SAISON 2016 - 2017

Commentaires

Transcription

SAISON 2016 - 2017
SAISON 2016 - 2017
ÉDITO
En ces temps de tourments et d’indifférence, les voix qui s’élèvent trop souvent sont celles de la méfiance et de la
discorde. Oubliées les questions d’éthique et en avant les amalgames. Il faut faire preuve d’autorité, peu importe
la cohérence. Et nos démocraties toujours en prises de ces tribuns dégueulant leur haine, spoliant le débat, abrutissant
tout discernement… Le ventre est encore fécond, d’où a surgi la bête immonde.
Il n’y a pas que des marchands d’armes et des assassins. Partout des femmes et des hommes œuvrent pour la paix et
transmettent leur humanité, nous le savons, l’arbre qui tombe fait plus de bruit que la forêt qui pousse.
Ensemble. Faisons acte de résistance face à la barbarie, affirmons nos différences. Revendiquons les lieux de la parole
et du dialogue. Osons aller à la rencontre des artistes : découvrir leurs imaginaires et leurs questionnements, c’est
accepter l’inconnu comme une part de nous-mêmes.
Partageons notre enthousiasme et nos inquiétudes, cultivons notre capacité à l’émerveillement.
Arnaud Aubert.
« Pour affronter les menaces planétaires nous avons besoin de davantage d’armées, de services secrets et de la
suspension temporaire de notre citoyenneté. On sait tous que le véritable chemin doit être autre. On sait tous que
cet autre chemin commence par le désir de mieux connaître ceux que, d’un côté et de l’autre, nous avons appris à
nommer « ils ».
Il y a des murs qui séparent des nations, des murs qui divisent les riches et les pauvres. Mais aujourd’hui, il n’y a pas de
mur qui sépare ceux qui ont peur de ceux qui n’ont pas peur. Sous les mêmes nuages gris, nous domestiquons nos rêves
et restreignons nos espérances. Sur cette espèce d’hystérie collective Edouardo Galeano a écrit la chose suivante :
Ceux qui travaillent ont peur de perdre leur travail. Ceux qui ne travaillent pas ont peur de ne jamais trouver de
travail. Qui n’a peur de la faim, a peur de la nourriture. Les civils ont peur des militaires, les militaires ont peur du manque
d’armes, les armes ont peur du manque de guerres. Et si ça se trouve, il y en a qui ont peur que la peur prenne fin ».
Murer la peur, Mia Couto (éd. Chandeigne).
2
LA COMPAGNIE
Le TANIT THÉÂTRE est une compagnie de création théâtrale, de recherche et de transmission, un espace de rencontre
et de partage, de convivialité et de citoyenneté, un lieu de parole et d’écriture où professionnels, amateurs et spectateurs
se découvrent, échangent et œuvrent au cœur de la cité.
Le théâtre demeure l’espace de tous les possibles.
Création :
La compagnie a pour vocation la création de spectacles. Elle donne à entendre des textes consacrés,
tout comme des paroles en devenir, et œuvre auprès des écrivains contemporains. Les notions d’initiations,
de passage, de transition, de transgression, voire de révolte, sont au cœur de nos lectures de poètes
engagés. A la croisée du conte, objet littéraire hybride et polymorphe, du masque et de sa puissance
symbolique, la compagnie poursuit son travail sur la prise de parole et l’évocation théâtrale.
Recherche :
Le format expérimental, l’exploration de nouvelles pistes de travail sont des jalons, dans le processus
de création du TANIT THEÂTRE. Cette quête s’articule autour de Cairns, recherches théâtrales dégagées
des contraintes ordinaires de la représentation, d’un Pôle d’écriture constitué du compagnonnage d’auteur,
de rencontres littéraires « Tu lis-tu ? » et d’ateliers d’écriture. Dans cette dynamique, le TANIT THEÂTRE ouvre
son lieu à des compagnies en résidence et organise des rencontres multidisciplinaires.
Transmission :
La transmission concerne les Classes à Horaires Aménagés Théâtre, les options Théâtre au Baccalauréat,
les jumelages et la pratique théâtrale en milieu scolaire, le théâtre-école qui est ouvert à tout amateur.
En lien direct avec la création et la recherche, la compagnie place au cœur du dispositif pédagogique
les notions de « Sens », de « Créativité » et participe à l’école du spectateur. Tout au long de leur cursus,
les élèves sont amenés à partager le projet artistique et la vie de la compagnie.
3
La Célébration
ou comment donner des ailes au sexe
Résidence du lundi 12 au samedi 17 septembre
Samedi 17 septembre à partir de 19 h 30
Samedi 17 septembre à partir de 19 h 30
Le sexe ? Dans les religions : le péché, l’impureté; dans les guerres : une arme ; dans le paysage : une pornographie envahissante ;
dans les voyages : le tourisme sexuel...
Au milieu de ce tintamarre mortifère, de ce bordel mercantile, il y a une parole qui a du mal
à se faire entendre : le sexe est merveilleux, émerveillé !
Femmes, artistes, venant jouer avec beauté, enthousiasme, liberté, humour et amour, « en se laissant guider par les racines
de l’arbre à plaisir qui parcourent toute la terre depuis l’origine du monde », elles proposent un voyage délibérément subjectif,
joyeux, ludique et poétique. Dans un rituel inspiré, deux prêtresses loufoques entraînent le public dans leur théâtre chorégraphié
pour célébrer le sexe avec joie. Créatures extravagantes, elles pépient, susurrent, déclament et volettent pour exalter le sexe,
les sexes. Leurs voix sont vibrantes, riches, enveloppantes et les chants puissants. Ici, le sexe, des hommes et femmes, est beau.
La résidence au TANIT THÉÂTRE sera l’étape de création des lumières et finalisation du projet. Présentation lors de la Soirée
éclectique d’ouverture de saison samedi 17 septembre à partir de 19 h 30.
