1 reunion du comite d`entreprise du 12 janvier 2006 projet de proces

Commentaires

Transcription

1 reunion du comite d`entreprise du 12 janvier 2006 projet de proces
REUNION DU COMITE D’ENTREPRISE DU 12 JANVIER 2006
PROJET DE PROCES-VERBAL
Présents :
Elus :
Sylvie ANDELA ; Germain AUBERT ; Marie-Hélène CHEVREL (Secrétaire) ; Xavier COLIN (Trésorier) ; Rita MENDY
FERNANDES
Délégué Syndical :
Gilbert BENETOU (CFDT) ; Stéphane PROGREBNOI (UPAJ-CGT)
Présidente :
Edith ARNOULT BRILL
Excusés :
Elus :
Séverine ANDRE ; Brigitte BOIZOT ; Sylvie DAUDIN
Déléguée Syndicale :
Claire ROLLAND (SEP-UNSA)
ORDRE DU JOUR
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
Adoption du Procès verbal de la réunion du 29 novembre 2005
Présentation du plan de formation 2006 – comptes de la formation 2005 (imprimé 2483)
Activités sociales et culturelles : bilan 2005, perspectives et carnet 2006
Bilan de la réunion du personnel par la Présidente du CE
Point sur la vente de l’annexe de l’AJ de Chamrousse et sur l’achat de l’AJ des Deux Alpes
Situation des AJ d’Arras, Saint-Brévin, Verdun, Inzinzac-Lochrist, Autrans, Vénissieux, La Clusaz,
Angoulême et Le Trayas
Demande d’un tableau des prud’hommes en cours : calendrier, détail chiffré et résultats et procédures
Réponse à la demande du 6 septembre 2005 concernant le versement de la subvention du CE en 3
versements au lieu de 4
Point sur le CCRP
Point sur les élections du Comité d’Entreprise
Point sur la conférence de l’IFWA
Demande de congé sans solde : Véronique DE NECKERE , AJ d’Artagnan, Samuel COCAUD, AJ de
Cancale
Demande de prêt 1% logement : Gaëtan MARTIN BERTHY, AJ de Lorient
Demande de CIF CDD : Davina ABOUPA, AJ Lorient
Questions diverses.
La séance débute à 10H40.
1.
Adoption du procès verbal de la réunion du 29 novembre 2005 :
La Présidente fait part oralement des modifications qu’elle souhaite voir apporter au projet de PV.
Le projet amendé est soumis à l’approbation des élus.
Le projet est adopté à l’unanimité.
2.Présentation du plan de formation 2006 – comptes de la formation 2005 (imprimé 2483)
Catherine Vermont remet le document aux élus, qui constatent que leurs remarques ont été entendues :
- un nouveau module concernant la communication est proposé dès mars
- une semaine intensive de remise à niveau aura lieu en mai : elle porte sur 2 langues et 2 niveaux
- diététique et repas spéciaux : module reconduit
- reconduction également du module sur le stress
- suite au mécontentement des 2 dernières années, le module « gestion des conflits » est assuré par un
autre organisme de formation, à savoir AFPI ETUDOC, qui intervient déjà pour « gestion du stress »
1
-
le module « les pratiques environnementales » aura lieu dans une auberge verte allemande, Mirrow
avait été demandée, mais étant très sollicitée, il se peut qu’une autre AJ soit retenue.
Sylvie Andela remarque l’absence de formations locales concernant les domaines de l’accueil et l’entretien,
Catherine explique que cette mise en place nécessite encore beaucoup de travail, notamment pour identifier les
différents organismes, et elle espère la concrétisation de cette démarche dans le prochain plan.
Il est procédé au vote :
Pour l’adoption du plan de formation : 5/5
Le plan de formation 2006 est adopté à l’unanimité.
3. Activités sociales et culturelles : bilan 2005, perspectives et carnet 2006
Xavier Colin présente et commente le prévisionnel 2006 au 31/12/05 (avant sortie des comptes FIDUGEC)
ACTIVITES ENFANTS :  1639 €
En 2006, il n’est pas prévu de changement important pour les activités enfants, la nouvelle prestation « activités
enfants », proposée en 2006 est maintenue pour 2006, avec un montant de remboursement identique (100 €
maxi). Le nombre de demandes de prestations prévues reste dans les proportions de 2005.
