Interroll : roulez tambours - Chambre de commerce et d`industrie de

Commentaires

Transcription

Interroll : roulez tambours - Chambre de commerce et d`industrie de
sommair
NOVEMBRE 2006
No67
la vie reprend à la manu
un nouveau quartier de ville
s’ouvre en plein cœur de Morlaix
emploi et handicap
des mesures incitent les entreprises à
employer des personnes handicapées
droit du conjoint
un statut officiel est accordé aux
conjoints collaborateurs
tourisme finistérien
l’enquête Morgoat dévoile les
comportements des vacanciers
Grande-Bretagne
des opportunités d’affaires en 2007 à
l’occasion de deux salons britanniques
les defis d’odislor
depuis Carhaix, cette entreprise
s’ingénie à réaliser l’impossible
Hervé Ronné
Interroll :
roulez tambours
Attention aux amalgames! Le « Tambour
moteur » n’est pas un composant de votre
automobile. C’est en réalité l’élément qui
permet de motoriser les systèmes de convoyage par tapis transporteurs : transfert
de bagages, de colis, manutention de
produits agroalimentaires…
C’est sur ce marché de niche que Gilles
Calvez a lancé en 1995 son entreprise.
Sa spécialité : le négoce, l’assemblage
et la maintenance des tambours moteurs
produits par son partenaire BDL Allemagne. Grâce à la fusion acquisition de cet
industriel avec le suisse Interroll en mars
2006, la société de Gilles Calvez voit la
vie en rose : elle réussit à truster 80 % du
marché français.
Être localisé à Saint-Pol-de-Léon et faire
du négoce sur la France entière : un choix
paradoxal? Non, car Interroll France travaille avant tout pour le secteur agroalimentaire, très dense en Bretagne. « Nos
tambours moteurs sont compacts, en
phase avec les normes d’hygiène et de
sécurité recherchées par nos clients »,
explique Gilles Calvez. Et pour les marchés moins proches, l’entreprise saintpolitaine fait valoir sa réactivité. « Être
excentré, ce n’est pas une fatalité, ce
n’est qu’une question de logistique »,
analyse Gilles Calvez.
Avec au compteur 24 salariés, Interroll
France a encore de belles perspectives.
Elle a été logiquement récompensée,
en juin 2006, par le prix national de la
dynamique artisanale. « De cette identité
d’artisan, nous revendiquons la notion
de qualité de service », souligne Gilles
Calvez.
Directeur de publication : Jacques Feunteuna
CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE DE MORLAIX
Aéroport – CS 27934 – 29679 MORLAIX Cedex
Tél. 02 98 62 39 39 – Fax 02 98 62 39 50
e-mail : [email protected]
Maquette originale de Claudie Fontenoy, Brest
[email protected]
Mise en page : NorWest design, Morlaix
Imprimé en France par Actis | NO ISSN 1164-7493
d é v e l o p p e m e n t
d u
t e r r i t o i r e
la vie reprend à la manu
un nouveau quartier de ville
s’ouvre en plein cœur de Morlaix
édito
Hervé Ronné
La Manu, c’est le cœur historique de
Morlaix, le poumon à l’échelle d’un
pays d’une activité économique et
sociale séculaire. Après 250 ans
d’exploitation, Altadis (ancienne Seita)
annonçait en 2000 son départ du site
morlaisien. En 2001, à la demande de
l’État, dans le but de porter le projet de
reconversion et de rendre les lieux à la
ville et à ses habitants, la CCI se porte
acquéreur de l’ensemble architectural,
puis de l’entreprise voisine EPA .
L’investissement total représente 14
millions de francs (2,2 millions d’euros)
pour plus de 31 000 m2 de locaux.
Bilan à mi-chemin
de la reconversion
Hervé Ronné
L’ACTUALITÉ RÉCENTE du port de Morlaix
et celle de l’aéroport, qui concerne des
créances détenues par la CCI sur l’État,
nous amènent à préciser le rôle de chacun
dans la vie de ces équipements.
Le port de Morlaix a un propriétaire :
le conseil général jusqu’au 31 décembre,
qui cèdera ensuite cette propriété à
une collectivité locale, au titre de la
décentralisation. La gestion des cours
d’eau en amont et en aval, dont les écluses,
est, elle, l’affaire d’un SIVOM constitué par
les communes de Morlaix et Saint-Martindes-Champs. Le rôle de la CCI ? Investir
dans les équipements propres à l’activité
plaisance sur le site et assurer leur bon
fonctionnement, avec du personnel
compétent.
C’est ce même type de répartition des
rôles qui prévaut à l’aéroport de Morlaix,
dont la propriété est en passe d’être
transférée de l’État à Morlaix Communauté,
ou au port de Roscoff, concession du
Conseil général à la CCI… ou encore au
château du Taureau. Dans tous les cas,
notre obsession reste la même : travailler le
plus efficacement possible dans le champ
de nos propres missions ; et travailler à
rapprocher les points de vue de tous nos
interlocuteurs, dans l’intérêt des usagers
de ces équipements. Avec un objectif,
toujours le même quel que soit le domaine
où la CCI investit ses forces : doter le
territoire des conditions du développement
économique, fertiliser le terreau d’où
écloront les entreprises de demain. Soyez
convaincus que notre ardeur ne fléchira
pas dans ce domaine!
La charpente caractéristique de la cathédrale
La reconversion
urbaine de la
Manufacture des
Tabacs de Morlaix
va connaître des
développements
spectaculaires
dès 2007, dans
le respect des
engagements pris
en 2002 par la CCI,
maître d’ouvrage…
Dans leurs str atégies
de
développement territorial, les grandes
villes françaises affûtent leurs armes de
séduction : Nantes avec l’île de Nantes,
Brest avec le plateau des Capucins,
Rennes avec l’axe Alme-Fréville, pour
ne pas citer les projets de Lyon, Lille
ou Marseille… Autant de programmes
urbanistiques de grande ampleur qui
permettent à ces centres urbains d’agir
sur leur futur. Avec la reconversion de
la Manufacture des Tabacs, Morlaix,
à son échelle, joue également une
partie de son avenir. Ici aussi, l’enjeu
est de réinventer une géographie
sociale et économique de la cité en
mixant la politique du logement avec
l’aménagement d’espaces propices à
l’implantation d’activités économiques,
culturelles et d’enseignement…
C’est sur la base d’un schéma directeur
validé en 2002 par tous les partenaires
que la CCI a mené son action de
conversion de la Manu. Qu’en est-il en
2006, à mi-distance de ce projet au
terme duquel la CCI aura rendu tous ces
locaux à de nouveaux propriétaires,
pour de nouveaux usages?
Une première tranche de travaux (démolitions, réseaux) a été mise en œuvre pour
1 million d’euros en 2004, une deuxième
est en cours (420.000 euros).Sur les
22.000 m2 restant à reconvertir, 6.000 m2
ont déjà trouvé un nouvel usage : l’IUT
installé par Morlaix Communauté place
Puyo, des logements et des activités économiques (Le Télégramme, Skol Vreizh…)
dans la maison du directeur et une partie des bâtiments en bordure du quai de
Léon. Très prochainement, ce sont encore
2 500 m2 qui seront dédiés à l’activité de
la salle des ventes et 300 m2 répartis en
divers lots.
Cet hiver également, la CCI effectue de
gros travaux d’aménagement concernant
la zone ouest du site, dont le bâtiment
classé appelé « la cathédrale », typique
de l’architecture du début du XXe siècle.
Au dernier étage, c’est Morlaix Communauté qui va installer son siège sous
l’imposante charpente en béton armé.
Aux deux étages inférieurs, proposés
initialement aux services fiscaux morlaisiens, la CCI elle-même va installer un
hôtel d’entreprises : 2 000 m2 de locaux
proposés en location afin de permettre
l’émergence de nouvelles activités économiques. Six à dix entreprises du secteur tertiaire pourront s’y installer dès
la fin de l’année 2007. Autour de la cour
bordant cet édifice, trois ateliers d’artistes (400 m2) sont également en cours
d’installation.
2007-2008 :
un renouveau spectaculaire
Reste donc environ 10 000 m2 de locaux
à rendre à une nouvelle vie. Parmi ceuxlà, le bâtiment EPA Sud est réservé à
Morlaix Communauté pour la venue d’un
deuxième département d’IUT. Autour
de la cour d’honneur, plus de la moitié
des surfaces restantes sont réservées
pour le musée de Morlaix et devraient
être bientôt acquises à cette fin par l’établissement foncier créé récemment par
le Conseil Régional. Dès 2007, la CCI va
entamer des travaux d’aménagement qui
vont permettre de redonner son éclat au
site et de commencer à l’ouvrir à la ville :
la réfection des bâtiments, et notamment
des toitures incendiées, des bâtiments
entourant la cour d’honneur; et l’aménagement des cours publiques et des voies
de circulation intérieures, du nord au sud
et de l’est à l’ouest, au sein de ce monument si longtemps fermé au public.
