kadima 2

Commentaires

Transcription

kadima 2
«Learn from the past
Live the present
Work towards the future»
Sommaire
Page 1 :
Sommaire
Page 2 :
Mot du Président de la Communauté
Page 3 :
Message du Rabbin
Page 4 :
Une coutume juive : la mezouza
Page 6 :
60ème anniversaire de la libération d’Auschwitz
Page 9 :
Salam Shalom : Congrès mondial « Imams & Rabbins pour la paix»
Page 14 :
Humour juif : un moment de détente
Page 15 :
L’aide d’Israël aux victimes du Tsunami
(français) (english)
Page 18 :
Une fête juive : pourim
(français) (english)
Page 21 :
On en parle……ailleurs ! La revue de presse
Page 27 :
Une Communauté juive dans le monde : Anvers/Antwerpen
Page 43 :
L’histoire des juifs au Congo : le Groupe Léon Hasson & frère
Page 47 :
Histoire politique d’Israël en photos (1ère partie : 1948-1973)
Page 51 :
Petit lexique - small lexicon
(français) (english)
Pour dédicacer notre revue à la mémoire d’un être cher ou en l’honneur d’un être
cher (naissance, bar-mitzva, mariage,…), il est d’ usage d’ accompagner votre
demande d’un don à la Communauté ; si cela vous intéresse, prenez contact avec un
des membres du Comité.
COMMUNAUTE ISRAELITE DE KINSHASA – A S B L – reconnue par l’Ordonnance Présidentielle n° 72/193 du 28 mars
1972 – Editeurs Responsables: Aslan Piha (Président) et son Comité
Revue imprimée par A.G.B. à Kinshasa
11
LE MOT DU PRESIDENT
P
lus de deux mois déjà que l’horreur indescriptible a frappé un des plus beaux coins de notre
planète, des villages détruits, des maisons emportées, des familles décimées, des milliers,
des dizaines de milliers de morts, des centaines de milliers de victimes qui ont tout perdu,
sauf la vie. Oui, le bonheur est fragile, car il peut basculer rapidement, et sans prévenir, dans le
désarroi. Cette catastrophe du 26 décembre nous a rappelé notre infaillibilité, mais elle a, aussi,
fait naître une vague de solidarité internationale et un immense élan de générosité à l’échelon
planétaire, qui donne tort à ceux qui pensent que le monde n’est fait que d’égoïstes.
Mais, ce sont justement ces largesses, ce mouvement d’altruisme qui m’interrogent. En effet, il
a fallu qu’on voit ces images apocalyptiques sur les écrans de télévision pour se rappeler qu’en
Afrique, de façon moins spectaculaire certes, on meurt de faim chaque jour, dans l’anonymat. Les
drames, aussi, n’ont pas manqué ces dernières décennies, peut-être pire que ce terrible tsunami.
Le Coordinateur des opérations urgentes de l’O.N.U. a déclaré que « l’équivalent d’un tsunami
frappe tous les cinq mois », en termes de victimes, la seule République démocratique du Congo,
et « cela pourrait être évité ». Alors qu’il est plus facile de couvrir les appels de fonds pour le
Kosovo, l’Irak et le tsunami, c’est un cauchemar pour couvrir ceux concernant l’Afrique de l’Ouest
et centrale. Pour paraphraser le Premier Ministre belge, je plaiderai pour que cette solidarité
internationale ne soit limitée ni dans le temps ni dans l’espace et qu’elle se transforme en une
aide structurelle et à long terme. En attendant, j’espère que ceux qui ont souffert de la catastrophe
asiatique pourront refermer leurs plaies et auront le courage de reconstruire.. Les caméras sont
parties, il ne reste que la misère, mais il ne faudra pas oublier….
Il aura fallu 60 ans pour que le monde découvre, enfin, le 27 janvier, que la Shoah n’est pas
l’affaire des seuls juifs, mais celle de l’Homme, de tous les hommes. Une vingtaine de Chefs
d’Etat se sont rendus à Auschwitz et se sont souvenus. En ont-ils trop fait ? Non, on n’en fera
jamais assez pour rappeler ce que l’homme est capable de faire à l’homme, à tous les hommes.
Pour se souvenir que les génocides se succèdent et que nous sommes tous à la merci d’une
tentation de la barbarie. Car il est urgent de se rappeler que l’humanité de l’homme est une chose
infiniment fragile et que l’on doit être en permanence en état de vigilance, car c’est finalement
l’objectif le plus important du travail de mémoire. Les caméras d’Auschwitz sont aussi reparties,
mais il ne faudra pas oublier….
J’ai été surpris par l’enthousiasme manifesté, tant à Kinshasa qu’à l’étranger, à l’endroit de la
première édition de Kadima. C’est la confirmation de mes propos qualifiant notre revue de guide
pratique de la vie juive et de vitrine de notre Communauté. Votre réaction est un encouragement
à poursuivre notre œuvre, à l’améliorer et à l’enrichir. Avec votre soutien, moral, matériel et
culturel.
Ceci m’amène à formuler des remerciements à l’endroit de notre ami Moïse Rahmani pour l’aide
efficace et le soutien sans faille qu’il nous apporte. C’est avec plaisir que, d’une part, il m’a proposé
d’héberger notre revue dans son site internet (sefarad.org), et que, d’autre part, il nous a fourni
une bonne centaine de livres pour notre bibliothèque. Je le remercie aussi pour les conseils sages
et pratiques que l’homme d’expérience m’apporte.
Le 1er février, lors de l’Assemblée générale, il vous a plu de me reconduire dans mes fonctions,
ainsi que les membres du comité sortant. J’interprète ce geste comme le renouvellement du
soutien que vous nous avez apporté tout au long de l’année passée et je vous remercie de cette
confiance certainement bien placée.
Le programme de cette année n’a pas encore été arrêté, mais vu l’enthousiasme des membres
du nouveau comité, je l’imagine bien chargé, et en tout cas dans la juste ligne du programme de
l’année passée.
J’espère que le deuxième numéro de Kadima vous captivera et je vous souhaite beaucoup de
plaisir en le lisant.
Aslan Piha.
2
MESSAGE DU RABBIN
D
epuis la parution du premier numéro de Kadima, bien des évènements ont bouleversé
notre vie et notre planète dans le bon sens, et, malheureusement, dans le mauvais
sens également.
Nous avons tous lu, entendu et vu des commentaires de toutes sortes sur le phénomène,
plutôt sur l’hécatombe, nommé « Tsunami ». A ce sujet, il est nécessaire de nous pencher sur
ce que notre culture juive nous transmet à propos de tout ce qui paraît à nos yeux comme
étant acquis, évident, normal. Parmi nos prières matinales, il existe une bénédiction spécifique
dans laquelle l’on exprime à l’Eternel notre gratitude pour les bienfaits quotidiens dont il nous
fait cadeau tous les jours, entre autres celui d’avoir étendu la Terre sur les Eaux. Dans le récit
de la création du monde, les premiers versets de la Genèse rapportent, qu’au départ, les eaux
recouvraient toute la surface de la terre, et qu’ensuite, l’Eternel sépara les mers de la terre et
fixa ainsi les limites entre les océans et la terre.
Dans cette bénédiction, nous disons : « Béni soit l’Eternel, Maître du monde qui étend la terre
sur les eaux ». Le devoir de chaque être humain est de prendre conscience, à tout moment,
que les lois de la nature sont prévues et fixées par D.-, et que même si nous ne prêtons plus
attention à ces lois, à cause de leur caractère répétitif, il est important de les considérer comme
étant de véritables miracles car tout est voulu de Lui et tout peut être arrêté par Lui. Dans ce
sens, le juif est porteur de ce message et est chargé de divulguer cette valeur universelle. Ce
dont nous bénéficions tous les jours, notre pain quotidien, la santé, le travail, l’instruction et
nos simples vêtements doivent être pris en grande considération et les personnes croyantes
louent et remercient l’Eternel tous les jours pour ce qui peut sembler à d’autres comme étant
tout à fait « normal ». Il ne faut pas attendre un Tsunami pour apprécier à sa juste valeur le
bord de mer car derrière ces normes naturelles si évidentes et habituelles la main de l’artisan
Divin y est cachée !
C’est ainsi qu’un juif est appelé à savourer chaque instant de la vie dans ce bas monde en
prenant garde, toutefois, à éviter qu’un raz-de-marée spirituel, représenté par les vagues de
l’assimilation et les courants de pensée des autres peuples, ne le déracinent de son identité,
de sa terre et de sa culture et ne le détournent de ses principes.
Le Rabbi des Loubavitch nous explique qu’un juif, aussi loin qu’il puisse se trouver
spirituellement, possède en son for intérieur une étincelle divine qui, contre vents et marées,
reste profondément liée à son Créateur et à sa Torah. D’ailleurs, il n’est point difficile de
constater comment, une fois par an, le Jour de Kippour, un flux interminable d’israélites
se déferle vers les synagogues, ne serait-ce que pour quelques instants, sans forcément
connaître l’instinct qui les pousse vers cette réunion annuelle qui relie tous les juifs entre eux,
et chacun d’entre eux avec l’Eternel.
Essayons donc d’éviter un Tsunami spirituel et déployons toutes nos forces pour rallumer
l’étincelle qui se repose dans notre esprit et notre âme afin de rapprocher la venue de notre
Juste Machiah.
Rabbin Shlomo Bentolila.
3
LA VIE JUIVE
UNE COUTUME EXPLIQUEE
Aujourd’hui
La Mezouza
L
a Mezouza est une petite boîte de forme allongée qu’un juif place sur toutes les
portes des locaux qui lui appartiennent, à l’exception des portes des sanitaires
(salle de bains, toilettes, cagibis). Elle doit se trouver sur le côté droit de
l’encadrement de la porte lorsqu’on entre dans la pièce, aux deux tiers de la hauteur
de la porte et dirigée en oblique, laissant apparaître le mot Chaddaï qui signifie le
Tout-Puissant.
« Mezouza » est un mot hébreu qui signifie : le montant de la porte, le poteau.
A chaque pose d’une mezouza, il faut réciter la prière suivante :
Barouh Ata Ado-naï Elohénou Meleh Aolam Acher Kidechanou Bemitzvotav
Vetsivanou Likboa Mezouza.
Si plusieurs Mezouzoth sont placées sur des portes différentes en même temps, il
ne faut réciter cette bénédiction qu’une seule fois en veillant à ne pas parler entre
chaque pose.
A l’intérieur de chaque Mezouza se trouve un parchemin contenant deux extraits du
Deutéronome (VI,4-9 ; XI,13-21) qui font partie intégrante d’une prière : le Chema.
Ces quelques versets renferment l’essentiel de la foi juive : proclamation
du monothéisme et de l’amour de D.-ieu, affirmation de l’importance de
l’étude et de l’enseignement de la Torah à ses enfants, engagement formel
de se soumettre aux commandements divins, etc…
4
Ainsi, apparaît clairement la signification première de la Mezouza ; à travers elle,
chaque juif proclame et affiche publiquement quel est son programme pour la vie.
