Benjamin Britten - Opéra de Montréal

Commentaires

Transcription

Benjamin Britten - Opéra de Montréal
DOSSIER DE PRESSE
1
GEORGE GERSHWIN
(1898-1937)
PORGY AND BESS
PREMIÈRE À LA COMPAGNIE / COMPANY PREMIERE
Opéra en trois actes
Livret DuBose et Dorothy Heyward, George et Ira Gershwin,
d’après la pièce Porgy (1927) de DuBose Heyward, tirée de son
roman éponyme (1925)
Création Alvin Theatre, New York, 10 octobre 1935
Chanté en anglais, surtitré en français et en anglais
Durée : 3 h (incluant 1 entracte)
Opera in three acts
Libretto by DuBose Heyward and Ira Gershwin, founded
on the play Porgy and Bess by DuBose Heyward
and Dorothy K. Heyward
First performed Alvin Theatre, New York, 10 octobre 1935
Sung in English with English-French surtitles
Duration : 3.00 hrs. (including 1 intermission)
Porgy JONATHAN LEMALU
Bess MEASHA BRUEGGERGOSMAN
Crown LESTER LYNCH
Sportin’ Life STEVEN COLE
Robbins LARRY D. HYLTON
Serena MARIE-JOSÉE LORD
Jake MICHAEL PREACELY
Clara CHANTALE NURSE
Maria CATHERINE ANNE DANIEL
Mingo / Crab : LUTHER LEWIS ; Peter : JEREMY CARVER-JAMES ; Lily : CURRAY BIANTI ;
Strawberry Woman : CÉCILE MUHIRE ; Frazier : JUSTIN WELSH ; Annie : FRÉDÉRICKA PETIT-HOMME ;
Jim : YVES-AIMÉ PIERRE ; Undertaker : STEEVE VÉRAYIE JURAD ; Nelson : RUBEN SHAYM BRUTUS
Chef d’orchestre / Conductor
Metteur en scène / Director
Décors / Set Designer
Costumes / Costume Designer
Éclairages / Lighting Designer
Effets sonores / Sound Effects Designer
Chef de chœur / Chorus Master
Pianiste-répétitrice / Rehearsal Pianist
WAYNE MARSHALL
LEMUAL WADE
KENNETH FOY
JUDY DEARING
ANNE CATHERINE SIMARD-DERASPE
STEVEN CANYON KENNEDY
DR. TREVOR PAYNE
ESTHER GONTHIER
Orchestre symphonique de Montréal
Montreal Jubilation Gospel Choir
Coproduction : Opéra de Montréal, Cleveland, Dallas, Florida Grand, Houston Grand, Los Angeles Music Center,
Portland, San Diego, San Francisco; en association avec/in association with : The Orange County Performing Arts
Center
25.28.30 janvier + 1.3 février 2014, à 19 h 30 / January 25.28.30 + February 1.3., 2014, at 7:30 pm
Salle Wilfrid-Pelletier, Place des Arts
Ce programme a été conçu par l’Opéra de Montréal / This program has been produced by Opéra de Montréal
Partenaires de soirée / Evening Partners
Partenaires publics / Public Partners
TD
Mois de l’histoire des Noirs
L’Opéra de Montréal remercie chaleureusement pour leur appui le Conseil des arts et des lettres du
Québec, le Conseil des Arts du Canada et le Conseil des arts de Montréal. / Opéra de Montréal sincerely
thanks the Conseil des arts et des lettres du Québec, the Canada Council for the Arts, and the Conseil des
arts de Montréal for their support.
2
ARGUMENT
Acte I
Scène 1 - Catfish Row, un soir d'été
Clara chante une berceuse pour son enfant pendant que son mari, Jake, joue aux dés avec
d’autres hommes. Crown, un voyou, et sa femme Bess entrent. Sportin' Life, fournisseur de
cocaïne et d'alcool de contrebande, prend lui aussi part au jeu. Lorsque Robbins gagne, Crown se
bagarre avec lui et finit par le tuer. Bess le presse de fuir. Elle cherche où se réfugier, mais toutes
les portes se ferment devant elle sauf une : celle de Porgy.
