la "`

Commentaires

Transcription

la "`
JEUI)l 51 PECEMBRE 1865.
AB0VAF4I ,NTS :
9IIhOUSE : ]Union, la fr,;
lï mois, Si Ira; 5 mais ii tr.
Ga
5D' 7 t
A TOULOUSE, aux bureaux du donnant, rue Saint.Home, 4i. - ,1 PARIS : chez MM. Home, rue Pare Jacques
Rousseau; Lne!TTS Runraan eT Coue', 8, place ril la Rourse; Pu-union, 22, rue do TeOo)ne,
"'lie, Un an, 50 te.; 6 mois, 90 fr.; émois 14 tr.
6T1 1NGEH
ss
- fraissupplémenfeires
de poste en sus.
f
001iHSE DE PAJIin
ti01iHti6 UPi PARIS.
Can:plam
,51wrn dlvere.
ts
lo TIJsor.
:01:0
,s8
I
0
pc:
1f10 Esp
30'0 L
5133Ea, uue 3010 io.,
oom7.
,
...IFin â:
477 r0 R.v[.. .
478 75 I. nov. 700 fr. LiE.
t)5
C nn
,i ct. I,P0l0
,,,
200
23jj.
4! !
66 55
4 112 P. 100
03 00
A ferme;
i p, 900 t.' cents.
- Dernier cours,.
.rédit Mobilier,. . .
Orléans..........
.
:
587
38875
0
. in c.
.. 010 J.
0
.
rai
800J n
EL
'2
..
2
Y
tfot 0
75 75
..
d...
'J,
4817
P oUft
190a11t 1
1 ,:
Il
J.
,fit
J
I
t
00
4
ui
LJ
1
JI
.
Jt
. .
,
.
L
.
..
.
,
Pari
t
]ans I. décida
I
1./Ojonrs.
a d d a l i,ssonce;
d
l
n
LI
4
i
é de la
me
devais mCérh
é
Lira Ion ar
ounlm
l:..
chez
1
ari..
pàuoo
fdro.-.S
dit no lu, cacha 1. zs
t If
procureur ,
Im ai dit quarester
la venais do partir po r Nantes,
où tu devais
quelynes jouas, il n'a laissé
lutrevolr sur su physiauomie ni on ri e, ni
ingniétuda. 61. [)es Ev ,o:e:ux n sait donc
{ no de
encore
jes
ta Leu
que
es 0
é
p p
lé` ose
- t
Ics prgoto 1
t in sobl, Matir, rai et le le
danseuse. h:
t
t' t Ju truelle
td
il
' le
I
sanne doute
I
oonberlue. l'on es. rini, 4 a
son
mon paseag
él il port ho) s
I^ a rd,
Panure Eopl é
Lomm elle , che,gé en
quelques jouet) Q
t do'solus
s i Il
1
-I
f loe
tl air.
ld
il nos te 11', La
3
I
g
Je
t
fl
l'
a Muni s, 1. d[..nmhié 47. ,
Le danseuse vient de partir, sans doute
pour rejoin e 5lntharel et l'aider dans ses reehorahos, Je 5o suis dort p,étaxte ode e alléguG anpràs Jo M. De, Cseamoaux pour foire on
y e. Le p
c
t f J
s foue
lit do
t
Lie
te Lien .I
l
,m bru deus
I
vole Tout le monde lits
femme,
Js
boas)h
II ]a
', theiltrq dans
loso
d t q,,:,,11, s h battus; et,
la roi rds tabou, il l a reaond,,to ohcr olien (t, s
sa
sa propr
t
Aussi l e
- h t. prop:,
le \I u
I
5 1 ép d
cenlion liaa
Leà
let
L
p
Eu a le< ill
l' t piqu'à
P
11
I
l
1
P(.
Lit
o.
d
sa
-
I
t ou a, vont
Ot
on a
tI
t
r 'ton' d'en faire J spara9he
bals loi seul s
II
t p u
t
t
J'ai ,enu un instant
Elle avait t
,e le
'es
o
uan
ad
e Ras Escameaux, Elle nia
Vies et n osait cependant le pr0nanOee, Je lui t dmnaadd Si J avais reçu quelque lettre de Io,,
nsie t
nm
paï sar 11=i .
Ics1
7ublcU
1
Y
lé'
18
j'IL
t
i
f
L} I
lion
od
t d
t
1's
l és
.et ôn
l
ai.J
la
cul
per alias do
de son
liais,, ans
t io
7
M7,11.
meoras.
1
ey
t e.
i ip
.r
P
t
L
de
si,
A
dl
I
t
d
I
wnei
A'tOJL8 I0)
4,2,1
ion I
1-
.1
II
te,
'Lie
add't
f
1.
t
dh
d
Ir
an
.sd', p
sro les
pmldee mc)m,i nil
c
rc,iro e q
u
bien.
.
L
1
prononcéea, oiout donné à 056échir. Cethom.
malgré les appnreuco- qu'il av;üt su su
don
sono, JI'q.
ans de mus te'
1
i5me El
L
doua
osent po,
5
t
p
tel
tl
o
1.
r
L
h
rad pua e meut Y
quo moÿen de spSonll
touxf
tés C
t l
v}
Il
I
t
J la o
t
sl rue
l' 1 o,oIL,Ili
a-Ja
11
o
I
m
G
I
q
th
l
p
t
i
ph.
t
I
1
t
fan i
(
1
1
Ld l'
L
l
t
l
1
.I
Mth
I 'R
II.
s
u
I'u
d'entré, ;mas qu'il ne sait ait s'étendre aux
k
ls q5, donnent doil lentrée aux
t
fl s do Calcul, vo que cet 6p bhs.e
e t ne
aurait fixe considéré comme pu.
Lie
Perpignan, 59 decomhre.
Le Roussillon niant de perdre l'uop, de ses
enfuis I53 pins dignes, sur, 1,0 te le es 0,5.
)1
tmgoé et le PI os aille bI
pierre 11,1)0 s
S-. 1
émus,
ambGné
d d.'
emsortant da
l â
b
r1
à
0005
t
L
se,
1
t
sl
I
j( d
1
L C q hémé
1
tl 1,
l si' perdre,
est il dene arrivé°- Janesanrais pus
t-elle répondu... Sion mari sait faut, j'ea suis
sir je I
I
oa
S
n, e
l
p
,t elle euri depuis dre. I
s
I
I.
17 lI I
[
l -t
- pl - I
si aaanl b bn de I
nulle d eto c"',- pou r l
donntuile,)
fi de ses uou,e.,sje
es, si sus'pendue
qu'il
t,noce
ia
ta, une Sl alhatel, de publier partout
rléshou, e
este
sur n
ors parsi est pris, :
n'ai pue d'enfants qui
eo auacbent à la v:
m pauvre m er, est
muent.. je mourrai aussi, Eerivez uuo dernière
la
'8 Ll 1(
M 'i
t il sbondomto,
D
]
p
p
7
e,
Lot L s
f, ts
T
J
I
h e, s
e l o, Im vrspn c, un pan de
'L
aaalrxa muez
s
q le non > 110 I tî ibis e, elle ne p'enus q ol
:t une
ée. Qmque )imbu et
I
1
1
l'g
I
tt
s
h
1
msJlo,qui a revu a une ceualno 8ùuadion, et
1
ely
I
di
tp
II
1
edé -e
t
S
l Oéil
y
t
la
J
t pl d'une f.
I bdIré-L^r ai noue
D Is
-,
a,
telle
II
s
4
J
u.
L
1
te
de
I
affecte
.é du tien. Jo ne
u te o..,tcr. ll:'e, le feu mo da
sidonl a dit, devout vingt personnes ; <3e dose
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
l1one d'a L)oiec.
(10
1
1
,eo Im des elle-
nul dis [ Jrcnre, Onenfales.)
(Correspondance parlvcuhere.)
dial'sille, 29 décembre.
A la suite d'un déraillement qui a eu lieu,
dit-on, près de Valeale, le filaire de Paris a
point bISmer madame Des Escameaux, car la
d t d s n mari asec celle danseuse e été
1 auto qu'en perd la réputation d'une femme
d ans lo monde.
Se m. paie donc que te rbphtec ce que je
clé le xé,ullat H i
_ o,
longtemps demcmor dans cette situation, ,r
ilPrs
'L'
u
c t
p
é
de bien q
p.
I
I
g
n v
n Ces trms I u
l.d il,
é
le
en,
'e ci M lb
te,
dont le t
IG
tq
ont imt de ,
table, I, fsmi,,, L t I
qui appartient cependant à eue I u 9t,. la
allie depuis
pradu ts des ".a-
{
s ext aord
baillés dans les salons
Inférieurs du Cadou, m 1 .,nant ue prix fixa
Ldèja60011: Rerieustont de 55,10 q ,) ta'ait
C
J
1
lue bon ooupd'épée
donc, de , dén
he dort sr fl .mas te
poil ire u état. - , Vues ici, chez moi) yue
ait pas car je l'ai 'u hier et s,
s
lier, garlquos parole, à double crus gn',!ua
mosyu., co
s
1
d lerse . C'est a, un cet esprit de
p
rée d ie l,[jecfau
I
l
'ie f, te air
(
madame Des Lsoarr
t dans d 'a Yeuses
continuollce. Ele est persuadoo qua o
sait tout, et, pour nm part, cola ou m 'élut o e-
que
jobs,
bq
I
1
d
f
I
oui
C
de
J.q
I
{
P
td
ai un
me
y
biais là
J
fl. ts p
Ua L-eameanx, m pont
appelle n:
,0il1
ho,l eu àr Ise c
d u d l oi
I
ti
1I
are te P.
ne
I
tl i.
é d 16 h II
rôpIi i
et I
rou
q
I
1
qui, eues son air do b'lis,, ne marque lontefois
p,, ,e finesse et d'une aorte a'osprit, a une
.Ilé0110
I
s roui relOn-
so'l'6o las
2, L'Eclfpee. polka (Dénault).
1
n..
4TILL5air.
q
aolvaon,une
totl
S di d'Eé
(:1 a,bo
..1
t La à
f
il e L n e A
i
1.usque
Ma l
F
et
I omma, ui sa tronvoflre u5
installe tr,ehahilu et très date-
J
N e Oco o, 1f
I'. S.
11
o df ari ver à Non sa
avant toi. Il vient JPoilue à code ses aura
lui m touché It1nc Elle est I
o'
de
p aeédé immérl alement à l'ar-
Program,na des
lot
0100
'.In gnilm a, ul été ,.b
,1
p
0
I. plu.
-a d. t
allelttera poutm I,.rvnr qu..f
étIl1
b
I
d
opour l
ni
Ic pour In, pro
q,91
ol.
q
d'
d
q,iiint0ressmt assez rlveM. Ilermant, , dnecI
P' lé
1u
&ssement ihemral,
avait f t
l
directeurs du Casino ,
droit,
cela de
poioi-11,
rallier, d t
èC, 1 p )
q
brut sur tomes
le
ecol;cs , li<u,1 durant la s,.son 111'malo
pariées 5tabh
t q i ,trait, d après lui,
I
tés a
tua rie lueios:ly us'
don . p t
sulatus par 1
glmuuds et ordonnances
ce polJàv entent.
Lie wbnosl ]5. aé q lo droit de prblovamont J dire
p
Ibg b s 'beau aux pria
d'entrée four
t ,plant air yin ont
ti
e
Ton 011,50, l'iuquiéte déjà, et ,j'ai eu boau
up de peine a Ini perce0dm que rien noIt
y
i
i
$,a;.