Cie Tsigale & Fourbi
Dramaturgie, jeu et chants : Florence Cramoisan et Claire Garrigue
Direction d’acteurs et costumes : Lulu Berthon
Regard : Sylvain Diamand
Lumières : Estelle Ryba
4
Résidence
Soirée éclectique
Ouverture de saison
Durée : 1 h
À partir de 12 ans
TANIT THÉÂTRE vous invite à inaugurer cette nouvelle saison par une soirée festive. Moment privilégié de la vie
de l’association où tous, simples adhérents, artistes associés, bénévoles engagés, publics novices ou avertis,
amateurs et professionnels nous nous rencontrerons, autour d’un verre, dans la joie de se retrouver ou de se
découvrir, d’échanger sur les travaux en cours et les créations à venir.
Pour cette soirée pétillante de surprises, de bulles poétiques, musicales et dansantes, la compagnie Frappe-TêteThéâtre présentera son dernier opus Les Doigts dans l’fût : Quelle vie ! Cabaret poétique pensé comme une lecture
comique des travers du monde qui nous entoure, ce spectacle ose la poésie là où l’on ne l’attend pas, chatouille
et bouscule les idées préconçues de notre quotidien ! Entre rire et larmes, Elodie Foubert, Guillaume Hermange
et Pauline Madeline, nous invitent au voyage sur la corde du sensible, dans un moment d’évasion, entre musique,
chant et théâtre.
Avant de danser sur des rythmes chaloupés et laisser nos cœurs chavirer, nous aurons le bonheur d’assister à
La Célébration, ou comment donner des ailes au sexe de la compagnie Tsigale et Fourbi, à l’occasion de leur sortie
de résidence au TANIT THÉÂTRE (cf. page 4).
Pour le dîner, vous pouvez apporter quelque chose – salé ou sucré – et participer à la composition d’un buffet de
saison – buffet éclectique – pour le plaisir de le partager lors de cette soirée festive.
Soirée éclectique
5
Les soirées « Tu lis-tu ? »
Ces soirées sont une nouvelle aventure de la compagnie qui s’inscrit dans sa relation vivante aux écritures d’aujourd’hui : en compagnie
d’auteurs, d’éditeurs et d’amateurs « ivres de livres », découvrons des écritures contemporaines, lors de lectures, rencontres et débats.
Mettons les mots debout à l’occasion de lectures en musique. Écoutons aussi le point de vue de ces défricheurs, les éditeurs, ces « passeurs
d’histoires » qui, portés par la passion de la littérature, accompagnent les auteurs jusqu’au lecteur. Restituons le travail de compagnonnage
d’auteurs et de résidence d’écriture développé par le TANIT THÉÂTRE. Un mille feuilles de récits, racontars, romans, pièces de théâtre et
poésies à partager, à déguster lors de soirées conviviales tout au long de la saison.
Compagnonnage d’auteur :
genèse d’une création théâtrale.
Vendredi 14 octobre à 20 h 30
Peuplé de rivières, de fontaines et de marécages où se reflètent des ombres étranges et
changeantes, le pays de Michèle Bouhet vit à l’heure de l’eau qui coule et de l’eau qui stagne.
Chaque pièce d’eau recèle légende, secrets et mystère. C’est là que Michèle Bouhet vous invite
à venir découvrir ses histoires, rythmées par le clapotis des mots, ses images gourmandes et son
humour frais.
Le musicien et la conteuse vous embarquent pour une virée nocturne à la lueur perfide de la
pleine lune.
Vendredi 7 octobre à 20 h 30
Cette soirée inaugurale des rencontres « Tu lis-tu ? » est l’occasion d’évoquer la résidence d’écriture d’Olivier Gosse au sein de la
compagnie, son travail de recherche, ses partis pris. La saison dernière, au cours de deux périodes de résidence d’écriture, Olivier Gosse
a cheminé à la rencontre des habitants et de lieux évocateurs susceptibles d’alimenter le projet portant sur la thématique
« Contes d’en ville ». Dans la lignée des Lettres persanes de Montesquieu ou du Candide de Voltaire, comment dire la ville aujourd’hui ?
La commande, liée à cette résidence, aboutit à la remise d’un texte en septembre 2016 en vue d’une création théâtrale en janvier 2017.
Saga cité, manuscrit d’Olivier Gosse
Mise en voix : Arnaud Aubert
Lecteurs : Cécile Brunel, Nicolas Dubost, Jean-Marc Dupré, Sophie Caritté, Sophie Girard, Benn Valter
Échanges animés par Véronique Piantino
Rencontre en présence d’Olivier Gosse
6
La nouvelle folie des contes ordinaires
Tu lis tu ? #1
Jean-Louis Compagnon et Michèle Bouhet animeront au
TANIT THÉÂTRE un stage Conte « Raconter aux adultes »
samedi 15 et dimanche 16 octobre de 10h à 17 h. cf. page 24.
En partenariat avec Contes Vallée d’Auge.
Compagnie de la Trace
Conteuse : Michèle Bouhet
Musicien : Jean-Louis Compagnon
Contes et veillées
7
Saga cité
ou La longue histoire de la ville errante
et des ses citoyens renfrognés
Mardi 17 janvier 20 h 30
Mercredi 18 janvier 20 h 30
Jeudi 19 janvier 14 h et 20 h 30
Vendredi 20 janvier 14 h et 20 h 30
Mardi 24 janvier 14 h et 20 h 30
Mercredi 25 janvier 20 h 30
Jeudi 26 janvier 14 h et 20 h 30
Vendredi 27 janvier 14 h et 20 h 30
Samedi 28 janvier 20 h 30
Au sein du projet artistique développé par le TANIT THÉÂTRE, l’écriture et les matériaux littéraires font l’objet d’une recherche
autour des notions de passage, de parcours initiatique ou encore de quête identitaire. Cette recherche s’articule autour
d’un questionnement sur le conte, objet littéraire hybride et polymorphe, du masque et de leurs puissances symbolique.
La compagnie poursuit son travail sur la prise de parole et l’évocation théâtrale.