Scène 2 - Chambre de Serena, la nuit suivante
Les habitants de Catfish Row veillent Robbins. Tous donnent de l’argent à Serena pour qu’elle
puisse faire enterrer son mari. Bess et Porgy arrivent ensemble. Serena veut d’abord refuser
l’offrande de Bess, mais finit par l’accepter quand Bess lui dit que, dorénavant, ce n’est plus
l’argent de Crown mais celui de Porgy. Tous chantent pour saluer le départ de Robbins emporté
par le croque-mort.
Acte II
Scène 1 - Catfish Row, un mois plus tard, le matin
Jake et les autres pêcheurs s'apprêtent à partir travailler. Clara voudrait que Jake l’accompagne
plutôt à un pique-nique, mais il lui répond qu'ils ont trop besoin d’argent. Sportin' Life traîne
dans le coin, à vendre de la cocaïne. Il propose à Bess de partir avec lui pour New York, mais elle
refuse. Un moment seuls, Bess et Porgy s'avouent leur amour. Le handicap de Porgy l’empêche
de se joindre au pique-nique et Bess part sans lui.
Scène 2 - Kittiwah Island, l'après-midi
Au pique-nique, tous s’amusent. Sportin' Life explique aux participants sa conception cynique de
la Bible, ce qui lui vaut les réprimandes de la pieuse Serena. Crown surgit pour parler à Bess. Elle
lui annonce qu’elle veut rompre avec lui mais il la force à le suivre dans les bois.
Scène 3 - Catfish Row, une semaine plus tard, à la tombée de la nuit
Bess est couchée dans la chambre de Porgy, où elle délire depuis son retour du pique-nique.
Serena a prié pour sa guérison et la malade reprend enfin ses esprits. Bess parle de ses péchés à
Porgy et lui redit son amour. Il promet de la protéger de Crown. Soudain, une cloche se fait
entendre, signalant l'arrivée d'une tempête.
Scène 4 - Chambre de Serena, fin de la journée suivante
Les habitants de Catfish Row prolongent le son de la tempête par leurs prières. Un coup est
frappé à la porte et Crown entre, à la recherche de Bess. Clara voit au loin le bateau de Jake
chavirer. Elle donne son enfant à Bess et s’élance au-dehors. Bess supplie un des hommes
d’accompagner Clara. Crown se porte volontaire, non sans s’être moqué de Porgy qui est
incapable d’en faire autant.
Acte III
Scène 1 - Catfish Row, la nuit suivante
Tous pleurent Clara et Jake, morts pendant la tempête. Bess prend soin de leur enfant. À la
tombée de la nuit, Crown revient la chercher, mais Porgy lui barre le chemin. Ils se battent et,
contre toute attente, Porgy le tue.
Scène 2 - Catfish Row, l'après-midi suivant
Le matin suivant, un détective vient enquêter sur le meurtre, mais tous complotent pour
protéger Porgy. Le détective l’emmène quand même afin qu’il identifie la dépouille de Crown.
Sportin’ Life profite de son départ pour essayer encore d’entraîner Bess à New York. Elle refuse
pour l’instant, mais il n’a pas dit son dernier mot.
3
Scène 3 - Catfish Row, une semaine plus tard
Porgy est de retour. Il a purgé une peine de prison pour refus de collaborer avec la police. Il
distribue à tous des cadeaux achetés avec l’argent qu’il a gagné en jouant aux dés avec les
prisonniers. Il montre une magnifique robe rouge qu’il destine à Bess, mais il ne la voit nulle part.
Quand il apprend qu’elle a suivi Sportin’ Life à New York, il décide aussitôt d’aller la rejoindre.