Le C é é t de di,isil
t. 3 b ode, eom_
an1 t r 12
1
, litmia, ,
pas d ,site de corps l e l ' janvier, à I c sien
P
t
t
I
1
méaiy
l
allure de
e't arrive le nt
lé l'
I
i0)
aa, a. .a. IL,
d'
I
5p
pL
d
J
1,
pie I Cers dispe-
[
de
1
I
9
A
s
derc
I
éy,
d:
ec ce p
9d
le
[
i
d
-
!lIIIIIII
t.
t e tel un des co
1, p,ô,id..t Jefferson
(Ers onpenaie.)
d Y itees
na,ce do Eagnàres vient
uld
t b
fi- ou paie,
pallier,
1
I
1
tics.
1
L
t
1
q
n
G
n
Jar s ces lues
L,010
t
t
Md
1
j
ml
d
1
,
L
1
a Ot 18 7, qti
7
t
t t
1
t
d
11
i t
7
la Co P d
t
rs las plu s IL D u t
0. lit dons I E 1
a 7 vr e alP1
ll11
)
s-o as
p
I
,1
Ton silo.' 0 coi
Il, en. ,,,,a'.
Le
I
l
un,
iu,prudencq at yu'cllo no livre sou secret à sou
I-
1
suent l
i
ap
ne retrouvera pas ananl.0, si les p
s
do ma coupable prssian tombent antre le.,
s de l'homme qui veut me déshooorur.
'l'u Io vois, il faut réussir à Laut prix, et surtout
tc hidoq car, deus pétas où j'ai trouvé Euphéie, je tremble qu'elle ne oommetle quoique
,f,tl t,1
a fort bien as ,.,Ib , et q u,d je
t
Jan
manda d 1G nnem,'al.
u
-
sfsurAe, et ellem''a
m
le
11 pl e 'Il t
1
yrv i du d. t avu,x Jum Icnuoo.
du nouvel a5.
sta,üo
çhë,. Elle a
gonoo, je ,u'
)I U F',ouleaus, son' p h
gr i-
et
t{
t
du 1
et (. 1100 l ta
( i Jelle de la sc ) t o n de (n de-
prrlu
d
l'état où je
Lit I,6mr queja no sur.,
niai pan I p. t d n9 oons,doratmn,
l
après Cavoir accompagné à le
,lunq
}
30 les résultats de tes
Rennes, le 11 décembre.
Mon char ami, en te q 1110,5 ce malin
t
b
rdonno,,oe du général
1
3
NrJst
PRENIILIIE LETTRE.
f
0
V
I
p 0l
regoe
8uhe. (Voir le fa a nul de Toulouse da 30 J'-cemàes I
I
a (1,
If
c
g
a7 dit alors quo tu étais parti Il butin meure,
que lu suai, ban espoir de retrouver ce, paans quais tombant mixe las m
I
72
d
o
rie
l
i.1
I
,saleee
i :00
t ft
t
1
1
e
rot
v
'ni'
h, four
g té
ro I
t
lu
j
le
2I
.
J
état
gé
00
ti.il
t
N. lu Procuraun5000'ol près la Cour impé- 1
I,e doe(ear 9nvarn5.
f
1 en 5mser, dan, le aloi
I5 jour da Nu I
II
I
ces
I
I
0
n l
n0000eni n
85 et 2 fr.
d
l
s
1
estnu
d evesn
uesomesl,,
h
m
pusst..
d
gués
Dar rs.
f
Ol
Il dii
rltt ll
s
u.,r et ISrdonr n e lu
rsez C.
tt de Brca'eu
'-obtus sur lai re
Caisse ida. des chemins de on.
s
c
Id t
e.o
S
1
1'Il0'SII;SIE l'ORTIE,
(
I tl
pelotent fr car l'en-
léd P'
orald lié eu.-
o
1
pou,
t
(
fenil!
I
Lieôsumes d entendus twou
Con,pay+nio immobilière de Pari,.
OI,IigatiaaB.
et'
a
l
001
,
de
-
nô
!I I
r ,t qua l'a féde
paisso
M. le ai,ecteu
qu'on oI,rt Longe
de tare, ne du port;
l
1
Les AGo, n s non ertü9
,oies
qui
'loi en
\
1
g oé
nn I
o1
iJ..
Jan,.
Paul
1 010
OLIiy 4 ,Ot«manes.
t
lefo
CI
ua,go,
iJ h,
J
ronnu.
l
é
i t
Codu
R
.
JJ
eJ
al ,otbl
l'
,
Ou mord, d
toujours las Il-
0)00,
Id tt
ritebnaur ans, do-
J
Nord de liapéyme
d)
i
La
id
,1
.
ont éli laits, à
ur
tutus
J
01
"viii
Des
t0
I
f
la C
seoinul
1
presse
l
i
Nouvelle Orlbaus, ae il a été
squeunmediatemaut 011 0),e à la grande presse da p031 i ,,e.
11
't
pl
d
L part,, t, dix huit ans, pour la
de Pat, il
efdca de,
e
o 0fta, de dix Puis a,, mo,n e Ire
G41 23
B .leu, 25 d5cemh,c.
0e lit
J
,
la"'
1 elle
t
l
,lir
t
-
lion el,a.1J ,:1)0)155,'
A 19dé mb,
7,1, be): 000e,
tI
)de
I
I
d
1
i,cslrnclions renommante 1 péremptafl
J
tI
b d
I
à l é, 1 J d
t p J ll - t
s
colons m s
011 20
IYEJ7io lfiUS Tt iLlsÇa000'u lall0),;';^JG$
Jm,v
..
177 -0
2 0 o0
Mutiler 1-,sp ...................
1
(
Lisait 1
A. 31.
,sou
d
Le
75
5
n}
G Arud}, déportement des I1
Py
é
Après emà fait d excellentes éludes au lyebe
duos an
1.
hargb d'une
,a d plonal,gce o Pare et à Londres par
Il gou,a, usinent eouléS ieOd \ b q
t n5
n'ont et cs euafile quel
trois u flatte jours avant l'opéra-
sq
f
M. Supervmlle, en eo momeul
i
L
It9otda,
Pmes.
A.
F abus uns
I
.i
P,'ar to.te la fhro ç.s Iac;I¢ at l.sl
à l
.,I celais
Ldrs
I
P
dfr t.s
t rastanic, l
p,
11,
y
H mbourg, 50 décembre,
Le d, d1
Inbox r; set arrnéà l.'et
pour
isl l
son gouvernement; il a été
l'eÇn ,ce e lhoaa,aS
se,
à
,e
prochvnemrnt
évacueront
}
bouI
onse
home
y
I
é,n
M
li.
r
b "'Il do 1-,
régenoc, les aai,,, m.mbres ont donné I-
D
Sé,ill.....250 00 l) 1.
r 1Lsf
spagnol .................
le Pacifique;
Lois
sI,t .
N
Il a plu une partie de la nuit et de la jour-
es de donner àtouaes les ad,;
rIublimté e le1)0,
été t
Cru
Le temps rot sombre.
ntérieur ,en[e.rme l'avis suivant
Il est bon do reaommauder à MAL les mai -
Paris, jendi 51 décembre.
te i es L
0000,0 temps,
nlgue-sur Cesse.
Le Liseuse Bedlehn offineel du m,o(stère de
Le Général Bh-
N. 0.
Le haro,notre baisse, il est un peu au-dessus
née.
nC, Jdéc b
d'au4
i l pu
Le général
s.
Nu
bossua mur..
aABOM ,000,
0 h du m., 0»,7b9 3 Noagaux
,d,
1 3 h. du soir, 00,7f) 5
O,Cors).
it. Ba:do receveur à St-Bertrand, est nom-
mé à
)tinimum:}
Maxiu
Thoemmnétre centigrade,
Gi71.
Aunes dc4oècf,e,
00 00
....................
est oo ,n é à 11,00)
M. l:ab'i ivre, receveur à Recel, est nommé d
pondu' p, 14 décembre.
Les pertes du général Chamberlaiu, eu novembre, sont de 508 tubs et de 4'if blessés,
}I
OBSERVATIONS METE.OROLOGIQUES.
Da N. Bianehi. - Du 50 décembre 1863,
l'a, ,, Oiat rement, des domaines et Lin timbre,
en data du 28 décembre 1863:
1
ce à Goulogue sur Gosse,
aoea,10 aérembrn,
D'après les na, , I .. I l f
a us ai,
que le Tarrours et le p mo Sat-onna su t d ac
parla, le Taïcouu
pourddon vaxnliuns, S sienne'. par la force.
L
pas l'honneur de relever loD'jan-
Par décision de )i. le directeur général Je
veau robinet n'a pas abouti,
I
unicipale
l'administration
législatif,
v
Ver, Cran,u pu sera acecri. par dos troupes
mexleainCS
1
Ron
Co^ps
ra
Le gé
0, 1804, quaarine (A. Papillon
M. le Maire étant absent comme memLre de
50, mi0,
Jusquos à innictenaut la formation do eou-
66 48
Ob. Midi .................298 715
Ob P mpelune............ LG5 00
l.e çra 1 onsnil
à touilla
d
polonuisL
c,to
g
.,.
d'. ,bec.:...
.3010
Danemark.
0 0,0
e
A. cnnentunt
d..
o li t de)
.
3 .0. 100 ............. .....
,
7.
'4 ,..30)07.
\7.
1 25
ROUI'OSP DE TOUJ 0f 75
0 50 ..uns. 1865,
De 10 à 11 heures du malin.
25
... .
f8
Y
0 00
1 25
00 ,a
0
Jf10
40 00
0 00
0 00
2 50
3)12 611
103000
0 00
0 00
0 Co
)7obirer
1
101 H1nrb
ne, }0) J
1'
DI d t
eu 18a.oa
316
Nord .31110
JO
680 00
0 00
nt
-
1
5 7h
670 CO
6f2 ù0
5
077
Ef
- 710I 3010
- III 111,0
,.400
444 731
0 00
Ail 25
U10
OBLIGATIONS.
-1
950 00
C0v ea sd)s) t h.... 91 18
87
,
.
9 25
sounsLI ns noa'nnes.
OO
)iii
0 00
Lombards........
vD
012 G0
390
401 7v J. jan, 300 f..
0 03
0 00
Autrichiens.......
P
f.
1
,
0 10
2 hO
0 00
Noeugosse ........
1
-fLb
0 00
0 00
0 00
0 00
0 00
..............
Oidi
or o.
O f 'a
0 10
0 23
972 50
971 25
Lyonlibéré.......
fromp.
OO f L t
na
00
0 00
cumxrss nn. "a'
p
f
4i
66 50
66 57
1033 75
608 75
Pet luges ........
R
30
.....
700,0.............
,
0) 0101f s.
aense
naunee.
r ,
,
3 pour 100 .......
Crédit mob. Espag.
71
5. Symphonie di atifielio (N'orbi).
dos principales villes de Norant quo la Suède soutienne le
rvége d!
Au comptant;
e
1236 nn C
1190
er
5. Air varié de tan phone.(A. Papillon).
4, Mazurka (Iéroll).
Copenhague, 20 déeembre,
Dos mecse
30 0 cemaan 1865.
Dernier
or, u.
Pu ts divers, la ligne .................. 1 le, 00
01ale o n u lhonneur de recevoir, le 1e= Jmia ire
mannddo
"éaéd.' I:EN"l't;y E'l'ACT IONS
le, 50
a hg., ..................
d uoe luiront demie à quatre heures.
