BEAUCERON (groupe 1) - KIDIWAH, Conseil Canin

Commentaires

Transcription

BEAUCERON (groupe 1) - KIDIWAH, Conseil Canin
BEAUCERON (groupe 1) :
Vocation : Chien de troupeaux, garde, surveillance et défense, douanes, agility, pistage, chien de
famille, RCI, cavage, randonnée, bât, trait. C'est un chien de sport performant (canicross, ski-jöring)...
Aspect : C'est le plus grand des chiens de berger français (hors type montagne), d'une franchise un
peu brusque. Il a une ligne harmonieuse, ni lourde, ni mièvre.
Généralités : Polyvalent, à la fois sage et hardi, affectueux et fier, loyal et bon, rustique et
magnifique, il ne s'embarrasse pas de manières dans tout ce qu'il entreprend. Il est impressionnant et
très bon gardien.
Surnoms : Berger de Beauce, Bas-Rouge.
Origines : France, il ne vient pas de Beauce mais plutôt du Bassin Parisien, pris dans sa plus large
acception. Son rôle était plus d'aider le berger à diriger son troupeau (sur routes, vers les abattoirs de la
Villette) que de protéger les moutons contre les prédateurs (loups principalement). Il existait alors en 3
variétés, le poil long donnera le Briard (ou Berger de Brie, là encore, pas de rapport avec le lieu
d'origine), le poil dur, laissé pour compte pendant un bon moment, donnera le Berger Picard et le poil
court a donné le Berger de Beauce. En exposition, on finit par le trouver dans les classes "Bas-Rouge"
(noir avec marques feu), "Beauceron" (sans marques feu), "race de Beauce" (fauve, gris à taches
noires). Il a servi de chien de guerre pendant la première guerre mondiale (dans les pedigrees de
l'entre-deux-guerres, rédigés à la main, il n'était pas rare d'avoir sous le nom d'un ascendant, "mort au
front") et a entamé une deuxième carrière de chien de défense. Même si son poids est un peu un
handicap pour l'hélitreuillage, il est un bon chien de recherche en décombres et d'avalanches.
Cote : C'est une des races les plus populaires en France (il se situe de façon très stable dans les 15
races préférées et même dans le tiercé des bergers les plus populaires chez nous aux côtés des Bergers
Allemands et Bergers Belges Malinois, sa cote utilitaire ne s'est jamais démentie), le plus produit des
bergers français, les effectifs sont stables (autour de 3500-4000 naissances par an, cheptel d'excellente
qualité). Au cours du 20e siècle, avec la raréfaction des troupeaux, son utilisation s'est diversifiée, par
© www.kidiwah.com
exemple il s'illustre dans les sports de défense, avec sauts, obéissance, mordant, éventuellement
pistage. Par contre, il est très peu connu à l'étranger. A part la Belgique et la Suisse, aucun pays ne
présente de base d'élevage un peu étoffée. Mais cela commence à bouger. Aussi à l'aise sous la
canicule que sous la neige, on en trouve entre autres en Finlande et en Afrique et surtout à la Réunion
où il a fait souche il y a une quarantaine d'années. 3231 naissances LOF en 2006.
Les Plus : Un tempérament fort mais stable. C'est un des plus beaux et des plus robustes athlètes du
monde canin et si son gabarit n'en fait pas le chien de tout le monde, il peut contenter une large
clientèle. Les particuliers l'aiment parce qu'il représente le bon gardien et un compagnon loyal, franc et
sportif ; les utilisateurs aiment sa polyvalence (armée, recherche de personnes, douanes, chien de
décombres et d'avalanches, chien guide d'aveugles). Dans l'ensemble, il aboie peu mais à bon escient.
Peu d'entretien.