« 2007 et 2008 seront deux années
charnières dans la mise en œuvre de ce
projet, » se réjouit Jacques Feunteuna,
président de la CCI. « L’ensemble du site
verra se développer de nouvelles activités
répondant aux critères que nous avions
définis dans le schéma directeur : logement, enseignement, activités économiques et culturelles. Les Morlaisiens et
tous les habitants du pays, dont l’histoire
familiale est souvent liée à ce lieu, auront
le bonheur de pouvoir s’y promener. » Et
la CCI continuera ses efforts pour mener
à son terme cette reconversion : « avec
l’implication réaffirmée de tous nos partenaires, et notamment des collectivités
locales, pour qui la CCI fait un travail
exceptionnel, tant par sa nature que par
sa qualité. »
Le chiffre qui parle
44 %
D’après une enquête exclusive menée
par « l’ Usine Nouvelle » auprès de
473 entreprises issues de tous les secteurs
d’activités et publiée dans son numéro
3023, 44 % des industriels prévoient
une augmentation de leur ef fectif en
début d’année 2007. Des perspectives
réjouissantes confirmées par les cabinets
de recrutement. Cette tendance trouve
sa source dans le dynamisme actuel de
la conjoncture économique française.
Le recrutement va bon train auprès des
PME qui se révèlent être les plus ardents
recruteurs : 53 % des entreprises de
moins de 250 salariés annoncent une
hausse des recrutement à l’orée 2007. Les
métiers sollicités en priorité seront ceux
de techniciens, de commerciaux et les
candidats de la tanche d’âge 30-40 ans.
à la CCI
Jacques Feunteuna, président
Un centre de formation
dédié aux métiers des services à la personne
L a C C I d e M o r l a i x a signé le
30 octobre une convention avec l’ISERP
(Institut des services à la personne), basé
à Alençon. Cet organisme de formation a
été créé à l’initiative de la CCI d’Alençon
et du SESP (Syndicat des Entreprises de
Services à la Personne) pour développer
à l’échelle nationale les compétences
des salariés du secteur des services à
la personne. La CCI de Morlaix devient
ainsi l’interlocuteur de l’ISERP pour créer
en Bretagne des formations initiales ou
continues dans ce secteur d’activité particulièrement porteur. On estime en effet
en France à 675.000 le nombre d’emplois
qui devraient être créés, dans des activités auprès des personnes âgées, des
handicapés et de la petite enfance. L’installation de l’ISERP en Bretagne correspond aux conclusions d’une étude menée
en novembre 2005 par le CESR (Conseil
2
REPÈRES – novembre 2006
Economique et Social Régional) qui préconisait, pour améliorer l’attractivité de
ces emplois et la qualité des services,
d’élever la qualification et de permettre
une meilleure structuration du secteur
des services à la personne.
Grâce à une autre convention, signée
celle-là avec la CCI de Brest et son centre
de formation des apprentis, l’IFAC, la CCI
de Morlaix devrait être en mesure dès la
rentrée scolaire 2007 de dispenser à Morlaix, par voie d’apprentissage, des diplômes Mention complémentaire « aide à
domicile » : le dossier a été déposé dans
ce sens auprès du service apprentissage
du Conseil Régional. Au programme de
cette formation initiale en alternance,
des matières comme les techniques de
l’entretien du cadre de vie, la physiopathologie ou encore les techniques en alimentation et nutrition… Une semaine par
mois pendant un an, les apprentis seront
formés à ces pratiques dans un « appartement pédagogique » situé au sein de la
CCI. La première promotion sera constituée d’un groupe de 8 à 16 apprentis. D’ici
2010, 50 à 60 personnes pourraient être
formées à Morlaix à ces métiers chaque
année. Les apprentis seront sous contrat
avec les nombreuses structures bretonnes exerçant des activités de services à
la personne : entreprises privées, cliniques et hôpitaux, associations, maisons
de retraite, organismes concourant au
maintien à domicile…
CO NTACT
Christine Le Guern
02 98 62 39 39
[email protected]
l ’ e n t r e p r i s e
e n
p r a t i q u e
emploi et handicap
des mesures incitent les entreprises à
employer des personnes handicapées
handicapé pour vingt salariés valides
– verseront à l’AGEFIPH (Association de
Gestion des Fonds pour l’Insertion Professionnelle des Handicapés) des contributions revues à la hausse. Avant 2006, une
structure de 20 à 199 salariés versait 300
fois le SMIC horaire par travailleur handicapé non employé. Désormais, ce chiffres
s’élève à 400. Un argument massue.
Les entreprises de moins de 20 salariés,
qui ne sont pas concernées par cette
mesure, constituent un vivier pour l’emploi. C’est pourquoi de nombreux acteurs
du monde associatif militent pour améliorer l’image des travailleurs handicapés.
Par exemple, la 10e édition de la semaine
pour l’emploi des handicapés sera lancée du 13 au 19 novembre prochain. Son
thème : « Ouvrons nos portes à toutes les
compétences ». Pertinent.
Des aides pour l’insertion
des handicapés
Sanctions,
incitations :
depuis le début
de l’année, les
entreprises sont
plus fortement
encouragées
à intégrer le
handicap dans
leur politique
de ressources
humaines.
O n estime
qu’un quart des
5,5 millions de personnes handicapées
victimes d’invalidités lourdes ou plus
légères (allergies, problèmes musculaires ou osseux…) qui vivent en France, ont
le statut de travailleur. Le taux d’emploi
de ces personnes en entreprise est malheureusement bas : il ne dépasse pas
4 %. Résultat : près d’un actif handicapé
sur quatre est au chômage. Pourtant, le
handicap n’est pas un frein au déploiement des compétences des personnes
dans leur environnement professionnel.
L’État a donc repris les choses en main en
faisant voter la loi « handicap », en complément de celle de 1987, applicable dès
janvier 2006. Les entreprises de plus de
20 salariés qui ne se soumettent pas à
l’obligation d’emploi d’au moins 6 % de
travailleurs handicapés – soit un salarié
Les entreprises intéressées peuvent recevoir, si elles le souhaitent, un accompagnement personnalisé dans leur démarche
de recrutement de salariés handicapés.
Plusieurs réseaux associatifs se sont
ainsi mobilisés, dont Ohé Prométhée. Sa
mission lui a été conférée par l’AGEFIPH et
consiste à faciliter la rencontre entre l’entreprise et les personnes handicapées.
Ohé Prométhée veille à faciliter l’emploi et
le maintien en poste des personnes victimes d’un handicap. Ses actions sont diversifiées : information et sensibilisation,
tissage de liens de proximité, facilitation
des démarches administratives, appui au
recrutement, suivi professionnel…
L’association propose des actions ciblées
comme la Mobilisation Monde Economique aux entreprises cotisantes à l’AGEFIPH
et en dessous du taux de 4 % de personnes
handicapées : un audit de professionnel
débouchant sur un plan d’action. « Nous
voulons être force de proposition auprès
des entreprises », s’exclame Anne Ellisalde, responsable de l’agence morlaisienne
de Ohé Prométhée. Et de rajouter : « Nous
recherchons un projet pour chacun ». Dans
le département Finistère, Ohé Prométhée
comptabilise la signature de plus de 525
contrats par an grâce à son intervention.
Une action encouragée
mais volontaire
Il est intéressant de souligner que la pénalité pécuniaire, bien qu’incitative, n’est
pas la principale motivation du recrutement de personnes handicapées. « Les
entreprises ont la volonté de le faire »,
explique Anne Elissalde, « mais ce qui leur
manque, c’est les moyens, le temps ». Ohé
Prométhée est présent pour les accompagner. « Nous avons vocation à devenir
des interlocuteurs privilégiés des entreprises. », précise-t-elle. Dans le cadre de
l’aide à l’insertion des personnes handicapées, l’AGEFIPH accorde une prime de
1600 € à l’entreprise et 800 € à la personne handicapée : de quoi encourager
les employeurs dans leur démarche!
Parfois, la nature des emplois que proposent certaines entreprises de pointe est
un obstacle au recrutement des salariés
handicapés. Il faut alors trouver des alternatives : faire appel à la sous-traitance
d’ESAT (Établissement et Service d’Aide
par le Travail), d’entreprises adaptées…
Ces choix offrent aux entreprises de plus
de 20 salariés la possibilité d’être exonéré
en partie de la contribution versée à l’AGEFIPH. Dans ces conditions, recruter du personnel handicapé ne relève pas seulement
d’une démarche citoyenne : c’est un acte
de gestion de la vie de l’entreprise.
