Discours Gérard Hamel voeux Agglo du Pays de Dreux 2016

Commentaires

Transcription

Discours Gérard Hamel voeux Agglo du Pays de Dreux 2016
Vœux de l'Agglo du Pays de Dreux
aux partenaires institutionnels aux élus et aux acteurs économiques
Discours de Gérard Hamel, Président
Parc des Expositions de Dreux - Vendredi 22 janvier 2015
Monsieur le Préfet d'Eure-et-Loir,
Monsieur le Sous-préfet de l'arrondissement de Dreux,
Monsieur le Député, Cher Olivier,
Monsieur le Sénateur, Président du Conseil général, Cher Albéric,
Madame le Sénateur, Chère Chantal,
Madame et Monsieur les Conseillers régionaux,
Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux,
Mesdames et Messieurs les Vice-présidents, les membres du Bureau, les Maires et les Élus
de l'Agglo du Pays de Dreux,
Madame le Commissaire de Police, Monsieur le Commandant de Gendarmerie,
Mesdames et Messieurs les Directeurs des services de l'État et des collectivités locales,
Mesdames et Messieurs, Chers Amis,
Merci à tous d'avoir répondu à notre invitation. Vous êtes plus nombreux ce soir que les
années précédentes car j'ai décidé de mettre, plus que jamais, cette soirée sous le signe
de l'entreprise. C'est pourquoi j'ai souhaité que soit invitée la totalité des 9.152
entreprises inscrites au registre du commerce sur le territoire de notre agglomération.
J'ai aussi, comme c'est la tradition, invité les partenaires institutionnels, les représentants
de l'État et des administrations locales, mais aussi, bien sûr, les 1.160 élus des 78
communes de l'Agglo du Pays de Dreux.
C'est donc, plus que jamais, une rencontre entre les décideurs économiques et les
décideurs politiques locaux que nous organisons ce soir.
C'est à vous, les entrepreneurs, vous qui prenez des risques, vous qui innovez, vous qui
créent la richesse, c'est à vous qui êtes les principaux contributeurs de l'intercommunalité,
que nous devons d'abord rendre des comptes et dire où nous allons.
Page 1 sur 14
Mais c'est aussi aux maires et aux élus de nos 78 communes que l'intercommunalité doit
rendre compte de son action car elle est menée en leur nom.
La Communauté d'Agglomération du Pays de Dreux n'est en effet qu'une émanation des
communes, une structure coopérative où les communes ont décidé de mettre en commun
leurs ressources pour les employer à la bonne échelle, afin de générer des économies tout
en ayant plus d'efficacité dans le service rendu.
En 2015, l'Agglo du Pays de Dreux a exécuté son premier budget en propre.
En effet, en 2014, première année d'existence de notre grande agglo, notre budget n'était
que la somme des budgets préparés fin 2013 par les communautés qui ont fusionné le 1er
janvier 2014.
Le budget 2015 a été donc le premier à résulter véritablement de notre travail en
commun.
Et il a traduit, par l'organisation des services et les priorités données, une vision partagée
de ce qu'il nous semblait devoir être fait.
C'est-à-dire de continuer à rendre nos services aux habitants, avec le même niveau de
qualité qu'auparavant, et si possible mieux encore, tout en réduisant les coûts, mais aussi
de mener à bien des projets d'investissements qui avaient été élaborés par les
communautés de communes.
Concrètement, cela a abouti en 2015 à des réalisations structurantes, tel un nouveau
complexe sportif consacré à la danse et aux arts martiaux à Saint-Lubin-des-Joncherets,
un accueil de loisirs pour la petite enfance ainsi qu'une crèche à Ezy-sur-Eure, un parkingvoyageurs digne de ce nom à la gare de Marchezais-Broué, ou encore le déploiement ou
l'amélioration du réseau d'assainissement collectif dans les communes du sud-ouest de
Dreux ainsi que dans certains quartiers de Dreux et de Vernouillet.
Page 2 sur 14
Mais l'année 2015 a aussi été marquée par le lancement de grands chantiers et de
services nouveaux qui vont contribuer à faire progresser sensiblement la qualité de vie sur
notre territoire.
Je veux d'abord parler de l'aménagement numérique, avec la montée en débit dans les
zones mal desservies et surtout l'arrivée du très haut débit à domicile via la fibre optique
qui a été déployé dès 2015 dans les cinq communes de la vallée d'Avre.
