Le tourisme en Algérie 1880 -1950 : un voyage à écrire

Commentaires

Transcription

Le tourisme en Algérie 1880 -1950 : un voyage à écrire
LE TOURISME EN ALGERIE (DE 1880 AUX ANNEES 1940) :
UNE HISTOIRE A ECRIRE
Arnaud BERTHONNET
Université de Paris IV Sorbonne
"Alger, c'est la plus belle ville du monde"
Henry de Montherlant
"Alger qui sent la chèvre et la fleur de jasmin"
Jean Cocteau
"L'Algérie, terre d'élection du tourisme"
Jean Mélia
"La mise en valeur des sites, monuments, curiosités d'un pays, l'exploitation du
"capital beauté" sont des ressources infiniment appréciables, sans cesse
renouvelées, non prescrites par le temps et qui constituent, surtout dans un pays
comme l'Algérie, une véritable industrie, peut-être la plus profitable de toutes"1.
"49e notion - Le voyageur ne peut rester insensible au spectacle qu'offre l'Algérie.
Son patrimoine touristique est caractérisé par l'infinie variété des sites, un ciel d'un
bleu intense, une lumière éclatante, une mer aux flots généralement tièdes et
caressants. Ruines romaines, monuments de l'art musulman, rivage présentant tour
à tour des criques, des falaises et des plages de sable fin, hautes cimes permettant
de décembre à mai la pratique des sports d'hiver, gorges et défilés célèbres par leur
grandeur sauvage, oasis luxuriantes ou milieu des sables, désert du Sahara dont la
France a fait un pays des miracles, réalisations françaises qui la modernisent
chaque jour davantage, tout contribue à faire de l'Algérie une terre qui attire, qui
charme et qui attache"2.
Ces phrases ou extraits de texte, souvent sortis de leur contexte, sont une
porte d'entrée dans un champ d'étude encore en friche : l'histoire du tourisme en
Algérie3. Un tel sujet peut être traité au travers de ses aspects sociaux, culturels,
économiques ou politiques. Avant d'aborder l'écriture de cette histoire, il convient de
répertorier et d'analyser l'ensemble des sources : manuscrites, imprimées,
1
Allain M., Encyclopédie pratique illustrée des colonies françaises, Paris, Quillet, tome 1,
1931, p. 225 (préface de Paul Doumer).
2
50 notions essentielles sur l'Algérie, édité par le service d'information et de documentation
du gouvernement général de l'Algérie, Alger, Baconnier, Vers 1953-54.
3
Nous retiendrons la définition du tourisme du Petit Robert : n. m. (1841) anglicisme tourism
(1811). Le fait de voyager, de parcourir pour son plaisir un lieu autre que celui où l'on vit
habituellement (même s'il s'agit d'un petit déplacement ou si le but principal du voyage est
autre).
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire
iconographiques et audiovisuelles. La bibliographie générale sera évoquée, mais
nous ne rentrerons pas dans les détails4. En effet, les récits de voyages, les guides,
les études géographiques, etc. sont nombreux dès le début de la colonisation5. Les
premiers véritables ouvrages sur le tourisme en Algérie et au Sahara datent
respectivement de 1906 et de 19366.
La première interrogation qui se pose à nous est de connaître le rôle tenu par
les voyageurs artistes dans la naissance du tourisme en Algérie ? Ensuite, quel a été
l'impact du guide touristique dans le développement de voyage ? (Joanne, puis Bleu
Hachette, Touring-Club, Conty, Michelin, Dunlop, Doré, etc.). En se formalisant
très tôt, il permet de rassurer le voyageur, en le prenant si l'on peut dire par la main
pour lui faire découvrir des contrées parfois hostiles. Autre question fondamentale,
le développement du tourisme est-il le corollaire de l'essor et de la modernisation
des moyens de transports : route, chemins de fer, transports maritimes et aériens ?
Cette vaste interrogation mériterait un article à elle seule. Dans ce cadre des
transports, l'automobile en Algérie n'a-t-elle pas été le fondement de cet essor rapide
dans les années 1920 ?
Autre question ouverte : peut-on mesurer l'impact du tourisme sur l'ouverture
économique et sociale de l'arrière pays et des populations indigènes ? Enfin, un autre
point important peut être soulevé : peut-on discerner, pour ce qui concerne le
tourisme, des rythmes d’évolution semblables entre la France et les colonies ? Pour
l'Algérie, il est possible de comparer l'essor du tourisme avec celui qui se développe
en Métropole, tant il est précoce dans la colonie française7. Le Comité d'hivernage
algérien fondé dès 1887 est l'ancêtre du premier syndicat d'initiative ouvert à Alger
4
Les Éditions PubliSud viennent de rééditer une œuvre parue en 1932 chez Baconnier sous le
titre Au cœur du pays Kabyle de Martial Rémond, préface d'Augustin Bernard. Le nouveau
livre porte le titre de : Au coeur du pays kabyle : La Kabylie touristique illustrée des années
trente, Paris, 2001, 197 p., 210 gravures et 10 cartes itinéraires.
5
Pignel A., Conducteur, ou Guide du voyageur et du colon de Paris à Alger et dans l'Algérie,
avec carte itinéraire, Paris, Debécourt, Librairie-Editeur, Alger Chez Bastide et Brachet,
1836, 248 p. L'auteur est ancien fonctionnaire dans l'ex-régence d'Alger. Le premier véritable
Guide : Quétin, Guide du voyageur en Algérie. Itinéraire du savant, de l'artiste, de l'homme
du monde et du colon, Paris-Alger, 1848 (2e édition).
6
Batail P., Le Tourisme en Algérie, Alger, Imprimerie algérienne, Gouvernement général de
l'Algérie 1906, 30 p. ; Grevin E., Voyage au Hoggar. Tourisme au Sahara, Lagny, Impr. de
Lagny, 1936, 216 p.
7
La première administration du tourisme apparaît en 1910 avec la création d’un Office
national du tourisme (ONT) à l’initiative d’Alexandre Millerand, ministre des Travaux
publics. Simultanément est créé le Conseil supérieur du tourisme, organe consultatif. La loi du
24 septembre 1919 élargit les compétences de l'ONT et fixe ses moyens financiers. En 1920,
un Bureau d’information touristique "Maison de la France" est installé aux Champs Elysées.
Dans l’entre-deux-guerres, l’Etat prend conscience de l’intérêt de développer l’activité
touristique. Plusieurs initiatives vont être lancées. On peut citer à titre d’exemple le Crédit
hôtelier qui permet le développement des hébergements touristiques. La France devient alors
la première destination touristique au monde. Le Commissariat général au tourisme et le
Comité national d’expansion du tourisme et du thermalisme succèdent à l’Office national du
Tourisme en 1935.
2
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
Arnaud Berthonnet
en 1897. La première partie présentera succinctement les principales sources à notre
disposition tandis que la seconde exposera les premiers résultats du développement
touristique de l'Algérie des années 1880 aux années 1940.