LOISIRS ET CULTURE :  386 €
En 2006, pas de changement important prévu sur ce poste par rapport à 2005.
Pour les chèques lire et chèques disque le taux de remboursement est maintenu à 60 %, comme en 2005. Le
nombre de demandes de ces prestations est prévu sensiblement identique.
CHEQUES ANCV :
A peu près équivalent 2006 / 2005
TRANSPORTS :  - 7975 €
La baisse de ce poste budgétaire s’explique par le choix d’unifier le montant de remboursement des transports
(avion, train et bus) et des voyages Arvel, par souci d’équité entre les salariés. Le montant global des
remboursements en 2005 pour les voyages Arvel était de 7930 € et représentait 44 % de l’enveloppe globale du
poste transport (30 975 €), alors que cela ne représentait que 17 bénéficiaires sur les 217 de l’enveloppe totale
des transports, soit 8 % des demandes des salariés.
Les vols :
A noter qu’en 2005, le remboursement total sur les vols est de 15 944 € pour 121 bénéficiaires. Sur les 15 944 €,
il y a 6400 € pour 21 personnes, avec le mode de remboursement 2004 (50% jusqu’à 1000 € et 30% au-delà).
Pour 2006, si nous maintenons ce système de remboursement plafonné à 100 €, avec un remboursement par
bénéficiaire, nous pouvons prévoir une dépense annuelle de 12 500 € pour 125 personnes.
Le train :
En 2005, c’était une nouvelle prestation. 77 personnes ont bénéficié de cette prestation pour un montant total de
6901 €, soit un remboursement moyen de 90 €.
En 2006, si nous envisageons le niveau de remboursement maximum à 100 €, nous pouvons prévoir une dépense
de 8000 € pour 80 personnes.
Le bus :
Pour le bus en 2005, il n’y a que 2 bénéficiaires pour un montant de 200 €. Nous pouvons donc prévoir, une
légère augmentation des demandes puisque c’était une nouvelle activité, avec le même montant de
remboursement par demande, soit un total de 500 €.
SOCIAL :  882 €
Une prévision légèrement supérieur qu’en 2005 – A voir le nombre réel de départ en retraite prévu –
Depuis 2 ans, l’IFWA fait une demande de subvention de 750 €, dont ne profite aucun salarié, faute de
demande… Cela explique en partie cette différence avec 2005.
COLIS DE FIN D’ANNEE :  - 3045 €
Cette baisse s’explique par un prévisionnel avec un prix du colis à 30 € équivalent à celui de 2004, celui de 2005
étant à 35 €.
SOIT UNE DIMINUTION TOTALE DES DEPENSES EN 2006 PAR RAPPORT A 2005 DE 7443 €
2
4. Bilan de la réunion du personnel par la Présidente du CE
La Présidente fait état des participants à la dernière réunion du personnel qui s’est tenue du 14 au 16 novembre
2006. :
- 1er jour : 52 participants le matin et 76 participants l’après-midi
- 2ème jour : 78 participants le matin et 76 participants l’après-midi
- 3ème jour : 40 participants le matin
- 27 auberges n’étaient pas représentées.
La Présidente déplore le nombre d’AJ non représentées et souhaite qu’aucun départ en formation ne soit prévu, à
l’avenir, pendant la semaine de la réunion du personnel.
Elle rappelle également que tout avait été mis en œuvre pour une meilleure participation des salariés (choix du
site – possibilité de voyager en avion - etc…).
Gilbert BENETOU intervient sur le fait que deux rendez-vous ont lieu chaque année : rencontre des directeurs en
juin et réunion du personnel en novembre, ce qui entraîne peut-être une certaine démobilisation.
La Présidente rappelle que la rencontre des directeurs est un temps fort réservé aux responsables et adjoints, qui
permet à la direction d’exposer sa politique.
La réunion du personnel est un temps d’échange ouvert à tous les salariés. Ces deux rencontres sont bien
différentes et cela n’explique pas cette défection.
Les membres du CE font part de leur contentement quant à la participation des salariés, pendant la première
matinée réservée aux instances des salariés.
5. Point sur la vente de l’annexe de l’AJ de Chamrousse et sur l’achat de l’AJ des Deux Alpes
Concernant la vente de l’annexe de Chamrousse, la Présidente rappelle que cette affaire avait déjà été évoquée
lors d’une précédente réunion.
