soit plus de 30 000.
Harvard, Princeton et Chicago, comme
l’université de Virginie, sont réputés pour
leurs systèmes de recrutement totalement
indifférents aux revenus réels des étudiants
(need-blind recruitment), qui peuvent
recevoir en cas d’admission des bourses de
l’institution.
Daniel de Vise, « Applications to selective area
colleges surge », The Washington Post, January
25, 2010, B1-B2.
http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/
article/2010/01/24/AR2010012401624.html
Community Colleges : ils produisent aussi
des Ph.D.
20% des Américains ayant obtenu un
doctorat en 2008 sont passés, à un moment
ou à un autre de leurs études, par un
Community College.
Source : « From Community College to Ph.D. »,
The Chronicle of Higher Education, 29 janvier
2010, A4; http://chronicle.com/article/ChartFrom-Community-College/63712/
Education (politique américaine en
matière d’) - U.S. Department of Education
Embassy Briefing hosted by Secretary of
Education Arne Duncan
La conférence du 20 janvier 2010 était
destinée à tous les attachés de coopération
éducative des ambassades étrangères de
Washington. Elle a consisté en une série
d’interventions sur tous les chantiers ouverts
par la nouvelle présidence américaine en
matière d’éducation au sens large, et pas
seulement d’enseignement. M. Arne Duncan
a réaffirmé l’importance pour les Etats-Unis
de relations avec les autres systèmes de
formation, et l’enrichissement mutuel qui en
résulterait.
Brenda Dann-Messier, Assistant Secretary
For Vocational And Adult Education, a
ETATS-UNIS
évoqué la priorité absolue donnée
par le gouvernement Obama aux
community colleges, fers de lance
de la transformation du système
universitaire américain, qui
doivent favoriser la formation
continue
(pour
les
adultes
n’appartenant pas à la catégorie
étudiante traditionnelle, y compris ceux
qui sont sortis trop tôt du lycée, même ceux
qui n’ont pas eu le privilège d’apprendre à lire
et à écrire), tout en s’ouvrant davantage aux
immigrés qui apprennent l’anglais. Même des
crèches sont prévues dans les community
colleges pour faciliter au mieux les études
de ces populations et leurs aspirations. Les
community colleges vont recevoir de l’Etat
fédéral des financements importants, sous
formes d’aides directes, de bourses, de
prêts à taux réduit, d’emplois à temps partiel,
permettant d’étudier. Le constat qui fonde
cette démarche est simple à résumer : les
étudiants sortant du secondaire sont deux
fois plus chômeurs que ceux qui ont obtenu
un Bachelor.
André Lewis a indiqué que le nombre
d’étudiants étrangers aux Etats-Unis n’avait
jamais été aussi élevé : plus de 620 000.
Le pays souhaite en attirer davantage et
augmenter la proportion de femmes dans
cette population. La politique présidentielle
encourage, parallèlement, les Américains à
se rendre à l’étranger, comme en témoigne
la brochure intitulée « International Education
Programs Access to The World and its
Languages », qui répertorie 4 « Overseas
Programs », 10 « Domestic International
Education Programs » (voir http://www.
e d . g o v / a b o u t / o ff i c e s / l i s t / o p e / i e g p s /
brochure-ieps.pdf)
Le gouvernement américain réaffirme le rôle
stratégique de l’éducation pour le bien-être
social et la prospérité du pays, mais aussi
pour le maintien de sa capacité d’initiative
dans tous les domaines qui conditionnent
sa prééminence internationale (influence
culturelle au sens large). L’accueil d’étudiants
étrangers est plus que jamais une priorité à
laquelle doivent concourir tous les services
de l’Etat.
5
Freshmen/ Etudiants de 1ère année
dans les 4-Year Colleges : un
sondage
50% d’entre eux considèrent
que mieux comprendre les
autres pays et leurs cultures est
essentiel; 14% d’entre eux veulent
se spécialiser en gestion et commerce,
25% en sciences humaines, lettres et arts,
10% en biologie, 10% en ingénierie, 8%
en sciences de l’éducation. Plus de 60%
obtiennent d’entrer dans l’institution de leur
choix (26% étant acceptés par l’institution
qu’ils avaient placée en second).
