1 Exkursion Tunesien 01.07.

Commentaires

Transcription

1 Exkursion Tunesien 01.07.
Exkursion Tunesien
01.07.- 08.07.2009
Journal d’excursion du 1er au 8 juillet 2009 en Tunisie
Groupe d’étudiants LMD (BASIB – Bachelor en sciences sociales et relations interculturelles)
Faculté des sciences sociales et culturelles
Université des sciences appliquées de Fulda, Allemagne
Encadrement : Gisela Baumgratz-Gangl
1
Préface
Dans le cadre de la préparation d’une coopération entre l’université de Sousse (Tunisie) et
l’Université de sciences appliquées de Fulda (Allemagne) nous étions le premier groupe
d’étudiants de la faculté des sciences sociales et culturelles à avoir la chance de partir en
excursion en Tunisie. Le programme établi par Madame Gisela Baumgratz-Gangl fait partie du
module « professional relations » de nos études dans le cadre du cursus « Bachelor en sciences
sociales et relations interculturelles (BASIB) de la Faculté de sciences sociales et culturelles que
nous avons terminés après le retour de la Tunisie. L’objectif de l’excursion étant la familiarisation
avec la réalité professionnelle et sociale des acteurs nationaux et internationaux dans un pays
émergeant associé avec l’Europe, nous étions censés préparer les visites prévues dans des
établissements universitaires et des entreprises dans la région de Sousse ainsi que la visite de
la délégation de l’Union européenne à Tunis en collectionnant des informations et en établissant
des questionnaires pour les différents interlocuteurs. Le programme était complété par des
visites guidées de la Medina de Sousse et de Tunis, de Kairouan et de Monastir qui devaient
nous donner une idée sur l’évolution historique et culturelle de la Tunisie.
Etant conscients que rien ne peut remplacer les échanges personnelles, nous tenons à
remercier vivement tous les responsables des différents établissements, entreprises et
organismes ainsi que leurs collaborateurs pour leur hospitalité, leur accueil chaleureux et les
informations et points de vues précieux dont ils ont bien voulu nous faire part.
Nous espérons que nous ne sommes pas les derniers à avoir eu cette chance et souhaitons aux
prochains participants tunisiens et allemands de projets réalisés par les deux universités des
expériences personnelles et professionnelles aussi riches que celles que nous avons eues en
tant que « pionniers ».
Il nous reste à remercier la faculté des sciences sociales et culturelles de notre université pour
son soutien logistique et financier considérable qui nous a permis de participer au nombre de 29
– c'est-à-dire le cursus entier à une exception près – à ce beau projet.
Les étudiants du Bachelor « Sciences sociales et relations interculturelles dans les
organisations » BASIB 3
Juillet 2009
2
Programme
Programme de l’excursion des étudiants de l’université des sciences appliquées
de Fulda du 1-8 juillet 2009 à Sousse
Responsable : Gisela Baumgratz, portable 96762640
Chauffeur: Mr Mohieddine MOSBAH, portable 97455661
Mercredi Arrivée à l’aéroport de Monastir à 9.25, Transfert à l’Hôtel Marhaba Club
01.07.09 Sousse.
12.00 Bus à l’université de Sousse
12.30 Accueil par Monsieur Ahmed Helal, Président de l’Université de
Sousse et visite de l’université.
13.30 Bus en ville pour déjeuner
14.00 déjeuner
14.55 Bus à la Medina
15.00: Visite guidée (en anglais) de la Medina de Sousse par M. Nejib
Elfaiez, directeur de l’association des guides de Tunisie.
18.30 Retour à l’hôtel en Bus
20.00 dîner
Jeudi
Une journée à Tunis.
02.07.09
7.00 départ du bus à l’hôtel
9.30 – 12.00 visite de la délégation de l’Union Européenne.
Accueil et présentation (en anglais) par Monsieur Massimo Mina, chef
de section Médias, société civile, emploi, formation professionnelle,
développement rural.