Telles des armoiries gravées à l’entrée d’un palais, elle annonce à tout venant la
caractéristique de la maison : un lieu ou D.-ieu est sans cesse présent et où tout ce
qui s’y déroule est orienté vers Lui et s’intègre dans une conception religieuse.
La Mezouza de la Grande Synagogue de Rome
Un choix de Mezouzoth
Une Mezouza de Kinshasa
De par sa situation « stratégique », la Mezouza est dotée d’une force considérable de
rappel à l’ordre. Chaque fois qu’un Juif entre et qu’il sort, il évoque son amour pour
D.-ieu et se réveille de sa torpeur.
« Quiconque observe scrupuleusement ces commandements verra ses jours et
ceux de sa famille prolongés ». C’est dans cet esprit que s’est répandue la coutume
d’écrire sur la Mezouza le mot Chaddaï, un des noms de D.-ieu, qui signifie « Gardien
des Portes d’Israël ».
la mezouza n’est ni
un talisman
ni un porte-bonheur
ni un gri-gri doué de
vertus magiques
Selon une proposition de loi déposée à la Knesset, tout bâtiment public sera,
dorénavant, obligatoirement doté d’une mezouza. Cette loi répond aux multiples
plaintes émises par des parents d’élèves mécontents du fait qu’aucune mezouza ne
soit placée à l’entrée de l’école de leurs enfants.
Pour la petite histoire, le Président des Etats-Unis, Bush, connu pour être un homme
de foi, a sa propre Mezouza. Un « astrologue » juif, Menachem Steibel, lui ayant
expliqué son importance, le Président lui demanda de lui en procurer une. Dès qu’il
l’a reçue, il s’est engagé à la porter de manière suivie. Par la suite, il a déclaré que
durant toute la période de la deuxième guerre du Golf, il a tenu à porter cet objet sur
lui, et lui accorde le bénéfice de son succès…..
Enfin, la plus grande Mezouza du monde a été présentée à une foire des records et a
été homologuée par le Guiness Book – un mètre dix de long et trois kilos.
Adressez vos commentaires, suggestions, réponses, textes
et autres communications
à l’adresse mail de la Communauté : [email protected] ou
veuillez prendre contact avec un des membres du Comité
5
SOUVENIR ET
COMMEMORATION
Auschwitz
L
orsque, à partir du 17 janvier 1945, l’Armée russe lance subitement une
offensive sur la Vistule, la panique saisit les responsables du vaste complexe
nazi d’Auschwitz-Birkenau, à l’ouest de Cracovie. L’évacuation générale des
trois camps (Auschwitz, Birkenau, Monowitz) est improvisée ; en trois jours, 56.000
détenus « aptes » doivent quitter les lieux, à pied, dans la neige et la glace, pour
une longue marche vers l’ouest au cours de laquelle plusieurs milliers de victimes
tomberont de froid et d’épuisement, ou sous les balles de leurs gardiens en déroute.
Il y a 60 ans, l’Armée Rouge
libérait le principal camp
d’extermination nazi. Et le
plus meurtrier. Plus d’un
million de morts. Symbole,
après guerre, du combat
antifasciste,
avant
de
devenir le lieu emblématique
de la mémoire juive, il a été
longtemps négligé par les
historiens.
Le samedi 27 janvier 1945, un détachement de la 60ème
armée soviétique tombe par hasard sur Auschwitz et y
trouve 7.000 prisonniers , malades ou mourants, livrés à
eux-mêmes. Ces soldats sont étonnés par des ruines de
béton que leur montrent ces rescapés en précisant leur
fonction.
Des constructions inédites dans l’histoire de l’humanité :
d’énormes bâtiments constitués de vastes chambres à
gaz couplées avec des batteries de fours crématoires. Une
machinerie conçue pour l’assassinat à grande échelle.
Plus loin, dans des baraques, ils découvriront d’immenses
tas de lunettes, de prothèses, de chaussures. Et sept
tonnes de cheveux, non encore expédiés dans les filatures
allemandes.
6
Les fours crématoires tels que découverts
Fils barbelés électriques
Photo aérienne du camp
Le nom d’Auschwitz, associé à l’image de ces rails venant des centres urbains de l’Europe et s’interrompant brutalement
derrière le porche de Birkenau, est devenu le symbole du caractère criminel du régime nazi. Ce vaste complexe, à la fois camp
de concentration, camp de travail et lieu d’extermination, a laissé pas mal de témoins et beaucoup de souvenirs. Plus d’un
million de personnes (90% de Juifs, mais aussi des Polonais, des soldats Soviétiques et des Tsiganes) y ont été assassinées.
A l’occasion du 60ème anniversaire de la libération
du Camp de Auschwitz, le Président de la
Communauté Israélite de Kinshasa a fait parvenir
à chaque membre le message suivant :
Froid glacial à Auschwitz 60 ans après
Une minute de silence au siège de l’ONU
…Le souvenir de cette catastrophe historique
qui a modifié notre perception du monde doit se
perpétuer. Les ultimes témoins s’en vont et nous
devenons ainsi les témoins des témoins, chargés de
transmettre ce capital humain acquis dans l’horreur.
Il est nécessaire de montrer aux jeunes que ces
valeurs ne sont pas de simples mots. Et que c’est
au nom de ces valeurs qu’ils préserveront notre
Mémoire, et qu’ils combattront l’antisémitisme.
En ce jour de commémoration, une gerbe de fleurs
déposée sur ces rails nous rappellera les atrocités
commises dans le passé. Cette gerbe sera l’unique
trace de couleurs dans ce camp où tant de personnes
sont passées et où trop de gens sont restés.
Aujourd’hui, prenons le temps de penser à eux !
7
A travers le monde, il existe plusieurs monuments érigés en mémoire de l’holocauste, ainsi que des murs sur lesquels
ont été gravé des noms qui redonnent une identité à ceux qu’on a voulu exterminer. Le dernier en date a été inauguré
à Paris à l’occasion de cette commémoration et s’y trouvent inscrit les noms de 76.000 juifs déportés. Voici le
Mémorial de Miami (Floride).
IN MEMORY OF THE JEWISH VICTIMS OF THE HOLOCAUST
La plaque commémorative
apposée à Auschwitz :
« Que ce lieu où
les nazis ont assassiné
un million et demi d’hommes, de
femmes et d’enfants, en majorité
des juifs de divers pays d’Europe,
soit à jamais pour l’humanité
un cri de désespoir et
un avertissement»
8
CONGRES MONDIAL
Imam & Rabbins
pour la paix
A
l’ouverture du Congrès, le président d’Hommes de parole a pressé
ses invités de « délégitimer et mettre hors la loi toutes les violences
commises au nom de D.-ieu et de la religion ».
Quand des hommes d’horizons et de cultures divers se rencontrent pour
parler ensemble, se connaître, se comprendre, se rappeler ce qu’ils ont
en commun et cerner ce qui les sépare, avec la volonté d’apaiser les
tensions, c’est plus que positif et signe de progrès humain.
Quand ces hommes sont de religion différente et vivent dans un monde
noyé dans l’extrémisme, le radicalisme religieux, la haine et la violence, le
mérite de ces rencontres et la raison d’espérer sont encore plus grands.
Quand ces hommes, enfin, sont des imams et des rabbins, en sachant ce
qui se passe aujourd’hui, alors c’est historique.
Organisé par la Fondation « Hommes de
Parole », sous le Haut Patronage de SM Albert
II, Roi des Belges, et de SM Mohammed VI,
Roi du Maroc, avec le soutien du Baron et de
la Baronne Benjamin et Ariane de Rothschild,
de Koffi Anan et de Shimon Peres et entamé
le lundi 3 janvier 2005, à Bruxelles, le Congrès
mondial « Imams & Rabbins pour la paix » n’en
aura pas moins réussi à réunir, pendant quatre
jours et pour la première fois, 107 imams et
rabbins venus des communautés musulmanes
et juives du monde entier et 71 personnalités
représentant la politique internationale et
d’autres religions (parmi elles Monseigneur
Danneels de Belgique), dans le seul but d’établir
un dialogue entre juifs et musulmans.
Les congressistes se sont succédés pour dénoncer les amalgames
politico-religieux, les interprétations fondamentalistes de la Torah et du
Coran, les appels à la haine raciste, antisémitisme d’un côté, islamophobie
de l’autre. Pour l’ancien grand rabbin de France, René-Samuel Sirat, il est
temps de créer un Etat palestinien à côté d’un Etat juif, « car c’est de la
paix de Jérusalem que viendra la paix du monde . »
Juifs et Musulmans ont insisté sur l’importance du dialogue et celle de
l’éducation. Que chacun, dans sa mosquée, dans sa synagogue, enseigne
le respect de la religion de l’autre et que nous avons tous le même D.-ieu,
quel que soit le nom que chacun lui donne, et un ancêtre commun qui a
porté et transmis sa Loi fraternelle : Abraham.
Des femmes, originaires de différentes régions du monde ont demandé au
Congrès de Bruxelles de désavouer publiquement toute forme de violence
destructrice commise au nom d’un principe religieux.
Les participants formulent le souhait que cette rencontre contribue à
changer le regard des juifs et des musulmans à travers le monde, de
même que le regard du monde sur les juifs et les musulmans.
Un Comité conjoint permanent, composé de 8 représentants des deux
religions a été établi et dont le rôle sera de proposer régulièrement un
programme d’initiative qui s’accordent avec l’ensemble des propositions
présentées lors du Congrès.
Le Grand Rabbin de Bruxelles, Albert Guigui a estimé que le seul fait que
le Congrès de Bruxelles ait eu lieu était déjà en soi un acquis fondamental.
Le prochain devrait se tenir fin 2005 en Espagne, en Jordanie ou, peutêtre même, à….Jérusalem.
9
WORLD CONGRESS
Imam & Rabbis
for peace
A
At the end of conference,
participants held hands
sang Haveinu Shalom
Aleichem, a Hebrew song
of peace.
“We made history”, said
Alain Michel, a French
Christian and President of
Homme de Parole.
10
few minutes before Europe observed three minutes of silence in memory
of the Tsunami victims, Jewish and Muslim clergy who had convened in
Brussels, at Egmont Palace, decided to join them. Two days earlier, the
clergy had come together to seek means of greater involvement for religion in
quietening the bloody Israeli-Palestinian conflict.
At exactly noon, all the participants got to their feet around the tables. Rabbis and
Imams, along with several Christian clerics, stood side by side and bowed their
heads in utter silence.
Suddenly, Rabbi Shlomo Chelouche, the chief rabbi of Haifa, recited a short
prayer for the victims. When he finished, all those present said “amen”.
Then Zimer Omar Farouk Turan, the former mufti of Istanbul, recited verses from
the Koran. No sooner did he finish than rabbi Yossef Azran, chief rabbi of Rishon
Letzion, chanted a psalm, his voice choked with tears. When the moments of
silent were over, everybody remained standing. Some wiped away a tear.
“This proves that rabbis and imams can work together for a common goal” said
rabbi René Sirat, the former chief rabbi of France, and added “In all my years as
a rabbi, I never experienced a moment like this”.