1/ Sources : pluralités et richesse des informations
Les lieux de recherches sur le sujet sont éparpillés et les sources ne sont pas
encore bien répertoriées dans les centres d'archives. Néanmoins, il est possible
d'établir un premier bilan de la situation.
1.1 – Les sources manuscrites
Dans celles conservées au Centre des archives d'outre-mer à Aix-rn-Provence,
on ne trouve que peu de sources sur la question. Par exemple, les archives de
l'Office Algérien d'Action Economique et Touristique (Ofalac) n'ont toujours pas
été retrouvées, en sachant que cet organisme a joué un rôle fondamental dans le
développement économique et touristique de l'Algérie dès sa création en 1931. Les
archives des Chambres de commerce et d'industrie – Marseille, Le Havre, Paris,
etc. – sont une entrée à ne pas négliger. Par exemple, celles de Marseille conservent
les fonds de la Compagnie de navigation mixte (1858-1911)8 et des Chargeurs réunis
et filiales (1852-1980)9. Les compagnies maritimes qui ont eu une activité en
Algérie sont nombreuses10 ; la plus importante a été certainement la Compagnie
Générale Transatlantique, créé en 1854, dont une partie des archives est conservée
aux Archives nationales11.
Située à Paris, l'Académie des Sciences d'Outre-mer est d'abord un lieu de
recherche12, qui met à la disposition de tous les chercheurs une bibliothèque riche
d'un fonds exceptionnel sur les pays d'outre-mer. Elle a récupéré des petits fonds
épars comme celui de Jean Mélia13, qui répertorie de nombreux documents sur le
8
CCI de Marseille - L19/16 + Albums photos.
CCI de Marseille - L19/60 + Albums photos.
10
Les compagnies maritimes par ordre de création : Compagnie de navigation mixte
Compagnie Touache (1847 lié à l'Algérie), Compagnie des Messageries maritimes (1851),
Compagnie Générale Transatlantique (1854), Compagnie de navigation Paquet (1863),
Chargeurs Réunis (1872), Société maritime nationale (1916), Société navale de l'Ouest,
Société anonyme "Les Affréteurs réunis", Chargeurs algériens réunis (anciens services
Prosper Durand), Navigation côtière algérienne Schiaffino et Jouvet. Voir également les
compagnies italiennes.
11
Série AQ 9 - Cie Générale Transatlantique. Inventaire S. Vitte. Le premier dépôt de ces
archives date de 1937 ; un certain nombre d'articles n'existent que sous forme de microfilm.
12
www.academiedoutremer.fr/
13
Ecrivain engagé et passionné par l'Algérie, il a publié un certain nombre de livres et
d'articles sur ce pays, en particulier : La France et l'Algérie, Librairie Plon, 1919, Paris, 266 p.
; "Les multiples visages de l'Algérie ou l'Algérie terre du tourisme par excellence", extrait du
volume : Laghouat ou les Maisons entourées de Jardins, s.d. Paris, Plon, s. d. ca 1920, 42 p. ;
La ville blanche d'Alger et son département, Paris, Plon, 1921, 324 p. ; Pour La
Représentation parlementaire des indigènes musulmans d'Algérie, Circa, Paris, 1927 ; Au
Siège de la Ligue française en faveur des Indigènes musulmans d'Algérie, Circa, Paris, 1927.
Il a publié également des monographies comme La vie amoureuse de Stendhal, Paris, Mercure
9
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
3
Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire
tourisme en Algérie (brochures, documentation, etc.). Les centres d'archives et de
documentation des Guides Hachette et Michelin doivent également être visités14.
1.2 - Sources imprimées : un premier choix
Les brochures et monographies publiées par les syndicats d'initiatives sont
une source de premier ordre et précieuse pour mesurer le développement du
tourisme dans le temps et l'espace. Sur l'Algérie, une collection peut être consultée à
l'Académie des Sciences d'Outre-mer15. D'une grande richesse en informations en
tous genres, ces plaquettes ne sont malheureusement pas toujours datées avec
précision.
Les revues concernant l'Algérie sont nombreuses. Elles abordent tous les
sujets économiques et sociaux. Sur le tourisme proprement dit, il convient de
consulter en priorité : L'Algérie illustrée touristique et pittoresque16, la Revue de
l'Ofalac et L'AOF Touristique, revue mensuelle du Syndicat d'initiative et de
tourisme (1938 - mensuelle). D'autres revues thématiques comportent des articles
sur le tourisme comme Algéria Revue illustrée (années 1930 mensuelle, puis
trimestrielle) ou L'Afrique du Nord illustré17. Sur les questions économiques, elles
abondent et parfois sont très riches en informations : Marchés coloniaux,
Perspectives d'Outre-mer, Marchés tropicaux et Méditerranéens, Le Monde
Economique (hebdomadaire Nord-Africain). On peut également ouvrir cette liste et
consulter les revues suivantes : Revue Air France, Revue Compagnie Générale
Transatlantique, Revue du Touring Club de France, etc. Les numéros spéciaux
sont parfois des joyaux pour le chercheur en mal de sources18.
de France, 1909, 418 p. et Mustapha Kemal ou la rénovation de la Turquie, éd. Fasquelle,
1929.
14
Respectivement au 43, quai de Grenelle, 75015 Paris (Archives) et Editions du Voyage 46,
avenue de Breteuil (Communication/Patrimoine).
15
Fonds Jean Mélia. Quelques exemples : Le tourisme dans l'annexe de Beni Ounif,
Gouvernement général d'Algérie, 1911 ; Syndicat d'initiative de Constantine et ses environs,
1913-1914, 110 p. ; Bougie, La petite Kabylie, Livret-Guide, Syndicat d'initiative de Bougie,
1914, 68 p. + annexes ; Le tourisme dans l'Aurès, Gouverneur général de l'Algérie, direction
de l'Agriculture, du commerce et du tourisme, 1917 ; L'Oran pittoresque, publié par le
Syndicat d'initiative de l'Oran, date années 1930 ?, Le tourisme dans la région de ColombBéchar, 1935 ; Le tourisme dans la région de Colomb-Béchar, 1935, 34 p. ; Le tourisme à
Constantine, Jean Arrime, 64 p. sans date ; Tlemcen et ses environs, guide illustré du
touriste... 2e édition, Alfred Bel, sans date.
16
Edité à Alger, cette revue, dont le premier numéro trimestriel a été publié en 1909 ou 1910,
fait suite à l'Algérie hivernale et Terre d'Algérie. Un article à consulter : "Le tourisme
algérien", Juillet-Août-Septembre 1928 et Janvier-Mars 1929 "
17
Hebdomadaire. Un sondage a été réalisé pour les années 1927 à 1928 : "les plages de la
banlieue de Tunis (22/09/1928)", "Le Touring Club Algérois" (11/08/1928), "Le nouveau
Musée d'Alger" (5/05/1928) ; "La France thermale et pittoresque", (26/5/1928).