12.30 déjeuner
14.00 visite guidée de la Medina de Tunis, Sidi Bou Said et retour à Sousse
le soir. Guide: M.Nejib Elfaiez.
20.00 dîner à l’hôtel
Vendredi
03.07.09
9.00 départ à l’Institut de Tourisme de Sousse,
9.30 accueil et présentation de l’institut par le directeur Mr Faical Sassi (en
Allemand)
11.00 visite du centre Thalasso Hasdrubal SPA
12.00 visite du port Kantaoui et déjeuner sur place,
14.30 retour en bus à l’hôtel
17.30 départ du bus pour l’Institut des beaux arts
18.00 accueil et présentation par le directeur Hafeth Djedidi
retour à l’hôtel en bus
20.00 dîner à l’hôtel
Samedi
8.00 Départ de l’hôtel à 8.00 à Soliman (Tunis sud)
04.07.09 10.30 Entretien avec Madame Lilia Jouini, directrice tunisienne du projet
alternance en formation professionnelle de la GTZ entre 1995 et 1999
(en français!) dans sa maison.
13.00 Déjeuner sur place
3
16.00 Départ du bus à Sousse
20.30 Dîner à l’hôtel
Dimanche
05.07.09
8.00
9.30
13.00
15.00
Départ de l’hôtel
visite guidée de Kairouan
Déjeuner sur place
départ du bus à Monastir
Visite du Mausolée du premier président de la Tunisie, Habib
Bourguiba et retour à Sousse. Guide : Mr. Nejib Elfaiez
20.00 Dîner à l’hôtel
Lundi
06.07.09
7.45 Départ du bus de l’hôtel
9.00 Visite de l’entreprise Leoni
Présentation de l’entreprise, visite, entretien avec le directeur général,
M. Larbi Rouis.
12.30 Déjeuner à l’entreprise
15.45 Retour à l’hôtel
17.30 Départ de l’hôtel en bus
18.00 Institut des Hautes Etudes Commerciales (IHEC) accueil par le
directeur Mr. Mounir Belloumi et rencontre avec des étudiants et
enseignants de l’Institut : échange sur les projets et perspectives
professionnelles des uns et des autres et/ou la communication en
entreprise (en anglais).
19.30 retour à l’Hôtel en bus
20.00 dîner à l’hôtel
Mardi
07.07.09
8.00 Départ de l’hôtel en bus
9.00 Visite de la Société de l’huilerie, accueil par Mr Habib Doss, directeur
général (français/anglais).
11.00 retour du bus à l’hôtel
12.30 déjeuner à l’hôtel (libre)
15.00- 18.00 Evaluation et mise au point du journal de l’excursion à l’Hôtel
20.00 Dîner à l’hôtel et Soirée d’adieux . Invitation d’étudiant€s
tunisien(ne)s de IHEC
Mercredi Matinée libre.
08.07.09 17.00 transfert de l’hôtel vers l’aéroport de Monastir,
19.30 vol à Francfort
4
Liste des participants
Excursion 1.-8-7-2009
en Tunisie Responsable:
Dr. Gisela
BaumgratzGangl
Prénom
Nom
Andrea
Diroll
Andrea
Rudolf
Andreas
Kluge
Annik
Trauzettel
Christian
Klingelhöfer
Christina
Asmus
Enkhnaran Tumenbayar
Farzad
Djafari
Friederike
Weigelt
Gloria
Gerling
Gökhan
Sezgin
Hakan
Yilmaz
Johann
Just
Kati
Chmiel
Kerstin
Lindner
Kristin
Alschner
Maria Wassersleben
MarieVolk
Theres
Marina
Nachtigal
Nadja
Tiyma
Nanett
Gutwasser
Pimchan Ruchangkun
Sarah
Köneke
Simone
Killinger
Simone
Gruber
Stephanie
Richter
Stephanie
Gelbrich
Tiemo
Pokraka
Vera
Hofmann
5
1er juillet 2009 – premier jour
Arrivés á l’aéroport de Monastir tôt le matin, nous nous sommes
installés à l’hôtel Marhaba de Sousse d’où le Bus nous amenait
à l’université de Sousse. Dans le grand bâtiment moderne de
l’administration le président de l’université, Monsieur Ahmed
Helal, président de l’Université de Sousse et ses
collaborateurs nous accueillaient avec des rafraîchissements et
les petits gâteaux tunisiens que nous avions le plaisir de goûter
et qui nous aidaient à chasser la fatigue du voyage.