Hojat al-Islam Muhammad Mahatali, a senior Iranian cleric, looked at his colleagues
in amazement. “These moments were the cream of the whole conference”, he
said, “Where have you ever seen Muslims and Jews praying as if they were one
family ?”
There was no shortage of moving moments during the unprecedented “Rabbis
and Imams for Peace” conference, which was sponsored by the organization
Hommes de Parole. The conference hosted 107 rabbis and imams as well as
Christian clergy from all over the world to convey the message that religion does
not send people out to kill and that anyone who takes a life in the name of religion
transgresses a commandment of G.-od.
The conference concluded with a pledge that the Jewish and Muslim clerics
would work to put an end to bloodshed between Israelis and Palestinians and
would struggle with all their might against hatred, ignorance and extremism on
both sides.
“We are all the children of one father – Abraham the Patriarch”, said Rabbi Eliyahu
Bakshi Doron.
Sheik Talal Sidr of Hebron moved the audience when he called on them to visit
every mosque and synagogue to preach peace and dignity. “This is the divine
commandment”, he said.
The imams represented most of the countries of Africa and Asia, dressed in
traditional robes and head coverings in a rainbow of colors.
“The extremists have taken G.-od hostage”, said André Azoulay, adviser to the
King of Morocco. “Unfortunately they are stronger than the Jewish and Muslim
people of peace”. Participants made great efforts to distance themselves from the
horrors perpetrated by fanatics in the name of G.-od.
M a r g a u x sprl
Bureaux à:
Kinshasa - Tshikapa - Mbuji-Mayi
Avec les compliments de :
Tuvia Marom : Administrateur-gérant
Aslan Piha : Administrateur-gérant
Chaïm Shechter : Directeur Financier
11
VENTES
aux particuliers
et au détail
Volailles et découpes : poulet, poule, caille, canards,………….
Viandes et abats de bœuf : filet pur, entrecôte, rôti,……………
Viandes d’agneau : agneau entier, gigot, carré, épaule………..
Poissons de mer : jeune capitaine, kossa kossa, dorade, sole,….
Divers produits secs
Spécialisé en camions de brousse
– Vente de camions d’occasion
– Vente de pièces de rechange
d’origine pour camions – Location de grues
tout tonnage –
12
13
Humour juif
Deux mères juives se rencontrent :
- Que deviens-tu ?
- C’est terrible, ma belle-fille a menacé mon
fils de le quitter si je continuais à me mêler
de leurs affaires et à lui faire des remarques
continuellement.
- C’est terrible, en effet !
- Oui, elle me manquera beaucoup !
C’est trois mères juives qui parlent de leurs fils.
La première dit : «Mon fils a bien réussi. C’est le
meilleur avocat de New York.»
La seconde dit : «Mon fils, c’est mieux. Il est
meilleur psychiatre de New York.»
La troisième dit : «Mon fils n’a pas réussi. Il n’a
pas un très bon travail et il est homosexuel.
Mais, il a deux petits amis...l’un c’est le
meilleur avocat de New York, et l’autre c’est
le meilleur psychiatre de la ville.
Abraham dit à Jacob :
- Je suis malade, mais j’ai peur d’aller chez le toubib, parce que ça
coûte cher.
- Alors va chez le docteur Shmuel, lui dit Jacob. Il pratique un tarif
dégressif, quand on revient le voir, il ne prend plus que la moitié !
Abraham se présente donc chez le docteur Shmuel, et lui dit en arrivant :
- Bonjour docteur ! c’est encore moi !
Moshe et Schmoulik de Paris sont au Mur des Lamentations ; ils se
lamentent et pleurent.
Moshe : - Mon D.-ieu, s’il te plaît, fais moi gagner 5 millions, s’il te
plaît, 5 millions, allez….
Schmoulik : - Mon D.-ieu, tu sais que je n’ai pas d’argent du
tout, je te demande seulement 100 Euros pour vivre et manger
aujourd’hui, c’est tout….
Et chacun se lamente sans s’arrêter.
A un moment, Moshe se retourne vers Schmoulik et lui dit :
- Bon écoute, tiens, voilà tes 100 Euros et laisse le Bon D.-ieu
se concentrer, ok ?
Quelle est la différence entre un goy (non juif), un ashkénaze et un séfarade ?
– Le goy, il a une femme et une maîtresse, mais il préfère sa maîtresse.
– L’ashkénaze, il a une femme et une maîtresse, mais il préfère sa femme.
– Le séfarade, il a une femme et une maîtresse, mais il préfère sa maman.
14
L’AIDE D’ISRAËL
AUX VICTIMES DU
Tsunami
L’ampleur de la catastrophe
qui a frappé l’Asie du SudEst et la détresse des
survivants ont suscité un
grand élan de générosité
en Israël
En français / In english
I
sraël a été un des premiers pays à avoir proposé et envoyé de l’aide aux pays
sinistrés en Asie. En effet, dès le 28 décembre, le gouvernement israélien (en
coordination : Défense et Affaires Etrangères) a chargé l’armée d’envoyer une aide
humanitaire et médicale à destination des zones sinistrées du Sri Lanka. De plus,
des dizaines d’Israéliens, médecins ou non, officiels ou volontaires, se sont rendus
sur place dans les différents sites de la catastrophe. Ils y ont installés, par ci, par là,
de mini-hôpitaux de campagne où ils firent des prouesses.
Le premier envoi de 82 tonnes comportait : 10.000 couvertures, 3.680 litres d’eau
minérale, 12 tonnes de nourriture, 18 tonnes d’aliments pour bébés, plus de 9 tonnes
de médicaments, ainsi que des groupes électrogènes, des tentes, des lits et des
matelas. Une cinquantaine de médecins et une équipe de secouristes israéliens de
ZAKA accompagnaient ce chargement.
Israël was one of the first countries to offer assistance and to send aid to countries
hit by the disaster. In accordance with the decision of the Minister of Defense and in
coordination with the Foreign Ministry, it was decided on 28th of december to send a
humanitarian aid and medical supplies to Sri Lanka.
The first shipment contains more than 82 tons of supplies including : 10.000 blankets,
3.680 liters of mineral water, 12 tons of food, 18 tons of baby food, over 9 tons of
medicine, and additional supplies such as generators, tents, beds and mattresses.....
accompanied by a delegation of some 50 medical and a team of ZAKA Israeli rescue
and recovery..
Les soldats Israéliens emballent
les colis qui vont embarquer à
destination du Sri Lanka
15
Bangkok Chabad
office and Phuket
public notice
boards
Une autre mission a été dépêchée en Thaïlande avec des médicaments, des
masques à gaz et des sacs pour cadavres.
De son côté, le Magen David Adom, en coordination avec la Croix-Rouge et le
Croissant Rouge, expédiait, sur un vol El Al, 4080 flacons de sérum albumine et
des fournitures médicales.
Par ailleurs, à partir du 4 janvier, le Magen David Adom a lancé une campagne
de collecte de denrées alimentaires dans tous les supermarchés d’Israël, assurée
par 4000 volontaires, auprès du public israélien ; il a été récolté 3 tonnes de farine,
4 tonnes de riz, 920 litres d’huile, 3 tonnes de sucre, 2 tonnes de pâtes, 39000
litres d’eau minérale, 900 kilos de haricots secs et 700 kilos de confitures et des
conserves. Toutes ces denrées sont parties de Ashdod à destination de Colombo,
sur un bateau mis gracieusement à disposition par une compagnie israélienne.
De leur côté , les O.N.G. israéliennes ont collecté 70 tonnes de denrées diverses,
10.000 couvertures fournies par l’armée, 250.000 pilules désinfectantes pour
l’eau, du matériel médical et 100.000 $ de médicaments fournis par Teva. Le
transport a été assuré gratuitement par El Al.
Magen David Adom, in coordination with the International Red Cross and Red
Crescent Movement, dispatched - on an El Al flight – a shipment contained 4.080
bottles of serum albumin (for use in treating trauma victims) and other medical
supplies and equipment.
In addition, Magen David Adom has stationed over 4.000 of its volunteers in front
of supermarkets across Israel to encourage the Israeli public to donate basic food
items. They received 3 tons of flour, 4 tons of rice, 920 liters of oil, 3 tons of sugar,
2 tons of pasta, 39000 liters of mineral water, 900 kilos of dried beans and 700
kilos of jams and conserves. These goods were shipped from Ashdod port to
Colombo (Sri Lanka).
Kinshasa Jewish Community
Corner of Lukusa and Mission street – Kinshasa Gombe – [email protected]
16
Chabad representatives loading food..
.....and with a survivor
Il faut également signaler la présence, en Thaïlande, d’équipes israéliennes
spécialisées dans l’identification des corps et travaillant jour et nuit dans les morgues
de Phuket.
Le mouvement Habad, présent sur place, a participé activement aux recherches
des rescapés israéliens. Le Représentant permanent du mouvement à Bangkok, le
Rabbin Néhémia Wilhelm, a tenté de retrouver des blessés dans les hôpitaux de
Thaïlande.
Les représentants du mouvement faisaient également la tournée des hôpitaux pour
amener de la nourriture casher aux blessés et les aider à contacter leurs familles en
Rabbi Kantor et les volontaires de ZAKA Israël. Il ont apporté une aide précieuse au Consul d’Israël, Yaakov Dvir.
Les survivants téléphonent en Israël
Chabad of Thailands response to the crisis was immediate and is growing daily. Rabbi
Nehemya Wilhelm was dispatched to the scene of the tragedy in Phuket to aid in the
rescue efforts where he is making the rounds of the hospitals, identifying bodies,
arranging medical help and transportation for survivors and connecting survivors with
their families in Israel. Chabad representatives are standing by at the local hospitals
to visit the injured and provide them with kosher food and any other help needed. The
Israeli Consul in Thailand, Yaakov Drir, asked for Chabad’s help in located missing
and stranded Israelis.
Décompte total
au 30/01/05
Total account
on 30/01/05
Rabbi Holtzberg from India dons
tefillin with a survivor
283 200
morts/death
Indonésie
Sri Lanka
Inde
Thaïlande
Somalie
Maldives
Malaisie
Birmanie
Tanzanie
Bengladesh
Kenya
229 869
30 977
16 413
5 384
298
82
68
61
10
2
1
17
UNE FETE JUIVE ...
Aujourd’hui :
Pourim
Cette année, Pourim sera célébrée le 25 mars 2005
L
’histoire se passe à Suse, capitale de l’empire perse qui s’étendait de l’Inde
à l’Ethiopie, au temps du Roi Assuérus, fils de Cyrus qui avait donné la
permission aux Juifs de retourner en Israël et d’y reconstruire le Temple. Mais,
les Samaritains, intriguant contre les Juifs, les accusèrent de vouloir se révolter
contre la Perse ; le Roi prêta foi à ces accusations et fit arrêter la construction du
Temple.
Le portrait d’Esther
L’histoire de Pourim se situe donc à une époque où une partie du peuple juif
se trouvait en Israël et l’autre était dispersée dans l’empire perse. Il existait une
communauté juive à Suse, lieu de résidence d’Assuérus.