Ce déploiement va se poursuivre en 2016 dans des communes du secteur d'Anet, du sud
et de l'est de Dreux, et à l'ouest de Brezolles, puis, progressivement jusqu'en 2020, dans
toutes les villes et tous les villages de notre agglomération.
Je veux ensuite évoquer un autre grand progrès amorcé en 2015, qui porte sur
l'organisation des transports en commun à l'intérieur de notre territoire.
Après deux ans de travail, un nouveau marché conclu avec un délégataire de service
public prévoit une montée en puissance de l'offre de transport en commun qui a vocation,
progressivement, à desservir et à irriguer toute notre territoire.
Ce service représente un enjeu vital pour le désenclavement et la qualité de vie dans nos
villages mais aussi pour accompagner notre développement économique.
Parmi les autres leviers d'aménagement du territoire, et donc de développement
économique, sur lesquels nous nous sommes particulièrement appuyés en 2015, il y a bien
sûr le projet d'autoroute A154. Il progresse enfin avec des tracés désormais établis et la
perspective d'une enquête publique mi-2016 pour le lancement de l'appel d'offre aux
concessionnaires potentiels à la fin de cette année.
Il y a aussi un certain nombre d'outils de planification dont nous nous dotons et qui
traduisent la vision que nous avons-nous, élus, d'un développement à la fois dynamique et
maitrisé de notre territoire, avec une répartition harmonieuse des équipements publics et
des infrastructures, qu'elles soient à vocation économique, de services publics ou
d'habitat.
Page 3 sur 14
Ces plans seront réunis, à la fin de 2016, dans le Schéma de Cohérence Territoriale de
l'Agglo du Pays de Dreux qui est élaboré sous l'égide d'Olivier Marleix, notre député qui est
aussi le Vice-président en charge de l'Aménagement du territoire.
A quoi servent ces plans ? A réfléchir avant d'agir et à fonder notre action sur des analyses
solides et des perspectives claires.
A partir de cette réflexion, nous pouvons décliner notre stratégie de développement
économique, nos investissements et nos efforts pour maitriser le développement de notre
territoire en tirant le meilleur parti de ses atouts.
Sachant que nous sommes bien conscients, soyez-en certains, que nous ne sommes que
des facilitateurs, des accompagnateurs, et que le vrai développement économique, la
richesse, la création de valeur ajoutée et d'emploi, c'est vous, les entrepreneurs, qui par
vos décisions en détenez les clés.
C'est parce que j'ai cette conviction profondément ancrée que je souhaite orienter l'activité
du service de Développement économique de l'Agglo vers un accompagnement beaucoup
plus proche et beaucoup plus proactif de toutes les entreprises du territoire.
Il va de soi que nous devons continuer notre travail de marketing territorial et de
promotion externe, pour attirer des entrepreneurs dans le Drouais, mais je souhaite aussi
que nos services ne soient plus seulement à la disposition des entreprises de l'Agglo qui
auraient besoin de nous mais que nous allions à leur rencontre de façon systématique.
Cette démarche proactive sera menée par trois chargés de développement territorial, qui
auront chacun à la fois un secteur et un domaine de spécialité. Nous aurons aussi un
chargé de mission dédiée au commerce.
Si, par cette organisation et cette connaissance systématique du tissu entrepreneurial –
qui compte, je le répète plus de 9.000 entreprises de toutes sortes – nous pouvons
apprendre et nous améliorer, si nous pouvons faire avancer une idée, apporter un conseil,
partager une information, mettre en relation des partenaires potentiels, si nous pouvons
Page 4 sur 14
aider à défricher le maquis administratif ou faire sauter un verrou, et si cela conduit au
final à créer de l'emploi dans quelques dizaines voire quelques centaines d'entreprises,
alors nous donnerons un puissant coup d'accélérateur au développement endogène de
notre bassin d'emploi.
Toujours au titre de l'emploi, je veux vous annoncer ce soir une autre initiative, qui est la
mise en ligne aujourd'hui même du Portail de l'Emploi en Pays de Dreux.
Ce moteur de recherche développé pour l'Agglo du Pays de Dreux recense en temps réel,
sur tous les sites spécialisés, la totalité des offres d'emplois, de stages et de formations
disponibles dans un rayon de 50 kilomètres autour de Dreux.
