Dossier de presse - Centre d`art et photographie de Lectoure

Commentaires

Transcription

Dossier de presse - Centre d`art et photographie de Lectoure
Centre de photographie de Lectoure ¬ 5 rue Sainte Claire 32700 Lectoure
Tél. ¬ 33 (0)5 62 68 83 72 Fax ¬ 33 (0)5 62 68 83 03
E-mail ¬ [email protected] Site ¬ www.centre-photo-lectoure.fr
WilliamEggleston:
L’
œi
l
démocratique.
Dossierdepresse.
Exposition
¬ Du 26 janvier au 23 mars 2008
Horaires
¬ Ouvert tous les jours sauf samedi de 14 h à 18 h.
Tarifs
¬ Entrée : 3 ¥, tarif réduit : 2 ¥, gratuit pour les moins de 18 ans.
Inauguration
Partenaires
Samedi 26 janvier
¬ 15 h 30 Présentation du film By the ways : a journey with William Eggleston en
présence des réalisateurs, au cinéma le Sénéchal.
¬ 17 h 30 Conférence de Gilles Mora au théâtre le Sénéchal. Gilles Mora est l'auteur
de La photographie américaine 1958-1981, The Last Photographics
Heroes (Seuil, 2007).
¬ 19 h
Ve
r
ni
s
s
a
gedel
’
e
x
pos
i
t
i
ona
uCe
nt
r
edephot
ogr
a
phi
e
.
Avec le concours de :
- Collection Groupe Lhoist ,
-F
ondsna
t
i
ona
l
d’
a
r
tc
ontemporain,
- Ciné 32 et le cinéma Le Sénéchal.
Le Centre de photographie de Lectoure reçoit le soutien de :
- Ministère de la culture et de la communication –DRAC Midi-Pyrénées,
- Conseil régional Midi-Pyrénées,
- Conseil général du Gers,
- Ville de Lectoure.
Remerciements
Ja
c
que
l
i
ned’
Amé
c
our
t
,c
ons
e
r
v
a
t
e
urc
ol
l
e
c
t
i
onGr
oupeLhoi
s
t
.
2
L’
œi
ldémocr
at
i
quede William Eggleston
C'est en découvrant les travaux de Robert Frank et d'Henri Cartier-Bresson qu'Eggleston vient à la
photographie, qu'il pratique d'abord en noir et blanc puis en couleur dès la fin des années 60. A partir de son
environnement intime –la plantation familiale et la campagne du Tennessee, sa maison et les rues de
Memphis - il se plonge dans une exploration sans fin de l
’
uni
ve
r
squot
i
di
e
nde
sge
nsqui
,
c
ommel
ui
,
vi
ve
nt
dans le Sud des Etats-Unis.
Son intérêt pour le banal le rapproche de Walker Evans, mais sa vision du monde et son style l'en écartent
sensiblement. William Eggleston photographie tout, sans distinction ni hiérarchie, et son approche très libre
dus
uj
e
t
n’
ar
i
e
nàvoi
ra
ve
cl
e
svue
sf
r
ont
a
l
e
se
t
s
a
nse
f
f
e
t
sdus
t
yl
edoc
ume
nt
a
i
r
e
.
Cont
r
a
i
r
e
me
nt
àEva
ns
,
i
l
surprend et déstabilise par des points de vues inattendus, des cadrages et des compositions hors des canons
esthétiques et la présence insistante de la couleur.
Da
nsl
e
sa
nné
e
s7
0
,
c
e
t
t
eouve
r
t
ur
eàl
ac
oul
e
ur
,
l
ogi
queda
nsl
adé
ma
r
c
hed’
una
r
t
i
s
t
equi
e
nt
e
ndpr
e
ndr
ee
n
c
ompt
et
out
e
sl
e
sc
ompos
a
nt
e
sdel
ar
é
a
l
i
t
é
,
ma
i
se
nc
or
epr
é
c
oc
eda
nsl
’
hi
s
t
oi
r
edel
’
art photographique, vaut
à Eggleston la consécration du musée et la réputation en partie justifiée mais quelque peu envahissante
d’
i
nve
nt
e
urdel
aphot
ogr
a
phi
ee
nc
oul
e
ur
.