8
Création
Dans la continuité du compagnonnage d’auteur mené avec Olivier Gosse, sa résidence d’écriture la saison dernière,
la commande d’un conte théâtral urbain pour septembre, nous passons à la mise à l’épreuve du texte au plateau dès
octobre en vue d’une présentation de création en janvier 2017.
Comment vivre la ville aujourd’hui ? Quel regard porter sur le territoire urbain ? Quelle fable y inscrire ?
Quelle quête initiatique ?
« Prenez une ville tout à fait imaginaire… Prenez des habitants passant le plus clair de leur
temps à râler (situation également imaginaire, mais qui pourrait très bien avoir lieu en
France). En fait, dans cette ville, rien ne va, et du coup, forcément, ça râle… Ou peut-être
bien que ça râle, et du coup, forcément, rien ne va… La ville finit par craquer. Elle décide
d’aller refaire sa vie ailleurs, à la recherche de nouveaux habitants mieux lunés. Oui, parce
qu’en fait, il s’agit d’un conte, et, dans un conte, une ville peut très bien parler et même
partir en voyage… ». Olivier Gosse.
Manuscrit d’Olivier Gosse
Mise en scène : Arnaud Aubert
Scénographie : Hervé Mazelin
Lumière : Estelle Ryba
Comédiens : Cécile Brunel, Nicolas Dubost, Jean-Marc Dupré, Sophie Caritté,
Sophie Girard, Benn Valter
Attention jauge limitée, réservation indispensable.
Création
9
Deux mots
Résidence du mercredi 1er au mercredi 8 février
Après une première étape de recherche en avril 2015 au TANIT THÉÂTRE, Aurélia Buquet revient en résidence
du 2 au 8 février. La dernière étape de travail a été présentée au festival Graine de Mots à Bayeux en février 2016
et l’équipe au complet repart dans l’exploration de l’autre moitié de cette création avec notamment un temps de
résidence à Caen aux Ateliers Intermédiaires. La fin de la création et la première du spectacle sont prévues pour
l’automne 2017 à Saint-Lô, avant un retour au TANIT THÉÂRE la saison prochaine.
Le mouvement de la recherche et la chute vertigineuse dans l’espace mental du personnage se préciseront dans
ce nouveau volet, pour révéler, plus encore, la vision globale de ce spectacle, drôle, déroutant... sur le fil !
« Chez Philippe Dorin, les personnages ont peu de mots mais ils n’ont que cela pour exister. Leur humour est comme
l’air qu’ils respirent. Leur monde intérieur est comme une forêt dont ils n’arrivent à dire que les feuilles. Entre Coluche
et Beckett, la vie y est doucement dérisoire et sûrement absurde. » Thierry Roisin.
Javotte Production
Texte : Philippe Dorin
Mise en scène : Aurélia Buquet
Assistanat et costumes : Marion Danlos
Lumière : Olivier Bourguignon
Décors : Antoine Valente
Comédiens : Aurélia Buquet et Eric Fouchet
10
Résidence
Pour une traversée poétique de la langue :
quand l’Orient nous livre ses mots.
Vendredi 10 février à 20 h 30
Lecture de textes extraits du recueil de poésie A la pleine lune de Fadwa Souleimane, de la nouvelle L’oiseau de Mahmoud
Chokrollahi et de son texte court La maladie de la vie, publiés aux éditions Le Soupirail.
Fadwa Souleimane, exprime sa résistance « politique » par le choix du poème, l’empreinte du rythme et de la langue natale.
Mahmoud Chokrollahi, explore à travers la langue et le rythme la frontière entre image et mots dans une langue de création
d’adoption.
Rencontre, lecture, débats en présence de :
Mahmoud Chokrollahi, écrivain et cinéaste iranien
Emmanuelle Moysan fondatrice des éditions Le Soupirail
Fadwa Souleimane, comédienne et poète syrienne
Échanges animés : Véronique Piantino
Lecteurs : Arnaud Aubert, Cécile Brunel, Fadwa Souleimane
Musicienne : Marion Motte
Séance de dédicaces également à la librairie Les grands chemins samedi 11 février de 10 h 30 à 12 h 30.
Tu lis tu ? #2
11
Quand volaient les oiseaux
dans le ventre de l’ours
La poésie, langue insoumise,
insurrection de la conscience.
Résidence du lundi 13 février au samedi 4 mars
Dans le cadre du Printemps des poètes
Vendredi 3 mars à 14 h et 20 h 30
Présentation de l’étape de travail
A travers le regard de l’ours, trouvé sur la grève par Nino, c’est l’histoire de Lili, petite fille
en quête d’une oasis, comme il en existait dans son pays avant « la crise », que le Théâtre du
signe se propose de mettre en mots et en images. Evoquer la situation des migrants qui arrivent
sur les côtes européennes par la mer, à la recherche d’une terre d’accueil, en donnant à voir
et à entendre une histoire dont les protagonistes sont un ours et deux enfants, ou bien plutôt deux
histoires reliées l’une l’autre par un ours.
« Quand volaient les oiseaux, je les regardais passer au dessus de ma tête -- Je pensais qu’ils ouvraient un chemin vers
un monde meilleur -- Ce chemin tracé dans le ciel -- Il nous faut le chercher sur la terre. » Sylvie Robe.
La résidence au TANIT THÉÂTRE sera l’occasion d’expérimenter l’écriture dramatique dans le dipositif technique.
En interaction avec sa recherche artistique, le Théâtre du signe développe pour la deuxième année, un projet
Théâtre/ Écriture auprès de demandeurs d’asile, en partenariat avec le CADA, Association Itinéraires sur Caen et Lisieux.
Théâtre du signe
Texte, manipulations, ombres, comédienne : Sylvie Robe
Mise en scène, manipulations, ombres, comédien : Marco Bataille-Testu
Manipulations, comédien : Stéphane Pelliccia
Costumes et accessoires : Elsa Battaglia
Création pour le jeune public à partir de 6 ans.
