ANNEXE 2 : DIAGNOSTIC ÉCOLOGIQUE

Commentaires

Transcription

ANNEXE 2 : DIAGNOSTIC ÉCOLOGIQUE
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Annexes
ANNEXE 2 : DIAGNOSTIC ÉCOLOGIQUE
Egis
Octobre 2015
SNCF Réseau
Pièce V – Étude d’impact sur l’environnement (valant évaluation des incidences Natura 2000)
RENOUVELLEMENT DU VIADUC
DE MARLY-LE-ROI (78)
ANNEXE 2 :
Diagnostic écologique
Octobre 2015
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Sommaire
SOMMAIRE
1.
PRÉAMBULE................................................................................ 6
1.1.
Contexte .................................................................................................................... 6
1.2.
Objet du document ................................................................................................... 6
2.
MÉTHODOLOGIE .......................................................................... 7
2.1.
Zone d’inventaire ...................................................................................................... 7
2.2.
Collecte de données................................................................................................. 7
2.3.
Méthodologie d’inventaire ....................................................................................... 9
2.3.1.
2.3.2.
2.3.3.
2.4.
Méthodologie d’évaluation des niveaux d’enjeux ............................................... 12
2.4.1.
2.4.2.
2.4.3.
2.5.
3.
Méthodologies spécifiques à la flore et aux habitats naturels ......................................... 9
Méthodologie relative aux zones humides ...................................................................... 9
Méthodologie spécifique à la faune .............................................................................. 10
Définition du caractère remarquable des espèces ........................................................ 12
Les référentiels............................................................................................................. 12
Définition des enjeux réglementaires............................................................................ 13
3.1.
Milieu naturel du projet .......................................................................................... 18
3.2.
Espaces protégés ................................................................................................... 18
3.2.1.
Réseau Natura 2000 .................................................................................................... 18
Zones d’inventaires ................................................................................................ 20
3.3.1.
3.3.2.
4.
CONNEXIONS ÉCOLOGIQUES ........................................................ 33
6.
MAMMIFÈRES (HORS CHIROPTÈRES).............................................. 35
6.1.
Zones Naturelles d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) ................. 20
Autres secteurs ............................................................................................................ 20
6.2.
6.3.
7.
Les habitats rencontrés ......................................................................................... 22
4.2.
La flore inventoriée ................................................................................................ 25
4.2.1.
4.2.2.
4.2.3.
4.3.
Évaluation des impacts du projet et mesures associées ................................... 29
4.3.1.
4.3.2.
4.4.
Analyse bibliographique ............................................................................................... 25
Diagnostic des zones humides ..................................................................................... 26
Synthèse des d’enjeux ................................................................................................. 28
Impacts du projet.......................................................................................................... 29
Mesures associées ...................................................................................................... 31
Conclusion .............................................................................................................. 32
Impacts du projet ......................................................................................................... 36
Mesures associées ...................................................................................................... 36
Conclusion .............................................................................................................. 37
CHIROPTÈRES (CHAUVES-SOURIS) ............................................... 38
7.1.
Résultats .................................................................................................................. 38
7.1.1.
7.1.2.
7.1.3.
7.2.
7.2.1.
7.2.2.
7.3.
8.
Analyse bibliographique ............................................................................................... 38
Résultats des prospections écologiques ...................................................................... 38
Synthèse des enjeux .................................................................................................... 39
Évaluation des impacts et mesures ...................................................................... 40
Impacts temporaires et permanents ............................................................................. 40
Mesures associées ...................................................................................................... 40
Conclusion .............................................................................................................. 41
AMPHIBIENS ............................................................................. 42
8.1.
Résultats .................................................................................................................. 42
8.1.1.
8.1.2.
8.1.3.
Analyse bibliographique ............................................................................................... 42
Résultats des prospections écologiques ...................................................................... 42
Synthèse des enjeux .................................................................................................... 42
8.2.
Évaluation des impacts et mesures ...................................................................... 42
8.3.
Conclusion .............................................................................................................. 42
9.
REPTILES ................................................................................. 43
9.1.
Résultats .................................................................................................................. 43
9.1.1.
9.1.2.
9.1.3.
EGIS
Octobre 2015
Analyse bibliographique ............................................................................................... 35
Résultats des prospections .......................................................................................... 35
Synthèse des enjeux .................................................................................................... 35
Évaluation des impacts du projet et mesures associées .................................... 36
6.2.1.
6.2.2.
HABITATS ET FLORE ................................................................... 22
4.1.
Résultats .................................................................................................................. 35
6.1.1.
6.1.2.
6.1.3.
Planning .................................................................................................................. 17
ÉTAT INITIAL DU PROJET............................................................. 18
3.3.
5.
Analyse bibliographique ............................................................................................... 43
Bilan des prospections ................................................................................................. 43
Synthèse des enjeux .................................................................................................... 44
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 3 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
9.2.
Évaluation des impacts et mesures ...................................................................... 44
9.2.1.
9.2.2.
9.3.
10.
10.1.
Impacts du projet.......................................................................................................... 44
Mesures associées ...................................................................................................... 45
Conclusion .............................................................................................................. 45
AVIFAUNE .............................................................................. 46
Résultats .............................................................................................................. 46
10.1.1.
10.1.2.
10.1.3.
10.2.
11.
11.1.
INSECTES............................................................................... 51
Résultats .............................................................................................................. 51
Analyse bibliographique............................................................................................ 51
Bilan des prospections.............................................................................................. 51
Synthèse des enjeux ................................................................................................ 52
Évaluation des impacts et mesures .................................................................. 52
11.1.1.
11.1.2.
11.2.
Impacts du projet ...................................................................................................... 49
Mesures associées ................................................................................................... 49
Conclusion........................................................................................................... 50
11.1.1.
11.1.2.
11.1.3.
11.1.
Analyse bibliographique............................................................................................ 46
Résultats des prospections ....................................................................................... 46
Synthèse des enjeux ................................................................................................ 48
Évaluation des impacts et mesures .................................................................. 49
10.2.1.
10.2.2.
10.3.
Sommaire
Impacts ..................................................................................................................... 52
Mesures associées ................................................................................................... 53
Conclusion........................................................................................................... 53
12.
CARTE DE SYNTHÈSE DES INVENTAIRES ...................................... 54
13.
CONCLUSION GÉNÉRALE ........................................................... 56
14.
ANNEXES ............................................................................... 58
14.1.
Législation ........................................................................................................... 58
14.2.
Espèces végétales contactées ........................................................................... 58
14.3.
Bibliographie ....................................................................................................... 59
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 4 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Tables des illustrations
TABLES DES ILLUSTRATIONS
FIGURES
Figure 1 : Présentation de la zone d’inventaire .................................................................................... 8
TABLEAUX
Figure 2 : Mise en place campagne d’écoute en lisière - Utilisation Peterson D1000X ...................... 11
Tableau 1 : Statuts de protection nationaux et régionaux .................................................................. 13
Figure 3 : Plaque à reptiles posée dans le cadre du projet ................................................................ 11
Tableau 2 : Listes rouges nationales et régionales ............................................................................ 13
Figure 4 : Patrimoine naturel inventorié à l’échelle du projet .............................................................. 21
Tableau 3 : Niveaux d’enjeux floristiques des espèces remarquables inventoriées ........................... 14
Figure 5 : Carte de l’occupation du sol et des habitats naturels inventoriés ....................................... 24
Tableau 4 : Niveaux d’enjeux floristiques des habitats remarquables ................................................ 14
Figure 6 : Damasonie étoilée (Damasonium alisma) ......................................................................... 25
Tableau 5 : Niveaux d’enjeux des oiseaux nicheurs inventoriés ........................................................ 14
Figure 7 : Prêle panachée (Equisetum variegatum) ........................................................................... 25
Tableau 6 : Niveaux d’enjeux des oiseaux migrateurs inventoriés ..................................................... 15
Figure 8 : Damasonie étoilée (Damasonium alisma) ......................................................................... 25
Tableau 7 : Niveaux d’enjeux des autres vertébrés inventoriés ......................................................... 16
Figure 9 : Identification des enveloppes d’alerte potentiellement humides en région Ile-de-France ... 27
Tableau 8 : Niveaux d’enjeux des insectes inventoriés...................................................................... 16
Figure 10 : Localisation des haies arbustives et arborées au sein de l’emprise ferroviaire et de la
prairie urbaine recensée au nord-est du viaduc ................................................................................. 29
Tableau 9 : Planning des inventaires écologiques ............................................................................. 17
Figure 11 : SRCE à l’échelle du projet ............................................................................................... 34
Tableau 10 : Synthèse des habitats naturels recensés en 2015 ........................................................ 22
Tableau 11 : Hiérarchisation des enjeux liés aux habitats sur le site ................................................. 28
Figure 12 : Secteur potentiel pour le Hérisson d’Europe localisé aux abords de la gare de Marly-leRoi..................................................................................................................................................... 35
Tableau 13 : Habitats naturels concernés par le projet ...................................................................... 30
Figure 13 : Voûte du viaduc comportant un gîte de transit potentiel et des gîtes arboricoles potentiels
à proximité de la voie ferrée .............................................................................................................. 38
Tableau 15 : Hiérarchisation des enjeux chiroptérologiques du site .................................................. 39
Tableau 14 : Liste des chiroptères recensés dans la zone d’inventaire ............................................. 38
Figure 14 : Alignement de platanes le long de l’avenue de l’Abreuvoir .............................................. 39
Tableau 16 : Liste des espèces de reptiles recensées sur le site ...................................................... 43
Figure 15 : Exemples de tube d’exclusion .......................................................................................... 40
Tableau 17 : Hiérarchisation des enjeux liés aux reptiles sur le site .................................................. 44
Figure 16 : Gîtes artificiels ................................................................................................................. 41
Tableau 18 : Liste des oiseaux des milieux ouverts à semi-ouverts recensés dans l’aire d’étude ...... 46
Figure 17 : Illustration de l'orientation de la lumière ........................................................................... 41
Tableau 19 : Liste des oiseaux liés aux milieux buissonnants et arbustifs recensés dans l’aire d’étude
.......................................................................................................................................................... 46
Figure 18 : Zone de refuge et de thermorégulation pour l’herpétofaune ............................................ 43
Figure 19 : Lisière et talus thermophile favorable à l’herpétofaune .................................................... 43
Figure 20 : Haies arborées longeant les voies site de nidification avéré ............................................ 48
Figure 21 : Haies aux abords des pieds du viaduc, nidification potentiel ........................................... 48
Figure 22 : Conocéphale gracieux ..................................................................................................... 51
Figure 23 : Azuré commun (Polyommatus icarus) ............................................................................. 51
Tableau 20 : Liste des oiseaux à tendance forestière recensés dans l’aire d’étude ........................... 47
Tableau 21 : Liste des oiseaux liés aux habitats humains recensés dans l’aire d’étude .................... 47
Tableau 22 : Hiérarchisation des enjeux avifaunistiques du site. ....................................................... 48
Tableau 23 : Hiérarchisation des enjeux liés aux insectes sur le site................................................. 52
Tableau 24 : Hiérarchisation des enjeux liés aux habitats naturels et aux espèces sur le site ........... 56
Figure 24 : Conocéphale gracieux (Ruspolia nitidula) ........................................................................ 52
Figure 25 : Secteur d’habitat potentiellement favorable au Conocéphale gracieux. ........................... 52
Figure 26 : Synthèse des inventaires écologiques ............................................................................. 55
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 5 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Préambule
1. PRÉAMBULE
1.1.CONTEXTE
Le viaduc ferroviaire de Marly-le-Roi (Yvelines) est situé au point kilométrique 25+446 de la ligne 974
000 de Saint-Cloud à Saint-Nom-La-Bretèche. Il a été mis en service en 1884.
Du fait de son âge, cet ouvrage fait l’objet d’une surveillance régulière de la part de SNCF Réseau,
et des opérations de renforcement ont été menées en 2013. Afin de garantir la pérennité des
circulations ferroviaires dans des conditions d’exploitation optimales, il apparait désormais impératif
de remplacer, à brève échéance, le tablier métallique. Les appuis de l’ouvrage (piles, culées) seront
pour leur part conservés et renforcés.
L’ouvrage, d’une longueur de près de 283 m, surplombe un quartier résidentiel de la ville de Marly-leRoi, franchit le Val du Cœur Volant et la D386 (sous la travée centrale). Le site est fortement
urbanisé rendant ainsi l’accès aux différentes parties du viaduc depuis le sol très délicat.
Un projet de renouvellement du tablier du viaduc est donc étudié et nécessite la
réalisation d’une étude d’impact en application de l’article R122-5 du code de
l’environnement.
1.2.OBJET DU DOCUMENT
L’objet de la mission est de réaliser un état initial des enjeux écologiques comprenant une analyse
bibliographique du secteur, une cartographie des habitats et une expertise faunistique et floristique
afin d’en évaluer les impacts du projet et proposer des mesures d’évitement, de réduction et le cas
échéant de compensation pour y pallier.
Les cortèges faunistiques concernés sont les mammifères dont les chiroptères, les amphibiens, les
reptiles, les oiseaux et les insectes.
Ce rapport présente donc l’ensemble des résultats obtenus suite aux investigations écologiques
menées entre janvier et septembre 2015 sur la base d’inventaires faunistiques, floristiques et d’une
analyse des habitats.
Ce rapport vise donc à alimenter l’étude d’impact réalisée par ailleurs pour la
thématique milieu naturel.
Les résultats de ces passages ont permis d’évaluer les sensibilités observées et potentielles du
secteur d’inventaire grâce à une analyse détaillée des impacts engendrés par le projet.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 6 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
2. MÉTHODOLOGIE
2.1.ZONE D’INVENTAIRE
La zone inventoriée retenue dans le cadre des reconnaissances écologiques1 (par la suite également
appelée zone d’inventaire) a été centrée sur les emprises ferroviaires de la ligne 974 000 de SaintCloud à Saint-Nom-La-Bretèche (entre le pK 25+000 jusqu’au pK 26+100).
Elle couvre l’ensemble du domaine ferroviaire directement concerné par le projet de renouvellement
du viaduc de Marly-le-Roi mais, au-delà, intègre également l’ensemble des secteurs temporairement
concernés par les travaux (bases travaux, installations de chantier…). En effet, s’agissant d’un projet
de renouvellement d’une infrastructure existante les effets sur la faune et la flore des environs du
viaduc sont attendus uniquement durant la phase chantier sur les emprises travaux considérées. En
phase d’exploitation, les effets attendus sont nuls.
Cette zone d’inventaire est proposée sur la figure suivante.
2.2.COLLECTE DE DONNÉES
Une collecte de données a été réalisée, auprès d’associations et administrations dans le cadre de ce
diagnostic écologique. Parmi elles figurent le Conservatoire Botanique du Bassin Parisien, le Groupe
Chiroptères régional, le CORIF, Natureparif, ProNatura, l’ONF, etc.
D’autre part, une recherche bibliographique a été réalisée sur internet, avec consultation de sites
détenteurs d’informations tels que celui de la DRIEE Ile-de-France, de Natureparif, du Ministère de
l’Écologie, du Développement Durable et de l’énergie (consultation des éléments du réseau Natura
2000 notamment) et des atlas cartographiques des différents groupes d’espèces étudiés
(http://www.faune-iledefrance.org/)... ;
Les continuités écologiques et notamment les relations éventuelles avec d’autres espaces ont été
prises en compte (trames vertes et bleues, SRCE Ile-de-France adopté le 21/10/2013).
1
La zone d’inventaire écologique est plus réduite que l’aire d’étude au sein de laquelle porte l’étude d’impact
car les conséquences attendues du projet sur les habitats naturels et les espèces auront lieu au droit des
futures emprises travaux ou à proximité immédiate. Cette zone d’inventaire est donc resserrée au niveau de
l’emprise ferroviaire et des milieux naturels qui la bordent.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 7 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
Figure 1 : Présentation de la zone d’inventaire
Source : EGIS
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 8 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
Lors de la phase de cartographie de terrain, les facteurs de dégradation, gestion pratiquée ou
potentialités de la zone, ont été recensés afin d’évaluer l’état de conservation des habitats.
2.3.MÉTHODOLOGIE D’INVENTAIRE
2.3.1.
MÉTHODOLOGIES SPÉCIFIQUES À LA FLORE ET AUX
HABITATS NATURELS
2.3.1.1.
L’évaluation de la valeur patrimoniale intrinsèque de chaque habitat (rareté, menaces, raréfaction,
…) a été menée sur le terrain en fonction des documents et listes de référence disponibles (cahiers
d’habitats Natura 2000, fiches descriptives des habitats déterminants ZNIEFF, …). La présence
d’espèces végétales d’intérêt patrimonial peut conforter la valeur intrinsèque de la communauté
végétale. La diversité floristique et la typicité ont particulièrement été évaluées.
2.3.1.2.
CARACTÉRISATION DES HABITATS NATURELS
Cette phase a eu pour objectifs de dresser une liste la plus exhaustive possible des types de
communautés végétales de l’aire d’étude et de recueillir les données permettant de les caractériser.
La phase d’inventaire sur le terrain a été précédée d’une phase de consultation bibliographique et
d’une photo-interprétation sur l’ensemble de l’aire d’étude qui a permis d’orienter les prospections de
terrain.
PROSPECTIONS FLORISTIQUES
L’évaluation de la richesse spécifique végétale a été réalisée de façon simultanée avec la
caractérisation des habitats. Une attention particulière a été portée sur les espèces végétales
protégées.
Ces espèces sont de deux ordres :
 espèces d’intérêt communautaire et prioritaires ;
 espèces protégées réglementairement au niveau régional et national.
Typologie des habitats
L’identification et la caractérisation des habitats ont été précisées en se basant sur la phytoécologie.
L’évaluation des liens entre les communautés végétales et leurs écosystèmes a permis d’apprécier
la biodiversité et les enjeux patrimoniaux relatifs aux habitats et à la flore inféodée.
Les références réglementaires utilisées sont les suivantes :
 Arrêté du 20 janvier 1982 fixant la liste des espèces végétales protégées sur l'ensemble du
territoire (version consolidée au 08 juin 2013).
Pour les habitats d’intérêt communautaire, chaque unité homogène identifiée a été caractérisée
selon le niveau de précision maximal (alliance phytosociologique) ou de l’habitat élémentaire tel que
décrit dans les référentiels Cahiers d’habitats.
 Arrêté du 8 mars 2002 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Aquitaine
complétant la liste nationale (JORF n°104 du 4 mai 2002).