CO NTACT
Anne Elissalde, Ohé Prométhéé
agence de Morlaix-Carhaix
tél. 02 98 63 81 84
en bref
1 % logement : pour répondre
localement aux besoins des
entreprises et du territoire
Au sein de la CCI de Morlaix, CIL HABITAT OUEST
offre à vos salariés l’ensemble des services
1 % logement à proximité de votre entreprise
et de leur domicile. À l’écoute de vos attentes
et des besoins de vos salariés, la délégation de
la CCI de Morlaix peut ainsi avoir une véritable
action sur l’aménagement du territoire au
service des entreprises et du bassin d’emploi.
Un service spécifique prend en charge la mobilité
professionnelle des salariés et facilite l’intégration
de vos nouveaux collaborateurs. En versant votre
1 % logement au CIL habitat Ouest, délégation
de Morlaix, vous avez la certitude que votre
participation profite directement à votre région
ainsi qu’à ses entreprises et ses salariés. Par
ordonnance d’août, le seuil d’assujettissement
a été relevé de 10 à 20 salariés à compter du
1er janvier 2005. Le taux de cotisation de 0,45 %
demeure inchangé, il a pour assiette la masse
salariale 2005.
Régine LE GAC, Sonia COSQUER
tél. 02 98 62 39 09
Des publications d’information
économique partagée sur les pays
La CCI de Morlaix coordonne la publication de
documents d’information des entreprises sur
l’activité économique à l’échelle des pays (Centre
Ouest Bretagne et Morlaix). Autour de la table,
l’ensemble des acteurs institutionnels actifs dans
les domaines de l’économie et l’emploi consolident
les données dont ils disposent pour analyser,
trimestre après trimestre, la conjoncture locale.
Dans le Pays de Morlaix, cette action prendra la
forme de tableaux de bord trimestriels, dans le
COB d’un panorama annuel et des tableaux de
bord trimestriels sur la démographie d’entreprise.
Tous ces documents seront téléchargeables sur les
sites internet de la CCI et de ses partenaires.
Claude Laes, tél. 02 98 62 39 39
Economie d’impôt pour les chefs
d’entreprise en formation
Un crédit d’impôt a été instauré au profit de toutes
les catégories d’entreprises dont les dirigeants
suivent une formation (40 heures maximum par
année). Applicable depuis août 2005, il est égal
au nombre d’heure de formation effectuées
multiplié par le SMIC horaire et s’impute, selon le
cas, sur l’impôt sur le revenu ou sur l’impôt sur
les sociétés.
Service formation, tél. 02 98 62 39 31
Un CDD pour les salariés âgés
« entreprendre au féminin »,
un réseau de femmes chefs d’entreprises
Da ns l’ e n t r e p r e n a r i at français,
sur 100 porteurs de projets la moitié sont
des femmes. Avec un résultat mitigé : à
l’issue du parcours, seules 30 % des créations d’entreprise sont le fait de femmes
(24 % dans le département Finistère).
Pour inverser cette tendance, le Conseil
général a lancé en septembre 2003 le dispositif « Entreprendre au féminin ». Inscrit
dans le cadre du programme européen
Équal, de lutte contre les discriminations,
ce dispositif propose différents outils :
des formations en développement personnel à la création d’entreprise, des
accompagnements individualisés, un
cycle de conférences, un site internet et un
réseau de femmes chefs d’entreprises.
Ce réseau « Entreprendre au féminin » se
réunit tous les 3es jeudis de chaque mois
en des lieux différents; jeudi 21 septembre, il s’est regroupé à la CCI de Morlaix
afin de découvrir Un Monde d’Avance,
pôle régional de diffusion des technologies de l’information et de la communication. « Ce réseau finistérien rassemble
exclusivement des femmes installées
en tant que chefs d’entreprises, quelle
que soit leur activité », précise Michelle
Jéquel, responsable de communication à
la Technopole de Quimper-Cornouaille et
co-coordinatrice d’Entreprendre au Féminin. C’est un réseau de mutualisation, de
contacts commerciaux, de promotion
des atouts du management au féminin,
et de convivialité constitué d’un noyau
dur d’une trentaine de femmes. « Elles se
rassemblent autour de thématiques traitant par exemple de l’usage des nouvelles
technologies, de la manière dont on peut
protéger ses créations et ses innovations,
ou organisent des visites d’entreprises »,
commente Michelle Jéquel. En outre, des
journées d’information dédiées aux créatrices leurs sont ouvertes, sur la gestion
du stress, la gestion des temps ou bien les
rapports à l’argent.
En dépit d’un succès croissant, le programme Equal prendra fin en mai 2007
entraînant la disparition de l’animation
du réseau : « il n’aura plus de financement
émanant de l’Europe », prévient Michelle
Jéquel. Afin de pérenniser ce réseau, les
femmes ont engagé une réflexion sur
la création d’une association. « Entreprendre au Féminin » prendra ainsi son
indépendance, son envol.
CO NTACT
Michelle Jéquel,
Technopole Quimper-Cornouaille
tél. 02 98 100 200
www.entreprendre-au-feminin.net
3
REPÈRES – novembre 2006
Le ministre de l’emploi, de la cohésion sociale et
du logement, Jean-Louis Borloo, a fait voter en août
dernier un décret pour faciliter le retour à l’emploi
des seniors. Ce texte prévoit que tout employeur,
à l’exception des professions agricoles, peut
conclure un contrat à durée déterminée avec
un demandeur d’emploi de plus de 57 ans afin
que celui-ci bénéficie d’une retraite à taux plein
(au minimum, 42 annuités de cotisation). D’une
durée maximum de 18 mois, ce contrat peut être
renouvelé une fois.
Nouvelles conventions de stage :
11 clauses indispensables
Un décret du 30 août 2006 fait le point sur
11 formalités qui doivent obligatoirement figurer
sur les nouvelles conventions de stages. Ce texte
précise qu’aucune convention ne peut être conclue
pour effectuer une tâche régulière correspondant
à un poste de travail permanent. Des offres et des
demandes de stages sont disponibles sur le site
www.stageouest.com.
Centre de formalités d’entreprises
et Fichier des entreprises :
nouveaux horaires
Dans le but d’améliorer la qualité de service,
le Centre de formalités des entreprises, qui
accompagne les dirigeants dans leurs démarches
de création, modification et radiation, et le service
Fichier des entreprises, qui fournit des listings
d’entreprises inscrites au registre du commerce
et des sociétés, modifient leurs horaires d’accueil
du public. Vous pouvez désormais bénéficier de
ces services les lundi, mardi, mercredi et vendredi
de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h à 16 h 30, et le jeudi
de 9 h 30 à 12 h 30.
CFE : Annie Schotsmans, tél. 02 98 62 39 13
Fichier : Marie-Agnès Mingam, tél. 02 98 62 39 51
agenda
c o m p é t e n c e s
SP É CI A L COMME RCE
droit du conjoint
z La cohérence de l’entreprise : 27 nov.
z Mettre en place des tableaux de bord de
gestion : 11 et 18 déc.
un statut officiel est accordé
aux conjoints collaborateurs
z Comprendre et mieux gérer ses
comptes en banque : 14 nov.
SPÉCIAL MÉTIERS
z Métiers de la bouche
• Préparation de foie gras et d’huîtres
chaudes : 20 nov.
• Variations autour du lapin : 27 nov.
• Déclinaisons sur la langoustine : 27 nov.
• Menus de fête : 4 déc.
• Bûches de noël : 27 nov.
• La cuisine de la mer : 11 déc.
intéressants en termes d’avantages
sociaux », explique Mme Brunetti. « Je
peux ainsi bénéficier d’indemnités
maladie et d’un repos maternel »,
confie-t-elle, « car mon mari et moi
anticipons la venue d’un enfant ». Fait
notable : son mari ne verse pas de
charges patronales pour elle.
Le statut du conjoint collaborateur
ouvre également droit à des formations
professionnelles ainsi qu’à des
validations d’acquis de l’expérience
(VAE). Conjoint et sans statut, il faut
payer la formation plein pot. Grâce à
ce statut, les dépenses engagées sont
prises en charge dans la limite des
critères définis par les différents Fonds
d’Assurance Formation.
z Fleuristes
• Être fleuriste, vendre son savoir-faire : 27/28 nov.
LANGUES ÉTRANGÈRES
z Cours du soir Anglais et Espagnol :
30 h; démarrage : semaine du 13 nov. (2 h par
semaine pendant 15 semaines)
I N F O R M AT I Q U E
z Premier pas avec l’ordinateur
6 - journées pour découvrir Windows, Word,
Excel, Internet : du 6 nov. au 11 déc. ou du 7
nov. au 12 déc., ou du 9 nov. au 14 déc.
