Programme de développement des zones minières

Commentaires

Transcription

Programme de développement des zones minières
« Programme de développement des zones minières :
levier de promotion du Sud-Est »
Déclaration de presse
Conscients de l’ampleur de la problématique du développement durable dans la zone
minière du Sud-Est, le Réseau associatif pour le Développement et la Démocratie de Zagora
(RAZDED), le Forum des Alternatives Maroc (FMAS), et le Groupe MANAGEM, en sa qualité
de premier investisseur dans le domaine de l'exploitation minière dans la région, en
partenariat avec les acteurs locaux et régionaux, ont lancé un débat large et profond sur la
conception et la mise en œuvre d’une stratégie de développement des zones minières, avec
la participation des acteurs institutionnels et de l’ensemble des parties locales, selon une
vision citoyenne, globale et intégrée.
La région compte plusieurs mines (Oum Jrane, Imiter, Bouskour, Imini, Bleida, Bou-Azzer...)
réparties sur les quatre provinces de la région (Zagora, Ouarzazate, Tinghir et Er-Rachidia).
La contribution de l’industrie minière au développement des économies locales, à travers
l'emploi ou des interventions sociales fait de ce secteur un intervenant vital dans la région
du Sud-Est. Toutefois, les défis sont énormes, ce qui impose aujourd’hui, plus que jamais,
aux acteurs et aux parties concernés par les questions de développement local, de réfléchir
communément à de nouveaux mécanismes pour une meilleure jonction entre les
programmes des différents secteurs gouvernementaux, d’une part et les opportunités
qu’offrent les sociétés d’exploitation minière d’autre part, en partenariat avec les conseils
communaux, les autorités locales et la société civile.
C’est dans ce cadre que la rencontre organisée à Zagora les 20 et 21 avril 2012, par le Forum
des Alternatives au Maroc (FMAS), le Réseau Associatif pour le Développement et la
Démocratie à Zagora (RAZDED) en partenariat avec le Groupe Managem, a identifié les lignes
directrices d’une stratégie de développement des zones minières et de leurs
environnements du Sud-Est du Maroc. Une stratégie fondée sur les besoins des populations,
des environnements des exploitations minières et les réelles opportunités offertes en
termes de moyens, de multiplicité des intervenants et de possibilités de convergence entre
les actions des acteurs de développement.
Déclaration de presse
1/6
Agir en faveur du développement des régions minières, pour le bien être des populations,
sans se substituer à l’état
Le processus de concertation a été déclenché dans un contexte socio économique difficile
marqué par les disparités géographiques et sociales. Ceci s’illustre, par une forte demande
de l’emploi, par un environnement international secoué par la crise financière, par
l’aspiration des populations à l’échelle locale, nationale, régionale et mondiale à la justice
sociale, la liberté et la dignité, , qui ont eu des répercussions sur le développement et
fortement contribué à exacerber les conflits sociaux dans la région.
Depuis près de 9 mois, un processus de concertation participative, inclusive avec les
différents acteurs a été déclenché, en tenant compte de la multiplicité des acteurs (la
population, les autorités locales, les élus, les associations, les opérateurs miniers et d’autres
acteurs communautaires), de la complexité sociale et de la diversité culturelle, et des
actions des pouvoirs publics tendant à surpasser les contraintes liées aux statuts fonciers,
aux systèmes juridiques, et aux programmes de développement publics…., pour dégager un
consensus, non pas sur les problèmes liés au développement, mais sur les priorités des
actions à mener pour contribuer au développement de la région, sachant que nous ne
pouvons nous substituer à l’Etat, mais que nous pouvons contribuer, sur le terrain, à initier
et lancer de projets novateurs, et plaider auprès des pouvoirs publics pour un programme de
développement soutenu de la région et à créer le climat favorable à rétablir la confiance et
la synergie entre les acteurs pour le bien être des populations et de l’économie nationale et
anticiper les conflits.
Une culture de développement durable ancrée dans les missions et les actions des
principaux acteurs ….
C’est sur la base d’une culture partagée que les trois entités, FMAS, RAZDED et le groupe