Afin de caractériser chaque habitat à partir des nomenclatures existantes, les ouvrages suivants ont
été étudiés :
Les espèces bénéficiant d’un statut patrimonial (espèces déterminantes de ZNIEFF, espèces
inscrites aux listes rouges, …) ainsi que les espèces exotiques envahissantes, ont également été
relevées.
 Prodrome des végétations de France ;
Une évaluation des enjeux liés à la présence d’espèces exotiques envahissantes a complété le
diagnostic floristique.
 Cahiers d’habitats Natura 2000 ;
 Typologie d’habitats Corine biotopes ;
2.3.2.
MÉTHODOLOGIE RELATIVE AUX ZONES HUMIDES
 Typologie EUNIS (European Nature Information System).
On considère un secteur comme une zone humide si l’on observe :
Relevés phytoécologiques
Chaque relevé a été réalisé au sein d’une zone homogène, en dehors des zones de transition ou de
contact entre plusieurs communautés végétales.
Une fois la zone identifiée, une liste des espèces présentes a été dressée pour chaque relevé. Les
données floristiques ont été complétées par des informations portant sur les conditions stationnelles,
la physionomie générale et la stratification de la végétation.
Il a également été indiqué le type de communauté végétale caractérisée par le relevé (rang
phytosociologique ou habitat élémentaire si plus précis).
 un habitat caractéristique de zones humides : l’approche au niveau de l’habitat fait référence à
la liste d’habitats indicateurs de zones humides qui figure à l’annexe 2 de l’arrêté du 24 juin
2008 modifié par l’arrêté du 1er octobre 2009 précisant les critères de définition et de
délimitation des zones humides ;
 des espèces végétales indicatrices de zones humides recouvrant plus de 50 % de la surface
de la zone sur la base de la liste des espèces végétales indicatrices de zones humides figure à
l’annexe 2 de l’arrêté du 24 juin 2008 modifié par l’arrêté du 1er octobre 2009 précisant les
critères de définition et de délimitation des zones humides.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 9 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
C’est donc sur cette base que les reconnaissances zones humides ont été menées à l’échelle de la
zone d’inventaire. Celle-ci a été réalisée en deux étapes :
d’observations directes, mais aussi à l’aide d’indices de présence : traces (empreintes), coulées,
déjections, relief de repas, terrier, souille, frottis.
 Étape n°1 : approche cartographique et bibliographique en consultant l’ensemble des sources
de données permettant l’identification de zones humides d’importance majeure à l’échelle du
SDAGE et du SAGE local. En complément l’évaluation du risque de remontée de nappe ainsi
qu’une photo interprétation de la zone d’inventaire a permis d’identifier certaines zones à plus
fort potentiel humide.
Les informations obtenues permettent ainsi de définir des secteurs sensibles en fonction des
données récoltées et des données structurelles du site (présence d’habitats favorables, de corridor
de déplacement).
2.3.3.2.
PROSPECTIONS RELATIVES AUX CHIROPTÈRES
 Étape n°2 : vérification de terrain en application de la réglementation en vigueur.
2.3.3.
Les méthodes d’inventaires utilisées dans cette étude pour le recensement des chiroptères reposent
sur :
MÉTHODOLOGIE SPÉCIFIQUE À LA FAUNE
Les reconnaissances ont porté spécifiquement sur les mammifères terrestres, les chiroptères, les
amphibiens, les reptiles, les oiseaux et les insectes.
De façon globale, l’évaluation de la présence de ces groupes sur un site repose sur :
 un repérage des habitats favorables dans un premier temps, avec notamment une recherche
de gîtes potentiels, des zones de chasse, des corridors etc. ;
 la recherche d’indices de présence (coulées, déjections, poils, cadavres, restes alimentaires,
etc.) ;
 la recherche d’individus (détaillée ci-dessous).
Chacune des observations ont été localisées par GPS et une évaluation de la taille des populations
est alors réalisée ainsi que la qualité de celles-ci.
La présence d’espèces patrimoniales (rare, à fort statut de protection) et des habitats potentiels
associés à ces taxons ont été spécifiquement recherchés lors des inventaires.
 un repérage des habitats favorables aux chiroptères avec notamment une recherche de
potentiels gîtes (arbres remarquables, anciens bâtiments) ;
 un repérage des indices de présence (par exemple déjections) dans les gîtes potentiels
lorsque ceux-ci sont accessibles ;
 des visites nocturnes, avec utilisation de détecteurs d’ultrasons émis par les chiroptères.
Ainsi, un inventaire le plus exhaustif possible des arbres présentant des caractéristiques favorables à
l’accueil des chiroptères a été réalisé dans les sites étudiés afin de recenser les gîtes hivernaux et
estivaux du secteur.
La recherche de gîtes potentiels a été réalisée en journée et a consisté en la recherche d’indices de
présence. Aussi, ces gîtes potentiels ont été inspectés à l’aide d’un équipement spécifique
(endoscope numérique, échelle télescopique permettant d’accéder aux cavités en hauteur) de
manière à évaluer leur utilisation par les chiroptères, ou de la réfuter.
Des relevés de contacts nocturnes (contacts visuels, utilisation d’un enregistreur automatique
d’ultrasons de type BatCorder) ont également été réalisés.
Le BatCorder (Peterson D1000X) a permis d’enregistrer automatiquement les ultrasons des
chauves-souris, numériquement en haute définition et en temps, lors des soirées d’études dans les
secteurs jugés hautement favorables pour la chasse ou le transit des chiroptères. Les
enregistrements ont alors été analysés par une série de logiciels :
2.3.3.1. PROSPECTIONS RELATIVES AUX MAMMIFÈRES (HORS
CHIROPTÈRES)
Ces prospections écologiques ont pour but de recenser la diversité biologique de la zone d’inventaire
à plusieurs niveaux :
 la diversité spécifique : nombre d’espèces présentes au sein des sites (gîtes ou habitats), avec
une évaluation des espèces s’y reproduisant ou s’y alimentant et d’autres n’étant que de
passage (utilisation du site uniquement pour les déplacements, journaliers ou saisonniers) ;
 le nombre d’individus (estimation des effectifs) de chaque espèce, lorsque le dénombrement
est possible ;
 le sexage des individus, de façon à évaluer la possibilité de reproduction sur les sites (lorsque
ceci est possible).
Dans le cadre du présent projet, les recensements de mammifères ont porté sur l’ensemble des sites
recensés sur la zone d’inventaire. La présence de mammifères sur un site a été confirmée à l’aide
 bcAdmin : permettant une gestion claire et simple des enregistrements et des sorties ;
 batIdent : permettant de les extraire automatiquement et de déterminer les espèces ;
 bcAnalyse : permettant de contrôler les enregistrements à l’aide de sonagrammes.
Chacune des écoutes a commencé une demi-heure avant le coucher du soleil et s’est terminée trois
heures après son coucher. Pour chaque contact, il a été noté (dans la mesure du possible) :
 la localisation précise pointée au GPS ;
 l’identification de l’espèce ;
 l’activité : chasse, déplacement ;
 heure précise du contact ;
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 10 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
 sens de déplacement.
D’une manière générale, les reptiles sont des espèces farouches et difficiles à observer directement.
C’est pourquoi nous avons également complété l’approche en procédant à la pose de 12 plaques
sombres attractives au sein de milieux favorables.
Figure 2 : Mise en place campagne d’écoute en lisière - Utilisation Peterson D1000X
Figure 3 : Plaque à reptiles posée dans le cadre du projet
Source : EGIS
Source : EGIS
2.3.3.5.
2.3.3.3.
PROSPECTIONS RELATIVES AUX AMPHIBIENS
Les prospections relatives aux amphibiens se sont essentiellement concentrées sur un repérage
diurne des habitats potentiels (milieux humides principalement) et des éventuels individus s’y
trouvant (phase terrestre ou aquatique).
Une attention particulière a été également faite au cours des prospections nocturnes pour optimiser
les contacts d’individus potentiels en phase terrestre, en déplacement ou chantant (parade). Ainsi
des écoutes nocturnes ont également été réalisées au sein de l’aire d’inventaire.
2.3.3.4.
PROSPECTIONS RELATIVES À L’AVIFAUNE
Les études concernant l’avifaune se sont particulièrement intéressées aux habitats d’espèces
potentiellement nicheuses sur la zone d’inventaire.
Pour accroître la pertinence des inventaires, les espèces sensibles, patrimoniales ou déterminantes
ZNIEFF ont été recherchées en priorité. Cependant, toutes les espèces rencontrées ont été notées
(les espèces dites « ordinaires »), indépendamment de leur rareté ou de leur sensibilité.
La méthode adoptée a pour objectif de caractériser les cortèges avifaunistiques présents sur les
sites d’étude et leur statut potentiel de reproduction.
Une série de points d’écoutes de l’avifaune a été réalisée par la méthode des Indices Ponctuels
d’Abondance (IPA). Ces points ont été répartis de manière homogène dans les différents types de
milieux rencontrés pour caractériser les cortèges.
PROSPECTIONS RELATIVES AUX REPTILES
Les prospections relatives aux reptiles ont été menées selon la méthode des transects dans les sites
étudiés en ciblant les habitats favorables. Une description de cette méthode est exposée ci-dessous.
Un parcours optimal d’observation est tracé dans les sites en prenant en compte la topographie des
lieux, la proximité des zones en eau, les secteurs thermophiles et la végétation relativement dense
permettant aux individus de se cacher.
En outre, une recherche par observation directe et écoute, pour les espèces difficilement
recensables par la méthode des IPA, a complété les relevés. Elle s’est effectuée selon un parcours
systématique des sites qui intègre l’ensemble des habitats ainsi que leurs franges. Une attention
particulière a également été portée aux indices de présence (plumes, trous de pics, pelotes de
réjection).
Le repérage est alors effectué lors des heures d’insolation pour les animaux, c’est-à-dire le matin ou
en fin d’après-midi, lorsque le soleil n’est pas trop fort :
2.3.3.6.
 à vue dans un premier temps, avec des jumelles pour les habitats favorables naturels repérés
(pierres, tas de bois, vieilles tôles, etc.) ;
 à l’écoute (détection des bruits de fuite) pour les individus cachés ;
 par la recherche de gîtes (retournement de pierres et souches, remise en l’état après
observation) ;
PROSPECTIONS RELATIVES AUX INSECTES
 Recensement des lépidoptères
L’inventaire des papillons de jour a été réalisé par identification des individus à vue, ou par capture et
relâche sur site au filet à papillon. L’ensemble des milieux ouverts, herbacés et de haies a été
prospecté.
 Recensement des odonates
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 11 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
Contenu des habitats présents et de l’absence de zone humide au sein de l’emprise, le groupe des
odonates n’a pas été prospecté. Toutefois, si un individu avait été observé il aurait été identifié et
géoréférencé.
 Recensement des coléoptères
La première étape vise à repérer les habitats favorables aux espèces, puis à prospecter ces zones à
la recherche de traces biologiques, cadavres, restes chitineux identifiables, crottes, trous
d’émergence ou encore galeries. L’inventaire a porté sur les arbres des haies et les zones boisées
avec recherche de traces de présence de ces insectes.
 Recensement des orthoptères et mantidés
L’inventaire a porté sur les milieux xériques, thermophiles et herbeux, des haies, lisières et bord de
voies ferrées, avec recherches d’individus et d’indice de présence comme des indices de
reproduction (oothèque de Mante religieuse par exemple).
2.3.3.7.
LIMITES RENCONTRÉES
Il est important de noter que tout inventaire est limité par le nombre d’investigations de terrain et par
les conditions météorologiques parfois changeantes.
 Une espèce protégée dont la présence sur le site d’étude nécessitera obligatoirement la mise
en place d’un dossier de dérogation pour la destruction d’espèce protégée, bien que cette
espèce présente peu d’intérêt patrimonial. C’est par exemple le cas, de l’Œdipode turquoise
(absent de la Ligne 11), espèce d’Orthoptère protégée dans la région Ile-de-France (enjeu
réglementaire très fort) mais non déterminante de ZNIEFF dans la région et en forte
progression au niveau national (enjeu patrimonial faible) ;
 Une espèce non protégée, que soit au niveau national ou régional mais présentant un enjeu
patrimonial très fort car endémique, éteinte ou quasi-éteinte à l’échelle de la région ou de la
France... Tel aurait pu être le cas, par exemple, de la Molène rayée (absente du site), espèce
végétale non protégée (enjeu réglementaire faible) et récemment réapparue en Ile-de-France
alors qu’elle y était considérée comme disparue (enjeu patrimonial très fort).
Étant donné l’hétérogénéité des statuts de protection entre les différents groupes étudiés dans le
cadre d’une expertise écologique, ainsi que l’hétérogénéité des données disponibles quant aux
statuts de rareté et statuts de menace des espèces, une grille spécifique à chaque groupe a été
définie afin de déterminer le caractère remarquable de chaque espèce. Ces grilles sont présentées
ci-dessous. Notons qu’elles dépendent fortement des données disponibles à l’échelle régionale et
sont donc susceptibles de varier d’une région à l’autre, suivant l’ancienneté et la nature des
données disponibles sur les espèces.
Pour chaque groupe, l’évaluation de l’enjeu d’une espèce se fait sur une échelle à 5 niveaux :
La principale limite rencontrée concerne la disparition des plaques reptiles qui avaient été posées en
janvier pour optimiser l’observation des reptiles au sein de la zone d’inventaires écologiques.
Très fort,
Fort ;
Moyen ;
Faible ;
Très faible ou nul.
Sur les douze plaques déposées seulement huit ont pu être retrouvées. Toutefois la proximité des
plaques a permis de pallier les pertes et suffisait pour l’observation des reptiles.
2.4.MÉTHODOLOGIE D’ÉVALUATION DES NIVEAUX
D’ENJEUX
Une espèce ou un habitat est considéré comme remarquable dès qu’il présente un enjeu moyen,
fort ou très fort.
2.4.2.
2.4.1.
DÉFINITION DU CARACTÈRE REMARQUABLE DES
ESPÈCES
À ce jour, aucun référentiel ne décrit la méthodologie à adopter pour attribuer un enjeu à une
espèce ou un habitat et ainsi définir leur caractère remarquable. La méthodologie détaillée cidessous constitue une proposition dite « hybride », basée sur deux critères complémentaires :
LES RÉFÉRENTIELS
Les référentiels et ouvrages utilisés pour l’attribution des enjeux réglementaires (statuts de
protection) et patrimoniaux (autres statuts) sont détaillés dans les tableaux suivants.
2.4.2.1.
STATUTS DE PROTECTION EUROPÉENS
 L’enjeu réglementaire (statut de protection régionale, nationale, …) ;
 Directive "Habitats-Faune-Flore" 92/43 du 21 mai 1992 relative à la conservation des habitats
naturels, de la faune et de la flore sauvage - Annexes II et IV ;
 L’enjeu patrimonial (statut de rareté, de menace, …).
L’enjeu global qui ressort de ces deux critères est destiné à orienter le porteur de projet sur l’effort
de mesures à mettre en œuvre pour les espèces réglementées ainsi que pour les espèces
présentant un enjeu patrimonial.
 Directive "Oiseaux" 79/409 du 2 avril 1979 mise à jour par la Directive 2009/147/CE du 30
novembre 2009 relative à la conservation des oiseaux sauvages - Annexe 1.
Ainsi, à titre d’exemple, pourront à la fois présenter un enjeu très fort :
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 12 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
2.4.2.2.
Méthodologie
STATUTS DE PROTECTION NATIONAUX ET RÉGIONAUX
Avifaune
Tableau 1 : Statuts de protection nationaux et régionaux
Flore protégée au
niveau national
Arrêté du 20 janvier 1982 fixant la liste des espèces végétales
protégées sur l'ensemble du territoire, modifié par l'Arrêté du
31/08/1995.
Flore protégée en
Ile-de-France
Arrêté du 11 mars 1991 relatif à la liste des espèces végétales
protégées en région Ile-de-France complétant la liste nationale.
Vertébrés
Arrêté du 9 juillet 1999 fixant la liste des espèces de vertébrés
protégées menacées d'extinction en France et dont l'aire de répartition
excède le territoire d'un département (Version consolidée au 30 mai
2009).
Flore
Mammalofaune
Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres
protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection
(modif. arrêté du 15 septembre 2012).
Avifaune
Arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste des oiseaux protégés sur
l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection.
Herpétofaune
Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des
reptiles protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur
protection (Version consolidée au 19 décembre 2007).
Faune
Entomofaune
Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des insectes protégés sur le
territoire national et les modalités de leur protection (Version
consolidée au 06 mai 2007).
Arrêté du 22 mars 1993 relatif à la liste des espèces d’insectes
protégées en région Ile-de-France complétant la liste nationale.
2.4.2.3.
LISTES ROUGES NATIONALES ET RÉGIONALES
Flore
Régionale
Faune
Mammalofaune
BIRARD J., ZUCCA M., LOIS G. et Natureparif, 2012. Liste rouge
régionale des oiseaux nicheurs d’Île-de-France. Paris. 72 p.
2.4.2.4.
Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Reptiles et
Amphibiens de France métropolitaine (UICN France, MNHN & SHF,
2009).
Entomofaune
Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Papillons de
jour de France métropolitaine (UICN France, MNHN, OPIE et SEF,
2012) ;
Ichtyofaune
Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Poissons
d’eau douce de France métropolitaine (UICN France, MNHN, SFI &
ONEMA, 2010).
ESPÈCES DÉTERMINANTES DE ZNIEFF
La liste des espèces considérées comme déterminantes de ZNIEFF en Ile-de-France se trouve
dans le document suivant :
 Liste des espèces déterminantes de ZNIEFF (CSRPN et DIREN Ile-de-France, 2002).
2.4.3.
DÉFINITION DES ENJEUX RÉGLEMENTAIRES
L’enjeu réglementaire d’une espèce est défini par ses statuts de protection. Seront pris en compte
tout d’abord les statuts de protection européens, puis nationaux et enfin régionaux s’ils existent.
Cet ordre de priorité n’annule en aucune façon l’enjeu réglementaire d’une espèce non protégée à
l’échelle européenne ou nationale mais protégée à l’échelle régionale.
Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Flore
vasculaire de France métropolitaine : premiers résultats pour 1000
espèces, sous-espèces et variétés (UICN France, FCBN & MNHN,
2012).
2.4.3.1.
ENJEU PATRIMONIAL
Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Orchidées de
France métropolitaine (ICN France, MNHN, FCBN & SFO, 2010).
La définition de l’enjeu patrimonial d’une espèce est plus complexe. En effet, plusieurs statuts sont
à prendre en compte : menace, rareté et déterminant de ZNIEFF.
Liste rouge régionale de la flore vasculaire d’Ile-de-France (CBNBP AUVERT S., FILOCHE S., RAMBAUD M., BEYLOT A. et HENDOUX
F., 2011).
D’une manière générale et lorsqu’ils existent, la priorité des référentiels est la suivante :
Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Mammifères
de France métropolitaine (UICN France, MNHN, SFEPM & ONCFS,
2009).
Jean-François JULIEN, Biodiversité en Île-de-France : Listes rouges
régionales et leurs enseignements - Les chiroptères (LR en cours de
réalisation). Document de travail, 26 pages.
 Statuts de menace ;
 Statuts de rareté ;
 Liste des espèces déterminantes de ZNIEFF.
EGIS
Octobre 2015
Herpétofaune
Exemple : La Cardamine impatiente n’est pas protégée à l’échelle européenne ou nationale.
Toutefois, son statut de protection à l’échelle régionale lui confère un enjeu réglementaire très fort.
Tableau 2 : Listes rouges nationales et régionales
Nationale
Liste rouge des espèces menacées en France - Chapitre Oiseaux de
France métropolitaine (UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS,
2011) ;
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 13 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
Ainsi, une espèce en danger d’extinction au niveau national et seulement assez rare dans la région
présentera tout de même un enjeu patrimonial fort. Certains cas particuliers peuvent se présenter,
notamment pour la faune vertébrée et la faune invertébrée, pour lesquels le statut de rareté
régional peut être dominant sur le statut de menace national ou régional.
2.4.3.2.
Tableau 4 : Niveaux d’enjeux floristiques des habitats remarquables
Enjeu très fort
L’habitat est d’intérêt communautaire et en bon état de conservation
Et/ou l’habitat abrite une ou plusieurs espèces floristiques à enjeu fort
Enjeu fort
GRILLE DE SYNTHÈSE D’ATTRIBUTION DES ENJEUX
Enjeu moyen
L’habitat est d’intérêt communautaire mais en mauvais état de conservation ;
Et/ou l’habitat abrite une ou plusieurs espèces floristiques à enjeu moyen ;
L'habitat n'est pas d'intérêt communautaire mais abrite une forte richesse
spécifique ;
L'habitat est déterminant de ZNIEFF en Ile-de-France.
Enjeu faible
L'habitat présente une richesse spécifique très moyenne ou faible, sans
espèce remarquable.
2.4.3.2.1. FLORE
Différents niveaux d’enjeu floristiques ont pu être attribués aux espèces remarquables recensées
sur le site d’étude, en fonction de leurs statuts. Le tableau suivant résume les critères qui ont
permis cette classification.
Tableau 3 : Niveaux d’enjeux floristiques des espèces remarquables inventoriées
Enjeu très fort
L'espèce est protégée à l'échelle régionale, nationale et/ou européenne et/ou
possède un statut de menace régional ou national (Cot.UICN IDF, COT.UICN
Nat.) « CR ».
Enjeu fort
L’espèce possède un statut de menace régional ou national (Cot.UICN IDF,
COT.UICN Nat.) compris entre « NT » et « EN » et/ou possède un statut de
rareté « extrêmement rare » ou « très rare ».
Enjeu moyen
L’espèce est déterminante de ZNIEFF et/ou elle possède un statut de rareté
« assez rare » à « rare ».
Enjeu faible
L’espèce n'est ni protégée, ni déterminante de ZNIEFF, et possède un statut
de rareté compris entre "extrêmement commun" et "assez commun".
Enjeu très faible
ou nul
Enjeu très faible
ou nul
Aucune végétation naturelle ne se développe sur cet habitat
2.4.3.2.3. OISEAUX OBSERVÉS EN PÉRIODE DE REPRODUCTION
Tableau 5 : Niveaux d’enjeux des oiseaux nicheurs inventoriés
Très
fort
et est protégée à l'échelon européen
(Annexe I de la Directive Oiseaux)
L’espèce n'est pas indigène à la région Île-de-France.
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut supérieur
ou égal à « vulnérable »
2.4.3.2.2. HABITATS
Différents niveaux d’enjeu floristiques ont pu être attribués aux habitats remarquables recensés sur
le site d’étude, en fonction de leurs statuts, de leur richesse spécifique et de l’accueil ou non
d’espèces floristiques remarquables. Le tableau suivant résume les critères qui ont permis cette
classification.
Fort
EGIS
Moyen Faible
X
X
et est déterminante de ZNIEFF
X
et possède un statut de rareté
supérieur ou égal à rare.
X
et est inscrite à la Stratégie de
Création d’Aires Protégées
X
et est protégée à l'échelon européen
(Annexe I de la Directive Oiseaux)
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut supérieur
ou égal à « vulnérable »
Très
faible
ou
nul
X
et est inscrite sur Liste Rouge
Reproducteur Régionale avec un statut inférieur à «
sur site
vulnérable »
Alimentation
sur site
Octobre 2015
L’habitat est d’intérêt communautaire et prioritaire
Et/ou l’habitat abrite une ou plusieurs espèces floristiques à enjeu très fort
X
X
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 14 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
Très
fort
Moyen Faible
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut inférieur à «
vulnérable »
X
et est déterminante de ZNIEFF
X
et possède un statut de rareté
supérieur ou égal à rare.
X
et est inscrite à la Stratégie de
Création d’Aires Protégées
X
et est protégée à l'échelon européen
(Annexe I de la Directive Oiseaux)
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut supérieur
ou égal à « vulnérable »
Aperçu en
vol
Fort
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut inférieur à «
vulnérable »
Très
faible
ou
nul
2.4.3.2.4. OISEAUX MIGRATEURS
Tableau 6 : Niveaux d’enjeux des oiseaux migrateurs inventoriés
Très
fort
et est protégée à l'échelon européen
(Annexe I de la Directive Oiseaux)
Hivernage ou
halte
migratoire
X
X
X
et est déterminante de ZNIEFF
X
et possède un statut de rareté
supérieur ou égal à rare.
X
et est inscrite à la Stratégie de
Création d’Aires Protégées
X
Aperçu en vol
et peut s’y
alimenter
Aperçu en vol
et ne peux s’y
alimenter
Fort
Très
faible
Moyen Faible
ou
nul
X
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut supérieur ou
égal à « vulnérable »
X
et est déterminante de ZNIEFF
X
et est inscrite à la Stratégie de
Création d’Aires Protégées
X
et est protégée à l'échelon européen
(Annexe I de la Directive Oiseaux)
X
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut supérieur ou
égal à « vulnérable »
X
et est déterminante de ZNIEFF
X
et est inscrite à la Stratégie de
Création d’Aires Protégées
X
et est protégée à l'échelon européen
(Annexe I de la Directive Oiseaux)
X
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut supérieur ou
égal à vulnérable
X
et est déterminante de ZNIEFF
X
et est inscrite à la Stratégie de
Création d’Aires Protégées
X
Les enjeux définis peuvent être réajustés en fonction :
 Des effectifs constatés ;
 De la distance de l’observation par rapport au site d’étude ;
 Du nombre de critères pouvant justifier le caractère remarquable de l’espèce ;