Une proposition a été faite pour un montant de trois cent trente mille €. La signature du compromis devrait
intervenir rapidement.
L’acquéreur est le fils de l’ancien Père Aub’.
Le directeur et les membres du conseil d’administration souhaitent que l’argent émanant de cette vente soit
dépensé
pour
cette
même
auberge.
Concernant la possible acquisition de l’Auberge de Jeunesse des Deux Alpes, la Présidente a eu confirmation de
la vente au prix de 457 350 €, le 9 décembre dernier par le CE ALSTORM aux conditions proposées par la
FUAJ soit :
- 25 % du montant de la vente serait réglé à la signature et le solde sur 20 ans. La FUAJ a accusé réception de
cette vente le 13 décembre 2005.
Le 22 décembre 2005, la Secrétaire du CE ALSTOM a annoncé par téléphone, que certains élus de l’inter CE
étaient revenus sur leurs précédents votes, le prix évoqué ne correspondant pas à celui du marché actuel de
l’immobilier, notamment vue l’implantation de cette propriété au cœur de la station des Deux Alpes.
Un rendez-vous téléphonique a été pris pour le 23 janvier 2006.
Les élus du CE demandent si l’acquisition est envisageable au prix du marché. La Présidente répond que, si un
nouveau prix était fixé au niveau du marché, la FUAJ ne pourrait pas suivre et elle devrait s’en aller, car, si elle
ne devient pas propriétaire, il n’est pas question qu’elle engage les travaux nécessaires à la mise aux normes en
matière de sécurité.
6. Situation des AJ d’Arras, Saint-Brévin, Verdun, Inzinzac-Lochrist, Autrans, Vénissieux, La
Angoulême et Le Trayas
Clusaz,
AJ ARRAS : L’Auberge vient de fermer suite à un problème de sécurité : la maison jouxtant l’AJ a été vendue
et, suite aux travaux effectués par le nouvel acquéreur, le passage permettant l’issue de secours est obstrué.
La Présidente rappelle qu’il s’agit d’un très vieil immeuble, avec des pièces imbriquées les unes dans les autres.
L’aménagement d’une nouvelle sortie de secours générerait des travaux très importants, pas supportables par
rapport à l’activité de cette auberge.
La FUAJ a donc proposé à la Ville d’Arras de ne pas rouvrir l’auberge au 1er février 2006, mais l’a informée
qu’elle était favorable à l’implantation d’une nouvelle auberge dans un autre endroit de la ville.
AJ St BREVIN : Cette auberge passera en auberge temporaire en 2006.
La tutelle sera assurée par l’AJ de Nantes, pendant la durée de fermeture.
Le
Directeur
actuel
quittera
son
poste
au
Les autres salariés quitteront leurs postes en fonction de leurs contrats (CDD).
Il sera prochainement procédé au recrutement d’un responsable saisonnier.
15
janvier
2006.
3
La Présidente rappelle que le déclin de l’activité de cette AJ et le fait d’avoir trop de personnel (notamment 2
CDI) ont entraîné un solde négatif de 29 974 €.
Xavier COLIN rappelle que deux évènements ont certainement joué sur ce déclin : la marée noire et la
disparition d’un jeune dans un Centre de vacances de la région.
AJ VERDUN : Sous réserve d’un contrôle comptable supplémentaire, l’AJ a effectué 6613 nuitées et 6099 repas
en 2005, pour un chiffre d’affaires de 161 133 €.
Certaines mesures ont été prises :
- pour sous-traiter la restauration
- pour libérer les lieux des occupants sans titre
Par contre, il n’est pas possible de passer cette auberge en auberge temporaire, la période creuse tombant en été
(juillet / août).
Une subvention du Conseil Général a été allouée à ce bâtiment pour des travaux de sécurité. Cette somme
diminuera le coût direct à partager avec le Centre Mondial de la Paix.
Le déficit était de 15 000 € en 2004.
Cette auberge aurait besoin d’un(e) directeur(trice) possédant une grande maîtrise du métier avec un
investissement personnel très important (auparavant, l’auberge tournait avec 8000 nuitées).
Le Centre Mondial de la Paix souhaite que la FUAJ reste.
