La compétence réflexive du conseiller d`orientation et l`évaluation du

Commentaires

Transcription

La compétence réflexive du conseiller d`orientation et l`évaluation du
La compétence réflexive du conseiller d’orientation
et
l’évaluation du fonctionnement psychologique
____________________
Mireille Tesolin, M.A.
Psychologue, conseillère d’orientation
Superviseure didacticienne en PGRO
Mai 2014
1
Description
Bien évaluer le fonctionnement psychologique
d’une personne qui nous consulte permet de
cerner la nature de son besoin et de concevoir les
prochaines interventions pertinentes. La
compétence réflexive est essentielle à cette
évaluation.
Dans cet atelier, nous verrons comment enrichir
cette compétence et comment l’utiliser en cours
d’entretien, au service de l’évaluation du client et
de la compréhension de son besoin.
M. Tesolin (2014)
2
Le champ d’exercice du conseiller d’orientation
(Loi 21)
– Le conseiller d’orientation évalue le fonctionnement
psychologique, les ressources personnelles et les conditions du
milieu
– Évaluer, dans un contexte d’orientation professionnelle, consiste
à porter un jugement clinique dans le cadre d’un processus
permettant d’apprécier la situation d’une personne au regard de
son cheminement vocationnel ou de son insertion
socioprofessionnelle
– Le conseiller d’orientation intervient sur des aspects
problématiques liés à l’identité et au développement de la
personne, ainsi qu’aux processus psychologiques sous-jacents.
M. Tesolin (2014)
3
Cadre juridique, éthique et déontologique
CLINICIENS, CLINICIENNES
Spécificités
conseiller d’orientation
psychologue
psychoéducateur
M. Tesolin (2014)
4
Posture initiale
du conseiller d’orientation…
Clinicien, clinicienne
M. Tesolin (2014)
5
POSTULAT DE BASE
je m’adresse à une PERSONNE
…et non à une problématique
M. Tesolin (2014)
6
C’EST QUOI AU JUSTE
LA COMPÉTENCE RÉFLEXIVE…?
M. Tesolin (2014)
7
LA COMPÉTENCE RÉFLEXIVE
La capacité à avoir accès à ses connaissances
théorico-cliniques en cours de séance
CIG
(CENTRE D’INTÉGRATION GESTALTISTE, MONTRÉAL)
M. Tesolin (2014)
8
La compétence réflexive
ses composantes
• CONNAISSANCES GÉNÉRALES (histoire, politique,
géographie, littérature, différentes cultures, etc)
• CONNAISSANCES SPÉFICIQUES (déontologie professionnelle
et l’éthique, les théories du développement et ses enjeux; la
psychopathologie; théories du développement de carrière,
du counseling de l’orientation et information scolaire et
professionnelle actuelle.)
• CAPACITÉ DE MENTALISATION (conscience de soi et de
l’autre en relation conjuguée à une capacité de régulation
affective)
M. Tesolin (2014)
9
Soyons simples…disons que
La compétence réflexive,
…c’est une manière de réfléchir son client
et la relation.
M. Tesolin (2014)
10
POURQUOI EST-CE SI IMPORTANT…
POUR LE CONSEILLER D’ORIENTATION
DE NOURRIR SA COMPÉTENCE RÉFLEXIVE POUR
L’ÉVALUATION DU FONCTIONNEMENT PSYCHOLOGIQUE
?
M. Tesolin (2014)
11
« Comment expliquer à votre beau-frère qui déménage de
lourdes boîtes toute la journée que vous semblez encore
plus fatigué que lui? De son point de vue, vous ne faites
rien! Un intervenant en santé mentale, ça demeure assis
toute la journée, dans une chaise confortable, et ça ne fait
qu'écouter les problèmes des gens. Quoi de plus
simple?»
