Films d`autres parts

Commentaires

Transcription

Films d`autres parts
Du 26 septembre
au 2 octobre 2007
Films
d’autres
parts
Reflets du Festival
International de Films
de Fribourg
Lausanne
Une collaboration
Avec le soutien de
Rte Aloys Fauquez 4, Lausanne www.cinemabellevaux.ch
Films d’autres parts 2007
Pour la 3ème année consécutive, Helvetas et BelEcran, en collaboration avec Inecla à l’occasion de ses 25 ans, s’associent pour
présenter un bouquet de films récents et plus anciens révélés par
le Festival International de Films de Fribourg. D’Asie, d’Afrique
et d’Amérique latine, des comédies et des drames, des fictions
et un essai: embarquement immédiat !
Au cinéma Bellevaux
Aloys-Fauquez 4, 1018 Lausanne
Yeelen
de Souleymane Cissé
(Suisse/Mali, 1987, 1h45)
Prix du Jury Festival de Cannes 1987
Prix d’aide à la distribution Festival de Fribourg 1988
Jeudi 27.09 à 20h45
VHS-Kahloucha
de Nejib Belkadhi
(Tunisie, 2006, 1h20)
Vendredi 28.09 à 20h45
avant-première
El Otro
d’Ariel Rotter
(Argentine, 2007, 1h25)
Grand prix du Jury et Ours d’or pour Julio Chavez,
meilleur comédien, Berlinale 2007
Prix du public, Festival International de Films de Fribourg 2007
Samedi 29.09 à 18h45
Roméo et Juliette se marient
de Bruno Baretto
(Brésil, 2005, 1h30)
Samedi 29.09 à 20h45
Tangos - L’exil de Gardel
Yeelen (la lumière, en bambara) est un parcours initiatique. Nianankoro va recevoir le savoir destiné à lui assurer la maîtrise des forces qui l'entourent. Cette connaissance est ”le komo” que
les Bambaras se transmettent de génération en génération. Le père supporte mal de voir son fils
devenir son égal. Pour qu’il échappe à sa folie meurtrière, la mère éloigne Nianankoro. Celui-ci
acquiert peu à peu les éléments de la connaissance ultime et devra inévitablement affronter en
un combat mortel la colère et les pouvoirs de son père.
Un film magique et ensorcelant, d’une beauté éblouissante et envoûtante. Pour Cissé, ”Il est
temps de montrer notre continent avec dignité et noblesse.”
Moncef Kahloucha est peintre et vit à Sousse. Sa grande passion, c’est le cinéma: armé de sa caméra VHS, il réalise régulièrement des films qu’il projette ensuite dans son quartier, là où il recrute
également ses actrices et ses acteurs. Pour lui, ils volent, aiment et tuent.
VHS-Kahloucha est un film sur la passion du cinéma. Mais c’est aussi un témoignage de la vie
dans un quartier pauvre en Tunisie. Des rêves d’une vie meilleure – la plupart du temps en
Europe – remplissent le quotidien de ses habitants. Kahloucha, lui, ne rêve pas de l’étranger: il
s’évade dans ses mises en scène. Une docu-fiction chaleureuse et drôle.
Employé, Juan mène une vie tranquille. Il part à Entre Rios pour un banal voyage d’affaires. Mais
au moment de sortir du car, son voisin ne réagit plus. Choqué, Juan continue pourtant de vaquer
à ses occupations. Sur le point de rentrer, sans vraiment le décider, il reste dans la bourgade,
usant du nom du défunt.
Se déroulant sur vingt-quatre heures, le film peint le mitan exact de la vie d’un homme, au moment où il voit son père mourir et apprend qu’il va être père. Il repose sur la performance exceptionnelle de Julio Chavez, l’un des plus grands acteurs du cinéma argentin.
Alfredo Baragatti est un fan inconditionnel de l'équipe de football Palmeiras de São Paulo. Il éduque sa fille Julieta à son image. Elle-même partage la passion de son père et joue comme avantcentre dans l'équipe féminine du club. Un jour, suite à une blessure survenue lors d'une dispute
familiale, Juliet rencontre Romeo, un ophtalmologue de 45 ans fervent supporter des Corinthians, principaux rivaux des Palmeiras ! Un conte moral sur la question de l'identité et de la tolérance dans le monde contemporain, et une comédie populaire terriblement attachante.
Un groupe d'exilés argentins décide de raconter l'histoire de son déracinement en montant un
spectacle musical sur le tango, à travers l’histoire du célèbre chanteur Carlos Gardel.
de Fernando Solanas
(Argentine, 1985, 2h00)