Windows : 13 nov.
Word Initiation (2 ou 3 j.) : 20, 21, 23 nov.
Word Perfectionnement : 30 nov. et 1er déc.
Excel Initiation : 27/28 nov.
Excel Perfectionnement : 7, 8, 13 déc.
Internet (nav./messagerie/outils) : 4/ 5 déc.
Powerpoint : 11/ 12 déc.
Publisher : 14/ 15 déc.
Photoshop : 20/ 21 nov.
Access : 28, 29 nov. et 5, 6 déc.
Des critères d’accès
TERTIAIRE
z Comptabilité- Gestion
• Les tableaux de bord de gestion :16, 17 et 24 nov.
• Fiscalité de la PME : 23/24 nov.
• Les impayés : 27, 28 nov. et 4 déc.
z Ressources humaines
• Les contrats de travail : 23 nov. 7, 14 et 21 déc.
z Agents de maîtrise
• Animer son équipe de travail : 23, 24 nov.
et 7, 8 et 15 déc.
• Droit réglementaire : 4/5 déc.
z Efficacité professionnelle
• Persuader et convaincre (prise de parole en
public) degré 2 : 27/28 nov.
• L’entreprise tournée vers ses clients : 20/21 nov.
• Accueil et standard : 16, 17, 27 nov.
• Expression orale degré 1 : 29, 30 nov. et 1er déc.
• Le classement : 7/8 déc.
z Export
• Douane et fiscalité : 22/23 nov.
• Les incoterms : perfectionnement : 30 nov.
• L’importation : 5/ 6 déc.
Hervé Ronné
z Encadrement
• Conduire le changement : 14/15 et 23 nov.
• Gérer les tensions professionnelles : 20/21 nov.
et 5 déc.
• Diriger et animer une équipe : 17, 27, 28 nov. et
7, 8 déc.
Stéphanie Brunetti, du restaurant Le Fagotin à Plougasnou
Beaucoup de
conjoints exercent
une activité
professionnelle
en couple sans
être rémunérés.
Autant dire qu’ils
se mettent dans
une situation
délicate. Ils
doivent désormais
opter pour
une protection
juridique et
sociale. À bon
entendeur.
z Assistantes
• Développer son potentiel pour donner une nouvelle dimension à sa fonction : 14, 15 et 29 nov.
• Assistante et les relations humaines,
degré 2 : 11/ 12 déc.
• Temps maîtrisé de l’assistante efficace :
1er, 14 et 15 déc.
z CACES caristes, Nacelle, Grues auxiliaire de
chargement – nous consulter
z Habilitation électrique
• pour non électriciens : 13/14 déc.
• pour électriciens : 11/12 déc.
z SST formation initiale : 8/15 déc.
VOS CO NTACTS :
• Mon site Web de A à Z, pourquoi, comment?
13 nov. ou 4 déc.
Et aussi : Internet, sécurité et performance;
Présenter et vendre ses produits ou services sur
Internet ; L’email commercial ; Les ordinateurs de
poche, pour vous et vos salariés ; Informatiser sa
gestion commerciale
Béatrice Decroux, tél. 02 98 62 39 39,
[email protected]
Un statut juridique à part entière
Le statut de conjoint collaborateur
garantit de notables avantages. Il confère à ses bénéficiaires des droits dans
les sphères professionnelles, médicales et sociales : perception des droits
de retraites (par partage de l’assiette
des cotisations), assurance vieillesse,
droit en cas de décès, en cas de divorce, droit au plan épargne entreprise,
prestations maternelles des conjointes
collaboratrices, rachat des périodes
d’activité… Le conjoint bénéficie également d’un mandat social pour accomplir des actes administratifs.
Sylvain et Stéphanie Brunetti sont
propriétaires du restaurant le Fagotin
à Plougasnou. M me Brunetti vient de
remplir les formalités pour passer
conjointe collaboratrice. « Le Conjoint
Collaborateur bénéf icie de droits
une formation condensée pour améliorer son anglais
z FCOS : du 13 au 15 nov. ou du 4 au 6 déc.
• Un monde d’avance : formations aux usages
professionnels de l’informatique et d’Internet
le
nombre de couples qui travaillent main
dans la main et dont l’un des conjoints
n’a pas de statut. Pour remédier à ce
vide juridique, le Parlement cherche
depuis longtemps des solutions. Il a
adopté en 2005 une nouvelle loi en
faveur des PME. Celle-ci établit, en
outre des statuts de conjoint salarié ou
associé, celui de conjoint collaborateur.
Les modalités de sa mise en œuvre ont
été fixées le 3 août 2006 par un décret
signé par le ministre des petites et
moyennes entreprises, du commerce,
de l’ar tisanat et des professions
libérales et le ministre de la justice.
Les choses sont ainsi clarifiées pour
un million de conjoints. Notons que le
conjoint collaborateur non déclaré à
la date de publication du décret devra
être déclaré au plus tard le 1er juillet
2007.
boost your english
TECHNIQUE
• Entreprise de + 10 salariés :
Gwénaëlle Bournot-Le Jeune, tél.02 98 62 39 39
• Entreprise de – de 10 salariés :
Carine Le Gall, tél. 02 98 62 39 29
O n ne compte plus
Le statut de conjoint collaborateur
ne va pas de soi : il est nécessaire de
rassembler diverses conditions pour
y avoir accès. Le conjoint doit exercer
une activité professionnelle régulière
dans une entreprise commerciale,
artisanale ou libérale sans toucher de
rémunération. Il ne doit pas être salarié, ni associé du gérant majoritaire
de l’entreprise. De surcroît, s’il exerce
dans le cadre d’une SARL, celle-ci ne
doit pas dépasser les 20 salariés. Les
personnes concernées peuvent alors
bénéficier de droits supplémentaires
par rapport au conjoint sans statut.
Soulignons toutefois que le statut de
conjoint collaborateur est réservé aux
conjoints mariés. Il exclut donc les
concubins et les personnes liées par
un pacte civil de solidarité.
Pour ne pas déroger à la règle, une
formalité administrative reste obligatoire : il faut procéder à une inscription
au Registre du Commerce et des Sociétés. Cette inscription est accomplie
aux Centres de Formalités d’Entreprises des CCI (pour les commerçants et
sociétés commerciales), aux CFE des
Chambres de métier (pour les artisans
et les artisans commerçants), aux CFE
des Urssaf ( pour les membres des professions libérales).
Longtemps dans l’ombre, les conjoints
se voient enf in reconnus dans le
monde du travail. La loi les protège : ils
peuvent désormais exercer leur activité
sans inquiétude face à l’imprévu.
LANGUES
ÉTRANGÈRES
Cours du soir Anglais
et Espagnol :
30 h;
démarrage : semaine du
13 nov. (2 h par semaine
pendant 15 semaines)
L a m a î t r i s e de la langue anglaise
apporte des avantages incontestables
en termes de carrière professionnelle :
s’en passer relèverait d’une erreur stratégique. Toutefois, son apprentissage
nécessite un exercice régulier et une
pratique assidue auxquels on ne peut pas
déroger même lorsque l’on est un anglophone chevronné. N’oublions pas de souligner qu’un bon niveau dans la pratique
de cette langue ouvre de nombreuses
portes et des opportunités d’affaires!
La CCI de Morlaix organise une formation
en anglais destinée à un public averti et
fréquemment en contact avec des interlocuteurs étrangers. Son nom : “boost your
English”. Le programme de cette forma-
4
REPÈRES – novembre 2006
tion est réparti sur moins d’un mois en
4 journées : les 24 novembre, 1er, 8 et 15
décembre, de 10 h à 17 h, déjeuner inclus
(une nouvelle session sera organisée au
premier semestre 2007). Une formule
intensive pour des progrès tangibles…
Cette formation permettra à chaque participant de recevoir un enseignement de
qualité dans la pratique de l’anglais au
quotidien et dans les sphères professionnelles. Au menu : expression orale,
connaissance du vocabulaire courant
et professionnel, des expressions idiomatiques (dont le sens est propre à la
langue), rédaction de supports de communication commerciale (lettre, mail)
et même de documents commerciaux si
nécessaire… Un éventail important de
techniques indispensables pour parvenir à des échanges constructifs dans la
langue de Shakespeare.
CO NTACT
LANGUES ÉTRANGÈRES
Entreprises de + 10 salariés :
Nathalie Morvan,
tél. 02 98 62 39 54
[email protected]
Entreprises
Contact : de - 10 salariés :
Carine
Le Gall,
Christine
Le Guern - Nicole Bernard
tél.
