Torino, 29 novembre 2012 c.a. François Hollande Presidente della

Commentaires

Transcription

Torino, 29 novembre 2012 c.a. François Hollande Presidente della
Torino, 29 novembre 2012
c.a.
François Hollande
Presidente della Repubblica
Francese
Mario Monti
Presidente del Consiglio dei
Ministri del Governo Italiano
La nuova linea Torino Lione come opportunità per risolvere il problema delle connessioni materiali
ed immateriali tra Francia ed Italia e ridurre lo svantaggio dei territori alpini
La Nuova Linea ferroviaria Torino Lione, elemento centrale del Corridoio 3 “Mediterraneo”, non è
solo una componente essenziale nel disegno dell’integrazione degli Stati nazionali nella grande
Unione Europea, ma rappresenta una grande opportunità per la costruzione di nuove relazioni
sociali ed economiche tra le comunità locali, le Provincie e le Regioni alpine di Francia ed Italia.
I territori compresi tra le metropoli di Lione e Torino, poli strategici ed eccellenze del sistema
economico-produttivo e sociale per le rispettive nazioni, condividono da sempre storia, relazioni
sociali, culturali ed economiche, che richiedono il supporto di infrastrutture e reti di comunicazione
adeguate al XXI Secolo; tali infrastrutture devono anche consentire di superare le difficoltà e le
marginalità dei territori alpini.
Per questo occorre cogliere l’occasione della realizzazione di questa grande opera ferroviaria non
solo per superare i limiti economici ed ambientali dell’attuale sistema dei trasporti “materiali”, ma
anche per sviluppare una adeguata rete delle comunicazioni “immateriali”.
Per questo risulta necessario creare tra Lione e Torino, con costi molto limitati, una dorsale a
banda larga ad elevate prestazioni in grado di supportare i processi di innovazione, ricerca e sviluppo
dei poli metropolitani (Smart Cities) e di garantire, su tutto il territorio attraversato, condizioni di
elevata connettività (Smart Valley) limitando il “digital divide” dei territori alpini, che genera ulteriore
fonte di svantaggio e marginalità e forte limite allo sviluppo.
È possibile avviare già adesso il percorso sopra descritto utilizzando la grande dorsale esistente
lungo l’autostrada Torino-Aiton, gestita per la parte Italiana da SITAF e per la parte francese da
SFTRF, che ha oggi una grande capacità residua.
Su iniziativa della Provincia di Torino, la dorsale tra Torino e Bardonecchia è stata resa disponibile
da SITAF al territorio nell’ambito delle misure di accompagnamento alla Nuova Linea Torino-Lione e
consentirà di abbattere il divario digitale nell’intera Valle Susa. L’estensione della connessione alla
vicina Maurienne, ed in seguito anche al territorio della Savoia, contribuirebbe alla realizzazione di un
collegamento diretto dei due punti di interscambio internet di Torino e Lione, gettando le basi per la
creazione di un HUB in grado di operare alla pari con i grandi centri Nord-Europei (Londra,
Amsterdam e Francoforte).
L’attivazione della rete consentirebbe inoltre di realizzare dei Data Center a basso impatto
energetico in Francia e in Italia necessari a sviluppare, anche in questi territori, condizioni di
competitività per le attività economiche, per le scuole, per la Pubblica Amministrazione e per i
cittadini.
Per queste ragioni si considera di grande rilevanza inserire nell’accordo italo-francese sulla
realizzazione della Nuova Linea Torino-Lione (rete TEN-T europea) l’impegno degli Stati a considerare
e promuovere una nuova “autostrada digitale” tra Torino e Lione che costituisce una componente,
anch’essa strategica, della rete transeuropea utilizzando, in anticipazione, le reti tecnologiche già
oggi disponibili lungo la dorsale autostradale europea E70.
Certi dell’attenzione, cogliamo l’occasione per rinnovare il nostro convinto sostegno all’azione dei
due Governi per l’accordo italo-francese del prossimo vertice di Lione.
Distinti saluti.
La nouvelle liaison Lyon-Turin : l’opportunité pour résoudre le problème des relations
matérielles et immatérielles entre la France et l'Italie,
et accroître l’attractivité des territoires alpins.
La nouvelle liaison ferroviaire Lyon-Turin, élément central du corridor 3 "Méditerranée"