Grand prix spécial du Jury, Mostra Venise 1985,
César de la meilleure musique de film 1986
Solanas réalise une magnifique ”tanguédie”, mélange de tango, de comédie et de tragédie, sur le
thème de l'exil, le sort de nombreux argentins qui ont fui leur pays pour échapper à la dictature.
Des souvenirs, des histoires que l'on se raconte au bar en parlant de son pays. Ce film marque le
retour de Solanas en Argentine après son exil en France.
Dimanche 30.09 à 16h
Les jumeaux Seizo et Yukihiko vivent dans le village de Kochi. Enfants aux mille malices, ils font
les 400 coups à tout vent, ruinent les récoltes des voisins, pêchent des poissons qui parlent et
entendent les voix mystérieuses de la rivière. Ils réalisent leurs premiers dessins et font des rencontres qu’ils n’oublieront jamais. Le Village de mes Rêves suit, durant une année, l’éveil au monde
des deux gosses.
Construit en flash back, l’œuvre reflète les souvenirs des frères Tashima, illustrateurs célèbres au
Japon. Un film lumineux, fort et troublant pour les adultes qui ont été des enfants et pour les enfants
qui deviendront des adultes.
Le Village de mes Rêves
de Yoichi Higashi
(Japon, 1995, 1h50)
Ours d’Argent Berlin 1996
Jeune public, dès 10 ans
Dimanche 30.09 à 18h45
The Namesake
de Mira Nair
(Inde/Etats-Unis, 2006, 2h00)
Lundi 01.10 à 20h45
La stratégie de l’escargot
de Sergio Cabrera
(Colombie, 1993, 1h55)
Mardi 02.10 à 20h45
Beautiful New World
de Runjiu Shi
(Chine, 1999, 1h40)
Ashima suit aux Etats-Unis son mari Ashoke, épousé dans un mariage arrangé. Pour elle, le choc
sera total: elle arrive dans un monde qu’elle ne connaît pas, vivant avec un homme dont elle ne
sait rien. Tous deux s’efforcent de garder un lien très fort avec leurs origines.
Le thème est tiré du roman éponyme de Jhumpa Lahiri. Deux histoires cohabitent dans ce récit:
celle d’Ashima, la mère qui doit s’adapter à un nouveau monde, les États-Unis, où les valeurs
traditionnelles indiennes ont peu de place. Et celle de son fils Gogol, né et éduqué en Occident,
qui découvrira et assumera finalement la richesse de ses racines asiatiques.
Un vieil immeuble dans la banlieue de Bogotá. Malgré l'exiguïté oppressante de la bâtisse, les
habitants y vivent depuis des années dans un esprit très convivial mais le propriétaire, un nouveau
riche, veut les expulser. Ils élaborent alors un plan d'une astuce géniale: la stratégie de l'escargot.
Autrement dit, comment appliquer aux bipèdes l'essence même du gastéropode...
Un film étincelant d'humour sur la façon de lutter avec gaieté et malice contre l'arbitraire. Une
comédie irrévérencieuse et exaltante qui, pour Gabriel García Marquez, est ”le meilleur miroir de
la Colombie de toute l'histoire de son cinéma”.
Baogen, un honnête campagnard, arrive à Shanghai pour y chercher le prix qu’il a gagné à la
loterie, un appartement neuf. Mais il se retrouve face à une dure réalité: son appartement n’est
pas encore construit, et il doit trouver refuge chez Jinfang, une parente éloignée à la langue bien
pendue dont il bouleverse la vie. Ce couple invraisemblable finit par se rapprocher.
Cette ballade au ton ironique s’inspire du style Suzhou des épopées chinoises traditionnellement,
chantées. Un Merveilleux Nouveau Monde est un regard révélateur sur une Chine contemporaine, un souffle novateur dans le cinéma chinois.
Tous les films sont en VO
sous-titrés en français
(sauf “Village de mes Rêves” en v.f.)
Tarif: Fr. 14.– la séance Mercredi 26 septembre, accueil dès 20h
Dimanche 30 septembre, goûter pour les enfants
et les plus grands dès 15h30
INFORMATIONS: Helvetas, Association suisse pour la coopération internationale, tél. 021 323 33 73
[email protected], www.helvetas.ch
Inecla, Instituto de Español y Cultura Latinoamericana, tél. 021 312 09 45, [email protected], www.inecla.ch
BelEcran, Association de soutien au Cinéma Bellevaux et autres cinémas indépendants,
[email protected], www.cinemabellevaux.ch
virginiejeauffre
Mercredi 26.09 à 20h45
accueil dès 20h

Documents pareils