18
Deux exemples de numéros spéciaux : Le Monde Illustré, E. Berlureau, "Le tourisme
algérien", décembre 1929 ; L'Illustration économique et financière, "le tourisme en Algérie",
1930.
4
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
Arnaud Berthonnet
L'histoire et l'évolution des guides touristiques sur l'Algérie mériteraient à
elles seules une recherche et un article de fonds. Les premiers guides de voyages sur
l'Algérie datent de 1836 et 184819. Rapidement, le livre de chevet du voyageur en
Algérie est devenu le Guide Joanne, dont la première édition date de 1862. Adolphe
Joanne (1813-1881)20 a été embauché en 1852 par Louis Hachette pour créer la
première collection de guide touristique en France en s'inspirant des guides du
libraire Karl Baedecker installé à Cologne à partir de 182721. Il suit l'édition en 1853
du premier guide sur l'Algérie. Ecrit par Louis Piesse22, qui signera les quatorze
premières éditions23, ce guide est un succès de librairie, puisqu'il sera réédité à dixsept reprises de 1862 à 1916.
L. Piesse a séjourné dix ans en Algérie pendant lesquels il a suppléé à
plusieurs reprises le bibliothécaire d'Alger ; il a fait également partie du bureau
arabe civil de la préfecture. En 1923, le Guide Joanne laisse la place au Guide Bleu.
Treize autres éditions seront publiées entre 1923 et 1990. À partir de 1897, un Guide
Joanne d'Alger et ses environs est publié – extrait du Guide Algérie – qui devient le
Guide Diamant en 1920, puis le Guide Bleu illustré d'Alger en 1938. Ces guides de
200 pages environ, plus publicitaires que touristiques, comprennent 120 à 150 pages
de publicité. Il est publié également sur Oran-Tlemcen et Constantine et sa région
(1923).
En 1911, la librairie Hachette édite un autre guide à la couverture rouge, qui
s'intéresse à un nouvel aspect du tourisme en croissance : L'Algérie et la Tunisie en
automobile - 4.306 kilomètres de profils. Hachette est suivi dans cette niche
éditoriale par Dunlop qui sortira en 1923 un guide presque identique24, réédité en
19
Voir supra.
A. Joanne est né à Dijon en 1813. Avocat, journaliste, fondateur de l'Illustration avec
Paulin et Charton, il traduit de nombreux ouvrages anglais. Sa passion de la montagne et de la
Suisse le pousse à rédiger un guide sur ce pays qu'il publie en 1841 chez Paulin. Il accorde
une part importante à l'histoire et à la géographie. Une seconde édition voit le jour chez Louis
Maison en 1853 et une troisième chez Louis Hachette en 1859. Lui succède à la direction
éditoriale des guides de voyages Hachette son fils Paul, lequel laisse la place en 1911 Marcel
Monmarché qui devient responsable de la collection "Guide Bleu" remplace en 1916 celle du
Guide Joanne. Ce passage fait suite à un accord passé entre le Touring Club italien et l'éditeur
anglais Muirhead.
21
Cette collection comptera 120 titres dès 1860 et 2.000 ouvrages à la veille de la Première
Guerre mondiale.
22
Piesse L., Itinéraires de l'Algérie, L. Hachette et Cie, 1862, 511 p. + 5 cartes. Ce guide ne
contient aucune page de publicité tandis que la seconde édition de 1879 en comporte 88
pages. Piesse L., Itinéraires de l'Algérie, de Tunis et de Tanger, 1879, 515 p + 7 cartes.
23
1862 (format 11,5 X 18 couverture bleue), 1879, 1881, 1882, 1885, 1887, 1888, 1891,
1893, 1896 (format 10 x 16), 1898, 1901, 1903, 1905.
24
Taillis du J., Le Tourisme automobile en Algérie-Tunisie, Guide Dunlop, Paris, 1923, 389 p.
Ouvrage publié sous le haut patronage de M. le gouverneur général de l'Algérie et de M. le
résident général de France, à Tunis. Il fait suite à un premier volume publié en 1922 sous le
titre de Le tourisme automobile au Maroc, dont le succès a été considérable puisque les 5.000
exemplaires de la première édition se sont enlevés en quelques mois.
20
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
5
Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire
1927. En 1926, Hachette publie un guide illustré en anglais : Algeria and Tunisia25.
D'autres types de guides sont publiés en France : Guide du Touring Club de France
(1902) qui fait appel à des spécialistes26, Guide pratique Conty (1904), Guide
Michelin Tunisie, Algérie Maroc (1923), Guide Doré27, etc. Un autre guide d'un
genre nouveau est édité en 1951 : Le Guide du touriste lettré à la découverte de
l'Afrique du Nord ce qu'il faut voir, savoir et lire.
Dans ce rapide inventaire des sources, les Bulletins, revues et notices
scientifiques28 comme les publications du Gouvernement Général de l'Algérie
ou encore les catalogues des expositions coloniales nationales et internationales29
s'avèrent des sources manuscrites à ne pas négliger. Dernier point, le Centenaire de
l'Algérie a produit une riche bibliographie sur la question touristique30. Divers
autres sources peut être évoquées pour compléter ce premier inventaire : les guides
pratiques des chemins de fer (indicateur Chaix, édité par Baconnier), des routes, des
liaisons maritimes et aérienne, les cahiers des musées, les livrets des compagnies
maritimes offerts aux passagers, les documents des Chemins de fer Algérien, etc.
1.3 - Sources iconographiques : un exemple, les affiches31.
Les affiches produites par l'imprimerie Baconnier32 constituent une source
essentielle sur le tourisme. Elles font découvrir des lieux historiques, villes
25
The Illustrated Guides, edited by Marcel Monmarché, Paris-London, 1926, 336 p.
Préface de Reclus Onésime, Sites. Monuments, Algérie (Alger, Constantine, Oran), Paris,
Touring-Club de France, 1902, 207 p. Pour anecdote, Hachette fait appel à son frère Elysée
Reclus.
27
Doré Ogrizek, L'Afrique du Nord, Algérie, Tunisie, Maroc français et espagnol, Sahara,
Libye, Edition Odé, Paris, 1952. Avant-propos de Pierre Mac Orlan, textes de J. Andrésy,
Gabriel Audisio, Michel Bataille, Raoul Celly, Hubert Deschamps, Philippe Marçais, Jean
Pernoud, Joseph Peyré, Janine Ribes, Marcel Sauvage, illustrations de : Beuville, Brenet,
Paulo Ferreira, Edy Legrand, Jacques Liozu, Mondzain, Pierre Noël, Pierre-Luc Rousseau.
28
Par exemple : le Bulletin de la Société de géographie d'Alger et de l'Afrique du Nord (19031940) ; Bulletin de la Société de Géographie d'Oran ; Revue Africaine, publié par la Société
historique d'Alger, etc.