Les Moins : On trouve dans cette race des lignées de super-durs qui résistent à tout, et aussi
inversement, des lignées de sensibles hyper-émotifs. Il ne convient pas pour des personnes âgées,
laxistes ou autres dilettantes qui ne connaîtraient que des déboires (le chien occuperait immédiatement
la place laissée vacante dans la hiérarchie). Sa brusquerie n'en fait pas le compagnon idéal des
personnes à faibles moyens physiques. Même parfaitement éduqué, le Beauceron peut se laisser
emporter par sa fougue. Un chien apte à faire monter un taureau récalcitrant dans un camion n'est pas
contrôlable par n'importe qui. Mais il ne faut pas non plus confondre caractère et agressivité. Par
ailleurs, il est du style à aimer rester sous la pluie, à se rouler dans la gadoue et ensuite à venir vous
dire bonjour de façon débordante…
Généralités du standard : La taille minimum du mâle est de 65 cm, ce qui constitue le
maximum pour la plupart des autres races bergères. Il peut atteindre 70 cm et un poids d'une
cinquantaine de kilos (soit 10 à 15 kg de plus que les principaux bergers). La taille de la femelle
oscille entre 61 et 68 cm au garrot pour 5 à 10 kg de moins. Les oreilles étaient taillées en pointe pour
que l'ensemble de la tête garde une expression bergère. Les oreilles naturelles sont pendantes, plutôt
grandes et flottantes, un peu comme celles du Labrador. La sélection sur le port naturel n'existe pas
encore vraiment. Le corps est un compromis entre une conformation allongée, fort élégante, et des
proportions vraiment trapues, massives, larges, avec une cage thoracique ronde. Il n'est jamais bas sur
pattes, ni enlevé. La queue est longue et forme un crochet à l'extrémité (comme un "J") et il la porte
basse. Le poil est ras sur la tête et le devant des pattes, court mais jamais ras (3-4 cm) sur le reste du
corps. De légères franges sont présentes aux cuisses et au-dessous du corps. Le poil est plat et rude,
surtout pas ondulé, doublé d'un sous-poil fin et serré de couleur grise qui ne doit jamais apparaître à
travers le poil noir et feu de couverture. Le chien est à dominante noire, avec des marques fauves
rouge au-dessus des yeux, au museau, au poitrail, aux pieds et aux poignets (voire plus haut) et sous la
queue. La démarcation entre les deux couleurs ne doit pas former une ligne nette. Quelques poils
blancs au poitrail sont tolérés mais nullement recherchés. Pour l'arlequin, le noir est remplacé par un
fond gris tacheté de noir, de façon à ce que ces deux couleurs (gris et noir) aient approximativement la
même importance (ce qui est assez difficile à obtenir). Il faut éviter trop de charbonnures qui font
disparaître les pastilles feues au-dessus des yeux. Les yeux doivent être aussi foncés que possible, un
oeil clair ou jaune est un défaut important. Enfin, le beauceron est caractérisé par ses fameux ergots
doubles, bien séparés et placés le plus bas possible aux pattes arrières (leur absence est un point de
non-confirmation). Il s'agit davantage d'un signe distinctif de race que d'un atout utilitaire. La
panardise des postérieurs (pieds tournés vers l'extérieur) est un défaut assez fréquent qui peut aller
jusqu'au refus de confirmation.
Pour exceller dans de nombreuses utilisations (obéissance, pistage, agility), il doit rester alerte,
vif et médioligne dans sa construction. Les mâles ne doivent pas présenter des têtes trop féminines ;
les museaux trop longs affinant la tête, il faut donc garder une bonne largeur pour les mâles.
© www.kidiwah.com
Caractère : Franc, courageux, d'un dynamisme à égale distance de la nervosité et de la placidité. Il a
un fort caractère, une vraie personnalité : il doit avoir un comportement franc et direct, dynamique et
courageux dans le travail, tout en restant maniable et obéissant, sans être trop excitable ou s'emporter
excessivement dans le feu de l'action (on le dit "sage-hardi", deux qualité qu'il met merveilleusement à
profit dans de nombreuses disciplines et dans la vie de tous les jours, dès lors qu'il est correctement
éduqué). Pour une éventuelle réaction rapide, on s'attend à ce que le retour au calme soit tout aussi
rapide. Ce tempérament frondeur, énergique, style déménageur jusque dans ses manifestations de
tendresse, est visible dès son jeune âge. C'est un chien un peu brutal mais sans méchanceté, pas du
genre délicat !
Il est têtu et reste longtemps tête en l'air (il n'est pas mature tôt), on a du mal à le motiver
parfois. Il ne s'agit pas de lui endurcir le caractère, mais au contraire de lui apprendre un minimum de
bonnes manières pour l'associer au maximum à tous les déplacements de la famille. Car par ailleurs, il
est très attaché aux siens ; très prévenant et voulant toujours bien faire, il en devient parfois pot de
colle ! Vous ne risquez pas de le casser en canalisant son énergie et son agressivité. Il peut se plier à
une discipline sévère sans y perdre sa bonne humeur. Son caractère commence véritablement à se
dessiner entre 6 et 9 mois : à partir de ce moment, il faut être attentif lors des rencontres avec des
sujets du même sexe car les envies de jeu s'estompent et les rivalités s'installent.