98 62 39 29
Tél. 02
02.98.62.39.39
[email protected]
[email protected]
c o m m e r c e
–
t o u r i s m e
tourisme finistérien
photogpo.com
l’enquête Morgoat dévoile
les comportements des vacanciers
Avec plus de 18.000 visiteurs, le château du Taureau a constitué
l’attraction de la saison touristique bretonne
Les visiteurs du
Finistère n’ont
pas tout à fait le
même profil, ni les
mêmes attentes
que ceux du reste
de la Bretagne.
Une enquête
d’une ampleur
exceptionnelle
dévoile ces
comportements.
Q ui sont
les clients du tourisme
breton? D’où viennent-ils? Pourquoi?
Qu’y dépensent-ils? Parce que ces questions sont au cœur de toute stratégie de
développement touristique du territoire,
et de toute stratégie d’entreprise de ce
secteur économique, la région Bretagne
a mené en 2005 une étude d’une ampleur
exceptionnelle : l’enquête Morgoat*. Les
premières données statistiques régionales issues de ce travail ont été livrées en
juin. Aujourd’hui une nouvelle restitution
permet d’affiner l’analyse à l’échelle du
département du Finistère… Et de se livrer
à quelques comparaisons riches d’enseignements.
Qui ?
Les visiteurs du Finistère se révèlent
ainsi plus jeunes que ceux de la globalité de la Bretagne : la part des plus de
50 ans ne représente « que » 38 % des
nuitées (contre 40 % en Bretagne), les
tranches d’âge des quadras (19,6 %) et
des moins de 20 ans (19,7 %) étant par
contre surreprésentées par rapport à la
moyenne régionale. Signe d’un tourisme
de type familial toujours aussi fortement
ancré… Comme dans le reste de la Bretagne, les cadres moyens et supérieurs et
les professions libérales sont prépondérants (54 % des nuitées). On y trouve par
contre moins de retraités (17,5 % contre
19 %) mais une catégorie « employés,
services » plus représentée (à 28,6 %).
D’où viennent-ils?
Le Finistère est le département breton
qui compte la plus grande part d’étrangers dans sa clientèle : 19,5 %, contre
17,9 % à l’échelle régionale. Ils viennent
principalement de 4 pays : la GrandeBretagne et l’Irlande (49 % des nuitées),
l’Allemagne (23,9 %) et les Pays-Bas
(12,3 %). Quant à l’hexagone, c’est
d’Île-de-France que nous vient notre
principale clientèle, devant la Bretagne
elle-même, Rhône-Alpes, les Pays de la
Loire, et le Centre. La taille moyenne des
groupes est de 3,7 personnes.
Leurs comportements ?
Neuf fois sur dix, c’est en voiture que les
vacanciers arrivent en Bretagne, mais
8,3 % d’entre eux débarquent en ferry
(Britanniques et Irlandais en tête). Peutêtre parce qu’ils sont originaires de la
région (15,7 % des visiteurs du Finistère)
ou parce qu’ils la connaissent déjà bien
(40 %), ils sont 37 % à ne pas préparer
leur voyage. Les autres se fient principalement aux guides touristiques (36,5 %),
à Internet (34,2 %), au bouche à oreille
(23,3 %) ou aux offices de tourisme
(21,6 %). Dans ce domaine, le comportement des étrangers est bien spécifique : quand ils visitent la Bretagne, c’est
à 46 % suite à la lecture de guides et à
55 % grâce à des renseignements pris
par Internet! Notons également que 20 %
des séjours sont décidés à l’improviste
ou moins d’une semaine avant le départ,
et que la réservation du séjour se fait
principalement par téléphone (43,3 %),
mais aussi par Internet (31,6 %).
Quels séjours?
80 % des séjours finistériens sont réa-
lisés dans le cadre de congés annuels,
7,5 % seulement à l’occasion de weekends et ponts, contre plus de 10 % pour
l’ensemble de la Bretagne, ce qui confirme que l’éloignement du Finistère rend
cette destination plus propice aux longs
séjours. Dans le département, plus de
la moitié des nuitées (54 %) sont effectuées en hébergement non marchand (à
l’échelle de la Bretagne, cette proportion est moindre, à 47,7 %). En hébergement marchand, la durée moyenne
du séjour est de 12 jours. Les nuitées
se répartissent à 23 % en locatif, 12 %
en camping et 5 % en hôtel…
Consommation? Satisfaction?
Les trois quarts des vacanciers s’adonnent à la balade, la moitié à la plage ou
à la visite de sites naturels. 22 % visitent
monuments et musées, 15 % découvrent
les spécialités culinaires, 13 % pratiquent
des activités maritimes, 9 % fréquentent
les festivals, 8 % profitent d’équipements
de loisirs… La dépense moyenne par jour
en Finistère (transport compris) est de
29 euros. Les sites naturels, l’environnement, le cadre de vie et l’état des plages
sont plébiscités par les vacanciers, avec
un taux de satisfaction de plus de 85 %.
Parmi les points négatifs : les prix (31 %),
la météo (27 %), la signalisation (24 %),
la circulation et le stationnement (21 %).
27 % des touristes découvraient le Finistère pour la première fois en 2005 : signe
d’un renouvellement de la clientèle finistérienne. Bonne nouvelle, 95 % envisagent d’y revenir dans les deux ans : pour
des longs séjours (71 %), mais aussi pour
des séjours de moins de 4 jours (20 %) ou
des week-end et des ponts (10 %).
* 17.000 questionnaires recueillis dans des sites de loisirs, des boulangeries et au péage de La Gravelle, sur
des périodes de vacances scolaires et de ponts : un partenariat regroupant l’État, la Région Bretagne, l’Observatoire régional du tourisme, les Conseils généraux, les
comités départementaux du tourisme et les Chambres
de Commerce et d’Industrie.
Étude complète en consultation au
centre de documentation de la CCI et sur
le site www.morlaix.cci.fr, rubrique La
CCI en actions/Études et documents.
je change de sac !
le commerce finistérien
se mobilise pour l’environnement
M e r c r e d i 1 8 o c t o b r e , 10 enseignes de la grande distribution et 17
unions commerciales du Finistère (soit
1307 magasins) se sont engagées, pour
les premières, à supprimer définitivement les sacs de caisse jetables* dès
le 20 novembre prochain et, pour les
secondes, à sensibiliser leurs clients
à l’utilisation abusive de ces sacs. On
estime en effet à 200 voire 220 millions
le nombre d’unités distribuées en 2004
dans le département, soit 7 sacs par
seconde, ou 1 200 tonnes de déchets à
traiter.
Pour accompagner cet engagement, une
campagne de communication a débuté
pour informer et sensibiliser les consommateurs finistériens. La charte est
une initiative de CCI 29 (qui regroupe les
Chambres de commerce et d’industrie de
Brest, Morlaix et Quimper Cornouaille),
5
REPÈRES – novembre 2006
du Conseil général du Finistère et de
l’Ademe (Agence de l’environnement et
de la maîtrise de l’énergie), auxquels se
sont jointes les associations de consommateurs CLCV (consommation, logement
et cadre de vie) et l’UFC Que Choisir.
Dans la circonscription de Morlaix, deux
unions commerciales se sont engagées
dans cette opération : l’UC Guerlesquin
et Morlaix Boutiques. Outre l’impact
quantitatif de la limitation de l’utilisation
de ces sacs, il s’agit d’un premier acte
symbolique permettant de sensibiliser
les clients à leurs modes de consommation et aux problématiques liées à la
gestion de leurs déchets.
* Les sacs destinés à l’emballage des produits des
rayons fruits et légumes, viande, poisson, fromage à la
coupe, vêtement… ne sont pas concernés.
en bref
Avec le passeport numérique :
des prix préférentiels sur
l’informatique
Le Gouvernement entend favoriser le développement de l’économie numérique dans les TPE
françaises en lançant un Passeport numérique
pour permettre aux entreprises de prendre conscience des avantages qu’offrent les TIC ainsi que
de bénéficier de tarifs préférentiels lors de l’acquisition de matériels. Un seul engagement pour
obtenir le passeport : participer au minimum à
trois modules pédagogiques gratuits. Un monde
d’avance sera un point d’accueil et d’animation
pour la délivrance du passeport numérique. Il
sera également pour la région Bretagne le formateur de la quinzaine d’autres espaces d’accueil
participant à cette opération.