29
Exposition nationale coloniale de Marseille d'avril à novembre 1906 ; Exposition Coloniale
Nationale de Marseille de 1922 ; Exposition Coloniale Internationale de Paris du 6 mai au 15
novembre 1931.
30
Rozet G., Algérie, Horizons de France, 1929, 7 volumes [1.] Alger, Blida et la vallée du
Cheliff ; [2.] La Route de Constantine et la côte Est ; [3.] La Côte Ouest, Oran et Tlemcen ;
[4.] Les Kabylies, l'Aurès ; [5.] Les Ruines romaines et les hauts-plateaux ; [6.] Les Premières
oasis et le M'zab ; [7.] Le Grand désert et la route du Niger. Chacun des sept volumes porte au
dos de la couverture une des lettres qui forment le mot de titre : "ALGÉRIE" ; Bonneval de
G., L'Algérie touristique, Tome VII, Publications du Comité national métropolitain du
centenaire de l'Algérie, 1930.
31
Baconnier B., Algérie en affiches, 1900-1960, Copagic-Editions Baconnier, 2004, 211 p.
32
Fondée par Henri Baconnier (1875-1950) en 1895, cette imprimerie est la plus importante
d'Afrique du Nord – Henri Baconnier, Livre d'Or de l'Algérie, 1937 – donne un grand essor à
l'imprimerie en Algérie en adaptant les procédés les plus modernes des arts graphiques. Les
Presses Baconnier impriment pour des entreprises mais aussi pour le gouvernement Français
et l'Ofalac qui lui passent de nombreuses commandes de livres et d'affiches pour l'Algérie et
26
6
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
Arnaud Berthonnet
anciennes, sites archéologiques ou paysages superbes, de la côte méditerranéenne
jusqu'aux confins du Sahara. La période 1900 à 1960 constitue l'âge d'or de l'affiche
publicitaire, avec une production abondante et variée. En Algérie, les plus belles
affiches sont l'œuvre de peintres célèbres – Paul-Elie Dubois, Roger Broders,
Jacques Majorelle –, d'artistes reconnus – Cauvy, Carré –, ou inconnus, influencés
par l'école orientaliste, le cubisme, le fauvisme.
Quatre grands thèmes se dégagent dans ces oeuvres : le tourisme et le
transport dont les principaux commanditaires sont les compagnies maritimes et
aériennes, le commerce (publicité pour des entreprises privées ou des offices
gouvernementaux de développement) et la politique (Gouvernement général de
l'Algérie). Les affiches touristiques, qui présentent une qualité artistique
incontestable, témoignent de l'histoire de la France et de l'Algérie. Les célébrations
du centenaire constituent le point d'orgue de cette création tout autant artistique que
commerciale. Les sources audiovisuelles (propagande et film) seraient également
des sources à recenser et à étudier précisément. Elles présentent le plus souvent des
films aux aspects culturels ou de propagande. Pour cela, une recherche exhaustive
pourrait être lancée au Centre national de la cinématographie, à Bois d'Arcy33. Les
collections de cartes postales devront être également consultés, c'est une autre piste
de recherche à creuser sur la question34.
Cet exposé chronologique de quelques pages n'a pour vocation que de passer
au crible certains thèmes présentant l'essor du tourisme en Algérie des artistes
voyageurs à la démocratisation du tourisme à partir des années 1930.
2/ Premiers résultats
2.1 - Les prémices d'un développement touristique : des artistes voyageurs aux
premiers guides touristiques
"L'Orient des poètes, des rêves, des désirs" prend au XIXème siècle, une place
privilégiée dans le monde des lettres et des arts. Des événements politiques
successifs comme l'Expédition d'Egypte, la Guerre d'Indépendance grecque et la
Conquête de l'Algérie contribuent à faire connaître les paysages, les types et les
moeurs de pays, qui hantent l'imaginaire des Occidentaux. Cet engouement donne
la métropole. Spécialisée dans les ouvrages d'arts et les affiches, entièrement exécutés sur
pierre lithographique, elle fait collaborer écrivains, peintres et illustrateurs de talents. Dans les
années 1930, deux cents personnes environ travaillent pour elles.
33
Pour 1946-1947, nous avons inventorié les courts métrages (CM) et moyens métrages
(MM) suivants : J.-K. Raymond Millet, Minarets dans le soleil (Tlemcen) CM ; Tlemcen, J. et
J. Tharaud CM ; Le port d'Alger MM ; Sur les routes de Kabylie. Les actualités françaises de
1946, CM ; Alger et ses contrastes (architecture hispano-mauresque et urbanisme français),
Les Actualités françaises, 1947, CM ; El Oued, la ville aux mille coupoles, PR, Equipe, 1947,
CM ; Le M'Zab, pays mystérieux, Georges et Reginald Coutable, 1947, MM ; La source du
sourire (scène de la ville rurale), J.-K. Raymond Millet, 1947, CM ; Jardins d'Alger, Francot
Film, CM.
34 Centre des archives d'outre-mer (CAOM) Voir la cote Fi 8, notamment FR CAOM 8 Fi 42.
Pour la Tunisie, il existe aux archives diplomatiques à Nantes une collection d'environ 3.000
cartes postales. Collection Gandini (1 AE 108) - Non inventorié.
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
7
Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire
naissance à une nouvelle tendance picturale : l'Orientalisme. Dès lors, l'Afrique du
Nord devient la destination privilégiée des artistes, bien que certains reconstituent
les décors dans leurs ateliers. Les thèmes historiques laissent peu à peu la place à des
sujets anecdotiques mettant en valeur les costumes, l'architecture, les oasis ou
paysages désertiques, traités avec des couleurs et lumières éclatantes.
Le premier circuit officiel en Algérie date de 1839. Il s'agit du voyage du Duc
d'Orléans (1810-1842), premier fils de Louis-Philippe 1er et frère aîné du Duc
d'Aumale, dans la province de Constantine. Mais ce sont les artistes qui lancent cette
mode "exotique". Le peintre écrivain Eugène Fromentin (1820-1876) fait trois
séjours en Algérie entre 1846 et 1853. De retour en métropole, il se marie et
consacre une partie de son temps à la rédaction de ses souvenirs de voyage. C'est la
seconde de ces visites, de septembre 1847 à mai 1848, qui le mène à la chasse sur les
bords du lac Halloulah et lui inspire Une année dans le Sahel qu'il rédige en 1859.
Ses voyages lui ont également inspiré Un été dans le Sahara (1857). Auguste Renoir
fait un séjour en 1879 tandis qu'Albert Lebourg y séjourne au début de la décennie.
Delacroix s'extasie : "il y a là, pour un peintre, un moment fascinant et d'étrange
bonheur… C'est beau ! C'est comme au temps d'Homère".