Il a besoin de la présence de son maître (le suivre partout est un de ses plus grands plaisirs) et il
supporte l'oisiveté, à condition de pouvoir se dépenser : marche, vélo, équitation, jogging, il se fera un
plaisir de vous accompagner. Si vous avez de jeunes enfants, ou si c'est votre premier spécimen de
cette race, préférez une femelle dont l'instinct maternel la rendra un peu plus patiente. Ce chien joue
parfois de façon brutale, sa puissance fait qu'il convient mieux pour les grands enfants et il ne se
lassera jamais de rapporter des objets, de courir, de jouer au ballon... Il sera pour eux un ami patient et
un protecteur très sûr, il est d'ailleurs très "famille".
Il n'est pas fugueur et vous pouvez le lâcher sans souci une fois intégré le rappel (ce qui se fait
assez naturellement chez lui) ; obéissant, sage, c'est un compagnon de voyage idéal, doublé d'un super
ange gardien. Lors des promenades, il aura tendance à tourner autour de son petit monde pour le
rassembler, reportant sur sa famille son instinct de conduite ; son atavisme de chien de berger peut
aussi le conduire à vous pousser de l'épaule, comme il le ferait avec des moutons. Il peut accueillir très
fraîchement les visiteurs, se montrer méfiant et a même gardé, en plus de son instinct berger,
l'habitude de "pincer" vigoureusement et sans crier gare. Il n'est pas foncièrement aboyeur et ne
donnera de la voix qu'à bon escient, se contentant souvent de fixer l'inconnu de l'autre côté du portail,
jouant à fond la carte de la dissuasion. Ce n'est pas un chien méfiant : lorsque le maître est présent et
qu'aucun danger ne menace, le visiteur se verra courtoisement accueilli.
La solitude ne lui convient pas et si vous êtes absent toute la journée, il vaut mieux prendre un
2e chien, en veillant à la compatibilité des caractères. Ce chien se montre en effet souvent dominant
avec ses congénères. Une miniature ne conviendra pas trop non plus à ses viriles parties de jeux !
La femelle est plus malléable mais très performante pour la garde. Elle démarre au quart de
tour, se montre plus vivace, mais par contre peut se montrer un poil irritable lors de ses chaleurs. Le
mâle se met en alerte tout aussi vite mais est moins fonceur. Par contre son caractère affirmé le pousse
à souvent vouloir s'imposer.
Ce chien porte un intérêt aux autres animaux et on le retrouve avec les troupeaux ou beaucoup
dans les centres équestres. Au niveau des qualités bergères, la conduite est son terrain de prédilection,
il rassemble, guide et contient avec une grande aisance ; il est à l'aise avec les moutons mais aussi avec
les bovins. Sa taille, sa puissance et son courage lui permettent également d'assurer la garde de
l'exploitation et à l'occasion la protection du troupeau. Par rapport au Border Collie, il est moins à
l'aise dans la conduite à distance mais peut-être meilleur pour pousser un gros troupeau, jouant de sa
stature.
Education : Il est conseillé d'avoir quelques notions de psychologie canine pour mener à bien son
éducation. N'oublions pas que le Beauceron est un chien grand et puissant. Vous devrez vous faire
© www.kidiwah.com
respecter de votre chien, vous imposer, et définir clairement la hiérarchie dès son arrivée. Par exemple
touchez ou retirez-lui sa gamelle lorsqu'il est petit pour tester sa réaction : s'il grogne, remettez-le au
pas. Définissez son lieu de couchage et évitez de le prendre sur vos genoux (il ne restera pas un poids
plume !) L'ordre donné doit être exécuté. Respectez le sommeil du chiot et ne le sollicitez pas sans
cesse, même si vous espérez ainsi avoir la paix les premières nuits.
