Mise en page 1

Commentaires

Transcription

Mise en page 1
Agenda
Organisation
Bagnolet / Le Cin’Hoche
Association des Amis du Musée de la Résistance nationale de Seine-Saint-Denis
79, bis, avenue Galliéni 93170 Bagnolet [email protected] avec le
soutien du Conseil général, de l’Inspection académique, des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis et de Cinémas 93, en partenariat avec les
salles de cinéma de Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, La Courneuve, Noisy-leSec, Noisy-le-Grand, Romainville et Saint-Ouen.
L’enclos
Mercredi 3 février à 20 h 30
Romainville-Noisy-le-Sec / Le Trianon
Cinéma intercommunal
L’œil de Vichy
Jeudi 4 février à 20 h 30
Coordination
Bobigny / Magic Cinéma
Vendredi 5 février à 20 h 30
Cinémas 93 Amandine Larue - Tél. 01 48 10 21 21
Pierre Gernez - Tél. 06 72 80 87 87
Association des Amis du Musée de la Résistance nationale de Seine-Saint-Denis
La Courneuve / L’Etoile
Les salles participantes
Désobéir (Aristide de Souza Mendes)
Lacombe Lucien
Saint-Ouen / Espace 1789
Le Cin’Hoche
Bagnolet
6, rue Hoche
Espace 1789
Saint-Ouen
2/4 rue A. Bachelet
L’enclos
01 43 60 37 01
01 40 11 50 23
www.ville-bagnolet.com
www.espace-1789.com
Magic Cinéma
Bobigny
Centre commercial Bobigny 2
Rue du chemin vert
Le Bijou
Noisy le Grand
4, place de la Libération
01 41 60 12 34
www.cinema-lebijou.fr
Vendredi 5 février à 20 h 30
Lundi 8 février à 18 h 30
Le Blanc-Mesnil / Louis Daquin
Un héros très discret
Mardi 9 février à 20 h 30
Noisy le Grand / Le Bijou
01 48 15 05 55
www.magic-cinema.fr
L’Armée du crime
Mardi 9 février à 20 h 30
01 48 65 54 35 & 01 48 65 52 35
Le Trianon
Cinéma intercommunal
Romainville-Noisy-le-Sec
à Romainville
Place Carnot
www.blanc-mesnil.fr
01 48 15 05 56
Louis-Daquin
Le Blanc-Mesnil
76, rue Victor Hugo
Séances scolaires matin ou après-midi dans toutes les salles sur
réservation auprès des cinémas.
Séances scolaires au Trianon à Romainville Noisy-le-Sec pour le
documentaire « Joseph Epstein, bon pour la légende »
et au Magic Cinéma à Bobigny pour le film « l’Armée du crime ».
Libération des Batignolles, Paris XVIIe. Coll. MRN
5e édition du 3 au 9 février 2010
la
RéSISTANCE
au cinéma
Festival parrainé par Odette Nilès, Résistante, et
Robert Guédiguian, cinéaste.
Et s’il était à refaire,
Je referais ce chemin,
Une voix monte des fers
Et parle des lendemains
Louis Aragon,1943
www.cinematrianon.fr
L’Etoile
La Courneuve
1, allée du progrès
01 49 92 61 95
- AMIS MU
SÉ
www.ville-la-courneuve.fr
LE - 93 NA
IO
TANCE N
ÉSIS
AT
ER
Musée de la Résistance nationale
à Champigny-sur-Marne
d’Armand Gatti, France-Yougoslavie,
1960, 1h 44.
Avec Hans Christian Blech, Herbert
Wochinz, Jean Negroni.
Karl Schongauer, un détenu politique
allemand arrêté par les nazis, est
condamné à mort dans un camp de
concentration. Le lieutenant SS
Scheller l'enferme alors pour une nuit
avec un petit horloger juif de Belleville
David Stein, promettant la vie sauve à
celui qui tuera l'autre. Mais l’épreuve
est déjouée par le réseau de résistance internationale du camp.