Du statut de rareté de l’espèce.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 15 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
Les enjeux définis peuvent être réajustés en fonction :
2.4.3.2.5. AUTRES VERTÉBRÉS
 Des effectifs constatés ;
Tableau 7 : Niveaux d’enjeux des autres vertébrés inventoriés
 De la distance de l’observation par rapport au site d’étude ;
Très
fort
et est protégée à l'échelon européen
(Annexe II de la Directive Habitats)
Reproducteur
ou hivernant
Fort
Moyen
X
X
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut supérieur ou
égal à « vulnérable »
X
X
et est déterminante de ZNIEFF
X
rareté
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut supérieur ou
égal à « vulnérable »
X
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut inférieur à
« vulnérable »
X
et est déterminante de ZNIEFF
X
rareté
et possède un statut de rareté de
commune
et est inscrite à la Stratégie de
Création d’Aires Protégées
Rhopalocères
L'espèce est protégée à
l'échelle régionale,
nationale et/ou européenne
L’espèce est déterminante
de ZNIEFF en Ile-deFrance et/ou au moins
« Vulnérable » sur la liste
rouge nationale ou
européenne
L’espèce est
considérée comme
« Quasimenacée » sur la
liste rouge
nationale ou
européenne
Hétérocères
L'espèce est protégée à
l'échelle régionale,
nationale et/ou européenne
L’espèce est déterminante
de ZNIEFF
-
Odonates
L'espèce est protégée à
l'échelle régionale,
nationale et/ou européenne
L’espèce est au moins
« Vulnérable » sur la liste
rouge régionale, nationale
ou européenne et/ou
« rare » à « très rare » en
Ile-de-France
Orthoptères
L'espèce est protégée à
l'échelle régionale,
nationale et/ou européenne
et présente un statut de
rareté supérieur ou égal à
rare
L’espèce est déterminante
de ZNIEFF en Ile-deFrance et/ou au moins
« menacée » sur la liste
rouge nationale
Coléoptères
L'espèce est protégée à
l'échelle régionale,
nationale et/ou européenne
L’espèce est déterminante
de ZNIEFF
X
X
de
Moyen
X
et est protégée à l’échelon européen
(Annexe IV de la Directive Habitats)
et possède un statut
supérieur ou égal à rare.
Fort
X
et possède un statut de rareté de
commune
Alimentation
sur site
Très fort
X
et est inscrite à la Stratégie de
Création d’Aires Protégées
et est protégée à l'échelon européen
(Annexe II de la Directive Habitats)
 Du statut de rareté de l’espèce.
Tableau 8 : Niveaux d’enjeux des insectes inventoriés
et est inscrite sur Liste Rouge
Régionale avec un statut inférieur à
« vulnérable »
de
 Du nombre de critères pouvant justifier le caractère remarquable de l’espèce.
2.4.3.2.6. INSECTES
et est protégée à l’échelon européen
(Annexe IV de la Directive Habitats)
et possède un statut
supérieur ou égal à rare.
Faible
Très
faible
ou
nul
X
X
X
EGIS
Octobre 2015
L’espèce est
considérée comme
« Quasimenacée » sur la
liste rouge
régionale,
nationale ou
européenne et/ou
déterminante de
ZNIEFF et/ou
« assez rare » en
Ile-de-France
L’espèce est
considérée comme
« à surveiller » sur
la liste rouge
nationale ou
présente un statut
de rareté de
commune
-
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 16 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Méthodologie
Les enjeux définis peuvent être réajustés en fonction :
Dates
 Des effectifs constatés ;
Conditions
météorologiques
Groupe(s)
étudié(s)
Auteur(s)
Flore, habitats
et faune
Ludwick SIMON
(Écologue
fauniste)
Faune
Ludwick SIMON
(Écologue
fauniste)
Faune
Martyn GEST
(Écologue
fauniste)
Temps : ensoleillé
 De la distance de l’observation par rapport au site d’étude ;
27/05/2015
 Du nombre de critères pouvant justifier le caractère remarquable de l’espèce ;
 Du statut de rareté de l’espèce.
Humidité relative : 53%
Vent : 6km/h du NO
Température : 17°C
Remarque : En Ile-de-France, les Odonates constituent le seul groupe d’insectes pour lequel il
existe des référentiels régionaux relatifs aux statuts de menace et de rareté de l’espèce. Le seul
référentiel régional pour les autres groupes d’insectes est la liste des espèces déterminantes de
ZNIEFF en Ile-de-France. Cette liste ne donne pas d’indication sur le degré de menace et de rareté
des espèces. Il est donc impossible pour ces groupes de différencier les espèces qui pourraient
présenter un enjeu fort de celles qui pourraient présenter un enjeu moyen. Ainsi, et afin de ne
négliger aucun enjeu, un enjeu patrimonial fort est attribué aux espèces inscrites sur la liste des
espèces déterminantes de ZNIEFF si aucun autre statut régional n’est disponible.
Temps : ensoleillé
03/08/2015
Humidité relative : 25%
Vent : 11km/h du SO
Température : 30°C
Temps : couvert
02/09/015
Humidité relative : 50%
Vent : 6km/h du NO
Température : 18°C
2.5.PLANNING
Source : EGIS
Les prospections se sont déroulées sous des conditions météorologiques optimales. En effet,
lorsque les conditions météorologiques étaient jugées non propices à l’observation de certaines
espèces, ces dernières ont été reportées.
Le tableau de synthèse ci-dessous présente le planning d’inventaire retenu dans le cadre du présent
projet.
Tableau 9 : Planning des inventaires écologiques
Dates
Conditions
météorologiques
Groupe(s)
étudié(s)
Auteur(s)
Faune
Martyn GEST
(Écologue
fauniste)
Flore, habitats
et faune
Perrine BLANC
(Botaniste) et
Ludwick SIMON
(Écologue
fauniste)
Temps : couvert
13/01/2015
Humidité relative : 82%
Vent : 22km/h du SO
Température : 9°C
Temps : nuageux
07/04/2015
Humidité relative : 34%
Vent : 11km/h du S
Température : 14°C
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 17 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
État initial du projet
3. ÉTAT INITIAL DU PROJET
Le site FR1110028 « Étang de Saint-Quentin » a été désigné en tant que Zone de Protection
Spéciale le 23 décembre 2003. Ce site s’étend sur un total de 96 ha, entièrement sur la commune de
Trappes dans les Yvelines. L’intérêt majeur de ce site repose sur l’avifaune.
 Site FR1112011 « ZPS Massif de Rambouillet et zones humides proches »
3.1.MILIEU NATUREL DU PROJET
Le projet s’inscrit au sein d’un territoire en lisière d’urbanisation. Les abords immédiats du viaduc,
majoritairement dominés par un tissu urbain, sont aussi encerclés par de grands secteurs
écologiquement intéressants tels que les forêts de Marly-le-Roi et de Saint-Germain-en-Laye, la
Plaine de Versailles et la Vallée de la Seine.
Le caractère urbain des abords immédiats du projet explique le nombre réduit d’enjeux relatifs aux
espaces inventoriés ou protégés.
Le site FR1112011 « Massif de Rambouillet et zones humides proches » est une Zone de Protection
Spéciale désignée par arrêté du 25 avril 2006. Cette ZPS s’étend sur près de 17 000 ha, sur
plusieurs communes principalement situées dans le département des Yvelines, mais aussi de
l’Essonne. La diversité des sols et la présence de nombreuses zones humides sont à l'origine de la
richesse biologique du site.
Ces sites sont localisés sur la figure suivante.
Le chapitre qui suit s’intéresse à détailler les différentes composantes de l’environnement naturel du
projet de renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi.
3.2.ESPACES PROTÉGÉS
Sources : DRIEE Ile-de-France, investigations écologiques de terrain
3.2.1.
RÉSEAU NATURA 2000
Le réseau Natura 2000 est constitué de zonages issus de deux directives européennes : la directive
«Habitats, Faune, Flore» et la directive « Oiseaux».
C’est au travers de ce réseau que deux zones de protections ont été définies :
 LES ZONES SPÉCIALES DE CONSERVATION (ZSC) : Ce zonage constitutif du réseau
Natura 2000 découle de l’application de la directive européenne 92/43/CEE, dite directive «
Habitats, Faune, Flore ». Transcrite en droit français en 2001, elle porte sur la conservation
d’habitats naturels et d’habitats d’espèces d’intérêt communautaire.
 LES ZONES DE PROTECTION SPÉCIALE (ZPS) : Ce second type de zonage constituant le
réseau Natura 2000 est issu de l’application de la directive européenne 2009/147/CE,
communément appelée directive « Oiseaux ». Les ZPS découlent de l’inventaire des Zones
Importantes pour la Conservation des Oiseaux (ZICO) initié par le Ministère de l’environnement
et achevé en 1992. Ces zones d’inventaire recensent les sites accueillant des biotopes et
habitats d’espèces d’oiseaux menacés.
Aucun site Natura 2000 n’est localisé au sein de l’aire d’étude.
Les plus proches se situent à une distance minimum de 10 km, au sud-ouest, du projet.
 Site FR1110028 « ZPS Étang de Saint-Quentin »
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 18 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
État initial du projet
Figure 1 : Localisation des plus proches sites Natura 2000
Source : DRIEE Ile-de-France
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 19 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
État initial du projet
SRCE à l’échelle du projet). De plus, aucun habitat favorable aux espèces recensées
dans la ZNIEFF n’a été recensé au sein de l’emprise.
3.3.ZONES D’INVENTAIRES
Il s’agit de présenter les zones d’inventaires présentes dans un rayon de 5km autour du projet.
3.3.1.
ZONES NATURELLES D’INTÉRÊT ÉCOLOGIQUE,
FAUNISTIQUE ET FLORISTIQUE (ZNIEFF)
3.3.2.
AUTRES SECTEURS
L’aire d’étude n’est concernée par aucun autre secteur inventorié ou protégé (Arrêté
Préfectoral de Protection de Biotope, Espace Naturel Sensible, Zone Importante
Conservation des Oiseaux).
La notion de ZNIEFF est définie sur un plan national par la circulaire n° 91-71 du 14 mai 1991. Les
ZNIEFF sont des zones choisies pour l'équilibre et la richesse de leur écosystème ou pour la
présence d'espèces rares et menacées. L’existence d’une ZNIEFF n’entraîne pas l’application d’une
réglementation spécifique. L’objectif est la connaissance aussi exhaustive que possible de ces
milieux.
Les ZNIEFF peuvent être de deux types :
 Zone de type I : secteurs de superficie en général limitée, caractérisés par leur intérêt
biologique remarquable ;
 Zone de type II : grands ensembles naturels riches et peu modifiés, ou qui offrent des
potentialités biologiques importantes.
L’aire d’étude n’inclue aucune ZNIEFF.
Néanmoins, la Forêt de Marly (qui comprend le parc), identifiée en tant que ZNIEFF de type 2, est
située à moins de 150 mètres, au sud, de l’aire d’étude.
 ZNIEFF de type II, « FORÊT DE MARLY » (Identifiant national :
110001361) d’une superficie de 2348,8 hectares.
Il s’agit un massif forestier cerné par l'urbanisation, qui a cependant gardé un intérêt surtout
botanique avec la présence de 10 espèces végétales déterminantes dont six sont protégées. Les
boisements dominants sont des chênaies-hêtraies et des hêtraies-chênaies acidiphiles,
accompagnés de mares et vallons humides.
On note en particulier la présence de l'unique station connue du Bassin parisien pour la Prêle
panachée (Equisetum variegatum) (protégée en Ile-de-France), qui bénéficie de mesures
conservatoires.
Parmi les espèces à statut réglementé inventoriées au sein de ce zonage, concernant les
mammifères, on note la présence d’une espèce protégée et déterminante, il s’agit de la Musaraigne
aquatique (Neomys fodiens) et concernant l’avifaune ; quatorze espèces d’oiseaux protégés ont été
observés dont le Pic cendré (Picus canus), espèce également déterminante de ZNIEFF en Ile-deFrance.
Toutefois, bien qu’importante pour la faune et la flore au niveau local, au regard des
habitats présents sur l’emprise des travaux et du caractère urbain du secteur, cette
ZNIEFF, ne possède pas de connectivité directe avec le site d’étude (cf. Figure 11 :
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 20 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
État initial du projet
Figure 4 : Patrimoine naturel inventorié à l’échelle du projet
Source : DRIEE Ile-de-France
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 21 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
4. HABITATS ET FLORE
Photographies in situ
Nomination des
Habitats
Code
d’identification
Zones urbaines
Code Corine
biotopes : ND
(Source : © Egis / Perrine BLANC, 2015)
4.1.LES HABITATS RENCONTRÉS
Au sein de l’aire d’étude, les habitats naturels rencontrés sont regroupés dans le tableau ci-dessous.
Il s’agit essentiellement d’habitat anthropique à caractère urbain :
Tableau 10 : Synthèse des habitats naturels recensés en 2015
Nomination des
Habitats
Code
d’identification
Zones urbaines
Code Corine
Biotopes : 86.43
Emprises
ferroviaires
Photographies in situ
-
(Source : © Egis / Perrine BLANC, 2015)
Réseaux
routiers
Code EUNIS :
J4.3
Zones urbaines
Espaces
pavillonnaires
EGIS
Octobre 2015
Code EUNIS :
J4.2
Code Corine
Biotopes : 86.1
Code EUNIS :
J1.1
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 22 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
Photographies in situ
Nomination des
Habitats
Code
d’identification
Zones urbaines
Petits jardins
ornementaux et
domestiques
Code Corine
Biotopes : 85.2
Code EUNIS :
I2.2
Photographies in situ
(Source : © Egis / Perrine BLANC, 2015)
Nomination des
Habitats
Zones urbaines
Alignements
d’arbres
Code
d’identification
(Source : © Egis / Perrine BLANC, 2015)
Code Corine
Biotopes : 84.1
Code EUNIS :
G5.1
Boisements
rudéraux
d’ormes et de
frênes
Il s’agit d’une
variante
anthropique du
Carpinion. Ces
boisements
d’origine
anthropique sont
colonisés
d’espèces
allochtones
échappées des
jardins
environnants
mais aussi
d’espèces
exotiques
envahissantes
comme le
Robinier fauxacacia.
Zones urbaines
-
Code Corine
Biotopes : 41.39
Prairies
urbaines
Code EUNIS :
X22
Code EUNIS :
G1.A29
Source : EGIS
Ces habitats sont tous localisés sur la carte proposée en page suivante.
EGIS
Octobre 2015
Code Corine
Biotopes : 85.4
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 23 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
Figure 5 : Carte de l’occupation du sol et des habitats naturels inventoriés
Source : EGIS
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 24 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
Figure 7 : Prêle panachée (Equisetum variegatum)
4.2. LA FLORE INVENTORIÉE
4.2.1.
ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE
Dans la bibliographie attachée au secteur d’étude, les habitats remarquables et les espèces
floristiques patrimoniales sont exclusivement associés à des faciès humides. Ceux-ci sont présentés
dans les paragraphes qui suivent.
 Données du CBNBP sur la commune de Marly-le-Roi (observations
après 1990) :
Source : http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/96553
 Espèces végétales protégées à l’échelle nationale :
 Espèces inscrites à la liste rouge de la flore vasculaire d’Ile-de-France
(espèces EN) :
 Damasonie étoilée (Damasonium alisma)
 Limoselle aquatique (Limosella aquatica) : La Limoselle aquatique s’observe dans les grèves
des étangs et des fleuves mésotrophes ou oligotrophes, chemins temporairement inondés,
ornières, mares temporaires, mouillères ; généralement sur sable, limons humides ou vase
Figure 6 : Damasonie étoilée (Damasonium alisma)
 Damasonie étoilée (Damasonium alisma) : cette espèce se développe dans les groupements
d'hydrophytes des grèves alluviales mésotrophes : Littorellion essentiellement, parfois aussi
dans le Bidention.
Figure 8 : Damasonie étoilée (Damasonium alisma)
Source : http://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/94388
 Espèces végétales protégées en Ile-de-France et inscrites à la liste
rouge de la flore vasculaire d’Ile-de-France (espèces CR) :
 Renoncule à feuilles de lierre (Ranunculus hederaceus) : la Renoncule à feuilles de lierre se
trouve au sein des eaux peu profondes, fossés, marais, ruisseaux des terrains siliceux,
groupements aquatiques du Cardamino-Montion ;
Source : MNHN-CBNBP – R.DUPRE
 Prêle panachée (Equisetum variegatum) : la prêle panachée est une petite prêle des marais et
alluvions calcaires et sables humides des rivières ;
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 25 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
4.2.1.2.
Habitats et flore
RÉSULTATS DES PROSPECTIONS ÉCOLOGIQUES
Au cours des inventaires botaniques de 2015, aucune espèce végétale protégée et/ou
patrimoniale n’a été mis en évidence sur l’aire d’étude.
Toutefois, 30 espèces végétales communes ont été recensées sur la zone d’inventaire (cf. Annexe
14.2). Parmi les espèces recensées, la présence d‘espèces envahissantes (le Robinier faux-acacia
et, dans une moindre mesure, la Renouée du Japon) attire notre attention.
En effet, ces espèces exotiques envahissantes peuvent rapidement former des peuplements denses
sur de grandes surfaces. Leurs capacités à s’établir dans les milieux pionniers et à enrichir les sols
leur confèrent un fort pouvoir de modification de la végétation qu’elles colonisent et représentent
entre autres une menace sur des espèces et des habitats des sols pauvres. En raison du caractère
invasif de ces espèces, les stations de ces espèces représentent un enjeu écologique faible mais à
maîtriser en phase chantier par des mesures évitant sa prolifération.
Ainsi, après analyse des données bibliographiques et des relevés phytosociologiques de
terrain, la zone d’inventaire ne présente pas de secteurs hygrophiles, ce qui lève toutes
contraintes concernant la présence des espèces protégée et/ou patrimoniale potentielles
dans l’aire d’étude.
De plus, les investigations de terrain ont permis de mettre en évidence l’absence d’espèce
de flore protégée et/ou remarquable au sein de l’aire d’inventaire.
4.2.2.
DIAGNOSTIC DES ZONES HUMIDES
Pour faciliter la préservation des zones humides et leur intégration dans les politiques de l’eau, de la
biodiversité et de l’aménagement du territoire à l’échelle de l’Ile-de-France, la DIREN a lancé en
2009 une étude visant à consolider la connaissance des secteurs potentiellement humides de la
région selon les deux familles de critères mises en avant par l’arrêté du 24 juin 2008 modifié critères relatifs au sol et critères relatifs à la végétation.
Cette étude a abouti à une cartographie de synthèse qui partitionne la région en cinq classes selon
la probabilité de présence d’une zone humide et le caractère de la délimitation qui conduit à cette
analyse.
À l’échelle de la zone d’étude, des zones de classe 3 (zones pour lesquelles les
informations existantes laissent présager une forte probabilité de présence d’une zone
humide, qui reste à vérifier et dont les limites sont à préciser) sont présentes à une
distance comprise entre 400m et 600m des emprises ferroviaires.
Il s’agit notamment d’aménagements paysagers situés dans le parc de Marly et le château du Barry
comme le Bassin de l’Abreuvoir, le Bassin du Miroir et le Bassin dans le château du Barry.
La localisation de ces zones humides est précisée en bleu-vert sur la carte proposée en page
suivante.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 26 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
Figure 9 : Identification des enveloppes d’alerte potentiellement humides en région Ile-de-France
Bassin de l’Abreuvoir
Bassin du Miroir et
Bassin du Château de
Barry
Source : DRIEE Ile-de-France
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 27 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
Ces enveloppes d’alerte correspondent aux zones pour lesquelles les informations existantes laissent
présager une forte probabilité de présence d’une zone humide, qui reste à vérifier et dont les limites
sont à préciser.
Ces enveloppes se situent en dehors de la zone d’inventaire d’étude et ne seront donc pas impactées
par les travaux.
Cortège floristique
Enjeux
non
Faible
non
Faible
non
Faible
Zones urbaines
-
Cortège d’espèces peu diversifié
Espaces
pavillonnaires
Absence d’espèce patrimoniale
En application de la règlementation zone humides, l’approche par le critère de la végétation peut être
suffisante pour délimiter et caractériser les zones humides.
Ainsi, les inventaires floristiques et la caractérisation des habitats ont permis de mettre
en évidence l’absence d’espèces végétales indicatrices de zones humides au sein de la
zone d’inventaire et de l’emprise travaux.
Habitat d’intérêt
communautaire
Code Corine Biotopes
: 86.1
Présence d’espèces d’ornement et
potentiellement d’espèces exotiques
envahissantes
Code EUNIS : J1.1
SYNTHÈSE DES D’ENJEUX
4.2.3.
Zones urbaines
Sur la base de cette analyse le tableau de synthèse suivant peut être dressé.
–
Tableau 11 : Hiérarchisation des enjeux liés aux habitats sur le site
Cortège floristique
Habitat d’intérêt
communautaire
Petits jardins
ornementaux et
domestiques
Enjeux
Code Corine Biotopes
: 85.2
Zones urbaines
Cortège d’espèces peu diversifié
Emprises
ferroviaires
Absence d’espèce patrimoniale
non
Faible
Présence potentielle d’espèces
exotiques envahissantes
Zones urbaines
Cortège d’espèces peu diversifié
Boisements
rudéraux d’ormes et
de frênes
Absence d’espèce patrimoniale
Code Corine Biotopes
: 41.39
Présence d’une espèce exotique
envahissante (le Robinier fauxacacia)
Code EUNIS : G1.A29
-
Code Corine
biotopes : ND
Présence d’espèces d’ornement et
potentiellement d’espèces exotiques
envahissantes
Zones urbaines
Code EUNIS : J4.3
Réseaux routier
Absence d’espèce patrimoniale
Code EUNIS : I2.2
-
Code Corine Biotopes
: 86.43
Cortège d’espèces peu diversifié
Cortège d’espèces peu diversifié
Absence d’espèce patrimoniale
non
Faible
Code EUNIS : J4.2
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 28 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Cortège floristique
Habitats et flore
Habitat d’intérêt
communautaire
Enjeux
Zones urbaines
4.3.ÉVALUATION DES IMPACTS DU PROJET ET MESURES
ASSOCIÉES
4.3.1.
IMPACTS DU PROJET
Alignement d’arbres
Code Corine Biotopes
: 84.1
Cortège d’espèces peu diversifié
Absence d’espèce patrimoniale
non
Faible
Sur les habitats et la flore
Le secteur d’étude est apparu comme peu diversifié en termes d’habitats. La zone se compose
majoritairement d’espaces urbanisés qui laissent place à peu de naturalité et favorisent
l’introduction d’espèces indésirables voire invasives. Tous les habitats en présence sont d’origine
anthropique et représentent un enjeu floristique faible.
Code EUNIS : G5.1
Zones urbaines
Les travaux du renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi n’auront donc pas d’impact ni sur des
espèces végétales patrimoniale et/ou protégées, ni sur des habitats protégés et/ou patrimoniaux.
Prairies urbaines
Code Corine Biotopes
: 85.4
 Impacts en phase travaux :
Cortège d’espèces peu diversifié
Absence d’espèce patrimoniale
non
Faible
Code EUNIS : X22
Toutefois, un impact direct mais temporaire demeure sur plusieurs habitats non protégés et non
patrimoniaux au sein des emprises travaux, avec notamment un effet d’emprise2 sur les haies
arbustives et arborées (boisements rudéraux) au sein de l’emprise ferroviaire au niveau de la culée
C0, (cf. figure ci-dessous) et un effet d’emprise sur la prairie urbaine recensée au nord-est de
l’emprise (zone de dé-lançage et de découpage).
Figure 10 : Localisation des haies arbustives et arborées au sein de l’emprise ferroviaire et de
la prairie urbaine recensée au nord-est du viaduc
Source : Egis
Les habitats naturels identifiés au sein de la zone d’inventaire sont majoritairement
d’origine anthropique.
L’enjeu floristique qu’ils représentent est faible (les espèces recensées sont ni
protégées, ni déterminantes de ZNIEFF, et possèdent un statut de rareté compris entre
"extrêmement commun" et "assez commun").
Au regard du caractère urbain et anthropique des espaces recensés sur l’emprise, il
n’est pas nécessaire de réaliser des inventaires botaniques complémentaires.
Source : EGIS
Plusieurs habitats d’espèces sont concernés par le projet. Ils sont présentés dans le tableau ciaprès :
2
Effet d’emprise : piétinement/destruction lié à l'emprise ou au passage d'engins ou de personnes
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 29 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
Tableau 12 : Habitats naturels concernés par le projet
Habitats
Présence de l’espèce ou du groupe d’espèce
dans l’aire d’étude (recherches bibliographiques)
Espèces liées
Présence de l’espèce ou du groupe d’espèces au sein de la
zone d’inventaire écologique (prospections)
Chiroptères : présence non avérée mais identification de gîtes
potentiels et transit important dans la zone (écoutes).
Chiroptères : gîtes arboricoles
potentiels, habitat de chasse.
Alignements d’arbres
estivaux
Mammifères terrestres :
Hérisson d’Europe.
Oiseaux : habitat oiseaux.
présence
avérée
du
Mammifères terrestres : habitat Écureuil roux.
Oiseaux : présence de 13 espèces d’oiseaux protégées dans
la zone d’inventaire (Accenteur mouchet, Bruant des roseaux,
Fauvette à tête noire, Martinet noir, Mésange charbonnière,
Mésange bleue, Moineau domestique, Pic épeiche, Pic vert,
Pinson des arbres, Pouillot véloce, Rougegorge familier,
Troglodyte mignon).
Mammifères terrestres : absence de contact d’individus lors
des prospections.
Chiroptères : présence non avérée mais identification de gîtes
potentiels et transit important dans la zone (écoutes).
Chiroptères : présence non avérée.
Chiroptères : gîtes arboricoles
potentiels, habitat de chasse.
Boisements rudéraux
estivaux
Oiseaux : habitat oiseaux.
Reptiles
:
habitats
de
repos
(hivernage/estivage), lisière de thermorégulation.
Oiseaux : présence potentielle de cinq espèces
protégées et patrimoniales (Bergeronnette des
ruisseaux, Bondrée apivore, Milan noir, Chevêche
d'Athéna, Grive litorne).
Reptiles : aucune donnée sur la présence de
reptiles dans l’aire d’étude.
Petits jardins
Oiseaux : habitat oiseaux
Reptiles
:
habitats
de
repos
(hivernage/estivage), lisière de thermorégulation
Oiseaux : présence potentielle de cinq espèces
protégées et patrimoniales (Bergeronnette des
ruisseaux, Bondrée apivore, Milan noir, Chevêche
d'Athéna, Grive litorne).
Reptiles : aucune donnée sur la présence de
reptiles dans l’aire d’étude.
Chiroptères :
présence
non
identification de gîtes potentiels.
Chiroptères : habitat de chasse.
Oiseaux : habitat oiseaux.
Prairies urbaines
Reptiles
:
habitats
de
repos
(hivernage/estivage), lisière de thermorégulation.
Insectes : habitat (Conocéphale gracieux,
protégé au niveau régional).
Reptiles présence détectée du Lézard des murailles.
Chiroptères : présence non avérée mais identification de gîtes
potentiels et transit important dans la zone (écoutes).
Chiroptères : présence non avérée.
Chiroptères : habitat de chasse
Oiseaux : présence de 13 espèces d’oiseaux protégées dans
la zone d’inventaire (Accenteur mouchet, Bruant des roseaux,
Fauvette à tête noire, Martinet noir, Mésange charbonnière,
Mésange bleue, Moineau domestique, Pic épeiche, Pic vert,
Pinson des arbres, Pouillot véloce, Rougegorge familier,
Troglodyte mignon).
avérée
Oiseaux : présence de 13 espèces d’oiseaux protégées dans
la zone d’inventaire (Accenteur mouchet, Bruant des roseaux,
Fauvette à tête noire, Martinet noir, Mésange charbonnière,
Mésange bleue, Moineau domestique, Pic épeiche, Pic vert,
Pinson des arbres, Pouillot véloce, Rougegorge familier,
Troglodyte mignon).
Reptiles présence détectée du Lézard des murailles.
mais
Oiseaux : présence de 13 espèces d’oiseaux
protégées dans la zone d’inventaire (Accenteur
mouchet, Bruant des roseaux, Fauvette à tête noire,
Martinet noir, Mésange charbonnière, Mésange
bleue, Moineau domestique, Pic épeiche, Pic vert,
Pinson des arbres, Pouillot véloce, Rougegorge
familier, Troglodyte mignon).
Insectes : présence de sept espèces d’insectes dont
trois patrimoniales déterminantes de ZNIEFF
(Onthophagus
coenobita,
Phloiotrya
rufipes,
Tetratoma desmarestii).
Chiroptères : présence non avérée mais identification de gîtes
potentiels et transit important dans la zone (écoutes).
Oiseaux : présence de 13 espèces d’oiseaux protégées dans
la zone d’inventaire (Accenteur mouchet, Bruant des roseaux,
Fauvette à tête noire, Martinet noir, Mésange charbonnière,
Mésange bleue, Moineau domestique, Pic épeiche, Pic vert,
Pinson des arbres, Pouillot véloce, Rougegorge familier,
Troglodyte mignon).
Insectes : présence détectée du Conocéphale gracieux dans la
zone d’inventaire mais en dehors des zones concernées par
les emprises travaux.
Source : EGIS
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 30 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
 Les bases vie et les zones d’installations de chantier seront réduites au strict nécessaire ;
 Les zones sensibles à proximité immédiate des emprises travaux (habitats de Lézard des
murailles, Conocéphale gracieux) seront mises en défens3, balisées et signalées
physiquement par la mise en place de panneaux sur le chantier ;
L’effet d’emprise du projet en phase travaux sur les habitats naturels représente un effet
direct et temporaire du projet.
Pour autant, cet impact entraine une disparition d’habitats naturels sur le long terme qui
peut donc être évaluée comme permanente. L’impact est jugé faible du fait de l’absence
d’habitat patrimonial et/ protégé.
 Les accès et pistes de chantier : ils s’inscriront autant que possible au sein des emprises
ferroviaires existantes. Seuls des aménagements annexes permettant d’accéder à ses
emprises devront être réalisés hors des emprises ferroviaires.
 Les stocks provisoires de matériaux seront implantés en dehors des zones sensibles
(habitats potentiels du Lézard des murailles ou Conocéphale gracieux) ;
Sur les espèces exotiques envahissantes
Un risque de prolifération d’espèce envahissante peut être induit en phase travaux au cours du
débroussaillage des zones à Robinier faux-acacia localisées sur le talus ferroviaire au niveau de la
culée est (C0).
Le risque de prolifération d’espèces envahissantes représente un impact moyen du fait
de déboisement et mouvements de terre dans des zones infestées. Ces impacts sont
directs et temporaires.
 Limitation de l’envol des poussières
Pour éviter la formation de nuages de poussières et minimiser la dégradation des habitats ou des
stations d’espèces remarquables, il sera procédé à un arrosage régulier de la piste de chantier, dès
que nécessaire.
 Replantation d’essences locales
La replantation d’essences locales permettra de recréer une continuité dans la trame verte.
 Impacts en phase exploitation :
Les effets du projet sur les habitats résultent principalement des effets directs de fragmentation des
habitats. Dans le cas du présent projet de renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi cet effet sera
faible à nul dans la mesure où le futur ouvrage s’inscrira exactement dans les mêmes emprises que
l’ancien (conservation des appuis, seul le tablier est remplacé) et que toutes les emprises chantier
temporaires situées hors emprises ferroviaires seront restituées, certaines faisant l’objet d’un
traitement paysager.
La fragmentation des habitats par le projet représente un effet direct et permanent,
néanmoins le niveau d’impact est jugé faible à nul.
Dans les zones concernées par la présence d’espèces envahissantes comme le Robinier fauxacacia, la replantation d’un cortège d'arbustes d’essences locales tels que le Cornouiller sanguin
(Cornus sanguinea), le Troène commun (Ligustrum vulgare), l'Aubépine à un style (Crataegus
monogyna), le Fusain (Euonymus europaeus), l'Orme champêtre (Ulmus minor), le Frêne commun
(Fraxinus excelsior) ou encore le Viorne lantane (Viburnum lantana) est à prévoir.
Cette mesure de replantation (ratio 1/1) s’applique à la restauration des corridors écologiques, mais
aussi, aux habitats d’espèces (sites de nidification des oiseaux) et à la restauration des axes de vols
de chiroptères.
Concernant les milieux ouverts (prairie partiellement détruite), un ensemencement sera réalisé.
 Un suivi environnemental de chantier sera mis en place pour s’assurer de :
4.3.2.
 La matérialisation (balisage) et la mise en défens des éléments à enjeux écologiques
(espèces protégées, habitats d’espèces protégées, etc.) ;
MESURES ASSOCIÉES
 La validation des mesures mises en œuvre et la proposition des modifications en cours de
travaux qui pourraient s’avérer nécessaires ;
 Mesures en phase travaux :
Sur les habitats et la flore
Des précautions strictes seront prises pendant la phase travaux pour préserver les habitats et les
espèces végétales situés à proximité du projet et limiter l’impact sur ceux-ci :
3