Managem se sont mises ensemble pour réfléchir le développement local dans une phase où
le Maroc vient d’adopter une nouvelle Constitution, où il engage un processus de
régionalisation et de politiques territoriales. Cette culture repose fondamentalement sur :
1. Mettre l’être humain au centre du développement
2. Bâtir sur le consensus et la participation et non sur les rapports de force et
d’exclusion et faire primer l’intérêt général pour construire et mettre en place un
processus de développement durable, y compris dans la dimension protection de
l’environnement et en tenant compte d’une forte approche genre particulièrement
en direction des femmes, des enfants et des personnes en situation difficile.
3. Créer un environnement favorable à l’investissement et mettre l’accent sur la
responsabilité collective pour bâtir de nouveaux rapports et de nouveaux contrats
Déclaration de presse
2/6
sociaux, en renforçant le processus de la responsabilité sociale de l’entreprise, du
respect des droits de l’homme et la résolution pacifique des conflits.
4. Valoriser et bâtir sur les expertises et le capital inhérent à chaque structure.
Un plan prioritaire 2012 reflétant les besoins des riverains et la volonté des partenaires …
La réunion tenue à Marrakech le 7 mai 2012 en présence des représentants des différents
acteurs (Autorités, Collectivités territoriales, Associations Locales et communautés) des
zones minières de Bleida, Bouazzer (province d’Ouarzazate et Zagora) et Imiter (province de
Tinghir) et les différents ateliers et rencontres organisés localement sous l’égide des équipes
des principaux acteurs du programme (FMAS, RAZDED et Managem), ont permis d’établir
une feuille de route pour le plan prioritaire 2012. Un plan qui s’articule autour de 37 projets
et activités répondant aux besoins identifiés comme prioritaires par les populations. Ce
programme prioritaire a nécessité un budget global de près de 10 millions dirhams, et a été
intégralement financé par le Groupe Managem.
Il est à rappeler que ce plan prioritaire a été identifié grâce aux efforts déployés par les
équipes techniques mobilisées par le programme (FMAS & RAZDED). Sa mise en œuvre sera
assurée dans le cadre de conventions de partenariat entre Managem et les porteurs de
projets (associations et collectivités).
De manière unanime, et en réponse à la demande communautaire, une attention
particulière a été accordée à la situation des enfants de la commune rurale d’Imider qui
n’ont pas suivi leur scolarisation durant l’année 2011-2012. Ce fut la priorité des priorités. La
démarche a été d’organiser des colonies de vacances thématiques au profit de ces enfants
pour atteindre les objectifs suivants :
•
•
•
L’appui et le soutien psychologiques des enfants pour les préparer à la
rentrée scolaire ;
La mise à niveau des enfants via un programme de soutien pédagogique par
niveau scolaire ;
L’appui et le renforcement des compétences psychosociales des enfants
bénéficiaires des colonies via un programme éducatif et de divertissement.
Ces colonies de vacances, dont tous les frais directs ont été pris en charge par le Groupe
Managem, ont été réalisés, du 9 août au 3 septembre 2012, en deux étapes et sur trois sites:
Imider, Kelaa M’Gouna et Agadir. 724 enfants répartis sur différents niveaux scolaires allant
de la première année du primaire et jusqu’à la troisième année du collège ont bénéficié de
cette opération. Un programme spécifique de soutien pédagogique, d’activités culturelles et
de divertissement a été mis en place. Près de 60 cadres d’animation, issus d’acteurs
associatifs locaux, ont été mobilisés pour réussir l’opération.
La mobilisation de tous les acteurs locaux et communautaires et la contribution des
partenaires clés comme les autorités publiques, les délégations provinciales et régionales de
Déclaration de presse
3/6
l’Education Nationale, de la Jeunesse et des Sports et de l’Entraide Nationale ainsi que les
associations de bienfaisance à Kelaa M’Gouna et à Agadir, conjuguée à la qualité du
personnel d’encadrement ont permis d’assurer à cette opération une grande réussite. Une
réussite qui a été couronnée par une rentrée scolaire des enfants avec plein
d’épanouissement et de motivation aux témoignages de leurs familles et du personnel
encadrant dans les établissements scolaires.
Le plan prioritaire 2012 cible les zones minières suivantes :