Adulte, le Beauceron a un sens très développé de la protection. Aussi, on veillera dans sa
jeunesse à le sociabiliser au maximum avec les gens, les animaux et les congénères (promenez-le au
marché, sur les foires) : un bon gardien est un chien sûr de lui, qui n'a pas peur de l'homme. Ne laissez
jamais entrer quelqu'un tout seul. A partir du moment où les portes ne sont jamais ouvertes sans le
maître, le chien garde d'instinct. Il se montre volontiers dominateur si l'on manque de poigne, ne
l'encouragez pas là-dedans. Ne lui laissez pas gouverner la maisonnée d'endroits où il assoit son
autorité (sur le canapé ou autre). C'est une force de la nature, le mâle, qui ne fait pas dans la dentelle,
sera dur à contrôler de par sa stature s'il est mal élevé ; mais son énergie doit être canalisée par
l'éducation, même pour devenir un chien de famille.
Il peut briller dans toutes les disciplines pourvu qu'il en ait une… Le Beauceron peut devenir
un galopin insupportable ou bien un compagnon irremplaçable. Défoulez-le. N'hésitez pas à vous
rendre dans un club d'éducation, d'autant que cela permettra de l'habituer à ses congénères. Le mâle est
doté d'une autorité naturelle qui peut l'amener à décider à la place d'un maître faible ou hésitant.
D'autant qu'il n'aime pas être contraint : il faut l'amener à prendre du plaisir au travail que vous lui
demandez. Lorsque vous l'aurez mis en marche, rien ne l'arrêtera et il faudra assurer : plus vous lui
apprendrez d'exercices et plus il voudra en faire, et plus il voudra en apprendre d'avantage ! Il faut de
la patience et de la rigueur, de la cohérence, il n'oublie rien, mais il faut attendre, ne pas le lasser par
des exercices répétitifs ou trop longs, et un jour, ça vient, et d'un grand dadais dégingandé, on passe à
un chien sérieux, extrêmement dissuasif, un défenseur de premier ordre.
Même si vers 10 mois il paraît adulte, ne vous y trompez pas, il n'atteindra pas sa plénitude
avant 2 ans, 2 ans ½. Cela permet de moduler son apprentissage, de l'affiner dans le temps. Il est
inutile de vouloir brûler les étapes en espérant qu'il soit parfaitement aux ordres avant 1 an, il n'est pas
précoce. Le tout réside dans une bonne adéquation entre fermeté et douceur, de manière à le dominer
sans l'étouffer, ni l'inquiéter ou le menacer, et à lui permettre de s'exprimer sans qu'il l'emporte. A 10
mois, les rudiments du savoir-vivre en société et les ordres de base (viens, assis, couché) devront avoir
été parfaitement assimilés. La femelle est traditionnellement un peu plus docile que le mâle. Pour
avoir un tel chien, vous devez aller droit à l'essentiel et ne pas vous perdre dans des détails, avoir un
contact régulier avec la nature sans être obligatoirement un campagnard. Vous devez avoir un
caractère trempé sous des dehors placides, ne pas être casanier, aimer vous activer, avoir de l'autorité
et de la poigne.
Lui faire pratiquer l'Agility, si vous aimez, pourra vous aider à le canaliser, mais pour la
compétition, d'autres races, moins brusques et moins têtues, sont plus adaptées à cette discipline.
Néanmoins, les sujets courts et carrés, relativement légers, avec un rein pas trop large, sont avantagés
par rapport à ceux de format plus rectangulaires. C'est le revers de sa polyvalence : il est bon partout
mais manque de pointu dans certaines disciplines (Ring…) D'où finalement l'obligation d'avoir des
origines différentes selon l'utilisation voulue. Pour en revenir à l'Agility, il faut un chien gai et allant,
ne pas tarder dans son éducation (bien avant 6 mois) pour profiter de son côté gamin et joueur, tout en
ne lui imposant pas d'obstacles trop hauts bien sûr. Cherchez plus dans les lignées bergères (prise
d'initiatives) que dans celles qui ont émergé en Ring (qu'on mécanise d'avantage). Et si vous visez le
très haut niveau, ne choisissez le Beauceron que si vous êtes un amoureux de la race, car cela sera
donc un peu plus difficile qu'avec d'autres (rapport au Ring, les bergers ont sélectionné des chiens qui
ne mordent pas par exemple). Sa maturité tardive le dessert devant les Bergers Belges ou Allemands.
Les techniques pour amener cette race au niveau sont différentes. Il ne supporte pas le domptage, ni
l'injustice, et a surtout besoin d'un bon conducteur pour ne pas se rebeller ou se buter. Le Campagne
lui convient mieux car on y demande de l'endurance et de l'initiative.