Mise en défens : interdiction faite de procéder à des aménagements (déboisements, terrassements, etc.) sur
une zone donnée
Limitation et respect des emprises travaux
Lors de la phase de construction du projet, la limitation des emprises relatives aux installations,
ouvrages et équipements nécessaires à la réalisation du projet s’organisera de la manière suivante :
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 31 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Habitats et flore
 La vérification du respect, par l’entrepreneur et ses sous-traitants éventuels, des exigences
techniques des marchés de travaux, en particulier du point de vue environnemental sur la
thématique milieu naturel ;
4.4.CONCLUSION
 L’organisation de visites régulières de contrôle de chantier pour vérifier les mises en défens
et s’assurer du respect de l’emprise travaux ;
Les habitats remarquables et les espèces floristiques patrimoniales de l’aire d’étude,
sont principalement associés à des faciès humides. Aussi, en l’absence de secteurs
hygrophiles dans la zone d’inventaire, aucune espèce protégée ni patrimoniale n’a été
identifiée. Par conséquent, aucun impact n’est attendu sur des espèces patrimoniales
ou protégées ou sur des habitats protégés ou patrimoniaux dans l’aire d’étude.
 La participation à certaines réunions de chantier pour un suivi à pied d’œuvre du bon
déroulement des travaux et le cas échéant de pouvoir réagir en cas d’imprévu.
Ainsi, aucune demande de dérogation relative à la destruction d’habitat et/ou d’espèce
végétale ne sera nécessaire.
 La formation et la sensibilisation du personnel responsable du chantier aux précautions à
prendre et au respect des procédures environnementales ;
Les aménagements paysagers prévus dans le cadre du projet seront mis cohérence avec les
mesures de replantation d’essences locales, favorables aux habitats naturels, corridors de
déplacement, biodiversité etc. Ils seraient, en outre, susceptibles d’apporter un effet positif sur les
continuités écologiques.
Grâce à la mise en place de mesures permettant d’éviter la destruction d’individus et de
remettre en état les habitats à l’issue du chantier, l’impact cessera avec l’arrêt des
travaux. L’impact résiduel sera faible à nul.
Propagation des espèces exotiques envahissantes
Les terres contenant des plantes exotiques envahissantes ne seront en aucun cas utilisées ou
réutilisées lors des remblais.
Concernant le Robinier faux-acacia, pour les zones infestées, une coupe de l’arbre suivie d’un
dessouchage sera nécessaire à l’intérieur des emprises ferroviaires, ainsi que l’arrachage
systématique des rejets.
Afin d’éviter toute dissémination des graines, ces opérations seront réalisées durant la floraison,
avant la fructification. Ensuite, les déchets seront éliminés.
L’impact résiduel lié aux mesures permettant d’éviter la propagation des espèces
envahissantes sera nul.
 Mesures en phase exploitation :
Le faible niveau d’impact du projet attendu en phase exploitation n’appelle aucune mesure
particulière à mettre en place.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 32 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Connexions écologiques
5. CONNEXIONS ÉCOLOGIQUES
Les trames verte et bleue (TVB*) ont pour objectif la préservation et la remise en bon état des
continuités écologiques afin d’enrayer la perte de biodiversité. Elles visent notamment à
conserver et à améliorer la qualité écologique des milieux et sa fonctionnalité et à garantir la
libre circulation des espèces (faune et flore sauvages).
La loi n° 2009-967 du 03 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle
de l'environnement fixe dans son article 23 l’objectif de constituer d'ici à 2012, une trame verte
et bleue, outil d'aménagement du territoire qui permettra de créer ou maintenir des continuités
territoriales.
La loi Grenelle 2, portant engagement national pour l’environnement, adoptée le 12 juillet 2010,
précise les modalités de mise en œuvre des trames verte et bleue.
La loi prévoit la réalisation d’un schéma régional de cohérence écologique qui devra être pris
en compte dans les documents d’urbanisme.
La mise en place des trames verte et bleue s’accompagne de méthodologies, dont l’objectif
premier est l’identification des continuités écologiques et des réservoirs de biodiversité sur
l’ensemble du territoire national.
Pour la région Ile-de-France, la trame verte et bleue a fait l’objet d’une analyse et d’une définition
dans le cadre de l’élaboration du Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE) d’Ile-deFrance. Ce document a été adopté le 21 octobre 2013.
Le SRCE d’Ile-de-France n’identifie aucun corridor écologique susceptible de traverser
l’aire d’étude.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 33 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Connexions écologiques
Figure 11 : SRCE à l’échelle du projet
Source : SRCE d’Ile-de-France)
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 34 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Mammifères (hors chiroptères)
6. MAMMIFÈRES (HORS CHIROPTÈRES)
Ainsi, l’ensemble des espèces de mammifères terrestres recensées dans la bibliographie, au sein
des mailles englobant le site d’étude, n’ont pas été contactées lors de l’inventaire. Ceci dénote du
caractère peu attractif de l’aire d’étude pour ces espèces. Ce caractère peu attractif est notamment
lié :
6.1.RÉSULTATS
 aux activités humaines présentant un dérangement (circulation routière) et une diminution des
surfaces favorables (dégradation des zones d’alimentation, fragmentation des corridors boisés,
augmentation des surfaces artificialisées) ;
6.1.1.
 à la superficie importante de zone refuge à proximité (boisements, haies, friches,
amoncellements de matériaux…)
ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE
Les recherches bibliographiques ont permis de mettre en évidence la présence de quatre espèces
de mammifères à statut règlementaire recensées dans le secteur élargi, soit dans un rayon d’environ
300 mètres autour du projet.
 à la biologie et l’écologie des espèces (comportement farouche et/ou nocturne, domaine vital
large, habitats favorables non présents).
Il s’agit de :
Figure 12 : Secteur potentiel pour le Hérisson d’Europe localisé aux abords de la gare de
Marly-le-Roi.
 la Musaraigne aquatique (Neomys fodiens) (Liste rouge mondiale de l'UICN, Convention
relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe (Convention de
Berne) : Annexe III, Liste des mammifères terrestres protégés sur l'ensemble du territoire
français et les modalités de leur protection : Article 2) ;
 la Fouine (Martes fouina) (Liste rouge mondiale de l'UICN (évaluation 2008), Convention
relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe (Convention de
Berne) : Annexe III, Liste des espèces de gibier dont la chasse est autorisée : Premier) ;
 le Hérisson d’Europe (Erinaceus europaeus) (Liste rouge mondiale de l'UICN, Convention
relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel de l'Europe (Convention de
Berne) : Annexe II, Liste des mammifères terrestres protégés sur l'ensemble du territoire
français et les modalités de leur protection : Article 2) ;
 l’Écureuil roux (Sciurus vulgaris) (Liste rouge mondiale de l'UICN (évaluation 2008) : LC (listé
Sciurus vulgaris), Convention relative à la conservation de la vie sauvage et du milieu naturel
de l'Europe (Convention de Berne) : Annexe III, Liste des mammifères terrestres protégés sur
l'ensemble du territoire français et les modalités de leur protection : Article 2).
Parmi les espèces à statut règlementaire, la Musaraigne aquatique (Neomys fodiens), peut être
écartée de ce diagnostic. En effet, l’espèce a été observée au sein de la ZNIEFF « Forêt de Marly »
mais aucun habitat favorable à l’espèce, ni connexion écologique n’est représenté au sein de l’aire
d’étude.
Le Hérisson d’Europe, la Fouine et l’Écureuil roux, espèces protégées, n’ont pas été
observées au cours des investigations de 2015. Toutefois, elles fréquentent
potentiellement l’aire d’étude.
Toutefois, malgré leur statut règlementaire, ces espèces ne sont pas menacées au
niveau national ou régional, elles ne présentent qu’un enjeu faible sur l’aire d’étude.
6.1.2.
RÉSULTATS DES PROSPECTIONS
Les investigations de 2015 ont mis en évidence l’absence de mammifère, hors chiroptères, au sein
de la zone d’inventaire.
Source : © Egis / Ludwick SIMON, 2015
6.1.3.
SYNTHÈSE DES ENJEUX
Malgré l’absence de contact sur la zone d’inventaire, après analyse du terrain, les secteurs d’intérêts
pour ce groupe sont les talus herbeux qui longent les voies ferrées en pieds des boisements
rudéraux (cf. Figure 5 : Carte de l’occupation du sol et des habitats naturels inventoriés), et
comportant une strate arbustive qui peut être exploitée par certain mammifère comme corridors
écologiques.
De plus, malgré l’absence de contact visuel du Hérisson d’Europe (espèce protégée), les enjeux
concernant cette espèce se localisent sous le viaduc au niveau des abords des pieds de l’ouvrage,
où les habitats en présence (bosquets, jardins communaux, murets, lierres) peuvent potentiellement
abriter l’espèce.
Pour l’Écureuil roux, potentiel dans le secteur, aucun habitat favorable à l’espèce n’a été observé au
cours des investigations de 2015 au sein de la zone d’inventaire.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 35 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Mammifères (hors chiroptères)
Ainsi, les inventaires relatifs aux mammifères terrestres (hors chiroptères) ont permis
de mettre en évidence l’absence d’espèces protégées au sein de la zone d’inventaire et
de l’emprise travaux. L’enjeu relatif aux mammifères (hors chiroptères) au sein de l’aire
d’inventaire est nul.
Bien que le secteur soit favorable au Hérisson d’Europe, en l’absence de contact
d’individu et d’indice de présence au sein de l’aire d’inventaire, l’enjeu lié à la
destruction de ses habitats est évalué comme faible à nul.
6.2.ÉVALUATION DES IMPACTS DU PROJET ET MESURES
ASSOCIÉES
6.2.1.