Béatrice Decroux et Laurent Le Bodic,
tél.02 98 62 39 39
www.unmondedavance.com
Prochain rendez-vous
du Club Web eXpériences
Le mardi 21 novembre, de 8 h 30 à 10 h 30, les
membres du Club Web et tous les professionnels
possédant un site Internet auront l’occasion d’une
discussion et d’échanges autour des questions
qu’ils souhaiteront soulever. Aucun thème n’est en
effet prévu pour cette rencontre dédiée entièrement
au partage d’expériences.
Béatrice Decroux et Laurent Le Bodic,
tél.02 98 62 39 39
www.unmondedavance.com
Pays du COB
z Conseils gratuits sur les projets
d’informatisation
Un Monde d’Avance propose des actions « prédiagnostics TIC » aux entreprises finistériennes
du Centre Ouest Bretagne dans le cadre de trois
réunions de proximité dirigées par Laurent Le Bodic.
Ces rencontres sont une ouverture des entreprises
traditionnelles à l’informatique et au Web. Dix-huit
entreprises issues de secteurs variés (bâtiment,
commerce de détail…) y ont déjà participé. Elles ont
été sensibilisées à la sauvegarde de données, aux
difficultés liées à Internet, à la gestion commerciale
et conseillées dans leurs projets d’informatisation.
Prochain rendez-vous : le 28 novembre à Carhaix
(maison des entreprises).
z Rénovation du point de vente :
des aides directes
Dans le cadre de l’ODESCA du COB, les commerçants et artisans qui ont un projet de rénovation
de leur surface de vente (aménagement intérieur,
extérieur, mise aux normes…) peuvent bénéficier
du dispositif d’aide directe à l’investissement.
zDémarche Qualité commerce
La démarche Qualité Commerce initiée par la Chambre régionale de commerce et d’industrie se poursuit : 10 commerces carhaisiens ont la possibilité
d’en bénéficier d’ici la fin de l’année 2006.
Catherine Guihard, tél. 02 98 99 34 00.
Une formation obligatoire pour les
exploitants de débits de boisson
Une formation a été instaurée pour les exploitants
d’un débit de boisson de 2e, 3e et 4e catégorie.
Elle sera obligatoire dès avril 2007, et concernera
progressivement les établissements pourvus de
la « petite licence restaurant » ou de la « licence
restaurant ». Contenu de la formation : droits et
obligations dans ce secteur d’activité.
Taxe d’apprentissage :
les déclarations initiales sont
désormais à envoyer à la CCI
La loi du 2 août 2005 en faveur des PME a transféré
aux CCI la compétence pour enregistrer les
contrats d’apprentissage. Les employeurs doivent
désormais adresser à la CCI leurs déclarations
initiales. Les déclarations en cours de validité
avant le 28 juillet 2006 et faites par l’ancien circuit
restent valables.
Carine Le Gall, tél. 02 98 62 39 29
Les Jeux nautiques interceltiques
reviennent à Morlaix
Comme en 2003, les Jeux nautiques interceltiques
seront organisés à Morlaix en juillet 2007. Outre les
compétitions sportives en baie de Morlaix, cette
manifestation s’enrichit d’un rassemblement de
vieux gréements au port de Morlaix, à deux pas
d’un nouveau marché celte.
Sébastien Garnier, tél. 02 98 62 39 15
[email protected]
en bref
i n t e r n a t i o n a l
Grande-Bretagne
OPPORTUNITES EXPORT
NOVEMBRE DÉCEMBRE 2006
z Roumanie : mardi 7 novembre 2006 CCI du Morbihan à Lorient
Vous souhaitez aborder le marché roumain ou
vous y développer, venez rencontrer la Directrice
de la CCI française en Roumanie à la CCI du
Morbihan à l’occasion d’une journée de rendezvous individuels.
des opportunités d’affaires en 2007
à l’occasion de deux salons britanniques
Renseignements et inscriptions : tél. 02 97 02 40 65
[email protected]
La CCI : un relais de proximité
au service des entreprises
z Grande-Bretagne : rendez-vous individuels
Madame Pascaline Blua, Directrice Commerciale
de la CCFGB, vous propose d’évaluer votre marché
en Grande-Bretagne le 15 novembre à la CCI de
Lorient et le 16 novembre à la CCI de Morlaix.
Renseignements et inscriptions : tél. 02 98 62 39 15
[email protected]
z Rencontres avec les acheteurs de la Grande
Distribution au Portugal : 27 et 28 novembre
Venez rencontrer les acheteurs de la grande distribution des enseignes françaises et portugaises
aussi bien généralistes que spécialisées et référencer vos produits sur le marché portugais à l’occasion des RDV organisés par la CCI Luso Française
auprès des acheteurs des enseignes françaises et
portugaises dans leurs installations.
Renseignements et inscription : CCI Luso Française,
tél. 00351 21 324 19 98, [email protected]
z Irlande : 21 au 24 janvier 2007,
Salon SHOWCASE - Dublin
La CCI de Morlaix, dans le cadre de CCI
International Bretagne, organise un stand
Bretagne et un voyage groupé à l’occasion de
ce salon consacré aux secteurs : artisanat celte,
cadeaux, prêt-à-porter, art de la table, décoration.
www.showcaseireland.com.
Hervé Ronné
Renseignements : tél. 02 98 62 39 15
[email protected]
PROGRAMME D’ACTIONS MAGHREB
z Maroc
• 23 au 26 novembre : salon Agadir Fish Marocco
• 27 au 29 novembre : mission de prospection
commerciale
• 7 au 9 février : Forum Med-Allia
z Algérie
• 7 et 8 décembre : réunion et rendez-vous
individuels + réunion d’informations sur le
salon DJAZAGRO
• 11 au 14 décembre : visite du salon MedinAlgeria
• 3 au 5 février : mission de prospection
• 16 au 19 avril : Salon Djazagro (équipementiers
des IAA)
• 1er au 9 juin : Foire Internationale d’Alger (FIA)
z Tunisie
• 7 et 8 décembre : réunion et rendez-vous individuels
• 5 au 7 février : mission de prospection
Renseignements et inscriptions : tél. 02 98 98 29 88 ou
[email protected]
F O R M AT I O N S E X P O RT 2 0 0 6
CC I 2 9 :
Tout un programme pour vous former à
l’international en 4 modules.
Renseignements et inscriptions :
le Service Formation de votre CCI, Brest 02 98 30 45 78,
Morlaix 02 98 62 39 31, Quimper 02 98 98 29 78.
La CCI de Morlaix
pilote deux
actions menées
au Royaume-Uni
en 2007. C’est
l’occasion pour
elle d’encourager
les entreprises de
sa circonscription
à exporter vers
cette destination.
Tour d’horizon.
L’ é c o n o m i e b r i t a n n i q u e
est incontestablement plus dynamique
que la plupart des économies continentales. Elle représente le 4e marché,
à l’export, des entreprises françaises.
Pilote du réseau des CCI de Bretagne
pour le Royaume-Uni, la CCI de Morlaix
continue donc de monter des actions
destinées à favoriser les démarches
des entreprises par rapport à ce marché
ouvert et porteur.
Dans ce cadre, deux opérations
d’envergure sont lancées en 2007.
Elles doivent permettre aux sociétés du
département intéressées par l’export
de valoriser, outre-manche, leurs
produits.
Conquérir des marchés porteurs
Deux salons internationaux sont au
menu. Le premier d’entre eux, qui a lieu
du 18 au 21 mars prochain, est l’IFE (International Food and Drink Exhibition). La
CCI est, désormais, une habituée de
ce salon consacré à l’agroalimentaire
et propose, en sus du « pavillon Bretagne », une visite groupée au départ de
Brest et de Rennes. Les professionnels
de l’équipement et de l’emballage ont
également la possibilité de faire valoir
leur savoir-faire en exposant lors du
salon Pro2Pac qui a lieu durant l’International Food and Drink Exhibition. Une
même date, mais un public différent.
Avis aux amateurs.
Le deuxième marché est Interbuild,
salon de la construction au RoyaumeUni, du 28 octobre au 1er novembre
2007 à Birmingham. C’est le rendezvous incontournable des spécialistes
du bâtiment (matériel de second
œuvre, matériaux de construction,
ameublement et décoration, sécurité,
architecture…) dont le secteur est
dynamisé par l’attribution récente
des Jeux Olympiques 2012 à la ville
de Londres. Interbuild, c’est 45 000
visiteurs à chaque édition et plus de
1 000 exposants présents.
La CCI de Morlaix offre aux entreprises
concernées, par le biais de « pavillons
Bretagne », un accompagnement intégral (logistique, interprétariat, montage
de dossier d’aides financières…) et des
solutions avantageuses pour être présent sur ces salons à moindres frais.