Invitation / Programme
Bagnolet
Cinéma le Cin’Hoche
Mercredi 3 février à 20 h 30
Intervenant :
Loïc Damiani, historien.
Saint-Ouen / Espace 1789
Lundi 8 février à 18 h 30
Intervenant :
Eric Brossard, historien.
Joseph Epstein,
bon pour la légende
Désobéir (Aristide de
Souza Mendes)
de Pascal Convert, France, 1 h, 2007.
de Joël Santoni, France, 2008, 1h40.
Avec Bernard Le Coq, Nanou Garcia,
Roger Souza.
Joseph Epstein était l’un des plus brillants cerveaux et meneurs de la
Résistance, tacticien accompli de la
guerre insurrectionnelle et « subversive »,
fusillé le 11 avril 1944. C’était aussi un
homme, plein de vie et d’humour. Le
documentaire est une lettre adressée au
fils d’Epstein, Georges Duffau-Epstein,
qui parle d’un homme, sa pensée, son
action de l’Internationale communiste,
du Front populaire, de la guerre
d’Espagne, de la Résistance.
Séances scolaires. Intervenant :
Georges Duffau-Epstein.
L’œil de Vichy
de Claude Chabrol, France, 1993,
1h50 - Avec la voix de Michel Bouquet
À travers la presse, la radio et les actualités cinématographiques de l'époque,
évocation du régime de Vichy. « Ce film,
déclare son auteur, ne montre pas la
France telle que je la vois, mais telle
que Pétain et les Vichyssois ont voulu
qu'on la voie. »
Noisy-le-Sec/Romainville
Cinéma intercommunal Le Trianon
Jeudi 4 février à 20 h 30
Intervenant : Christian Delage,
historien (sous réserve).
Juin 1940. Alors que les troupes allemandes envahissent la France, Aristide
de Souza Mendes, consul du Portugal à
Bordeaux, entreprend « la plus grande
action de sauvetage menée par une
seule personne pendant l'holocauste ».
Bravant sa hiérarchie ainsi que les
ordres du dictateur Salazar, il permet à
des milliers de réfugiés de rejoindre son
pays natal, au péril de sa vie.
Bobigny
Le Magic Cinéma
Vendredi 5 février à 20 h 30
Intervenants :
Joël Santoni, réalisateur,
et Manuel Dias, responsable du
Comité national d’hommage à Aristide
de Souza Mendes à Bordeaux.
Lacombe Lucien
Un héros très discret
L’Armée du crime
de Louis Malle, France, 1974, 2h20.
Avec Pierre Blaise, Aurore Clément,
Holger Löwenadler, Jean Rougerie et
Thérèse Giehse.
de Jacques Audiard, France, 1996,
1h47. Avec Mathieu Kassovitz,
Anouk Grinberg, Sandrine Kiberlain.
de Robert Guédiguian, France, 2008,
2h13. Avec Simon Abkarian, Virginie
Ledoyen, Robinson Stévenin.
Depuis l'enfance, Albert Dehousse a toujours rêvé de devenir un héros. En 1944,
il décide, pour les derniers mois d'une
guerre qu'il n'a pas faite, de quitter
son Nord natal et de partir à Paris. Il
consacre tout son temps à collecter
des informations sur la Résistance
pour se faire passer pour un lieutenant
résistant auprès de son logeur. Peu à
peu, la période étant propice aux rencontres, son culot et ses mensonges
lui permettront d'infiltrer et de berner
les plus hautes sphères de l'armée en
se faisant passer pour un héros et en
s'inventant une vie admirable. A force
de mensonges, il va construire par
omissions et allusions un personnage
hors du commun.