Au péril de sa vie, Esther
va au devant du roi,
dévoile son identité juive
et démasque le tyran.
Aman est pendu
à la potence qu’il
avait préparée pour
Mardochée.
Ayant répudié la reine Vashti, le roi fit venir les plus belles jeunes filles de tout
le royaume afin de choisir une nouvelle reine. Esther, orpheline juive, nièce et
pupille de Mardochée fut choisie. Elle devînt donc reine, mais, suivant le conseil
de son tuteur Mardochée, ne déclara pas au roi qu’elle était juive. Par contre,
Aman, que le roi nomma premier ministre, réussi à convaincre ce dernier de signer
un décret contre le peuple juif pour se venger de Mardochée qui refuse de se
prosterner devant lui. C’est ainsi qu’ Aman ordonna le massacre de la nation juive
pour le 13 Adar.
Le roi nomme l’oncle de
la reine, Mardochée, en
qualité de premier vizir,
c-à-d premier ministre
18
Mardochée demanda alors à Esther d’intercéder auprès du roi pour sauver son
peuple ; en échange, celle-ci supplia toute la communauté juive de Suse de jeûner
pendant trois jours et de prier pour elle. D’ailleurs, elle jeûna aussi durant ces trois
jours.
Sous l’influence d’Esther et de Mardochée, Assuérus établit de nouveaux décrets
proclamant le 13 Adar comme journée d’autodéfense pour les Juifs. Ceuxci passèrent du deuil à la joie et célébrèrent des fêtes. En mémoire de cette
délivrance, Esther et Mardochée instituèrent pour le 14 Adar (en février ou en mars
selon les années) une fête annuelle qui se célèbre encore aujourd’hui : c’est la fête
de Pourim. Tous ces faits sont consignés par Esther et son oncle dans un mémoire
s’intitulant la Meguila (le rouleau) d’Esther.
Comme Hanoukah, la fête de Pourim est classée parmi les fêtes moins importantes
que celles qui sont prévues dans la Bible. Si aucun service religieux n’est prescrit
à Pourim, les juifs doivent envoyer des cadeaux comestibles à au moins trois amis
et des dons aux pauvres. Les Juifs ont créé des pâtisseries spéciales pour ces
jours de fête : des gâteaux aux formes spéciales qui ont été appelés de noms ayant
une symbolique portant sur les événements historiques de Pourim. Ainsi, les Juifs
d’Allemagne mangent des « Amantaschen » et ceux d’Italie mangent des « orrechi
d’Aman ». De plus, il est recommandé de boire jusqu’à ce qu’on ne puisse plus
distinguer « maudit soit Aman » de « béni soit Mardochée » (l’hébreu permet ce jeu
de mot). La lecture de la Meguila soir et matin est aussi un rite immuable.
Enfin, il est de coutume de se déguiser et surtout de déguiser les enfants. Cette
mode est apparue en Italie vers la fin du quinzième siècle sous l’influence du carnaval
romain. Cette coutume a été instaurée car, dans le miracle de Pourim, D.-ieu n’agit
pas directement, mais de façon invraisemblable et cachée. Aujourd’hui encore, les
Juifs de toutes les origines se déguisent, et, en Israël, il y a même des défilés de
Pourim.
Il est également permis d’exprimer beaucoup de joie, même entre les murs de la
synagogue ; sont également autorisés des sifflements bruyants lorsque les noms
d’Aman ou de ses fils sont prononcés.
Un jeûne est prescrit la veille de Pourim, en souvenir de celui qu’avaient observé
Esther et le peuple juif.
This year of 2005, Pourim will be celebrated on March 25
T
he story take place at Suse, Capital of the Perse Empire, which stretched from
India to Ethiopia, at the time of King Assuerus, Cyrus’ son who had given the
jews permission to go back to Israel and rebuild the Temple. The samaritans,
smart and envious of the jews, accused them of trying the revolt against Perse ; the
King believed in these accusations and had the construction of the Temple stopped.
The story of Pourim happens at a period when one part of the jewish people were
19
in Israel and the other part spread throughout the Perse Empire. There was a jewish
community at Suse, the residence of Assuerus.
Having repudiated Queen Vashti, the King had the most beautiful young women in the
Kingdom come in order to select a new queen. Esther, a jew orphan, Mardochee’s
niece and eyeball, got selected. She became queen, but following her tutor
Mardochee’s advise, never told the King that she was jew. Aman, who was appointed
Prime Minister, managed to convince the King to sign a decree against the jew in
order to rataliate against Mardochee who refused tobow down in front of him. This is
how Aman ordered a massacre of the jewish people on 13 Adar.
Mardochee asked Esther to intervene to the King to save her people. In return, Esther
asked the entire Suse Jewish Community to observe a three days fast and pray for
her. She also fasted during those three days.
At the risk of her life, Esther goes in front of the King, unveils her jewish identity and
betrays the tyran. Aman is hung at the gallows which he had prepared for Mardochee.
The King appoints Mardochee, the Queen’s uncle, as Prime Vizir, that is Prime
Minister.
Under the influence of Esther and Mardochée, Assuerus signs other decrees
proclaiming 13 Adar as the Jews’ selfdefense day. The Jews went from mourning
to happiness and celebrate these holidays. In memory of this salvation, Esther and
Mardochee instituted 14 Adar (in February or March depending on years) as a yearly
holiday, which is still observed today. It is the Pourim celebration. All these facts
are written down by Esther and her uncle in a document entitled Esther’s Meguila
(Esther’s roll).
Like Hannukah, Pourim is classified as a less important holiday than those indicated
in the Bible. No religious service is prescribed at Pourim, but all jews have to send
edible gifts to at least three friends and make donations to the poor on this occasion.
Finally, it is customary to desguise oneself, and especially to desguise the children.
Even today, a Pourim parade is organized in Israel.
Fasting is prescribed on Pourim eve in memory of the one Esther and the jewish
people observed.
Alimentation Peloustore
36 Boulevard du 30 Juin
Tél 9934232
KINSHASA - GOMBE
Kinshasa Jewish Community
Corner of Lukusa and Mission street – Kinshasa Gombe – [email protected]
20
On en parle ...
ailleurs
3) Le Congrès Juif Européen (C.J.E.) a applaudi
la signature, à Rome, par les 25 de l’Europe
Unie, de leur première constitution. Le C.J.E.
espère que cette constitution défendra les
droits de l’homme et du citoyen, et s’opposera à
toutes formes d’intolérance et d’antisémitisme
en Europe.
1) Fin novembre 2004 s’est tenu à Hollywood
(Florida) le Congrès annuel de l’American
Israel Public Affairs Commitee (A.I.P.A.C.). Il
s’agit du plus puissant lobby juif non-américain
pro-israélien. Le Congrès de cette année a
porté sur les relations
israëlo-américaines
et
sur la recrudescence de
l’antisémitisme dans le
monde. Condoleeza Rice,
alors Conseillère spéciale
de Georges Bush, y a pris
la parole.
2) L’ancien grand rabbin ashkénaze d’Israël, Méïr
Lau, s’est adressé aux manifestants réunis sur
la place Rabin. « L’Etat d’Israël est semblable
à l’Arche de Noé, nous devons tous y vivre en
paix malgré les divergences d’opinions », a-t-il
déclaré à l’occasion du neuvième anniversaire
de la mort d’Yitzhak
Rabin. « Nous devons
combattre nos ennemis
communs ainsi que
la haine fratricide et
l’incitation à la violence »,
a-t-il ajouté.
4) La direction de l’Université de Tel-Aviv a
octroyé à ses quelques 1000 étudiants
musulmans un local situé dans la Cité
universitaire et destiné à leur servir de mosquée.
Certains craignent que cette salle ne serve de
tribune à des extrémistes religieux.
5) Après le sinistre qui a détruit, en partie, la
première synagogue des judéo-espagnols
à Paris II, un groupe de membres actifs de
la communauté sépharadite a pris conscience
qu’il fallait sauvegarder ce lieu historique de
leur passé, en préserver la mémoire et en faire
un lieu culturel et social judéo-espagnol.
6) Des inscriptions du type : « Nous liquiderons
Sharon comme nous avons liquidé Rabin » ont
été découvertes à Jérusalem et à Tel-Aviv.
7) Le budget israélien pour 2005 s’élève à 264,5
milliards de shekels. Le poste le plus important
est celui de la défense nationale avec 42,5
milliards de shekels.
21
8) Selon une enquête réalisée par l’Institut
d’enquête sur la sécurité nationale de
l’Université de Haïfa, un israélien sur cinq
a perdu un membre de sa famille ou une
connaissance dans un attentat ou sur le front
durant les quatre dernières années.
9) Le président américain, Georges Bush, a
appelé le rabbin Avram Shem Tov, président
de l’association « Chabad mondial », et
l’a remercié pour sa contribution lors de la
dernière campagne présidentielle. « Je ne
vous décevrais pas. J’attends votre visite pour
Hanouka ».
10) Pour la première fois, Israël a envoyé un
représentant au sommet de l’Otan, à Bruxelles,
réunissant les chefs d’état-major des 26 Etats
membres de l’organisation. L’Otan a proposé
à Tsahal de prendre part à ses exercices
multinationaux et de se joindre à ses opérations
antiterroristes comprenant des patrouilles en
mer au large des côtes du Proche-Orient.
11) « Pour l’année 2004, une cinquantaine de
plaintes pour antisémitisme ont été déposées
en Belgique, alors qu’il y en avait 4 pour l’année
1999 », a déclaré Viviane Teitelbaum, députée
au Parlement de la Région de BruxellesCapitale.
12) Selon
« Format »,
la
fortune d’Arafat s’élèverait
à 1,5 milliard de dollars.
Cette somme comprend
les montants dans ses
comptes en banque et ses
participations dans des
entreprises.
22
13) L’opération « Moïse »,
au cours de laquelle
8 000 Juifs éthiopiens
(fallashas) avaient été
rapatriés en Israël,
marque ses 20 ans.
Elle s’est déroulée
entre novembre 1984 et
janvier 1985.
14) Au cours de la visite qu’il
a effectuée en Israël,
le nouveau président
de l’UMP, le français
Nicolas Sarkozy a
déclaré « Israël est
une démocratie amie
de la France » et aussi
« L’antisémitisme
ne
s’explique pas, il se combat ». Il a été reçu par
le Président israélien Katsav et a visité le Kotel
(le Mur de Lamentations), à Jérusalem.
15)D’après les chiffres publiés par le Bitouah Léoumi
(sécurité sociale), 48,3% de la population juive
orthodoxe et 44,7% de la population israélienne
non juive sont considérées comme pauvres.
16)Un groupe ultra-orthodoxe travaille avec la
Banque Leumi au lancement d’une nouvelle
carte de crédit qui ne fonctionnera pas le
shabbat même dans les magasins.
17)El Al a été privatisée pour la première fois. La
compagnie Knafayim a
reçu l’autorisation des
autorités d’augmenter ses
parts dans la compagnie
aérienne, passant ainsi à
40% des actions.
18)Le président Bush a présenté à la presse le
juge Michael Chertoff qu’il a désigné à la
tête de l’important
ministère de la
Sécurité intérieure.