C'est un outil simple et puissant que nous mettons aujourd'hui à disposition de tous les
demandeurs d'emploi et de toutes les entreprises.
Il regroupe à ce jour plus de 6.467 offres de tous ordres, et j'espère qu'il aura, là-encore,
un rôle facilitateur pour aider à rapprocher l'offre et la demande.
Enfin, toujours au titre de nos efforts en soutien aux entreprises et à l'emploi, je veux
souligner une décision qui est un peu passée inaperçue tant elle semblait évidente mais
qui est, en réalité, lourde de sens et de conséquences : c'est la décision prise par
l'ensemble des élus de l'Agglo du Pays de Dreux de ne pas augmenter les taux de la
fiscalité intercommunale en 2016.
Fort heureusement me direz-vous ! Mais cela n'allait pas de soi.
Cela n'allait pas de soi parce que la production d'eau potable, l'assainissement des eaux
usées, la collecte et le traitement des déchets, l'entretien des équipements sportifs et le
fonctionnement des équipements culturels d'agglomération, le développement touristique,
les crèches, les haltes-garderies, les accueils de loisirs, le transport scolaire de 7.000
élèves chaque jour, les transports publics, les services rendus aux communes, l'entretien
des zones d'activité, et j'en oublie, tout cela a un coût. Et ce coût est d'environ 75 millions
d'euros par an.
Page 5 sur 14
Or l'État, pour tenter de réduire son déficit budgétaire, a décidé de baisser la dotation qu'il
nous verse chaque année en compensation des charges qu'il nous a transférées dans le
cadre de la décentralisation.
En 2016, cette baisse atteindra 5 millions d'euros de moins par rapport à la dotation
perçue en 2012.
Et l'année prochaine nous subirons un tour de vis supplémentaire de 1,5 millions d'euros,
soit une baisse de recettes de 6,5 millions d'euros en cinq ans, ce qui représente 8,6% de
notre budget de fonctionnement.
A tous les chefs d'entreprises qui sont ici je lance le défi de produire la même chose avec
8,6% de ressources en moins, et vous comprenez que nous sommes confrontés à un cruel
dilemme : soit augmenter nos ressources par l'impôt, soit diminuer nos dépenses.
Cette année encore, nous avons réussi à élaborer un budget équilibré, sans augmenter les
impôts, en réalisant des économies drastiques sur nos frais de structure. Je veux saluer ici
publiquement l'implication du Directeur Général des Services, M. Jean Jimenez, dans cet
effort couronné de succès et dans la direction des 500 cadres et agents qui travaillent avec
ardeur et dévouement à l'Agglo du Pays de Dreux.
Cet étranglement exercé par l'état est injuste, car les collectivités locales, toutes
ensembles, portent moins de 7% de la dette publique.
Et contrairement à la dette de l'État qui est aggravée chaque année depuis 40 ans par un
déficit annuel de fonctionnement, la dette des collectivités ne provient exclusivement que
des emprunts qu'elles font pour financer des investissements.
Cet étranglement est donc injuste mais en plus il est dangereux car les collectivités ont un
rôle vital dans l'activité économique et sociale de notre pays, ne serait-ce que parce
qu'elles réalisent 50% des investissements publics.
Déjà en 2015, sous le coup des baisses de dotation de l'État, l'investissement des
Page 6 sur 14
collectivités a baissé de 7,3%.
Cela fait 4 milliards d'euros de moins injectés dans l'économie.
C'est autant d'heures de travail perdues et d'entreprises fragilisées, de chiffre d'affaire en
moins, de marges effacées et donc de recettes fiscales envolées… Bref, un cercle vicieux,
une spirale de la crise dans laquelle notre pays continue de s'enfoncer quand tous les
voyants internationaux sont au vert : la croissance de nos partenaires économiques, la
baisse du cours du pétrole, la faiblesse des taux d'intérêt, tout devrait concourir à notre
dynamisme et à notre compétitivité, mais la machine France demeure désespérément
grippée : cherchez l'erreur !
Depuis 2008, malgré la violente crise internationale – devenue depuis une crise nationale
puisque seule la France n'en est pas sortie parmi les économies développées – depuis
2008 donc, le nombre de chômeurs a baissé, oui il a baissé sur notre territoire drouais.
Pour quelle raison ? Je pense que c'est tout simplement parce que les entreprises ont su
trouver des relais de croissance et de compétitivité. Et je veux croire qu'une partie de
cette compétitive provient de nos efforts de modération fiscale.