Dans Paris occupé par les nazis, l’ouvrier
poète Missak Manouchian dirige des
jeunes juifs, Hongrois, Polonais,
Roumains, Espagnols, Italiens,
Arméniens, et Français déterminés à
combattre pour libérer la France des
Droits de l’Homme. Dans la clandestinité
et au péril de leur vie, ces partisans
étrangers vont harceler les nazis et les
collaborateurs. La police française va se
déchaîner, multiplier ses effectifs, utiliser filatures, dénonciations, chantages,
tortures contre ces vingt-deux hommes
et une femme condamnés à mort en
février 1944. Une ultime opération de
propagande les présentent comme
« l’armée du crime », avec leurs visages,
en médaillon sur un fond rouge, placardés sur les murs. Ces immigrés, morts
pour la France, entrent dans la légende.
Lucien Lacombe, un jeune paysan du
Sud-Ouest travaillant à la ville, retourne
pour quelques jours chez ses parents en
juin 1944. Son père est prisonnier de
guerre en Allemagne et sa mère vit avec
le maire du village. Il rencontre son instituteur, devenu résistant, à qui il confie
son désir d'entrer dans le maquis. Il
essuie un refus. De retour en ville, il est
arrêté par la police et après un habile
interrogatoire dénonce son instituteur. Il
rejoint alors les auxiliaires français de la
Gestapo, vivant la vie d'un agent de la
police allemande. Mais tombe amoureux
d'une juive, France Horn, dont le père,
grand couturier parisien, est caché par
un autre auxiliaire français de la Gestapo
qui le fait chanter. Lucien finit par s'enfuir à la campagne avec la jeune femme
et sa grand-mère.
La Courneuve
Cinéma L’Étoile
Vendredi 5 février à 20 h 30
Intervenant :
Thomas Fontaine, historien.
Le Blanc-Mesnil
Cinéma Le Louis-Daquin
Mardi 9 février à 20 h 30
Intervenant :
Guy Krivopissko, conservateur du
Musée de la Résistance nationale.
Noisy-le-Grand
Cinéma Le Bijou
Mardi 9 février à 20 h 30
Intervenant :
Georges Duffau-Epstein.
Photos droits réservés.
L’Enclos
www.ville-la-courneuve.fr
TANCE N
ÉSIS
AT
ER
01 49 92 61 95
Séances scolaires au Trianon à Romainville Noisy-le-Sec pour le
documentaire « Joseph Epstein, bon pour la légende »
et au Magic Cinéma à Bobigny pour le film « l’Armée du crime ».
Séances scolaires matin ou après-midi dans toutes les salles sur
réservation auprès des cinémas.
L’Etoile
La Courneuve
1, allée du progrès
www.cinematrianon.fr
www.blanc-mesnil.fr
01 48 65 54 35 & 01 48 65 52 35
Louis-Daquin
Le Blanc-Mesnil
76, rue Victor Hugo
Mardi 9 février à 20 h 30
L’Armée du crime
01 48 15 05 56
Le Trianon
Cinéma intercommunal
Romainville-Noisy-le-Sec
à Romainville
Place Carnot
Louis Aragon,1943
Et s’il était à refaire,
Je referais ce chemin,
Une voix monte des fers
Et parle des lendemains
www.magic-cinema.fr
Noisy le Grand / Le Bijou
01 41 60 12 34
Magic Cinéma
Bobigny
Centre commercial Bobigny 2
Rue du chemin vert
Mardi 9 février à 20 h 30
Un héros très discret
Le Blanc-Mesnil / Louis Daquin
Lundi 8 février à 18 h 30
www.ville-bagnolet.com
L’enclos
01 43 60 37 01
Saint-Ouen / Espace 1789
Le Cin’Hoche
Bagnolet
6, rue Hoche
Vendredi 5 février à 20 h 30
Lacombe Lucien
www.cinema-lebijou.fr
Le Bijou
Noisy le Grand
4, place de la Libération
01 40 11 50 23
Espace 1789
Saint-Ouen
2/4 rue A. Bachelet
Cinémas 93 Amandine Larue - Tél. 01 48 10 21 21
Pierre Gernez - Tél. 06 72 80 87 87
Association des Amis du Musée de la Résistance nationale de Seine-Saint-Denis
Désobéir (Aristide de Souza Mendes)
Bobigny / Magic Cinéma
Jeudi 4 février à 20 h 30
Coordination
L’œil de Vichy
Association des Amis du Musée de la Résistance nationale de Seine-Saint-Denis
79, bis, avenue Galliéni 93170 Bagnolet [email protected] avec le
soutien du Conseil général, de l’Inspection académique, des Archives départementales de la Seine-Saint-Denis et de Cinémas 93, en partenariat avec les
salles de cinéma de Bagnolet, Blanc-Mesnil, Bobigny, La Courneuve, Noisy-leSec, Noisy-le-Grand, Romainville et Saint-Ouen.