Guy de Maupassant se rend en Algérie, en juillet-août 1881, comme envoyé
spécial du Gaulois. Sur les traces de son maître Gustave Flaubert35, il est présent lors
des soulèvements indigènes dans le Sud Oranais. D’Oran, il décide de se rendre à
Saïda et rapporte plus tard ses souvenirs dans des nouvelles parues sous le titre Au
Soleil (1884). Il critique le fait colonial et dresse le portrait du colonisé. On sent bien
à travers la description qu’il fait de son voyage qu'il est accompagné d’un guide
touristique. Louis Piesse évoque longuement le barrage de Perrégaux dans le Guide
Joanne, Itinéraire de l’Algérie de 1879. Guy Maupassant le reproduit quelque peu...
L'Ecole des Beaux-Arts d'Alger est fondée en 1881 avec les annexes d'Oran et
de Constantine. Le voyage en Algérie s'est imposé aux artistes de métropole qui
forment en 1897 la "Société des peintres algériens et orientalistes" et des salons sont
régulièrement organisés à Alger. En 1907, une villa est fondée pour artistes
métropolitains accueillant peintres, sculpteurs, architectes et graveurs dans la villa
Ab-Del-Tif (villa Médicis algéroise). Désignés par un jury, ils obtiennent une bourse
pour deux ans. Un certain nombre de ces artistes s'installeront après leur premier
séjour : Léon Cauvy, Léon Carré, Charles Brouty, Christian de Gastyne, etc.
Ce mouvement donne naissance à l'"Ecole d'Alger" qui reste néanmoins, dans
un premier temps, influencée par les peintres métropolitains comme Albert Marquet
et Henri Matisse. À la création des artistes extérieurs à l'Algérie, il faut opposer une
littérature, puis une peinture produite par l'Algérie, c'est-à-dire par des artistes qui en
sont natifs ou qui y habitent à partir de la fin du XIXéme siècle. Louis Bertrand,
Robert Randau (1873-1950), Jean Mélia, Gabriel Audisio, et bien d'autres font entrer
35
De 1857 à 1862, Flaubert rédige Salammbô avec des interruptions ; il fait un voyage en
1858 en Algérie et Tunisie.
8
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
Arnaud Berthonnet
le "peuple algérien" dans la littérature36. C'est dans ce contexte que se développe le
roman colonial qui connaît un véritable succès37.
Au tournant du siècle et dans les années 1900-1910, les guides touristiques et
les brochures des syndicats d'initiatives connaissent un grand succès. On l'a vu pour
le Guide Joanne sur l'Algérie qui est réédité à neuf reprises entre 1896 et 1916.
D'autres guides sont mis sur le marché : Guide du Touring Club de France (1902),
Guide pratique Conty (1904), Guide Dunlop sur le tourisme automobile en Algérie
et Tunisie (1923) – Collection Rubis –, etc. Les brochures des syndicats d'initiatives
et les itinéraires se multiplient à partir des années 1910, alors que les premiers
guides automobiles sont publiés avec succès. Néanmoins, ce tourisme est réservé à
une population de nantis et d'aristocrates.
2.2 - Première organisation du tourisme avant la Première Guerre mondiale
Dès la fin du XIXème siècle, le Touring-Club de France et l'Office national du
tourisme perçoivent l'intérêt d'un essor du tourisme dans la colonie, qui devient
progressivement un pays précurseur dans un certain nombre de domaine. Le Comité
d'hivernage d'Algérie est créé en 1887 pour organiser le tourisme dans la "NouvelleFrance", assisté progressivement des syndicats locaux constitués dans les principales
villes de la colonie. Il se transforme en 1897 en Syndicat d'initiative, qui prend ses
quartiers à l'Hôtel de Ville d'Alger. Il met gratuitement à la disposition des touristes
et hiverneurs son organisation, son bureau de renseignements et son salon de
correspondance. Il organise même des excursions en automobiles particulières
permettant de visiter à prix forfaitaires – autos, guides, hôtels, etc. – toutes les
régions pittoresques de la colonie. D'avril à mai, il organise des caravanes de
propagande. Parallèlement se constitue la Fédération des syndicats d'initiative
d'Algérie, qui s'installe au 7, rue des Consuls à Alger, à laquelle s'associent les
moyens de transport qui permettent d'accompagner les voyageurs vers tous les
points du territoire.
Auguste Jonnart (1857-1927)38 est le premier gouverneur d'Algérie (19031911) à s'intéresser de près à la question du tourisme dans la colonie. Il est suivi
36
Guernier E. (sous la direction de), Encyclopédie coloniale et maritime. Algérie-Sahara,
Encyclopédie de l'Empire français, 1948. Gabriel Audisio, L'Algérie littéraire, p. 235-247. ;
Tailliart, Ch-E., L'Algérie dans la littérature française. Essai de bibliographie méthodique et
raisonnée jusqu'à l'année 1924, Paris, E. Champion, 1925 ; "La littérature algérien", dans
Histoire et historiens de l'Algérie, Paris, 1932.
37
Marius-Ary Leblond sont prix Goncourt en 1909. Pseudonyme de George Athénas (18771953) et Aimé Merlo (1880-1958).
38
Né à Fléchin-en-Artois, le 27 décembre 1857. Issu d’une famille bourgeoise du Nord,
Charles Jonnart fait ses études à Saint-Omer, puis à la faculté de droit de Paris. Séduit par
l’Algérie qu’il a visité jeune homme, il est nommé en 1881, par Gambetta, au cabinet du
gouverneur général de l’Algérie. Il entame une carrière politique : il est élu en 1886 conseiller
général de Saint-Omer, puis en 1889, député du Pas-de-Calais. Il se distingue à la Chambre
par ses fréquentes interventions sur les questions coloniales touchant notamment à
l’organisation de l’Algérie. Choisi en 1893 par Casimir Périer pour occuper le poste de
ministre des Travaux publics, il est élu en 1894 sénateur du Pas-de-Calais. En 1903, il
retrouve l’Algérie, où il est nommé gouverneur général. Il contribue à accélérer la carrière du
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
9
Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire
dans cette voie par son successeur, Charles Lutaud (1853-1921). Ce diplomate
éclairé encourage comme son prédécesseur le développement de la colonie : lignes
de chemin de fer, routes, etc. Jusqu'à la Première Guerre mondiale, le voyage en
Algérie reste encore difficile en raison notamment de l'absence de moyens de
transport. Néanmoins, la voiture pénètre le pays et prend sa place à côté du chemin
de fer.
Dans ces années, de véritables infrastructures touristiques comme des gîtes
d'étapes et des hôtels de luxe sont construits ou aménagés dans un grand nombre de
villes et sur les sites les plus visités. La grande richesse de l'Algérie en eaux thermominérales connue depuis longtemps contribue beaucoup au développement du
tourisme au début du 20ème siècle : eaux sulfureuses, ferrugineuses, alcalines,
sulfatées. Ce thermalisme renoue avec l'époque romaine. La chasse est également
une activité touristique courue, mais des réglementations sont prises
progressivement comme l'interdiction en 1927 de la chasse à la gazelle pour trois
ans.