Une des possibilités de relance de l’installation serait de créer un pôle d’accueil « étudiants/jeunes travailleurs ».
AJ INZINZAC LOCHRIST : La Mairie est sur le point de vendre l’Auberge à Joël Simon, le compagnon de la
responsable de l’Auberge. La Présidente doit reprendre contact avec la Mairie, car l’association locale souhaite
reprendre le matériel contenu dans ce bâtiment.
Par ailleurs, compte tenu des circonstances la FUAJ n’entend pas procéder à un licenciement. La Présidente
espère trouver un terrain d’entente afin de mettre un terme au conflit actuel.
AJ AUTRANS : Il n’existe aucun compte pour les années 2003 et 2004, le découvert sur ces dernières années est
passé de 60 000 € à 420 000 €.
Un contrat de travail pour la saison d’hiver a été signé avec la personne ayant tenu l’AJ pendant la saison
précédente.
L’Association a donné son accord pour vendre à hauteur du découvert actuel. La Présidente doute qu’il soit
possible de trouver un acquéreur pour un tel montant.
Xavier Colin intervient : si on ferme, on doit rembourser l’emprunt …
La Présidente répond que l’argent de la vente de l’annexe de Chamrousse ne couvrira pas la totalité du passif à
savoir le découvert bancaire et le solde de l’emprunt.
AJ VENISSIEUX : Le foyer Notre Dame des « sans abris » loue les locaux de l’AJ depuis deux ans pendant la
saison d’hiver. Cette structure serait intéressée par le rachat des locaux et la reprise du bail.
Actuellement, le prix n’est pas encore fixé.
La Présidente doit reprendre contact avec le garage Peugeot, qui est aussi intéressé.
Remplissage :
- 7 650 nuitées en 2004 ;
- 14 000 nuitées en 1999.
AJ LA CLUSAZ : La Présidente n’a rien de nouveau dans ce dossier. Elle espère de meilleurs résultats et
souhaite que le Directeur actuel ait bien compris l’importance d’un véritable investissement personnel…
AJ D’ANGOULEME : La Présidente n’a rien de nouveau…
AJ LE TRAYAS : Cette AJ ne sera certainement pas ouverte pour la prochaine saison d’été.
Plusieurs acquéreurs potentiels ont déjà visité les lieux, qu’ils souhaiteraient transformer en résidence
saisonnière. La Mairie est également intéressée, mais par un seul bâtiment ; or, il a été décidé de vendre le tout
en un seul lot. La Présidente pense que cette vente pourrait aboutir courant 2006.
7. Demande d’un tableau des prud’hommes en cours : calendrier, détail chiffré et résultats et procédures
La Présidente donne les informations suivantes :
- Michel DURAND (ancien directeur de l’Auberge de Saint-Brieuc) ;
La FUAJ a été condamnée le 12 mai 2005 à lui verser 80 024 € ;
Elle a fait appel.
La nouvelle audience est prévue le 23 mars 2006.
4
- Térence WILQUIN (ancien directeur-adjoint de l’Auberge du Vieux-Lyon)
Il demande : 23 715,40 €.
L’audience est prévue le 19 mai 2006.
- Bruno SALIOU (ancien directeur de l’AJ du Vieux Tours)
Les audiences ont eu lieu les 25 octobre et 1er décembre 2005.
La FUAJ a été condamnée à lui verser 36 318,85 €.
- François VESCHAMBRE (ancien responsable temporaire de l’Auberge de La Châtre) :
Le tribunal de Saint-Etienne s’est déclaré incompétent. L’affaire pourrait être jugée à Lyon.
Affaire Carine STEMPNIAK contre FUAJ :
La Présidente, après accord des membres du CE, fait intervenir Me Edith FAURE-MURET,
FUAJ.
avocate de la
Maître Edith FAURE-MURET commente le compte-rendu du jugement des prud’hommes rendu le 07 décembre
2005, concernant des faits de harcèlement sexuel et moral de la part de Pierre STRELEZKI, Directeur de
l’Auberge de Marseille Bonneveine, à l’encontre de Carine STEMPNIAK.
Melle Carine STEMPNIAK a occupé un poste de réceptionniste dans le cadre d’un contrat emploi jeune en
CDD d’une durée de 60 mois (à dater du 16.11.1999).