IMPACTS DU PROJET
 Impacts en phase exploitation
Perméabilité du projet pour la faune
Le viaduc est le type d’ouvrage le plus respectueux et le plus favorable, en phase exploitation, pour
l’environnement. Le projet de renouvellement du viaduc limite ainsi les effets d’emprises, de
fragmentation et permet de préserver les continuités écologiques de part et d’autre de la voie ferrée.
Le nouvel ouvrage continuera de participer à la transparence écologique de la voie ferrée.
L’impact du projet est donc nul.
Risque de collision
En phase exploitation, la situation vis-à-vis du risque de collision est inchangée par rapport à la
situation actuelle (pas d’augmentation du nombre de circulations attendue). Le nouveau viaduc
n’entraîne pas de risque supplémentaire par rapport au viaduc actuel.
Impacts en phase travaux
Les facteurs d’impacts pour le Hérisson sont exclusivement localisés au droit des habitats qui lui sont
favorables (les enjeux concernant cette espèce se localisent sous le viaduc au niveau des abords
des pieds de l’ouvrage, où les habitats en présence sont de type : bosquets, jardins communaux,
murets, lierres).
L’impact du projet reste inchangé par rapport à la situation actuelle et est jugé nul.
6.2.2.
Le projet est susceptible de provoquer :
 Des effets d’emprises directs et temporaires sur plusieurs habitats au sein de l’emprise.
Avec notamment la destruction des haies arbustives et arborées au sein de l’emprise
ferroviaire (au niveau des culées et identifiées en tant que boisements rudéraux sur la carte
des habitats naturels) ;
 Des effets d’emprise sur la prairie urbaine recensée au nord-est de l’emprise (zone de délançage et de découpage) ;
 La disparition d’habitats de vie et de gîtes : perte d’une partie de l’habitat due au
déboisement ou aux emprises travaux ;
 La disparition d’individus : au regard des surfaces d’habitats potentiels impactés et de la
biologie des espèces, cet impact reste localisé aux abords des piles du viaduc et ciblé sur le
Hérisson d’Europe ;
 Un effet de dérangement en phase travaux.
MESURES ASSOCIÉES
 Mesures en phase travaux
La mesure de replantation des haies aux abords des voies ferrées (énoncée au chapitre 4.3.2)
permettra de restaurer les continuités écologiques et de restituer les habitats favorables aux
mammifères.
Concernant les milieux ouverts, l’ensemencement effectué permettra ainsi d’offrir un couvert herbacé
suffisant pour recréer un habitat de chasse au Hérisson potentiel dans le secteur.
L’impact résiduel du projet sur les mammifères terrestres est jugé nul, une fois ces
mesures mises en œuvre par SNCF Réseau.
 Mesures en phase exploitation :
L’effet d’emprise sur les habitats favorables au Hérisson d’Europe ainsi que le
dérangement des individus en phase travaux représentent des impacts directs et
temporaires du projet.
Le faible niveau d’impact du projet attendu en phase exploitation n’appelle aucune mesure
particulière à mettre en place.
Pour autant, ces impacts entrainent une disparition d’espèces sur le long terme qui peut
donc être évaluée comme permanente. Le niveau d’impact est jugé faible à nul du fait de
l’absence d’espèce patrimoniale ou protégée identifiée dans les zones concernées par
les travaux et de la capacité de l’espèce à se reporter sur des boisements avoisinants.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 36 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Mammifères (hors chiroptères)
6.3.CONCLUSION
Au vu des données bibliographiques, des résultats des prospections et des habitats
présents, le cortège mammalogique inventorié a un intérêt limité en termes spécifiques
et en termes d’enjeux sur le site.
Les potentialités vis-à-vis d’espèces patrimoniales telles que le Hérisson d’Europe
notamment sont également assez limitées du fait de la présence relativement faible
d’habitats réellement favorables.
En l’état actuel des prospections, une demande de dérogation pour la destruction
d’espèce protégée n’est pas nécessaire.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 37 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Chiroptères (Chauves-souris)
7. CHIROPTÈRES (CHAUVES-SOURIS)
Les enregistrements effectués sur l’aire d’inventaire (secteurs piles C5 et P3 comme figuré en Figure
26 : Synthèse des inventaires écologiques ), révèlent un site d’intérêt chiroptérologique faible.
Trois espèces ont pu être contactées durant les investigations. Elles sont présentées dans le tableau
suivant.
7.1.RÉSULTATS
7.1.1.
Tableau 13 : Liste des chiroptères recensés dans la zone d’inventaire
ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE
Nom
vernaculaire
Nom
scientifique
Pipistrelle
commune
Pipistrellus
pipistrellus
LRN
PN
DH
Activité
observée
Les recherches bibliographiques ne recensent pas la présence de chauves-souris au sein de la zone
d’étude.
7.1.2.
RÉSULTATS DES PROSPECTIONS ÉCOLOGIQUES
Au cours des prospections diurnes, aucune fissure n’a été localisée sous le viaduc (tablier et
pylônes). Seuls quelques stigmates, orifices d’évacuation des eaux pluviales, ont pu être observés.
Compte tenu, du caractère humide des conduites, ces orifices ne sont pas favorables aux
chiroptères. Même si les investigations n’ont pas permis d’avérer leur utilisation par les chiroptères,
en période sèche estivale, ils peuvent potentiellement accueillir en transit des individus. Mais l’enjeu
reste très faible à ce niveau du viaduc.
Pipistrelle de
Nathusius
(Pipistrellus
nathusii)
LC
LC
Art. 2
Art. 2
Annexe
IV
Annexe
IV
Chasse /
Transit
Chasse/T
ransit
Lieux
d’observation
Haie, lisière,
éclaircie
forestière
Haie, éclaircie
forestière
Estival (au niveau
des orifices du
viaduc et habitats
arborés).
Estival (au niveau
des orifices du
viaduc et habitat
arboré)
Permanent (au
niveau des
habitats arborés)
Pour le reste de l’aire d’étude, des loges et fissures arboricoles ont été observés à proximité de la
voie ferrée et dans les alignements de platanes sous le viaduc. Ces habitats représentent donc des
habitats potentiels pouvant être exploités comme gîtes de transit estivaux, d’hivernage et de
parturition (mise bas).
Figure 13 : Voûte du viaduc comportant un gîte de transit potentiel et des gîtes arboricoles
potentiels à proximité de la voie ferrée
Présence
possible de gîte
non avéré au
cours des
prospections
Noctule
commune
(Nyctalus
noctula)
LC
Art. 2
Annexe
IV
Transit
Haie
Permanent (au
niveau des
habitats arborés
de circonférence
importante)
Source : EGIS
Avec :
 (PN) Protection nationale
Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres
protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection ;
 (LRN) Liste rouge
Liste rouge nationale selon : http://www.iucnredlist.org/;
 (DH) Directive Habitats Directive européenne du 21 mai 1992 concerne la préservation des
habitats naturels de la faune et de la flore sauvage ;
 An. IV Espèces animales et végétales d'intérêt communautaire qui nécessitent une protection
stricte ;
 LC : Préoccupation mineure (taxons largement répandus et abondants).
Source : EGIS
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 38 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Chiroptères (Chauves-souris)
La Pipistrelle commune est une espèce anthropique très fréquente dans les secteurs urbanisés
alternant bâtis et espaces végétalisés. Les potentialités de présence des espèces plus remarquables
sont identifiées au niveau de strates arborées, où des potentialités de gîtes de reproduction et/ou
d’hivernage peuvent être localisées, sous le viaduc (alignements de platanes) et à l’est de l’entrée du
viaduc.
7.1.3.
SYNTHÈSE DES ENJEUX
Le tableau suivant récapitule les niveaux d’enjeux évalués pour chaque espèce protégée avérée sur
la zone d’inventaire.
La présence dans le secteur de la Pipistrelle de Nathusius comme la Noctule commune, renforce le
besoin d’éviter la destruction des platanes alignés sous le viaduc. Concernant cette dernière, la
Noctule commune est exclusivement arboricole. Les colonies occupent les gîtes arboricoles de type
trous de pic, fentes, fissures, ou autres arbres creux dont la circonférence du tronc est relativement
grande.
Tableau 14 : Hiérarchisation des enjeux chiroptérologiques du site
Statut de protection
Les données et nombreux contacts de Pipistrelle commune recueillis sous le premier pied du viaduc,
peuvent nous informer de la présence d’une voie de déplacement des chauves-souris, utilisant pour
se déplacer et chasser, la strate arbustive qui borde le talus du viaduc.
Espèce déterminante de
ZNIEFF en IDF
Enjeux
Oui
Noctule commune
Les structures linéaires décrites au sein de la zone d’inventaire (haies bordant la voie ferrée,
alignements de platanes le long de l’avenue de l’Abreuvoir) constituent des corridors écologiques
privilégiés par les chiroptères lors de leur déplacement et des zones de chasse potentielles pour
certaines espèces. De plus, en l’état actuel des prospections, leur utilisation comme gîtes (hivernage
et estivage) par les chiroptères reste fortement probable.
PN (art.2) - DH (Annexe IV)
Espèce en régression,
déterminante par la présence de
sites de reproduction ou
d’hivernage.
Fort
Oui
Pipistrelle de
Nathusius
PN (art.2) - DH (Annexe IV)
Pipistrelle commune
PN (art.2) - DH (Annexe IV)
En ce sens, dans le cas où la coupe d’un platane est envisagée, des mesures particulières sont à
appliquer sur un abattage spécifique (cf. 6.2.2 - Mesures en phases travaux) réduisant le
traumatisme des individus potentiellement présents au sein des arbres. Cette mesure devra aussi
être encadrée par un écologue-expert de ce type de suivi.
Figure 14 : Alignement de platanes le long de l’avenue de l’Abreuvoir
Espèce migratrice en
régression, déterminante par la
présence de site de
reproduction ou d’hivernage.
Non
Commune
Fort
Moyen
Source : EGIS
Avec :
 (PN) Protection Nationale : Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres
protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection. Version consolidée au
17 août 2015.

(DH) Directive Habitats Directive européenne du 21 mai 1992 concerne la préservation des
habitats naturels de la faune et de la flore sauvage.
Au vu des données des résultats des prospections chiroptérologiques et des habitats
présents, l’enjeu relatif à ce groupe est de moyen à fort.
En effet, les trois espèces de chauves-souris recensées dans la zone d’inventaire sont
protégées au niveau national et protégées à l’échelle européenne (Annexe IV de la
Directive Habitats).
Source : EGIS
De plus concernant la Noctule commune et la Pipistrelle de Nathusius il s’agit d’espèces
déterminantes de ZNIEFF (sous conditions) en Ile-de-France et sont considérées en
régression en Ile-de-France, par conséquent leur niveau d’enjeu est fort. Tandis que
pour la Pipistrelle commune, par son inscription à l’annexe IV de la Directive HabitatsFaune-Flore, elle pourrait représenter un enjeu fort, celle-ci est néanmoins, une espèce
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 39 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Chiroptères (Chauves-souris)
commune particulièrement ubiquiste et anthropophile. L’enjeu écologique de la
Pipistrelle commune a donc été « déclassé » à moyen.
7.2.ÉVALUATION DES IMPACTS ET MESURES
7.2.1.
de terrain, un transit important a été décelé dans la zone et certains arbres qui doivent
être abattus peuvent potentiellement abriter des chauves-souris.
 Impacts en phase exploitation
En phase exploitation, la situation vis-à-vis du risque de collision est inchangée par rapport à la
situation actuelle. Le nouveau viaduc n’entraîne pas de risque supplémentaire par rapport au viaduc
actuel.
IMPACTS TEMPORAIRES ET PERMANENTS
 Impacts en phase travaux
L’impact du projet reste inchangé par rapport à la situation actuelle et est jugé nul.
Les aménagements prévus dans le cadre du projet vont entrainer l’abattage d’arbres gites
potentiels.
Ces destructions concernent aussi les haies arbustives et arborées au sein de l’emprise ferroviaire
(à proximité des culées) ainsi que les arbres situés au niveau des piles du viaduc et qui constituent
des corridors de transit des chiroptères.
Ainsi, malgré l’absence de contact d’individus lors des prospections écologiques, les travaux
suivants :
 travaux préparatoires entraînant la destruction des haies arbustives et arborées au sein de
l’emprise ferroviaire ainsi que l’abattage de platanes avenue de l’Abreuvoir ;
7.2.2.
MESURES ASSOCIÉES
 Mesures en phase travaux
Les mesures d’évitement d’impact suivantes seront mises en place préalablement au démarrage des
travaux au cours des mois de septembre / octobre (période à laquelle les chiroptères sont le moins
sensibles entre la sortie de l’élevage des jeunes et l’entrée en hibernation) et dans le cas où des
platanes de l’avenue de l’Abreuvoir seraient amenés à être coupés pour le bon déroulement des
travaux :
 Visite d’un écologue pour vérifier l’absence d’individus en gîte ;
 les travaux effectués au niveau des appuis du viaduc ;
 Déplacement d’individus si nécessaire dans les endroits accessibles ;
 certains terrassements ;
 Obturation étanche de l’ensemble des pénétrations au niveau des cavités identifiées sur les
arbres qui doivent être abattus ;
Sont susceptibles d’engendrer :
 Des abattages d’arbres constituant de potentiels gîtes estivaux
 La disparition d’individus : bien qu’aucun individu n’ait été contacté lors des investigations, une
présence potentielle est envisageable au sein de certains arbres proches du viaduc ;

La disparition de haies et de prairies urbaines qui constituent des habitats de chasse
potentiels ;