Paris, 30 déeembre,
(Par d6pAcheJ
en 29
h. 50 assai
Réclames,
Toulouse, Imp, Ph, MosTara,a, petite rue Saint Rame, i.
i.ïs g rl-,. u., 'L
Wa y. a-iss^
DU COURS DES PRINCIPALES VALEURS
Annonces, la ligne ...................
seuls correspondants pour las annonces.
I'ollh>liae, 51 Décembre.
Huiiefisa com2eléano-Riairo
TARIF DES ANNONCES:
On reçoit les abonnements et les annonces:
ot pour signature
l fiait évidemment un
{
i )7, de R...... al qui avait toute
en i l
0 onflauce,
I
l gontri 0ee! Jernitre joue état dol,
mémo bcnhne de femme que Il
nnusnvit
bonté par Sovarns. Elle étais eignb,Dnph,r,
Voici
de lacelle lettre, qui eanlenait le décor.
surs
dbon,
da
d m le 'auto Cor.
t
la "'
U 1
1
It
l
J ne,
I
l I
o ta l Nasille do h Ily
1. rappelle, avait
I
I
'I
I
pondu d
Escamarnx, d t celui et ,,ait voulu
1
la-
Des
faire au
I1
o,l0ossc, après que ea femme se fut séparée
de lui pour cuber duos un ea vent:
. )leu ami, je no sais si ces liguas vous par.
vioudronl, car votre long et in xplioable si.
loure ouuo le champ aux plus P
,
jootures.baudon
niayoe a
néc,ermre o p
et
d
tes oonte, a - us
que voit
}
Joué.
et yue co v ÿ g d e le résultats import t t
m n repos, umt été
pour
se,lie
p El 't }oui vous blmgner
e
I
S
e
é' s poins :ceux
I1:u
i
I-'19
l de
r selle est
s
connu
1
peur coli, qui cabs goilb,r le
o
illusion et uuo Jormme
d
une der.
"ailla somme taules
e celles que J aiiigrâce. sur
Le
1t sellr,
.
cour qui vous te aimé, yin roua aime
eucoro n sied point nb pour les passions lu-
it Ituvoses. Il usait tuas que rêva le pmsible
bonheur I. fuser domestique, de la famille, le
bonheur que l'on a le droit de parte, écrit eu,
ép rnuvé 5 heures de retard.
coque et machino, ont été construits d'unes pontificale se présenta pour empêcher toutdéteIlt f rcou rlne peu s''n est fallu qu'on ne) sordre; mais un l;t ndarnte a cPé tué par les
()u annonco pnur demain, rucrcrn,li, la
reprise dit grand opéra de Charles VL Le ai
recteur de noe 1h6h1ros, àl. B,ahnzier, petit s'at-
tendre à voir salle combie. Cet opéra a toujours fait fureur à Marseille, ne fût-ce que
pour son célèbre chmdr : Guerre aux tyrans.
Si des Anglais se trouvent demain ait théâtre,
ils pourront juger par eux-mêmes de l'amour
qu'on leur porto.
--Notre marché aux blés n'offre aucun inlérot depuis surtout quo cous avons eu quelques
arrivages. La baisse qui s'est produite à I cité
rieur rejaillit ici. On ne fait que pour le détail.
L. Neyret.
-- La semaine dernière, pendant la nuit
de lundi à Hardi, de sacriléges malfaiteurs se
sont introduits, à ce qu'on suppose, astre mi-
nuit et deux heures, dn.s I'/lise de SaintPatrice, récenrneut établie à la Croix-Rouge,
quartier du Plan de Coques. Des habitations
les plus rapprochées de l'église, on les a en-
tendus faire du bruit et les voisins se sont appelés entre eux; il est probable qua cet inci-
dent a dérangé les voleurs, yuintdf baalanner leur couvre détestable, I,l tôt
ne
l'auraient fait sans doute.
Voici ce qu'on a pu tons, at le le main
matin. Ils ont pénétré d:ns linVri de
l'6glise, du côté de la sacristie, et en fur, put
deux clôtures, celle d'un' fet ie, pais u une
r
porte. Entrés dans l'église, ils ont ouvert le
tabernacle et se sont emparés du ciboire, après
avoir versé sur l'autel Irs houes contenues
dans ce vase sacré; ils sont ensuit' montés
sur l'autel pour enlever de plus la custode,
puis sont revenus dans la sacristie, où ils ont
ouvert toutes les armoires, pris le peu d'argent
qui s'y trouvait et détaché les franges des ornements sacerdotaux. Dans la sacristie, indé
pendamment des traces de ces vols, on a pu en
tlenva! pas b moyeu de placar', à bord, ni or- é dragons.
tillerie, ni vivres, ni comburl.ilalc, enfin rien de i Alors est accourue vine compagnie française
ce qui constitue le navire de guerre pouvant t du
poursuivant les dragons qui se reti
ûtrc appelé à faire une longue campagne.
raient li Castel-Gonrlolfo , oii ils se trouvaient
Trompés par la bienveillance des croiseurs cantonnés. Là a eu heu une collision ; deux
français qui, tout en faisant la guerre au gou- dragons ont été tués et sept blessés; parmi les
versement de Juarez , tiennent à ménager les français, un soldat a été blessé et un officier a
mexicains, les citoyens de la ville de Campé- eu l'uniforme déchiré. Afin d'empêcher d'aube tournaient nou-seulement en dérision les tees désordres des soldats français sont acroumarins français : mais étaient moine permis rus à Castel Gondolfo de Rome et do Vellelri.
de composer une complainte en 99 couplets, Nous manquent, les détails pour préciser l'oridans laquelle ils étaient peu (lattés. L'aviso à gille de cet événement.
vapeur le Brandonleur a Ôté l'envie de chanter,
Demain l'ambassadeur de France va donner
dans la nuit du 15 octobre.
un ,rand dtur au général de Illontebello et à
Sachant qu'une goélette à vapeur, sous pa- Mgr de Mérode, par suite de la reconcilialion
villon mexicain, faisait une contrebande très de ces deux personnages.
active, et approvisionnait les habitants d'air
Pour extrait : A. PUJOL.
miels et ale munitions, en naviguant le long du
--- On lit dans la Gazette de Milan , du 27
terre, à la faveur de ses formes plaies, le conr
Le bruit court qu'un rave accident serait
mandant du Brandon tenait une embuscade au i arrivé à biesria. Le lustre
g du théâtre se secontrebandier, qui fut poursuivi jusque sous rait détaché du plafond et suait tombé sur
les batteries de la ville, où il sombra , ea vue le parterre rempli de monde. On parle de
du port, en frisant un supréme offort pour I plusieurs morts et blessés. Nous attendons les
ée' irper a ;x obus des (embarcations qui lai
étails. a
.'
lent L i c', sse.
dÔ
' gui;
et e
ha
rte
ne I.. se
.+lio . au
orlae, I: blocus a ét ress né;
e; circuler la plus petite eriles camréchiens, rriduits aux 4
.
.._.e.._.
_
Laris, 29
_:.,.-.,
(Correspondance particulière.)
Je ne veux pas vous entretenir longuement
ex rldient i+ar la destruction. de la laffaella,
n'cscnt plt.soounpterquo sur un raz de matée des affaires du Holstein, mais je ne puis me disqui les débarrassera de leur trop vigilant en penser do vous dire qu 'elles semblent prendre
nue très mauvaise tournure.
ned,
Les nouvelles arrivées aujourd'hutdeFrancTuuleïl, 28 décembre.
L'Iphfgénie. qui devait partir demain pour la fort indiquent que la Prusse et l'Autriche sont
Nouvelle-ta tédonie, ne pourra pas appareiller résolues à occuper même le Sehleswig, et l'an
avant le 44 janvier, afin d'attendre les passa- m'écrit de Copenhague que le roi Christian va
gers journellement annoncés par des dépêches se rendre dans cette province pour se mettre à
ministérielles et dont l'arrivée à Toulon a été la tête de ses troupes.
Le bruit da la démission de M. de Bismark
signalée pour le 2 janvier au plus tôt ; outre le
détachement de surveillants et le convoi de a circuléaujeurd'hui à la Bourse. Aucune dé
250 forçats, l'Iphigénie recevra à bord tous les poche de Berlin n'est venue jusqu'ici confirmer
remarquer d'autres d'une nature dégoûtante,
qui, du reste, complètent habituellencnt les employ6s attachés au nouvel établissement pénitencier, et, entre autres, le directeur ainsi
exploits de ces misérables.
Mgr Cruice est venu, dans la journée de que sa famille.
Le variolé échappé de l'hûpital de la marine
mercredi, s'assurer par Iii-mûme de ces faits,
que la rumeur publique commençait à exagé se trouve déjà en voie de guérison, malgré le
rerd'une manière fàcheuse, excusable, toute- dire de la Faculté qui le considérait comme un
cette nouvelle.
Deux journaux, la Patrie et l'Opinion na
tionale, ont reçu hier soir chacun un Communiqué : la Patrie au sujet d'un article sur les
facteurs de la halle, et l'Opinion nationale pour
avoir critiqué l'élargissement de la rue de
Lyon.
fois, en matière de faits qui blessent si profon- homme mort.
Aujourd'hui, le Journal de Rennes publie un
Du resto, ce n'est pas la première fois que la
dément le sentiment religieux, toujours si vicommuniqué
au sujet d'un article sur la discusscience
se
sera
trompée
et
que
le
hasard
aura
vace à Marseille, et plus impressionnable que
sion de l'emprunt.
tout autre. Mgr a fait un acte de réparation, occasionné des cures extraordinaires.
Ce communiqué est identique àcelui qui a
Ainsi voilà un malade qui était à toute exemporté les hosties, que l'on a lieu de croire
non profanées, bien que quelques-unes soient trémité, sous une épaisse couche do collodium éié donné il y a deux jours au Journal des Détombées à terre. L'église, suivant l'usage en dont on avait recouvert sa peau afin de la go- bats.
Il Y aura jeudi, aux Tuileries, un grand dlpareil cas, été fermée, interdite momentané- rantir du contact de l'air, qui se jette par la fement et drapée de noir. Mgr se réserve d'en notre sans se casser le cou et qui se guérit ra ner auquel assisteront les membres de la far
dicalement, en passant la nuit à la belle étoile, mille impériale, les ministres, les maréchaux et
faire ultérietirerint la réouverture.
Nous apprenons que Mgr l'évêque vient presque nu, et sous l'influence d'une brise g'a- les hauts dignitaires de la cour. Le dîner sera
de cent couverts.
d'écrire un mandement qu'il adresse à tous les cée et d'une rosée par trop rafratchissante.
11 y n eu dimanche bal intime aux Tuileries,
Cauviére.
fidèles, ù l'effet d'ordonner des prières expiachez le duc Tascher de la Pagerie qui célébrait
toires. Ce mandement sera lu, dimanche prole 25e anniversaire de son mariage.
chain, dans toutes les églises du diocèse.
Ce bal a été l'inauguration de la saison dan(G. du Midi.)
(Correspondance particulière.)
sante; nous allons en avoir maintenant de tous
les côtés.
Rome, 26 décembre.
Le ministre de la guerre en donnera un le 8
Hier
matin,
après
la
messe
pontificale,
dans
Toulon 27 décembre.
Le Chandernagor partira pour Rochefort , la Basilique du Vatican , à laquelle ont assisté janvier; M. Haussmann en donnera 2, les lîr et
aussi tous les membres du corps diplomatique 28 janvier.
sais être chargé de cette mission.