Ce dernier est fils
d’un rabbin.
19)Selon le journal « Al-Safir », le président
tunisien Ben Ali aurait donné l’ordre d’alléger
la procédure d’entrée des israéliens dans
son pays. Il a également
pris des mesures pour
restaurer le cimetière juif
de la capitale et a déclaré
qu’il envisageait d’inviter
Shimon Pérès à Tunis.
20)Le fils de Charles et Diana, le prince Harry,
a présenté ses excuses après la publication
dans la première page du Sun d’une
photographie le montrant
en uniforme nazi prise
lors d’une fête costumée,
arborant sur le bras une
swastika, l’emblème du
régime nazi.
23)En Israël, 4300 personnes, dont une centaine
d’enfants, sont reconnus porteurs du sida.
Chaque année, 300
Israéliens se font
contaminer, dont
une cinquantaine à
l’étranger.
24)Jean-Marie Le Pen, président du Front
National français, a déclaré : « L’occupation
allemande n’a pas été particulièrement
inhumaine, même s’il y
eut des bavures ». Le
ministre de la Justice
a demandé au parquet
l’ouverture d’une enquête
préliminaire.
25)Le président palestinien, Abou Mazen, a
rencontré Sharon à Charm-el-Sheik. Ils ont
proclamé un arrêt des hostilités. La mise en
application sur le
terrain est une
autre affaire.
21)Le nombre de jeunes arabes (musulmans et
chrétiens) qui se portent volontaires pour
servir dans les rangs de Tsahal est en nette
augmentation. Il a progressé de 20% en
2004.
22)Le prochain gouverneur de la Banque
d’Israël sera le juif américain Stanley Fisher,
actuellement vice-président de City Group
et ancien économiste du Fonds monétaire
international.
23
Restaurant
La Piscine
Adresse : avenue Luambo Makiadi – Kinshasa/Gombe
Téléphone : (+243)815048520
Contact : André FASOULIS – téléph (+243)8962103
Spécialités grecques et autres
Organisation de fêtes :
mariages, banquets, dîners d’affaires
(capacité 400 personnes)
24
80, av. de l’Equateur (entre UBC et AMICONGO) - B.P. 1991 - Kinshasa/Gombe
Tél.: (+243)0813141777 - 9920994 - 97031805 - 9922145 - 0817005030
Email : [email protected] Site Internet : www.uac.cd
TV HIFI CLIMATISATION ELECTROMENAGER TAPIS/MOQUETTE MOBILIER
* VOYAGES ET TOURISME *
ASSURANCES * IMMOBILIER
Depuis 1929, IMMOAF assure à sa clientèle
un service personnalisé et hautement
professionnel dans les secteurs du tourisme,
des voyages, de l’immobilier et des
assurances.
IMMOAF S.A. - Boulevard du 30-juin 22a
Kinshasa - République Démocratique du Congo
Tél. (243)817008804 - 0817008800 - 0817008803
Email : [email protected]
Coin des av. Colonel Lukusa et Ngongo-Lutete
P.O. Box 9999 Kinshasa 1-Gombe
Democratic Republic of Congo
25
26
UNE COMMUNAUTE
JUIVE DANS LE MONDE
Aujourd’hui :
Anvers
Le port
le zoo
les diamants
les monuments
les bars…..
L
….. et les juifs
’histoire des juifs d’Anvers commence en 1832, malgré la présence d’une petite
communauté juive avant 1830, date de l’indépendance de la Belgique. De
nombreux juifs venus d’Europe centrale et orientale ainsi que quelques juifs
portugais s’installent dans la ville pour fuir les persécutions. Anvers, ville portuaire
de première importance, est une des étapes sur la route de ceux qui partent pour
les Etats-Unis ; pour des raisons diverses, parfois, ils s’arrêtent là.
Les noms attribués à cette ville sont autant de témoins qui racontent l’histoire des
juifs d’Anvers :
Anvers la Cosmopolite – Anvers, Capitale Culturelle de l’Europe – Anvers, la
Jérusalem du Nord – Anvers, Capitale mondiale du diamant – etc,…..
Il existe 3 grandes communautés à Anvers :
1. ashkénaze Shomre Hadas
2. sépharade de rite portugais
3. orthodoxe Machsike Hadas
De 1940 à 1945, la Communauté juive n’échappe pas à la tourmente
nazie et aux grandes rafles. La déportation vers les camps de la
mort sera massive.
Sur les 25000 juifs de Belgique qui périrent, les deux-tiers étaient
Anversois.
27
La Communauté
ashkénaze Shomre
Hadas
La communauté israélite Shomre
Hadas
développe
une
vie
communautaire intense. En 1920,
elle nomme le rabbin Moshé A. Amiel,
dont l’une des prémières réalisations
sera la création d’une école juive.
Tachkemoni est née et deviendra l’un
des fleurons de toute la Communauté
juive d’Anvers et l’une des écoles
citées en exemple dans le monde pour
son enseignement de grande qualité.
28
L
e 21 septembre 1832, une première synagogue (Paardenmarkt 83) est
inaugurée, suivie d’une seconde (Pieter Potstraat) en 1844, la première
étant devenue trop petite. Déjà, le besoin d’avoir sa propre école se fait
sentir ; un petit local attenant à la synagogue rendra ce service.
Les persécutions et les pogromes en Europe centrale et orientale incitent de
nombreux coreligionnaires à se mettre à la recherche d’horizons meilleurs.
Ainsi, la Communauté anversoise ashkénaze gagne en importance, et,
tout naturellement, se développe et crée l’infrastructure communautaire
nécessaire à son essor.
L’Arrêté Royal du 7 février 1876 reconnaît la Communauté Israélite Shomre
Hadas.
Rapidement, la synagogue de la Pieter Potstraat ne répond plus aux besoins
des fidèles.
Le 7 septembre 1893, on inaugure la splendide synagogue « hollandaise »
de la Bouwmeesterstraat, de style oriental et qui restera un des joyaux
architecturaux en ce domaine.
En 1928, Shomre Hadas acquiert un emplacement d’un hectare à Putte, petite
commune hollandaise près de la frontière, pour y installer son cimetière. Et
une nouvelle synagogue est inaugurée en 1929, celle de la Van den Nestlei,
conçue par l’architecte juif Joseph de Lange.
Le 14 avril 1941, le quartier juif d’Anvers est attaqué par des sympathisants
nazis ; ils cassent, pillent et brûlent les commerces et les synagogues ; ce
sera la « mini-pogrom d’Anvers ».
Entre août et septembre 1942, des milliers de membres de cette Communauté
seront déportés dans les camps de la mort. Un grand nombre d’entre eux ne
reviendront pas….
Après la guerre, les rescapés s’attèlent à la reconstruction des institutions
juives dévastées. Ainsi, au lendemain de la Shoah, la communauté juive
d’Anvers reprend vie petit à petit.
En 1954, la synagogue de la Van den Nestlei, entièrement refaite, est une
nouvelle fois inaugurée, et porte, désormais, le nom de Romi Goldmuntz.
De même, l’école Tachkemoni, rénovée, est devenue l’Athénée Tachkemoni ;
elle compte aujourd’hui 800 élèves, toutes sections réunies.
La communauté juive Shomre Hadas retrouve sa superbe d’antan grâce
à l’investissement quotidien de ses membres et au dévouement qui les
caractérise depuis toujours. Ils se sont ainsi réorganisés avec toutes les
institutions dignes d’une grande communauté : école, fonds social, home du
3ème âge, mouvements de jeunesse, medias, centre culturel et bibliothèque,
etc…
La Communauté
sépharade de rite
portugais
L
a communauté sepharadite, composée principalement de Juifs d’origine
portugaise ou turque dispose depuis 1896 d’une synagogue à Anvers. Composée
de quelques centaines de membres, elle sera officiellement reconnue par
l’Arrêté Royal du 7 février 1910.
En 1911, quelques familles font don d’un terrain à la Hovenierstraat, au centre du
quartier diamantaire. Il y sera érigé une synagogue de style néo-roman conçue par
l’architecte juif Joseph De Lange.
Cette synagogue sera sérieusement endommagée pendant la seconde guerre
mondiale, mais entièrement restaurée dès 1946. Malheureusement, en 1981, victime
de l’attentat terroriste perpétré dans le quartier diamantaire, elle est une nouvelle fois
atteinte. La mobilisation de la communauté sépharade permet sa restauration, et,
récemment, elle a bénéficié de travaux d’embellissement grâce à la générosité de la
famille Taché.
Cette communauté, aussi, s’organise, mais à une échelle différente vu le nombre
restreint de ses membres ; elle assure des offices religieux quotidiens, les offices
du shabbat et toutes les fêtes, mais dispense également des cours de religion et de
judaïsme
La Communauté
orthodoxe
Machsike Hadas
P
endant la plus grande partie du 19ème siècle, la communauté juive d’Anvers
ressemble à celle des autres villes de Belgique, c’est-à-dire profondément
attachée aux valeurs et traditions du judaïsme, tout en s’inscrivant dans la
modernité. Mais, à la fin du 19ème siècle, les Juifs arrivant d’Europe centrale et orientale
sont, en majorité d’observance plus stricte, et vont, tout naturellement, ériger une
communauté et des institutions respectant cet esprit d’orthodoxie.
Née en 1892, elle ne sera pourtant reconnue qu’en 1910 par l’Arrêté Royal du 14
décembre.
Dès 1895, elle met sur pied l’école pour garçons, Jesode-Hatora ; en 1936, s’y
adjoindra la section pour filles Beit Jacob. Cette école, dont aucune des deux
sections n’est mixte, devient l’une des écoles juives orthodoxes les plus importantes
du monde.
Durant la seconde guerre mondiale, cette communauté,
aussi, n’a pas été épargnée et a perdu des milliers de
ses membres, déportés vers les camps de la mort.
Au lendemain de la Shoah, elle se réorganise : l’école
et la Yeshiva s’ouvrent à nouveau, le rabbin Chaïm
Kreiswirth, qui est une sommité mondialement connue
du Talmud, est nommé en 1954.
Les nombreux hassidim (pieux), que l’on peut voir
de nos jours à Anvers, se subdivisent en plusieurs
29
courants distincts, ayant chacun ses traditions ainsi que ses oratoires particuliers, et
constituent une part importante du caractère original de la Communauté Machsike
Hadas.
Les Juifs et le diamant
C
’est en 1886 que les premiers flots de diamant se déversent sur la place
d’Anvers en provenance des mines sud-africaines, et c’est tout naturellement
que les juifs seront partie prenante dans ce secteur qu’ils marqueront de leur
empreinte. En 1893, ils fondent le Diamond Club vers lequel les diamants des quatre
coins de la planète convergent. En 1904, la première Bourse du diamant digne de ce
nom voit le jour : la Beurs voor Diamanthandel, aujourd’hui centenaire. Et les marchés
se scellent encore sans contrat écrit, par la formule hébraïque : mazal !