Bouazzer : 02 communes rurales (Ouiselsate et Tensift) ; 27.000
habitants ; 19 projets.
Bleida : 01 commune (bleida) ; 5.000 habitants ; 8 projets.
Imiter : 02 communes (Imider et Ouaklime) ; 13.000 habitants ; 10
projets.
Un plan stratégique 2013-2015 en perspective …
Si le plan prioritaire 2012 s’est fixé pour objectifs de répondre aux besoins immédiats des
populations et le rétablissement de la confiance entre les communautés et les exploitations
minières, il vise également à amorcer une dynamique de concertation et de planification
participative afin de mettre en place un plan de développement à moyen terme des zones
minières.
Le plan stratégique 2013-2015, traduit les orientations issues de la rencontre de Zagora
(Avril 2012) en les structurant autour d’axes d’intervention stratégiques, sollicitant ainsi une
mobilisation plus large des partenaires : autorités locales, ministères et établissements
publics, associations de la société civile, collectivités territoriales, populations et autres
acteurs potentiels.
Le plan stratégique vise à réaliser les objectifs spécifiques suivants :





Renforcer les capacités des acteurs locaux : par l’organisation de sessions de
formation au profit des différents acteurs locaux de développement (communes,
associations locales, coopératives et services déconcentrés du gouvernement).
Assurer une large communication autour du programme : par le développement et le
déploiement d’un plan de communication et d’information sur les activités du
programme à même d’impulser un processus plus large avec l’implication de l’Etat au
niveau central, des autorités locales, voire d’investissements internationaux.
Mettre en œuvre des projets dédiés au développement économique, développement
social et préservation de l’environnement des zones minières.
Réaliser une série d’études et de recherches sur les zones minières dans les domaines
de la santé, l’environnement, la culture et le développement.
Valoriser les cultures locales et identifier les axes porteurs d’opportunités de
développement.
Déclaration de presse
4/6
Les Axes d’intervention du plan stratégique (un total budget estimatif hors projets routes et
infrastructures près de 100 MDH) porteront sur ce qui suit :

Projets de développement intégrés (AGR, emploi, gestion de l’eau, électrification….)

Projets culturels et de sauvegarde du patrimoine (musée…)

Infrastructure (écoles, centres de formation, centres de santé, désenclavement ….)

Renforcement des capacités des élus et des cadres associatifs,

Etudes d’impact sur l’environnement et mesures de protection et de sauvegarde

Réflexion et concertation pour élaborer des propositions de réformes
La définition des éléments de ce plan ne pourra aboutir sans mener une large campagne de
dialogue, de concertation et de plaidoyer auprès des partenaires clés dans les zones ciblées.
En effet, des rencontres provinciales et locales sont prévues courant le premier trimestre
2013 pour un meilleur cadrage des activités du programme et une bonne planification des
apports de tous les acteurs.
Le plan stratégique, étant une responsabilité collective de tous les acteurs
gouvernementaux, privés et de la société civile, les acteurs associatifs (FMAS et RAZDED
principalement) continueront leur plaidoyer pour assurer la mobilisation de tous les
concernés. Le groupe Managem quant à lui, et en plus de sa prise en charge entière du plan
prioritaire 2012, contribuera dans le plan stratégique par son appui technique et par un
financement de l’ordre de 45 Millions Dirhams. Cette contribution sera mobilisée, en
concertation avec tous les acteurs, de façon à assurer l'adhésion progressive d'autres
partenaires financiers dans le programme.
La stratégie de travail des acteurs impliqués dans ce processus reposera sur ce qui suit :
1. Finaliser la mise en œuvre de ce qui reste du programme prioritaire 2012.
2. Amorcer la mise en œuvre, du plan stratégique 2013-2015 avec la participation des
acteurs concernés.
3. Engager des concertations avec les autres acteurs pour contribuer à la réalisation de
ce programme en mettant l’accent sur la synergie et la convergence des moyens et
des efforts pour optimiser les ressources et éviter les duplications et les déperditions.
4. Plaider auprès des autorités, des élus locaux et des autres acteurs issus du secteur
privé et de la société civile pour un engagement soutenu, techniquement,
Déclaration de presse
5/6
humainement et financièrement pour atteindre les objectifs à moyen terme du
programme en privilégiant le dialogue et l’inclusion des populations concernées.
5. Travailler à la sensibilisation et l’implication d’autres acteurs pour la levée de fonds
complémentaires nécessaires à la réalisation du programme stratégique, étant
entendu que la contribution de Managem est un levier pour l’implication d’autres
acteurs et contributeurs.
6. Mener un plaidoyer spécifique en direction des Pouvoirs publics pour la mise en
oeuvre de programme structurants et de projets d’infrastructures visant le
désenclavement de la région et particulièrement l’infrastructure routière, les
hôpitaux, les écoles….
7. Travailler sur l’anticipation et la médiation sociale, par la mise en place de réseaux
de médiateurs sociaux et de centres de médiation sociale.
8. La formation restera le centre névralgique de la réussite du programme et c’est
pourquoi nous travaillerons sur le renforcement des capacités des porteurs de
projets, des élus et des médiateurs pour accéder à une gestion rationnelle, optimale,
basée sur la transparence, la responsabilité et la nécessité de rendre des comptes.
Déclaration de presse
6/6

Documents pareils