12
Résidence
Vendredi 10 mars à 20 h 30
1re partie : Circulaires du service des instruments de mesure, un spectacle entre théâtre et arts plastiques, qui
permet à Roland Shön de conjuguer deux plaisirs : dessiner, peindre et faire du théâtre en écrivant et racontant des histoires.
Texte, interprétation, peinture, objets, vidéos : Roland Shön
Bande son et musique : Jean-Jacques Martial
Régie : Thomas Restiau
2e partie, après un verre de l’amitié : Rencontre avec les éditions La Renverse.
Lecture de textes extraits des recueils de poésie de Christophe Mary A l’aube du dernier jour artificiel et Les deux continents, publiés
aux éditions La Renverse.
Favorisant la rencontre entre deux artistes par le seul vecteur de l’art, les éditions La Renverse créent des ponts entre les hommes et leurs
domaines d’expression. Créations des poètes, photographes et dessinateurs d’aujourd’hui, taillés en biseau, leurs livres penchent à la
rencontre du lecteur, comme une invitation.
Échanges animés par Véronique Piantino, en présence de :
Franck Achart, fondateur des éditions La Renverse
Christophe Mary, poète
Roland Shön, poète, plasticien, marionnettiste
A l’issue de cette soirée, séance de dédicace en partenariat avec la librairie Les Grands Chemins.
Tu lis-tu ? #3
13
La quête des oiseaux
Diptyques et Paysages
Résidence du lundi 13 au vendredi 17 mars
Photographies de Marie-Céline Nevoux-Valognes
Vendredi 17 mars séance scolaire à 14 h et veillée à 20 h 30
Trois conteurs racontent leur voyage à la recherche du Simorg, le roi des Oiseaux. Durant ce voyage périlleux et initiatique, ils découvrent
7 vallées successives comme autant d’épreuves à traverser pour parvenir à l’ultime. Durant ce voyage, ils rencontrent des personnages
imaginaires qui leur ont pourtant bel et bien raconté de très curieux et étonnants récits, des histoires dans l’Histoire.
Ce spectacle est une invitation à un voyage original entre le facétieux et le mystique, la dérision des grandes questions et la quête du sens
profond de la vie.
Le récit, imaginé dans une écriture orale à trois voix, est inspiré de l’oeuvre Le langage des Oiseaux de Farîd od-dîn ‘Attâr, conteur
Persan du XIIème siècle – texte adapté pour le théâtre par Jean-Claude Carrière, également par le conteur Henri Gougaud
sous le même titre La conférence des Oiseaux et enfin sous sa forme poétique par Leïli Anvar sous le titre Le Cantique des Oiseaux.
La résidence au TANIT THÉÂTRE sera l’étape de création des lumières et finalisation du projet.
Compagnie Musiconte
Mise en scène, son et éclairage : Jean-François Bouvier
Conteurs : Benoît Choquart, Joël Gauliard et Christine Lefort
14
Contes et veillées
Vernissage le samedi 25 mars à 19 h
Les diptyques sont comme des histoires courtes, des cadavres exquis personnels. Je considère ces images tels des
correspondances, des errances, des liens certains. Ces compositions représentent mon intimité, mon petit monde,
mes questionnements sur la couleurs, sur les formes, sur la vie de tous les jours. Constats. Mes diptyques sollicitent
la personne qui les regarde, chacun peut alors s’imaginer des histoires, se projeter dedans dehors. Elles sont liées,
blanches (2 temps), deux temps mouvements, pour deux images fixes.
Les paysages : Alors je rêve / Dès que je fais quelques kilomètres / Je regarde les paysages défiler / Je récents
l’espace / Je pense à la peinture / Des paysages qui me traversent / Des paysages qui me transpercent /
Moments qui laissent filer le temps / Partir non loin / Sur les routes / Me bercent aussi / Un temps infini / Presque
gracieux / Hypnose parfois / Hypnotique / Errance : qui ne fixe pas, qui / S’égare / Ne pas savoir où aller /
Pas d’autre essai / Impression d’espace /Acte photographique / Moment court / Réel si éphémère / Terre,
arbres, ciel, lumière / Sténopé / Hasard / Graphisme / Cadre / Format / Lignes / Passages /Tableaux
Je suis en mouvement face à ces référents que sont les paysages. Des territoires non construits,
non urbanisés, presque sauvages. Marie-Céline Nevoux-Valognes
Durée 1 h 15 – À partir de 10 ans.
Du samedi 25 mars au samedi 29 avril
Du lundi au vendredi de 10 h à 18 h - Sur rendez-vous le samedi
Exposition
15
L’écriture comme outil
de réconciliation avec le réel
Le journal d’Émile
Mardi 28 mars à 10 h 45, 14 h et 20 h 30
Mercredi 29 mars à 10 h 45
« Emile était mon arrière-grand-père. Depuis que je suis enfant, je possède un cahier qu’il avait écrit pendant
sa détention en Allemagne de septembre 1914 à janvier 1919. Dans ce cahier, il raconte comment il a vécu la
Première Guerre mondiale, de la mobilisation aux premiers affrontements où son infanterie perdra la bataille.
Lui et les autres survivants seront envoyés dans la prison de Quedlinburg dans le nord de l’Allemagne.
Dans un dispositif visuel et sonore, entre présent et mémoire, investigation et documentaire, l’acteur prête
sa voix à ce récit qui, avec le temps, est devenu un précieux fragment de notre histoire ». Christophe Tostain.
Compagnie du Phoenix
D’après le carnet de prisonnier de guerre d’Émile Rose
Mise en espace : Christophe Tostain
Distribution en cours
16
Accueil
Vendredi 31 mars à 20 h 30
Dans une démarche parallèle à son travail de comédienne, et parce qu’elle est depuis toujours profondément enracinée
dans la langue, Sophie Daull poursuit une écriture de l’intime qui se donnerait pour but de se réapproprier le réel, peut-être
même de le transfigurer, quand celui-ci devient illisible, brouillé, dépourvu de sens. Comme si écrire pouvait joyeusement
réorienter les constructions de soi que la vie s’acharne à faire avorter.
