Vendredi 15 février 2013 –vendredi après les Cendres

Commentaires

Transcription

Vendredi 15 février 2013 –vendredi après les Cendres
Vendredi Saint
18 avril 2014
Psaume 30 (31)
Jour de tristesse que ce jour du Vendredi Saint, mais jour d’espérance. C’est une prière
d’appel au secours que la liturgie met sur les lèvres du Christ et sur les nôtres.
Garde-moi d’être humilié pour toujours.
Dans ta justice, libère-moi ;
Ecoute et viens me délivrer.
Ma forteresse et mon roc, c’est toi :
Oui, c’est toi mon abri.
Le Christ a-t-il été entendu ? Et nous, lorsque le sort s’acharne contre nous, maladie, misère,
sommes-nous entendus ? A première vue, il semble bien que non. Mais la confiance doit l’emporter,
Dieu ne saurait oublier sa créature. C’est pour nous que le Père a donné son Fils, c’est pour nous que
le Fils s’est donné, s’est livré aux forces du mal pour que celles-ci soient vaincues par l’amour,
étrange mystère.
En tes mains, je remets mon esprit…
Et moi, je suis sûr du Seigneur.
Ton amour me fait danser de joie
Tu vois ma misère et tu sais ma détresse.
Tu ne m’as pas livré aux mains de l’ennemi ;
Devant moi, tu as ouvert un passage.
La mort et la résurrection du Christ sont liées. On ne peut affirmer sa mort, historiquement
certaine, à Jérusalem, sans doute en l’an 30, sans affirmer aussi sa résurrection au matin de Pâques,
qui est une vérité de foi.
Ma vie s’achève dans les larmes,
Et mes années dans les souffrances
Mais toujours domine la confiance qui éloigne tout désespoir.
Moi, je suis sûr de toi, Seigneur,
Je dis : tu es mon Dieu.
Béni soit le Seigneur :
Son amour fait pour moi des merveilles.
Quand notre route semble sans issue, demandons au Seigneur force et courage, gardons
notre espérance, rien n’est jamais perdu pour toujours.

Documents pareils