est une composante essentielle de l'intégration des Etats au sein de la grande Union
Européenne, mais c'est également une forte opportunité pour la construction de nouvelles
relations sociales et économiques entre les collectivités locales, les départements et les régions
alpines de la France et de l'Italie.
Les territoires, situés entre les métropoles de Lyon et Turin, pôles stratégiques de
l'excellence du système économique, productif et social de leurs pays respectifs, partagent
depuis toujours des relations sociales, culturelles et économiques. Ils ont besoin aujourd’hui
du soutien d’infrastructures adéquates et de réseaux de communication du vingt et unième
siècle. Ces infrastructures permettront de surmonter les difficultés et la marginalisation des
territoires alpins.
Pour cela, nous devons saisir l'occasion de la réalisation de ce grand ouvrage ferroviaire
pour dépasser les limites économiques et environnementales de l'actuel système des transports
"matériels" en développant également un réseau de communications "immatérielles" adapté.
Ainsi, il est nécessaire de créer entre Lyon et Turin, avec des coûts limités, une dorsale
large et aux performances élevées apte à soutenir les processus d'innovation, la recherche et le
développement des pôles métropolitains (Smart Cities) et de garantir, sur tout le territoire
traversé, les conditions de connectivité élevée (Smart Valley) limitant la «fracture numérique»
des vallées alpines, source de limitation importante du développement local.
Dès à présent, la première partie de ce projet est réalisable en utilisant comme grande
dorsale entre Turin et Aiton (Savoie) les réseaux techniques de l’autoroute gérée coté italien
par la SITAF et pour la partie Française par la SFTRF, qui ont aujourd’hui une capacité
disponible importante.
A l'initiative de la Province de Turin, une liaison numérique entre Turin et Bardonecchia a
été mise à disposition du territoire par la SITAF dans le cadre des mesures d'accompagnement
de la nouvelle liaison ferroviaire Lyon-Turin en brisant ainsi la fracture numérique le long de
la vallée de Suse. L’extension de la connexion à la Maurienne voisine et plus tard vers
l’ensemble du territoire Savoyard, contribuera à la réalisation d'une liaison directe entre les
deux points d'échange Internet de Turin et Lyon, jetant ainsi les bases de la création d'un HUB
qui pourra fonctionner sur un pied d'égalité avec les grands centres du Nord de l'Europe
(Londres, Amsterdam et Francfort).
L'activation de ce réseau permettra également de réaliser des centres de données (Data
Center) à haut rendement énergétique en France et en Italie nécessaires pour développer, dans
ces territoires, les conditions de compétitivité pour les activités économiques, pour les écoles,
pour les administrations et les citoyens.
Pour ces raisons, nous considérons d'une grande pertinence l’ajout dans l'accord francoitalien sur la mise en œuvre de la nouvelle liaison ferroviaire Lyon-Turin (projet du
programme européen RTE-T) l'engagement des États à envisager et promouvoir une nouvelle
«autoroute numérique» entre Turin et Lyon qui constitue une composante tout aussi
stratégique du réseau transeuropéen utilisant, par anticipation, les réseaux techniques déjà
disponibles le long de l’axe autoroutier européen E70.
Certains de votre attention sur ce sujet, nous saisissons cette occasion pour renouveler
notre soutien convaincu à l'action des deux gouvernements en faveur de l'accord entre l'Italie
et la France du prochain sommet à Lyon.
Veuillez recevoir, Monsieur le Président de la République Française, Monsieur le Président
du Conseil, l’expression de notre haute considération.
.
Pour la région Rhône-Alpes
François Chemin
Maire de Fourneaux
Conseiller Régional
Béatrice Santais
Maire de Montmélian
Député de la Savoie
Regione Piemonte
Provincia di Torino
Gérard Collomb
Sénateur - Maire de Lyon
Président du Grand Lyon
Città di Torino
Jean Claude Raffin
Maire de Modane
Comune di Susa
Christian Rochette
Maire de St Rémy de Maurienne
Conseiller régional
Président du Syndicat du Pays de Maurienn
Comune di Bardonecchia
Bernadette Laclais
Maire de Chambéry
Députe de la Savoie
Comune di Chiomonte