COMPOSITEUR
GEORGE GERSHWIN (New York, 1898 – Hollywood, 1937)
Fils d’immigrants juifs originaires de Russie, c’est un enfant peu studieux qui préfère les ruelles
de Brooklyn aux bancs de l’école. Il découvre la musique à douze ans, quand un piano fait son
apparition dans l’appartement familial. Il y improvise aussitôt avec tant de facilité que ses
parents lui paient des leçons, auxquelles s’ajoutent bientôt des cours de théorie et d’harmonie
avec un ancien élève du compositeur d’opéra Mascagni. À 16 ans, il quitte l’école pour travailler
chez un éditeur de musique, dans la célèbre « Tin Pan Alley ». Son emploi consiste à jouer au
piano des chansons dans le but de les vendre. Il devient ensuite accompagnateur dans un
théâtre de Broadway et parvient à inclure quelques-unes de ses propres chansons dans les
spectacles. Bientôt, il écrit sa première comédie musicale, La, la, Lucille (1919) et obtient un
premier vrai succès avec une de ses chansons, Swanee (1920), popularisée par Al Jolson. Une
vingtaine d’autres « musicals » suivront en une quinzaine d’années, dont Lady be Good! (1924),
Oh, Kay! (1926), Funny Face (1927) et Girl Crazy (1930), desquels sont tirées plusieurs de ses
chansons à succès. Il s’est adjoint son frère Ira comme parolier et tous deux écriront de
nombreux classiques du « Great American Songbook ». Désireux de contribuer à l’essor de la
musique américaine, il crée en 1924 la Rhapsody in Blue, tentative de fusion entre le jazz et la
musique classique qui séduit les critiques et le public. Il poursuit dans cette voie, avec
notamment le Concerto en fa pour piano (1925) et la suite pour orchestre An American in Paris
(1928). Très en demande, il effectue des séjours en Europe, où il rencontre tous les compositeurs
importants de l’époque : Prokofiev, Weill, Lehár, Berg... Ravel, qu’il admire, refuse de lui donner
des leçons de composition, mais lui prodigue des encouragements. Schoenberg devient même
son partenaire de tennis. Au début des années 30, il part tenter sa chance à Hollywood comme
compositeur de musique de films, tout en rêvant à des œuvres de plus grande ampleur. Dès
1933, il se lance dans un projet d’opéra qui n’aboutira que deux ans plus tard : Porgy and Bess.
Créée sur Broadway, l’œuvre est d’abord considérée comme un musical mais finit par se frayer
un chemin sur les plus grandes scènes lyriques du monde, pour devenir l’opéra américain le plus
populaire à ce jour. Il meurt prématurément en 1937, d’une fulgurante tumeur cérébrale,
laissant à son frère Ira le soin de gérer une œuvre immense, où scintillent à chaque page des
trésors d’invention mélodique et rythmique.
ARTISTES
Porgy
Jonathan Lemalu, baryton-basse (Nouvelle-Zélande)
Jonathan Lemalu est très sollicité sur la scène internationale en tant que chanteur d’opéra,
artiste de concert, récitaliste et au disque. Les rôles principaux de baryton-basse qu’il a
interprétés dans La flûte enchantée, Don Giovanni, Les noces de Figaro, Idomeneo, Saul, Orlando,
Rinaldo, La Resurezzione, Samson, Jeptha ainsi que dans Belshazzar ont été salués par la critique
et l’ont conduit à chanter dans les plus grandes compagnies d’opéra du monde, notamment au
Metropolitan Opera, au Royal Opera House, à l’Opéra d’État de Bavière, à l’Opera Australia, et
dans beaucoup d’autres. Il a enregistré en direct le rôle de Porgy (Porgy and Bess) sous l’étiquette
4
Sony Music de RCA et son enregistrement de Mr. Flint (Billy Budd) chez Virgin Classics a
remporté un Grammy dans la catégorie « Meilleur enregistrement d’un opéra » pour la saison
2009-2010.
Débuts à l’OdM.
Bess
Measha Brueggergosman, soprano (Canada)
Acclamée par la critique de la presse internationale tant pour son sens aigu de la musique et sa
voix voluptueuse que pour la maturité étonnante de sa présence souveraine sur scène, Measha
Brueggergosman s’est affirmée comme l’une des interprètes et personnalités les plus
talentueuses et les plus dynamiques de l’heure. Sa superbe exécution de l’hymne olympique lors
des cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques et paralympiques de Vancouver en 2010 a été
vue et entendue par 3,2 milliards de téléspectateurs dans le monde. En 2012-2013, elle chantera
Porgy and Bess en concert avec la Philharmonie de Berlin, Angels in America avec le Los Angeles
Philharmonic, Les nuits d’été de Berlioz avec l’Orchestre symphonique de Montréal et, en
tournée en Europe, Les quatre derniers lieder de Strauss.
Débuts à l’OdM.
