JUILLET 2016.indd

Commentaires

Transcription

JUILLET 2016.indd
Il y a un autre film qui à marqué ma vie : FOREST GUMP!
Je peux le voir encore et encore!!! Pour moi il
eprouve de la joie, de la peine et de l’espoir. La
vie quoi!
Ce film traverse l’histoire avec humour.
Il evoque LA DETERMINATION ( «la vie c’est
comme une boite de chocolat, on ne sais jamais
sur quoi on va tomber»). Sans parler de Tom
Hanks qui joue merveilleusement bien. Allez,
Cours Forest!
MOON
Il y a bien un film, ou
des films qui ont changés ma vie. Je dirais en
fait un acteur. C’est
bête à dire, mais Brad
Pitt (dans ses premiers
films en tout cas) degageait une assurance,
et une classe inégalée.
Il m’a inspiré pas mal
d’expressions, d’attitudes, et de phrases
que j’utilise encore.
(J’ai
adoré
principalement «SNATCH» et
«FIGHT CLUB»)
F. Martin
LE FILM QUI A CHANGÉ MA VIE
OU QUI A EU UN IMPACT: «LA
COULEUR POURPRE» - Avec Woopy Goldberg et Danny Glover
J’ai vu ce film une bonne dizaine
de fois depuis mon enfance et c’est
toujours avec émotion que je le regarde même si je connais l’histoire
par coeur. C’est toujours la même
joie et la même peine que j’éprouve
au fil de l’histoire. Il s’agit du premier film que j’ai vu sur la culture
afro-américaine et la ségrégation,
et qui me révoltait déjà à l’époque.
Résultat, aujourd’hui je suis en
couple avec un antillais et nous
avons deux beaux garçons métissés.
Nadia
CINEMA
LE SEPTIEME ART.
Chacun d’entre nous a été marqué par un
film, une histoire, un personnage, quelque
chose qui a modifié notre comportement,
comme si en sortant du cinéma on était devenu quelqu’un d’autre, quelqu’un d’autre pour
longtemps ou pour toujours.
Le film qui a changé ma vie… Dès ma plus tendre enfance je rêvais, voyageais, m’inventais un monde, une autre identité, mon imagination débordait !
J’en étais même arrivé à me persuader que de
ma famille je n’étais qu’une pièce rapportée,
une enfant adoptée !
Cette famille à qui encore aujourd’hui je cache
qui je suis et cela malgré moi, l’habitude sans
doute, la pudeur qui suit ma route comme un
aspic qui a chaque piqure me déroute.
Je me souviens qu’au lycée le clown de service
j’étais, c’est pour cela que je n’ai pas continué,
amuser les autres était mon passe-temps
préféré, les faire rire, les voir heureux les
devoirs passaient après ! « Être » admiré pour
une soi-disant bonne humeur, être considérée
comme quelqu’un de bien dans sa peau, libérée … malgré l’angoisse qui m’envahissait.
En réalité je n’arrivais pas à m’affirmer car je
ne comprenais pas non plus ce qu’il se passait.
A l’école, une enfant et une adolescente délurée et à la maison, quelqu’un de pas compliqué
sur laquelle on pouvait compter, qui faisait de
son mieux pour que les autres aillent mieux.
Dans les flaques d’eau j’ai toujours aimé sauter,
dans l’herbe fraiche me rouler, le chocolat !
Les yeux fermés j’adore le manger, émettre
des sons de bonheur lorsqu’il fond dans ma
bouche et coule tout le long de ma gorge,
jusqu’à le sentir déferler dans mon œsophage
comme une vague délicieuse de fraicheur, de
force et de sensations.
Mais lorsque l’on est jeune adulte ces choses-là
ne se font pas !
En une, deux personnalités. Une personnalité
qui s’est longtemps cherchée. Pourquoi cela ?
Quelle importance cela à ? Des millions de
personnes connaissent ça et trouvent la solution plus rapidement que moi ou pas !
Devenir adulte ou pas ? Comment réussir
cela ?
Arriver à s’accepter, comprendre qui l’on est,
un film me l’a donné. Il n’a pas changé ma vie,
non, mais il m’a appris que, d’autres comme
moi existaient et que je ne devais pas le cacher.
Il m’a rassuré, interrogé, réconforté, raccommodé avec la société.
J’ai compris en le voyant que toutes les idées
« loufoques » ou originales que j’avais : comme
une mouche qui dès le début du film se fait
écraser (ça me fait marrer !) d’autres comme
moi, l’avais pensé.
Dans la salle de cinéma, certains ne comprenaient pas l’hilarité à laquelle je me laissais
aller, mais, d’autres riaient aux éclats… Nous
étions faits du même bois.
Complètement disjonctée, sur la lune habiter !
Juste ne pas se prendre au sérieux, être tout
simplement heureux, prendre la vie comme
elle vient avec toujours comme raison, que le
verre soit à moitié plein !
Des moindres petits plaisirs de la vie se
contenter, les apprécier, les avaler, les déguster,
les savourer, aimer, exister, jusqu’à la lie…
Oui pour moi la vie est ainsi…
Qu’est-ce-qui a fait qu’à ce constat je sois arrivée, ben, je vais vous raconter.
Après un divorce difficile, je me suis retrouvée libérée, plus aucune humiliation je ne
subirais !
J’étais ce que j’étais et pas moins que les autres
je valais, la force en moi revenait et je, je devais combattre pour exister.
Essayer d’être enfin qui j’étais en se moquant des « qu’en dira-t-on » des « culs bien
pensant », du jugement des gens. Je m’en
fichais, je vivais et je savais qu’au moins pour
une fois dans ma vie, je ne me reniais pas, telle
que j’étais je m’acceptais, ma valeur pour une
fois je comprenais.
Avec ma fille, la liberté !
La joie de vivre revenait, Amélie POULAIN
m’a aidé à vivre en toute sérénité.
C. MARTINEZ
07 juin 2016