La perturbation d’axes de vol ;
 Mise en place d’un dispositif permettant aux chiroptères de sortir mais pas de rentrer dans les
arbres, appelé tube d’exclusion (cf. schéma ci-après).
Figure 15 : Exemples de tube d’exclusion
 La fragmentation des habitats et des populations ;
 Un dérangement en phase travaux (localisé au niveau des platanes âgés à cavités en bord de
route sous le viaduc).
L’effet d’emprise sur des gîtes potentiels ainsi que le dérangement des individus en
phase travaux représentent des impacts directs et temporaires du projet.
Pour autant, ces impacts peuvent entrainer une disparition d’espèces sur le long terme
qui peut donc être évaluée comme permanente. Le niveau d’impact est jugé modéré à
faible car bien qu’aucune espèce n’ait été contactée lors des investigations écologiques
EGIS
Octobre 2015
Source Bat Conservation International
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 40 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Chiroptères (Chauves-souris)
Aussi, dans le cadre des abattages d’arbres, il est recommandé de préférer, dans la mesure du
possible en fonction du calendrier de chantier, une période où ceux-ci ne sont pas occupés et
notamment d’éviter la période d’hibernation soit d’octobre à février.
Figure 17 : Illustration de l'orientation de la lumière
À cet égard un protocole d’abattage strict devra être respecté notamment dans le cas où des
platanes de l’avenue de l’Abreuvoir seraient abattus :
 Étape 1 : auscultation préalable de l’arbre par un écologue expérimenté pour évaluer le niveau
d’enjeu avant le découpage ;
 Étape 2 : découpage de l’arbre : l’arbre sera découpé en tronçon (depuis le haut) pour que
l’arbre ne s’étale pas au sol et ne détruise pas les animaux susceptibles de nicher. Il y aura lieu
de ne pas sectionner les cavités présentes. Les tronçons seront systématiquement effectués
au moins un mètre au-dessus des cavités ;
En complément des mesures d’évitement, afin de réduire l’impact lié à la destruction de gîtes
arboricoles potentiels présents aux abords de l’ouvrage, des gîtes artificiels pour les chauves-souris
pourront être créés afin de compenser la perte de ceux détruits lors des aménagements réalisés.
Ces gîtes artificiels seraient placés sur de vieux arbres en limite des emprises du chantier.
Figure 16 : Gîtes artificiels
En bleu : bouclier - adapté par Egis Environnement d’après source ; http://www.obs-hp.fr
Ainsi, les mesures mises en place afin d’éviter les impacts sur les individus
potentiellement présents (protocole d’abattage spécifique des arbres), complétées par
des mesures permettant de reconstituer voire d’augmenter les possibilités de gîtes ainsi
que les habitats de chasse entraineront une diminution de l’impact résiduel à un niveau
faible voire nul.
 Mesures en phase exploitation
Le faible niveau d’impact du projet attendu en phase exploitation n’appelle aucune mesure
particulière à mettre en place.
7.3.CONCLUSION
Au vu des données bibliographiques, des inspections de gîtes potentiels, des habitats
de chasse présents et des résultats des relevés ultrasonores, on peut considérer que le
site d’étude joue un rôle faible en matière de gîte mais fort quant au transit d’espèces.
Source : alanaecology.com
Concernant les habitats de chasse altérés, (milieux ouverts), l’ensemencement effectué permettra
d’offrir un couvert herbacé suffisant pour recréer un habitat favorable à l’entomofaune dont se
nourrissent les chauves-souris du secteur.
En effet, les écoutes nocturnes ont permis de mettre en évidence la présence de trois
espèces et l’utilisation de certaines haies en tant que corridor écologique. Néanmoins,
aucun individu en gîte n’a été identifié lors des investigations de terrain, aux abords du
viaduc.
En complément, l’éclairage du chantier la nuit devra être limité au strict nécessaire et orienté sur le
chantier lui-même et non pas vers les structures linéaires utilisables par les chiroptères pour le
déplacement ou la chasse (haies et lisières). Cette mesure sera mise en place en cohérence avec
les impératifs de sécurité liés au chantier.
L’impact du projet sur les espèces est donc jugé faible à modéré. Il ne concerne que la
phase travaux.
En l’état actuel des prospections, compte tenu des nombreux gîtes potentiels
disponibles au sein des platanes matures du secteur d’étude, et dans l’application des
mesures d’évitement proposées (protocole d’abattage notamment), ne remettant pas en
cause le bon accomplissement des cycles biologiques des espèces inventoriées, la
demande de dérogation pour la destruction d’espèce protégée et d’habitat d’espèce
protégée n’est pas nécessaire.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 41 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Amphibiens
8. AMPHIBIENS
8.1.RÉSULTATS
8.1.1.
ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE
Les recherches bibliographiques ne recensent pas la présence d’amphibiens dans l’aire d’étude du
projet.
8.1.2.
RÉSULTATS DES PROSPECTIONS ÉCOLOGIQUES
Les prospections réalisées en 2015 ont mis en évidence l’absence d’amphibien au sein de l’aire
d’étude.
Ceci dénote du caractère peu attractif de l’aire d’étude pour ces espèces. En effet, leur absence est
liée essentiellement au manque d’habitat favorable aux espèces de ce groupe (zone humide), ainsi
qu’aux activités humaines présentant un dérangement (circulation routière) et une diminution des
surfaces favorables (dégradation des zones d’alimentation, fragmentation des corridors boisés,
augmentation des surfaces artificialisées).
8.1.3.
SYNTHÈSE DES ENJEUX
En l’absence de présence d’individus et d’habitat d’espèce protégée et/ou patrimoniale au sein de
l’aire d’étude, le groupe des amphibiens ne comporte aucun enjeu.
8.2.ÉVALUATION DES IMPACTS ET MESURES
Aucun n’impact n’est attendu du fait de l’absence d’espèce et/ou d’habitat d’espèce protégée et/ou
patrimoniale dans l’aire d’étude.
8.3.CONCLUSION
En l’absence de présence d’individus et d’habitat d’espèce protégée et/ou patrimoniale
au sein de l’aire d’étude, le projet sera sans impact sur ce groupe.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 42 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Reptiles
9. REPTILES
Tableau 15 : Liste des espèces de reptiles recensées sur le site
Nom
vernaculaire
Nom
scientifique
LRN
PN
DH
Activité
observée
Habitat(s)
d’observation
Présence
d’habitat de
reproduction
Lézard des
murailles
Podarcis
muralis
LC
Art. 2
An. IV
Thermorégulation
Lisière, éclaircie
forestière,
chemin
oui
9.1.RÉSULTATS
9.1.1.
ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE
Source : EGIS
Les recherches bibliographiques ne mentionnent aucune donnée de présence de reptiles dans le
secteur élargi autour du projet.
Avec :
 (PN) Protection Nationale :
Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et
des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection ;
9.1.2.
BILAN DES PROSPECTIONS
Figure 18 : Zone de refuge et de
thermorégulation pour l’herpétofaune

Figure 19 : Lisière et talus thermophile
favorable à l’herpétofaune
(DH) Directive Habitats Directive européenne du 21 mai 1992 concerne la préservation des
habitats naturels de la faune et de la flore sauvage ;
 LC : Préoccupation mineure (Taxons largement répandus ou abondants) ;
 (LRN) Liste rouge
Liste rouge nationale selon : http://www.iucnredlist.org/.
Le Lézard des murailles figure à l’article 2 de l’arrêté du 19 novembre 2007 fixant la liste des
amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du territoire national et les modalités de leur
protection (l’espèce en elle-même et ses habitats sont protégés notamment contre la
dégradation/mutilation et la destruction).
Les différents habitats thermophiles et structures végétales hétérogènes comme les zones de friche,
les abords de voies de chemin de fer, les zones de gravats, les vieux murs et les talus thermophiles
des bords de voies ont été spécifiquement prospectés.
En l’état actuel des prospections, seul le Lézard des murailles a été identifié à vue majoritairement
en thermorégulation en bordure de la gare, lisières de voie ferrée au sein des zones en friche et de
la clôture (grillage et muret) (Figure 26 : Synthèse des inventaires écologiques).
Des individus ont été observés également sur le talus en bord de voie à l’est de l’aire d’étude. Aussi,
le viaduc (tablier) peut potentiellement accueillir des individus (en chasse, et ou thermorégulation).
Source : © Egis / Ludwick SIMON, 2015
Source : © Egis / Ludwick SIMON, 2015
Une espèce de reptile a été contactée lors des inventaires en 2015 :
Le Lézard des murailles est une espèce thermophile. Il recherche la chaleur et aime s’exposer au
soleil. Sur le site, on le trouve principalement dans des milieux qui accumulent la chaleur et sont bien
exposés et dégagés comme les ballasts de voies ferrées dans les secteurs moins fréquentés et au
sein des zones de friches et dépôts de matériels à proximité de la gare.
D’une manière générale, les voies ferrées sont fréquentées par de nombreuses espèces de reptiles.
Le Lézard des murailles étant le plus représenté (GRAITSON, 2006). Les reptiles y trouvent un
biotope de substitution favorable comprenant de nombreux micro-habitats propices à la
thermorégulation et à la chasse : murs de soutènement, talus, traverses, ballast, dalles en béton
couvrant les caniveaux etc…
Toutefois l’ensemble de leur cycle biologique n’y est pas entièrement réalisé. L’herpétofaune les
exploite en complément d’autres habitats se trouvant à proximité. Les zones boisées et les secteurs
en friches sont nécessaires au groupe dans leur recherche de site de reproduction et de repos
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 43 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Reptiles
(hivernage/estivage). Le maintien de ces habitats peut être consolidé par la préservation ou la
restauration des murets en pierre sèches, ou des hibernacula.
Les voies de chemin de fer, utilisées comme habitat, sont également exploitées comme corridor
écologique et servent aux espèces pour coloniser d’autres sites.
9.1.3.
SYNTHÈSE DES ENJEUX
IMPACTS DU PROJET
En ce qui concerne les reptiles, le projet entrainera un risque de destruction d’individus de Lézard
des murailles. Le Lézard des murailles est une espèce protégée mais la diminution d’habitat dans le
cadre du projet n’est pas susceptible d’impacter l’état de conservation de la population.
Tableau 16 : Hiérarchisation des enjeux liés aux reptiles sur le site
Lézard des
murailles
9.2.1.
 Impacts en phase travaux
Le tableau suivant récapitule le niveau d’enjeu évalué :
Statut de
protection
9.2.ÉVALUATION DES IMPACTS ET MESURES
Reproduction
Statut local
(département) - Rareté
Enjeux
Certaine
Commune
Faible
PN (art.2)
DH (Annexe IV)
La destruction des haies arbustives au sein de l’emprise ferroviaire (Figure 10 : Localisation des
haies arbustives et arborées au sein de l’emprise ferroviaire et de la prairie urbaine recensée au
nord-est du viaduc et Figure 5 : Carte de l’occupation du sol et des habitats naturels inventoriés)
pendant la phase d’aménagement du chantier, les travaux effectués au niveau des appuis du viaduc,
certains terrassements réduisant pour partie un habitat prairial ainsi que les aménagements de la
base vie et de l’aire de préfabrication du nouveau tablier, sont susceptibles d’affecter le Lézard des
murailles par :
 La destruction d’habitats ;
 Un risque de disparition d’individus lors des travaux (liée aux mouvements d’engins, à la
création de tranchées, etc…).
Source : EGIS
Avec :
 (PN) Protection nationale
Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et
des reptiles protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection

(DH) Directive Habitats
Directive européenne du 21 mai 1992 concerne la préservation
des habitats naturels de la faune et de la flore sauvage.
L’effet d’emprise en phase travaux représente un impact direct et temporaire du projet.
Pour autant, cet impact entraine une disparition d’espèces sur le long terme qui peut
donc être évaluée comme permanente. Le niveau d’impact est jugé faible car bien qu’il
s’agisse d’une espèce protégée, le projet n’est pas en mesure de remettre en question la
conservation de cette espèce, très commune en Ile-de-France.
 Impacts en phase exploitation
Perméabilité du projet pour la faune
Au vu des données des résultats des prospections herpétologique et des habitats
présents, l’enjeu relatif à ce groupe est jugé comme faible au sein de l’aire d’inventaire.
En effet, concernant les reptiles, seul le Lézard des murailles est présent sur l’aire
d’inventaire. Même si par son inscription à l’annexe IV de la Directive Habitats-FauneFlore, cette espèce protégée également au niveau national pourrait représenter un enjeu
fort, celle-ci est néanmoins, une espèce très commune, bien représentée sur l’aire
d’inventaire, particulièrement ubiquiste et anthropophile.
L’enjeu écologique du Lézard des murailles a donc été jugé comme faible dans le cadre
de cette étude.
Le viaduc est le type d’ouvrage le plus respectueux et le plus favorable, en phase exploitation, pour
l’environnement. Le projet de renouvellement du viaduc limite ainsi les effets d’emprises, de
fragmentation et permet de préserver les continuités écologiques de part et d’autre de la voie ferrée.
Le nouvel ouvrage continuera de participer à la transparence écologique de la voie ferrée.
L’impact du projet est donc nul
Risque de collision
En phase exploitation, la situation vis-à-vis du risque de collision est inchangée par rapport à la
situation actuelle. Le nouveau viaduc n’entraîne pas de risque supplémentaire par rapport au viaduc
actuel.
L’impact du projet reste inchangé par rapport à la situation actuelle et est jugé nul.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 44 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
9.2.2.
Reptiles
9.3.CONCLUSION
MESURES ASSOCIÉES
 Mesures en phase travaux
Dans la mesure du possible, le dégagement des emprises devra être réalisé en dehors des périodes
sensibles.
En effet, après une période sensible entre mars et juin (sortie d’hivernation, reproduction, incubation,
croissance des jeunes), les individus (adultes et juvéniles) potentiellement menacés par les
opérations de travaux d’aménagement, peuvent fuir et rester hors d’atteinte.
La mesure de replantation des haies aux abords des voies ferrées énoncée dans l’objectif de
reconstituer les corridors de déplacements locaux (cf. chapitre 4.3.2) permettra de créer des habitats
en faveur de l’herpétofaune.
Concernant les milieux ouverts, l’ensemencement effectué permettra d’offrir un couvert herbacé
suffisant pour recréer un habitat favorable à l’entomofaune qui représente les proies potentielles des
lézards des murailles.
Enfin, au sein des emprises ferroviaires en amont et en aval de l’ouvrage, des aménagements
(principe des hibernacula par exemple) pourraient être proposés au niveau des talus. Ces
aménagements sont des lieux favorables pour la thermorégulation des lézards et apporteront des
zones refuges en plus de ceux existants à proximité immédiate du chantier. .
Les Lézards des murailles pourront donc profiter directement de ces aménagements lors des
travaux.
Le site (habitat des lézards) redeviendra identique à l’existant à l’issue des travaux.
Grâce à la mise en place de mesures permettant d’éviter la destruction d’individus et de
remettre en état les habitats à l’issue du chantier, l’impact cessera avec l’arrêt des
travaux. L’impact résiduel sera nul.
Au vu des données bibliographiques, des résultats des prospections et des habitats
présents, la faune herpétologique inventoriée et potentielle au sein de la zone
d’inventaire est très peu diversifiée.
La découverte du Lézard des murailles reste à noter. Toutefois, bien que figurant en
annexe IV de la Directive habitats-faune-flore, cette espèce très commune ne représente
qu’un enjeu faible sur l’aire d’étude.
Les surfaces d’habitats détruits pour le Lézard des murailles sont difficiles à chiffrer
puisque l’espèce est susceptible de fréquenter l’ensemble du site. Toutefois, cet impact
ne sera que temporaire au cours de la réalisation des travaux, puisque une fois le
renouvellement du viaduc terminé, l’environnement initial sera remis en état à
l’identique (les lisières, talus, ballast, etc…). Cette espèce très anthropophile et à forte
résilience écologique recolonisera rapidement le secteur.
Ainsi, le renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi, ne remettra pas en cause le bon
accomplissement du cycle biologique des populations de Lézard des murailles ni son
bon état de conservation.
Toutefois, malgré l’application des mesures d’évitement et de réduction liées au
chantier, des risques de destruction d’individus peuvent subsister.
La destruction, capture d’individus ou la destruction, dégradation d’habitats d’espèces
protégées est légalement interdite. Lorsqu’il sera impossible d’éviter, de réduire ou de
supprimer ces impacts, SNCF Réseau déposera une demande de dérogation aux articles
L 411-1 et 2 du code de l’environnement et mettra en place des mesures de
compensation, le cas échéant.
 Mesures en phase exploitation
Le faible niveau d’impact du projet attendu en phase exploitation n’appelle aucune mesure
particulière à mettre en place.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 45 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Avifaune
10. AVIFAUNE
10.1.
RÉSULTATS
10.1.1.
ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE
Tableau 17 : Liste des oiseaux des milieux ouverts à semi-ouverts recensés dans l’aire
d’étude
Nom
vernaculaire
(Nom
scientifique)
Pic vert
(Picus viridis)
Les recherches bibliographiques ont permis de mettre en évidence la présence de 62 espèces
d’oiseaux dont 47 espèces protégées au niveau national, qui ont été observé entre 2008 et 2015 sur
la commune de Marly-le-Roi (source : www.faune-iledefrance.org et l’étude de l’avifaune fréquentant
le site du laboratoire GLAXOSMITHKLINE réalisée par G. GROLLEAU).
Parmi ces espèces observées sur la commune, cinq d’entre elles, protégées et patrimoniales,
peuvent fréquenter ponctuellement le site sans pour autant y nicher. Leur présence reste
anecdotique :

Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea) ;

Bondrée apivore (Pernis apivorus) ;

Milan noir (Milvus migrans) ;

Chevêche d'Athéna (Athene noctua) ;

