Le partenaire vert de TNT

Commentaires

Transcription

Le partenaire vert de TNT
BIZZ ENTREPRISES
REN TABLE , L A LIVR AI SON À VÉLO ?
Le partenaire vert de TNT
En lançant une activité de livraison locale « zéro rejet de CO2», la PME Ecopostale
se positionne comme micro-concurrent des grandes entreprises de livraison.
Pourtant, c’est en tant que partenaire de TNT que la firme parvient à l’équilibre.
CHRISTOPHE CHARLOT
as d’émission de CO2 ni de
coursiers bloqués dans les
embouteillages. Les arguments avancés par la jeune
PME bruxelloise Ecopostale,
qui fait de la «logistique zéro émission»,
ne manquent pas d’attirer l’attention.
Et le discours semble commencer à
plaire à l’heure où le green business
continue de séduire : après 20 mois
d’existence, la société atteint le breakeven d’après Nicolas Etienne, son fondateur et general manager.
P
Treize véhicules blancs estampillés
du logo vert et bleu d’Ecopostale déambulent désormais quotidiennement dans
les rues de Bruxelles. Il s’agit de vélos,
de petits camions électriques et — ce
sont certainement eux qui marquent le
plus les esprits — de «cyclocargos». Ces
tricycles à assistance électrique (d’une
valeur de plus de 8.000 euros), parfois
loués par des marques pour leurs événements, sont un peu l’emblème d’Ecopostale qui s’en sert comme d’un outil
marketing.
L’activité d’origine de la société verte,
qui ne représente pourtant que 30 %
du chiffre d’affaires, consiste en son
service express, à savoir la livraison de
plis et petits colis individuels de manière
ultra-rapide. La PME garantit qu’un
livreur peut, dans un premier temps, se
rendre chez le client dans les 30
minutes. Et, ensuite, livrer le courrier
au destinataire dans les deux heures ou
dans la demi-journée. C’est d’une part
sur la rapidité et de l’autre sur le côté
vert qu’Ecopostale mise pour son marketing : les livreurs à vélo ou à cyclo74 29 MARS 2012 | WWW.TRENDS.BE
PN
Dopée par le marketing vert
cargo ne rejettent pas de CO2. La firme
propose même aux entreprises de mesurer — marketing vert oblige — les économies de CO2 réalisées en faisant appel
aux livreurs zéro rejet. Histoire qu’elles
publient cette info dans leur communication (rapports annuels, communiqués, etc.). La majorité de ces livraisons
express (entre 750 et 1.000 colis par
mois) se fait évidemment dans
Bruxelles.
Livraison internationale
Mais, étonnement, Ecopostale ne se
contente pas de la livraison locale : le
national et l’international figurent, en
effet, dans l’offre express à ses clients.
«Nous avons été poussés à proposer ce
service, commente Nicolas Etienne. En
effet, cela simplifie considérablement
les contacts pour nos clients qui ne doivent pas forcément faire appel à différents services de livraison.» Pour cela,
la PME n’utilise évidemment pas ses
vélos ou cyclocargos : elle sous-traite
auprès de grands acteurs qui, eux, ne
misent pas forcément sur la promesse
« zéro émission ». Nicolas Etienne
assume pleinement ce choix : « Nous
proposons un service global à nos
clients. Dans le transport, les plus gros
rejets de CO2 se font en cycle urbain et
même si un avion rejette du CO2, il faut
calculer ce rejet au prorata du kilo trans-
Express
porté par kilomètre. Et l’on constate
qu’on est proportionnellement endessous de la voiture la moins polluante.
Reste qu’évidemment, dans le choix de
nos sous-traitants, nous privilégions
quand c’est possible ceux qui font des
efforts écologiques pour les services
nationaux et internationaux. » Aujourd’hui Ecopostale mentionne BNP
Paribas Fortis comme plus gros client
mais cite également des cabinets d’avocats bruxellois ou des marques comme
Nespresso.
L’essentiel vient de... TNT
Cette activité de livraison express n’est
toutefois pas la majeure partie du business de la jeune entreprise. Elle ne représente en tout cas pas assez que pour faire
tourner la boutique. Nicolas Etienne a
donc développé une activité «distribution» qui consiste en la livraison d’envois en nombre et en l’organisation de
tournées, récurrentes ou ponctuelles.
Idéal pour la PME qui, ainsi, dispose de
certains volumes récurrents. Parmi ses
tournées, Ecopostale effectue la livraison des courriers qui transitent entre
les 19 antennes d’Actiris, ainsi que la
livraison de brochures comme le trimestriel de Tour & Taxis. Mais c’est,
pour l’instant, surtout grâce à TNT
50%
DES DÉPLACEMENTS
en voiture enregistrés à Bruxelles
concernent des distances de moins de
5km. Et 30 % ne dépassent même pas
3 km.
Livreurs «zéro CO2 » de toutes tailles à Bruxelles
Ecopostale
Création: juin 2010
Employés: 15
Chiffre d’affaires: plus de 40.000 euros mensuels
Particularité: a intégré, dans son offre, les livraisons en dehors de Bruxelles et
vers l’international en faisant appel à des grands acteurs comme soustraitants.
•
•
•
•
PedalBXL
Création: septembre 2009
Employés: Cinq plus des mi-temps
Chiffre d’affaires : nc
Particularité: 60% de l’activité de PedalBXl provient de la distribution de colis
(last miles) pour Fedex. Le reste du temps, les livreurs à vélo (non électrique
chez pedalBXL) font de l’express: colis taille boîte à chaussures, grosses
enveloppes, etc. Une entité sœur est active à Barcelone.
•
•
•
•
G02 - Dioxyde de Gambettes
Création: juillet 2009
Employés: un et trois freelances
Chiffre d’affaires : entre 2.000 et 3.000 euros par mois
Particularité: spécialisé dans les livraisons de marchandises de poids (jusque
100 kg) et de certains volumes, surtout sous la forme de tournées
programmées (il faut les prévoir la veille). Dioxyde de Gambettes livre ainsi
des paniers bios, des cartons de documents, des sandwichs,... La PME vise
surtout les petites entreprises, les indépendants et les particuliers.
•
•
•
•
qu’Ecopostale assure ses activités. En
effet, s’étant engagée à réduire de 40%
des émissions de CO2 d’ici 2020, la firme
a décidé de faire appel, en Belgique, à
Ecopostale pour sa livraison last mile.
Autrement dit, tous les matins, TNT
dépose, chez Ecopostale, des courriers
(lettreset petits colis) qu’elle doit livrer
et c’est la PME qui se charge de la livraison finale. Cela représente environ 300
courriers quotidiens. Pour cela, Ecopostale dispose de deux cyclocargos
« brandés » aux couleurs de TNT, qui
compte aujourd’hui pour une partie
importante du chiffre d’affaires de la
PME, en progression et depuis quelques
mois «au-dessus des 40.000 euros mensuels» dévoile, prudent, Nicolas Etienne.
D’ailleurs, le volume d’affaires amené
par TNT à Bruxelles intervient, pour
beaucoup, dans la réflexion de Nicolas
Etienne qui envisage de s’installer dans
un autre centre urbain. Car si Ecopostale n’est aujourd’hui active que dans
notre capitale, l’entrepreneur se voit
déjà répliquer le modèle dans une autre
grande ville belge dans les mois à venir.
Mais rien n’est encore totalement
décidé: l’installation dans une nouvelle
ville nécessiterait 50.000 euros d’investissement et la mise en place d’une
équipe de quatre personnes. z
WWW.TRENDS.BE | 29 MARS 2012 75