« This Year’s Freshmen at 4-Year Colleges: a
Statistical Profile », The Chronicle of Higher
Education, 29 janvier 2010, A23 http://chronicle.
com/article/This-Years-Freshmen-at-4Year/63672/
Soft Power/ Diplomatie d’influence et
accueil d’étudiants de pays autoritaires
« The United States is currently home to
17 of the top 20 universities in the world
(Cambridge, Oxford, and the University
of Tokyo are the other three), according
to the annual survey by China’s Jiao Tong
University. In addition to being engines
of innovation, those universities are also
powerful magnets for talented and ambitious
people from all over the world. Not only
does the United States benefit from their
presence, but exposure to American ideals
appears to have positive long-term effects
on political attitudes among most of them,
and perhaps especially for those who come
from authoritarian societies. The lesson: If we
let our universities decline – as California is
now doing to the once-vaunted UC system
– we are guaranteeing a much less influential
future for subsequent generations. »
Stephen M. Walt, professor of international
relations at Harvard University. http://walt.
foreignpolicy.com/posts/2010/01/19/joe_nye_
was_right
FRANCE ET EUROPE
CGE
Grand Angle, le magazine en ligne de la
Conférence des grandes écoles, est sorti
en février 2010. Entretien avec le professeur
Antoine Flahaut, qui dirige l’Ecole des hautes
études de la santé publique (partenariat
privilégié avec l’Ecole de Santé publique de
Columbia University, New York), tableaux
statistiques concernant les évolutions de
l’enseignement supérieur français
http://www.quatrebis.fr/clients/CGE-newsletter/
newsletter-CGE-4.html
Classements/ Rankings : une initiative
européenne pour contrebalancer le poids
de Shanghai
Les faits : deux grands classements servent
actuellement de références internationales,
celui de l’université Jiao Tong, celui du Times
Higher Education Supplement ; ces deux
classements ont suscité de nombreuses
controverses. Le journal britannique a
introduit une évaluation par les pairs (peer
review) dont un article à paraître dans le
American Journal of Education va montrer
qu’elle est aussi susceptible de nombreuses
manipulations.
Le projet européen, conduit par l’Union
européenne, opérationnel en 2011, vise
l’établissement d’un classement qui aille
au-delà des performances de recherche et
comprenne des éléments tels que la qualité
de l’enseignement dispensé, la composition
du public étudiant, la recherche, sa diffusion
à l’extérieur de l’institution, son ouverture à
l’international et son enracinement régional.
Aisha Labi, « Rankled by Rankings. Criticism of
global university rankings prompts major changes
and new players », The Chronicle of Higher
Education, February 5, 2010, A34
h t t p : / / c h ro n i c l e . c o m / a r t i c l e / R a n k l e d - b y Rankings/63786/
6
Classements : l’opinion de la Directrice
de l’Ecole Normale Supérieure de Paris
(extraits)
« (…) Le partage entre grandes écoles et
universités qui a tant d'importance pour
nous, Français, n'en a aucune à l'échelle
du monde. (…) La seule chose dont [nos
collègues à l’étranger et les concepteurs des
classements] se soucient, c'est de savoir
quels sont les établissements français qui
peuvent être ce que le monde entier appelle
une research university (…) Car seule une
université de ce type peut nourrir la prétention
de figurer dans ces classements. (…) C'est
un établissement d'enseignement supérieur
qui compte un pourcentage important
d'étudiants en master et en doctorat (graduate
students). C'est un établissement qui abrite
une importante recherche par rapport
au potentiel de formation (…) En France,
quelques universités sont à l'évidence de
ce type, ainsi que quelques grandes écoles
(…) Elles sont, pour certaines, parmi les
premières des classements du Times et de
Shanghaï. Pour mémoire, ce sont, dans le
classement de Shanghaï 2009, l'université
Pierre-et-Marie-Curie, l'université Paris-XI,
l'Ecole normale supérieure et l'université
de Strasbourg, et, dans le classement du
Times, l'Ecole normale supérieure, l'Ecole
polytechnique, l'université Paris-VI, pour
l'essentiel des établissements de Paris ou de
la région parisienne. (…)
Les missions de l'université sont loin de
se réduire à celles que poursuivent
les universités de recherche. Elles
sont d'abord de dispenser,
à tous les étudiants, une
formation aussi solide
que possible et qui soit,
pour eux, un atout réel
dans la recherche d'un
emploi. (…) C'est donc plutôt
le pourcentage d'étudiants en
master et doctorat, par rapport
FRANCE ET EUROPE
au nombre total d'étudiants, qui donne
une bonne indication de l'orientation vers
la recherche. L'université Harvard compte
16 000 étudiants (dont 5 000 graduates),
celle
d'Oxford
16 000
(dont
6 000
graduates), celle de Princeton 5 500 (dont
3 000 graduates) et ce sont les meilleures
universités du monde. (…) Il existe des
critères objectifs qui permettent d'évaluer
l'importance et l'excellence de la recherche
menée au sein d'une université de recherche
française, ainsi que sa qualité de la formation.