Vous n'avez pas oublié la campagne entreUn fait assez extraordinaire a eu lien, ces et la famille royale de Naples, le Saint-Père,
en répondant au cardinal Mattei, qui lui pré- prise, l'année dernière, par M. E. Legouvé ,
jours derniers, à l'Mpital de la marine;
Jn sous-officier, atteint d'une variole exces- senta les hommages et les félicitations de tout pour faire reconnaître le droit des artistes drasivement grave, est parvenu, dans un moment le Sacré-Collége, a prononcé un beau discours matiques à obtenir la décoration de la Légion
de délire, à échapper à la surveillance des in- où il a rappelé le souvenir de plusieurs papes d'honneur. L'honorable académicien vient de
firmiers, et s'est jeté par la fenêtre à 4 heure qui ont triomphé des grands ennemis de l'église, en les voyant humiliés à leurs pieds, et
Tombé sur le toit d'un corps de garde, il a particulièrement il a parlé de Saint-Léon-lesauté dans la cour , a passé comme un éclair Graud et de Saint-Georges ter, qui ont triomphé
devant le factionnaire et franchi d'un seul même de ceux qui avaient usurpé les possesbord le mur d'enceinte qui a cinq mètres sions du Sairit-Slége.
Il a ajouté que l'Eglise, pour combattre et
de hauteur.
Depuis lors on avait complètement perdu ses vaincre les ennemis qui lui font la guerre actraces, et on se demandait ce qu'avait pu de- tuellement, a besoin que l'on use de fermeté,
venir ce malade qui, revêtu seulement de sa de constance et de prudence, et ces trois verchemise et la figure ea putréfaction était fa- tus étaient le bouquet de fleurs qu'il présencileà reconnaître, lorsque vingt.-deux heures tait au Sacré-Collége pour le remercier des
après sa disparition , on est parvenu à le rat- hommages et des félicilations qu'il avait retraper à 11 heures du matin, sur le quai de la çues.
En recevant les félicitations des fonctionnaiville, au moment ou il exécutait une sarabande
décolletée en présence d'une foule nombreuse res du ministère de l'intérieur, le Saint-Père a
asprés minuit.
et frappée de stupéfaction.
Les canonnières à vapeur la Tactique et la
Surprise, vont recevoir de nouvelles installations et établir un ronfle sur le pont, pour y
mettre les cuisines de l'état-major et de l'équi-
pa
e
Ces petits navires, très-bien réussis comme
annoncé que de graves événements auront lieu
l'année prochaine, mais qu'il faut rester tran-
quille, car à la fin l'église triomphe toujours.
Un fait regrettable a eu lieu, hier, à CastelGondolfo. Quelques dragons de l'escadron étran-
ger au service du Saint-Siége,avaient une rixe
avec des bourgeois d'Albano. La gendarmerie
charmantes toilettes, et quelques semaines ne
s'étaient pas écoulées, queje prenais rand parmi
savent le goûter I Je crus que ce rêve, dont les femmes les plus élégantes de la ville. Cette
ma mère m'avait longtemps bercée, se réali- existence tumultueuse me fatiguait; les homserait enfin, lorsque M. Des Escameaux de- mages qu'un essaim de jeunes hommes ne ces
manda et obtint me main. M. Des Escameaux, sait de me rendre me causaient un effroi iosur
vousle savez, appartenait à une grande famille; monlable, et j'en parlai moi-même à mou mari,
quoique jeune encore, il jouissait d'une haute qui traita cela d'enfantillage. i Il ne faut point
considération ; il était honoré et respecté être farouche comme cela, me disait-il; ce
de tous, ses manières étaient agréables, dis- sont là des galanteries banales qui ne tirent
tinguées; il possédait enfin tout ce qu'il faut point à conséquence, et vous vous feriez remarpour flatter l'amour-propre d'une jeune fille et quer si vous ne les acceptiez pas avec bonne
lut inspirer même cette tendre sympathie qui, grâce pour ce qu'elles valent, n
si elle 2'a pas les entraînements de la passion,
D'abord mon mari m'accompagnait dans le
a sur elle t'avantage d'être plus durable. Notre monde, et quoique j'eusse préféré notre anunion eut lieu sous les plus heureux auspices, cienne intimité du foyer domestique, je me féet une année tout entière se passa dans le cal- licitais de ce retour de M, Des Escameaux lorsme bonheur dont je vois parlais.
qu'il m'habitua peu à peu à me passer de lui ,
a Cependant un nuage s'était déjà levé sur me confiant à des amies ou quittant les salons
ma tête, et mon ciel était troublé avant que je où je me trouvais dès que les danses avaient
m'en fusse aperçue. Depuis quelque temps, un commencé.Cette conduite m'affligeait beaucoup.
changement complet s'était fait dans le carac- Déjà j'avais essayé d'avoir avec lui une explitère de mon mari. D'abord il rechercha moins cation, lorsque la lumière se fit tout-à-coup pour
souvent ma présence; il finit par passer des moi, une lumière qui devait changer en une
journées entières éloigné de moi ; il était sou aversion des plus profondes l'affection quej'acieux, préoccupé, brusque souvent, et lorsque vais ressentiejusquelà pour lui.
» Parmi ceux dont les hommages me fatije vena;s à me plaindre avec douceur de l'ennui que j'e,irouvais dans ma solitude, il s'excu guaient le plus, se trouvait au premier rang
les soins et la multiplicité ce Matharel : il m'était peut-être encore plus
sait en
des affaires, les ea istenee$ de sa position, les odieux que les autres. Cet individu, quoique
tracas de la charge qu'il remplissait. Je le jeune encore, - il a à peine trente ans, - a
croyais volontiers, et j'éLS tentée de le plain- déjà passé une dizaine d'années à Pais , y a
dre. C'est à partir de ce moment qu'il me fit vécu, parait-il, dans la plus mauvaise société
remarquer que je vivais d'une manière trop et en n rapporté les idées les plus corrompues.
retirée, que je ferais très bien de me produire lIabile dans l'art de feindre, il commença par
dans le monde, de fréquenter quelques salons essayer de s'insinuer dans mes bonnes grâces
où l'on recevait la belle société. Le carnaval par des complaisances et des soins qui semapprochait, et avec lui les dîners, les soirées et blaient complètement désintéressés, Il avait
les bals. M. Des Escameaux insista tant. que je étudié patiemment sans doute mon caractère ,
consentis à essayerde ces distractions, qui m'a- car chaque fois qu'il trouvait l'occasion de me
vaient paru si insipides dans les premiers temps parler, ce qu'il me disait répondait précisément
de notre mariage. il renouvela sa maison, me à quelques-unes de mes secrètes pensées. Il
donna un équipage, fit venir de Paris les plus me plaignait doucement de ne pouvoir satis
e front, dont on s'honore et qui ne fait point
de jaloux ; car combien peu le comprennent et
gagner son procès... à Turin, où un acteur
éminent, M. Ernest Rossi, vient de recevoir
de S. lEi. le roi d'italie la croix de chevalier des
Saints Maurice et Lazare.
Le moteur Lenoir, dans lequel, comme vous
le savez, la vapeur est remplacée par le gaz
d'éclairage, enflammé par l'étincelle électrique, est employé en ce moment à monter les
pierres pour les maisons en construction dans
la rue Lafayettte.
Il vient de se former à Nioe une Société pour
la construction de logements à bon marché destinés à la classe ouvrière,
On dispose autour de l'ara-de-triomphe de
la place du Carrousel un cordon d'illumination
au gaz, destiné à éclairer les quatre faces de
ce monument. Quatre cents becs de gaz formant ce cordon lumineux, répandront une
clarté des plus vives sur la place du Carrousel
et dans l'intérieur de la cour des Tuileries pendant les fêtes et cérémonies qui auront lieu le
soir au cbâleau.
Pour extrait : A. Pujol.
rie VII, n'ayant pas d'enfants ;après tirais mariages, et prévoyant l'extinction prochaine de
coNTnn LE DANEMACK.
la descendance mâle d'Oldcnbourg, avait résolu
les nraudes puissances
de régler, d'aci l
Suite
nde
Le danger est d'autant plus grave que, des européennes, la question
conventions internationales ayant prévu la si- prévenir les pr(I,ntioUS, incerl:dues ou fondées,
tuation actuelle et garanti à l'avance au nouveau que plusieurs reluisons princières pourraient
roi la succession pleine et entière de Frédéric élever sur certaines parties de la monarchie. Il
VIi, la question sortirait désormais du cercle suffit, pour savoir avec quelle équité et quelle
étroit des questions purement allemandes pour sollicitude cet arrangement a été coud lu,de condevenir une affaire européenne au premier sidérer la longue série des actes officiels qui
chef. Une fois commencée, la guerre ne man- l'ont eu pourobjjet. La princesse Louise, épouse
querait pas de s'étendre : on pouvait affirmer du prince Cheisuan de Glücksbourg, aujourd'hui Christian IX, rénnissant le plus de droits
hier encore que la Suède interviendrait inévi
tablement comme auxiliaire du Danemark dès héréditaires, grâce aux renonciations obtenues
qu'un soldat allemand passerait l'Eyder, et de divers membres de sa farnille , reporta
rien n'autorise à croire que la politique du ca- elle-même ces droits sur la lote de son mari.
Parmi ces renonciations, destinées à faciliter
binet de Stockholm soit changée à l'égard du
roi Christian IX. Tout au contraire la récente un accord définitif, la plus remarquable était
proposition adressée par le gouvernement celle de l'empereur de Russie, chef de la bransuédois aux grandes puissances relativement che aînée de Holstein-Gottorp, et qui, en cette
aux couveulions internationales destinées à qualité, pouvait faire valoir des droits préciséprévenir la confusion actgglle, la demande ment sur cette partie du Holstein où est située
d'un crédit extraordinaire adressée par ce l'importante rade de Kiel. Par le protocole de
même gouvernement à la diète, qui l'a voté avec Varsovie (24 mai-5 juin 1851) , l'empereur
ardeur et confiance, permettent de penser que reconnut que, dans le double intérêt de la paix
le cabinet de Stockholm peut bien diriger en du Nord et de l'intégrité de la monarchie dace moment vers la frontière de l'Elbe la même noise, la combinaison proposée était devenue
attenti- n inquiète qu'il portait naguère sur nécessaire. Voulant y contribuer pour sa part,
celle de l'Eyder; le danger, en s'accroissant il rononcait à ses droits éventuels en faveur du
Christian et de sa descendance mâle.
pour b' Danemark, menace d'autant plu; auCétaient là les mesures préiminaires après
jourd'hui une nationalité dont le royaume suédo-norvégien est après tout le représentant lesquelles la cour de Copenhague, en expli
quant dans une note détaillée les intentions et
principal.