S
one
x
pos
i
t
i
ona
uMoMadeNe
wYor
ke
n1
9
7
6àl
’
i
nvi
t
a
t
i
onde
John Szarkowski marque uneda
t
eda
nsl
’
hi
s
t
oi
r
edel
aphot
ogr
a
phi
e
,
c
e
l
l
edel
ar
e
c
onna
i
s
s
a
nc
edel
a
photographie en couleur comme forme artistique à part entière.
Enr
é
a
l
i
t
é
,
bi
e
nde
sa
r
t
i
s
t
e
se
t
nonde
smoi
ndr
e
ss
’
é
t
a
i
e
nt
e
s
s
a
yé
sde
pui
sl
ongt
e
mpsàl
aphot
ogr
a
phi
ee
n
couleur, ma
i
sc
ommel
es
oul
i
gneMi
c
he
l
Fr
i
z
ot
da
nsl
aNouve
l
l
ehi
s
t
oi
r
edel
aphot
ogr
a
phi
e
,
l
’
a
ppor
t
dé
c
i
s
i
f
d’
Eggl
e
s
t
on,
qu’
i
l
pa
r
t
a
gea
ve
cc
e
r
t
a
i
nsdes
e
sc
ont
e
mpor
a
i
ns–
notamment Callahan et Meyerowitz –est
d’
a
voi
rdonnépa
rl
’
us
a
gedel
ac
oul
e
ur«una
ut
r
es
e
nsàl
aphot
ogr
a
phi
eda
nss
one
ns
e
mbl
e
.
J
us
qu’
àc
equ’
on
nes
’
é
t
onnepl
usdel
’
us
a
gedel
’
uneoudel
’
a
ut
r
e
,
c
oul
e
urounoi
re
t
bl
a
nc
.
»
Commeuna
c
t
e
urqui
nepa
r
vi
e
nt
pa
sàs
el
i
bé
r
e
rdur
ôl
equi
l
’
ar
e
nduc
é
l
è
br
e
,
Eggl
e
s
t
one
s
t
r
e
s
t
él
ongt
e
mps
prisonni
e
rdel
’
é
t
i
que
t
t
ea
us
s
i
r
é
duc
t
r
i
c
equ’
e
x
c
e
s
s
i
ved’
« inventeur »del
aphot
ogr
a
phi
ee
nc
oul
e
ur
.
C’
e
s
t
s
a
nsdout
epourdi
s
s
i
pe
rc
ema
l
e
nt
e
nduqu’
i
l
publ
i
ee
n1
9
8
9The Democratic Forest, livre dans lequel il se
pr
oc
l
a
me«e
ngue
r
r
ec
ont
r
el
’
é
vi
de
nc
e»
.
«Unœi
l
dé
moc
r
a
t
i
que
,
unegue
r
r
eouve
r
t
ec
ont
r
ec
equi
s
e
mbl
e
a
l
l
e
rdes
oi
:
l
e
sde
uxs
ec
ombi
ne
nt
,
i
l
f
a
ut
voi
rc
equ’
apr
i
or
i
onn’
a
ur
a
i
t
pa
sr
e
ga
r
dé
.
Tout
pe
ut
mé
r
i
t
e
r
l
’
a
t
t
e
nt
i
on,
l
edé
c
l
i
c
»
.
(
AnneBe
r
t
r
a
nd)
L’
e
x
pos
i
t
i
onpr
é
s
e
nt
é
eàLe
c
t
our
ee
s
t
e
nde
uxparties : un ensemble de vingt photographies composé par
Eggleston pour la collection Lhoist, complété ultérieurement par deux autres tirages, et le portfolio Graceland,
pr
ê
t
épa
rl
eFondsna
t
i
ona
l
d’
a
r
t
c
ont
e
mpor
a
i
n,
qui
c
o
mpr
e
ndonz
ephot
ogr
a
phi
e
spr
i
s
e
spar Eggleston dans
l
ama
i
s
ond’
El
vi
sPr
e
s
l
e
yàMe
mphi
s
.
