U partenariat au service des ad. érents communs

Commentaires

Transcription

U partenariat au service des ad. érents communs
ALPES PROVENCE
Le Crédit Agricole Alpes Provence et l'Afga
U partenariat au service des ad. érents communs
D'un côté, il yale Crédit Agricole Alpes
Provence, une banque coopérative
régionale au service de quelque
11 000 clients agriculteurs sur les
départements du Vaucluse, des
Bouches-du~Rhône et des HautesAlpes. De l'autre, l'Afga Provence, 'une
association de gestion et de comptabUité
œuvrant également sur ces trois départements. Deux structures pour deux
métiers complémentaires qui ont
décidé d'œuvrer ensemble pour le
bien de leurs adhérents communs.
"Notre mission est d'accompagner nos
2400 adhérents, dont 1 800 agriculteurs, dans
toutes les fonctions économiques, comptables,
fiscales, juridiques et sociales de la vie de leur
entreprise", explique Alfred Picot, directeur de
l'Afga Provenœ. Présidée par Franck Alexandre,
vigneron à Gigondas, l'Afga a mis en œuvre
avec le Crédit Agricole un partenariat pour
optimiser cette complémentarité entre les
métiers de la banque et de la comptabilité.
Dans les faits, ce partenariat repose sur
plusieurs prestations mais reste conditionné à
l'accord écrit de l'agriculteur, d'une part à
l'Afga, d'autre part au Crédit Agricole.
Romuald Rablet, directeur des Engagements et du
marché de l'agriculture au Crédit Rgrlcole Ripas
Provence,
.
Un échange mutuel
Concrètement, l'Afga transmet annuellement
"et dès leur conceptIon" les comptes annuels
des exploitations agricoles sous forme
dématérialisée; ces données comptables sont
ensuite traitées par le Crédit Agricole "qui
bénéficie donc de l'ensemble des documents
financiers nécessaIre pour étudier toute
demande de nos adhérents, également clients
du Crédit Agricole", poursuit Alfred Picot.
''Au-delà de cette collaboratIon entre nos deux
structures, nous marquons ainsi notre volonté
de travailler efficacement au profit de nos
clients communs", reprend Romuald Rabiet,
directeur des Engagements et du marché de
l'agriculture au Crédi~ Agricole Alpes Provence.
En retolR", la booque transmet à l'Afga l'ensemble
des écritures des comptes bancaires professionnels concernés, également sous forme
informatique. "Ces éaitures sont transféréeS
directement dons le logIciel comptable de nos
adhérents': reprend le directeur de l'Afga qui
poursuit : "Cette pratique permet une fiabilité
de /'information ainsi qu'lKlB dimifKJtion considérable du risque d'erreur dans la retranscription
de ces relevés. Au final, nous bénéficions d'un
gaIn de temps de nos troitements comptables
tout en assuront un maximum de fiabilité. "
Grâce à ce procédé, le Crédit Agricole Alpes
Provence peut donc anticiper les demandes
potentielles de son client 'et mieux l'accompagner dans ses demandes de financements ou
d'épargne", souligne Romuald Rabiet
Une meilleure connaissance
des marchés agricoles
Mais ce partenariat prend également un
aspect plus global au service du monde
agricole. En effet, le transfert mutuel
d'informations entre le Crédit Agricole et
l'Afga permet à cette dernière de réaliser
Alfred Picot, dlNd..,r de l'Afga Provence,
chaque année une étude des résultats des
exploitations de ses adhérents agriculteurs.
Cette anal1,lse donne lieu à une "étude de
groupe" qui traite les résultats économiques
des diverses filières d'activité présentes
dans nos départements (Viticulture, fruits et
légumes, etc.). Celle-ci est transmise au
Crédit Agricole Alpes Provence qui en tire
des enseignements très utiles à son
activité. "C'est Important pour mieux anall,Jser
les filières agricoles, les rendements et
marges mOl,Jennes. In fine, l'agriculteur
bénéficie ainsi d'un meilleur accompagnement
par nos conseillers puisqu'ils sont au fait de la
situation des marchés agricoles et donc, de la
réalité du terrain", conclut Romuald Rabiet.
www.ca-alpesprovence.fr
::::'~fJ') :i~..::tn: !''' l l : ::?.:. C" 'o::
r~ls.sE 1 ~l:UIO.'J i\LE
t:
ri
DE CA=:Dn 1\\.J'iICO _f ~.'U l Ui! L A:.. PES Pf\ OVE '\IC ~ SX1(! tl' cC'or::·:!'r"!j1V": 2 t,, "~·f n' 'n fl .aGfi :te',,:: = ~ èt' r:)I':'
X-" I....j~ CV:-,:,,!:, 1.1('\,', ; 4.:.x .'::i\J ?!lOVE"'~C::: CE9EX ? '1 '-: S J8 1 !l ' 0 ..:..! ~ Arx·c~ . . -p~OV=I'..,jCE . SCC:.:t,~ (k\ L.;Cl' ~l..:gL' tJ 3s.sL.J:'~J1Ce ~l t l.~ .. ,. t;~t.'..:
Ct, Ët."!:'ISSr
iJt:
If '
li: ,,~ Cr"~dlt
R1!1I Ar.;; J , ,:,
r" IH'm,~l!"
"';
~."
J\ SSJlf l "':U 'iOtIS
~ r.lIlT<é.~'C i};vFI;~Jl