Romainville-Noisy-le-Sec / Le Trianon
Cinéma intercommunal
Mercredi 3 février à 20 h 30
L’enclos
Bagnolet / Le Cin’Hoche
Agenda
au cinéma
www.espace-1789.com
Les salles participantes
Vendredi 5 février à 20 h 30
Festival parrainé par Odette Nilès, Résistante, et
Robert Guédiguian, cinéaste.
01 48 15 05 55
RéSISTANCE
la
Libération des Batignolles, Paris XVIIe. Coll. MRN
La Courneuve / L’Etoile
LE - 93 NA
IO
Musée de la Résistance nationale
à Champigny-sur-Marne
- AMIS MU
SÉ
Organisation
5e édition du 3 au 9 février 2010
d’Armand Gatti, France-Yougoslavie,
1960, 1h 44.
Avec Hans Christian Blech, Herbert
Wochinz, Jean Negroni.
Karl Schongauer, un détenu politique
allemand arrêté par les nazis, est
condamné à mort dans un camp de
concentration. Le lieutenant SS
Scheller l'enferme alors pour une nuit
avec un petit horloger juif de Belleville
David Stein, promettant la vie sauve à
celui qui tuera l'autre. Mais l’épreuve
est déjouée par le réseau de résistance internationale du camp.
Invitation / Programme
Bagnolet
Cinéma le Cin’Hoche
Mercredi 3 février à 20 h 30
Intervenant :
Loïc Damiani, historien.
Saint-Ouen / Espace 1789
Lundi 8 février à 18 h 30
Intervenant :
Eric Brossard, historien.
Joseph Epstein,
bon pour la légende
Désobéir (Aristide de
Souza Mendes)
de Pascal Convert, France, 1 h, 2007.
de Joël Santoni, France, 2008, 1h40.
Avec Bernard Le Coq, Nanou Garcia,
Roger Souza.
Joseph Epstein était l’un des plus brillants cerveaux et meneurs de la
Résistance, tacticien accompli de la
guerre insurrectionnelle et « subversive »,
fusillé le 11 avril 1944. C’était aussi un
homme, plein de vie et d’humour. Le
documentaire est une lettre adressée au
fils d’Epstein, Georges Duffau-Epstein,
qui parle d’un homme, sa pensée, son
action de l’Internationale communiste,
du Front populaire, de la guerre
d’Espagne, de la Résistance.
Séances scolaires. Intervenant :
Georges Duffau-Epstein.
L’œil de Vichy
de Claude Chabrol, France, 1993,
1h50 - Avec la voix de Michel Bouquet
À travers la presse, la radio et les actualités cinématographiques de l'époque,
évocation du régime de Vichy. « Ce film,
déclare son auteur, ne montre pas la
France telle que je la vois, mais telle
que Pétain et les Vichyssois ont voulu
qu'on la voie. »
Noisy-le-Sec/Romainville
Cinéma intercommunal Le Trianon
Jeudi 4 février à 20 h 30
Intervenant : Christian Delage,
historien (sous réserve).
Juin 1940. Alors que les troupes allemandes envahissent la France, Aristide
de Souza Mendes, consul du Portugal à
Bordeaux, entreprend « la plus grande
action de sauvetage menée par une
seule personne pendant l'holocauste ».