D'aulrepart, les intérêtsdc !a Russie, ce que le but final de la négociation, demanda aux
grandes puissances de munir leurs représen
paraissent oublier les Allemands, sont directe
ment engagés dans la querelle de succession tantsà Londres des pleins pouvoirs néePssaires pour donner au principe de. l'intégrité de
qu'on a eu l'imprudence ou l'audace de soulever; la Russie serait donc obligée d'intervenir, la monarchie danoise le caractère d'une tranne fût-ce que pour sauvegarder ses droits. saction européenne. huit mois après, le 8 mai
Qu'on mette en ligne sur cet échiquier les me- 1852, les plénipotentiaires de l'empereur l'Ansures belliqueuses que la Prusse, par toute triche, du prince-présiderd de la république
sorte de motifs, ne manquerait pas de favori- française, de la reine d'Angleterre, du rui de
Prusse, de l'empereur de Russie, du moi de
ser contre le Aunemark, les sympathies incon
testables de la Suède et de la Finlande pour Suède et de Norvége, signèrent le traité rIe
les Polcnais, les facilités offertes à ceux-ci par Londres et s'engagèrent d'un commun accord,
au nom de la très sainte et indivisible Triune diversion que la multiplicité de ses éléments rendrait puissante, et l'on reconnaîtra nité,' à reconnaître, dans le cas prévu, au
prince Christian de Glücksbourg et aux deseeutous les symptômes d'une de ces effervescen
ces malsaines produites, non point par le seul d,nnts mâles issus en ligne directe de son maessor d'un sentiment national pur et avoua- riage avec la princesse Lmnise, le droit de sucble, mais par plusieurs causes morbides, dont céder à la totalité des états actuellement réunie
sous le sceptre du roi de Danemark.
chacune a apporté son élément de désordre.
L'article 2 reconnaissait comme
permaUne telle effervescence peut effacer momentanément chez un peuple le souvenir des trai- nent n le principe de l'intégrité. L'article 3
tés conclus en son propre nom; mais dans le réservait . les droits et les obligations réciprocas présent surtout un tel oubli serait impar ques du roi de Danemark et de la confédéradonnahle de la part des souverains de l'Allerne tion germanique concernant les duchés de
gne. De ce que les traités de 9815 sont en par- Holstein et de Lauenbourg, droits etobligatious
Lie déchirés, il ne faut pas conclure à la nullité établis par l'acte fédéral de 4845 et par le
d'un traité de 4852; ce serait aller trop vite en droit fédéral existant, r et qui ne subiraient
affaires. Pour M le duc d'Augustenbourg, ses aucune altération: Par le quatrième article, les
théories et ses démonstrations, qui n'auraient parties contractantes se réservaient de porter
dû jamais revivre et auxquelles l'agitation de le présent traité à la connaissance des autres
l'Allemagne a seule donné le droit d'être oomp puissances en les invitant à y accéder, et de
tées pour quelque chose, ont de quoi causer fait le traité de Londres fut ensuite reconnu
un grand étonnement. La facilité même d'une par les cours de Hanovre, de Saxe, de Wurd'Oldeubourg,
réfutation complète à leur opposer permettait temberg, d-a
de penser que le danger du premier moment, de hollande, de Belgique, d'Espagne, de Pures
tagal, de Grèce, enfin par les gouvernements
s'il n'amenait pas de violence irréparable, trou
verait son contrepoids, d'abord dans la con- italiens. L'invitation d'y accéder fut adressée
duite réfléchie des cours allemandes, ensuite inutilement aux cours de Bavière, de Bade, de
dans l'intervention diplomatique des puissances liesse-Darmstadt, de Mecklembourg et de
occidentales, intéressées à ce qu'on ne violât pas Saye-Weimar, qui seules répondirent par nu
des stipulations dont elles avaient été cosigna refus.
Conformément aux stipulations contenues
taires, et se présentant d'ailleurs comme amies
dans le traité, et pour achevor le nouvel arrandes deux parties,
Orvoici ce que la réflexion a conseillé aux gement, une loi nouvelle de succession transdeux grandes cours allemandes : pendant que férant au prince Christian de Glücksbourg la
les petits souverains de la confédération recon- succession éventuelle dans toute l'étendue de
naissaient M. le duc d'Augustenbourg comme la monarchie, et modifiant par suite l'ordre de
héritier légitime des duchés et que la diète de succession, fut présent f aux chambres danoiFrancfort suspendait la voix du Ilolstoin, elles ses, adoptée après discussion, et signée le 5t
ont déclaré qu'elles se reconnaissaient obligées juillet 1853.
L'AGITATION ALLEMANDE
Ainsi, dans la prévision d'une incertitude
par le traité de Londres du 8 mai 4852, à la
condition toutefois que le gouvernement du fort périlleuse au moment de l'ouverture de la
Danemark eût rempli certaines promesses par succession en présence de plusieurs droits, les
luj consenties dans les négociations avec l'AIiemagne. En réalité, par cette déclaration les ce-
binets de Vienne et de Berlin ont mélé deux
uns incontestables, les autres douteux, les gran-
des puissances, de concert avec la cour de
Danemark, ont délibéré; les renonciations néces-
saires ont été amiablement obtenues et légale.
la question tout européenne de la succession ment constatées; on a réuni sur la tête d'un
dans la monarchie danoise, et la quession tout même prince tous les droits, de quelque part
allemande de la constitution et du gouverne- qu'ils vmsssent. Frrance, Angleterre, Prusse,
ment de ces duchés dansl'intérieurdela même Autriche, Russie, Suède et Norwége, ont signé
le traité de Londres; puis toutes les autres
monarchie,
Dès le commencement de son règne, Frédé- puissances, excepté seulement cinq cours aile.
questions qui n'ont aucune relation entre elles,
a D'abord il m'apprit que mon mari me
faire mes goûts pour la retraite, pour la vie intime; connme il savait que, bien différente de trompait , que tout le monde le savait et me
la plupart des femmes de mon âge , toutes ces plaignait. Je le traitai de lâche calomniateur;
galanteries affectées et un peu bruyantes dont il me rit au nez, haussa les épaules, et m'apj'étais l'objet me mettaient au supplice, il évitait porta le lendemain des preuves de mon malavec soin tout ce qui pouvait ressembler, même heur. Ceci se passait à l'époque où cette dande loin, à de la galanterie. Il était avec moi seuse vint faire ses débuts sur cotre théâtre.
grave, sérieux, avec une nuance de sympathie Mon mari avait conçu pour elle une folle pasqui, faut il vous l'avouer, avait fini par me tou- sion et lui avait adressé plusieurs lettres. Je
ne sais comment s'y prit M. Matharel, mais il
cher.
n Le Matharel que vous connaissez, je le s'était procuré ces lettres et il les mit sous mes
sais, ressemble peu à l'homme dont je viens de yeux. Cette révélation fut pour moi un coup de
vous peindre un des aspects. 11 passe généra- foudre. J'eus alors la pensée de courir à mon
lement pour avoir fort peu d'esprit, pour être mari, de me jeter à ses pieds, de le conjurer
une nature méchante avec épaisseur, et pour de mc rendre son amour. M. Matharel lut
avoir enfin un amour-propre qui lui fait com- cette pensée dans mon regard, et il me dit
mettre fréquemment les plus grossières bévues. E Surtout n'allez pas agir comme une pensionVous l'auriez cru, j'en suis sûre, incapable de naire. M. Des Escameaux vous trouverait fort
tant d'habileté; mais les hommes, mon ami, se ridicule. Il y a d'ailleurs une chose qu'un mari
jugent assez mal entre eux. 11 y a chez eux ne pardonne jamais à sa femme, c'est de le fordes qualités ou des défauts qui échappent com- cer à rougir devant elle. »
( Je veux vous faire ici un aveu, mon ami.
piétement à vos yeux, et que ceux d'une femme peuvent seuls reconnaître, ce qui fait que Vous allez croire peut-être que lorsque ce misouvent nos penchants vous paraissent mal sérable déchira ainsi le voile de mes illusions
pour me montrer la vie dans toute sa laide réaplacés et nos aversions bizarres.
a Lorsque M. Matharel jugea le momentop- lité, cette vie que j'avais parée jusque-là des
portun, il leva le masque et me déclara nette- plus riantes couleurs; vous allez croire que
ment son amour. Cet aveu me surprit doulou- j'en détournai les yeux avec horreur et déreusement. Je m'étais habitué à le considérer goût 7 Ce fut, il est vrai, mon premier mouvecomme un ami, et je me trouvais en présence ment; mais bientôt le sentiment d'une étrange
d'un amant pressant, hardi, avec lequel il fal- curiosité s'empara do moi. Je voulus savoir
lait prononcer tout de suite une de ces paroles jusqu'où allaient cette perversité, ces vices
qui nouent ou brisent pour jamais une liaison. dont j'entrevoyais une partie. Je fis comme ces
Je n'hésitai pas un moment, je vous le jure, et malades qui finissent par prendre une sorte
je lui fis comprendre que je ne serais jamais d'intérêt à la maladie même dont ils sont dévoà lui. M. Matharel avait compté, paraît il, sur rés , qui en étudient les phases, en analysent
un triomphe facile : son amour-propre l'avait les symptômes, en suivent les progrès, comme
égaré; aussi parut-il énormément surpris de s'ils n'étaient pas eux-mêmes la proie de l'iml'accueil que je faisais à sa passion. Toutefois, placable fléau. Ce fut avec un sangfroid dont je
il ne se découragea j aint, mais il changea de m'étonne , que je pris cette résolution.
, En réfléchissant à la marche que j'avais à
tactique, et il mit désormais dans sa poursuite
autant de hardiesse, de cynisme, qu'il y avait suivre, je compris que la voie la plus facile
employa jusque-là de réserve et d'hypocrisie. pour parvenir à mes fins etait de ne pas rom-
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
pre brusquement avec M. Matharel, de le ménager, d'encourager même ses confidences, ses
indiscrétions calculées, et de faire luire à ses
}'eux quelque vague et lointain espoir. Ce fut
là, je l'avoue, une grande imprudence et une
grande faute; mais, men Dieu, que j'en fus
cruellement punie et combien je me repentis
de nia fatale curiosité, lorsque mon regard eut
plongé dans le fond du cloaque t D'abord, M.
Matharel, après m'avoir apporté cent preuves
convaincantes de l'infidélité de mon mari, après
m'avoir démontré qu'il ne m'avait jamais aimée,
lue donna ce conseil banal , qui paraît être
l'a b e des séducteurs de femmes mariées
a M. Des Escameaux méconnaît vos mérites, il
vous trahit pour des créatures qui ne vous valent certes pas; vengez-vous en aimant quel-qu'un qui vaille mieux que lui , ajouta-t-il,
croyez-en mon expérience, votre mari ne de-
mande pas mieux. - Que voulez-vous dire
par là ? m'écriai-je. - Je veux dire par là que
vous le gêneriez beaucoup si vous persistiez à
mener l'existence vertueuse et immaculée que
votre adorable naïveté avait rêvée. Je connais
M. Des Escameaux, et nous avons fait ensem-
ble de bonnes parties lorsqu'il était encore
garçon. Il aime les plaisirs faciles et peu délicats, et, sous sa robe de procureur, il n'est
qu'un libertin de bas étage. Vous le verrez
descendre peu à peu aux liaisons les plus abjectes, et il conservera pour vous une haine
profonde, si votre conduite rigidelui est un
continuel et muet reproche. Mettez-le plutôt
à 6011 aise; choisissez un ami prudent, discret,
dévoué, qui ne vous compremette pas dans le
monde, dont votre mari. soupçonnera seulement l'existence tout juste assez pour qu'il se
sente à l'aise avec vous, sans que son amourpropre en soit froissé publiquement, et vous
verrez alors quel bon ménage vous ferez,
combien vous serez heureuse I n
Constant Guéroult.
(La suite au prochain no.)
mandes de second on de troisième ordre, y ont
accédé, et de la sorte une transaction vraimcnt
européenne, obligeant chacun drus signat;tires,
a été donnée pour base respectable et solide au
principe de l'intégrité d'une antique t onarrhie.