N'essayez pas de démarrer plusieurs disciplines à la fois car il y a beaucoup de risques
d'incompréhension de la part du chien. Certaines activités ne sont pas complémentaires et même
© www.kidiwah.com
opposées dans leur apprentissage. Le Berger Allemand se prête mieux à la répétition des exercices, il
aurait un caractère beaucoup moins indépendant et aussi beaucoup moins d'esprit d'initiative ; le
Beauceron, par ses origines de gardien de troupeau, a été habitué à se débrouiller seul devant les
difficultés, l'obstacle ou l'agression.
Entretien et Santé : Une santé de fer, rustique, y compris dans sa reproduction : pas de problèmes
particuliers de fertilité chez les reproducteurs, ni de césariennes, ni de manques de qualités maternelles
chez la chienne. Les portées comprennent 5 à 8 chiots.
Il est très endurant et a une faculté de récupération incroyable : le randonneur sera fatigué bien
avant son chien ! Il se montrera tout aussi à l'aise pour suivre un cavalier dans de longues
chevauchées. Il est très rapide et on peut le chronométrer en train de galoper à 35 km/h sans qu'il
paraisse aucunement souffrir de son effort. Un maître sportif est donc un plus pour lui ! En exposition,
les allures sont particulièrement importantes (puissantes, allongées, faciles, avec de la propulsion). Un
Beauceron qui, même s'il ne travaille pas, a l'occasion de se dépenser largement, développe une
magnifique musculature particulièrement impressionnante. L'appartement ne lui convient pas
tellement et, même en maison, il faut lui offrir un exercice journalier suffisant, ce n'est pas le genre de
chien à se contenter d'un bout de jardin... Ce n'est pas fondamentalement impossible mais c'est plus
envisageable avec des chiens adultes replacés et ayant affaire à des maîtres compétents et surtout
disponibles. Il a plus besoin de se dépenser qu'un molosse plus gros mais de tempérament placide.
Trouvez la meilleure façon de canaliser son énergie. En plus de courir, il aime aussi nager et tracter !
Si vous êtes motivé, lui le sera également ! Il tire aussi très honorablement son épingle du jeu en
Obéissance. A côté de ça, il apprécie le confort d'un foyer et ne rechignera pas devant une couche
confortable à côté de la cheminée ! Bien défoulé par ailleurs, il vous prouvera qu'il peut jouer les gros
paresseux lézardant au soleil.
Pour le poil, un coup de brosse dure suffit, il faut l'étriller plus souvent en période de mue. Le
sous-poil sera plus développé si le chien vit dans un climat froid. Même si l'entretien se réduit au strict
minimum, faites-le quand-même, surtout petit, cela habitue le chien à être manipulé et crée un
moment privilégié avec lui. Cela permet aussi de détecter une anomalie comme une plaie, une
grosseur ou des parasites. Pensez à vérifier ses ongles, notamment ceux des ergots qui ne touchent pas
le sol et donc ne s'usent pas.
Ce rude gaillard supporte parfaitement les grosses chaleurs, adore la neige, et il fréquente peu
le vétérinaire. Il peut facilement vivre dehors dans une niche confortable, mais recherchera avant tout
la présence de ses maîtres. Il faut bien suivre sa croissance et savoir que même sa ration d'entretien est
imposante. Il vaut mieux distribuer l'aliment en deux repas, en évitant toute grosse activité (jeux…)
ensuite, pour prévenir la terrible torsion d'estomac. C'est d'autant plus vrai que ce chien est gourmand,
voire vorace : doté d'un féroce appétit, un Beauceron engloutit plus qu'il ne mange... Son estomac est
profond, il faut donc le rassasier : choisissez des croquettes standard plutôt qu'hyperdigestibles, et
réhydratez-les pour faire du volume. Vous pouvez rajouter des légumes, du pain dur. La diète chez le
Beauceron est plutôt un symptôme inquiétant ! L'affection la plus courante semble actuellement être
le retournement de paupières dû à une microphtalmie (œil trop petit). La dysplasie de la hanche n'est
pas inconnue dans la race et les reproducteurs sont radiographiés.
Particularités : Des ergots doubles à l'arrière. Certains sujets présentent des aplombs déviés vers
l'extérieur. La confirmation peut avoir lieu à partir de 15 mois.