Bravant sa hiérarchie ainsi que les
ordres du dictateur Salazar, il permet à
des milliers de réfugiés de rejoindre son
pays natal, au péril de sa vie.
Bobigny
Le Magic Cinéma
Vendredi 5 février à 20 h 30
Intervenants :
Joël Santoni, réalisateur,
et Manuel Dias, responsable du
Comité national d’hommage à Aristide
de Souza Mendes à Bordeaux.
Lacombe Lucien
Un héros très discret
L’Armée du crime
de Louis Malle, France, 1974, 2h20.
Avec Pierre Blaise, Aurore Clément,
Holger Löwenadler, Jean Rougerie et
Thérèse Giehse.
de Jacques Audiard, France, 1996,
1h47. Avec Mathieu Kassovitz,
Anouk Grinberg, Sandrine Kiberlain.
de Robert Guédiguian, France, 2008,
2h13. Avec Simon Abkarian, Virginie
Ledoyen, Robinson Stévenin.
Depuis l'enfance, Albert Dehousse a toujours rêvé de devenir un héros. En 1944,
il décide, pour les derniers mois d'une
guerre qu'il n'a pas faite, de quitter
son Nord natal et de partir à Paris. Il
consacre tout son temps à collecter
des informations sur la Résistance
pour se faire passer pour un lieutenant
résistant auprès de son logeur. Peu à
peu, la période étant propice aux rencontres, son culot et ses mensonges
lui permettront d'infiltrer et de berner
les plus hautes sphères de l'armée en
se faisant passer pour un héros et en
s'inventant une vie admirable. A force
de mensonges, il va construire par
omissions et allusions un personnage
hors du commun.
Dans Paris occupé par les nazis, l’ouvrier
poète Missak Manouchian dirige des
jeunes juifs, Hongrois, Polonais,
Roumains, Espagnols, Italiens,
Arméniens, et Français déterminés à
combattre pour libérer la France des
Droits de l’Homme. Dans la clandestinité
et au péril de leur vie, ces partisans
étrangers vont harceler les nazis et les
collaborateurs. La police française va se
déchaîner, multiplier ses effectifs, utiliser filatures, dénonciations, chantages,
tortures contre ces vingt-deux hommes
et une femme condamnés à mort en
février 1944. Une ultime opération de
propagande les présentent comme
« l’armée du crime », avec leurs visages,
en médaillon sur un fond rouge, placardés sur les murs. Ces immigrés, morts
pour la France, entrent dans la légende.
Lucien Lacombe, un jeune paysan du
Sud-Ouest travaillant à la ville, retourne
pour quelques jours chez ses parents en
juin 1944. Son père est prisonnier de
guerre en Allemagne et sa mère vit avec
le maire du village. Il rencontre son instituteur, devenu résistant, à qui il confie
son désir d'entrer dans le maquis. Il
essuie un refus. De retour en ville, il est
arrêté par la police et après un habile
interrogatoire dénonce son instituteur. Il
rejoint alors les auxiliaires français de la
Gestapo, vivant la vie d'un agent de la
police allemande. Mais tombe amoureux
d'une juive, France Horn, dont le père,
grand couturier parisien, est caché par
un autre auxiliaire français de la Gestapo
qui le fait chanter. Lucien finit par s'enfuir à la campagne avec la jeune femme
et sa grand-mère.
La Courneuve
Cinéma L’Étoile
Vendredi 5 février à 20 h 30
Intervenant :
Thomas Fontaine, historien.
Le Blanc-Mesnil
Cinéma Le Louis-Daquin
Mardi 9 février à 20 h 30
Intervenant :
Guy Krivopissko, conservateur du
Musée de la Résistance nationale.
Noisy-le-Grand
Cinéma Le Bijou
Mardi 9 février à 20 h 30
Intervenant :
Georges Duffau-Epstein.
Photos droits réservés.
L’Enclos

Documents pareils