C'est pourtant celle ferme assise que l'Allemagne a paru compter absohitnent pour rien. Le
traité de Londres du 8 rrni 1852, que les
grandes puissances allemandc' ont signé, n'existe plus pour la confédératio germanique à
partir du jour où se produit la si'tuation qu'il u
été destiné i régler I
A vrai dire, celte levée de boucliers n'est
pas chose faite à l'improviste. On y a préludé
pendant ces dix dernières années par quelques
sourdes et timides mesures où se traduisait un
dépit impuissant. On peut remarquer par
exemple quo l'acte international du 8 mai 1852
a été presque toujours désigné, dans les écrits
et dans le langage des Allemands, par le nom
de protocole et non pas de traité de Londres.
C'est nue confusion grave. Il y a eu avant le
traits trois protocoles signés à Londres en juillet et aottt 1810, et auxquels la cour de Prusse
n'a pas pris part; mais ce ne sont que des actes préparatoires sans mie véritable importance,
en refusant à la convention du 8 mai le titre
qui lui appartient, et que lui ont donné les
grandes puissances, on a voulu apparemment,
par un artifice puéril, en affaiblir le caractère
moral.
Autre détail : le traité de Londres n'est pas
imprimé dans le célèbre recueil de Martens;
or le volume qui devrait contenir cette pièce
assez importante u été publié par les seins de
4l. Samw'r, conseiller privé de
Gotha et aujourd'hui sans doute premier mi-
nistre du prétendant, - On a hasardé aussi
pendant ces dernières années ce bizarre rai-
sonnement, que le traité (le Londres avait perdu
toute vigueur par suite de la guerre survenue
entre la Russiet les puissances occidentales,
omrne Si celte guerre avait pu délier chacune
de' trois cour., signataires des obligations contractées en commun à l'égard d'un tiers. Du
reste, ce raisonnement insoutenable n'a pas roparu, et ceux des peuples ou (les gouvernements allemands qui prétendent annuler absolument le traité se bornent à alléguer des molits de nullité.
Le premier, c'est que, la diète fédérale n'ayant
pas at.torisé spécialement les puissances allemandes signatau-es, la confédération ne sauruit se croit'C obligée. La réfutation devient ici
presque inutile. Le traité porte la signature des
cours d'Autriche et de Prusso, et a reçu ensuite
les adhésions individuelles de la plupart des
Gtrescou rs ab'emaudes. Faudra - t-il démontrer
que la Prusse et l'Autriche no peuvent pas en
mime temps respecter le traité en leur qualité
de puissances européennes et le déchirer comme membres de la confédération ? Quelle excuse trouvera.-t-on d'ailleurs pour les cours
allemandes qui ne comptent pas autrement que
comme membres de la confédération ? Et
pourquoi la diète de Francfort n'a t-elle pas
protesté une seule fois pendant onze années ?
Le second motif de nullité qu'on allègue con-
tre le traité de Londres est que cet acte et la
loi de succession, revêtus de l'approbation de
la (hèle qui siége à Copenhague, n'ont pas été
soumis aux deux assemblées d'états , qui siégent dans chacun des duchés de Slesvig et de
Ilolstein. - Il est vrai que la loi de succes
sion, rédigée sur les bases fixées par le traité
de Londres, a été simplement publiée par décret dans les duchés; mais c'est qu'en effet la
loi du 15 mai 1854, instituant ;ces assemblées
d'états, ne leur a conféré aucun droit à une
telle présentation, tandis que le parlement de
Copenhague tenait de la Constitution de 1849
des prérogatives tout auges. Les états des duchés n'auraient rien pu d'ailleurs contre le droit
du prince Christian, que les renonciations obte-
pues avaient évidemment placé hors de pair.
N'est-ce pas enfin la volonté de l'Europe qui a
élevé au-dessus des convenances ou des veux
d'une partie des duchés cet intérêt suprême,
le maintien de l'intégrité de la monarchie,
. lié aux intérêts généraux de l'équilibre européen, dit le traité, et d'une haute importance
pour la conservation de la paix ? ,
On a dit encore que le traité de Londres,
quel qu'il soit, n'est pas un acte de garantie.
Cela est certain. Ni la France, ni l'Angleterre,
ni aucune des puissances signataires n'est rigoureusement obligée à défendre par les armes
l'intégrité de la monarchie danoise ou la succession du prince Christian, attaquée même
par la force ouverte, et fôt ce par un des cosignataires. Il n'en est pas moins vrai que cha
nue puissance, en apposant sa signature ou en
donnant. sen adhésion, a assumé l'obligation
morale de respecter la convention solennelle
par elle souscrite en présence de l'Europe.
Les Allemands ajoutent que le traité de Londw'Sétait essentiellement conditionnel et subordonna à l'accomplissement de certaines obliga-
tions du gouvernement danois, telles que les
fameux engagements de 1851-52, parmi les quels figure surtout la promesse de ne pas incorporer le Slesvig; l'article 3 du traité de
Londres contient, dit-on, une réserve expresse
à ce sujet.
En parlant ainsi , on exagère d'une singulière façon la portée de cet article. II ne
fait que réserver la position des duchés de
Ilolstein et de Lanenbourg comme parties de
la confédération germanique, c'est-à-dire que
les puissances n'ont entendu régler que laques
tien de succession, d'accord avec le souverain
légitime de la monarchie danoise et sur son
invitation directe; elles n'ont pas voulu intervenir dans la question de constitution intérieure.
Suivant l'exemple qu'elles ont donné en
9852, ou doit se garde, aujourd'hui encore,
(l'apporter gratuitement en un tel sujet un
élément de confusion. Si le gouvernement danois est convaincu d'avoir violé les droits constltutfonnels des duchés de Ilolstcin et de
Lauenbourg comme parties de la confédération
germanique, la diète de Francfort a l'arme que
le pacte fédéral de 1815 (auquel se réfère expressément l'article 3 du traité) met entre ses
pains, celle d'une êYécution fédérale; mais
Pou' la question de suecesn, c'est chose ju
gée, et c'est à l'Europe qu'on dol! s'en prendre.
Il est évident que l'Europe n'a pas s:nn6 un
traité comme celui du S mai 1852 en le soumettant à une clause laissée à la seule appréciation de l'Allemagne, juge et partie. Il est
clair que la France, l'Angleterre, la Russie, la
t
Suède et la Norvége n'avaient et n'ont encore
lion à démêler avec les conventions particulières entre le Danemark et l'Allemagne. L'article 5 d'ailleurs ne parle en aucune façon du
duché de Slesvig, terre absolument danoise,
dans les affaires de laquelle, soit pour la constitution, soit pour la succession, l'Allemagne
n'a rien à voir.
lion cri fonctionnaires, parce que cela serait mane, j'en suis convaincu, sera extrêmement
contraire à l'intérêt polie,, auteneraitla dé- sensible à la démas'che que Sa Majesté vient de
sorganisation de l'autorité préfeotorale, et ap- faire auprès de moi.
, Je serais heureux de saisir celte occaporterait le trouble le plus complet dans la
bonne gcstion des intéréts départementaux. sion do faire la connaissance personnelle d'un
L'orateur du gouvernement développe ces di- souverain tel que l'Empereur et pour lequel
vas points et conclut à l'ordre du jour.
j'ai une profonde amitié, et, en même temps ,
M. de Mentqu', rapportent, déclare n'avoir i de visiter une aussi belle capitale que Paris ;
huant au prince que certaines cours alle- rien à ajouter, si ce n'est qu'il serait étrange mais, si j'avais pu savoir à l'avance les bases
mandes veulent reconnaître comme souverain qu'au moment même où l'on se préoccupe de sur lesquelles on aurait à s'entendre, cela
légitime des duchés, nous avons dit que la réap- décentralisation, on songeât à enlever aux dé- aurait peut-être mieux valu, puisque, dans ce
parition de sou drapeau cL do ses prétentions partements des employés qui relèvent d'eux cas , j'aurais agi en pleine connaissance de
avait de quoi étonner. La ligne collatérale et principalement.
cause. ,
apanagée des ducs d'Augustenbourg est en posL'ordre du jour mis aux voix est adopté.
L'ambassadeur a immédiatement répliqué
session, toutes les fois qu'un danger menace le
Des rapports de pétitions sont ensuite pré, L'Empereur, déclarant dans sa lettre, qu'il
Danemark du côté de l'Allemagne, de produire sentés par MM, le général marquisd'llautpoul, n'avait aucune idée préconçue, ne pouvait pas
devant l'Europe un prétendant anti-danois, le duc de Tascher La Pagerie, et Mallet.
tracer le programme. Il a dA se borner à indis'appuyant sur des prétentions féodales dix fais
Parmi ces pétitions, nous relaterons les sui- quer à tous les souverains ses alliés, confiant
abolies et sur une charte de 1460 dix fois an- vantes
dans leur sagesse, la situation pleine de périls
nulée. C'est ainsi que l'agitateur de 1848, père
Les sieurs Flandrin, membre de Pinslitut, dans laquelle se trouvait l'Europe. C'est au
du prétendant actuel, s'est rendu célèbre par Guillaumin, ancien avocat à la Cour de Cassa- Congrès seul qu'il appartiendra de décider les
la révolte qu'il a préparée si longtemps de con- tion, Bonassier, statuaire, et trente habitants points sur lesquels il y aura lieu d'établir une
cert avec son frère, le prince de Noer, à qui le de Paris sollicitent le bienveillant intérêt du entente, et en appelant, pour la position et la
roi Christian VIII abusé avait confié la lieute- Sénat pour obtenir l'application rigoureuse des solution de toutes les questions, à une discusnance-générale des duchés.
lois et règlements qui défendent l'exposition sion générale, l'Empereur a donné une garan
(Revue des Deux-Mondes.)
(La suite à demain).
A. Geffroy.
SÉII AT.
Compte-rendu sommaire de la séance
du lS décembre 4863.
La séance est ouverte à 2 heures sous la
présidence de S. Exc. M, le premier président
Troplong,
A l'occasion du procès-verbal , M. Tourangin
réclame contre une erreur de la sténographie
du Moniteur.
La rectification demandée aura lieu au pro-
cès-verbal.
M. le général Gemeau s'excuse, pour raison
de santé , de ne pouvoir assister aux séances.
En présence de S Exc. M. Ronher, ministre
d'Etat, de 11M. Vuitry, vice-président du cou
publique des tableaux, desgravures, photographies et statuettes pouvant offenser la morale
publique,
La commission, par l'organe de M. le duc de
Tascher La Pagerie, propose l'ordre du
jour.
MM. Larabit et Amédée Thayer demandent,
au nom de la morale, le renvoi de la pétition à
M. le ministre de l'intérieur.
M. le rapporteur déclare ne pas insister pour
l'ordre du jour.
Le renvoi est ordonné.
-Vingt propriétaires, dans le 15e arrondis-
sement, à Paris, demandent le déplacement
d'une fabrique, qu'ils présentent comme une
cause d'insalubrité pour le quartier.
M. Mallet propose l'ordre du jour au nom de
la commission.
Lie suffisante à tous les intérêts.,
Le sultan a répondu
, Mon observation ne cachait aucun senti-
ment d'opposition.
, Je comprends maintenant, par les explications que vient de me fournir l'ambassadeur,
les difficultés qu'il y a, en effet, de connaître
à l'avance les points qui feront lobjet des délibérations.
, J'accepte donc l'invitation qui m'est adressée par l Empereur; mais, comme ma seule
présence en France ne serait point suffisante,
je ne ferai le voyage que dans le cas où les
autres souverains se rendraient eux-mêmes à
Paris.