Grive litorne (Turdus pilaris) ;
LRR
LRN
PN
DO
Activité observée
Présence de
l’habitat de
nidification
LC
LC
Art. 3
-
Stationnement
oui
Source : EGIS
Avec :
 PN : Protection nationale : Arrêté du 29 octobre 2009 fixant les listes des oiseaux protégés sur
l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection ;
 DO : Directive Oiseaux : Directive européenne 79/409/CEE du 2 avril 1979 concernant la
protection et la gestion des populations d'espèces d'oiseaux sauvages du territoire européen ;
 LC : Préoccupation mineure (Taxons largement répandus et abondants) ;
10.1.2.
 LRN : Liste rouge : Liste rouge nationale selon : http://www.iucnredlist.org/;
 LRR : Liste rouge régionale : BIRARD J., ZUCCA M., LOIS G. et Natureparif, 2012. Liste rouge
régionale des oiseaux nicheurs d’Île-de-France. Avec : (EN=En danger) et (LC=Préoccupation
mineure).
 Espèces des milieux buissonnants et arbustifs
RÉSULTATS DES PROSPECTIONS
Les milieux concernés dans la zone d’inventaire sont représentés par les haies et les fourrés.
Concernant l’emprise du viaduc en lui-même, en l’état actuel des prospections, aucun enjeu
faunistique ne demeure au sein de l’édifice métallique. Une attention particulière a été portée sur les
espèces « rupestres et cavernicoles » susceptibles d’utiliser potentiellement le viaduc telles que
l’Hirondelle des fenêtres (site de nidification potentiel) et les chauves-souris (gîtes potentiels).
L’ensemble du viaduc a été prospecté aux jumelles pour localiser des traces de fientes (aire de
rapace) ou nid d’Hirondelle. Aucun indice de présence n’a été relevé.
Les inventaires de 2015 ont révélé la présence de 22 espèces d’oiseaux observées au sein de la
zone d’inventaire. Parmi ces espèces, 13 sont des espèces protégées (marquées en caractères gras
dans les tableaux suivants, répertoriées en fonction des milieux auxquels elles sont inféodées (ou
principalement associées).
 Espèces des milieux ouverts à semi-ouverts avec présence d’éléments arbustifs ou
arborés
Les milieux concernés dans la zone d’inventaire sont constitués par les prairies et les friches
herbacées avec la présence d’arbustes et d’arbres permettant aux individus de se percher.
Tableau 18 : Liste des oiseaux liés aux milieux buissonnants et arbustifs recensés dans l’aire
d’étude
Nom
vernaculaire
(Nom
scientifique)
Accenteur
mouchet
(Prunella
modularis)
Bruant des
roseaux
(Emberiza
schoeniclus)
EGIS
Octobre 2015
LRR
LRN
PN
DO
Activité observée
Présence de
l’habitat de
nidification
LC
LC
Art. 3
-
Stationnement
oui
LC
LC
Art. 3
-
Transit
non
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 46 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Nom
vernaculaire
(Nom
scientifique)
Fauvette à
tête noire
(Sylvia
atricapilla)
LRR
LRN
Avifaune
PN
DO
Activité observée
Présence de
l’habitat de
nidification
Rouge-gorge
familier
(Erithacus
rubecula)
LC
LC
Art. 3
-
Chant nuptial
oui
LC
LC
-
-
Chant nuptial
oui
LRN
PN
DO
Activité
observée
Présence de
l’habitat de
nidification
LC
LC
Art. 3
-
Chant nuptial
oui
LC
LC
-
-
Chant nuptial
oui
LC
LC
-
-
Stationnement
/ Chant nuptial
oui
LC
LC
Art. 3
-
Chant nuptial
oui
LC
LC
Art. 3
-
Chant nuptial
oui
LC
LC
-
-
Stationnement
oui
LC
LC
-
-
Alimentation
oui
LC
LC
-
-
Alimentation
oui
(Fringilla coelebs)
(Columba
palumbus)
Tourterelle turque
(Streptopelia
decaocto)
LC
LC
Art. 3
-
Chant nuptial
oui
Troglodyte
mignon
(Troglodytes
troglodytes)
 Espèces à tendance forestière
Pouillot véloce
Les milieux concernés dans la zone d’inventaire sont représentés par les boisements de feuillus et
par les haies arborées.
Tableau 19 : Liste des oiseaux à tendance forestière recensés dans l’aire d’étude
Nom vernaculaire
LRR
LRN
PN
DO
Activité
observée
Présence de
l’habitat de
nidification
Geai des chênes
(Garrulus
glandarius)
LRR
Pigeon ramier
Source : EGIS
(Nom
scientifique)
(Nom
scientifique)
Pinson des
arbres
Merle noir
(Turdus
merula)
Nom vernaculaire
(Phylloscopus
collybita)
Pie bavarde
(Pica pica)
Étourneau
sansonnet
(Sturnus vulgaris)
Corneille noire
LC
LC
-
-
Alimentation
oui
(Corvus corone)
Source : EGIS
Grive musicienne
(Turdus
philomelos)
Mésange
charbonnière
LC
LC
LC
LC
-
Art. 3
-
-
Alimentation
Stationnement
non
oui
(Parus caeruleus)
Pic épeiche
(Dendrocopos
major)
Les milieux concernés dans la zone d’inventaire sont les structures édifiées par l’homme (viaduc,
Gare, habitation,…), pouvant servir de support à la construction de nids.
Tableau 20 : Liste des oiseaux liés aux habitats humains recensés dans l’aire d’étude
(Parus major)
Mésange bleue
 Espèces liées aux habitats anthropiques
LC
LC
Art. 3
-
Stationnement
oui
LC
LC
Art. 3
-
Stationnement
oui
Nom
vernaculaire
(Nom
scientifique)
Pigeon biset
(Columba livia)
EGIS
Octobre 2015
LRR
LRN
PN
DO
Activité
observés
Présence de
l’habitat de
nidification
NE
EN
-
-
Stationnement
oui
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 47 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Nom
vernaculaire
(Nom
scientifique)
Moineau
domestique
(Passer
domesticus)
Martinet noir
(Apus apus)
LRR
LC
LC
LRN
LC
LC
Avifaune
PN
Art. 3
Art. 3
DO
-
-
Activité
observés
Présence de
l’habitat de
nidification
Stationnement
oui
En vol
oui
La grande majorité des espèces rencontrées dans l’aire d’étude est commune et peu diversifiée.
Cela résulte des habitats recensés sur la zone d’inventaire d’origine anthropique et peu végétalisés.
Parallèlement, la présence sporadique de linéaires arborés le long des voies et de boisements à
proximité favorise la présence d’espèces plus forestières mais tout aussi communes, de passage au
sein de l’emprise.
Les arbres âgés constituent des garde-mangers et des potentialités de nidification pour les picidés,
notamment le Pic vert apparemment bien représenté à l’est du site d’étude.
Le tableau suivant récapitule les niveaux d’enjeux pour les oiseaux protégés et potentiellement
nicheur sur le site d’étude. La tendance nationale est issue des résultats synthétiques de l'évaluation
des statuts et tendances des espèces d'oiseaux sauvages en France, période 2008-2012.
Tableau 21 : Hiérarchisation des enjeux avifaunistiques du site.
Source : EGIS
Figure 20 : Haies arborées longeant les
voies site de nidification avéré
Statut de
protection
Nidification
Tendance
nationale
(nicheur)
Liste rouge en Ilede-France
Enjeux
PN
Possible
→
Préoccupation
mineure
Faible
Bruant des
roseaux
PN
-
↘
Préoccupation
mineure
Faible
Fauvette à
tête noire
PN
Possible
↗
Préoccupation
mineure
Faible
Martinet noir
PN
Possible
→
Préoccupation
mineure
Faible
Mésange
charbonnière
PN
Possible
↗
Préoccupation
mineure
Faible
Mésange
bleue
PN
Possible
↗
Préoccupation
mineure
Faible
Moineau
domestique
PN
Avérée
→
Préoccupation
mineure
Faible
Pic épeiche
PN
Très
probable
→
Préoccupation
mineure
Faible
Pic vert
PN
Possible
→
Préoccupation
mineure
Faible
Pinson des
arbres
PN
Probable
↗
Préoccupation
mineure
Faible
Figure 21 : Haies aux abords des pieds du
viaduc, nidification potentiel
Accenteur
mouchet
Source : © Egis / Ludwick SIMON, 2015
10.1.3.
Source : © Egis / Ludwick SIMON, 2015
SYNTHÈSE DES ENJEUX
Au regard des espèces recensées et des habitats présents dans la zone d’inventaire, les enjeux
avifaunistiques se localisent sous le viaduc au niveau des abords des piles de l’ouvrage, où les
habitats en présence (bosquets, jardins, murets, lierres) peuvent potentiellement être favorables à la
nidification des passereaux.
Les haies et bosquets qui bordent l’emprise de la voie ferrée sont également favorables à la
nidification de quelques passereaux de zone urbaine, tout comme les petits boisements rudéraux au
nord-est de la voie ferrée.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 48 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Avifaune
 Un risque de disparition d’individus non mobiles (nichées) lors des travaux ;
Nidification
Tendance
nationale
(nicheur)
Liste rouge en Ilede-France
Enjeux
PN
Probable
↘
Préoccupation
mineure
Faible
Rougegorge
familier
PN
Très
probable
Préoccupation
mineure
Faible
Troglodyte
mignon
PN
Très
probable
Préoccupation
mineure
Faible
Statut de
protection
Pouillot
véloce
↘
Effectifs en régression
↗
Effectifs en progression
 Des vibrations. Les engins du chantier (véhicules, pelles, foreuses etc.) ainsi que l’outillage
motorisé produisent des vibrations qui peuvent porter à une centaine de mètres. Ce type de
perturbation est à priori assez faible et limité à la phase chantier ;
 Des envols de poussières. Dans le cadre du projet, l’envol de poussières et de particules fines
a lieu lors du roulement des terrassements préalables et n’engendrera que peu voire pas
d’impact sur les oiseaux ;
Effectifs stables
↘
 Des perturbations sonores. En phase chantier, les opérations de construction engendrent un
bruit de fond important (camions en fonctionnement, sirènes, hommes, etc.). Le bruit peut avoir
des effets négatifs significatifs sur les populations d’oiseaux et ce même si la source n’est pas
directement visible depuis le lieu de réception. En période de nidification, en particulier pour les
nicheurs coloniaux, les individus dérangés par le bruit sont susceptibles de s’envoler et donc
d’abandonner leur nid et œufs temporairement voire définitivement, ce qui réduit les chances
d’éclosion et favorise la prédation. De manière générale, la sensibilité des oiseaux au bruit est
variable et intègre d’autres paramètres ;
 Un dérangement visuel ; en phase chantier, des engins sont attendus sur le site. En dehors du
bruit, la présence de ces véhicules et des ouvriers occasionnera une perturbation directe à
plusieurs centaines de mètres (distance de fuite, envol…).
Source : EGIS
 Un risque de collision d’individus avec les véhicules durant le chantier.
Avec :
 (PN) Protection nationale
Arrêté du 29 octobre 2009 fixant les listes des oiseaux protégés
sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection.
Les résultats de l’étude montrent que le cortège avifaunistique inventorié sur le site
présente un intérêt d’enjeu faible.
L’effet d’emprise ainsi que le dérangement des individus en phase travaux représentent
des impacts directs et temporaires du projet. Pour autant, ces impacts peuvent entrainer
une disparition d’espèces sur le long terme qui peut donc être évaluée comme
permanente. Le niveau d’impact est jugé faible à nul d’autant qu’aucune espèce rare ou
menacée n’a été identifiée lors des investigations écologiques.
 Impacts en phase exploitation
En phase exploitation, la situation vis-à-vis du risque de collision est inchangée par rapport à la
situation actuelle. Le nouveau viaduc n’entraîne pas de risque supplémentaire par rapport au viaduc
actuel.
10.2.
10.2.1.
ÉVALUATION DES IMPACTS ET MESURES
L’impact du projet reste inchangé par rapport à la situation actuelle et est jugé nul.
10.2.2.
IMPACTS DU PROJET
MESURES ASSOCIÉES
 Mesures en phase travaux
 Impacts en phase travaux
La destruction des haies arbustives et arborées au sein de l’emprise ferroviaire (Figure 10 :
Localisation des haies arbustives et arborées au sein de l’emprise ferroviaire et de la prairie urbaine
recensée au nord-est du viaduc et Figure 5 : Carte de l’occupation du sol et des habitats naturels
inventoriés) lors de la phase d’aménagement du chantier, les travaux effectués au niveau des appuis
du viaduc, ainsi que les terrassements réduisant pour partie un habitat prairial, sont susceptibles
d’affecter l’avifaune du secteur en occasionnant :
Les destructions d’individus lors des premiers travaux (déboisement préalables, terrassements
initiaux…) devront être traitées par la mise en place de plannings de travaux adaptés. Les périodes
de reproduction des oiseaux seront évitées dans la mesure du possible pour supprimer ce risque
d’impact sur les nichées. Les individus adultes seront dérangés mais s’échapperont avant leur
destruction. Ainsi, si les travaux de dégagement des emprises ou d’ouverture des milieux excluent
les périodes de nidification (mars à août inclus), les risques de destructions d’individus seront
supprimés.
 Une perte d’habitats pour chacun des cortèges ;
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 49 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Avifaune
 Mesures en phase exploitation
Le faible niveau d’impact du projet attendu en phase exploitation n’appelle aucune mesure
particulière à mettre en place.
10.3.
CONCLUSION
Au vu des données bibliographiques, des résultats des prospections et des habitats
présents, le cortège avifaunistique inventorié a un enjeu faible.
Les zones de petits boisements et les haies aux abords des pieds du viaduc et qui
longent les voies ferrées, constituent les milieux les plus riches, tant en termes de
diversité qu’en terme de potentialité de nidification.
Néanmoins, aucune espèce rare ou menacée ne niche sur l’aire d’étude.
Ainsi, le renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi, ne remettra pas en cause le bon
accomplissement du cycle biologique des populations d’oiseaux.
Aussi, une demande de dérogation pour la destruction d’espèce protégée n’est pas
nécessaire. Après remise en état des haies impactées, l’impact résiduel sera nul.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 50 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Insectes
11. INSECTES
Cette espèce vit dans les milieux herbacés denses et de fourrés/ronciers, pourvu qu’ils soient
ensoleillés. Les terrains en friches, y compris les friches urbaines et industrielles, et les talus de
bords de routes sont des habitats thermophiles potentiellement favorables.
Sur Marly-le-Roi, le Conocéphale a été observé au sein d’une friche à l’est du terrain du laboratoire
GlaxoSmithKline (GSK). Sa présence au sein de l’emprise chantier n’a pas été mise en évidence,
mais des habitats favorables y sont représentés tels que les secteurs de prairies urbaines localisées
au droit de la future aire de découpage du tablier (cf. Figure 5 : Carte de l’occupation du sol et des
habitats naturels inventoriés).
11.1.
RÉSULTATS
11.1.1.
ANALYSE BIBLIOGRAPHIQUE
Les recherches bibliographiques n’ont pas permis de mettre en évidence la présence d’espèce
protégée au sein de l’aire d’étude. Toutefois, les données bibliographiques issues de la ZNIEFF
« Forêt de Marly » mentionnent la présence de sept espèces d’insectes recensés dans les environs
du périmètre d’inventaire. Parmi ces espèces observées, trois d’entre elles (Onthophagus coenobita,
Phloiotrya rufipes, Tetratoma desmarestii) sont des espèces patrimoniales déterminantes de
ZNIEFF.
Toutefois, il s’agit de coléoptères inféodés aux milieux boisés ou de secteur pâturés, par conséquent,
ces habitats n’étant pas représentés au sein de la zone étudiée, leur présence au sein de l’emprise
ne peut être qu’anecdotique.
En dehors de cette espèce, huit espèces d’insectes ont pu être observées au sein de l’aire d’étude.
Les investigations n’ont pas permis de mettre en évidence la présence de Coléoptères ni d’Odonates
au sein de la zone d’inventaire.
À l’exception du Conocéphale gracieux (Ruspolia nitidula), espèce protégée en région Ile-de-France,
toutes ces espèces sont communes et bien représentées, il s’agit de six lépidoptères (papillons) et
d’un orthoptère (criquet) :
 Lépidoptères :

Azuré commun (Polyommatus icarus) ;
Celles-ci n’ont en effet pas été contactées lors de l’inventaire. Ceci dénote du caractère peu attractif
de l’aire d’étude pour ces espèces inféodées aux milieux forestiers.
 Citron (Gonepteryx rhamni) ;
11.1.2.
 Piéride du chou (Pieris brassicae) ;
BILAN DES PROSPECTIONS
 Paon-du-jour (Aglais io) ;
 Piéride du Navet (Pieris napi)
Les investigations de 2015 ont permis de mettre en évidence la présence d’une espèce d’insecte
protégée au sein de l’aire d’inventaire. Il s’agit du Conocéphale gracieux (Ruspolia nitidula), espèce
d’orthoptère protégée en Ile-de-France.
 Tircis (Pararge aegeria)
Figure 23 : Azuré commun (Polyommatus icarus)
Figure 22 : Conocéphale gracieux
Source : © Egis / Ludwick SIMON, 2015
Source : INPN - P.A Rault
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 51 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Insectes
Les résultats des prospections relatives à l’entomofaune montrent que le cortège
d’insectes inventoriés sur la zone d’inventaire est composé d’espèces communes à
l’exception d’une espèce à enjeu moyen. Il s’agit du Conocéphale gracieux.
 Orthoptères :
 Criquet marginé (Chorthippus albomarginatus) ;
Même si l’espèce protégée à l’échelle régionale en Ile-de-France et déterminante de
ZNIEFF, celle-ci est néanmoins, une espèce par ailleurs commune, aussi l’enjeu qui lui
est affecté a été réajusté à moyen.
 Conocéphale gracieux (Ruspolia nitidula) ;
Figure 24 : Conocéphale gracieux (Ruspolia nitidula)
11.1.
ÉVALUATION DES IMPACTS ET MESURES
11.1.1.
IMPACTS
 Impacts en phase travaux
La destruction partielle et temporaire de la prairie urbaine au nord-est de l’emprise travaux (cf. figure
ci-dessous)) nécessaire au cours de la phase d’aménagement du chantier (zone de dé-lançage et de
découpage) et les terrassements dans ce secteur vont affecter un habitat favorable et potentiel pour
le Conocéphale gracieux. Le projet en phase travaux peut donc générer :
Source : © Egis / Ludwick SIMON, 2015
11.1.3.
 Une destruction d’habitats favorables ;
SYNTHÈSE DES ENJEUX
 Un risque de destruction d’individus lors des travaux (liée aux mouvements d’engins, à la
création de tranchées, etc…), bien que ce risque soit jugé faible car aucun individu n’a été
identifié dans les emprises travaux lors des investigations de terrain.
Le tableau suivant récapitule le niveau d’enjeu évalué :
Tableau 22 : Hiérarchisation des enjeux liés aux insectes sur le site