M. Tesolin (2014)
Bruno Fortin, www.psychologue.levillage.org
1996,1997
12
LA COMPÉTENCE RÉFLEXIVE
en faveur de
L’ÉVALUATION DU FONCTIONNEMENT PSYCHOLOGIQUE
M. Tesolin (2014)
13
Évaluer la situation de manière rigoureuse
• Évaluer la demande d’aide ou la situation problématique;
• Évaluer le fonctionnement psychologique des personnes, dont leurs
intérêts, leurs aptitudes et leurs fonctions cognitives et affectives, en
tenant compte de leur état de santé mentale, y compris les risques
suicidaires et homicidaires.
• Différencier le fonctionnement normal du fonctionnement pathologique
chez la personne, en tenant compte des dimensions psychologiques,
sociales et physiques.
• Évaluer les enjeux présents entre les personnes et leur environnement.
• Identifier les ressources et les limites de l’environnement.
• Analyser la situation en s’appuyant sur les connaissances théoriques et
pratiques appropriées.
• Transmettre verbalement ou par écrit aux acteurs concernés une analyse
claire de la situation.
Le profil des compétences générales des conseillers d’orientation, OCCOQ (2004)
M. Tesolin (2014)
14
Pour évaluer la situation
de manière rigoureuse...
• Le conseiller d’orientation doit posséder
des connaissances approfondies et à
jour, notamment de la psychométrie et
de l’évaluation, du développement de la
personne, de la psychopathologie, du
développement vocationnel et de
l’insertion profesionnelle.
Le profil des compétences générales des conseillers d’orientation (2004)
M. Tesolin (2014)
15
Les responsabilités professionnelles du conseiller
d’orientation supposent la capacité d’exercer
un jugement clinique approprié à la situation du client.
• Apprécier les ressources psychologiques dont le client
dispose pour entreprendre une démarche d’orientation;
• Détecter une problématique urgente;
• Dépister un trouble non diagnostiqué;
• Offrir un suivi pertinent et/ou référer à un professionnel
habilité.
• Savoir communiquer entre professionnels de la santé
mentale sur la base d’un langage commun.
M. Tesolin (2014)
16
Accueillir
(Créer un lien de confiance)
Interventions
gestion de crise
Évaluer
diriger vers des ressources appropriées
(Consentement et
collaboration)
soutien, accompagnement, suivi clinique
psychothérapie
Inspiré du tableau de D. Rochefort (2012)
Dans: La Psychothérapie du Lien : genèse et continuité CIG 2012
M. Tesolin (2014)
17
M. Tesolin (2014)
18
Lapointe et Savard considèrent que les conseillères et conseillers
d’orientation sont maintenant appelés à intervenir auprès d’individus aux
prises avec des difficultés sur le plan de la santé mentale (anxiété,
dépression, détresse psychologique). Environ 50 à 60% des adultes qui
consultent en counseling de carrière seraient en état de détresse
psychologique (Multon et coll, 2001,2007)
Lapointe et Savard, l’orientation, août
2013
M. Tesolin (2014)
19
Les troubles de la personnalité affectent de 6 % à 15 % de la
population125,126.
Les plus courants sont les personnalités obsessionnelle-compulsive
(dont le taux de prévalence est de 7,7 % selon les critères du
DSM-IV), évitante (6,6 %), paranoïaque (5,6 %), borderline (5,4
%) et schizotypique (5,2 %)126.
En général, le trouble de la personnalité est reconnaissable pendant
l’adolescence ou au début de l’âge adulte, mais certaines
personnes ne cherchent à se faire soigner que beaucoup plus tard.
Il est possible qu’un trouble de la personnalité soit exacerbé après
la perte d’une personne ou d’une situation de soutien importante7.
L’évolution d’un trouble de la personnalité est relativement stable
au cours du temps.
Statistique Canada
M. Tesolin (2014)
20
Mentalisation et
Développement
La capacité de mentaliser se construit dans la relation d’attachement.
Une
conscience normale de la relation entre réalité interne et externe n’est pas
universelle. Il s’agit d’une acquisition développementale.