Pont- mc résumer, a dit le sultan en ter-
minant et en y incitant une certaine insis-
Mais eaux (nouveau) .. >
Mais 1u1ottc
,
,
-
Vesces noires
.
Orge. -
.
.
. .
-
.
,
,
.
.
,
,
9 lit)
, à 8 50
ts2 , à 45
j0 , à 10 50
9
8
..
Graine de luzerne l'hect.
Sainfoin (50 k.)..
Foin (50 kil.).
.
.
Sainfoin (50 kil.)-.
Luzerne (50 kil.)..
Trèfle (50 kil.).
Paille (50 kil.).
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
, à 55 ,
li0
.
.
.
9 b0
8 50 à !I ,
jü , à .
...
Graine de trêsle (50 k.)...
. . Avoine. >
, .
n
,à
'J
.
- ...
,
.
.
. 5 4.0 , ,
. 3 . , 3 25
., , ,
.
,
,
, , , ,
1 70 , ,
I os rà ürriitor,
Bois, stère are qualité.
Idem, id. 2e qualité. .
Idem (les 50 kil,) , ,
.
.
.
25 ,
24 ,
1 70
MAISON ANCELY,
La Maison ANCELY s'est l iit un devoir
d'exposer chaque année les principaux modèles qu'elle a pu réunir clans tous les genres de
ses diverses industries.
Fidèle à son procédé de fabrication, qu'il
a reconnu le meilleur, M. Ancely surveille par
lui-même, et dans ses moindres détails, l'exécution des pièces qu'il commande. Ce procédé
de fabrication, qui l'oblige à de fréquents
voyages à Paris et dans les principaux centres
d'industrie, présente ce double avantage de
le mettre constamment à même de faire le
choix des plus belles productions, de profiter
des améliorations les plus réelles, dès qu'elles
se produisent, et d'y apporter en même temps
les modifications qu'une longue expérience et
la connaissance du sentiment du gor1t du public pe rnetteut d'y ajouter, pour en faire ainsi
des ouvres en quelque sorte originales.
On comprend les bons résultats qu'un pareil
système peut apporter à des branches d'industrie qui, sans se confondre, se touchent par
plus d'un point : l'Horlogerie, la Bijouterie
la Joaillerie, l'Orfèvrerie.
tance, je prie l'ambassadeur d'être bien con4l. Leverrier combat ces conclusions. B y a vaincu que, Si la réunion du Congrès a lieu ,
s'il jd'Etat, Godelle , président de section, à Paris deux ou trois usines qui couvrent Paris la'l'urquie ne sera pas la dernière à s'y faire
Besson, Flandin et le baron Quinette, conseil- d'un nuage dense et noir suffisant
représenter.
ler; d'Etat, le Sénat déclare, par scrutins sé- cepter les ra°ous du soleil. L'honorable membre
L'ambassadeur ayant remercié le Sultan de
parés, ne pas s'opposer à la promulgation des croit que c'est là d'ailleurs une cause d'insalu- ce qu'il venait d'entendre de sa bouche, Sa Ma.
La Maison ANCELY a su acquérir une rélois suivantes :
brité et demande le renvoi de la pétition à M. jesté a fini eu disant
pcLation qni, aujourd'hui, a atteint incontesLoi relative à un emprunt de 3O0 millions le ministre de l'agriculture, du commerce et des
a Je vais répondre à la lettre que l'ambas- tablement le premier rang. On connaît la qua(4l. le comte de Germiny , rapporteur).
travaux publics,
sadeur m'a remise, et l'Empereur sera satisfait lité de ses Pendulas garanties Dix ans, et le
Deux lois relatives à des échanges de terM. Marchand, commissairedu gouvernement, de ma réponse sur tous les points.
fini de ses Montres, or et ai-gent, de Genève,
rains entre l'Etat et te le département de la combat le renvoi. 11 est inutile, dans l'intérêt,
(Moniteur).
se remontant sans clés, à répétition, à seconMoselle ; 20 la dame 'cuve Dussiet (M. de La- du voisinage dont les droits peuvent être exerdes indépendantes, Chronomètres de poche ,
On
lit
dans
le
Journal
allemand,
de
Paris:
doucette, rapporteur).
cés à ses risques et périls. Au point de vue inNous avons annoncé, dans notre dernier etc., etc.
Deux lois relatives à des changements de dustriel et politique, la question est énorme, et
La Brjouterù, qui a pris (le oos jours un
numéro, que M. Paulin Liuayrac, rédacteur
il faudrait que le gouvernement pût instruire
circonscriptions territoriales dans les départe
develappglncnt si remarquable, u été l'objet
en
chef
rlu
Constitutionnel,
était
nommé
par
monts des Basses-Pyrénées et de Saône-et-Loire avant de discuter.
de la plus active préoccupation de M. Ancely ,
(M. le baron de Chapuys-Montlaville, rapporM. Leverrier insiste sur la proposition de l'eaipcreur d'Autriche chevalier do l'ordre de qui est arrivé à donner à
cette partie de son
François-Joseph. Nous sommes priés de rectiteur).
renvoi.
M. le baron Ernest Leroy ajoute quelques fier cotte nouvelle. M. P. Limayrac n'a pas été commerce une importance de premier ordre ,
Cinq lois relatives à des emprunts et à des
impositions exlraordinaires 'par' les départe- observations en faveur des conclusions de la créé chevalier, mais bien commandeur de cet en ayant su réunir aux objets du plus grand
luxe et du travail le plus parfait, les sortes
01'dre, ,
ments du Cantal et de l'llérauIL etpar les villes commission.
dites bon marché, des meilleurs modèles.
de Fontainebleau , d'llozebrouck et de Laon ;
L'ordre du jour est prononcé.
--On lit dans le Courrier de Nantes, du 27
La partie des Bronzes d'art, à laquelle il a
La séance est levée.
- Deux lois relatives à l'établissement ou à la
L'affaire en diffamation poursuivie par M, de tout temps donné les plus
grands soins ,
prorogation de surtaxes dans les `communes de
Lanjuinais contre M. Merser, rédacteur en a pris une extension notable par suite
des pro49ili ac (Finistère) et de Saint-Jean de MauLe Moniteur publie un rapport du ministre chef de l'Union bretonne, est venue à l'au- cédés nouveaux appliqués pour les réductions
tienne (Savoie), (M, de Goulhot de Saint- de la guerre à l'Empereur, proposant de fixer dience de la police correctionnelle d'aujour- des grands modèles que la Statuaire
possède.
Ger-main , rapporteur),
à 70 ans la mise à la retraite des officiers d'hui, au milieu d'unenombreuseaffluence, où
Six lois relatives à des emprunts, à des im- généraux de la 2e section du cadre de l'état- l'on remarquait, ainsi que la dernière fois, les M. Ancely u compris que le goût du public se
portait décidément vers cette branche si inlé..
positions extraordinaires et à des emplois de major général. Jusqu'ici, ces officiers pou- notabilités de la ville.
ressaute de l'art, et pour répondre à ses exi1pndS par les départements de la haute-Ga- vaient être employés, au-delà de 70 ans ,
M. Dufaure a exposé lés motifs de la plainte
gences
bien naturelles, il a réuni tous les moronue, d'indue-et-Loire et par les villes d'Ab- dans les connnandements à l'intérieur, pen- dans une plaidoirie qui a constamment tenu dèles dus
à nos plus grands mattres, et que
beville, d'Annonay et du Puy, - Loi relative à dant les temps de guerre, et ceux qui étaient attentifs le public et le tribunal, et qui par ins- les avantages
de la fabrication et le fini du
un changement de circonscriptien territoriale sénateors pouvaient l'être même en temps de tant a suscité dans la salle quelques marques
travail
mettent
à la portée de tous, de ma,dans le département de la Marne (M. le comte Paix'
d'admiration pour l'orateur.
nière
à
pouvoir
être combinés avec les ornede Béarn, rapporteur).
M. Massin, procureur impérial, a pris ensuite ments d'un salan :
-- Par décret en date du 20 décembre 1863 , la parole pour son réquisitoire.
les Garnitures de chemiL'ordre du jour t>i,ello le rapport de la comles Pendules, les Coupes, les Lampes, ou
M. l'abbé Perreyve, docteur en théologie, a
mission des pétitions.
Le tribunal est entré en la chambre des dé- nées,
MM. Langlais, Manceaux, Marchand, Riehé et été nommé professeur d'histoire et de disci- libérations, et, après un quart d'heure, il en a être conservés en groupes séparés.
En Or fevrerie, la Maison ANCELY possède
Cornudet, conseillers d'Etat, siégent au banc pline ecclésiastiques à la Faculté de théologie rapporté un jugement qui déclare M. Mei'son
tout ce que les fabrications anglaises et frande Paris.
des commissaires du gouvernement,
coupable de difl'atpation et injures publiques çaises
ont donné de mieux réussi et à meilleur
l'ai décret en date du mêute jour, M. l'abbé envers M.Lanjuiuaiset le condamne en 300 fr.
Dans une précédente séance, M de Mentque
: Services de table ; Thés complets ,
a présenté un rapport sur des pétitions de 470 Bourrel, docteur en théologie, a été norruné d'amende et aux fraisdu procès à titre de dom- compte
employés de préfectures dans divers départe- professeur de droit ecclésiastique à la Faculté mages-intérêts; ordonne que son jugement sera avec ou sans plateaux, en argent, plaqué et
Caves à liqueurs, Boîtes à bijoux ,
ments, demandant que les bureàux des préfec- de théologie de Paris.
inséré aux frais de M. Merson dans les quatre Ruolz;
etc., etc.
tures reçoivent une organisation ayant pour
-On lit dans le itfoniteur
journaux de Nantes et dans deux de Paris, au
effet de classer les employés parmi les fonc, M. le général Fleury, aide de camp, pre- choix de M. Lanjuinais.
tionnaires publics.
mier écuyer de l'Empereur, est arrivé hier à
JOURS, HEURES ET CONDITIONS
La commission a proposé l'ordre du jour.
Paris, venant de Copenhague et de Berlin , où
DU
LE CORRESPONDANT.
M. Tourangin combat les conclusions de la il était allé remplir une mission de Sa Macommission. La question soulevée par la péti- jesté. ,
Cours de Solfège et de Piano
tion est importante, et les hommes qui la souLivraison
du
25
décembre
1863.
- L'Empereur des Ottomans a adressé à
Durai l'An M. ET Ma'» ID E G ®U Y.
au Sénat sont dignes de son intérêt. l'Empereur la lettre suivante, en réponse à la
I. Les Eludes d'un homme du monde, fin
Le sort des employés de préfecture, déplorable proposition
SOLFÈGE. - (Division élémeolaire.) Leçons
d'un Congrès
(Mgr l'évêque d'Orléans, de l'Académie franautrefois, s'est réellement amélioré, mais il
çaise,)
les lundi, mercredi et vendredi, de 4 à b heu(Après les titres d'usage).
n'est pas encore ce qu'ildevrait être. Les humIL Etudes parlementaires. - La Chambre r,es, le mois...................... 10 fr.
J'ai rcçu des 'nains du marquis de Mousmes qui se sentent de l'avenir n'entrent point ber la lettre par laquelle Votre Majesté impé- introuvable (Vicomte de Meaux,)
(Division supérieure.) Leçons les mardi,
dans cette carrière; ceux qui ont quelque va- rialo veut hteu m'entretenir de la situation
III. De la Révélation (De Barante, de l'Aca- jeudi et samedi, de 44 heures à 5 heures, lo
acleur en sortent le plus tôt possible, et ceux qui tuelle de l'Europe et de la nécessité do se réu- démie française.)
mois ..................
