le petit monde merveilleux de l`ED radicale lyonnaise.indd

Commentaires

Transcription

le petit monde merveilleux de l`ED radicale lyonnaise.indd
Le petit monde merveilleux de l’extrême-droite radicale lyonnaise
Rebeyne
Section lyonnaise des jeunes identitaires, créée en février 2003, dirigée par
Damien Rieu.
Caractéristiques : ethnorégionaliste,
anti-musulman.
Les Jeunesses
Nationalistes
Branche jeunes de l’Œuvre Francaise,
créée en octobre 2011, dirigée par
Alexandre Gabriac.
Caractéristiques : nationaliste, antimusulman, antisémite.
Le GUD Lyon
Section lyonnaise du GUD, créée en
septembre 2011, dirigée par Steven
Bissuel.
Caractéristiques : nationaliste, antimusulman, antisémite.
Les Autonomes
Lyonnais
Section lyonnaise des Nationalistes
Autonomes, créée en 2010 par Nicolas
André, dit Willo.
Caractéristiques : nationaliste, antimusulman, antisémite.
3e Voie
Section lyonnaise de 3e Voie, créée en
juillet 2011 par Renaud Mannheim.
Caractéristiques : nationaliste, néonazi, anti-musulman, antisémite.
Les autres groupes
présents à Lyon
Les intellos
courant Gollnisch du FN
Il assure notamment la formation des
jeunes cadres nationalistes.
Égalité et Réconciliation
Issu d’Unité Radicale, dissous après
la tentative d’assassinat du président Chirac par l’un de ses militants,
les Identitaires regroupent plusieurs
structures, dont le Bloc Identitaire et
ses différentes sections jeunes. Les
identitaires tentent de se démarquer
de l’extrême-droite traditionnelle tout
en recrutant parmi les jeunes nationalistes. Ils misent sur la communication et les nouvelles technologies.
Leur stratégie de dédiabolisation, sur
le modèle des partis populistes européens de droite, est un semi-échec, la
base des militants n’étant pas prête à
renoncer aux aspects folkloriques du
nationalisme français.
ACTIONS
• Mars 2010 : envahissement du Quick
de Villeurbanne, qui sert de la nourriture hallal.
• Mai 2011 : marche des cochons.
Bloc identitaire Lyon
Branche lyonnaise des Identitaires de
plus de 30 ans.
Les petits Lyonnais
Vitrine de Rebeyne pour l’organisation
d’évènements soi-disant culturels.
La Traboule
Local de Rebeyne situé 5 montée du
change, dans le quartier Saint-Jean.
Ce groupuscule se revendique ouvertement fasciste, comme le montre leur
emblème. Il a pour objectif de récupérer l’espace politique abandonné
par la stratégie de dédiabolisation du
Front National engagée par Marine Le
Pen, en rassemblant les « déçus » et
les « purgés » du FN.
Dans la droite ligne de l’extrêmedroite traditionnelle, ses membres
se caractérisent par une xénophobie
exacerbée, une foi chrétienne et par
la culture du corps et de la virilité. Ils
se positionnent contre le système : antidémocratique, anticapitaliste, antiaméricanisme…
ACTIONS
• Janvier 2012 : manifestation contre
la présence des soldats français en
Afghanistan.
• Juin 2012 : interdiction de « la marche des souchiens » et manifestation
illégale.
Local
Les Jeunesses Nationalistes ont leur
local en plein cœur du quartier de la
Guillotière : 19 rue de Marseille.
Le Groupe Union Défense est un mouvement étudiant d’extrême-droite, qui
se présente aux élections universitaires sous la vitrine « Union Défense
de la Jeunesse ». Quand ils ne « débloquent » pas les facs, les membres
du GUD n’ont pas grand chose à faire.
Ils s’associent aux différentes actions
nationalistes, tentent de diffuser leurs
idées dans le milieu étudiant et essaient de « mettre la pression sur les
cocos » (entendre étudiants de gauche). Le folklore militant est très important. Les « gentlemen fascistes »,
comme ils se définissent eux-mêmes,
ont le crâne rasé et portent le blouson de cuir. Ils doivent s’inscrire à des
cours de combat, séduire les femmes
ou encore porter des Ray-bans…
ACTIONS
• Septembre 2011 : soutien à Gollnisch
pour son retour à l’université Lyon III.
• Janvier 2012 : des membres du GUD
sont arrêtés pour des tags nazis.
• Juin 2012 : diffusion d’un tract incitant à la haine raciale.
• Septembre 2012 : attaque du local
du PCF du Rhône.
Les Autonomes Lyonnais n’existent
pas vraiment pour l’instant, mais vu
l’acharnement de Willo pour créer
ce groupuscule, il y a de fortes chances pour que l’on en entende parler
prochainement. Pour l’instant, toutes
leurs tentatives d’actions se sont soldées par un échec : une campagne
d’autocollants détournée par des antifascistes ; l’organisation d’une manifestation qui s’est terminée au poste
de police en octobre 2011 ; une autre
manifestation, contre la « répression