Ce sont, pour la recherche, le pourcentage
de laboratoires au meilleur niveau mondial,
le taux de publication des chercheurs,
le taux de succès des candidatures à
l'Agence nationale de la recherche, à
l'European Research Council, les distinctions
internationales de chercheurs ; et, pour la
formation, le pourcentage d'étudiants qui,
après le master, s'orientent vers le doctorat,
les débouchés professionnels des anciens
élèves, le taux de réussite aux agrégations,
le taux d'anciens élèves ayant reçu les plus
prestigieuses distinctions nationales et
internationales. (…) Si l'on veut rapprocher
grandes écoles et universités, il y a une chose
à faire : donner à tous les établissements qui
peuvent y prétendre la même qualification d’« 
université de recherche ». La France serait
alors en phase avec ce qui se pratique
dans le reste du monde. »
Monique Canto-Sperber, « Des
établissements français parmi
les premiers mondiaux ?
C'est possible » [à propos
du plan Sarkozy pour
7
stimuler l’émergence de 10 campus de taille
internationale], Le Monde, 28 janvier 2010, http://
www.lemonde.fr/opinions/article/2010/01/28/
des-etablissements-francais-parmi-les-premiersmondiaux-c-est-possible-par-monique-cantosperber_1298062_3232.html
Paris-Dauphine : les prix des masters
montent de 230 à 4 000 euros
La décision concerne les masters de
Gestion et celui d’Economie internationale
et développement. Une exonération de tout
droit de scolarité pour les étudiants boursiers,
handicapés et ceux ayant le statut de réfugié,
est prévue et le prix appliqué sera fonction
des revenus familiaux. Dauphine bénéficie du
statut particulier de «grand établissement»,
qui lui offre notamment la liberté de choisir
ses étudiants et de fixer librement les
frais d’inscription sur ses diplômes dits
d’établissement. Dauphine précise dans son
communiqué que les masters concernés vont
précisément devenir des «diplômes de grand
établissement». Une fois acquis ce qualificatif,
ces diplômes ne sont plus des diplômes
« nationaux », mais le grade de master leur
est bien conféré. Pour justifier sa décision,
Dauphine dit qu’elle « entend porter la valeur
et la notoriété de ses diplômes au meilleur
niveau international » et que, pour cela, « elle
doit diversifier ses ressources financières ».
Selon elle, « le coût de la qualité impose
d’ajouter aux ressources publiques, l’apport
des entreprises, les dons des mécènes, et la
contribution des étudiants ».
AFP, 2 février 2010
FRANCE ET EUROPE
INGENIERIE
EPF/ ESTP Grandes écoles d’ingénieurs,
Language Programs for engineers
Ces deux écoles d’ingénieurs proposent
aussi en hiver et en été des sessions
d’apprentissage du français qui, sans
sacrifier les aspects linguistiques ou culturels
généraux, sont orientés vers la préparation
aux études d’ingénieur en France. Soutien
linguistique pendant l’année, le mardi et le
jeudi. Possibilités de cours d’été ou d’hiver,
de 2 à 8 semaines. Prochaine session d’été :
5 juillet-10 septembre 2010
Information and registration forms : www.epf.fr or
www.estp.fr; Contact : [email protected]
Descriptions en anglais de l’EPF : http://editions.
campusfrance.org/etabs/par_fiche/en/ing_epf_
en.pdf; de l’ESTP : http://editions.campusfrance.
org/etabs/par_fiche/en/ing_estp_paris_en.pdf
Brochures pdf à demander à J. Paulhan.