Deux entreprises de la circonscription
de Morlaix ont été primées dans le cadre
de leur participation à ce type de salons
internationaux en 2006 : Algoplus et
BMH-Kercelte. La société Algoplus, basée
à Roscoff, a participé au salon Speciality
and Fine Food Fair à Harrogate (Nord de
l’Angleterre) les 18 et 19 juin 2006. Elle
a reçu, en septembre dernier, un prix
pour l’excellence de ses « rillettes SaintJacques », un produit que Brittany Ferry
a aussitôt référencé sur ses bateaux.
La société BMH-Kercelte, originaire
de Locquirec, a exposé au SIAL 2006
(Salon International de l’Alimentation,
du 22 au 26 octobre, Paris) grâce à
l’ODESCA (Opération de Développement
Et de Structuration du Commerce et de
l’Artisanat) de Morlaix. D’ores et déjà,
deux des produits de sa gamme ont été
choisis pour figurer parmi la sélection
officielle des innovations du salon : les
huîtres au cidre et leur méli-mélo de
légumes ainsi que les deux pommes
de terres farcies au reblochon et au
jambon sec. « Nous sommes une jeune
entreprise et avons besoin de soutien.
Cette sélection devrait nous apporter de
l’essor », s’enthousiasme Mme ManachHiberty, cogérante de BMH-Kercelte.
Plus que jamais, les entreprises bretonnes
s’engagent à faire valoir leur savoir-faire en
participant activement à des salons internationaux. La Grande Bretagne sera, cette
année, une destination privilégiée.
CO NTACT
CCI de Morlaix
Service Relations Internationales
tél. 02 98 62 39 15
S I T E I N T E R N ET D E S S A LO N S
Ife l www.ife.co.uk
Interbuild l www.interbuild.com
Retrouver le programme des actions collectives à
l’international sur :
www.morlaix.cci.fr/services/international.htm
R È G L E M E N TAT I O N
z Autoliquidation de la TVA en France :
nouvelles règles
Depuis le 1er septembre 2006, la procédure
d’autoliquidation, jusqu’alors utilisée pour
quelques opérations seulement, notamment
l’acquisition de biens en provenance de l’Union
Européenne, est généralisée et rendue obligatoire.
Lorsqu’une livraison de biens ou une prestation
de services est effectuée par un assujetti non
établi en France, la TVA doit être acquittée par
l’acquéreur, le destinataire ou le preneur quand
celui-ci est identifié à la TVA en France.
Sur demande envoi Bulletin Officiel des Impôts
3 A-9-06 No 105 du 23 juin 2006.
AT T E N T I O N A R N A Q U E S !
Le Hong Kong Trade Development Council,
organisme semi-public chargé de la promotion et
du développement des échanges commerciaux
de Hong Kong avec le monde, nous alerte sur des
tentatives répétées d’arnaque émanant d’une
société basée à Hong Kong. Il s’agit de la société
Benthclay Distribution International spécialisée
dans le secteur des prestations de nettoyage
de locaux, de service traiteur ou de transports
d’archive. Les propositions d’affaires à long
terme de cette société relèvent de l’escroquerie.
douanes en ligne
se préparer à la dématérialisation
des procédures de douanes
D e v a n t l e d é p l o i e m e n t d’une
administration où tous les services
publics seraient informatisés, les douanes françaises se sont positionnées.
La direction générale des douanes et
droits indirects (DGDDI) a mis en place
le programme DELTA (Dédouanement en
Ligne par Transmission Automatisée)
qui prendra progressivement le relais
du système de dédouanement automatisé SOFI. En un mot : les procédures
de dédouanement papier seront informatisées d’ici cinq ans et exécutables
intégralement sur le Web. Son objectif
est de rendre les pratiques douanières
plus efficaces et attractives.
6 REPÈRES – novembre 2006
Ce programme s’adresse à toutes les
entreprises qui doivent déposer des
déclarations en douane, et en particulier, celles bénéficiant de procédures de
dédouanement domiciliées, c’est-à-dire
depuis l’entreprise. Tous les opérateurs
du commerce international seront progressivement concernés, petites ou
grandes entreprises et même transitaires.
Le portail Internet [email protected] apporte
des informations utiles pour comprendre le fonctionnement de DELTA. Il
permet également d’accéder à la plateforme de gestion des procédures déjà
opérationnelles (Delta-D, opérations
d’importation) à celles qui verront le
jour.
Dans le cadre de la dématérialisation
des procédures douanières, un nouveau
DAU (Document Administratif Unique)
entrera en application dès janvier
2007. Le DAU actuel, en format papier,
deviendra progressivement inexistant.
Il est donc important de songer à
dédouaner dès à présent avec Delta.
S I T ES I NT E R N ET
https://pro.douane.gouv.fr
http://www.douane.gouv.fr
i n d u s t r i e
les défis d’Odislor
depuis Carhaix, cette entreprise
s’ingénie à réaliser l’impossible
« C’est très étonnant que personne
n’ait pensé à ce système avant nous, »
souligne Erven Prigent, qui tempère
aussitôt : « Il faut dire que ce n’était pas
un produit simple à développer, tant
il mélange des technologies fines. »
L’électronique, c’est la passion de
toujours de ce costarmoricain. Après
un détour vers la biologie, et un poste
de responsable de laboratoire R&D pour
un petit groupe industriel, Erven Prigent
a ressenti le besoin de s’émanciper :
« retrouver ma liberté par la création
d’une entreprise. »
Hervé Ronné
Les énergies renouvelables :
une conviction
Erven Prigent (à droite) et son « staff » : fiat lux !
Grâce à une
invention
lumineuse,
Odislor fait un
tabac auprès
des grossistes
en matériel
électrique. Et Erven
Prigent prépare
déjà ses prochains
coups, notamment
dans le domaine
des énergies
renouvelables…
À
tout juste 33 ans, à
la tête d’une petite société du fin fond
de la Bretagne, Erven Prigent peut
se flatter d’avoir réussi à prendre de
vitesse des mastodontes de l’industrie.
Odislor, l’entreprise qu’il a implantée à
Carhaix en 2005 avec son épouse, est
en effet en train de se faire une place
de choix auprès des grossistes en
électricité, grâce à un nouveau système
nommé Afilpro : des petits boîtiers
électroniques qui, placés derrière un
interrupteur standard et une source
d’éclairage, permettent l’allumage à
distance par radio-fréquence. Idéal en
rénovation, pour éviter les saignées
dans les murs. Avantageux aussi parfois
en construction neuve, tant le prix du fil
de cuivre a augmenté.
Depuis quelques mois, les revendeurs
aux professionnels de tout le territoire
français craquent pour cette innovation.
Car derrière la passion se cache
une farouche conviction : il faut
promouvoir et développer les énergies
renouvelables. « Dans notre système
de production centralisée d’électricité,
le gros problème c’est la déperdition
d’énergie lors de son transport : il faut
donc individualiser la production,
explique Erven Prigent. Les technologies
permettent de gérer les besoins
d’une maison ou d’une entreprise
en autonomie. Il faut seulement se
poser les bonnes questions à la
construction : quelles solutions pour être
indépendant et faire des économies ?
C’est technologiquement possible
aujourd’hui, mais le modèle économique
ne plait pas à tout le monde…»
Dès son origine, Odislor, fondée par son
épouse Anne-Sophie O’Meara (« moi,
j’anime les projets, elle, elle donne le
cadre, elle assure le bon fonctionnement
des institutions ») était donc compartimentée en plusieurs départements. L’un
dédié à la recherche et développement
en électronique, Odislor Technology,
lequel est à l’origine d’Afilpro et travaille en sous-traitance pour de grands
comptes comme la Défense nationale
ou Livbag, à Pont-de-Buis. L’autre dédié
aux questions énergétiques, Odislor
Energy, qui pratiquait principalement
des expertises pour le compte d’en-
treprises souhaitant faire le point sur
leur approvisionnement et les moyens
de le diversifier. Le troisième, Odislor
Distribution, est une structure commerciale dont la mission est d’écouler sur
le marché les produits développés par
l’équipe R&D…
Se projeter vers l’avenir
Aujourd’hui, le succès d’Afilpro, et la
nécessité de verrouiller le marché avant
que la concurrence ne réussisse à contourner son brevet, a conduit Odislor à
multiplier les recrutements d’un bout
à l’autre de l’hexagone. Mais, avec 3
millions d’euros de CA et 30 salariés
au compteur, Erven Prigent constate la
difficulté d’une telle entreprise dans le
système français : « quand on grandit
trop vite, on est aussitôt puni du nombre
des embauches effectuées. » Par contre, rien à dire sur le choix de s’installer à Carhaix : « la ville fait la jonction,
la synthèse entre le nord et le sud de la
Bretagne, elle nous permet de balayer
large géographiquement, tant pour nos
débouchés que pour nos recrutements.