Après avoir présenté l’université de Sousse et ses
multiples programmes de coopération
internationale, Monsieur Helal se félicitait des
possibilités d’une coopération avec l’université des
sciences appliquées de Fulda en Allemagne qui a
été entamée pendant la visite en juin 2009 d’une
délégation de la faculté des sciences sociales et
culturelles. Il soulignait à cette occasion
l’importance attribuée par le ministre tunisien de
l’enseignement supérieur à la coopération des
universités tunisiennes avec les établissements de
l’enseignement supérieur en Allemagne.
Finalement Monsieur Helal répondait à un certain nombre de nos questions concernant les
conditions financières des études en Tunisie, les procédures d’admission des étudiants et les
possibilités de trouver un emploi pour les diplômés, problème qui préoccupe non seulement les
autorités tunisiennes, mais également les étudiants allemands en lettres et sciences humaines.
La journée se terminait avec une visite guidée de la
Medina de Sousse qui nous donnait une première
idée d’une ville orientale et ses racines historiques
imprégnée par le tourisme.
6
2 juillet 2009, deuxième jour
Tôt le matin nous avons pris le bus pour Tunis
Arrivés à la délégation de l’Union Européenne à
Tunis, on nous a informés que pour des raisons de
sécurité nous avions pas le droit de prendre des
photos à l’intérieur de la maison. Néanmoins nous
avons été accueillis chaleureusement par une équipe
de collaborateurs tunisiens : Monsieur Ben Nacef,
responsable de la formation professionnelle et de
l’emploi et Madame Belkhodja, directrice du centre de
documentation et qui parlait un allemand excellent.
Ceci s’avérait particulièrement intéressant étant
donnée leur regard tunisien sur le processus de
Barcelone et la politique européenne du voisinage ainsi que l’évolution de la société tunisienne
depuis l’accord d’association de 1991. Après deux heures de présentations et de discussions
fort intéressantes on nous a invités á prendre des rafraîchissements. Munis de documents qui
ont été préparés pour chacun d’entre nous, nous avons quitté nos interlocuteurs hospitaliers
pour nous rendre à
Sidi Bou Said, « un must touristique »
de la banlieue nord de Tunis.
Un thé à la menthe aux pignons de pin
sous l’ombre des parasols du café les
délices nous a rendu les forces pour
retourner au Bus sous la force
inhabituelle d’un soleil Méditerranéen
d’été.
La Medina de Tunis nous
attendait avec ses souks
dont nous avons découvert
la signification, grâce à notre
guide qui savait susciter
7
notre intérêt pour des détails qui ne sont pas forcément abordés dans les guides touristiques.
Les différents mosquées avec leur minarets qui ne
ressemblent pas à ceux que nous connaissons de la Turquie
nous étonnaient autant que le
fait que la Kasbah héberge les
ministères les plus importants
du gouvernement tunisien dans
des bâtiments anciens merveilleusement rénovés et entourés
d’arbres.
8
3 juillet, troisième jour
Le troisième jour de notre voyage nous amenait le matin dans le centre touristique de Sousse à
Port El Kantaoui. Le directeur de l’Institut Supérieur de Tourisme de Port El Kantaoui,
Monsieur Sassi nous accueillait avec ses collaborateurs dans le hall de ce bâtiment bien
aménagé pour la formation de techniciens supérieures en restauration, pâtisserie, hôtellerie et
gestion.
