Retour à Physiologie de la circulation La pression sanguine est la

Commentaires

Transcription

Retour à Physiologie de la circulation La pression sanguine est la
La_pression_artérielle
Retour à Physiologie de la circulation
La pression sanguine est la force hydrostatique exercée par le sang contre la paroi d?un vaisseau sanguin. Elle est
déterminée par le débit cardiaque et par la résistance périphérique due au frottement. La
pression sanguine à la sortie du c?ur est pulsative, mais non intermittente. Ce phénomène est dû à la compliance
des artères élastiques, qui absorbent la pression de la systole ventriculaire, et à leur élasticité qui maintien une
pression sur le sang même lorsque le c?ur est complètement au repos. La pression artérielle oscille donc entre la
pression systolique et la pression diastolique, phénomène percevable par le pouls.
Le débit sanguin est le volume de sang qui s?écoule en un temps donné. Il varie directement en fonction de la
différence de pression entre deux points et indirectement en fonction de la résistance périphérique. La résistance est
la force qui s?oppose à l?écoulement du sang sur la paroi des vaisseaux sanguins. Elle dépend de la viscosité du
sang (qui elle-même dépend du contenu en cellules et en protéines), de la longueur des vaisseaux sanguins et de
leur diamètre.
La surface totale en coupe transverse des vaisseaux sanguins augmente progressivement dans le réseau artériel et
devient maximale au niveau des capillaires. En effet, le sang progresse vers des conduits plus petits, mais qui,
collectivement, possèdent un diamètre total plus important. Comme le débit sanguin (en volume par minute) est
constant dans tout le système circulatoire, la vitesse (en cm/s) d?écoulement du sang diminue. Parallèlement, la
pression diminue alors parce que, les vaisseaux étant plus petits, la résistance augmente et entraîne une dissipation
de l?énergie cinétique du sang.
La pression demeure faible dans le réseau veineux, parce que le sang n?y subit plus l?influence du travail
cardiaque. La pompe musculaire désigne le mécanisme par lequel la compression transitoire des vaisseaux
sanguins musculaires entraîne un gradient de pression local favorisant le retour du sang vers le c?ur. En effet, les
valvules veineuses empêchant le reflux sanguin, une augmentation de pression locale déplace forcément le sang
vers le c?ur.
La pompe respiratoire est un mécanisme semblable. Lors de l?inspiration, l?abaissement du diaphragme comprime
la cavité abdominale et y augmente la pression. Cette augmentation de pression est passivement transmise aux
veines intra-abdominales. Simultanément, l?inspiration entraîne une diminution de pression thoracique transmise
aux veines intra-thoraciques et à l?oreillette droite. Un gradient de pression est donc mis en place entre les veines
systémiques et le c?ur, favorisant le retour veineux. Les valvules empêchent évidemment le phénomène inverse de
se produire lors de l?expiration.
1

Documents pareils