Les politiques n'ont aucun pouvoir de créer de l'emploi si ce n'est des emplois artificiels, à
court
terme
des
contrats
aidés,
subventionnés,
ou
postes
de
fonctionnaires
supplémentaires dont la charge asphyxie l'économie productive.
L'emploi ne se décrète pas ! Ce sont les entreprises qui créent l'emploi car ce sont les
entreprises qui créent la richesse.
Notre rôle est simplement de favoriser l'installation et l'épanouissement des habitants et
des entreprises. Cela consiste à rendre notre territoire fertile, j'emploi souvent cette image
car je la trouve très juste.
Pour cela, la collectivité publique a besoin de ressources pour créer des équipements et les
services qui assurent la qualité de vie et l'attractivité d'un territoire.
L'impôt est donc légitime quand il est juste et bien employé, et non quand il est
Page 7 sur 14
confiscatoire et gaspillé en pure perte.
C'est pourquoi je m'attache, en accord avec tous les élus intercommunaux, à ne pas
augmenter les taux d'imposition et à les maintenir à des niveaux qui soient équivalents ou
inférieurs à ceux des territoires voisins, afin d'offrir un regain d'attractivité au Pays de
Dreux et, surtout, un avantage concurrentiel à nos entrepreneurs locaux.
C'est un effort mais que nous faisons en conscience. Et cela implique des choix parfois
douloureux.
Car il n'y a pas de secret : pour offrir plus de services, il faut dépenser mieux ou plus. Pour
cela il faut que les recettes progressent.
Dans une économie atone, cette progression est en panne.
Alors on n'a que deux possibilités : augmenter les taux d'imposition ou augmenter la
dette.
Ici, à Dreux, nous avons décidé de ne faire ni l'un ni l'autre. Tandis qu'au niveau national
l'État fait les deux à la fois !
Mais les dettes d'aujourd'hui sont les impôts de demain et cette escalade nous mène à la
faillite.
Le Président de la République vient d'annoncer un plan d'urgence pour l'emploi de 2
milliards d'euros, dont la moitié devrait être à la charge des régions !
Je veux bien souscrire à toutes les initiatives et à tous les plans qui pourront relancer
l'économie et inverser enfin la courbe du chômage, en particulier les initiatives visant à
faire baisser les charges sur les entreprises telles que le Crédit d'Impôt Compétitivité
Emploi ou l'extension des zones franches urbaines, mais, de grâce, arrêtons d'empiler des
aides qui consomment et consument les deniers publics au lieu de les laisser à ceux qui
savent le mieux investir pour créer des richesses.
Ce dont les entreprises ont besoin ce n'est pas de plus d'aides ni de subventions
mais de moins de charges… et moins de normes aussi !
Page 8 sur 14
« Arrêtez donc d'emmerder les Français » disait Georges Pompidou à Jacques Chirac en
1966 ! « Il y a trop de lois, trop de textes, trop de règlements dans ce pays ! On en
crève ! Laissez-les vivre un peu et vous verrez que tout ira mieux ! Foutez-leur la paix ! Il
faut libérer ce pays ! »
Ces paroles de bon sens, prononcées il y a un demi-siècle, sont plus que jamais
d'actualité !
Moi je voudrais qu'on libère les entrepreneurs et les entreprises. Qu'on leur
foute la paix et qu'on les laisse créer, innover, risquer, tirer les leçons de leurs
échecs et toucher les dividendes de leurs réussites !
Voilà le premier vœu que je formule pour 2016 !
J'en formule un deuxième : c'est que la bonne entente qui règne entre tous les maires de
l'Agglo du Pays de Dreux demeure aussi remarquable qu'elle l'est aujourd'hui.
Nous avons des débats, parfois des désaccords, mais nous construisons depuis deux ans,
et cette année mieux encore que la précédente, des décisions collégiales, consensuelles et
constructives qui font de notre collaboration l'un des ferment de la réussite de notre
collectivité.
L'Agglo du Pays de Dreux est bien née, sous de bons auspices et dans un bon climat, et
cela ne se dément pas avec le temps, bien au contraire.
Depuis trois semaines j'assiste à de nombreuses cérémonies de vœux dans des
communes.