Une véritable section du tourisme est mise en place rattachée à la direction du
Commerce. Créée avant 1914, elle centralise toutes les questions concernant le
tourisme et les industries s'y rapportant. Elle laisse une grande liberté d'action et
toute leur responsabilité aux associations ou syndicats d'initiative concernés. C'est
autant un organe d'étude que distributeur, répartissant entre les parties prenantes les
fonds que la colonie met à la disposition des organismes de tourisme39.
Parallèlement, des associations officielles se mettent en place dans chaque ville, à la
mission strictement désintéressée et non commerciale.
Chaque syndicat d'initiative recrute ses adhérents sur place. Les membres du
conseil d'administration sont élus par les membres du syndicat, sans l'intervention de
l'Autorité administrative. Leur rôle est de promouvoir le tourisme. Au début des
années 1910, les brochures sur le tourisme se multiplient commanditées par le
Gouvernement général de l'Algérie : "le tourisme dans l'annexe de Beni Ounif",
1911, "le tourisme dans le cercle de Bou-Saada", en 1912, "le tourisme dans
l'Aurès", 1917, etc. À la suite de la création du Syndicat d'initiative d'Alger en 1897,
ceux de Bougie en 190940, d'Oran41 et de Constantine en 1914 ainsi que Tlemcen et
sa région en 1919 voient le jour.
futur maréchal Lyautey. Celui-ci, qui n’est encore que colonel, est promu général et se voit
confier par Ch. Jonnart l’exécution de la politique algéro-marocaine.
39
Cahiers du centenaire de l'Algérie, L'Algérie touristique, par Gérard de Bonneval, VII,
Publications du Comité national métropolitain du centenaire de l'Algérie, 1930.
40
Fondé en 1909, ses deux missions sont d'une part faciliter aux étrangers la visite de la
région et le séjour des visiteurs et, d'autre part, activer le développement des voies de
communication permettant l'accès aux sites les plus pittoresques de Bougie et de la Kabylie.
Son œuvre est désintéressée et met à la disposition de toutes les personnes des renseignements
gratuits par courrier ou sur place. Les bureaux sont ouverts tous les jours de 8 h à 11 et de 14
h à 17 h, sauf les dimanches et les jours de fêtes. Le premier conseil d'administration est
constitué de Jules Bouillié, industriel ; Félix Borg, Négociant, membre de la Chambre de
commerce ; Prosper Ferrouillat, directeur du Lyon-Républicain, propriétaire à Sidi-Rehanne ;
Hippolyte Gérard, docteur en médecine ; Gabriel Lellouch, négociant, Paul Malbos,
10
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
Arnaud Berthonnet
Avec la Côte d'Azur, la Côte Basque, les plages normandes, l'Egypte et les
Canaries, l'Algérie devient avant 1914 une destination recherchée aussi bien été
qu'hiver pour les Français de métropole mais aussi pour de nombreux anglais
(Biskra), Belges, Suisses, Allemands et Nord-Américains notamment. Si la Première
Guerre mondiale porte un coup d'arrêt à ce premier essor, celui-ci reprend
l'Armistice signé. Au début des années 1920, le premier "village de toile" ou
camping, inspiré de réalisations américaines, apparaît à Ténès. C'est le déclin du
tourisme aristocratique, dont le glas sonnera définitivement avec le Krach boursier
de 1929 et la crise qui s'en suivra.
2.3 - Organisation et équipement du tourisme algérien de 1920 aux années 1940
Pendant cette période, le tourisme connaît une sorte d'apogée. En 1917, le
Gouverneur général Lutaud inaugure le circuit de l'Aurès. C'est une première dans
l'organisation touristique de la colonie (L'Aurès en sept étapes).42 En 1919, est créée
la Fédération des Syndicats d'Initiative d'Algérie, à Alger (ou fédération des Essi43).
Les raids et croisières automobiles dans les années 1920 : voies touristiques
La traversée du désert a posé des problèmes jusqu'au début du vingtième
siècle. Elle est tentée par de hardis explorateurs qui ne laissent rien au hasard. La
révolution de l'automobile change profondément la donne. Le raid des autochenilles
Citroën de la mission de Haardt-Audoin-Dubrueil, de Touggourt à Bourem sur le
Niger, est effectué en 1922-1923 en 22 jours sans aucun incident. Il pousse jusqu'à
Tombouctou et revient en Algérie par le même itinéraire. Le raid des six roues
jumelées Renault, ou mission Gaston Gradis44 de 2.000 km, réalise le parcours en
janvier 1924 en six jours et en novembre 192445. Après ces exploits dans le Sahara,
pharmacien ; Bruno Philip, industriel ; François Tourneux, propriétaire ; Ismaïl Tamzali,
négociant.
41
Membre du Comité du Syndicat d'initiative d'Oran : Frette, industriel ; Laporte,
Conservateur des Eaux et Forêts, Déchaud, secrétaire de la Chambre de Commerce ; Fronty,
directeur de l'agence du Crédit Lyonnais, docteur Glatard, médecin de l'hôpital civil ;
Coeffard, avocat ; Prat, négociant ; pousseur, directeur de la Cie du Gaz ; Nessler, négociant ;
Docteur Blanc, médecin ; Dupuy, négociant ; Engel, Ingénieur ; Massoni, avocat ; Kiéner,
ancien magistrat.
42
Extrait du discours du gouverneur Lutaud le 10 juin 1917 lors de l'inauguration du fondoukhôtel de Menaâ. : " (…) deux routes maintenant pénètrent au cœur de l'Aurès avec le
télégraphe et le téléphone. Demain, un service automobile atteindra des régions qu'on ignorait
hier, et voici cinq fondouks, cinq refuges confortables qui attendent le voyageur". Berlureau
Ed., Itinéraires en Algérie. L'Aurès, Editions de "Terre d'Afrique illustrée", 1925.
43
A côté de cette organisation des Essi en Union Fédérale se trouve un organisme qui porte le
nom de "Office National du Tourisme (ONT) créé par la loi du 8 avril 1911, puis réorganisé
en 1917 et 1919, dont le siège est à Paris. Il fonctionne avec la taxe additionnelle à la taxe de
séjour.
44
En 1924, Gaston Gradis, officier de réserve et polytechnicien, tente l'aventure par une autre
route : celle de l'ouest en partant de Colomb-Béchar, elle traverse le désert et pousse jusqu'au
Golfe du Bénin.
45
Kerillis de H., De l'Algérie au Dahomey en automobile. Voyage effectué par la seconde
mission Gradis du 13 novembre au 11 décembre 1924, Paris, Plon. 1925, 245 p.
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
11
Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire
des services réguliers s'organisent et permettent de parcourir le désert dans un temps
très court. Des cars couchettes parcourent désormais la route du Niger bimensuellement. Une soixantaine de véhicules de série soigneusement équipés
réaliseront sans incident le rallye saharien du centenaire Reggan-Gao par la "Route
Gradis".
