La chanteuse américaine Beth Ditto, aux

Commentaires

Transcription

La chanteuse américaine Beth Ditto, aux
La chanteuse américaine Beth Ditto, aux rondeurs surdimensionnées, a ouvert le défilé de Jean-Paul
Gaultier qui a présenté une collection "rock et romantique" en trois dimensions, "de la taille XXS au
XXL".
Le public était invité à porter des lunettes 3D pour apprécier les imprimés en soie des premiers
modèles, qui prenaient ainsi du relief.
Les mannequins, aux coiffures courtes très "rock" des années 1980 et paupières colorées, ont
présenté des vestes courtes sur des sarouels plissés transparents, des vestes en jean surpiquées de
blanc ou de rouge avec des épaules prolongées en rectangle sur un pantalon fin. Les culottes
bouffantes, ou bloomers, en cuir rouge sont assorties à des bottes vernies de la même couleur lacées
jusqu'au genou.
S'immisçant parmi les top-modèles, un mannequin aux formes rondes porte une robe rouge sang puis
un imprimé en stretch près du corps.
"Les plissés de la collection peuvent être portés à toutes les tailles et s'adapter à différentes
morphologies". "Ce qui compte c'est la personnalité, il n'existe pas qu'une forme de beauté
stéréotypée", dit Jean Paul Gaultier, évoquant les rondeurs de Beth Ditto "que non seulement elle
assume, mais qu'elle fait vivre merveilleusement".
Le jean se marie à la dentelle noire, qui prolonge par exemple une jupe. La marinière, l'une des
signatures Gaultier, fait son apparition en sarouel plissé ou en petit haut à volants, en rouge ou bleu.
La résille est aussi très présente, en bustier sur un chemisier blanc ou remontant au-dessus de
l'incontournable corset rose poudré du créateur. "On tire souvent trop sur ses sous-vêtements et
certaines femmes ont tendance à remonter leurs collants un peu trop haut. Là, j'ai pris le parti de le
faire carrément remonter au-dessus de la poitrine", s'amuse M. Gaultier.
La collection montre un échantillonnage des années 80, avec les coiffures punks de Joan Jett, les
blousons de motard (un travail du cuir admirable), de la dentelle mélangée à de la résille version
dominatrice. Les vestes à épaules carrées et surdimensionnées, les bottes de combat et le soutiengorge conique réincarné dans un plastron métallique relevaient cette agressivité, un chic industriel.
Mais, sous le côté rebelle se retrouve une certaine douceur. Dans les trench entièrement plissés, les
tops et les jupes imprimés de feuilles de palme, les vestes et les robes de ruchés stretch qui caressent
chaque courbe d’un imprimé floral sombrement romantique.
Beth Ditto,à la fin du spectacle, en bas résille et short noir moulant sous une robe de tulle et de fleurs
rose pâle, chante a capella "River Deep, Mountain High", jetant le micro à terre, avant de présenter
une coupe de champagne au couturier.
Photos © S. Calvet / Libération
U.S. singer Beth Ditto with the oversized curves opened Saturday night's Jean-Paul Gaultier show.
The collection was «rock and romantic" in three dimensions, " from size XXS to XXL”.
The audience was asked to wear 3D glasses to appreciate the printed silk outfits of the first models.
Models with very short "rock" hair typical of the 1980’s and colored eyelids, presented short jackets
over pleated transparent harem pants, denim jackets quilted in white or red-shouldered long rectangle.
Red leather bloomers came with patent military boots of the same color, laced to the knee.
Among the top models arrives an XL mannequin wearing a round-shaped stretch, body hugging blood
red dress.
"The pleats in the collection can be worn to any size and fit different body types"
"What matters is personality, there is not a stereotypical form of beauty," said Jean Paul Gaultier,
referring to the curves of Beth Ditto "that she not only assumes, but brings to life wonderfully."
Denim blends with black lace, which extends a skirt. The sailor stripes, one of Gaultier signatures,
made its appearance in pleated harem pants or small tops with ruffles, red or blue.
The mesh is also very present, in a strapless white blouse or up over the unavoidable powder pink
corset. "You know, some women tend to pull their tights a bit too high. I have decided to exaggerate it
and pull them right over the chest," plays Mr. Gaultier.
Gautier’s collection was a sampling of subcultures with 1980s-era punk Joan Jett hairstyles, biker
chick leathers with beautiful finish and dominatrix lace and fishnet layers. Oversized, squared-off
jacket shoulders, combat boots, and the cone bra reimagined as a metal breast plate added to the
aggressive, industrial chic.
But beneath all the grit, there was softness. Trench coats with all-over pleating were immensely
covetable, as were leafy green palm print tops and skirts. Stretchy ruched jackets and dresses that
hugged every curve came in darkly romantic rose prints.
Beth Ditto came back at the end of the show in fishnet stockings and short black biker shorts under a
tulle dress with pale pink flowers, to sing a capella a few verses from "River Deep, Mountain High",
throwing the mike into the crowd before presenting a glass of champagne to the couturier.
Photos © S. Calvet / Libération
Hair Guido
Make Up Stéphane Marais
Sound Designer Mode F
Track list
Danny Elfman - The End
Gossip - Love Long Distance VS Gossip - Heavy Cross /MODE-F remix
Nina Hagen – Naturtrane vs Grace Jones acapella - Slave to the rhythm / MODE-F remix
Joan Jett and the Blackhearts – Cherry bomb
Depeche Mode – Personal Jesus vs Nina Hagen cover – Personal Jesus / MODE-F remix
Gossip - Dimestore Diamond vs Joan Jett I Love Rock N' Roll / MODE-F remix
Joan Jett and the Blackhearts – Crimson and Clover
Nina Hagen - Smack jack
Lucio Battisti - Ancora tu
Gossip - Heavy Cross

Documents pareils