Malheureusement les étudiants étaient pour la
plupart déjà en stage et nous avons compris que
pour l’avenir de telles excursions devront s’organiser plus tôt dans l’année scolaire des
étudiants tunisiens pour
permettre des rencontres
et des échanges. Néanmoins le
directeur nous a informé
de façon détaillée sur les
procédures de
recrutement et les conditions de
vie et de travail à
l’intérieur de cet Institut qui,
contrairement aux autres
établissements d’enseignement
supérieur que nous avons
visités, appartient au ministère du
tourisme. Le fait que
l’Institut accueille aussi des
étrangers, notamment
des autres pays du Maghreb,
nous permettait quand
même de faire connaissance de
deux étudiantes
algériennes qui nous proposaient des boisons froids et ces petits gâteaux qui s’associent depuis
à notre image de la Tunisie.
Ceci d’autant plus que la responsable des l’achat pour les
cuisines nous recommandait les meilleurs endroits pour
nous munir de petits cadeaux pour nos familles et amis.
A quelques pas de l’Institut nous nous retrouvions au Centre Hasdrubal Thalassa & Spa,
prochain cible de notre visite à Port El Kantaoui. Le
calme et le décor de cet endroit qui fait partie du
tourisme de
santé et de
« wellness » de
la Tunisie nous
ont séduit au
point que nous
9
aurions souhaité rester, nous détendre et oublier les obligations qui nous attendaient.
De retour dans la chaleur nous faisions un tour du port et
rentraient après un déjeuner à l’ombre.
Le soir nous avions le plaisir de pouvoir visiter l’exposition
des travaux de fin d’année des étudiants de l’Institut des
Beaux Arts ’université de Sousse. Guidés par une
professeur de céramique nous avons reçu une
introduction très compétente aux différents techniques
non seulement en céramique mais également en peinture et tissage, ainsi que le mariage entre
l’audiovisuel et la peinture. Plusieurs étudiantes nous ont
expliqué elles-mêmes leurs œuvres qui nous frappaient par
leur imagination et leur créativité.
En fin de parcours
le directeur,
Monsieur Djedidi, lui-même réalisateur de théâtre, nous a fait présenter un certain nombre de
pièces de théâtre fort intéressantes qui ont été écrites et mises en scènes à l’Institut.
Non seulement nous avions de nouveau droit à des petits gâteaux et des rafraîchissements
mais aussi au visionnage de performances impressionnantes qui ont été réalisées au printemps
par les étudiants
dans la ville de Sousse.
Finalement le
directeur a remis une sculpture
réalisée par une
étudiante à Madame Baumgratz :
L’œuvre a
trouvée une place dans son
domicile à
Sousse.
Monsieur Djedidi
nous a invité à participer aux
projets et
performances réalisés par les
étudiants de
l’Institut au cours de l’année, idée
qui serait
certainement à poursuivre avec les
étudiants qui
nous succèdent.
10
4 juillet, quatrième jour
Par la nature de notre programme l’éducation et la formation y occupaient une place importante.
Déjà abordées dans le cadre de notre rencontre avec le président de l’université et dans la
cadre des discussions avec les collaborateurs de la délégation européenne nous avons eu la
chance de pouvoir rencontrer Madame Jouini du ministère de l’éducation et de la formation
professionnelle, ancienne directrice tunisienne du projet formation en alternance qui a été
réalisé en
coopération avec la GTZ
allemande. Elle
nous a accueillis dans son
domicile au
bord de la mer.
Sans nier les
difficultés de
mise en œuvre
d’un tel projet
ambitieux en
Tunisie toujours
en cours,
Madame Jouini nous a communiqué son optimisme concernant la pertinence du projet, nourri
par l’acceptation que connaît maintenant la formation professionnelle comme issu qualifiant du
système d’éducation tunisien chez les familles et les jeunes. Ceci n’était pas du tout le cas au
début du programme MANFORME, actuellement dans sa phase de consolidation et qui est
également soutenu par l’Union Européenne. Madame Jouini n’a pas cessé de signaler que
l’approche tunisienne de la formation en alternance n’est pas une copie du système dual
allemand et a attiré notre attention sur les obstacles systémiques et culturels qui nécessitent des
adaptations dans le contexte de la Tunisie. C’est ainsi que, faute d’une tradition d#implication de
l’entreprise tunisienne dans la formation professionnelle, la formation des formateurs en
entreprise et la qualité de la coopération entre les entreprises et les centres de formation qui est
au cœur de la réforme tunisienne, malgré les efforts et progrès incontestables, laissent toujours
à souhaiter.