Al
’
e
x
c
e
pt
i
onde
sde
uxt
i
r
a
ge
sI
r
i
sr
é
c
e
mme
nt
a
c
qui
spa
rl
ac
ol
l
e
c
t
i
onLhoi
s
t
,
t
out
e
sl
e
sœuvr
e
se
x
pos
é
e
sont
été réalisées selon le procédé du dye transfer, découvert par Eggleston en 1974 dans le c
a
t
a
l
ogued’
un
laboratoire sous le slogan : De l'image la moins chère au nec plus ultra. « Le nec plus ultra, raconte Eggleston, était
le "dye transfer". Je suis monté directement voir ça sur place, et je n'ai vu que des travaux publicitaires, des
images de paquets de cigarettes ou de bouteilles de parfum, mais la saturation des couleurs et la qualité de
l'encre étaient incroyables. Je ne pouvais pas attendre de voir à quoi ressemblerait une image d'Eggleston
imprimée avec cette technique. Toutes les photos que j'ai tirées par la suite selon ce procédé étaient
magnifiques, et chacune semblait encore plus belle que la précédente. » A propos de sa photo The Red Ceiling
(le plafond rouge), Eggleston ajoute : « The Red Ceiling est si magistral qu'en fait je n'en ai jamais vu de
reproduction qui m'ait satisfait. Quand on regarde le colorant, c'est comme du sang qui mouille les murs...
Travailler en rouge une surface aussi importante était un défi. »
¬ François Saint Pierre
3
Série 10.D.70 V1 années 1970 | Porfolio de 10 Dye-transfer
Série 10.D.70 V2 années 1970 | Porfolio de 10 Dye-transfer
Série Graceland 1983/1984 | Porfolio de 11 Dye-transfer
4
WilliamEggleston:
Né en 1939, il vit à Memphis, Tennessee
www.egglestontrust.com
Expositions individuelles :
2007
2006
2001-2002
2001
2000
2000
1999-2001
1999
1998
1997
1995
1994
1990
1987
1986
1985
1984
1983
1982
1981
1980
1979
1978
1977
1976
1975
1974
L’
œi
l
d
é
mo
c
r
a
t
i
q
ue
,
Centre de photographie de Lectoure, France.
William Eggleston, Spirit of Dunkerque,
Li
e
ud’
Ar
t
e
t
Ac
t
i
onc
ont
e
mpor
a
i
ne
,
Dunkerque.
Wi
l
l
i
a
mEg
g
l
e
s
t
o
n,
Fo
nd
a
t
i
o
nCa
r
t
i
e
rp
o
url
’
a
r
tc
o
nt
e
mp
o
r
a
i
n, Paris.
William Eggleston, Cheim & Read Gallery, New York.
William Eggleston, Gallery Hue-Williams Michael Fine Art, Londres.
William Eggleston, el color como lenguaje, Fotoseptiembre internacional, Mexico D.F.
William Eggleston, and the Couleur Tradition, The J. Paul Getty Museum, Los Angeles.
William Eggleston, 1998 Hasselblad Award Winner, Hasselblad Center, Göteborg, Suède.
Galerie 213, Paris.
10.D.70 V1 and 10.D.70 V2, Robert Miller Gallery, New York.
Four Portfolios, Art Museum of the University of Memphis, Tennesse.
Shiraishi Contemporary Art, Inc, Yokohama.
From Graceland to Wasterland, Laurence Miller Gallery, New York.
William Eggleston : The democratic Forest, Concoran Gallery of Art, Washington D.C.
Eggleston Egypt, Memphis Brooks Museum of Art, Tennessee.