« Plus j’avance dans la recomposition de son existence, plus je me figure ma mère comme la Petite Sirène, qui a troqué sa voix
contre des jambes. Quel en fut le salaire ? Quel est le prix du reniement ? Passer sous silence toute une enfance, toute une
jeunesse, c’est s’acheter des habits neufs, les voler peut-être, et s’en servir comme d’un déguisement. Je crois que mon père
a rencontré une femme déguisée ». Sophie Daull.
Rencontre, lecture, débat en présence de Sophie Daull
Échanges animés par Véronique Piantino
Lectrices : Sophie Daull, Arzela Prunennec, Elisabeth Tual
Textes extraits de Camille, mon envolée et La suture, de Sophie Daull,
publiés aux éditions Philippe Rey.
Tu lis-tu ? #4
17
Frida Kahlo,
autoportrait avec musique
Bikini ?
Résidence du lundi 17 au vendredi 28 avril
Résidence du lundi 3 au vendredi 7 avril
Vendredi 7 avril à 14 h et 20 h 30
Vendredi 28 avril à 14 h et 20 h 30
On ne peut séparer la vie de Frida Kahlo de son œuvre. Sa peinture est sa biographie. Femme-artiste-alitée,
elle nous émeut par sa capacité de sublimation et par la force de vie qui lui a permis de créer dans une douleur
chronique. Loin de la reconstitution historique, comme un trait de lumière sur le destin de Frida, sur ce qu’elle
a toujours recherché, ce spectacle est un portrait imaginaire.
Après une première étape de recherche lors de la saison dernière où les personnages et les enjeux ont
pris corps dans un processus d’aller et retour entre la table et le plateau, l’écriture a pris forme. Fort
de l’accueil du public et des échanges fructueux, Bikini ? poursuit son aventure à l’occasion de cette
nouvelle résidence au TANIT THÉÂTRE.
Extraits de sa correspondance, de son journal, d’entretiens et de textes qu’elle a écrit pour présenter son œuvre,
tous ses mots - ses maux - dialoguent avec la musique, évoquent son goût de la vie, de la fête, son besoin
d’accueillir toujours des amis chez elle : une recherche constante de reconnaissance et d’admiration cachant
indubitablement une profonde solitude.
Parties pour une semaine dans un club de vacances, ravies d’en être ou à contrecœur, un trio
de sexagénaires, deux sœurs et l’amie de l’une d’entre elles vont rencontrer là Eva, une habituée
des lieux. Dans ce monde en vase clos, îlot doré qui pourrait bien se révéler plus inquiétant qu’il n’y
paraît, ce quatuor improbable, confronté à des situations inédites, va se découvrir, s’affronter,
se détester, s’aimer et, peut-être, donner à leurs vies d’autres directions.
La résidence au TANIT THÉÂTRE sera l’étape de création des lumières et finalisation du projet.
Compagnie du Souffle 14
Comédienne : Lorena Felei
Musicien : Filipe Monteiro
Voix enregistrées : Elisa Descat et Patrick Le Cerf
Lumières : Estelle Ryba
18
Résidence
Durée : 1 h
Présentation de l’étape de travail
Compagnie No Structure
Collectif de création : Véronique Piantino, Arzela Prunennec,
Marie-Laure Spéri, Élisabeth Tual
Résidence
19
Un cairn est un monticule de pierres édifiées par des marcheurs pour marquer un repère, indiquer un passage.
Pour TANIT THÉÂTRE, les Cairns sont un format expérimental, un temps de recherche, dégagés des contraintes
ordinaires de la représentation.
Fasse le ciel que nous devenions des enfants !
Peintures de Sergio Schmidt-Iglesias
Vendredi 5 mai à 14 h et à 20 h 30
Vernissage le samedi 20 mai à 19 h
Trois sœurs se retrouvent dans un théâtre le jour de l’enterrement de leur mère, qui fut comédienne. Pour célébrer
leur mère à leur façon, elles s’invitent sur le plateau du théâtre, jouent des personnages, se racontent des histoires,
les leurs, mais aussi des contes, qu’elles réécrivent, improvisent…
« Comme s’ils étaient les précieux miroirs de l’état physique et mental de l’artiste, les tableaux de Sergio
Schmidt-Iglesias nous invitent à les regarder de plus près, à y pénétrer. Ils rappellent l’Art Brut ou
l’Outsider Art, dont les auteurs donnaient libre cours à l’irrationnel, à la vision, au chamanisme et au médium.
Texte : Laurent Contamin et Grégoire Callies
Comédiennes : Lorena Felei, Isis Louviot...
Au premier coup d’œil, j’aurais juré voir une carte de l’esprit, le chemin tortueux que l’âme parcourt,
se cherchant, s’approfondissant, partant au hasard dans quelque recoin pour enfin trouver son fil
d’Ariane, son propre guide. A la seconde lecture, je vois une cité sacrée vue du ciel et je n’ai de cesse
de penser à la sacralisation des espaces rituels et finalement à la Terre Mère sacrée qui nous accueille.
Rencontre avec l’auteur Laurent Contamin, à l’issue de la présentation. Tout public à partir de 7 ans.
L’art du dialogue ou La parole en action.
Vendredi 12 mai à 20 h 30
Lecture publique et restitution de l’Atelier d’écriture du TANIT THÉÂTRE.
Suivre la pensée d’un personnage, trouver sa voix, son souffle pour le faire exister. Explorer les facettes de cette prise
de parole. Du tac au tac ou différée, parole-récit ou parole-action, comment faire avancer les enjeux dramatiques
du dialogue ?
20
Un oiseau revient… ou Les cités de l’âme
Cairn
Tu lis-tu ? #5
On devine le geste passionné et quasiment automatique dirigé de l’intérieur, des entrailles, composant
des lignes, des carrés, des labyrinthes, des villes entières. Chaque organe est allé au plus profond de
lui-même et a laissé sa marque sur le bois. Chaque atome est venu à la rescousse pour que Sergio
délivre sa « citadelle sacré » pour que nous puissions entrevoir les chemins parcourus, uniques, difficiles,
incompréhensibles, parfois obscurs et parfois aussi, ordonnés et lumineux.