La personnalité et le dynamisme de cet exemple d’une femme de la Tunisie moderne nous ont
fort impressionnés et nous avons eu droit à une hospitalité et un accueil exquis. Merci à Lilia!
11
De retour á Sousse une partie du groupe a aidé Madame
Baumgratz à préparer la soirée sur sa terrasse pour
laquelle elle a fait fabriquer un grand gâteau BASIB.
Pour nous stimuler il y avait de la musique arabe qui se
prêtait à mettre en valeur les compétences acquises á
Fulda en matière de danse du ventre et qui nous
permettait de nous débarrasser des calories superflues.
Dans une opération coup de vent à la fin de la soirée notre groupe bien expérimenté dans ce
genre d’activité réussissait à rétablir l’ordre ce qui a fortement impressionnée Madame
Baumgratz.
12
5 juillet, cinquième jour
Une chaleur de plus en plus aigue nous forçait à partir tôt le matin pour Kairouan, actuellement
capitale culturelle de l’Islam, situé à environ 60 kilomètres de Sousse á l’intérieur du pays. Un
vent chaud et sec et plus de 40° Celsius accompagnaient notre
tour de la ville, des mosquées et mausolées et des ruelles
médiévales d’une des plus anciennes villes du monde musulman.
Le déjeuner dans un restaurant climatisé trouvait pour la première
fois notre approbation.
Après le retour au
bus (non climatisé) le
changement du
programme devenait
inévitable : la chaleur
brûlante dans le Colisée d’El
Jem qui nous
attendait nous amenait à opter
pour la ville natale du président Bourguiba, Monastir et la fraîcheur du mausolée.
Le reste de la soirée était consacré à la mer…
13
6 juillet, sixième jour
Plus ou moins rétablis par les sauts dans la mer ou
la piscine de notre hôtel nous nous retrouvions à 8
heures dans le bus qui nous amenait á Messadine
prés de Sousse où se trouve le siège de
l’entreprise de câblage allemande Leoni, qui est
sur place depuis 32 ans. Cette entreprise « off
shore » qui, à cause d’un statut spécial
d’exonération des droits de douane travaille
uniquement pour l’exportation, fait partie des plus
de 600 entreprises allemandes et des plus de 2000
entreprises étrangères qui investissent et produisent en Tunisie. D’après les informations que
nous avons étudiées au préalable cette entreprise qui fait partie du réseau de 126 entreprises
de Leoni à travers le monde, permettait d’illustrer un certain nombre de sujets qui nous ont
préoccupés pendant nos études, notamment le
fonctionnement et le management d’une
entreprise allemande dans un contexte
socioculturel étranger et les stratégies et
méthodes de développement d’un personnel
censé répondre aux standards de qualité de la
maison mère en Allemagne, adaptés à la
concurrence globale.
Etant donné que nous étions un groupe d’étudiants en sciences sociales et culturelles l’accueil
qui nous a été préparé était plus qu’étonnant. Une présentation du réseau mondial de
l’entreprise et de sa politique en Tunisie par un manager de l’entreprise était suivie par un petit
déjeuner dans la cantine de l’entreprise. En petits groupes on nous a expliqué par la suite
pendant deux heures le déroulement de la production du câblage pour les grandes marques
automobiles allemandes.