Ingénierie/ Ecole nationale d’Ingénieurs
de Saint-Etienne ENISE
FLE
FLE Français langue étrangère au Centre
International d’Etudes Françaises CIDEF
de l’UCO Université catholique de l’Ouest
à Angers
Stages intensifs en juillet, août ou septembre,
stage de perfectionnement pour les s de
français ; semestres d’études
http://www.uco.fr
FLE Français langue étrangère au Centre
audiovisuel de Royan pour l'étude des
langues CAREL
Le CAREL de Royan, associé à l’université de
Poitiers, propose une offre de formation en
français sur objectifs spécifiques : français du
tourisme et de l’hôtellerie, français juridique,
français médical, français de l’entreprise.
http://www.carel.org; contact [email protected]
Français pour les ingénieurs,
Master Ingénierie des Matériaux et Procédés,
avec la spécialité Mécanique et Ingénierie,
Profil Géo-matériaux et Environnement
Site Internet : http://www.enise.fr/; Fiche en
anglais sur l’école : http://editions.campusfrance.
org/etabs/par_fiche/en/ing_enise_en.pdf; n° de
la formation dans le catalogue CampusFrance :
22051-11699 ; courriel : [email protected]
La plaquette détaillée en pdf peut être demandée
à J. Paulhan. Niveau en français exigé : DELF B2.
8
Voir plus haut rubrique Ingénierie, ESTP-EPF.
Voir aussi sur la toile FILIPE, apprentissage
de la langue de l’ingénieur (site soutenu
par l’Ecole des Mines, Grenoble INP, INP
Toulouse, INSTN, UTT et UTC) Lettre
des espaces CampusFrance, août 2009,
supplément formations, p. 13, http://editions.
campusfrance.org/lettre_espaces/aout09.
pdf; http://www.e-filipe.org/
FRANCE ET EUROPE
Sciences humaines et sociales : préparer
sa recherche d’emploi
En dehors des offres d'emploi, qui
n’intéressent pas a priori les étudiants
américains en France, ces listes sont
précieuses pour comprendre le climat qui
entoure certaines formations en France et
renseigner le candidat qui veut s’informer
sur les organisations professionnelles.
L’Association Bernard Gregory édite un
magazine très intéressant, auquel on peut
s’abonner gratuitement, en version papier
ou Internet, Docteurs&Co, “Le magazine des
jeunes docteurs qui choisissent l’entreprise”.
http://www.abg.asso.fr/fichiers/5410/DC24.pdf
(voir page 4 seulement)
http://www.abg.asso.fr/display.php?id=5193
Universités européennes : « Rome n’est
plus dans Rome ! »
Et si les jeunes universités, longtemps
regardées de haut par les anciennes,
représentaient l’avenir ? Dans une lettre
au courrier des lecteurs, Lewis Pyenson,
Dean of the Graduate College de Western
Michigan University, s’en prend violemment
9
à l’espèce de rente de situation dont
bénéficieraient les grandes universités
publiques aux Etats-Unis, monopolisant les
aides en matière de recherche. Il conclut
son message par un hommage à la source
de réflexion stimulante que représentent les
nouvelles universités européennes : « Europe
is vital intellectually, and remains a significant
source of distinguished faculty members for
America, precisely because it has supported
a large number of relatively new universities,
often through grants for small units and
chair professors. A great many institutions
there now rival Oxford, Heidelberg, and the
Sorbonne. Rome n’est plus dans Rome. »
The Chronicle of Higher Education, February 5
2010, A38.
Traduction de documents anglais en
français
Une fiche, en anglais et en français,
récapitulant les organisations de traducteurs
qualifiés vient d’être préparée. Elle vous sera
envoyée sur simple demande de votre part
à J. Paulhan (en attendant que son texte
soit disponible sur le site de CampusFrance
USA).
FRANCE-ETATS-UNIS
Collège de France/ Institute
for Advanced Study (IAS)
de Princeton
Le
12
janvier
dernier,
l’Administrateur du Collège de
France, le Pr. Pierre Corvol, a effectué
une visite à l’Institute for Advanced Study
de Princeton. Il a rencontré le Directeur de
l’Institut, Peter Goddard, et les membres de
la School of Social Sciences, notamment
le Pr. Didier Fassin, premier Français à y
occuper un poste de professeur permanent.
Des séminaires se tiendront alternativement
à Princeton et à Paris. Le premier pourrait
concerner les sciences sociales. Les relations
entre les deux institutions sont anciennes.
Près d’une vingtaine de professeurs du
Collège de France, à un moment ou à un
autre de leur carrière, sont passés par l’IAS.