Wi
l
l
i
a
mEg
g
l
e
s
t
o
n’
sEa
r
l
yBl
a
c
ka
ndWh
i
t
ePh
o
t
o
g
r
a
p
h
y
,
Memphis Brooks Museum of Art,
Tennessee.
William Eggleston, Victoria & Albert Museum, Londres.
Graceland and the South, The Art Institute of Chicago.
William Eggleston : Dye-t
r
a
ns
f
e
rPh
o
t
o
g
r
a
p
h
so
f
El
v
i
sPr
e
s
l
e
y
’
sHo
me
,
Robert Miller Gallery, New
York.
William Eggleston : Colour Photographs from the Amercian South, Victoria & Albert Museum,
Londres (exposition itinérante : Arnolfin, Gallery Bristol, Angleterre).
Werkstatt für Photographie, Berlin.
Kenia, Fotogalerie im Forum Stadpark, Graz, Autriche.
Lunn Gallery, Washington D.C.
William Eggleston. Photographs 1967-1978, Light Gallery, New York.
Troubled Waters, Charles Cowles Gallery, New York.
Pho
t
ogr
a
phe
r
’
sGa
l
l
e
r
y,
Me
l
bour
ne
,
Aus
t
r
a
l
i
e
.
Volkhochschule, Berlin.
Ame
r
i
c
a
np
h
o
t
o
g
r
a
p
h
yi
n1
9
7
0
’
s
, The Art Institute of Chicago.
Election Eve, Laguna Gloria Museum, Austin, Texas.
Nicholas Nixon & William Eggleston, Cronin Gallery, Houston, Texas.
Brooks Memorial Art Gallery, Memphis, Tennessee.
William Eggleston. Color photographs, 1966-1977, Castelli Graphics/Leo Castelli, New York.
Photographs of William Eggleston, MoMA, New York (exposition itinérante : Seattle Art
Museum; Santa Barbara Museum of Art; University of California, Los Angeles; Reed
College, Portland, Oregon; Art Gallery, University of Maryland, College Park, Maryland ).
Carpenter Center, Harvard University, Cambridge, Massachusetts.
Jefferson Place Gallery, Washington D.C.
5
Principales expositions collectives :
2001
2000
1999
1997
1996
1995
1994
1993
1992
1991
1989
1986
1985
1984
1982
1980
1979
1978
1977
1976
1975
1974
1973
6a Bi
e
nna
l
ed’
Ar
t
Cont
e
mpor
a
i
n,
Lyon.
Revisited : Aspects of American Color Photography, Galerie Kicken Berlin.
Open City : Street Photographs since 1950, Museum of Modern Art, Oxford, Grande-Bretagne.
How you look at it –Photographs of the 20th Century, Sprengel Museum, Hanovre, Allemagne.
Drive : Power-Progress-Desire, Govett-Brewster Art Gallery, New Plymouth, Nouvelle-Zélande.
The American Century, Part II, The Whitney Museum of American Art, New York.
The American Century, The Final Victory, Part III, James Danziger Gallery, New York.
Blind Spot : Coming of Age, White Columns, New York.
American Masters of Photography : A 100 Year Survey, Alleghenies Museum of Art, Loretto,
Pennsylvanie.
Objects, Faces and Anti-Narratives; Rethinking the Modernism, Tokyo Metropolitan Museum of
Photography.
Gesture and Pose : Twentieth Century Photographs from the Collection, MoMA, New York.
In Camera, Museum of New Mexico, Santa Fe, Nouveau-Mexique.
Recent Acquisitions : William Eggleston, George Eastman House, Rochester, New York.
Pleasures and Terrors of Domestic Comfort, MoMA, New York.
Seibu Gallery, Tokyo.
Twenty-five Years of Modern Color Photography, Photokina, Cologne, Allemagne.
Victoria & Albert Museum, Londres.
American images 1945-1960, Barbican Art Gallery, Londres.
New Color/New Work : Eighteen Photographic Essays, Middendorf Gallery, Washington D.C.
(exposition itinérante : Museum of Contemporary photography, Columbia College,
Chicago, Illinois).