Figure 25 : Secteur d’habitat potentiellement favorable au Conocéphale gracieux.
Conocéphale
gracieux
Statut de
protection
Espèce
déterminante
de ZNIEFF en
IDF
Statut local
(département) - Rareté
Enjeu
PR (art.1)
Oui
Localisée – Faiblement
menacé
Moyen
Source : EGIS
Avec :
 (PR) Protection régionale
Arrêté du 22 juillet 1993 relatif à la liste des insectes protégés en
région Ile-de-France complétant la liste nationale.
Source : © Egis / Ludwick SIMON, 2015
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 52 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Insectes
Notons que les travaux de déboisement et débroussaillage aux abords des voies ferrées, auront un
impact positif sur la colonisation potentielle de certaines espèces qui affectionnent les milieux
ouverts composés d’une strate herbacée thermophile telles que la Mante religieuse (Mantis religiosa)
et l’Oedipode turquoise (Oedipoda caerulescens) ; deux espèces remarquables et protégées en Ilede-France.
 Mesures en phase exploitation
Le faible niveau d’impact du projet attendu en phase exploitation n’appelle aucune mesure
particulière à mettre en place.
Du fait de l’absence du Conocéphale gracieux dans les emprises travaux, l’impact est
jugé nul.
11.2.
CONCLUSION
 Impacts en phase exploitation
Perméabilité du projet pour la faune
Le viaduc est le type d’ouvrage le plus respectueux et le plus favorable, en phase exploitation, pour
l’environnement. Le projet de renouvellement du viaduc limite ainsi les effets d’emprises, de
fragmentation et permet de préserver les continuités écologiques de part et d’autre de la voie ferrée.
Le nouvel ouvrage continuera de participer à la transparence écologique de la voie ferrée.
L’impact du projet est donc nul.
La découverte à proximité de l’emprise chantier du Conocéphale gracieux, espèce
déterminante de ZNIEFF et protégée en Ile-de-France, est à prendre en considération
notamment concernant la remise en état après chantier de l’habitat de type prairie
urbaine.
Dans ces conditions, l’espèce n’étant pas durablement affectée, le renouvellement du
viaduc de Marly-le-Roi, ne remettra pas en cause le bon accomplissement du cycle
biologique du Conocéphale gracieux.
Risque de collision
En phase exploitation, la situation vis-à-vis du risque de collision est inchangée par rapport à la
situation actuelle. Le nouveau viaduc n’entraîne pas de risque supplémentaire par rapport au viaduc
actuel.
L’impact du projet reste inchangé par rapport à la situation actuelle et est jugé nul.
11.1.2.
Au vu des données bibliographiques, des résultats des prospections et des habitats
présents, l’entomofaune inventoriée et potentielle au sein de la zone d’inventaire est très
peu diversifiée.
Aussi, en l’état actuel des prospections en l’absence de détection de l’espèce sur la
parcelle, une demande de dérogation pour la destruction d’espèce protégée n’est pas
nécessaire.
Après remise en état de l’habitat prairial, l’impact résiduel sera nul. Par conséquent, la
demande de dérogation pour la destruction d’habitat d’espèce protégée (Conocéphale
gracieux) n’est pas nécessaire.
MESURES ASSOCIÉES
 Mesures en phase travaux
Afin de préserver en bon état de conservation une partie de l’habitat prairial, l’emprise chantier sera
réduite au maximum et balisée. Ainsi, même en phase chantier, les éventuels individus bénéficieront
d’une proportion d’habitat suffisant pour accomplir leur cycle biologique.
D’une manière générale, concernant les milieux ouverts, l’ensemencement effectué, à l’issue des
travaux, permettra d’offrir un couvert herbacé suffisant pour recréer un habitat favorable à
l’entomofaune du secteur.
L’impact cessera donc à l’issue des travaux. L’impact résiduel est jugé nul.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 53 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Carte de synthèse des inventaires
12. CARTE DE SYNTHÈSE DES INVENTAIRES
La carte de synthèse des espèces recensées lors des inventaires de terrain au sein de la zone
d’inventaire est proposée en page suivante.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 54 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Carte de synthèse des inventaires
Figure 26 : Synthèse des inventaires écologiques
Source : EGIS
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 55 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
13 - Conclusion générale
13. CONCLUSION GÉNÉRALE
Tableau 23 : Hiérarchisation des enjeux liés aux habitats naturels et aux espèces sur le site
Groupes
Suite aux inventaires réalisés dans le cadre de cette étude, les résultats obtenus ont mis en évidence
l’absence d’enjeux floristiques. En effet, les habitats remarquables et les espèces floristiques
patrimoniales et/ou protégées du secteur d’étude, sont associés à des faciès humides. Aussi, en
l’absence de secteurs hygrophiles inventoriés sur le site, aucune espèce protégée ni patrimoniale n’a
été identifiée dans l’aire d’étude. Aussi, au regard du caractère urbain et anthropique des espaces
recensés sur l’emprise, et en absence d’enjeu, il n’est pas nécessaire de réaliser des inventaires
botaniques complémentaires.
Mammifères
(hors
chiroptères)
Espèces
Hérisson
d’Europe
Enjeu
Nature de l’impact
Niveau d’impact
Faible
Localisation des
emprises travaux sur
des habitats
favorables localisés
sous le viaduc au
niveau des abords
des pieds de
l’ouvrage (bosquets,
jardins communaux,
murets, lierres)
Le niveau d’impact
est jugé faible à nul
du fait de l’absence
d’espèce patrimoniale
ou protégée au sein
des emprises
concernées
Parallèlement, aucun zonage naturel (ZNIEFF, APPB et Site Natura 2000) n’intercepte la zone
d’inventaire. De plus, les zonages situés à quelques kilomètres ne sont pas écologiquement
connectés à l’emprise du projet.
Noctule
commune
Du fait de leur éloignement respectif, des milieux et espèces observés lors des prospections, ainsi
que des potentialités, nous pouvons affirmer qu’aucune incidence directe et indirecte n’est à attendre
de la part du projet sur l’état de conservation des habitats et des espèces des sites décrits.
Concernant la faune, les inventaires réalisés ont permis de mettre en évidence la présence d’un
enjeu globalement faible. Cet enjeu peut être jugé moyen voire fort concernant le groupe des
chiroptères et le Conocéphale gracieux.
Pipistrelle de
Nathusius
Fort
Chiroptères
Effet d’emprise de
certaines zones
travaux sur des zones
de chasse
potentielles ainsi que
sur des secteurs
abritant des gîtes
arboricoles estivaux
potentiels
Perturbation des axes
de vol
Ainsi, plusieurs mesures de suppression d’impact ont été définies pour que le projet ne remette pas
en cause l’état de conservation des populations locales de cette espèce et groupes d’espèces. Dans
ces conditions, l’impact résiduel est nul, par conséquent.
Pipistrelle
commune
Le tableau de synthèse suivant permet de justifier l’impact résiduel faible attendu dans le
cadre du projet de renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi sur toutes les espèces
inventoriées du secteur d’étude et après application des mesures de réduction
présentées.
Amphibiens
absence
d’individus et
d’habitat
d’espèce
protégée
et/ou
patrimoniale
au sein de
l’aire d’étude
EGIS
Octobre 2015
Fort
Moyen
Nul
Dérangement en
phase travaux
(localisé au niveau
des platanes âgés à
cavités en bord de
route sous le viaduc.
-
Le niveau d’impact
est jugé faible à
modéré car aucun
individu n’a été
détecté en gîte dans
les cavités
arboricoles aux
abords du viaduc.
Pour autant, du fait
d’un transit important
dans la zone, des
chauves-souris
pourraient être
présentes lors de la
période du chantier.
Mesures de réduction
(hors
recommandations) à
mettre en œuvre
Replantation de haies
arborées, arbustives et
buissonnantes le long
de la voie ferrée
Niveau
d’impact
résiduel
Nul
Ensemencement sous
le viaduc
Replantation de haies
arborées, arbustives et
buissonnantes.
Nul
Mise en place de gîtes
artificiels.
Abattage des arbresgîtes estivaux
potentiels effectué à
une période où ceux-ci
ne sont pas occupés.
Nul
Éclairage du chantier
limité au strict
nécessaire et orienté
sur le chantier.
Nul
-
Nul
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 56 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
Groupes
Espèces
Enjeu
Nature de l’impact
Destruction
d’individus.
Reptiles
Lézard des
murailles
Faible
Destruction de zone
de chasse et de
thermorégulation.
13 - Conclusion générale
Niveau d’impact
Le niveau d’impact
est jugé faible car
bien que cette espèce
soit présente et
protégée, celle-ci est
très commune en Ilede-France.
Mesures de réduction
(hors
recommandations) à
mettre en œuvre
Entretien adapté des
milieux ouverts et des
talus en bord de voies.
Replantation de haies
arborées, arbustives et
buissonnantes.
Niveau
d’impact
résiduel
Groupes
Avifaune
Cortège des
milieux
buissonnants
et arbustifs
Avifaune
(suite)
Cortège
d’espèces à
tendance
forestière
Faible
Faible
Faible
Altération d’habitat
d’alimentation et de
nidification.
Cortège
d’espèces lié
aux habitats
humains
Altération d’habitat
d’alimentation et de
nidification.
Entretien adapté des
milieux ouverts.
Replantation de haies
arborées, arbustives et
buissonnantes.
Travaux de
débroussaillage
effectués hors période
sensible.
Altération d’habitat
d’alimentation et de
nidification.
Nul
Conocéphale
gracieux
Niveau d’impact
Altération d’habitat
d’alimentation
Le niveau d’impact
est jugé faible à nul
d’autant qu’aucune
espèce rare ou
protégée n’a été
détectée dans les
zones concernées
par les travaux
Entretien adapté des
milieux ouverts.
Replantation de haies
arborées, arbustives et
buissonnantes.
Faible
Destruction partielle
d’un habitat favorable
Le niveau d’impact
sur le Conocéphale
gracieux est jugé nul
du fait de l’absence
d’individus au sein
des emprises travaux.
Moyen
Réduction de l’emprise
chantier au strict
minimum.
Réensemencement des
emprises chantier à
l’issue des travaux
Niveau
d’impact
résiduel
Nul
Nul
Source : EGIS
Nul
Nul
Replantation de haies
arborées, arbustives et
buissonnantes.
Le niveau d’impact
est jugé faible à nul
d’autant qu’aucune
espèce rare ou
protégée n’a été
détectée dans les
zones concernées
par les travaux
Travaux de
débroussaillage
effectués hors période
sensible.
Nul
Replantation de haies
arborées, arbustives et
buissonnantes.
EGIS
Octobre 2015
Nature de l’impact
Réensemencement des
emprises chantier à
l’issue des travaux
Travaux de
débroussaillage
effectués hors période
sensible.
Le niveau d’impact
est jugé faible à nul
d’autant qu’aucune
espèce rare ou
protégée n’a été
détectée dans les
zones concernées
par les travaux
Enjeu
Nul
Insecte
Cortège lié
aux milieux
ouverts à
semi-ouverts
avec
présence
d’éléments
arbustifs ou
arborés
Espèces
Mesures de réduction
(hors
recommandations) à
mettre en œuvre
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 57 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
14 - Annexes
14. ANNEXES
14.1.
Nom scientifique
LÉGISLATION
Articles L411-1 et L411-2 du Code de l’Environnement.
Arrêté du 19 février 2007 (modifié par l’arrêté du 28 mai 2009) fixant les conditions de demande et
d'instruction des dérogations définies au 4° de l'article L. 411-2 du code de l'Environnement portant
sur des espèces de faune et de flore sauvages protégées.
Arrêté ministériel du 20 janvier 1982 fixant la liste des espèces végétales protégées sur l'ensemble du
territoire national (modifié au 31 Août 1995)
Arrêté ministériel du 8 mars 2002 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région
Aquitaine complétant la liste nationale (J.O du 04/05/2002).
Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des insectes protégés sur l’ensemble du territoire national et les
modalités de leur protection. J.O. du 06/05/2007.
Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire
national et les modalités de leur protection. J.O du 06/05/2007.
Arrêté du 19 novembre 2007 fixant la liste des amphibiens et des reptiles protégés sur l’ensemble du
territoire national et les modalités de leur protection.
Hedera helix
Carpinus betulus
Sambucus nigra
Quercus robur
Fraxinus excelsior
Clematis vitalba
Hypericum perforatum
Ligustrum vulgare
Platanus acerifolia
Urtica dioica
Ranunculus ficaria
Bellis perennis
Veronica chamaedrys
Ulmus minor
Viscum album
Lamium purpureum
Geranium robertianum
Equisetum arvense
Robinia pseudoacacia
Reynoutria japonica
Rubus gr. fruticosus
Nom vernaculaire
Lierre grimpant
Charme
Sureau noir
Chêne pédonculé
Frêne élevé
Clématite des haies
Millepertuis perforé
Troène
Platane
Ortie dioïque
Ficaire fausse renoncule
Pâquerette
Véronique petit chêne
Orme champêtre
Gui
Lamier pourpre
Herbe à Robert
Prêle des champs
Robinier faux-acacia
Renouée du Japon
Ronce commune
Arrêté du 29 octobre 2009 fixant la liste des espèces d’oiseaux protégés sur l’ensemble du territoire
national et les modalités de leur protection. JO n°0282 du 05/12/2009.
14.2.
ESPÈCES VÉGÉTALES CONTACTÉES
Nom scientifique
Vicia hirsuta
Taraxacum officinale
Prunus sp.
Chelidonium majus
Galium aparine
Tussilago farfara
Acer campestre
Acer pseudoplatanus
corylus avellana
Nom vernaculaire
Vesce hérissée
Pissenlit
Prunus
Grande Chélidoine
Gaillet gratteron
Tussilage
Érable champêtre
Érable sycomore
Noisetier
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 58 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
14.3.
14 - Annexes
 BOURNERIAS M., ARNAL G. & BOCK C. (2001) - Guide des groupements végétaux de la
région parisienne. Edition Belin : 639 p.
BIBLIOGRAPHIE
 BOURNERIAS M., PRAT D. & al. (2005) - Les orchidées de France, Belgique et Luxembourg Deuxième édition. Collection Parthénope, Éditions Biotope, Mèze. 504 p.
Bibliographie générale
 COLLECTIF (1994) - Inventaire de la Faune menacée en France. Le Livre Rouge. Muséum
National d'Histoire Naturelle, WWF. 175 p.
 CSRPN et DIREN Ile-de-France (2002) – Guide méthodologique pour la création de ZNIEFF en
Ile-de-France. 206 p.
 IUCN (2007) - 2007 IUCN Red List of Threatened Species. http://www.iucnredlist.org
 MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE (1992) - Inventaire de la Faune de France.
Nathan. 415 p.
 COSTE H. (1900-1906) - Flore descriptive et illustrée de la France, de la Corse et des contrées
limitrophes. Librairie Scientifique et Technique Albert Blanchard, Paris. 3 volumes.
 DANTON P. & BAFFRAY M. (1995) - Inventaire des plantes protégées en France. Éditions
Nathan, Paris. 296 p.
 JAUZEIN P. (1995) - Flore des champs cultivés. Éditions INRA.
 LAMBINION J. & al. (1992) - Nouvelle flore de la Belgique, du G.-D. de Luxembourg, du nord de
la France et des régions voisines. Quatrième édition. Edition du Jardin botanique national de
Belgique. 1092 p.
 MULLER S. (2004) - Plantes invasives en France. Muséum national d’histoire naturelle, Paris.
168 p.
 MNHN, WWF, 1994 - Inventaire de la Faune menacée en France. Nathan. 175 p.
 MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE, WWF (1994) - Le livre rouge, inventaire de la
faune menacée en France. Nathan. 176 p.
 UICN (1990) - Livre Rouge des espèces menacées en France.
 Site internet de la DRIEE Ile-de-France : www.driee.ile-de-france
 Site internet de l’INPN : http://inpn.mnhn.fr - http://inpn.mnhn.fr/zone/znieff/11000131
 Site internet de faune Ile-de-France : www.faune-iledefrance.org
 MUSEUM NATIONAL D'HISTOIRE NATURELLE. (2003-2006) - Inventaire national du
Patrimoine naturel, site français. École Nationale du Génie Rural des Eaux et des Forêts.
Nancy. 217p.
 OLIVIER L., GALLAND J.P. & MAURIN H. (1995) - Livre Rouge de la flore menacée de France
- Tome I : espèces prioritaires. Muséum National d’Histoire Naturelle, Conservatoire Botanique
National de Porquerolles, Ministère de l’Environnement, Institut d’Écologie et de Gestion de la
Biodiversité, Service du Patrimoine naturel. Collection Patrimoines naturels, volume n°20, Série
Patrimoine génétique, Paris. 486 p + annexes.
 RAMEAU J.C., MANSION D. & DUME G. (1994) - Flore forestière française - Guide écologique
illustré - Plaine et collines. Éditions de l’Institut pour le développement forestier. 1785 p.
Bibliographie relative à la flore et aux habitats
 SAULE M. (2002) - La grande flore illustrée des Pyrénées. Éditions MILAN.
 BARDAT J., BIORET F., BOTINEAU M., BOULLET V., DELPECH R., GEHU J.M., HAURY J.,
LACOSTE A., RAMEAU J.C., ROYER J.M., ROUX G. & TOUFFET J. (2004) - Prodrome des
végétations de France. Muséum national d’Histoire naturelle, Paris. 171 p.
 BENSETTITI F. & al. (2002) - Cahiers Habitats Natura 2000 - Connaissance et gestion des
habitats et des espèces d’intérêt communautaire - Tome 1 à 6. Éditions La Documentation
Française, Paris.
 BISSARDON M., GUIBAL L. & RAMEAU J.C. (1997) - CORINE biotopes - Version originale,
types d’habitats français. École Nationale du Génie Rural des Eaux et Forêts (ENGREF),
Nancy. 217 p.
 BOCK B & al. (2005) - Base de Donnée Nomenclaturale de la Flore de France (BDNFF v4.02).
 BOULLET V. (2005) - Cahiers d’habitats Natura 2000. Connaissance et gestion des habitats et
des espèces d’intérêt communautaire. MEDD/MAP/MNHN. Édition La Documentation française,
Paris. 2 volumes : 487 p. + cédérom.
 UICN. (1990) - Livre Rouge des espèces menacées en France.
Bibliographie relative aux amphibiens et reptiles
 ACEMAV coll., DUGUET R. & MELKI F. (2003) - Les Amphibiens de France, Belgique et
Luxembourg. Collection Parthénope, Éditions Biotope, Mèze (France). 480 p.
 Arrêté du 19 novembre 2007 fixant les listes des amphibiens et des reptiles protégés sur
l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection.
 CASTANET J. & GUYETANT R. (1989) - Atlas de répartition des Amphibiens et Reptiles de
France. Edition S.H.F, Paris. 191 p.
 GASC & al. (2004) - Atlas of amphibians and reptiles in Europe.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 59 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
14 - Annexes
 LE GARFF B. (1991) - Les amphibiens et les reptiles dans leur milieu. Bordas, Paris. 250 p.
 Directive n° 92/43/CE du 21 mai 1992, dite directive « Habitats / Faune / Flore », articles 12 à
16 sur la conservation des habitats naturels, de la faune et de la flore sauvages. Annexes I à IV.
 SVENSSON L., MULLARNEY K., ZETTERSTRÖM D. & GRANT P. (2000) - Le guide ornitho Les 848 espèces d'Europe en 4000 dessins. Les guides du naturaliste, Delachaux & Niestlé,
Paris, 400 p.
 IUCN (2004) - Red List of threatened species - A global species assessment (UICN).
 THIOLAY J.M. & BRETAGNOLLE V. (2004) - Rapaces nicheurs de France - Distribution,
effectifs et conservation. Delachaux et Niestlé, Paris. 176 p.
 IUCN (2008) - Communiqué de presse - Liste rouge des Amphibiens et reptiles menacées en
France.
 TUCKER G.M. & HEATH M. (1994) - Birds in Europe, Their conservation Status. Birdlife
Conservation series N°3. Birdlife International, Cambridge.
 IUCN (2010) - European Red List of Reptiles and Amphibians, Neil A. Cox and Helen J.
Temple. 2009.
 UICN France, MNHN, LPO, SEOF & ONCFS (2008) - La Liste rouge des espèces menacées en
France - Chapitre Oiseaux nicheurs de France métropolitaine. Paris (France).
 UICN (2010) - http://www.iucnredlist.org/
Bibliographie relative aux oiseaux
 BIBBY C. J., BURGESS N. D., HILL D. A. & MUSTOES S. H. (2000) – Bird Census
Techniques. London, Academic Press. 302 p.
 BIRARD J., ZUCCA M., LOIS G. et Natureparif, 2012. Liste rouge régionale des oiseaux
nicheurs d’Île-de-France. Paris. 72 p.
 BLONDEL J., FERRY C. & FROCHOT B. (1970) - Méthode des Indices Ponctuels d'Abondance
(IPA) ou des relevés d'avifaune par stations d'écoute. Alauda, vol 38. p 55-70.
 BROWN R., FERGUSON J., LAWRENCE M. & LEES D. (2005) - Guide des traces et indices
d'oiseaux. Delachaux et Niestlé (Ed). 333 p.
Bibliographie relative aux mammifères
 ARTHUR L. & LEMAIRE M. (2009) - Les chauves-souris de France, Belgique, Luxembourg et
Suisse. Biotope. 576p.
 ARTHUR L. & LEMAIRE M. (1999-2005) - Les chauves-souris maîtresses de la nuit. Delachaux
et Niestlé. 365p.
 BARATAUD, M. (2002) - Acoustic method for European bat identification. CD + booklet 14p.
Sittelle publisher, Mens (France).
 CORIF Centre ornithologique Île-de-France : www.corif.net/
 CHAPUIS J.-L. & MARMET J. (2006) - Écureuils d’Europe occidentale : Fiches descriptives.
MNHN, Paris.
 GEROUDET P. (2006) - Les Rapaces d’Europe : Diurnes et Nocturnes. 7e édition revue et
augmentée par Michel Cuisin. Delachaux et Niestlé, Paris. 446 p.
 DIETZ C., VON HELVERSEN O. & NILL D. (2009) - L’encyclopédie des chauves-souris
d’Europe et d’Afrique du nord. Delachaux et Niestlé. 400p.
 JORF n°0282 du 5 décembre 2009 page 21056 texte n° 3. Arrêté du 29 octobre 2009 fixant la
liste des oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire et les modalités de leur protection.
 DIETZ C., VON HELVERSEN O. & NILL D. (2009) - Handbook of the bats of Europe and
Northwest Africa. A & C Black Publishers Ltd. 400p.
 LIGUE POUR LA PORTECTION DES OISEAUX : www.ile-de-france.lpo.fr/
 GRIMMBERGER E. & SCHOBER W. (1997) - Guide des chauves-souris d’Europe. Delachaux
et Niestlé. 223p.
 M.N.H.N. (1994) - Inventaire de la Faune menacée de France. Le Livre Rouge. Muséum
National d'Histoires Naturelles, Nathan. 175 p.
 ROCAMORA G. & YEATMAN-BERTHOLOT D. (1999) - Oiseaux menacés et à surveiller en
France - Listes rouges et recherche de priorités - Populations - Tendances - Menaces Conservation. SEOF, L.P.O, Paris.
 ROCHE J. (1995) - Tous les oiseaux d’Europe. Delachaux et Niestlé. 4 CD.
 ROUX D., LORMEE H., BOUTIN J.-M. & ERAUD C. (2008) - Oiseaux de passage nicheurs en
France : bilan de 12 années de suivi. p 35.
 HAQUART A. & DISCA T (2007) - Caractéristiques acoustiques et nouvelles données de
Grande Noctule Nyctalus lasiopterus (Schreber, 1780) dans le sud de la France. Le Vespère n°
1. p 15-20.
 MESCHEDE, A. & HELLER K.G. (2003) - Ecologie et protection des chauves-souris en milieu
forestier. Le Rhinolophe, Genève. 16: 1-248.
 MITCHELL-JONES A.J., BIHARI Z., MASING M. & RODRIGUES L. (2007) - Protection et
gestion des gîtes souterrains pour les chiroptères, Eurobats Publication Series N°2(version
française). PNUE/EUROBATS Secretariat, Bonn, Germany. 38p.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 60 / 61
Renouvellement du viaduc de Marly-le-Roi
14 - Annexes
 NEMOZ M. & BRISORGUEIL A. (2008) - Connaissance et Conservation des gîtes et habitats
de chasse de trois chiroptères cavernicoles, Rhinolophe euryale, Murin de Capaccini,
Minioptère de Schreibers. Société Française d’Etude et de Protection des Mammifères. 103p.
 RODRIGUES L., BACH L., DUBOURG-SAVAGE M-J., GOODWIN J. & HARBUSCH C. (2008) Lignes directrices pour la prise en compte des chauves-souris dans les projets éoliens,
Eurobats Publication Series N°3(version française). PNUE/EUROBATS Secrétariat, Bonn,
Germany. 55p.
 TUPINIER Y. (1996) - L’univers acoustique des chiroptères d’Europe. Société Linnéenne de
Lyon. 133p.
 UICN France, MNHN, SFEPM & ONCFS (2009) - La Liste rouge des espèces menacées en
France - Chapitre Mammifères de France métropolitaine. Paris (France).
Bibliographie relative aux insectes
 BELLMANN H. & LUQUET G. (1995, 2009) - Guide des Sauterelles, Grillons et Criquets
d'Europe occidentale. 2ème édition. Delachaux et Niestlé, Paris. 384 p.
 DOMMANGET J.-L., PRIOUL B., GAJDOS A. & BOUDOT J.-P. (2008) - Document préparatoire
à une Liste Rouge des Odonates de France métropolitaine complétée par la liste des espèces à
suivi prioritaire. Société française d’odonatologie (Sfonat). Rapport non publié. 47 pp.
 GRAND D. & BOUDOT J.-P. (2006) - Les Libellules de France, Belgique, Luxembourg. Biotope,
Mèze (Coll. Parthénope). 480 p.
 LAFRANCHIS T. (2010) - Papillons d'Europe, 2ème édition. Diatheo, Paris. 380 p.
 LAFRANCHIS T. (2000) - Les Papillons de jour de France, Belgique, Luxembourg. Biotope,
Mèze, Coll. Parthénope. 448 p.
 SPEIGHT M. (1989) - Les invertébrés saproxyliques et leur protection ; Conseil de l’Europe ;
collection Sauvegarde de la nature n°42. 76 p.
 VAN SWAAY C., CUTTELOD A., COLLINS S., MAES D., LÓPEZ MUNGUIRA M., ŠAŠIĆ M.,
SETTELE J., VEROVNIK R., VERSTRAEL T., WARREN M., WIEMERS M. & WYNHOF I.
(2010) - European Red List of Butterfies. Luxembourg : Publications Office of the European
Union.
 KALKMAN V.J., BOUDOT J.P., BERNARD R., CONZE, K.J., DE KNIJF G., DYATLOVA E.,
FERREIRA S., JOVIĆ M., OTT J., RISERVATO E., & SAHLÉN G. (2010) - European Red List
of Dragonflies. Luxembourg : Publications Office of the European Union.
 NIETO, A. and ALEXANDER, K.N.A. (2010) - European Red List of Saproxylic Beetles.
Luxembourg : Publications Office of the European Union.
EGIS
Octobre 2015
SNCF Réseau
Annexe 2 – Diagnostic Écologique
Page 61 / 61

Documents pareils