Son fondateur, Abraham Flexner, en 1930,
déclarait s’être inspiré de deux institutions
européennes, à savoir All Souls College à
Oxford et le Collège de France.
Collège de France et développement
durable
La leçon inaugurale, prononcée (en français
et traduite simultanément en anglais) le 4
février, par Nicolas Stern, titulaire de la chaire
annuelle « Développement durable », a été
mise en ligne en direct sur le site http://www.
college-de-france.fr/default/EN/all/cha_eur/
index.htm
Doubles diplômes : encore un effort pour
devenir totalement internationaux !
Pascal Delisle, attaché de coopération à
l’Ambassade de France de Washington,
s’est appuyé sur une triple expérience pour
écrire un article sur les doubles diplômes :
fondation du programme Alliance (Columbia
University, Paris 1, Polytechnique et Sciences
Po), direction du Centre pour les Amériques
de Sciences Po, actuellement gestion du
Partner University Fund (PUF) dans le cadre
de ses fonctions.
Il montre comment la supériorité, réelle ou
prétendue, des universités américaines, a
10
longtemps rendu l’existence de doubles
diplômes sans intérêt pour ces dernières.
Les temps ont quelque peu changé et l’on
est entré dans une ère où même le partenaire
supposé le plus fort peut s’engager dans
une relation gagnant-gagnant puisque
l’internationalisation effective d’un campus
fait à présent partie des critères qui servent
à évaluer le dynamisme d’une institution.
Même si les doubles diplômes attirent encore
un nombre relativement restreint d’étudiants,
ils apportent aux institutions partenaires un
prestige supplémentaire dont bénéficient
tous leurs membres.
L’auteur évoque trois cas concrets qu’il
connaît bien : celui du double diplôme
de l’USTL (Université de sciences et
de technologie) de Lille 1 et du Georgia
Institute of Technology, le Dual MS Degree
in Nanotechnology, Electrical and Computer
Engineering
(catégorie
des
diplômes
fondés sur des équipes de recherche
complémentaires qui se préoccupent surtout
de la qualité scientifique de la formation mise
en place) ; celui de la Columbia University et
de The London School of Economics, le Dual
Master in Public Affairs, pour lequel améliorer
l’insertion des étudiants dans le monde des
affaires a été le souci principal. Dans ces deux
cas, l’apprenant passe d’une école à l’autre,
sans qu’il y ait de réelle communication entre
les deux années d’études ; c’est lui qui fait
l’effort de s’adapter à un contexte différent,
qui se superpose au premier. Bien entendu,
l’extension de ce type d’accords fait diminuer
peu à peu les bénéfices que leur originalité
suscitait au début.
Pascal Delisle distingue un troisième cas,
correspondant à un modèle encore très
nouveau, le Global double degree, qui
implique cette fois une coopération très étroite
entre les deux institutions, qui choisissent
délibérément d’ouvrir les candidatures
dans le monde entier à d’autres étudiants
que les leurs, de travailler ensemble à des
propositions d’aides financières structurées,
d’élaborer un programme d’études commun
dans lequel on tire parti au maximum des
forces des deux partenaires. Il s’agit là
d’anticiper de nouvelles demandes de la
part des étudiants, auxquelles le système
FRANCE-ETATS-UNIS
n’a pas encore su répondre.
L’enseignement
supérieur
professionnalisé est le terrain
idéal pour ce genre d’innovation.
P. Delisle cite, pour ce troisième cas,
le Science Po/ Georgetown Law Dual
degree In international Affairs and Law.
L’article se conclut par un tableau utile
présentant les avantages et les inconvénients
des trois formules.
« The Rationales and Strategies behind Double
Degrees: A Transatlantic Approach », Joint and
Double Degree Programs: An Emerging Model for
Transatlantic Exchange, Institute of International
Education IIE et Freie Universität Berlin, 2009.
Sommaire du volume : http://www.iienetwork.
org/page/150347 Le texte complet peut être
demandé en PDF à J. Paulhan, P. Delisle
acceptant sa diffusion sous cette forme.