Colors as Form : The history of color photography, International Museum of Photography at
Georges Eastman House, Rochester, New York et Corcoran Gallery of Art, Washington D.C.
Nuages, Bibliothèque Nationale, Paris.
The Imaginary Photo Museum, Kunsthalle, Cologne, Allemagne.
Cur
a
t
o
r
’
sCh
o
i
c
e: Contemporary American Photography, Museo di Palazzo Fortuny, Venise.
23 Photographers, 23 Directons, The Walker Art Gallery, Liverpool, Grande-Bretagne.
10 photographes contemporains/tendances actuelles aux Etats-Unis, Galerie Zabriskie, Paris.
Contemporary American Photographic Works, The Museum of Fine Art, Houston, Texas
(exposition itinérante: Museum of Contemporary Art, Chicago, Illinois ; La Jolla Museum
Newport Beach, Californie).
Aspects of American Photography, University of Missouri, St. Louis, Missouri
14 American Photographers, The Baltimore Museum of Art, Baltimore, Maryland (exposition
itinérante : Newport Harbor Art Museum, Newport Beach, Californie; La Jolla Museum of
Contemporary Art, Californie; Walker Art Center, Minneapolis, Minnesota; The Fort Worth
Art Museum, Texas).
Ar
t
Now‘
7
4
’
,
Ke
nne
dyCe
nt
e
rf
ort
hePe
r
f
or
mi
ngAr
t
s
,
Wa
s
hi
ngt
onD.
C.
Stright Color, Rochester Institute of Technology, New York.
Photography Workshop Invitational, Corcoran Gallery of Art, Washington, D.C.
6
Bibliographie sélectionnée :
Li
vr
esd’
ar
t
i
s
t
e
1979
1978
1977
Wedgwood Blue, quinze épreuves couleur C-print, édition limitée de vingt exemplaires,
publiée par Caldecot Chubb, New York.
Morals of Vision, huit épreuves couleur C-print, édition limitée de quinze exemplaires,
publiée par Caldecot Chubb, New York.
Flowers, douze épreuves C-print, édition limitée de vingt exemplaires, publiée par Caldecot
Chubb, New York.
Election Eve, cent épreuves C-print (2 volumes), édition limitée de cinq exemplaires, préface
de Lloyd Fonvielle, publiée par Caldecot Chubb, New York.
Livres et catalogues
2003
2001
1999
Los Alamos, Scalo et Museum Ludwig, Zurich/Berlin/New York.
William Eggleston, Fondation Cartier, Paris.
2 and 1/4, Twin Palms Publishers, Santa Fe.
The Hasselblad Award 1998 : William Eggleston, Hasselblad Center, Göteborg, Suède.
1994
Horses and Dogs, Smithsonian Institution Press, Washington/London.
1992
Ancient and Modern, Random House, New York.
1990
Faulkner's Mississippi, Oxmoor House, Inc., Birmingham.
1989
The Democratic Forest, Secker & Warburg, London.
1976-2003 William Eggleston's Guide, essai de John Szarkowski, MoMA, New York.
Principales Collections :
Art Institute of Chicago, Chicago.
Brooks Memorial Art Gallery, Memphis.
Corcoran Gallery of Art, Washington D.C.
Fondsna
t
i
ona
l
d’
a
r
t
c
ont
e
mpr
a
i
n,
Pa
r
i
s
.
Fondation Cartier, Paris.
Hasselblad Center, Göteborg, Suède.
J. Paul Getty Museum, Los Angeles.
Metropolitan Museum of Art, New York.
Museum Folkwang, Essen, Allemagne.
Museum of Fine Arts, Houston.
Musée Ludwig, Cologne, Allemagne.
Museum of Modern Art, New York.
Museum of Modern Art, San Francisco.
National Gallery of Art, Washington D.C.
Sprengel Museum, Hanovre.
Tokyo Metropolitan Museum of Photography.
Whitney Museum of American Art, New York.