envers les nationalistes », interdite par
la préfecture en juin 2012. Ils ont pour
caractéristique d’être violents et de
reprendre à leur compte les codes des
mouvements autonomes d’extrêmegauche dans le cadre d’une idéologie
néofasciste.
Entre hooligans et skinheads fascistes
(bonehead), ce groupuscule réunit une
trentaine de personnes, les plus radicales et surtout les plus violentes de
l’extrême-droite lyonnaise. Les actions
officielles se limitent pour l’instant à
des tags le long des ponts d’autoroutes, des collages d’affiches, des distributions de tracts et la participation
à des actions nationales. Plusieurs
membres dont le leader sont membres
du groupe de RAC (Rock Against Communist) « Match Retour ». Ce groupuscule est affilié au réseau international
néonazi « Blood and Honour ».
Lyon Dissident / Blood and Honour
Créé en 2006 par Mannheim, Blood and
Honour Lugdunum change son nom au
profit de Lyon Dissident en 2008 afin
d’avoir moins de contraintes pour l’organisation de ses concerts néonazis.
Bunker Korps Lyon / Rock’n’Gones
En 2010, le groupe ouvre un local à
Gerland, le Bunker Korps Lyon, avec
pour vitrine l’association Rock’n’Gones. Ce local a été fermé en 2011 sous
la pression du Collectif de vigilance 69
contre l’extrême-droite.
• Janvier 2010 : attaque de la
manifestation contre le débat
sur l’identité nationale organisé à la préfecture de Lyon.
Les nostalgiques
Œuvre Française
Fondée en 1968 par Pierre Sidos, elle
est présidée par Yvan Benedetti, élu
municipal de Vénissieux. Outre l’obsession du complot juif, l’Œuvre Française
revendique l’héritage de la France de
Vichy. Les plus vieux de ses adhérents
sont d’anciens collabos ou d’anciens
de l’OAS. Les Jeunesses Nationalistes
de Gabriac, membre de l’Œuvre, en
constituent la branche jeunes.
Les anti-IVG
Organisation de marches et de prières
contre l’avortement.
Les catholiques intégristes
Réseaux nombreux et complexes, proches du FN et des anti-IVG.
Les néonazis
• Novembre 2011 : dégradations
et tags nazis sur le local des Magics Fans (groupe de supporters
stéphanois) par les membres de
Mezza Lyon (groupe non officiel
de supporters de l’OL).
Les actions violentes non revendiquées
Très régulièrement des actions non revendiquées
rassemblent les membres des différents groupuscules lyonnais et certains ultras et hooligans,
supporters de l’OL. Ce sont systématiquement des
actions violentes.
Mouvement Action Sociale
Créé en 2012, dirigé par Arnaud Derville (30 membres).
Renouveau Français
Unité Gauloise (les groupes nationalistes se sont unis dans cette entité pour coordonner leurs actions et mutualiser leurs moyens.)
ment privilégié et un lieu de diffusion des idées pour tous les groupuscules d’extrême-droite. Leurs leaders recrutent de nombreux membres ou
sympathisants parmi les hooligans et les ultras, membres des différents
groupes de supporters (Bad Gones, Lyon 1950 ou Indépendants).
Europe Identité
Branche jeunes de Terre et Peuple, organisation dirigée par Pierre Vial.
Créé en 2005, dirigé par Thibault de
Chassey (150 membres).
Union des Lycéens Nationalistes
Branche lycéenne du GUD qui tente de
s’implanter dans les lycées du Rhône.
Les matchs de l’Olympique Lyonnais sont un terrain de recrute-
Créé en 2007, dirigé par Alain Soral
(30 membres).
• Octobre 2010 : affrontement
avec les « casseurs » lors du
mouvement social contre le
projet de réforme des retraites.
Depuis 5 ans, on ne compte
plus les agressions commises
contre des personnes d’origine étrangère ou des militants
antifascistes, certaines avec
de très graves conséquences
pour les victimes.
• Décembre 2011 : agressions des
spectacteurs qui assistaient au
concert de Sniper (groupe de rap
français), juste avant un match de
l’OL.
La Fraternité des Artamans
Mouvement néonazi et négationniste.
• Mars 2012 : agressions de jeunes d’origine maghrébine à SaintChamond, après le procès des
membres de Mezza Lyon.
Le quartier de Saint-Jean à Lyon
C’est devenu le nouveau terrain de jeux de l’extrême-droite lyonnaise. Outre les nombreuses agressions, les tags nazis et autres
autocollants, les commerçants d’origine étrangère sont la cible
principale de ces militants. Ainsi, deux commerces ont déjà fermé,
deux autres sont sur le point de l’être.
document du Collectif de vigilance 69 contre l’extrême-droite (octobre 2012) - sources : document du SCALP « le petit monde merveilleux de l’extrême-droite française », Rebellyon.info, REFLEXes, Fafwatch, organisations du Collectif de vigilance 69.