En 1923, G. Gradis crée la Compagnie générale transsaharienne. Après de
nombreuses reconnaissances exécutées de 1924 à 1926, cette compagnie réussit à
déterminer la route directe de Reggan à Gao évitant la traversée de toute région
accidentée ou d'ergs de sable mou. En 1926, la route reconnue est équipée. L'année
suivante, elle organise le premier service régulier transsaharien pour automobiles sur
le parcours Colomb-Béchar-Reggan-Gao. En 1931, une croisière de propagande est
organisée par le Touring-Club de France entre Alger et Tombouctou dans un car
Renault neuf passagers (15 CV, 6 cylindres, 4 roues). À l'été 1926, une entente est
conclue entre la Cie Générale Transatlantique46 et la Cie du PLM, représentée par la
maison Catelan, sous les auspices du Gouvernement général de l'Algérie, pour
organiser le tourisme dans le Sahara. L'épopée des chemins de fer du
Transsaharien47 et du Transafrique constitue également une grande aventure qui
marque les esprits48.
Le patrimoine naturel est mis en valeur avec la création de stations de
tourisme (Constantine et Bougie), de stations climatiques (Alger, Saint-Eugène,
Biskra), de stations d'estivage, de stations thermales et de stations de sports d'hiver
(stations de montagne de Chréa Tenniet-el-Haad). En 1925 est lancé le premier
concours entre artistes d'Algérie pour l'édition d'affiches de tourisme intéressant les
réseaux des chemins de fer algériens de l'État. Propagande touristique et publicité
commerciale sont de plus en associées. Ce travail de fond connaît son apogée lors
des célébrations du centenaire de l'Algérie français. Il s'agit "de créer partout
l'obsession de l'Algérie" (Pierre Bordes).
Le centenaire de l'Algérie et la propagande en matière de tourisme
A partir de 1928, le gouverneur général de l'Algérie, Pierre Bordes, qui a
succédé à Maurice Viollette, a comme préoccupation principale d'encourager toutes
les initiatives propres à accroître la vogue du tourisme en Algérie. Ce pays doit
devenir le prolongement de la France au sud de la Méditerranée. Il exprime cette
volonté dans plusieurs de ses discours : "Terre d'héroïsme, terre de labeur
fécondateur, l'Algérie est aussi la terre de prédilection pour le tourisme. Depuis la
corniche merveilleuse du littoral jusqu'aux étendues illimitées du Sahara tout ici
n'est qu'éblouissement et magnificence. Partout, de la mer au désert, en traversant
nos plaines et nos hauts-plateaux, le touriste admire les beautés de la nature, mais
46
La Compagnie Transatlantique dont le siège est au 6, rue Auber à Paris, édite une brochure
très intéressante de la Société des voyages et hôtels nord-africains.
47 Chemin de fer transsaharien. Papiers Berthelot. Centre des Archives d'outre-mer, Cote : FR
CAOM 10 AQ 1 à 10 1899/1923.
48
Commandant de Bayser, TransAfrique, Société d'Editions géographiques maritimes et
coloniales à Paris, Paris, 1933, 192 p.
12
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
Arnaud Berthonnet
surtout l'œuvre de civilisation réalisée par la France généreuse en harmonieux
accord avec les populations indigènes, affectueusement attachés à la mère patrie"49.
Ce sentiment se traduit par un appui important accordé aux œuvres et aux
organisations touristiques. La propagande donne lieu en 1929 à l'imputation sur le
budget de la colonie d'une somme de 418.700 francs, répartie sous forme de
subventions à la presse, à des personnalités, conférenciers, groupements, etc. Quant
aux dépenses de caractère proprement touristique, elles sont les suivantes, par ordre
d'importance, en 1928 et 1929. Elles montent en puissance avec l'organisation des
célébrations du Centenaire.
Tableau 1 - Dépenses touristiques en Algérie de 1928 à 1929 (en francs)
1928
Embellissements et travaux
1929
346.000
divers
Aménagements de circuits
574.000
769.000
Services photographiques
173.000
260.000
Encouragements aux
syndicats
151.000
135.000
Encouragements à l'industrie
hôtelière
101.850
164.000
999.850
1.674.000
Totaux
Source : Allain M., Encyclopédie pratique illustrée des colonies françaises, Paris,
Quillet, tome 1, 1931, p. 228.
En 1929, les syndicats d'initiatives au nombre de 23 en Algérie50 et regroupés,
on l'a vu, en une fédération secondent l'Administration générale dans sa tâche de
propagande et de diffusion. De 1922 à 1929, les dépenses se sont élevées à plus de
quinze millions de francs. Cette somme importante contribue aussi au
développement et au progrès de la navigation, de l'hôtellerie, des transports,
spécialement de l'automobile et des industries annexes. On évalue qu'au cours des
années qui ont précédé à la commémoration du centenaire de l'Algérie que le
nombre de touristes ayant visité l'Algérie s'établit à 45.000 en moyenne annuelle.
Parallèlement, la Fédération des Essi a fondé avec la collaboration des
compagnies de transport et le Gouvernement Général (puis l'Ofalac à partir de 1931)
un comité dit des Voyages universitaires. Cette institution organise des circuits
49
Allain M., Encyclopédie pratique illustrée des colonies françaises, Paris, Quillet, tome 1,
1931, p. 227.
50
Fédération des Syndicats d'Initiative (SI) d'Algérie 7, rue des Consuls à Alger, SI D'AïnN'Sour (Alger), SI d'Alger, SI de Biskra, SI de Blida, SI de Bougie, SI de Bou-Saâda, SI de
Bigeaud, SI de la Calle, SI de Cherchell, SI de Constantine, SI de Djidjelli, SI d'El Biar, SI de
Laghouat, SI d'Oran. Liste non complète. En 1948, on recense 34 syndicats d'initiatives en
Algérie.
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
13
Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire
gratuits ou demi-gratuits, qui sont destinés à l'élite de la jeunesse française qui, en
raison de 30 à 60 boursiers ou demi-boursiers par an – il y en aura 125 l'année du
centenaire visitent la colonie51. Enfin, il existe en Algérie une section
particulièrement active du Club Alpin Français qui s'occupe notamment des sports
d'hiver sur les pentes de la station de Kef Chréa (1.497 m.) à 60 km au sud d'Alger
et, plus tard, sur celles du Djurdjura en Kabylie.
Création de l'Ofalac : promouvoir le développement économique et touristique
L'Office Algérien d'Action Economique et Touristique (OFALAC) est créé en
1931. Il s'agit d'une émanation du Gouvernement Général. Le siège social est situé
avenue de l’Opéra, à Paris et occupe un immeuble à Alger. Il joue dès sa création un
rôle considérable dans l'organisation économique algérienne. Victor Prouteau en est
le premier Directeur. Cette création est une des premières conséquences des
opérations du Centenaire. Le domaine d'action et d'intervention de l'Ofalac est très
large. Une question se pose immédiatement à ses dirigeants : le tourisme. Si c'est à
l'agriculture et à ses industries connexes (80 % de l'activité du pays) que revient la
place prépondérante dans l'organisation de l'Ofalac, le tourisme n'est pas mis à
l'index, bien au contraire.