Victoria and Albert Museum, Londres.
7
Bytheways:ajourneywith
WilliamEggleston
Un film écrit et réalisé par Vincent Gérard et Cédric Laty. France, 2005, 1h 27mn.
« Lar
e
nc
ont
r
ea
ve
cWi
l
l
i
a
m Eggl
e
s
t
onf
ut
l
ac
l
épourouvr
i
rl
’
hi
s
t
oi
r
edeBy the ways.
Pour dire quelques mots sur la forme de ce projet. Elle est liée à deux choses. Un scénario de fiction et un
homme réel, William Eggleston. Ce dernier a accepté le rôle. Cette conjugaison a donné la matière pour
f
a
i
r
ec
ef
i
l
m.
Cequi
e
s
t
a
ppa
r
ua
umont
a
ge
,
c
ommea
uf
i
l
ma
ged’
a
i
l
l
e
ur
s
,
c
’
e
s
t
pr
i
nc
i
pa
l
e
me
nt
l
a
r
é
vé
l
a
t
i
ond’
unpe
r
s
onna
ge
.
I
l
af
a
l
l
us
ync
hr
oni
s
e
rs
al
i
be
r
t
éa
ve
cc
e
l
l
eduf
i
l
m.
L’
hi
s
t
oi
r
ed’
unhomme
qui
phot
ogr
a
phi
ea
uxbor
dsdumonde
,
s
a
nss
’
a
r
r
ê
t
e
r
.
L’
hi
s
t
oi
r
edec
emondee
nmi
e
t
t
e
sa
us
s
i
,
qui
subsiste grâce aux éclats de la lumière posés sur ses ruines. Un film avec des flots successifs donc,
comme dans un roman de Faulkner, ou comme un voyage dans une forêt démocratique.
La forme polyphonique de By the ways en a résulté, chapitres et éclatement narratif viennent composer
cette énigmatique journey. C'est comme si avait surgi devant vous le personnage du film que vous aviez
écrit. Le travail a été de ma
i
nt
e
ni
rnot
r
edé
s
i
r
,
c
e
l
ac
ont
r
et
out
pr
i
nc
i
peder
é
a
l
i
t
é
.
Cen’
e
s
t
queç
a
…»
¬ Vincent Gérard et Cédric Laty
« Loin de rendre son sujet transparent, ce qui aurait été un exercice commode (quoique fastidieux, vu le
mut
i
s
meduma
e
s
t
r
o…)
,
By the ways s
’
a
t
t
a
c
hebi
e
na
uc
ont
r
a
i
r
eàl
’
opa
c
i
f
i
e
r
,
àl
ede
ns
i
f
i
e
r
,
e
n
empruntant les voies de la fiction. Chemin faisant donc (traduction possible du titre) avec Bill Eggleston,
c
a
rc
’
e
s
t
bi
e
nl
ui
qui
s
e
mbl
eor
donne
rl
i
br
e
me
nt
c
e
t
t
ec
ompos
i
t
i
one
t
s
’
a
mus
e
ràe
ndistribuer
aléatoirement les fragments, en semer les fausses pistes avec quelques complices qui se prêtent
parfaitement, du reste, à ce jeu décalé entre fiction et réalité : "Mais que fait donc ce gentleman au
silencieux Leica dans le grand Discount du réel ? "s
’
i
nt
e
r
r
oge
nt
l
udi
que
me
nt
l
e
sc
ompè
r
e
sc
i
né
a
s
t
e
s?
Pa
sdec
r
i
t
i
qued’
a
r
t
pa
t
e
nt
équi
vi
e
nneé
c
l
a
i
r
e
rnot
r
el
a
nt
e
r
nee
t
r
e
pl
a
c
e
rBi
l
l
dans la grande histoire
photographique et picturale ( "chantre de la banalité", héritier de Cartier-Bresson et Walker Evans côté
c
ha
mbr
ec
l
a
i
r
e
,
r
i
gue
urdel
ac
ompos
i
t
i
o
nf
a
ç
onDe
l
l
aFr
a
nc
e
s
c
ac
ôt
éc
he
va
l
e
t
…)
.