Et le foncier économique reste très
accessible. Mais c’est vrai que sans le
projet de doublement de la RN164, on
ne serait peut-être pas venu ici : c’est un
pari sur l’avenir! »
Là est peut-être le secret d’Erven Prigent :
cette capacité à se projeter dans le futur.
Il prévoit dès aujourd’hui de lancer trois
nouvelles références dans la gamme
Afilpro. « Le but : sortir de nos ateliers
un nouveau concept par an. Là où c’est
réputé impossible, nous commençons
à travailler. » Et il compte bien relancer
ses projets de production d’énergie
renouvelable, avec pour base les
technologies de micro hydraulique, ou
de panneaux à concentrateurs solaires…
Dès 2007, Erven Prigent aura l’occasion
de tester ces idées grandeur nature sur
son entreprise : il va devoir la déménager
de la pépinière à la zone de Villeneuve.
Dans des bâtiments à sa mesure… mais
pour combien de temps?
Bretagne 2015
la CCI donne la parole aux entreprises à propos
du développement économique régional
O r g a n i s e r une large concertation
des chefs d’entreprise, pour mieux
identifier leur vision des enjeux de
l’économie bretonne à 10 ans, leurs
attentes et leur conception d’un environnement propice à la compétitivité :
c’est dans cet objectif que les Chambres de Commerce et d’Industrie de la
région ont lancé l’opération Bretagne
2015.
Dans le cadre de cette démarche, la
CCI de Morlaix a réuni courant octobre
une trentaine de chefs d’entreprises
à l’occasion de deux tables rondes,
l’une sur le Pays du Centre Ouest
Bretagne, l’autre sur le Pays de Morlaix, pilotées par deux membres élus
de la CCI de Morlaix, Jean Jaffrennou
et René Gad. Les différents secteurs
d’activités du tissu économique y
étaient représentés : industrie, ser-
7
vices, commerce, artisanat.
Les chefs d’entreprises ont mis a
profit cette tribune pour faire part
de leur vision du développement
de leur activité et rendre compte
de le ur s at tente s concrè te s . Il s
ont mis en évidence les nombreux
atouts du territoire et rappelé les
principales motivations à leur
installation locale. Les échanges ont
également por té sur de multiples
sujets de préoccupation globalement
partagés, avec cependant certaines
spécificités liées à la localisation et
au secteur géographique : les enjeux
de la diversif ication économique
et de la transmission d’entreprise,
le ralentissement démographique,
les difficultés de recrutement et de
fixation de main d’œuvre, la pression
fiscale, les délais d’intervention des
collectivités publiques, le déf icit
d’image économique et touristique et
le défaut d’accessibilité du territoire,
l’augmentation des coûts du transport,
la question du transfer t de savoir
faire technologique et managérial,
les carences de formations locales
adaptées à des besoins spécifiques
au territoire, le problème des déchets
d’entreprise, le manque de logements
pour les salariés et les étudiants…
De nombreuses pistes de travail
concrètes ont également été fléchées,
susceptibles d’apporter des réponses
à ces attentes. Ces différents matériels
seront traités dans les prochaines
semaines, permettant d’élaborer au
plan régional un projet économique et
un programme d’action partagés par
les chefs d’entreprises bretons.
en bref
De nouveaux rendez-vous à la CCI
z Les matinales technologiques
d’Un monde d’avance
Deux nouvelles « Matinales technologiques » sont
proposées pour les mois de novembre et décembre.
À l’occasion d’un petit déjeuner, un expert viendra
répondre aux questions que se posent les entreprises sur des sujets technologiques d’actualité. Le 16
novembre, de 8 h 30 à 10 h 30 à la CCI de Morlaix :
téléphonie et voix sur IP, visioconférence/ Le14 décembre : gestion électronique de documents (GED).
Béatrice Decroux et Laurent Le Bodic
tél. 02 98 62 39 39, www.unmondedavance.com
z Les matinales Ressources Humaines
La gestion des ressources humaines : un enjeu
considérable de compétitivité. Afin d’aider les PME
de la circonscription à améliorer leurs pratiques et
à partager leurs expériences, la CCI de Morlaix
organise à compter du 21 novembre des petits
déjeuners d’information : les matinales Ressources
humaines. Le mardi matin, à intervalle régulier, les
responsables RH sont invités à se retrouver à la CCI
autour d’un café de 8 h 30 à 10 h 30 en présence
d’un ou deux intervenants et d’un témoin d’une
entreprise de la circonscription. Premier rendezvous mardi 21 novembre sur le thème des processus de recrutement, avec Joseph Carret Consultant.
À suivre : mardi 19 décembre « Des outils indispensables : organigrammes et fiches de fonctions » et
mardi 23 janvier « La réforme de la formation et ses
applications ».
Josiane Marzin, tél. 02 98 62 39 39,
[email protected]
Carrés 2006 : A3 Technologie,
À l’aise Breizh, TWL-TWD et
Morlaix Communauté à l’honneur
Remis par les clubs d’entreprises du Pays de Morlaix, les Carrés récompensent chaque année les
entreprises les plus remarquables. Au palmarès
2006, À l’aise Breizh est une nouvelle fois distinguée pour sa performance commerciale, A3 Technologies reçoit le Carré de l’innovation, le domaine de
prédilection d’Ernest Penn qui vient tout juste de
réussir la cession de son entreprise, et TWL-TWD et
Morlaix Communauté se voient remettre le Carré du
partenariat pour le déménagement réussi de cette
florissante entreprise de transport dans les anciens
locaux de France Boissons à Pleyber-Christ.
Nouvelles technologies :
vers l’émergence de nouveaux
leaders mondiaux
Le 21 septembre dernier, un accord de partenariat a
été signé entre la MEITO (Mission pour l’Electronique, l’Informatique et les Télécommunications de
l’Ouest), Oséo et le comité Richelieu dans le cadre
du Pacte PME que parraine Thierry BRETON. Lancé
depuis un an, ce pacte à pour objectif d’augmenter
le chiffre d’affaire des meilleures PME innovantes
pour les voir émerger avec éclat sur des marchés
mondiaux. Le partenariat ainsi conclu permettra
d’atteindre cet objectif dans le secteur des hautes
technologies. La MEITO est une association qui a
pour mission d’animer la filière ETIC (Électronique,
Informatique et Télécommunication) en région Bretagne et Pays de Loire et d’apporter ses compétences et ses moyens pour sensibiliser les acteurs
concernés par le pacte PME.
Pour en savoir plus : www.meito.com;
www.oseo.fr; www.pactepme.org
Budget 2007 : un plan d’aide au
développement des PME amélioré
Dans le cadre du projet de loi du budget 2007,
en sus du gel de l’impôt sur les sociétés pour les
entreprises dont la masse salariale aura crû de 15%
par an pendant deux années consécutives, le Gouvernement a consenti à verser le CIR (crédit impôt
recherche) l’année même des dépenses engagées.
En outre, il reconduit, pour une période de cinq
ans, le dispositif Madelin de déduction de certaines
cotisations des travailleurs non salariés.
« Démographie d’établissements
en Bretagne » : parution de l’édition 2006
Les CCI de Bretagne ont publié l’édition 2006 de
leur étude annuelle sur la démographie d’établissements en Bretagne. L’analyse porte sur les résultats
de l’année 2005 et montre la dynamique entreprenariale de la région. Cette étude est disponible au
centre de documentation de la CCI.
Nicole Leroux, tél. 02 98 62 39 46,
[email protected]
REPÈRES – novembre 2006
www.unmondedavance.com
COMMERÇANTS, ARTISANS
VOUS AVEZ UN PROJET :
- d’informatisation de votre entreprise ?
- de création de site internet ?
Soirée
TIC
& Comm
erce
lundi 13
nov
à partir
VOUS SOUHAITEZ FAIRE LE POINT
SUR LES SOLUTIONS DE GESTION
COMMERCIALE ?
embre
de 18h3
0
Journé
es de
l’inform
et d’Int atique
les 6 no ernet
vem
bre et
11 déce
mbre
Venez découvrir
gratuitement
des démonstrations
de solutions logicielles,
de sites internet ou
de matériels informatiques
les plus adaptés à
votre activité.
Nous vous donnons également la possibilité de nous rencontrer individuellement
et gratuitement pendant une heure, sur seule prise de rendez-vous.
CCI Morlaix, Aéroport, CS 27934, 29679 Morlaix cedex • T. 02 98 62 39 39 • Fax. 02 98 62 39 50 • [email protected]
N
O
S
R
É
S
E
A
U
X
INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT
Béatrice Decroux & Laurent Le Bodic
Un monde d’avance
tél. 02 98 62 39 39
[email protected]

Documents pareils