Cette activité constitue de plus en plus, au titre des exportations invisibles,
une source d'amélioration de la balance des comptes. De ce fait, l’organisation
touristique rentre directement dans les prérogatives de l'Ofalac: des itinéraires sont
étudiés, des hôtels contrôlés et homologués, des services de transports coordonnés,
des renseignements touristiques largement diffusés dans le monde, etc.
Dès sa création en 1931, l'Ofalac envoie une mission algérienne d'études aux
Etats-Unis et plus particulièrement en Californie. L'objectif est d'observer les
méthodes modernes d'action économique et touristique et de rechercher les moyens
les plus aptes à leur application en Algérie. La colonie sera la première, parmi tous
les territoires français, à envisager et à encourager les méthodes de standardisation.
Dans un premier temps, les exportateurs qui se sont soumis aux standards facultatifs
se prévalent de la marque "Algéria" en faveur de laquelle l'Ofalac entreprendra une
propagande générale. Plus encore, l'Office a mis en place les moyens indispensables
à une action d'ensemble. En 1937, l'Office institue la standardisation obligatoire des
produits algériens et leur contrôle. Elle concerne prioritairement les produits
agricoles, notamment les produits maraîchers et fruitiers. Il s'agit d'une méthode et
d'un moyen efficaces de conquête des grands marchés. Cette action contribue à faire
connaître l'Algérie dans le monde.
À partir des années 1930, les premières lignes aériennes régulières sont
exploitées entre la métropole et la colonie à partir des aérodromes d'Alger (MaisonCarrée) et d'Oran (La Sénia) et des bases d'hydravions sont implantées à Alger, Oran
et Bône. Une Confédération générale du tourisme nord-africain est créée regroupant
les trois pays de l'Afrique du Nord. Un Comité Algérie-AOF est fondé le 12 mars
1937 à l'initiative des chambres de commerce d'Algérie. Il se propose, en liaison
51
Guernier E., (sous la direction de), Encyclopédie coloniale et maritime. Algérie-Sahara,
Encyclopédie de l'Empire français, 1948. Georges Rozet, "Le tourisme", p. 117-212.
14
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
Arnaud Berthonnet
avec le Gouvernement métropolitain et les autorités coloniales, de prêter son
concours à toutes les institutions et entreprises d'ordre commercial, agricole,
industriel, culturel et touristique. Les actions concernent prioritairement les
équipements des voies de communication et la coordination des transports ; des
services communs sont créés aux actions multiples : renforcement de la publicité et
de la propagande, rédaction d'indicateurs généraux des transports africains, de
guides officiels, etc. Cette promotion porte ses fruits et favorise le développement du
tourisme. Avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, c'est près de
100.000 touristes qui font le voyage en Algérie52.
Cartographie 1 – Carte touristique - Algérie 1948 (document joint)
*
*
*
Le développement de l'industrie touristique se poursuit en dépit des
événements. La Seconde Guerre mondiale désorganise l'Ofalac ; la reprise n'est pas
facile. Néanmoins, avec le développement des moyens de transports, le tourisme
retrouve sa place et s'ouvre à des voyageurs du monde entier. Il se démocratise de
plus en plus après 1945. Pour les responsables économiques, il doit redevenir une
source de profit importante que la guerre a tarie et contribuer au plus haut point à la
prospérité de la colonie. En octobre 1947, se tient à Alger le deuxième congrès
international du tourisme africain, présidé par Henri Saurin, président du Comité du
tourisme d'outre-mer du Touring Club53.
L'Algérie est représentée par Gabriel Audisio54, chef des Services de
l'information et de Presse de l'Office du Gouvernement général de l'Algérie et M.
Moreuil, Directeur de l'Office du Gouvernement général de l'Algérie Paris. Le
Comité d'organisation comprend également un certain Georges Pompidou, Délégué
52
C'est le chiffre cité à plusieurs reprises dans les sources de l'époque.
Le premier congrès s'est réuni en 1938 à Costermansville sur les bords du Kivu à
l'invitation du Congo-Belge.
54
Avec Victor Prouteau, Jean Mélia, Emile Garcin (directeur de l'Ofalac à partir de 1948),
Gabriel Audisio est l'un des hommes qui ont contribué le plus au développement du tourisme
en Algérie. Né le 27 juillet 1900, à Marseille, d'un père piémontais, d'abord ténor, puis
directeur des opéras et des théâtres de Marseille et d'Alger, et d’une mère savoyarde, il passe
son enfance à Alger où il commence ses études qu'il poursuit à Paris. Il travaille
principalement pour l'Ofalac en tant que chef des services. Parallèlement, il cherche par la
poésie à célébrer la beauté et la nature, notamment méditerranéenne. Romancier, poète et
essayiste français, il fait partie de l'Ecole d'Alger, puis de celle de Rochefort. C'est un proche
de Albert Camus et d'Emmanuel Roblès. Durant la guerre, il est arrêté en 1943 pour
résistance. Conduit à Fresnes, il récite pour ses compagnons de cellule des poèmes. De la
Libération à 1962, il est conseiller culturel auprès du Secrétariat d'État chargé des affaires
algériennes comme chef de service de la presse et de l'information toujours à l'Ofalac.
53
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)
15
Le tourisme en Algérie (de 1880 aux années 1940) : une histoire à écrire
du commissaire général au Tourisme55. Quatre grands thèmes sont abordés par des
rapporteurs : 1/ Grandes routes transafricaines ; 2/ questions douanières intéressant
le tourisme en Afrique ; 3/ Questions hôtelières ; 4/ Transports en Afrique. Un grand
voyage est organisé avec le concours de la Société Air-France : circuit des oasis
d'Algérie, circuit de Tunisie et circuit du Maroc. C'est lors de cette manifestation
importante que le tourisme est relancé en Algérie. Son développement se poursuivra
dans la colonie jusqu'en 1962, nonobstant les événements de la Guerre d'Algérie.
Mais il s'agit là d'une autre histoire…
55 Ayant définitivement abandonné l'enseignement, il est nommé, en 1946, maître des
requêtes au Conseil d'état, fonction qu'il cumule jusqu'en 1948 avec celle de commissaire
général au Tourisme. Il devient en 1956 directeur général de la banque Rothschild, poste qu'il
conserve jusqu'en 1962, à l'exception d'une brève période, entre juin 1958 et janvier 1959, où
il est directeur du cabinet du général de Gaulle. Il entre en 1959 au Conseil constitutionnel
après l'installation de la Ve République et, en 1961, est mandaté par le président de la
République pour rencontrer secrètement le chef du FLN en Suisse, afin de préparer les
négociations de paix en Algérie. Il est nommé Premier ministre le 16 avril 1962.
16
Revue Tourisme Mai 2006
Pour une histoire du tourisme au Maghreb (XIXème - XXème siècles)