La FUAJ a été condamnée à 24 465 ,73 € dont :
- 18 000 € à titre de dommages et intérêts pour harcèlement sexuel et moral
- 2 000 € de dommages-intérêts relatifs aux pauses non prises
- 1 426,47 € au titre du 13e mois
- 142,64 € au titre de congés payés sur 13e mois
- 546,55 € à titre de jours fériés
- 54,65 € au titre de congés payés sur jours fériés
- 632,20 € au titre de rappel de salaires
- 63,22 € au titre de congés payés sur rappel de salaires
- 1600 € au titre de l’article 700 du Nouveau Code de Procédure Civile.
Le jugement ordonne l’affichage du présent jugement dans les locaux de l’auberge de jeunesse pendant une
durée de 30 jours, ainsi qu’au siège de l’entreprise (sinon 150 € par jour), à savoir dans les locaux de l’AJ de
Marseille et dans les locaux du Centre Fédéral.
La procédure a été déposée le 18 juin 2004 devant le Conseil des Prud’hommes de Marseille, avec un report de
la 1ère audience, en mai 2005, du fait du décès de Bruno Terramorsi, avocat de la FUAJ.
L’audience de conciliation eu lieu le 17 septembre 2004, la FUAJ y était représentée, mais aucun accord n’a été
trouvé.
Les convocations ont été envoyées le 12 août 2004
Puis, un renvoi a été demandé avec délai de communication des pièces.
Les débats à l’audience du jugement ont eu lieu le 5 octobre 2005
Le prononcé de la décision a été rendu à la date du 7 décembre 2005.
Maître Edith FAURE-MURET signale que cette condamnation n’est pas une condamnation courante, car le
jugement est particulièrement dur à l’égard de la FUAJ (c’est la FUAJ qui est condamnée et non Pierre
STRELINZKI ). Il s’agit d’une condamnation inhabituelle notamment quant à l’affichage du jugement, au sein
des locaux de l’AJ de Marseille et du Centre Fédéral.
Procédure : 40 pièces ont été déposées par Melle Carine STEMPNIAK, dont un « mot d’amour » émanant de
Pierre STRELINZKI à l’encontre de Carine STEMPNIAK et de 4 attestations de salariés de l’AJ de Marseille
Bonneveine, , alignant un certain nombre de faits.
Après accord d’Edith ARNOULT – BRILL, Bruno Terramorsi a communiqué les pièces des salariés à Pierre
STRELEZKI en février 2005, afin qu’il les examine et qu’il puisse y apporter des éléments contradictoires.
Pour contredire ces 40 pièces, celui-ci n’a fourni que deux attestations :
- une émanant de Mme THOMAS (sa compagne)
5
-
une seconde d’un cuisinier de l’AJ, qui atteste avoir apporter des plats à Melle Carine STEMPNIAK ,
lorsqu’elle n’avait pas le temps de déjeuner.
Le harcèlement moral a été retenu par le Conseil, notamment du fait qu’un supérieur hiérarchique ait pu profiter
de ses fonctions pour obtenir ou essayer d’obtenir des faveurs de la part d’une salariée.
La pièce principale citée au dossier est un courrier adressé à Melle Carine STEMPNIAK et déposé sur le bureau
de celle-ci sur lequel il est fait état par Pierre STRELINZKI, de son attirance de façon non équivoque et de son
statut de supérieur hiérarchique.
La FUAJ est intervenue par deux fois :
En accordant une augmentation de 10 points à Melle Carine STEMPNIAK en juin 2004
En adressant en février 2005, les pièces fournies par la partie adverse à Pierre STRELEZKI, pour qu’il puisse
préparer une riposte en produisant pièces et éléments contradictoires, afin de permettre à la FUAJ de mieux le
défendre, puisqu’il avait toujours nié les faits.
La FUAJ ne fera pas appel puisqu’il n’existe au dossier, aucun document contradictoire pour justifier un tel
appel.
Pierre STRELEZKI a été convoqué le 3 janvier 2006, pour un entretien préalable de licenciement.
Au nom de tous les élus du CE, Xavier Colin remercie la Présidente d’avoir joué la transparence sur cette affaire
en faisant intervenir Maître Faure-Muret .