« Une part de nous sait bien que si nous entrons dans ces cités nous parcourons les chemins et nous nous
reconnaissons comme humains ». Mabel Franzone (Trad. R. Angel).
Du samedi 20 mai au samedi 1er juillet
Du lundi au vendredi de 10 h à 18 h. Sur rendez-vous le samedi
Exposition
21
École du spectateur
Le TANIT THÉÂTRE s’inscrit au cœur d’une démarche d’ouverture
et de formation des publics pour le partage démocratique
d’une culture sensible, exigeante et émancipatrice.
Le travail de sensibilisation à l’Art et à la Culture constitue une dimension reconnue, nécessaire et incontournable
de la formation des jeunes dans le cadre scolaire, de l’école primaire au lycée. La fréquentation régulière des
spectacles de théâtre et leur appropriation par des démarches complémentaires en compagnie des artistes en
constituent l’un des axes fondateurs.
La possibilité, pour chaque élève, de se familiariser avec les ressources culturelles de son environnement, de découvrir le monde de la création artistique, de connaître et comprendre les codes d’une représentation et d’acquérir
la capacité d’en lire et analyser les signes et les contenus, est un facteur essentiel et structurant d’une éducation
artistique et culturelle ancrée dans la recherche permanente d’équité et d’égalité d’accès à l’art et à la culture.
L’École du spectateur permet l’appropriation des lieux culturels et de leurs rituels ainsi qu’une familiarisation avec
des enjeux profonds : citoyenneté, éthique, humanité, formation sensible, esthétique et critique, qui permettent à
l’élève de construire son rapport symbolique au monde.
C.H.A.T.
Classes à Horaires Aménagés Théâtre
Les mardis 6 et 13 juin séances scolaires à 14 h et séances tout public à 20 h,
présentations au Théâtre de Lisieux Pays d’Auge.
En partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Départemental, Lintercom Lisieux Pays d’Auge Normandie et l’Education
Nationale, ce nouveau dispositif, véritable parcours éducatif artistique et culturel, encore rarissime en France, concerne au TANIT THÉÂTRE
plus d’une centaine d’élèves.
A l’école primaire Trevett et au collège Michelet de Lisieux, des heures hebdomadaires de pratique théâtrale, encadrées par les
artistes de la compagnie en vue d’une réalisation, sont réservées aux élèves des C.H.A.T. dans leur emploi du temps scolaire. Ces classes
sont ouvertes aux élèves motivés, désireux de développer leurs imaginaires, leurs connaissances et leurs compétences par une pratique
artistique et culturelle sans pré-requis de capacités. On y apprend l’échange et le travail collectif, on y développe sa sensibilité
esthétique et sa curiosité, on y renforce sa capacité d’expression et son sens critique.
Tout au long de l’année, la compagnie intervient auprès des établissement scolaires, centres de formation, structures locales, et invite les élèves/adultes à découvrir et comprendre les processus de création, écriture, mise en
scène, scénographie... par le biais de visites, rencontres, suivis de créations, répétitions publiques, représentations
et bords de scènes.
La transmission s’effectue par l’école du spectateur, l’apprentissage des notions de théâtralité et l’expérimentation des
techniques de base de la pratique du jeu : l’intention, l’espace, l’écoute, le chœur, le rythme, la voix, l’expression corporelle, le
travail du masque, l’engagement, l’improvisation, la construction du personnage, et l’exploration de divers genres dramaturgiques :
le récit, le conte, la farce, le dialogue, la comédie, la tragédie, en lien avec la littérature classique, les textes contemporains et l’écriture personnelle.
L’École du spectateur est pour le TANIT THÉÂTRE et ses artistes associés l’occasion de penser une transmission qui soit
en lien direct avec le projet artistique de la compagnie et son travail de plateau.
Tout au long de leur cursus, les élèves sont invités à partager le projet artistique de la compagnie et suivre les créations, découvrir
les différents corps de métiers, rencontrer les artistes et les compagnies en résidence, assister à des représentations.
22
Transmission
Transmission
23
Enseignement artistique optionnel au baccalauréat :
avec la DRAC et l’Education Nationale.
au lycée Gambier et à l’institut Frémont de Lisieux. En partenariat
P.E.A.C. : parcours Éducatif Artistique et Culturel. Projet en cours, avec le soutien du Département du Calvados et de l’Éduction Nationale.
Il concerne l’ensemble des classes de 4e du collège Gambier.
Ecole de sages-femmes de Caen : depuis trois saisons déjà, le TANIT THÉÂTRE intervient à l’Ecole de sages-femmes de
l’Université Caen Normandie et propose un atelier de réalisation dans le cadre d’une unité d’enseignement optionnel sur la relation à l’autre.
Culture Santé : l’Hôpital de Lisieux et TANIT THÉÂTRE sont partenaires au sein de ce dispositif soutenu par l’A.R.S, la DRAC et la Région
Normandie, avec la participation de comédiens amateurs de la compagnie. Cette année le projet « Chantons ! Chantons liberté ! » en partenariat avec Chansons sans Frontières.
Stage conte (sur inscription dès septembre)
Raconter aux adultes. Animé par Michèle Bouhier et Jean-Louis Compagnon.
Samedi 15 et dimanche 16 octobre de 10 h à 17 h
« Le conte, c’est pour les enfants ! » on entend ou on devine trop souvent ce jugement définitif. En racontant une histoire, on
propose aux spectateurs, même adultes, de voir, d’imaginer avec et derrière les mots... C’est comme si nous étions un cinéaste
et que notre histoire devenait film se projetant dans chaque intimité du spectateur ; d’où l’importance du choix des mots, de leur
justesse, de leur précision et de leur musicalité. La langue spécifique du conteur, de la conteuse, voilà ce que Jean-Louis et Michèle
propose de partager durant les deux jours de stage. Comment le sens d’une histoire est porté par cette langue intime ? Quelle est
notre musique de conteur, quelle est notre interprétation d’une histoire ?