Le quartier diamantaire s’étend sur dix hectares et quatre rues, dont les fameuses
Pelikaanstraat et Hovenierstraat. Plus de 80 % de la communauté juive d’Anvers, qui
compte plus de 20.000 personnes, travaillent dans ce secteur. Parés de chapeaux
noirs et de papillottes, les juifs hassidiques et orthodoxes circulent dans ce quartier se
mélangeant aux européens et Indo-Pakistanais, très nombreux également.
L’âge d’or du diamant anversois s’interrompt en 1940. L’occupant allemand déporte
26.000 juifs de Belgique, et il réquisitionne les stocks de diamants, sans toutefois
réussir à s’emparer de toutes les pierres, grâce à l’habileté de deux diamantaires,
Romi Goldmuntz et Herman Shapiro.
Après la guerre, une nouvelle période de prospérité commence pour le quartier. Trois
écoles diamantaires voient le jour et les quatre Bourses diamantaires d’Anvers ne
désemplissent pas.
Les Juifs ont marqué la tradition du commerce du diamant. Le restaurant de la Bourse
principale est strictement cacher et les entreprises juives portent toutes à l’extérieur
une Mezouza. Mais, dans ce négoce, de grandes familles indiennes originaires de
Bombay comptent désormais parmi les grands. Sur les dix premiers diamantaires
anversois, six sont indiens. Des Arméniens et des Libanais sont aussi présents dans
le quartier.
26 milliards de dollars de diamants s’échangent chaque année dans ce quartier
anversois qui représente 7% des exportations de Belgique et qui se flatte de faire de
la place à tout le monde.
«Universel par nature, le diamant s’extrait en
Afrique, se taille désormais aux quatre coins
de la planète, se négocie à Anvers, ... et se
porte partout»
Gabi Tolkowski
30
Vie Communautaire chez nous
... à Kinshasa
1) Mardi 7 décembre 2004 : HANOUKAH
Tous les membres de la Communauté, présents à Kinshasa, étaient à la Synagogue, décorée par Myriam Bentolila et les
enfants, pour assister à l’allumage de la première bougie de Hanoukah.
Une vue de quelques participants à la cérémonie
Moïse Angel et Maurice Habib
David, Joël, Ronen et Motti, parmi d’autres
Le Rabbin Shlomo Bentolila va allumer la 1ère bougie
Nathalie et Doreen Waknine et Myriam Bentolila
Nathalie, Robert, Harry, Elwyn, Moïse et Michael
31
Zohar, Saguit, Igal, Denise, Yossi et Juliette
Noga, Edi et Violette
Personne ne s’est fait prier pour passer à table :
Les enfants étaient à l’honneur, ils ont été à la hauteur, et se sont bien amusés :
Hag
Bonne
32
Sameah
Fête
Pendant ce temps…
Le Président de notre communauté fêtait Hanoukah à bord d’un bateau dans les Caraïbes
avec des amis qui, à son insu, ont annoncé au « hazan » la présence dans la salle du
« Président de la Communauté Israélite de Kinshasa ». C’est donc à ce titre qu’il a été invité
à allumer la première bougie de Hanoukah,….et à réciter la prière.
Aslan Piha et le « hazan »
Et, pendant ce temps, aussi…
« We are honored to celebrate
the miracleof Hanukkah in the White
House this evening.
We have a beautiful Menorah from the
Boca Raton Synagogue, in Florida.
Laura and I are grateful to have it
here, and we thank Rabbi Kenneth
Brander for making that possible.»
Le Président
Georges Bush, et
sa femme Laura,
fêtaient également
Hanoukah,
à la Maison Blanche.
“I also thank the gentlemen from Kol Zimra who will help us say the blessings over
the candles and bless all of us with their music. Welcome.
The talmud teaches that the Menorah lights should perform no function other than to
proclaim the miracle of a just and loving God. Every generation since Judah Maccabee
has looked on these candles and recalled the sacrifices that are made for freedom. And in
every generation, these lights have warmed the hearts of those not yet free.
Today, many Americans are sacrificing to bring freedom and hope to the oppressed. In this
holiday season, we pray for the safety of our troops, for the success of the mission, and
for their speedy return home. And tonight we have asked the three eldest children of one
of our Jewish chaplains, Army Chaplain Shmuel Felzenberg, now on duty in Iraq, to do the
honors of lighting the Menorah. Will Menachem, Chaïm and Miriam Felzenberg are here
to light the candles. Thank you.”
33
2) 10 Shvat 5765 : Hiloula du Rebbe des Loubavitch
Le rabbin Shlomo Bentolila a organisé une soirée privée à la mémoire de Rabbi Yossef Schneerson, et à l’occasion de
l’anniversaire de sa disparition. Une trentaine de personnes assistaient à ce délicieux repas, à la synagogue.
Robert, Aslan, le rabbin et Binyamin
Dave et Maxime
Jack, Gadi, Ronen et Danilo
Motti, Yossi et Pierrot
Igal, Zvika et Avi
3) Mercredi 26 janvier 2005 : Barbecue à la synagogue
Excellent buffet dont la nourriture provient du « magasin casher » de la Communauté.
Clément Allal, Dave, Farida, Mr & Mme Timsit
34
Chaïm,Beny,Jaafar,Aslan,Michel,Nath & Doreen
4) Samedi 29 janvier 2005 : Inauguration de la T.M.B.
Robert Levi, membre de notre Communauté et Administrateur-Délégué de la Trust Merchant Bank, a inauguré, dans la
capitale du cuivre, Lubumbashi, la nouvelle banque, en présence de plusieurs personnalités politiques et de représentants du
monde économique, particulièrement des membres de l’Association Congolaise des Banques (ACB). Le Directeur de Cabinet
a.i. du Chef de l’Etat ainsi que le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC) rehaussaient de leurs présences cette
cérémonie. La Communauté Israélite de Kinshasa était représentée par Messieurs Aslan Piha et David Fernandes. Robert Levi,
le Gouverneur de la B.C.C., Monsieur Michel Losembe, au nom de l’A.C.B. ont pris la parole. Les mots de Robert Levi à l’endroit
de son papa, sa maman, son épouse et ses enfants ont particulièrement ému l’assemblée. Nous lui souhaitons plein succès
dans sa nouvelle mission.
35
Messieurs G.Forrest, JCl Masangu et V. Levi
Messieurs Lukama et de Hemptinne de la
Banque Belgolaise, Vico Levi et Aslan Piha
L’Administrateur-Délégué de la T.M.B., R. Levi
Messieurs Fressart et Losembe, Robert et Christine
Levi, David et Farida, Aslan, Madame Losembe
5) Mardi 1er février 2005 : Assemblée Générale annuelle et élective.
Comme chaque année, et conformément à nos statuts, l’Assemblée Générale s’est tenue, dans l’enceinte de la
synagogue. Monsieur Clément Allal a présidé la séance avec tout le professionnalisme que nous lui connaissons. Le
Président de la Communauté a, au nom de son Comité, transmis le rapport chiffré des activités annuelles. A l’issu de
son compte-rendu, il a demandé et obtenu de l’Assemblée l’approbation des comptes de l’exercice 2004.
Le Président de la Communauté
et le Président de l’Assemblée Générale
36
Les représentants du Comité sortant
Aslan PIHA a été réélu à la Présidence de la Communauté ; il était le seul candidat.
Les personnes dont les noms suivent ont été élus (ou réélus) en qualité de membres du Comité :
David FERNANDES – Tuvia MAROM – Maurice HABIB – Ilana BLATTNER – Edi SWIEL – Yossi BENYAÏR – David
HASSON – Danilo KORENE, et Gadi BENSIMHON.
43 personnes
étaient
présentes ou
représentées
La séance
a débuté à
20h10’
et s’est achevée
à 21h40
6) Mercredi 9 février 2005 : Barbecue à la synagogue
Deux fois par mois, il est organisé un barbecue dans l’enceinte de la synagogue. Les membres de la Communauté
et leurs amis sont cordialement invités.
Nous avons eu l’honneur de recevoir la visite, à Kinshasa, et donc au barbecue de la synagogue, de Nicole et Clément
Hasson, de Bruxelles, ainsi que celle de Efi et Beni Avzaradel, de Cape Town.
37
Efi, Farida, Nicole, Clément, Jacob, Cathy, Olivia
Michel, Nathalie, Moussa et Doreen
Clément, Aslan, David, Beni
Les rabbins Shlomo Bentolila et Yitzack Altabe
Danilo Korene
AVI
&
ZVIKA
Le calendrier des fêtes et commémorations de l’année 5765 :
POURIM
PESSAH
DECOMPTE DE L’OMER
YOM HASHOAH
YOM HAZIKARON
YOM HAATSMAOUT
CHAVOUOT
ROCH HACHANA
KIPPOUR
SOUCOTH
38
le 25 mars 2005
du 24 avril au 2 mai 2005
du 25 avril au 14 juin 2005
le 2 mai 2005
le 5 mai 2005
le 11 mai 2005
les 13 et 14 juin 2005
les 4 et 5 octobre 2005
le 13 octobre 2005
les 18 et 19 octobre 2005
7) Mercredi 23 février 2005 : Conférence
La 2ème conférence, du Cycle qui a débuté en octobre 2004, a été donnée par le Docteur Haïm Nisenbaum, à la synagogue.
Ce dernier est Vice-Président du Consistoire Israélite de Paris.
(de gauche à droite)
Le Rabbin Yitzak Altabe,
le Président de la Communauté,
le Docteur Nisenbaum et
le Rabbin Shlomo Bentolila
Haïm Nisenbaum est le porte-parole du mouvement Loubavitch de Paris ; il exerce les fonctions de Conseiller chargé de la
communication au ministère français du Travail et est auteur de plusieurs livres. Il nous a entretenu sur « la place du Judaïsme
dans le monde d’aujourd’hui ».
Daniel et Michel Cohen
Maurice Habib
Moshe, Georges et Robert
Maxime et Zohar
Tuvia et Michel
L’Ambassadeur de Turquie Moty, Igal, Méir, Shmuel
et Denise Muluka
Jacob et Moty
David Blattner
Saguit, Haguit et Betty
Comme d’habitude, le buffet fut impeccable et a plu
A l’issue de la conférence, l’assistance a posé quelques questions
auxquelles l’orateur a répondu avec plaisir.
La soirée qui avait débuté vers 20h30’ s’est clôturée vers 23h00’.
Environ 60 personnes étaient présentes.
39
Heureux
Evénements
Un heureux événement est
survenu chez nos amis Sarah
et Itzick Pinhas. En effet, leur
fils Idan et sa femme Hilla
ont eu un garçon, Itai, qui
est né à Tel-Aviv (Israël), le
16 novembre 2004, à 8h52’.
Nos meilleurs vœux de mazal
tov aux grands-parents, aux
parents et au nouveau-né.
Dans la même famille, une
autre joie est survenue en
date du 22 novembre 2004.
En effet, nos amis Laura et
Avram Pinhas sont également
devenus
grands-parents.
Leur fille Melly et Marc ont
eu une petite Daniella, née
à Fort Lauderdale (Florida,
USA).
Notre amie Tally est la tante
de la petite.
