Des îles bretonnes à croquer

Commentaires

Transcription

Des îles bretonnes à croquer
Communiqué
de presse
Contacts Presse
Marie-Julie Gouniot
Tél. : +33 (0)2 99 28 44 46
Port. +33 (0)6 43 05 62 90
[email protected]
Les îles bretonnes… leurs côtes découpées,
leurs plages abritées, leur micro-climat…
leur gastronomie ! Et oui, de Batz à BelleIle en passant par Quéménès, Ouessant ou
Groix… les îles bretonnes ont aussi un
caractère gastronomique bien marqué.
Evadons-nous au large de Roscoff, et débarquons sur l’île de
Batz. Sur ces 305 ha. de terre dont 170 cultivables, le légume
est roi, travaillé par une quinzaine de maraichers. Ici, le climat
est bienveillant, iodé, avec une terre sablonneuse et surtout
un délicat terreau d’algues. C’est Idéal pour la pousse, en bio
ou en raisonné, des légumes primeurs comme les carottes, les
choux, les échalotes et bien évidemment les pommes de terre
nouvelles.
Après cette assiette légumière, poussons plus à l’ouest, vers
l’archipel de Molène et l’île de Quéménès, 26 ha. orientés estouest. Un caillou,
propriété du Conservatoire du Littoral, qui y a installé en 2003 un couple
Raclette de l’Iroise
Colis repas d’Iroise à 39€
de cultivateurs (ils font aussi chambre d’hôtes !), David et Soizic Cuisnier.
Ingrédients pour 4 personnes
Leur production de « patates » bio fertilisées aux algues s’arrache sur le
- 2,5 kg de pommes de terre de l’île de Quéménès,
continent et leurs récoltes d’algues aromatisent les fromages de la ferme
- 4 saucisses de Molène,
de Kéroudy que l’on retrouve notamment à l’Armen, restaurant étoilé de
- 250g de tomme d’Iroise aux algues de la ferme de
Brest. Avant de quitter l’archipel, il faut goûter la fameuse saucisse de
Kéroudy.
Molène fumée au goémon, à déguster l’hiver en raclette ou lors de la
www.iledequemenes.fr
fête de la mer, sur l’île tous les 15 août !
© B. Galéron_adt29
Des îles bretonnes à
croquer !
Elise Laforest
Tél. + 33 (0)2 99 28 44 58
Port. +33 (0)6 83 62 26 35
[email protected]
Toujours plus à l’ouest, l’île d’Ouessant, et sa flore endémique fouettée par les embruns, est réputée pour ses
moutons mais également pour son miel, considéré comme l’un des meilleurs de la planète. Doux mentholé en
début de saison, il s’imprègne des parfums de la bruyère en fin de saison. Une halte sur l’île de Sein pour déguster
le fameux ragoût de homard à l’hôtel restaurant l’Armen et l’on met le cap plein sud vers les îles morbihanaises.
Groix, pourquoi pas, histoire de visiter la dernière conserverie groisillonne, Groix&Nature. On y trouve des spécialités
de l’île comme le confit de noix de Saint-Jacques ou la Godaille des thoniers… On cultive sur l’île un safran de qualité
et un dîner s’impose au restaurant Le Cinquante du slow-foodien Jean-Louis Farjot ! Le lendemain, direction BelleÎle. Après avoir terminé l’assiette de poule aux krassens, une poule au pot agrémentée des fameux beignets salés de
l’île, déguster avec modération le whisky Kaerilis, distillé et vieilli sur place facilite la digestion !
- Chambres d’hôtes et gîtes sur Quéménès : www.iledequemenes.fr.
2 nuits en pension complète à partir de 499€.
- Croisière vers Sein au départ d’Audierne, dîner et nuit à bord à Sein avec ragoût de homards : www.audierneyachting.com. 359€ par personne.
- Hôtel les Herbes Folles sur Batz : www.hotel-iledebatz.com. A partir de 60€ la nuit.
- Hôtel le Ti Jan Ar c’hafé à Ouessant : www.tijan.fr. A partir de 60€ la nuit.
- Chambre d’hôtes la Grek à Groix : www.lagrek.com. A partir de 45€ la nuit.
- Chambre d’hôtes Pen Prad à Belle Ile en mer : www.villapenprad.com. A partir de 160€ la nuit.
Gastronomie bretonne - Janvier 2015
Plus d’informations sur tourismebretagne.com