La variété arlequin semble avoir conservé un atavisme encore plus marqué que la noir et feu
pour le troupeau. Cette couleur est récessive par rapport au noir et feu et on peut donc la trouver dans
une portée issue de deux parents noirs et feu porteurs.
La coupe des oreilles se pratiquait sous anesthésie vers la 7e semaine. Suivant les goûts,
l'oreille était longue et très pointue ou un peu plus courte avec un léger galbe. Pansements et tuteurs
étaient nécessaires dans le 1er cas pendant quelques semaines, alors que le pavillon se redressait assez
© www.kidiwah.com
bien tout seul dans le 2ème. Lorsque l'otectomie était correctement réalisée, il n'y avait pas d'échec et
l'oreille ne retombait jamais.
Parmi tous les chiens de berger, le Beauceron est un des rares à être aussi compétent sur bovins
que sur ovins. Il existe un TANT (test d'aptitudes naturelles sur troupeau) que passent une centaine de
Beaucerons chaque année, jamais plus de deux fois et sans aucune préparation. Le chien doit avoir des
réactions appropriées face aux moutons : peur et agressivité sont des motifs rédhibitoires de refus.
Pour faire avancer sa cotation, le chien doit aussi passer un TAN avec coup de feu et menace au bâton
pour vérifier l'équilibre et la fermeté de son caractère. A la suite de demandes de particuliers attirés par
une utilisation pastorale de loisirs de leur chien, la Commission Nationale des chiens de troupeaux a
mis en place, avec la participation de bergers professionnels, des stages de formation et de
perfectionnement à l'utilisation du chien sur troupeaux. Ces stages sont sanctionnés par le Certificat
d'Aptitudes à la Conduite du Chien de Berger sur Troupeaux (CACCBT), qui autorise le particulier à
se présenter dans les concours inter-races de travail sur troupeaux, organisés sous l'égide de la SCC.
Parmi les axes de la politique du Club, le prix modique conseillé pour les saillies d'étalons
recommandés (300 €), afin d'encourager justement l'utilisation des meilleurs éléments pour la
reproduction.
On dit que les femelles sont plus faciles à élever que les mâles.
Prix : De 450 à 700 €.
Longévité : 12-13 ans. Ce chien vieillit bien tout en restant beau.
Cotation des Géniteurs : 1 point : chien confirmé.
2 points : 1 Excellent ou 1 Très Bon en exposition et Excellent au Test
de caractère + indemne de dysplasie.
3 points : Excellent et en Morphologie et au Test de Caractère en
Régionale d'Elevage ou Nationale d'Elevage ; le TB en morphologie est possible à condition que le
chien pratique à haut niveau une discipline utilitaire, sélective (voir + bas à 4 points) + indemne de
dysplasie.
4 points (Recommandé) : Chien Excellent Plus en Morphologie et
Excellent au Test de Caractère, et retenu pour la Recommandation en NE ; ou Excellent Simple en
morphologie, plus les critères exigés pour l'exemption des test de caractère (chien de travail ring II,
RCI II confirmé, modioring confirmé, brevet de troupeau, admissibilité et TLS pour le pistage) +
indemne de dysplasie.
5 points (Elite B) : Sujet indemne de dysplasie, non recommandé,
ayant été présenté en RE ou NE et ayant produit en 1ère génération, pour les mâles : 8 descendants dont
au minimum 2 cotés 4 et 6 cotés 3 avec 2 à 5 lices différentes ; pour les femelles : 5 descendants dont
au minimum 2 cotés 4 et 3 cotés 3 + indemne de dysplasie. Le tout passant en Commission d'Elevage
et devant être approuvé par le Comité du Club.
6 points (Elite A) : Même chose mais le chien doit lui-même être
recommandé.
Son Club : Club des Amis du Beauceron, Présidente Katerine Couteau, 17 rue Sainte-Blanche,
31200 Toulouse, Tél : 05 61 23 83 83. [email protected] Responsable de l'information :
Jeannine Soulier, 10 chemin du Luhéré, La Neuville, 27180 Claville. Tel : 02.32.24.21.02.
[email protected]
Son Site : www.amisdubeauceron.org ; http://beaucechientravail.free.fr/beauceron_sportif.html
Vous le Connaissez : On en voit une meute dans le film "L'Ours" de J.J. Annaud : 9 chiens
brevetés en Ring, la race ayant été choisie pour son sérieux, son calme, son obéissance sans faille et sa
prestance.
© www.kidiwah.com