40
I
t
a
i
D
a
n
i
e
l
l
a
Daniella, Avram, Melly et Marc
Daniella, Avram et Laura
Nos meilleurs
voeux de Mazal
Tov aux grandsparents, aux
parents, à Tally
et à Daniella.
Tally, Melly et Daniella
C
h
a
y
a
B
i
n
a
Un heureux événement est également survenu chez nos amis
Judith et Roby Israël. En effet, le 28 décembre 2004, une petite
Chaya Bina est née, à Anvers (Belgique). Nos très sincères
félicitations à Judith et Roby.
Mais aussi aux grands-parents, nos amis Ruth et Elie Levi.
Et que tous nos vœux de mazal tov accompagnent la petite.
Enfin, après avoir eu trois filles, quelle ne fut pas la joie de Nahama et
Gadi BENSIMHON d’accueillir dans leur famille un garçon.
Yahel est né le dimanche 13 février dans l’après-midi.
Nous présentons aux heureux parents nos sincères félicitations et tous
nos vœux de bonheur au petit garçon.
Y
a
h
e
l
Anniversaire
Notre ami CLEMENT ALLAL vient de fêter
ses 75 ans
En lui souhaitant nos meilleurs voeux,
à l’occasion de son anniversaire, nous
lui
demandons de continuer à nous
raconter
ses histoires, sérieuses et moins
sérieuses,
dont lui seul à le secret.
41
�
IN MEMORIAM
- Félicia Levy née Piha née à Rhodes le 12 décembre 1912.
Veuve du Grand Rabbin du Congo.
Elle a définitivement quitté le Congo
en 1991 pour Bruxelles où elle est
décédée le 4 février 2005
- Jacques Papo né à Jerusalem en 1926 et décédé
à Holon le 21 janvier 2005
il est arrivé au Congo en 1947 et y
a travaillé jusqu’en 1989.
Il fut pendant de nombreuses années
le trésorier de notre Communauté
- Nini Surmani né en Turquie dont il revendiquait la
nationalité et pratiquait la langue ;
Il a vécu de longues années au Congo ;
a travaillé, entre autres, chez L.Hasson & frère.
Il a définitivement quitté le Congo vers 1997 pour Milan.
- Victor Hasson né à Bujumbura en 1957 et décédé à Bruxelles
le 6 janvier 2005 à l’âge de 47 ans.
Il était connu à Kinshasa pour avoir créé
le Groupe City Hotels (dont l’Hôtel Diplomat)
à Bruxelles, et comme Président de City Bird et
ensuite de Birdy Airlines.
- David et Germaine Franco née Campeas ils se marièrent et vécurent au Congo
de nombreuses années ;
ils se sont retirés à Bruxelles où David
est décédé, très peu de temps avant Germaine.
David est le demi-frère de Jacques Franco.
Odette Orebi
Salomon Levy
42
�
HISTOIRE DES JUIFS AU CONGO
Aujourd’hui :
LE GROUPE LEON
HASSON & FRERE
Pendant une quinzaine d’années, ils
développent, à partir de Luputa, un réseau
très dense de distribution (120 magasins de
détail) au Kasaï occidental et oriental et au
Katanga.
Leon HASSON
L
Acher HASSON
e Groupe Léon Hasson & Frère fut fondé en 1936 lors de l’installation au Congo de Monsieur Leon Hasson, rejoint, en 1939,
par son frère Acher.
Dès 1947, Monsieur Leon Hasson s’installe à Kinshasa (alors Léopoldville) et ouvre dans la capitale le magasin « Au Chic »,
alors situé sur l’actuelle place du 27 octobre.
L’extérieur et l’intérieur du magasin « Au Chic » situé près de l’actuelle Ambassade de Belgique
A partir de 1952, ils renforcent leur activité de commerce en gros et inaugurent leur premier centre de distribution à Kinshasa.
Aujourd’hui, la société Léon Hasson & Frère
compte huit magasins de gros et demi-gros
dans la capitale.
Peu après, l’extension continue avec
l’ouverture de succursales à Kananga,
Kisangani, Matadi et Lubumbashi.
43
Parmi ces magasins éparpillés dans la ville de Kinshasa, petites et moyennes unités
implantées aux endroits stratégiques de la capitale, il faut compter ceux du Marché
central et Ecole (voir photos). Toutes les familles d’articles de grande consommation
– entre autre une gamme d’articles textiles qui sont la vocation originale du groupe
– y sont présentées sur 1000 m2 de superficie.
Dès 1960, les deux frères décident de s’orienter vers les activités industrielles. En
1961, c’était l’ouverture de leur première usine, LINDA, spécialisée dans la fabrication
de chemises pour hommes et enfants et qui occupaient 400 ouvriers. En 1962, c’est
la naissance des usines SOFATEX (confection d’uniformes, de pantalons et de
costumes) qui employait près de 400 ouvriers et ELRE (confection de chaussettes)
qui employait 200 ouvriers. Sur leur lancée, ils ouvrent une usine de fabrication de
draperies en Tergal sous le nom de NOVATEX avec 700 ouvriers et 200 métiers au
travail jour et nuit.
Production Elre exposée à la Foire de Kinshasa
Vue intérieure de l’usine de confection Sofatex
Machines de confection et laveuse de l’usine Novatex et Prix International qui lui a été décerné
44
En 1972, Messieurs Hasson, en association avec le groupe américano-canadien Ray-O-Vac, démarrent l’usine de piles ESBCongo (750 ouvriers). Cette usine, avec sa fonderie, usinait les canettes formant le blindage intérieur de la pile au départ de
lingots en alliage zinc-carbone achetés au Katanga et du manganèse acheté à Kisenge.
Les cinq usines du Groupe proposaient des produits qui répondaient à la demande du marché. L’approvisionnement régulier
étant impératif, le problème de stockage fut résolu par la construction de dépôts, à Kinshasa, d’une superficie totale de 15.000
m2.
Vue des entrepôts
de Kinshasa
Vue de l’usine
de pile ESB
Dès l’indépendance, la politique de régionalisation s’est intensifiée. Elle conduit à
la création d’une série de succursales de vente en gros à Kananga, Kisangani,
Lubumbashi, Mbuji-Mayi, Goma, Boma, Isiro, etc…
Un bateau magasin de 900 tonnes remontait le fleuve Congo jusqu’à Kisangani.
Véritable succursale flottante du groupe, il assurait, dès 1974, le transport et la vente
de toutes marchandises destinées aux localités qui bordent le fleuve Congo : Bolobo,
Lukolela, Mbandaka, Lisala, Bumba, Basoko et enfin Kisangani. Sur la descente
vers Kinshasa, il ramenait des produits agricoles et agro-industriels destinés à la
consommation locale et à l’exportation. En effet, depuis 1970, Messieurs Léon et
Acher Hasson ont donné à leur groupe une dimension agricole par l’organisation
de campagnes d’achats de produits agricoles vivriers (manioc, huile de palme,
arachides, maïs, etc) acheminés vers les grands centres urbains et l’exportation de
produits agro-industriels, en particulier le café, le caoutchouc et la papaïne.
Magasin flotttant Hasson et frère
Les zones d’activités principales sont : Nord-Kivu (café et papaïne) et Bandundu.
Les transformations des produits exploités s’effectuent dans leurs propres centres de
retraitement.
45
Parallèlement à leur politique d’investissements réguliers dans les activités
commerciales, industrielles et agricoles, les fondateurs du groupe ont également
développé une division « promotions et investissements immobiliers ». Parmi
les réalisations importantes :
•
Synagogue Beit Yaakov Kinshasa
•
Aujourd’hui, la
Direction commerciale
relève de la
responsabilité de
Monsieur Robby Israël.
Tandis que le
Conseil de gérance
est composé de :
Messieurs Giacomo,
Clément et John
(Leon) Hasson et
Mademoiselle
Carla Hasson.
Isaac Hasson
46
l’immeuble situé en face de l’hôtel Memling (coin avenues du Tchad et
Bas-Congo) qui comprend 4000 m2 sur quatre niveaux de surfaces de
bureaux ultramodernes - entièrement climatisés et contenant quatre
escalators combinés avec des ascenseurs ;
la Galerie du Centenaire, située à côté du building de la Gecamine, est
un ensemble de 7000 m2, répartis en une galerie de 12 magasins et 12
ensembles de bureaux de haut standing.
Une nouvelle réalisation verra bientôt le jour à Kinshasa : un grand magasin
ultra-moderne, situé coin des avenue des Aviateurs et avenue de la Paix, exSedec.
Le Groupe Léon Hasson & Frère est probablement aujourd’hui la plus ancienne
société dirigée, sans discontinuer, par la même famille, au Congo, depuis bientôt
70 ans. Héritier d’une expérience commerciale acquise de pères en fils, et
développée au cours des siècles dans l’axe Espagne-Empire Ottoman, le Groupe
LHF au Congo, en Europe, en Chine, en Inde et en Argentine, rayonne sur quatre
continents et s’appuie sur quatre principes cardinaux : SOLIDITE – SECURITE
– DIVERSITE – DYNAMISME. Sa devise est : BUSINESS IS THE TRADITION.
Aujourd’hui, Messieurs Léon et Acher Hasson ne sont plus là. Léon Hasson était
un entrepreneur courageux qui avait bâti de ses propres mains, et avec l’aide de
son frère Acher, un empire commercial au Congo. C’est en 1946 qu’il rencontra
Madame Elisa Franco, à Elisabethville (Lubumbashi), ou elle était arrivée comme
rescapée du camp d’Auschwitz. Il l’épousa le 27 décembre de la même année et
s’installèrent à Léopoldville (Kinshasa). Ils eurent cinq enfants : Evelyne, Isaac,
Solange, Jeanette et Linda. Acher Hasson, de son côté, épousa Madame Renée
Bardavid. Ils eurent quatre enfants : Giacomo, Clément, Isaac et Esther.
Leon et Acher Hasson ont contribué à la création de ce pays qu’ils aimaient tant,
le Congo ; ils ont défendu Israël dont ils épousèrent la cause ; ils ont supporté la
Communauté Israélite de Kinshasa par des œuvres de bienfaisance.
Isaac Hasson, Giacomo Hasson et Clément Hasson assuraient la direction
générale du Groupe. Malheureusement, le 26 octobre 2003, Isaac nous quittait
dans la force de l’âge. Il avait réussi, à l’ombre de ce chêne touffu qu’était son
père, à se faire un prénom et à devenir un remarquable homme d’affaires.
L’ Histoire politique
d’Israël en images
(1ère partie : 1948-1973)
E
Le 14 mai 1948
David Ben Gourion
lit la déclatation
d’Indépendance
proclamant la naissance
de l’Etat d’Israël ...
...Mais, pour y arriver,
le chemin fut couvert
d’embûches.
n 1920, durant le mandat britannique, les juifs de Palestine créent une
organisation militaire clandestine, la Haganah, composée de volontaires, jeunes
et moins jeunes. Estimant qu’il était impossible de dépendre exclusivement
des autorités britanniques, la Communauté juive de Palestine estima le moment
venu de créer une force de défense indépendante de l’autorité en place. La Haganah
soutenait l’immigration juive illégale, protégeait les établissements juifs nouvellement
installés et organisait des manifestations contre la politique anti-sioniste des anglais.