24
Transmission
Atelier écriture (sur inscription dès septembre)
L’art du dialogue ou La parole en action. Animé par Véronique Piantino.
12 séances d’octobre à mai le mercredi de 19 h 30 à 22 h 30
Inventer des personnages, définir des situations de jeu, s’interroger sur les préalables à mobiliser pour rendre le dialogue crédible. En solo ou
à deux, pas à pas, chacun avancera à son rythme pour donner forme à des scènes théâtrales à partir de consignes spécifiques. Les textes
produits en atelier donneront lieu à une mise en voix à l’occasion d’une lecture publique. Un atelier pour s’essayer et cheminer ensemble.
Vendredi 12 mai à 20 h 30 : Mise en voix et rencontre avec le public de la soirée « Tu lis-tu ? #5 »
Ateliers de recherche (sur inscription dès septembre)
Danse et littérature. Proposé par Véronique Piantino et Marie-Laure Spéri.
Samedi 26, dimanche 27 novembre
En partant de textes poétiques où il est question de la relation à soi et aux autres, en se laissant porter par le rythme des
phrases, leur contenu, leur ambiance, se mettre à bouger « autrement » à chaque nouveau texte. Ecrire à la manière de...
et danser à la manière de l’autre.
Clown et danse. Proposé par Olivier Hervéet et Marie-Laure Spéri.
Samedi 6, dimanche 7 et lundi 8 mai
Métamorphoser le tragique en comique et ouvrir vers un ailleurs poétique. Détourner le quotidien afin de reconstruire le geste,
redéfinir le mot et appréhender autrement le réel.
Transmission
25
Théâtre-école
Le théâtre est le rare endroit qui rassemble des gens pour parler de l’humain à
d’autres humains. A son école on n’y vient pas pour être une star. Cela demande
de l’exigence et du défi, de l’enthousiasme et de l’humilité.
Vendredi 2 et samedi 3 juin à 20 h au Théâtre de Lisieux Pays d’Auge
Les ateliers du théâtre-école sont ouverts à toute personne désirant s’enrichir de l’expérience de plateau au sein d’un
groupe, s’initier au jeu, acquérir des bases techniques solides ou se confronter à de nouvelles pratiques et découvrir de nouveaux horizons. Explorer un espace de parole et l’imaginer ensemble, se nourrir des poètes d’aujourd’hui
et faire acte de résistance face à l’appauvrissement des idées, questionner l’art et son engagement poétique.
Partir de soi pour aller vers l’autre.
La transmission, elle, est le renouvellement du processus de création de l’acteur, nous l’élaborons ensemble dans
l’engagement poétique.
« Là sur le plateau – l’homme ça se réinvente tout le temps, ça se refabrique chaque soir avec des paroles, ça
se déconstruit perpétuellement et refait, c’est tout neuf à chaque respiration. Juste pour surprendre la nature, étonner
la matière et redanser chaque jour une nouvelle danse pour les aveugles ; juste pour jouer, uniquement pour rien et
comme si ce qui n’a pas d’oreilles nous écoutait ». Valère Novarina.
Les rencontres hebdomadaires, de septembre à juin, ont lieu en semaine, parfois le week-end, au Théâtre de Lisieux
et au TANIT THÉÂTRE. Elles sont ouvertes à tous, enfants, ados et adultes, débutants ou initiés, et mènent à un travail
de création, de mise en scène, en lien avec le projet artistique de la compagnie.
26
Transmission
Soirée éclectique
Banquet d’été
Samedi 1er juillet à partir de 19 h 30
Dernier rendez-vous de la saison avant la trêve estival, nous nous réunirons autour des braséros et d’un banquet festif.
Dans la chaleur et la bonne humeur qui caractérisent les soirées éclectiques au TANIT THÉÂTRE, nous pourrons nous
désaltérer et boire le verre de l’amitié. Les artistes et techniciens présents tout au long de cette saison, les fidèles
adhérents et les généreux bénévoles, le public chéri et les permanents dévoués de l’association trouverons le
plaisir de se remémorer les instants poétiques, la belle humanité partagée de cette saison au TANIT THÉÂTRE.
En musique, sous la bienveillance des étoiles et le regard éclairant de la lune, faisons naître du chaos, dans
l’effervescence de la fête, la joie de partager à nouveau des rencontres insolites et des moments inoubliables.
La compagnie TANIT THÉÂTRE
Responsable artistique : Arnaud Aubert
Artistes associés : Nicolas Dubost, Jean-Marc Dupré, Arno Feffer, Olivier Gosse, Isis Louviot, Hervé Mazelin,
Véronique Piantino, Arzela Prunennec, Marie-Laure Spéri, Christophe Tostain, Elisabeth Tual, Dolly Vanden
Administration et communication : Clément Guermonprez, Sabrina Maignan
Comptabilité : Sylvie Técheur
Production et diffusion : Frédérique Gallay
Régie et coordination technique : Estelle Ryba
Infographie : Claudine Bucourt
Photographies : Kévin Louviot
Soirée éclectique
27
Adhésion :
membre : 30 €, couple : 50 €, membre donateur : 100 € et plus, membre bienfaiteur : 500 € et plus.
Le TANIT THEATRE est une association (Loi 1901) à laquelle vous pouvez adhérer, nous aider bénévolement pour la
bonne organisation de la saison. Vous pouvez aussi participer à une hauteur financière plus conséquente pour nous
aider à développer nos projets. L’ouverture de déductions fiscales est possible pour les particuliers et les entreprises.
Déduction fiscale à hauteur de 66%. Soit pour 100 € de donation, vous déduirez 66€, et donc un coût réel de 34€.
Théâtre de Lisieux Pays d’Auge :
partenaire privilégié de la compagnie, il offre un accès au plateau pour
des répétitions et des représentations de pratiques d’amateur ou du milieu scolaire. De plus, son travail de diffusion vient
enrichir les différentes actions de transmission de la compagnie et participe de concert, par ses propositions, à l’école du
spectateur.