Après le déjeuner dans la cantine, le DG
tunisien, Monsieur Mohamed Larbi Rouis
nous accueillait dans la salle de formation et
nous présentait sa vision d’une entreprise
tunisienne répondant aux standards de la
compétitivité mondiale. Etant donné que la
maison mère de Leoni a opté pour la mise en
œuvre d’un système de production inspiré par le
système Toyota, l’enjeu était de répondre aux
principes de « zéro défaut » et maximum de
qualité en un minimum de temps. En fait tous les
sites Leoni dans le monde entier sont amenés à
mettre en œuvre le système de production Leoni
(LPS) suivant les principes du système Toyota et qui implique l’innovation et la réorganisation
permanente des processus pour augmenter la performance.
14
Monsieur Rouis nous a confié que ce n’était pas facile de gagner la confiance du top
management allemand en tant
que Tunisien. Formé
aux Etats-Unis, Monsieur Rouis
a dû « faire ses
preuves » pour obtenir le poste
de manager de Leoni
en Tunisie étant donné que la
Tunisie est le premier
producteur de câbles Leoni au
monde. Etablir le
système de production Leoni de
façon durable dans un
pays comme la Tunisie,
demande au Manager
une connaissance intime du
fonctionnement de la
société tunisienne, de ses
traditions et sa culture
relationnelle, connaissance qui
n’est que difficilement
abordable à un gestionnaire étranger qui n’a pas une longue expérience de travail dans le pays.
Monsieur Rouis signalait l’importance du concept de famille dans la philosophie Toyota, ce qui
fait que l’entreprise poursuit une politique sociale très avancée et une promotion des salariés
avec un système de primes basées sur la performance et les propositions d’innovation: 10% du
profit annuel de l’entreprise dû à une innovation proposée par un collaborateur lui est versé en
plus de son salaire. Par la rotation du personnel, des séjours á l’étranger sont possibles. Un
système de prestations médicales au sein de l’entreprise complété par des contrats avec des
médecins spécialisés en dehors de l’entreprise donne aux travailleurs et leurs familles accès à
des soins et médicaments à prix réduits. Les femmes ayant accouché ont droit á une réduction
des horaires de travail d’une heure par jour sans réduction de salaire. Le service ergonomique a
analysé les postes de travail et l’entreprise a introduit par la suite la possibilité d’un travail assis
pour les ouvriers plus âgés. En outre l’entreprise met à la disposition un bus pour permettre aux
membres de la famille de se déplacer en cas d’un mariage, d’un enterrement ou d’une
circoncision. L’entreprise a également établi des conventions avec de nombreux magasins pour
offrir des prix intéressants pour son personnel. Toutes ces mesures ainsi qu’un système de
compétition entre les groupes de collaborateurs contribuent à compenser le fait que les
entreprises off shore n’ont pas le droit de dépasser le salaire minimum garanti (SMIG) tunisien.
Pour garder un personnel hautement qualifié ces mesures sont indispensables, vu le stress que
les hommes et les femmes dans les différentes positions subissent pour répondre aux
exigences des standards établis pour assurer une compétitivité au niveau mondial.
Comme l’entreprise accueille
également des stagiaires et des
étudiants diplômants ou doctorants
Monsieur Rouis et ses
collaborateurs nous invitaient à
revenir et profiter de ces possibilités. Nous espérons que les étudiants de notre faculté qui nous
succèdent profiteront de cette chance d’être encadrés par des collaborateurs engagés de cette
entreprise. Nous avons quittés ces locaux accueillants munis de cadeaux – chapeaux,
t-shirts et stylos Leoni et avec le sentiment d’avoir appris beaucoup de choses.
15
De retour à l’hôtel plus tard que prévu il nous restait que très peu de temps pour nous préparer à
la visite de Institut des hautes études commerciales (IHEC). Arrivées à l’Institut, le directeur,
M. Belloumi, nous a invités à assister à la cérémonie de remises des prix pour les meilleurs
étudiants de l’année. Malgré le fait que nos
possibilités d’échange avec les étudiants
restaient très limitées nous avons suivi avec
intérêt cette cérémonie qui nous donnait une
idée de la vie universitaire en Tunisie. Par
ailleurs nous avons été gâtés, là aussi, avec
des boissons frais et des petits gâteaux
tunisiens.