L’Organisation juive (Jabotinsky), le Fonds National juif (Keren Kayemet-le-Israel),
la Histadrout (Confédération générale des syndicats), qui rêvent d’une immigration
massive des juifs de la diaspora vers la Palestine, prévoient que le transfert de
millions de juifs en Eretz Israël entraînera automatiquement la création d’un Etat
hébreu dans les frontières bibliques. En 1946, tous les mouvements de résistance
forment un front commun contre la Grande Bretagne et les arabes : la Haganah
(40.000 colons et citadins dont 16.000 entraînés militairement), le Palmach (entre 3
et 6.000 hommes), l’Irgoun Zevai Le’umi – Etzel de Menachem Begin (3 à 5.000
combattants) et le Lohamei Herut Yisrael – Lehi de Avraham Stern qui forment tous
ensemble la Haganah. Et, en 1947, David Bengurion en prend le commandemant,
spécialement pour se défendre contre les attaques arabes, farouchement opposés
à la création d’un Etat juif. Finalement l’Etat d’Israël est né le 14 mai 1948 ; Chaïm
Weizmann en sera le premier Président, et Bengurion le Premier Ministre ; quelques
jours plus tard, le gouvernement provisoire a décidé de transformer la Haganah en
une armée régulière de l’Etat, appelée Zeva Haganah Leisrael – the Israel Defense
forces.
Affiche de l’Irgoun
Parade de l’Irgoun à Jérusalem
Avraham Stern
47
Yitzhak Sadeh
Chef de la Haganah
Moshe Sharett
David Bengurion
Premier Ministre
1948-53 et 1955-64
Chaïm Weizmann
Président 1948-52
Bengurion en Conseil
Adolf Eichmann, enlevé en
1960, par des agents secrets
israéliens, a été jugé en 1961
et exécuté le 31 mai 1962
pour crimes commis durant
la 2ème guerre mondiale.
Ses cendres ont été
dispersées en haute mer
Moshe Dayan
Menachem Begin
Patron de l’Irgoun
Yitzhak Ben-Zvi
Président 1952-63
Le vendredi 14 mai 1948, David Bengurion proclame
l’indépendance 8 heures avant la fin du mandat britannique
afin de ne pas violer le jour de Shabat. Jérusalem est choisie
pour être la capitale du nouvel Etat. Comme prévu, la Légion
arabe attaque immédiatement des colonies juives, envahissent
le territoire et assiègent Jérusalem. La nouvelle armée d’Israël
repousse les Egyptiens et occupe le Neguev ; ce sera la
Guerre d’Indépendance. En janvier 1949, l’Egypte demande
l’armistice, bientôt suivie du Liban, de la Jordanie et de la
Syrie ; l’Irak retire ses troupes sans négocier. Israël a perdu
6500 hommes et gagné 6300 km2 de territoire.
En 1952, Yitzhak Ben-Zvi est élu Président de l’Etat d’Israël
et le restera jusqu’en 1963. Mis à part l’intermède Moshe
Sharett, entre 1953 et 1955, Bengurion revient en qualité de
Premier Ministre jusqu’en 1964. C’est sous son mandat que le
Mossad (service secret) est créé, qu’Israël subi sa deuxième
guerre (1956) suite à la nationalisation du canal de Suez par les
Egyptiens (forces anglaises et françaises y participent contre
l’Egypte et les forces israéliennes sont commandées par le
Général Moshe Dayan) et que Adolf Eichman est enlevé en
Argentine, jugé et exécuté le 31 mai 1962. En 1963, Zalman
Shazar succède à Ben-Zvi et devient le 3e Président de l’Etat
d’Israël pour 10 ans. Levi Eshkol sera Premier Ministre entre
1964 et 1969 ; Abba Eban sera son Vice-Premier Ministre.
Abba Eban et Dayan à la Knesset
Zalman Shazar
Levi Eshkol
Abba Eban, né en Afrique du Sud, est un des pères fondateurs d’Israël. Agent de liaison en 1947, il est nommé Représentant à
l’O.N.U. en 1948 et élu Vice-Président de l’Assemblée Générale des Nations Unies en 1952. Il cumulera ces fonctions avec celle
d’Ambassadeur à Washington entre 1950 et 1959. A partir de 1960, il participera à plusieurs gouvernements, successivement
48
Dès que l’armée a
occupé Jérusalemest, les soldats vont
se recueillir devant
le Kotel (Mur des
Lamentations).
Les Généraux Rabin et Dayan devant le
Mur de Lamentations.
en qualité de Ministre de l’Education Nationale, de la Culture, des Affaires Etrangères
et de Vice-Premier Ministre. Durant les guerres des 6 jours et du Kippour, il sera aux
premières loges. Il restera un des plus importants hommes politiques du 20e siècle,
tant sur la scène israélienne que sur la scène internationale.
Faisant suite aux provocations égyptiennes (blocus du Golf d’Aqaba, accord de
défense avec la Jordanie), Israël attaque l’Egypte et tous ses voisins du 5 au 10
juin 1967. Ce sera une guerre éclair, la Guerre des 6 jours, menée par le Général
Yitzhak Rabin, Moshe Dayan étant Ministre de la Défense du gouvernement Levi
Eshkol. Israël occupe le Sinaï, la Cisjordanie, Gaza, les hauteurs du Golan....et aura
perdu 872 soldats.
Les jeux Olympiques en deuil
Après un bref passage de Yigal Alon, Golda Méir a été nommé Premier Ministre
le 15 décembre 1969 et le restera jusqu’en 1973. Elle fut Ministre du Travail, en
1949, et Ministre des Affaires Etrangères, en 1956, sous les deux gouvernements
de Bengurion. C’est sous le gouvernement de Golda qu’auront lieu l’attentat de
l’aéroport de Lod perpétré par des Japonais (27 tués et 85 blessés), l’attentat de
Munich où un commando palestinien s’empare, le 5 septembre 1972, de membres
de la délégation israélienne aux Jeux Olympiques et se soldera par la mort de 11
sportifs, et surtout la Guerre du Kippour, le 6 octobre 1973, qui, par sa surprise
a failli surprendre les israéliens qui priaient dans les synagogues. Les égyptiens
franchissent le canal de Suez et les syriens se trouvaient sur le Golan. Rapidement,
l’armée israélienne se ressaisit en remportant une bataille de chars sur le Golan, en
réduisant l’aviation syrienne et en passant le canal de Suez pour établir une
tête de pont, sous le commandement du Général Ariel Sharon.
Golda Méir, Premier
Ministre, et entourée de
ministres à la Knesset
1973
GUERRE
DE
KIPPOUR
Prisonniers syriens sur le Golan
L’armée israélienne traverse le canal de Suez
( à suivre dans Kadima 003)
49
strie congola
u
d
ise
In
Francoplast
d es p la st i q u e s
245 Avenue Basoko C/ Gombe
B P 2825 Kinshasa
Celtel 9947655
E-mail : [email protected]
50
Lexique
1) SHOAH : ce terme désigne l’extermination par l’Allemagne nazie des deux tiers de la population juive européenne
pendant la Seconde Guerre mondiale, entre 5 et 6 millions d’êtres humains. Ce mot est préféré à « holocauste » qui
implique une théologie justifiant le meurtre de masse en le présentant comme une dévotion et un sacrifice. Shoah
dit la judéité de la victime et souligne, à juste titre, sa spécificité religieuse et culturelle.
2) SHOAH : this term refers to the extermination by Nazi Germany of two thirds of the European jewish population
during the second world war, between 5 and 6 million people. This term is prefered to that of “holocaust”, which
implies a theology justifying mass murder and pesenting it as devotion and sacrifice. Shoah indicates the jewish
religion of the victim and rightly stresser its religious and cultural specificity.
3) TORAH : nom donné à la loi religieuse, généralement présentée sous forme de rouleaux. En son sens premier, la
Torah désigne le Pentateuque, dont la tradition attribue la rédaction à Moïse, inspiré par Dieu.
4) TORAH : name given to religious law, generally presented as a roll. At its early times, Torah means the “Pentateuque”,
the tradition of which mentions Moses as the writer, inspired by God.
La Torah
L’emblème et les bénévoles de ZAKA
Emblem and Zaka volunteers
5) ZAKA : association religieuse composée de bénévoles qui interviennent auprès des victimes de mort violente, en
Israël. En toute situation, ils s’attachent à récupérer des corps déchiquetés. Vêtus d’un gilet jaune fluorescent, ils
devancent souvent les secours traditionnels. L’acronyme hébraïque de Zaka pour Zihui Korbanot Ason signifie
« identification de victimes de morts violentes ». Fondée en 1995 par l’ultra orthodoxe Yehuda Meshi-Zahav, cette
association de bénévoles figure sur tous les fronts en Israël, mais aussi à l’étranger (voir l’aide d’Israël aux victimes
du Tsunami).
6) ZAKA : religious association made of volunteers who intervene for victims of violent death in Israel. In every situation,
their role consists of picking up the torn to shreds bodies. They wear a fluorescent yellow vest and they are usually
faster than traditional rescuers.
The hebrew acronym of Zaka, standing for Zihui Korbanot Ason means “ identification of victims of violent death”.
Created in 1995 by the ultra orthodox Yehuda Meshi Zahav, this association of volunteers is on all scenes in Israel,
but also abroad (see Israel aid to Tsunami victims).
7) MAGEN DAVID ADOM : il n’existe pas de Croix-Rouge en Israël. Ce rôle est dévolu au Magen David Adom (MDA)
qui a signé un accord de coopération avec le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) qui finance la formation
de secouristes, fournit une quantité suffisante de poches de sang et apporte un soutien à des activités spécifiques.
Les équipes du MDA sont en 1ère ligne pour venir en aide aux victimes d’accidents, de bombardements, d’incendie,
de maladie, etc…
8) MAGEN DAVID ADOM : there is no Red Cross in Israel. This role is performed by Magen David Adom (MDA) who
signed a cooperation agreement with the International Committee for the Red Cross (ICRC). He finances the training
of first-aid workers, supplies sufficient quantities of blood and supports specific activities. MDA teams are first in
helping victims of accidents, bombing, fire, illness.....
51
Yochanan GUR, Président du M.D.A. et
Yakob KELLENBERGER, Président du
C.I.C.R.
Yochanan GUR, M.D.A. President and
Yakob KALLENBERGER, I.C.R.C.
President
Les membres du MDA en pleine action MDA members in action
5) YESHIVA : école juive consacrée à l’étude de la Torah. La yeshiva n’est pas un centre d’étude classique. Elle propose
différents niveaux de cours pour adultes, encadrés par des Rabbanim de qualité. Ces hommes de Torah sont à leur
disposition pour aborder ensemble des questions précises de la Halakha (loi juive).
6) YESHIVA : jewish school devoted to the study of Torah. Yeshiva is not a classic school center. It offers different
levels of courses for adults under the supervision of quality Rabbanim. These Torah men are at their disposal to discuss
specific Halakha (jewish law) questions together.
52
53
54

Documents pareils