Géographie
et
connaissance
de
l’environnement urbain : présentation de
Mme le Professeur Pumain à la National
Science Foundation
Denise Pumain, professeur à Paris 1,
membre de l’Institut universitaire de France,
animatrice du réseau européen S4, co-éditeur
de Complexity Perspectives in Innovation and
Social Change (2009), est venue présenter les
recherches conduites par Géographie-Cités
(CNRS) sur le thème « Complex systems
Dynamics and Social Sciences », le 12
janvier. Sa présentation a porté sur l’intérêt
de la simulation spatiale pour les sciences
sociales, en particulier pour les études
urbaines comparées. La simulation spatiale
est l’un des outils du décloisonnement des
disciplines et amène à coopérer géographes,
architectes, historiens, décideurs politiques
et économiques. Mme Pumain a évoqué
les relations de coopération/ compétition
qui associent les zones urbaines, les
hiérarchies, les spécialisations, les trajets,
qui modèlent notre milieu de vie. Avec une
question centrale : comment les politiques
de développement durable peuvent-elles
réorienter l’avenir des villes, en Europe, aux
Etats-Unis, en Asie ?
11
Site de Géographie-Cités (en anglais) : http://
parisgeo.cnrs.fr/index.php?langue=en
Diapositives (PowerPoint) de la présentation du
12 janvier, à demander à J. Paulhan.
Denise Pumain : [email protected]
George Smoot, Prix Nobel de physique
2006, à Paris-VII (Denis-Diderot), un bon
point pour l'université française : « Un
dernier défi scientifique, établir un centre
de cosmologie, en lien avec celui de
Berkeley, l'université où il a fait toute sa
carrière. »
« Loi d'autonomie et qualité de vie à la
française, des arguments pour attirer les
chercheurs de renom. »
Spécialiste de cosmologie, le physicien rejoint
le laboratoire Astroparticules et Cosmologie
(APC) que partage l'université Paris-VII avec
le CNRS, le CEA et l'Observatoire de Paris. Il
y trouvera, à défaut d’un salaire exceptionnel,
d’excellentes conditions de travail, mais il a
déjà indiqué qu’il souhaitait aussi avoir pour
public des étudiants de licence et de master.
Toulouse 1 fait aussi partie de ces universités
françaises qui se sont lancées dans le
recrutement international. Toulouse School of
Economics (TSE) vient de recruter l'Allemand
Christian Hellwig (Berkeley), ou les Français
Augustin Landier (New York University), et
Guillaume Plantin (London Business School).
Sa fondation, bien dotée, lui permet de mener
une politique de primes à la publication
des articles dans les meilleures revues
scientifiques, l'un des nerfs de la compétition
académique mondiale. L’université procure
aussi des contrats de recherche et peut
recruter certains chercheurs d’avenir selon
des procédures différentes.
Résumé d’un article de Philippe Jacqué, Le
Monde, 6 février 2010.
http://www.lemonde.fr/societe/
article/2010/02/05/le-nobel-george-smoota-paris-vii-un-bon-point-pour-l-universitefrancaise_1301581_3224.html
Documentations reçues à l’espace de Washington
FLE CIEL Brest (centre intnal d'ét. Langues) Brochures 2010
28-déc-09
FLE AzurLingua Nice (école privée) Brochures 2010
13-janv-10
IAE Lettre d'explication sur le test de sélection SIM
13-janv-10
IAE Présentation 2010 du Sim aux établissements
13-janv-10
ENA CISAP Catalogue cycles internationaux spécialisés d'adm. Pub.
14-janv-10
FLE Brochure CIDEF Université catholique de l'Ouest
25-janv-10
Partenariats de l'ESC Clermont-Ferrand
25-janv-10
Partenariats de l'université catholique de Lille
25-janv-10
Partenariats de l'université de Poitiers
25-janv-10
Partenariats de l'université d'Orléans
25-janv-10
Partenariats enregistrés par la CGE Conférence des Grandes Ecoles
25-janv-10
Perpignan université de Livret d'accueil 2009-2010 (en français)
27-janv-10
Partenaires des écoles de la CCIP aux USA (2009) pp. 12-13
28-janv-10
12 écoles 150 formations de la Chambre de commerce de Paris CCIP
28-janv-10
ESTP EPF écoles d'ingénieurs Langage Programmes for engineers
28-janv-10
SAI Brochure en anglais sur recrutement HEC ESCP EM Lyon CERAM Audencia 29-janv-10
CIDEF Centre international d'études françaises UCO Angers
5-fév.10
CAREL Centre audiovisuel de Royan pour l'étude des langues
07-févr-10
12