8. Réponse à la demande du 6 septembre 2005 concernant le versement de la subvention du CE en 3 versements
au lieu de 4
La Présidente confirme l’acceptation de verser la subvention en 3 versements au lieu de 4, à savoir :
En Janvier : un acompte pour les 4 premiers mois de l’année (janvier à avril), calculé par rapport à la subvention
N-1
En Mai : Régularisation du 1er acompte + règlement du 2ème versement pour les mois de juin à septembre
En octobre : Régularisation du 2ème acompte + règlement du 3ème versement pour les mois d’octobre à décembre.
9. Point sur le CCRP
La Présidente précise que ce point n’a pas été évoqué lors de la dernière réunion de la Commission Paritaire.
Lors de la réunion du CE de novembre, il avait été évoqué la possibilité de supprimer le CCRP.
Xavier Colin en déduit qu’il n’y aura donc pas d’élections au CCRP, organisées conjointement avec celles de la
DUP .
10. Point sur les élections du Comité d’Entreprise
La Présidente rappelle qu’un protocole d’accord a été préparé et signé suite aux réunions de la Commission
Paritaire du 18 octobre et du 21 décembre 2005.
Il a été décidé de constituer une Délégation Unique du Personnel (qui regroupe les prérogatives des Délégués du
Personnel et du Comité d’Entreprise).
- Dépôt des listes : 10 février (consultable du 10 au 24 février) ;
- Envoi du matériel électoral : 24 février ;
- Dépouillement du 1er tour : 17 mars.
Si un 2ème tour a lieu, il se produira 15 jours plus tard.
3 Collèges sont représentés :
- Le collège employés correspondant aux groupes 2/3/4 : 4 titulaires / 4 suppléants ;
- Le collège techniciens et agents de maîtrise correspondant aux groupes 5/6 : 3 titulaires / 3 suppléants ;
- Le collège cagres correspondant aux groupes 7/8 : 2 titulaires / 2 suppléants.
11. Point sur la conférence de l’IFWA
Xavier Colin, fait part du compte rendu de la 33ème Conference de l’IFWA qui s’est déroulée à Finnhamn en
Suède du 7 au 11 octobre 2005.
Participants :
- 37 délégués : (7 pays) France, Suède, Allemagne, Belgique, Luxembourg, Ukraine, Italie.
- Après un accueil officiel au Palais du gouverneur de Stockolm, nous avons pris le bateau pour nous
rendre dans l’île de Finnhamn, où nous sommes restés ensuite pendant les 3 jours. La veille, nous
6
avions dormi dans la fameuse auberge du Chapman à Stockholm, le superbe voilier 3 mâts, ancré dans
la baie de Stockolm.
Au programme de la conférence, après les traditionnels rapports d’activités et financier de l’IFWA, et des
rapports annuels de chaque pays, nous avons eu une intervention d’Iddan Kroll de l’IYHF, sur le programme
qualité, et un point sur les activités de l’Eufed, présenté par Klauss Sandman, délégué allemand et membre
du bureau de l’IFWA, à la demande de Sue Cassel, la secrétaire de l’Eufed, qui n’a pu participé à la
conférence cette année.
Chaque rapporteur de chaque pays fait un rapport sur la situation dans son pays, notamment sur la
participation des directeurs à l’IFWA et sur les faits marquants de l’année pour sa fédération nationale.
Voici ce qui a été rapporté par la délégation française :
RAPPORT POUR LA FRANCE
Pour les personnes qui ne connaissent pas la Fédération Unie des auberges de jeunesse (FUAJ), en France, il y a
120 auberges de jeunesse environ avec 80 directeurs permanents. Cela représente le potentiel pour l’IFWA.
Depuis 2003, le système d’adhésion à l’IFWA a changé. Avant, c’était le Comité d’entreprise de la FUAJ, qui
payait l’adhésion pour tous les directeurs. Maintenant, c’est une adhésion volontaire de chaque salarié. Depuis
deux ans, le Comité d’entreprise de la FUAJ propose de prendre en charge les frais de la conférence pour 3
salariés de la FUAJ. Malgré cela, il n’y a pas eu de nouveaux directeurs qui ont pu participer aux différentes
conférences.