Le discours savant est laissé de côté et nous prenons fort heureusement la tangente en compagnie de
lurons inattendus, une rock star et une autre pop (Tav Falco et David Byrne), un complice (Vernon
Ri
c
ha
r
ds
)
,
l
’
hommea
uc
i
ga
r
e(
De
nni
sHoppe
r
)
,
c
e
l
ui
qui
af
r
oi
d(
Robe
r
t
Gor
don)
,
l
ef
i
l
s(
Wi
ns
t
on)
… qui
i
nt
e
r
vi
e
nne
nt
a
uf
i
l
del
’
e
a
u,
t
a
ndi
squel
ema
î
t
r
eva
ga
bondeda
nsl
e
spa
ys
a
ge
si
nf
r
a
-urbains de
Memphis ou dans une usine italienne qui a oublié ses perspectives renaissantes. La mise impeccable,
pa
r
f
oi
sga
nt
é
,
t
ouj
our
sl
é
gè
r
e
me
nt
voût
é
,
l
epa
st
r
a
nqui
l
l
e
,
qua
ndi
l
nes
’
e
s
s
a
yepa
sa
upi
a
noouà
l
’
or
gues
urunef
uguedeBa
c
h(
s
ade
ux
i
è
mepa
s
s
i
ono
us
on"
t
r
oi
s
i
è
met
a
l
e
nt
", après la photographie et
l
e
s"
a
mpl
i
f
i
c
a
t
e
ur
s
"
,
d’
a
pr
è
s"
Onc
l
eAyde
n")
.
Ba
c
h,
modè
l
e? »
¬ Emmanuel Chicon, L’
Humani
t
é, 7 février 2007
8
Lacollection
dugroupeLhoist
La mission d'une entreprise est aujourd'hui une mission globale. Comme le démontr
el
’
a
c
t
ua
l
i
t
é
,
l
e
sr
e
l
a
t
i
ons
i
nt
e
r
na
t
i
ona
l
e
si
nt
e
r
f
è
r
e
nt
depl
use
npl
usda
nsl
avi
edel
’
e
nt
r
e
pr
i
s
e
.
El
l
edoi
t
e
npr
e
ndr
ec
ons
c
i
e
nc
e
,
s
out
e
nue
par le désir de savoir ce qui se passe au delà des limites de sa ville, de son pays, de sa culture.
Une direction forte doit présenter et promouvoir des idées difficiles et novatrices. La vie d'une entreprise dans
son présent et pour le futur doit être bâtie sur une vision stratégique, mais aussi humaniste et culturelle.
Le Groupe Lhoist, leader mondial dans le domaine de la chaux et de la dolomie est une société privée
centenaire. Plus de 6000 collaborateurs de nationalités différentes travaillent partout dans le monde. Ce
brassage est un gigantesque atout, un facteur de créativité et d'imagination sans pareil. Ce n'est pourtant pas
toujours chose facile, l'effort de compréhension est pourtant fondamental pour définir des valeurs communes
et partager un projet.
Depuis 1990, le Groupe Lhoist collectionne de l'art contemporain. L'art a toujours su générer des dialogues et
c'est là le but de notre collection. Elle aborde des thèmes aussi divers que les problèmes moraux, sociaux,
éthiques, religieux ou d'environnement. Ces artistes nous aident à garder un esprit ouvert, alerte, réagissant
au monde extérieur. Dans un métier aussi ancien que le nôtre, la capacité d'innovation et de recherche est
capitale pour se distinguer. L'art nous permet de montrer que derrière la machine, derrière le gisement de
pierre, il y a l'homme et c'est cela qui compte pour nous.
¬ Jacquelined’
Amé
c
our
t
,
c
ons
e
r
v
a
t
e
urc
ol
l
e
c
t
i
onGr
oupeLhoi
s
t
9

Documents pareils