A chaque fois j'entends le maire exprimer publiquement sa satisfaction d'appartenir à
l'Agglo du Pays de Dreux et de bénéficier de la compétence de ses cadres et de la qualité
de ses services.
Je reçois souvent des journalistes ou des élus qui viennent s'enquérir de notre modèle
Page 9 sur 14
d'organisation et de gouvernance car nous sommes de plus en plus cités comme un
exemple de réussite en matière de coopération intercommunale à grande échelle.
Plus que jamais la démonstration est faite qu'une intercommunalité puissante et
gouvernée de façon apaisée et consensuelle est l'assurance vie des communes rurales.
C'est désormais dans ce cadre protecteur que certains envisagent de fusionner pour
former des communes nouvelles. Je salue et j'encourage ces initiatives qui vont dans le
sens de l'histoire autant que de l'intérêt bien compris de la promotion d'une ruralité
préservée mais moderne.
Plusieurs communes limitrophes, en Eure-et-Loir et dans l'Eure, ont délibéré pour exprimer
leur désir de nous rejoindre. D'autre sont venues me voir pour évoquer cette possibilité.
Nous pouvons être légitimement fiers d'être aujourd'hui à ce point attractif à leurs yeux.
Fidèle à ma doctrine, je ne courtise personne mais je ne ferme non plus la porte à
personne. Les communes sont souveraines et doivent être libres de choisir leur destin
comme bon leur semble.
C'est le sens de la délibération qu'à pris le Conseil communautaire en décembre dernier
qui se dit prêt à accueillir les communes qui voudraient nous rejoindre, pourvu que leur
situation géographique et les conditions techniques de leur rattachement le permettent
sans difficultés.
Je crois en tout cas que la démonstration est largement faite de la pertinence de notre
rassemblement intercommunal à grande échelle, sur les contours ou presque de notre
bassin de vie.
Je pense que les réformes intervenues récemment dans l'organisation territoriale avec une
relative spécialisation des collectivités dans certains domaines de compétences vont dans
le sens d'une rationalisation de l'action publique locale.
Je crois aussi qu'elles sont susceptibles de former progressivement deux couples de
collectivités appelées à développer des relations renforcées et privilégiées. Je veux parler
Page 10 sur 14
des communes avec les départements d'une part, et des intercommunalités avec les
régions d'autre part.
Cela ne signifie pas, bien sûr, que notre Agglo n'ait pas à faire avec le département d'Eureet-Loir !
C'est donc en tant que président de l'Agglo, mais aussi en tant que maire de Dreux et
président de l'association des maires d'Eure-et-Loir, que je tiens à saluer la réélection en
avril dernier d'Albéric de Montgolfier à la présidence du Conseil départemental.
Je tiens à saluer son travail en tant que rapporteur de la Commission des Finances du
Sénat où s'est montré remarquablement combatif face aux projets du gouvernement dans
les débats sur le budget 2016, et je tiens à dire que ses compétences et son talent sont un
atout remarquable dans un période si difficile pour nos collectivités locales.
Je salue aussi le choix qu'il a fait de ses vice-présidents et des missions qu'il leur a
confiées.
Je pense bien sûr à Jacques Lemare pour le développement du territoire, l'emploi et
l'aménagement numérique.
Je pense à Gérard Sourisseau qui pilote l'action sociale, c'est-à-dire le plus important
budget du département.
Et je pense à Evelyne Lefebvre, en charge de la Culture, qui est l'un des domaines, avec le
tourisme, dans lequel notre agglomération peut et doit se distinguer par la qualité de son
offre et donc son attractivité.
A leurs côtés, je veux saluer l'élection en mars dernier de Christelle Minard, Florence
Henri, Sylvie Honneur, Christophe Le Dorven et Francis Pecquenard.
Sur les 28 élus de la majorité départementale, huit sont issus de notre agglomération dont
trois sont vice-présidents. Je crois que cela garantit à l'agglomération drouaise et à toutes
Page 11 sur 14
ses communes d'être plus écoutées et mieux entendues à l'échelon départemental, et je
m'en réjouis.
Nous avons aussi connu à la fin de l'année dernière une élection régionale. Le président
François Bonneau a conservé sa majorité et il a été réélu. Je l'en félicite. J'ai toujours
trouvé en lui une oreille attentive et un interlocuteur ouvert aux propositions constructives.
La Région est désormais seule en charge du développement économique des territoires et
elle sera bientôt seule en charge des transports. C'est donc un partenaire d'une extrême
importance pour notre intercommunalité.