Les programmes en cours à la FUAJ :
La démarche qualité :
La FUAJ, s’est engagé dans le programme qualité de l’IYHF. L’auberge de jeunesse de Biarritz a été élue site
pilote. Il existe un programme de formation des salariés sur les normes qualité, qui est proposé par la FUAJ. De
nombreux salariés ont déjà participé à cette formation. 8 nouvelles auberges vont mettre en place le programme
qualité : Dinan, Rennes, Les Rousses, Grenoble, Lyon …
ASSD :
Un programme informatique de réservation dans les auberges est proposé à toutes les auberges en France, il
s’agit du programme ASSD.
IFWA :
Nous continuons à essayer de mettre en place un programme d’accueil de jeunes dans les auberges de jeunesse
avec l’EUFED.
PRESENTATION DU DISPOSITIF D’ACCUEIL DE JEUNES, intitulé :
« Découverte du réseau et des métiers des auberges de jeunesse »
Cette proposition est à l’initiative de la délégation française, qui travaille dessus depuis la précédente conférence
à Assises. Nous sommes partis de deux constats :
- que les jeunes ne fréquentent pas suffisamment les réseaux des auberges de jeunesse, pour diverses
raisons, que je ne vais pas détailler ici.
- Que les dispositifs d’échanges et d’accueil de jeunes proposés notamment dans le cadre des
programmes européens pour la jeunesse, ont des critères qui ne répondent pas toujours aux attentes de
tous les jeunes notamment :
o Pour les moins de 18ans
o Pour les courtes durées de stage : 15 jours à 2 mois (vacances scolaires ou périodes de stages)
o Pour les jeunes issus du milieu rurals et/ ou dans des cursus d’apprentissage comme les métiers
de bouche : serveurs, cuisiniers, agent d’entretien, gestion des espaces verts…
o Qui ont du mal à trouver des stages à l’étranger et n’ont pas l’occasion d’aller tout simplement
à l’étranger…
Si cela répond à une attente et à un besoin des jeunes, c’est aussi l’occasion pour les réseaux des auberges de
jeunesse de faire découvrir notre mouvement, notre projet, notre différence, nos particularités et les métiers des
auberges de jeunesse en s’appuyant sur toute la démarche qualité de l’IYHF. Montrer à ces jeunes que dans nos
réseaux, non seulement il y a des valeurs, mais aussi des savoirs faire professionnels en matière : d’accueil, de
sécurité, d’hygiène…
PRESENTATION DETAILLEE DU PROGRAMME
Les mobilisations des directeurs de l’IFWA, pour 2006, après l’accord préalable des Associations nationales,
employeurs ou pas. Faire une expérience pilote avec quelques structures et quelques pays :
Belgique : 3 structures : Oostende, Liège, Gent
Allemagne : Hörnum – Helmarshausen
Luxembourg : Luxembourg
Suède: Finnhamn, Vaxjo,
France : Poitiers, La Rochelle et …
7
Italie : Assises ..
Une dizaine de structures dans 6 pays avec des offres diverses en terme de durée, d’âge minimum, de période, de
pratique de langue et de métiers.
Les structures qui s’engagent à accueillir des jeunes s’engagent aussi à créer un partenariat privilégié avec une
structure d’envoi. Par exemple ! La Rochelle avec le lycée hôtelier et Poitiers avec les lycées agricoles de la
région.
J’ai tenu à en parler, en CE :
- d’une part, parce que je suis sûr que c’est ce type d’initiative qui peut aussi mobiliser des directeurs sur
des actions internationales dans notre réseau.
- Et qu’il y a peut-être ici une opportunité pour les directeurs de s’appuyer sur ce dispositif, pour
déclencher la mise en place d’une démarche qualité.
Xavier Colin, interroge la Présidente sur la manière dont a été perçue cette proposition de l’IFWA, lors de la
dernière Assemblée Générale de l’EUFED, qui s’est déroulé à Tolède en Espagne et à laquelle elle a participé.
La Présidente répond que plusieurs représentants des autres membres de l’EUFED, n’avaient pas été informés de
cette proposition et que cela n’a pas permis d’en discuter réellement. D’autre part, elle nous informe
qu’aujourd’hui l’EUFED a certainement d’autres priorités et qu’un tel dispositif ne pourra être porté par
l’EUFED, qu’à condition qu’il puisse répondre aux critères des différents programmes proposés par la
Commission Européenne.