Crown
Lester Lynch, baryton (États-Unis)
Renommé pour ses interprétations charismatiques et sa voix majestueuse, Lester Lynch a reçu
des critiques dithyrambiques quand il s’est attaqué à quelques-uns des plus grands rôles de
baryton verdien du répertoire, du Comte de Luna ou celui de Rigoletto. Parmi les temps forts de
ces dernières saisons, citons le rôle-titre dans Rigoletto avec la Canadian Opera Company,
Gerald (Andrea Chénier) avec le Bregenzer Festspiele, Carbon (Cyrano de Bergerac) avec le San
Francisco Opera, le Héraut (Lohengrin) avec le Lyric Opera de Chicago, Porgy (Porgy and Bess)
avec le Washington National Opera et Scarpia (Tosca) avec le Glimmerglass Opera. Plusieurs
rôles principaux avec l’Opera Company de Philadelphie, le Los Angeles Opera, le Cleveland
Orchestra, le Nashville Symphony et le Cincinnati Symphony sont également inscrits à l’agenda.
Débuts à l’OdM.
Sportin’ Life
Steven Cole, ténor (États-Unis)
Ténor de caractère reconnu sur la scène internationale, Steven Cole compte près de 70 rôles à
son actif, de Monteverdi à Ligeti. Au cours des dernières saisons, il a chanté dans Ariane à Naxos
au Liceo de Barcelone, la Sorcière (Hänsel et Gretel) avec le Boston Symphony, les Quatre valets
(Les contes d’Hoffmann) à Lausanne, Le prince de Boétie (Orphée aux enfers) à Grenade,
Monostatos (La flûte enchantée) à Cagliari, Prince Orlofsky (La chauve-souris) au festival
autrichien d’opérette de Bad Ischl, en plus de donner plusieurs représentations de son recital
«Animals, Big and Small» à Hanovre et de prendre part à une version concert de Le grand
macabre de Ligeti avec le BBC Orchestra au Barbican.
Débuts à l’OdM.
Robbins
Larry D. Hylton, ténor (États-Unis)
Sportin’ Life (Porgy and Bess) reconnu, il a repris le rôle à travers le monde. Au cours de sa
carrière, il s’est produit au Metropolitan Opera, au Washington National Opera, à l’Opera
Company of Philadelphia, au Tulsa Opera, à l’Atlanta Opera Company, au Lyric Opera of
Chicago, à l’Opéra National de Lyon et au UK Opera Theatre. Sur la scène théâtrale, il s’est
distingué notamment dans Carmen Jones (sous la baguette de Placido Domingo), Sweeney Todd,
Soul Possessed, Black Nativity (Kennedy Center), The Gospel According to Fishman, Elegies: A
5
Song Cycle (Signature Theater) et Timbuktu (Ira Aldridge Theater).
Débuts à l’OdM.
Serena
Marie-Josée Lord, soprano (Canada)
Marie-Josée Lord a fait ses débuts professionnels en 2003 dans le rôle de Liù (Turandot) à
l’Opéra de Québec. Elle s’est depuis produite à plusieurs occasions à l’Opéra de Montréal,
notamment dans Suor Angelica, et y a incarné Mimi (La bohème), Laoula (L’étoile), Marie-Jeanne
(Starmania) et Nedda (Pagliacci). L’année dernière, on a pu l’entendre dans le rôle de Meg Page
(Falstaff) à l’Opéra de Québec et elle a fait ses débuts à Toronto, au prestigieux Koerner Hall du
Royal Conservatory. En 2011, son premier album solo a remporté un Félix dans la catégorie «
Meilleur album classique de l’année » en plus d’être sélectionné pour un Juno en 2012.
Dernière présence à la compagnie : Le Gala (2011).
Jake
Michael Preacely, baryton (États-Unis)
Michael Preacely est en plein essor sur la scène lyrique, en plus de sa présence sur les scènes
pop, contemporaine et Broadway. La critique a été élogieuse à son égard notamment pour
Scarpia (Tosca), Ford (Falstaff), Marcello (La bohème), le Grand prêtre (Samson et Dalila) et Jake
(Porgy and Bess), se produisant sur les scènes du Cincinnati Opera, de l’Opera Company of
Philadelphia, d’Opera Memphis, du Kentucky Opera, d’Opera Cleveland, du Lyric Opera of
Chicago, et du Bohème Opera New Jersey. Il se produit également avec des orchestres
importants aux États-Unis.