Les 10 ans du Festival de contes « Ma parole ! »
et propose des tarifs réduits
pour toutes les manifestations aux jeunes porteurs de la Cart’@too mise en place par la Région Normandie.
Du mardi 6 au samedi 17 juin 2017 auront lieu les 10 ans du festival organisé par la Bibliothèque du Calvados.
En partenariat avec Contes Vallée d’Auge, le TANIT THÉÂTRE accueille depuis plusieurs années des conteurs sur le temps
du festival (programmation en cours d’élaboration).
Tarif des représentations : plein tarif et non adhérents : 12 €. Tarif réduit et adhérent : 6 €.
Partenaires :
Cart’@too : la compagnie fait partie du réseau repéré pour la qualité de son travail
Le TANIT THÉÂTRE est une compagnie de théâtre qui bénéficie d’une salle
de spectacle à la jauge réduite, il est fortement conseillé de réserver.
L’entrée du TANIT THEATRE se trouve 11 rue d’Orival, entrée à l’arrière
du bâtiment. Un ascenseur est à votre disposition. A noter, durant le temps
des travaux de la future cité judiciaire, se garer sur le nouveau parking
Lisieux Normandie situé derrière la gare sncf.
Théâtre de Lisieux Pays d’Auge, Conservatoire à rayonnement départemental de Lisieux Pays d’Auge, Pôle Muséal
Lisieux Pays d’Auge, Médiathèque André-Malraux, Contes Vallée d’Auge, Ecole Primaire Trevett, Collège Michelet,
Cité Scolaire Marcel Gambier, Institut Frémont, Librairie Les grands chemins, Bibliothèque du Calvados, Hôpital de Lisieux,
Culture Santé, Ecole de Sages-Femmes de Caen, Rectorat de Caen - Académie de Normandie, Lintercom (Lisieux),
ODAC du Calvados, Conseil Régional de Normandie, Ministère de la Culture (DRAC Normandie).
Le TANIT THÉÂTRE est une compagnie subventionnée par le Ministère de la Culture (DRAC), la Région Normandie,
le Département du Calvados (ODACC), LINTERCOM (Lisieux).
Pour tout renseignement, inscription, adhésion et réservation,
l’accueil du TANIT THÉÂTRE est ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 18 h.
Tél. : 02 31 62 66 08. [email protected]
www.tanit-theatre.com
28
Infos pratiques
infos pratiques
29
Samedi 17 septembre
à partir de 19 h 30
Soirée éclectique. Ouverture de saison
Les Doigts dans l’fût : Quelle vie !
La Célébration, ou comment donner des ailes au sexe
Vendredi 7 octobre à 20 h 30
Page 6
Tu lis-tu ? #1
Compagnonnage d’auteur :
genèse d’une création théâtrale
Vendredi 14 octobre à 20 h 30
page 7
La nouvelle folie des contes ordinaires
Mardi 17 janvier à 20 h 30
Mercredi 18 janvier à 20 h 30
Jeudi 19 janvier à 14 h et 20 h 30
Vendredi 20 janvier à 14 h et 20 h 30
Mardi 24 janvier à 14 h et 20 h 30
Mercredi 25 janvier à 20 h 30
Jeudi 26 janvier à 14 h et 20 h 30
Vendredi 27 janvier à 14 h et 20 h 30
Samedi 28 janvier à 20 h 30
Saga cité
ou
La longue histoire de la ville errante
et de ses citoyens renfrognés
Pages
8-9
Vendredi 10 février à 20 h 30
Page 11
Tu lis–tu ? #2
Pour une traversée poétique de la langue :
quand l’Orient nous livre ses mots
Vendredi 3 mars à 14 h et 20 h 30
Page 12
Quand volaient les oiseaux dans le ventre de l’ours
Vendredi 10 mars à 20 h 30
30
Pages
4-5
Tu lis-tu ? #3
La poésie, langue insoumise,
insurrection de la conscience
Page 13
Agenda
Vendredi 17 mars
à 14 h et 20 h 30
Page 14
La quête des oiseaux
Samedi 25 mars à 19 h
Page 15
Vernissage exposition
Diptyques et Paysages
Mardi 28 mars à 10 h 45,
14 h et 20 h 30
Mercredi 29 mars à 10 h 45
Page 16
Le journal d’Émile
Vendredi 31 mars à 20 h 30
Page 17
Tu lis-tu ? #4
L’écriture comme outil de réconciliation avec le réel
Vendredi 7 avril à 14 h et 20 h 30
Page 18
Frida Kahlo, autoportrait avec musique
Vendredi 28 avril à 14 h et 20 h 30
Page 19
Bikini ?
Vendredi 5 mai à 14 h et à 20 h 30
Page 20
Fasse le ciel que nous devenions des enfants !
Vendredi 12 mai à 20 h 30
Page 21
Tu lis-tu ? #5
L’art du dialogue ou La parole en action
Vernissage le samedi à 20 mai à 19 h
Page 21
Vernissage exposition
Un oiseau revient… ou Les cités de l’âme
Vendredi 2 et samedi 3 juin à 20 h
au Théâtre de Lisieux Pays d’Auge
Page 26
Représentations Théâtre-école
Mardi 6 juin et mardi 13 juin
à 14 h et 20 h
au Théâtre de Lisieux Pays d’Auge
Page 23
Représentations C.H.A.T. Michelet
Samedi 1er juillet à partir de 19 h 30
page 27
Soirée éclectique : Banquet d’été
Agenda
31
www.tanit-theatre.com
11 rue d’Orival
14100 LISIEUX
Tél. : 02 31 62 66 08
[email protected]
Création graphique : www.claudinebucourt.mobi
Photographies © Kévin Louviot - http://kevinlouviot.wix.com/kevin-louviot
32
Licences n° 1-1044761 / 2-1003630 / 3-1044762