Aussi je compte tout particulièrement sur notre Vice-président en charge des relations
avec la région Centre, mon ami Patrick Riehl, maire de Saint-Rémy-sur-Avre, pour porter
nos dossiers, dans les arcanes de la Région qu'il connait si bien, et faire avancer notre
cause sur des sujets aussi vitaux que la tarification SNCF entre Dreux et Paris, le maintien
du soutien du Président Bonneau au projet d'autoroute A154, le développement de
nouvelles filières de formation professionnelle dans le drouais, ou l'accompagnement de
l'Agglo dans le développement de son attractivité économique.
Le troisième vœu que je formule ce soir est donc que l'entente et la coopération entre les
échelons de collectivités locales, c'est-à-dire entre nos communes, notre intercommunalité,
notre département et notre région soit plus fructueuse que jamais pour contribuer à
l'effort d'efficacité et d'économie qui nous est demandé par l'État, tout en maintenant la
dynamique de développement de notre territoire.
Pour finir par un dernier vœu, je ne peux pas éviter, en tant qu'élu comme en tant que
citoyen, d'évoquer l'actualité brulante qui occupe nos esprits en ce début d'année.
Une actualité qui nous amène si souvent à souhaiter que l'année 2016 soit meilleure que
l'année 2015.
Je veux parler des actes de terrorisme islamique qui ont ensanglanté Paris en novembre
dernier.
Page 12 sur 14
Il y a un an et un jour, le 23 janvier 2015, à cette même tribune, je formulais le vœu que
la barbarie que nous avions connu dix jours plus tôt ne puisse plus jamais se déchaîner
sur notre sol.
Je ne m'aventurerais pas à formuler un tel vœu aujourd'hui, tant je redoute d'être à
nouveau démenti.
Car n'oublions pas que ces attentats lâches et barbares n'étaient pas les premiers, loin de
là, et que dans ce crescendo de l'horreur, d'autres épreuves nous attendent peut-être
encore.
Je veux ici saluer le courage et le dévouement des soldats, des policiers, des gendarmes,
des pompiers qui force notre admiration et mérite notre plus grand respect. Dans les jours
sombres que nous vivons, les valeurs qu'ils incarnent sont plus que jamais une référence
pour la Nation et un exemple pour la jeunesse.
La France est cruellement frappée mais je veux partager avec vous ma conviction
profonde que la France se relèvera de ces attaques. C'est pour moi une certitude.
La France s'en relèvera car sa force d’âme est fondée sur des siècles de civilisation, de
culture et d'histoire.
La France s'en relèvera car le souffle de vie, la lumière incandescente de liberté, et d'abord
de liberté de pensée, qu'elle répand sur le monde sont infiniment plus puissants que les
ténèbres d'inculture et la pulsion de mort des fous d'Allah.
Ce que je redoute c'est que ces horribles tragédies arrivent à nous diviser.
Alors les terroristes auraient atteint leur but.
Mais je ne crois pas qu'ils y parviendront car plus on les attaque, plus les Français sont
solidement unis dans les valeurs qui fondent leur identité nationale.
Je redoute aussi que ces épreuves ne masquent, ou ne servent à masquer, dans les
Page 13 sur 14
médias et les discours politiques nationaux, d'autres réalités qui devraient nous préoccuper
au plus haut point.
Car la vraie question est de savoir si la France se relèvera de la crise économique, sociale
et morale dans laquelle elle est plongée depuis des années et où elle semble sombrer un
peu plus chaque jour.
C'est ce déclin morbide de la France qui est à l'origine des troubles qui agitent notre
société et c'est ce péril-là que je redoute le plus.
Cependant le déclin n'est pas inéluctable. Souvenons-nous que la France n'a jamais autant
rayonné qu'au sortir des pires épreuves.
Alors à vous tous, qui êtes les forces vives du Drouais, je vous adresse cette pensée de
Winston Churchill : « Le succès n'est pas final, l'échec n'est pas fatal : c'est le courage de
continuer qui compte. »
C'est sur ces mots que je veux vous souhaiter une bonne soirée d'échanges fructueux et
de tout cœur, à toutes et à tous, une bonne et heureuse année 2016, pleine d'espérance
et de succès dans tous ce que vous entreprendrez.
Page 14 sur 14

Documents pareils