Débuts à l’OdM.
Clara
Chantale Nurse, soprano (Canada)
Présence scénique magnétique, voix envoûtante et musicalité naturelle, Chantale Nurse a fait
partie de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal où on a pu l’entendre dans Les amoureux
célèbres, Aleacanto, et dans le rôle de Anna Gomez (The Consul). Au cours de la saison courante,
elle est soliste dans Les quatre derniers lieder de Strauss avec le Sinfonia Orchestra et elle
prépare un récital opéra-cabaret. La saison dernière, elle s’est de nouveau produite en Asie pour
une série de concerts avec des artistes japonais de Yokkaichi et Osaka. À l’Opéra de Montréal,
elle était Josephine Baker dans La chauve-souris et Sister Rose dans la création québécoise de
Dead Man Walking.
Dernière présence à la compagnie: Dead Man Walking (2013)
Maria
Catherine Anne Daniel, mezzo-soprano (Canada)
Ancienne de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal, Catherine Anne Daniel a chanté Wowkle
(La fanciulla del West), le Deuxième esprit (Macbeth), Dorabella (Così fan tutte) et la Troisième
dame (La flûte enchantée). Pour ses débuts européens, elle a incarné Didon (Dido and Aeneas) au
Opera Studio Netherlands, pour ensuite se joindre à la compagnie en 2010. Au Canada, elle a
chanté en tournée avec l’Orchestre Métropolitain et Mercedes (Carmen) pour le Manitoba
Opera. En 2013, elle a enregistré un cd d’hymnes et de spirituals intitule «Songs Dear to My
Heart». Prochainement, elle sera Kate Pinkerton (Madama Butterfly) au Edmonton Opera.
Dernière présence à la compagnie : La flûte enchantée (2009)
6
Wayne Marshall, chef d’orchestre (Royaume-Uni)
Wayne Marshall parcourt le monde entier à titre de chef d’orchestre, organiste virtuose et
pianiste solo. Interprète renommé de Gershwin, Bernstein, Ellington et autres compositeurs
américains du XXe siècle, il occupe le poste de premier chef invité de l’Orchestre symphonique
Giuseppe-Verdi de Milan depuis septembre 2007 et a reçu, en 2010, le titre de « Fellow » du
Royal College of Music. En tant que chef invité, il a dirigé de nombreux orchestres au RoyaumeUni ainsi que l’Orchestre de l’Académie nationale Sainte-Cécile, le Rotterdam Philharmonic,
l’Orchestre symphonique de la radio de Vienne, l’Orchestre symphonique de la radio suédoise,
l’Orchestre symphonique de Sydney, l’Orchestre philharmonique royal de Stockholm et le
Maggio Musicale. Récemment, il s’est distingué en dirigeant West Side Story (à Bregenz) et Porgy
and Bess (aux BBC Proms, à Bregenz, à Washington et à Paris).
Dernière présence à la compagnie : Dead Man Walking (2013).
Lemuel Wade, metteur en scène (États-Unis)
Ténor classique, danseur et metteur en scène reconnu sur la scène internationale, Lemuel Wade
a travaillé sur Porgy and Bess à titre d’assistant pour le Teatro di San Carlo à Naples et sur le
spectacle tant acclamé présenté la première fois au Cincinnati Opera. Il a aussi signé Dreaming
Of Wonderland, extrait des American Opera Projects, en collaboration avec la Manhattan School
of Music. Pour le New York City’s Symphony Space, il a mis en scène Mrs. President, en
collaboration avec le Anchorage Opera. À titre d’assistant metteur en scène, il a pris part à la
tournée internationale de Porgy and Bess organisée par le New York Harlem Production et ce,
pendant plus de dix ans. Débuts à la compagnie.