12. Demande de congé sans solde : Véronique DE NECKERE , AJ d’Artagnan - Samuel COCAUD, AJ de
Cancale
La Présidente informe les élus que Véronique DE NECKERE, chef de service à l’AJ d’Artagnan, souhaite
bénéficier d’un congé sans solde du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2006.
Les élus du CE émettent un avis favorable.
La Présidente informe les élus que Samuel COCAUD, adjoint à l’AJ de Cancale, souhaite bénéficier d’un congé
sans solde du 09 février 2006 au 08 février 2007.
Les élus du CE émettent un avis favorable.
13. Demande de prêt 1% logement : Gaëtan MARTIN BERTHY, AJ de Lorient
La Présidente informe les élus de la demande de Gaëtan MARTIN BERTHY de l’AJ de Lorient, d’une demande
de prêt 1% logement, à hauteur de 6400 € pour l’achat de son logement principal.
14. Demande de CIF CDD : Davina ABOUPA, AJ Lorient
La Présidente informe les élus de la demande de Davina ABOUPA, agent de collectivité à l’AJ de Lorient .
Dans le cadre d’un CIF CDD (2ème demande), elle préparerait un BAC Pro Secrétariat auprès du CRIFAC (du 3
juillet 2006 au 15 juin 2007) pour un coût de 4680 €.
15. Questions diverses :
- Demande de prêt exceptionnel auprès du CE
La Secrétaire du CE fait part de la demande d’un prêt exceptionnel émanant d’une salariée de la FUAJ en CDI.
Le prêt demandé serait de mille € remboursable en 10 mensualités de cent €, remboursement débutant en avril
2006.
Les élus donne leur accord pour un prêt d’un montant de 500 €. Ils se basent sur le montant qu’ils s’étaient fixés
en début de mandat et souhaitent que les remboursements s’effectuent par prélèvement mensuel .
Le Trésorier fait part de la difficulté rencontrée auprès de certains bénéficiaires de prêt qui n’ont pas honoré
leurs remboursements. Il souhaiterait qu’il soit demandé une garantie aux salariés faisant leurs demandes.
-
Fermeture du Centre Fédéral
La Présidente propose une fermeture du Centre Fédéral entre le 31 juillet 2006 et le 15 août 2006, soit 14 jours
ouvrables sur les 27 jours ouvrables sur l’été et à prendre par les salariés avant le 31 octobre 2006.
8
Germain Aubert souhaite faire les remarques suivantes :
- Depuis la fermeture de Beaubourg, le Centre Fédéral n’est plus réellement fermé pendant l’été puisque
l’Accueil reste ouvert ;
- La première quinzaine du mois d’août n’est pas forcément une période creuse pour tout le monde au
Centre Fédéral, et cette fermeture oblige certains services à anticiper sur les dossiers en cours, ce qui
donne une fin juillet assez stressante ;
- Par ailleurs, cette fermeture est parfois mal perçue dans le réseau (« vous fermez pendant que nous
sommes en haute saison ! ») ;
- Enfin, certains salariés se plaignent du fait qu’un congé au mois d’août les oblige à prendre des
vacances au tarif fort, voire même pour certains à rester sur Paris.
Rita Mendy Fernandes estime que cette fermeture du mois d’août, même si elle a rencontré de fortes oppositions
au moment où elle a été instituée il y a quelques années, est devenue une habitude et elle ne pense pas utile de la
remettre en cause.
Xavier Colin et Gilbert Bénétou proposent que les élus n’émettent pas d’avis aujourd’hui.
La présidente argue que, si cette décision est repoussée, les demandes de congés ne pourront pas être décidées et,
en conséquence, que les salariés seront pénalisés.
Par ailleurs, précise-t-elle, si la fermeture du mois d’août est refusée par les élus, elle pourrait surseoir
à la fermeture du Centre Fédéral pendant les fêtes de fin d’année.
Compte tenu de l’urgence et pour ne pas pénaliser les salariés, les élus du CE décident d’émettre un avis
favorable pour 2006, tout en précisant qu’il serait souhaitable qu’un vrai débat ait lieu sur le sujet en temps
voulu et avant les échéances de 2007.
La prochaine réunion du CE est fixée le 16 février à 10h 30.
La séance est levée à 14H10.
9