16
7 juillet 2009, septième jour
Le matin tôt le bus nous a amenés pour la première fois à l’intérieur du pays dans la zone
agricole et les vastes terrains d’oliviers de la région de Sousse. Après une heure de trajet nous
sommes arrivées chez MedGold, une
entreprise de production d’huile d’olive bio
pour l’exportation, notamment aux Etats-Unis.
Madame Samira Ben Slimane,une
collaboratrice très bien informée sur tous les
processus de production, nous a expliqué les
différentes phases de production, qui, dans le
cas d’une
production
répondante aux
normes bio,
commencent
déjà avec le
traitement des
oliviers avant la récolte. Comme les oliviers mûrissent en hiver, la
production était hors service et les machines ne tournaient pas.
Néanmoins nous avons gagné une idée plus précise sur le
processus qui précède la mise en bouteille et le transport de
l’huile d’olive à ses destinations internationales. La descente aux
citernes immenses qui contenaient 600 tonnes d’huile d’olive était
fort impressionnante et
finalement nos efforts ont
été récompensés par la
dégustation de plusieurs
types d’huile – vierge
extra, citronnée ou aromatisée
á l’Orange. Près de 100
petites bouteilles on été
acheminées vers
l’Allemagne en guise de petits
cadeaux pour les
professeurs, les familles et les
amis.
L’après midi était consacré au bilan des
impressions et expériences individuelles de
chacun des participants de l’excursion. Nous
avons considéré à l’unanimité que la semaine que
nous avons pu passer ensemble en Tunisie était
une grande réussite. Néanmoins nous nous
sommes posés un certain nombre questions sur
A
17
les conditions de vie des Tunisiens qui travaillent dans le tourisme et sur l’impact du tourisme de
masse sur la région. Comme le personnel de l’hôtel a très vite compris, nous nous distinguions
des touristes habituels qui fréquentent l’hôtel ce qui suscitait des questions des deux côtés.
C’est ainsi que nous avons pu gagner des idées plus précises sur la vie quotidienne des
membres du personnel, leurs soucis concernant l’augmentation du coût de vie en partie dû au
tourisme, mais aussi concernant la précarité des emplois dans ce secteur économique soumis à
la conjoncture des saisons. Nous nous sommes aperçus de l’ambiguïté des importations de la
civilisation européenne et le clash entre tradition et modernité, entre le pays et la côte, les villes
et la campagne et finalement la grande différence entre les entreprises travaillant pour
l’exportation et les entreprises orientées vers le marché intérieur.
Les commentaires critiques que nous avons entendus de plusieurs de nos interlocuteurs
tunisiens sur le manque d’autonomie des élèves et des étudiants du secondaire et du supérieur
dû à une pédagogie essentiellement réduite au cours magistral et à la reproduction du discours
de professeurs nous ont fort impressionnés. Ceux parmi nous qui ont fait des séjours d’études à
l’étranger, notamment en France, ont constaté des parallèles avec la pédagogie tunisienne.
Pour assurer l’acquisition de ces compétences indispensables pour le fonctionnement d’une
entreprise compétitive comme l’autonomie, la responsabilité, l’observation analytique dirigée
vers l’innovation, la compétence de communication en plusieurs langues, le travail en équipe et
une vue d’ensemble de l’évolution de l’entreprise, les entreprises comme Leoni se trouvent donc
obligées d’assurer elles-mêmes la formation continue de leur personnel à tous les niveaux.
L’encadrement de projets de mastère ou de doctorat fait donc partie de la politique de
l’entreprise.
Etant donné que cette excursion était pour nous la dernière activité avant la remise de nos
diplômes elle nous ouvrait soi-disant les portes vers le monde des études et du travail dans un
pays situé au carrefour entre l’Europe et l’Afrique et imprégné par des influences culturelles
multiples et parfois contradictoires.
8 juillet, huitième jour
Plage, bagages et départ…
18

Documents pareils