Kenneth Foy, décors (États-Unis)
Kenneth Foy est membre du département de scénographie au Metropolitan Opera depuis 25
ans. Pour le Houston Grand Opera, il signe les décors de célèbres productions multimédias :
Carmen, Madame Butterfly, Pagliacci et A Little Night Music ainsi que ceux de Porgy and Bess
pour la Scala de Milan. On lui doit aussi des productions qui ont été présentées en tournées
internationales (La Mélodie du bonheur, Le Roi et moi) et nationales (My Fair Lady, Bombay
Dreams, Doctor Dolittle et White Christmas) ainsi que des productions pour l’American Opera
Center (Xerxes et Regina), des spectacles à Broadway (Candida, Macbeth, Oh, Kay!, Annie),
Gypsy, qui a remporté un Tony Award, et Dame Edna: The Royal Tour. On retrouve également
son travail à Londres (West End), en Australie, dans les parcs de Busch Gardens ainsi que dans
les parcs à thèmes Six Flags et sous le chapiteau du cirque des Ringling Bros. and Barnum &
Bailey. Débuts à l’OdM.
Judy Dearing, costumes (États-Unis)
La regrettée Judy Dearing (1940-1995) a conçu les costumes pour un grand nombre de
comédies musicales, de spectacles de danse et de pièces de théâtre. Elle a également été
danseuse et chorégraphe. Elle entame sa carrière en dansant aux côtés de Miriam Makeba et en
faisant du théâtre avec la Negro Ensemble Company avant de se consacrer à la confection de
costumes pour une gamme étendue d’arts théâtraux. Cette période, qui allait durer plus de 20
ans, avait commencé en 1976 avec For Colored Girls Who Have Considered Suicide/When the
Rainbow is Enuf. En 1985, les uniformes de la Seconde Guerre mondiale qu’elle confectionna
pour le drame de Charles Fuller, A Soldier’s Play lui valurent un Obie.
Steven Canyon Kennedy, effets sonores (États-Unis)
Steven Canyon Kennedy a travaillé comme concepteur artistique pour des spectacles présentés
à Broadway tels que Cats, Starlight Express, Song & Dance, The Phantom of the Opera, Carrie et
Aspects of Love. Pour des théâtres de Broadway, il réalise aussi la conception sonore de Hands on
a Hardbody, Jesus Christ Superstar, Catch Me If You Can, Guys and Dolls, Mary Poppins, Le Roi lion,
7
Jersey Boys (Drama Desk Award), 700 Sundays de Billy Crystal, Hairspray, The Producers, Aїda,
Titanic, Big, How To Succeed In Business Without Really Trying, Carousel ainsi que celle de The
Who’s Tommy (Drama Desk Award). Débuts à l’OdM.
Éclairages
ANNE CATHERINE SIMARD-DERASPE (CANADA)
Au théâtre, elle signe Roméo et Juliette (Théâtre Denise-Pelletier), Le caillou de saturne (Théâtre
du p’tit loup), Le père Léonidas et La Réaction (Montréal Arts Interculturel), Ce fou de Platonov
(Théâtre Prospero), Molière en hiver (Bain St-Michel) et Théâtre sans animaux (Théâtre La
Licorne). À l’opéra, elle signe plusieurs spectacles dont Il tabarro/Suor Angelica, Lucia di
Lammermoor, La flûte enchantée, Rigoletto, Tosca, Werther et récemment La chauve-souris
(Opéra de Montréal) et Macbeth (Opera Australia) ; elle assiste le concepteur lumière dans Thaïs
(Palm Beach Opera). Elle est également professeure pour l’École nationale de théâtre du Canada.
Dernière présence à la compagnie : Lakmé (2013).
Chef de chœur
Dr. Trevor Payne (Canada)
Trevor W. Payne a dix ans quand sa famille quitte la Barbade pour venir s'installer à Montréal. Il
se considère comme un Montréalais à part entière depuis son arrivée. En février 1996, il est
honoré par la Société des gradués de l'Université McGill de Montréal qui le nomme parmi les
cinq gradués de race noire s'étant le plus illustré au cours des 175 années d'histoire de
l'Université. En avril de la même année, la Gazette de Montréal l'inscrit sur la liste des dix
meilleurs chefs d'orchestre et de chorale de l'histoire de la ville de Montréal. Le 22 mai 1996,
Trevor W. Payne est reçu au sein de l'Ordre du Canada par Son Excellence le Gouverneur général
du Canada, Roméo Leblanc. En janvier 2010, il a reçu la récompense Image du Gala Soba pour sa
contribution et son dévouement pendant presque 30 ans à l’une des chorales de gospels les
plus prestigieuses en Amérique du Nord, soit le Montreal Jubilation Gospel Choir.
8