Le développement passe normalement d’une expérience de réalité psychique,
dans laquelle les états mentaux ne sont pas liés sous forme de représentations, à
une vision de plus en plus complexe du monde interne, dont la signature est la
capacité à mentaliser : supposer l’existence de pensées et de sentiments chez
les autres et chez soi-même, et reconnaître leur connexion avec la réalité
externe. (Fonagy 2001)
M. Tesolin (2014)
21
Mentalisation et régulation affective
« Fonagy, Schore, et d'autres ont proposé
que la régulation des émotions est
fondamentale au développement du Self, et
que les relations d'attachement sont le
principal contexte pour l'apprentissage de
cette réglulation affective -- de pouvoir
accéder, moduler, et utiliser les émotions »
D. Wallin (2007)
(traduction libre : James Everett)
M. Tesolin (2014)
22
Le cerveau et le développement
« Le cerveau est conçu comme un organe social qui
se construit à partir des interactions avec les
autres. »
(Cozolino,L. 2006)
M. Tesolin (2014)
23
Le cerveau et le développement
Une des découvertes récentes les plus importantes en
neurosciences est LA PLASTICITÉ NEURONALE ou PLASTICITÉ
CÉRÉBRALE.
La plasticité neuronale est présente tout au long de la vie, avec un
pic d’efficacité pendant le début de la vie et suite à l’apprentissage,
mais demeure présente pendant la vie adulte.
Le cerveau est donc un système dynamique, en perpétuelle
reconfiguration.
M. Tesolin (2014)
24
L’ÉVALUATION EN CONTEXTE CLINIQUE
S’ÉLABORE EN PRENANT APPUI SUR
LES COMPÉTENCES RÉFLEXIVE, AFFECTIVE ET INTERACTIVE
POUR APPRÉCIER CES DOMAINES :
•
•
•
•
•
•
•
L’état mental à partir des observations et des informations obtenues;
Les expériences vécues : les facteurs de résilience versus les facteurs de risque
La traversée des enjeux développementaux
La qualité des relations d’objet (représentations de soi et autre)
Le style d’attachement dominant (impact dans la vie actuelle)
Les capacités de mentalisation
Les correspondances significatives avec les critères du DSM ou du PDM
M. Tesolin (2014)
25
L’entrevue d’évaluation
Quelques considérations
1. L’entretien d’évaluation se fait en relation avec une personne;
2. Avoir sa collaboration et son consentement;
3. Ressentir un réel intérêt et une empathie pour le client;
4. Demeurer attentif au verbal, au non-verbal et au contre-transfert;
5. De la qualité de la relation dépendra la qualité des informations;
6. Estimer les capacités émotives, cognitives et comportementales;
7. S’assurer que le client se sent bien compris;
8. Débuter par des questions ouvertes pour préciser avec des questions
fermées;
9. Éviter de conclure rapidement (pensez vérifier vos hypothèses);
10.Vérifier l’impact de la souffrance exprimée;
11. Demeurer sensible à l’impact que vous avez auprès du client;
12.S’assurer que les informations obtenues sont assez complètes;
13. Avoir recours aux autres sources d’informations (médecins, autres
intervenants) pour compléter les impressions diagnostiques.
M. Tesolin (2014)
26
QUELQUES OUTILS POUR DÉVELOPPER
LA COMPÉTENCE RÉFLEXIVE
• voyager, vivre des expériences diversifiées;
• s’ouvrir aux différentes approches existantes
dans notre domaine de pratique;
• lire tant la littérature que les ouvrages
directement liés à vos domaines de pratique;
• se ressourcer par des formations, des
supervisions, des entretiens d’intervision entre
collègues;
• Partager entre collègues.
27
Les trois compétences (PGRO)
Réflexive
La capacité à avoir accès à ses connaissances théoricocliniques en cours de séance
Affective
La capacité à éprouver et à « gérer » un registre large et
nuancé d'affects, en relation avec la situation clinique
courante
Interactive
La capacité à traduire judicieusement dans la
communication thérapeutique le « produit » de la
compétence réflexive et de la compétence affective
CIG
Mireille Tesolin 2014
28
29
30
31
Affect Regulation, Mentalization, and the Development of Self
by Peter Fonagy (Author), Gyorgy Gergely (Author), Elliot Jurist (Author), Mary
Target (Author) Other Press, N.Y. (2002)
32
33
Merci de votre attention !
34