-10 fr.
la continuent la poursuivent avec décourage- nir en Congrès, afin de concerter et d'adopter
IV.
Un
Changement
de
Fortune,-Nouvelle
PIANO.
(Division
élémentaire).
Leçons
les
ment. L'honorable membre ne voit que des les mesures propres à régler le
mardi, jeudi et samedi, une demi heure pour
présent et à (H. Audeval.)
avantages à organiser les employés de préfec- assurer l'avenir.
V. Le Professorat d'Ozanam (François Bes- chaque élève, le mois.............. 12 fr.
tures en administration publique; cette opinion
D Je remercie cordialement Votre Majesté lay. )
(Division supérieure). Leçons les lundi
est partagée, selon lui, par beaucoup de bons Impériale des sentiments rte sincère amitié
irl Le 'fhéàtre en 1863 ( A. de iPont- mercredi et vendredi, rue demi heure pour
esprits, B conclut en demandant le renvoi de qu'a cette occasion elle témoigne à man égard, martin. )
chaque élève, le mois.............. 15 fr.
la pétition à M. le ministre de l'intérieur pour et je la prio d'être persualée de la parfaite ré
VII. Les Dominicains et la liberté d'Enseilui demander si le moment n'est pas venu de ciprocité de mes sentiments ainsi que de mon gnement.
Classes de Solf'lge et Piano réunies.
faire quelque chose en faveur des employés de plus vif désir de lui prouver le haut prix que
viii. Les Candidatures officielles (Léopold
(Division élémentaire), le mois..... 20 fr.
préfecture.
j'attache à voir se resserrer de plus en plus les de Gaillard,)
(Division supérieure), le mois..... 25 fr.
M. le baron de Vincent rend hommage au liens de cette amitié séculaire qui existe si
IX. Revue critique
Les cours commenceront lundi prochain, 4
zèle et à l'intelligence des employés de préfee- heureusement entre les deux empires.
1. Mélanges de Littérature orientale, par janvier 1864, rue Boaquières, 6.
turc; mais il ne voit pas, comme l'honorable
Sylvestre
de
Saey.-1l.
Mélanges
d'Ris, Souverain d'un empire dont les intérêts et
préopinaut, la nécessité de les orgrnisereu ad- la Prospérité dépendent en grande partie du
Loire et de Philosophie orientale, par
ministration publique, il y verrait, au con- maintien do la paix, j'éprouverai une véritable
AVIS ESSENTIEL.
Et. Quatremère.--Iii. Le Christianisme
traire, des inconvénients, et pour ce motif il satisfaction à la voir assise sur des bases soliM.
MALLAN,
chirurgien-dentiste des hôpiet le Suffrage universel, par M. de Reappuie l'ordre du jour proposé par la commis- deset durables,
taux de'l'oulouse, a l'honneur d'informer que
nusson.IV.
Les
saints
Evangiles,
trasion.
, Quand à ma manière de voir personnelle
d(lits par Bossuet, publiés par M. II. l'ENTREE de la maison qu'il habite, rue de
M. le baron Ernest Leroy demande égale- au sujet de la proposition de Votre Majesté imWallon,- V. La Vie de Jésus-Christ, la Barutlue, est actuellement de l'autre côté de
ment l'ordre du Jour. Il pense qu'il faut laisser périale, je m'en réfère à la conversation que
10. -M.
par M. l'abbé Besnard. - VI. Illustra- place, l'u e
chez eux les employés de préfecture, ce qui j'ai eue avec son représentant et à la commutrations de la Bible, d'après Schnorr. Mallan emploie les plus nouveaux procédés
n'arriverait plus le jour où ils deviendraient nication amicale que j'ai chargé mon ambassapeur le placement des dents et des dentiers
(P. Douharreo)
fouctionnaires publics. Bien que les lois soient deur auprès de'Votre Majesté de faire à son
X. Les événements du mois. ( Renry Mc- inaltérables et les garantit pour la mastication
uniformes pour tous les citoyens et pour tous gouvernement.
la plus parfaite.
reau.)
les départements, il faut dire que leur appli, Je saisis cette occasion pour renouveler à
Le Correspondant paraît le 25 de chaque
cation emprunte à chaque localité un carac- Volte Majesté Impériale les assurances de ma mois.
CABINET
tète tout particulier. Les préfets changent, les sincère affection et de mon inviolable attachePrix de l'abonnement: Un an, 25 fr. - Six de Mine JOUBiLA, areade1 dn Capilole, Toulouse.
bureaux restent; c'est là la source d'une bonne ment.
mois, 14 fr.
Comme par le passé, ors trouve dans cet
adminislration.
Constantinople , le
Djémazi-ul-akher
Paris, librairie de Charles Douniol, éditeur, Etablissement non-seulement la collection comLes employés de préfecture sont dignes de 1280 (5 décembre 7863.)
plète des Romans desauteurs modernes, tenue
29, rue de Tournon.
tout l'intérêt du gouvernement, mais il faut
constamment au courant par la réception imbien se garder d'en faire des fonctionnaires Note rendant compte de l'audience de S. M. le solmédiate
et en plusieurs exemplaires de toutes
UUUltAN't'
DES
publics.
GRAINS.
tan , adressée, le tri novembre 1863, par le marles
nouveautés
sans exception, rnaisencore, ce
suat L,A PLACE DE iiOULOUSE,
De nouvelles observations sont échangées
quis de Moustier :l M. le ministre des affaires
qu'on
chercherait
vainement ailleurs, les ouétrangères.
entre M. Tourangin et M. le baron Ernest
(Du 50 décembre).
vrages
remarquables
qui paraissent en LittéLeroy.
L'ambassadeur, en remettant entre les mains Blé lin roussiho,u (80 k. net). 79 , à I9 50 r rature, Histoire, Mémoires, Voyages, Droit,
M. Langlais, commissaire du gouvernement, du sultan la lettre de l'Empereur, en a fait Bladette (79 k.).......
78 50 à 19 , Médecine, Sciences, etc.
déclare qu'il comprend tout l'intérêt qui s'atta- connaître sommairement le contenu.
Blé fin (78 k.). .
PRIX DE L'ABONNEMENT
17 50 à 18
che à la pétition, il s'associe aux témoignages
Le sultan a répondu
Blé mitadin fin (79 k.)... , 16 50 à 17 ,
AVEC FACULTÉ LiVflESSEULE1IENT, SANS
I
SALON
,
d'estime et de bienveillance donnés aux ema J'apprécie hautement la pensée impériale, Blé mitadin (78 k.)...... 16 , à
, D EMPORTER UN OUVRAGE EtsTRÉE AU SALON
ployés de préfecture; il rappelle ce qui a été et je remercie beaucoup Sa Majesté de sa letal , à al 25 Un an. . . . 30f
I an, 20f
fait par le gouvernement pour améliorer leur tre; je ne puis doute des sentiments de l'Em- Haricots.
, ,
22 , à 24
Six mois.
17
7 ouvrage 6 mors, 71
sort i mais il ne peut admettre Leur tranforma- pereur à mon égard, et toute la nation otto- Fèves,, ,
12 50 C Un mois.
3
.
,
4 mois, 2
DE LEC"FURE
.....
Seigle............
..... ,
, ...... 12 Ȉ
è
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
,
.
.
llll
wfi
I.4IBRAIRIE CENTRAL
Ilue
,
4ti 1
y 'MJIadF't
L
.
La santé dr, Il'l. Collures, p pini& riste, ii 'i'ou,
ir tic retirer; depuis Auri q ue
temps, il était inquiet sur l ' avenir de ' rtabl(ssement gn'il a fondé et qi.i est connu , eu f+'r., nce
44
l
G ' allll aSSOrt21ne7at (l Olf`L'1't1g,S 2dtGStrC'S,
1
richement 'relias, pour etren:'s
et à l'éWanger, ;cuite le plus itnporlant du
.
Parmi lcs nnltvcautt's do Patinée,
ligurent, la superhe t djtitin de 14OiN
ult j uifi q ucnutnt il8u s 1ré c
par DoR]. 2 vol. ni-folio. - prjx : ; GO f .
QUICIILir"pl? ,
`
Et un heaU volatile jntUulc l'I'spagne
artistique et
'm
ou2relaentale, i
-- l`rix : 100 Ir.
vol. in -foi.
Grand
Midi .
Ce n'est qu'après a' nir trouvé un successeur
de l u i , qu 'il a consenl i à pren d re un
repos qu i !ni était impérieusement colnmrndé
di g no
par la Faculté.
(l. DÉ tomt.LEs a déjà fait ses preuves dans
divers élablissentcnts d ' horticulture , sous la
direction de M. do Candole , et c'est lui qua M.
Commes a choisi pour lui succéder.
M. Commes restera conseil dans l'établisse.
Le Gératlt : i ..IOUGLA
ment.
i
'1'Ii1 ATRF, Dfl' ).It(E fL,S.
, al dFeemhrc
i7 h
LA BANQUE DES REPOIfr S Coupons édl9is et â Lclloir.
louse
RUE BARONIE , 12.
Paie à présentation les coupons d'int{réa de
tOntr'S Rentes, Actions et Obbtigatiolu fran-
PAiEMEN'f A 1 RI.SCNTATION
Repr,senletion eatr,1ordm,ii'
Chez 6'I. Emile LAcnnIx, banquier, rue Louis-
Salue Rigm t.
Aujourd'hui jeudi, 31 décembre, grande représentation à 2 heures de l'après-midi pour les
Familles et les Pensionnats, et le soir à 8 heu(Voir l'affiche.)
res.
un acte.
mue
Elfe se charge aussi de l'achat et de la
--
vente de ces mêmes valeurs
-
Théâtre des Folies nouvelles
les farines et les gratins (grains en vrac escep
tés) en provenance du réseau du Midi,
(Pourlesconditions, voir le tarif P. no 51).
i1tde hgs et
,
,
cari° s,
en face
LOUIS NAPOLÉON ,
ALLT.ES
CIIEMiNS DE !'ER DU MIDI.
Faculté de laisser séjourner g ratuitement
pendant hua jours , dans la gare de Béziers
.
au Reniihee de
M. GAURERT, avec le concours de
M . M a rti n, b ari t o n .
Le Train de 4linuit , comédie en 2 actes .
Se n'es ana! moein pastour, romance eh;intée par M. Maçfin.
LESDLt1BLES ROSES
Napoléon, 25.
çaises et étrnng'res.
de Chà1e
Anjourd'huij011111
la
iiiirnftab1e
Grand 'succès du Palais Ro 'al .
Ça vous coûte si peu de chose, romance chan.
née par M. Martin.
La Chercheuse d'Esprit, opéra.comiyae en
par iii produetioi fraçaiseo
LA MAISON SAINTE-GERMAINE, dont la réputation de loyautc et de vente à bon marché est si justement méritée, offre, à ses acheteurs, les assortiments les plis grands et les plus variés, en
Soieries noires et couleurs, en haute nouveauté, fantaisies pour Robes, etc., etc.
Son rayon de Deuil, si itnporfant par ses assortiments, satisfait à toute demande.
Malgré la VCntO !rès active dont est favorisée la Maison Sainte-Germaine en Confection pour Dame, ses aLCliers Sont (OUJOUI'S CCUX qui pt'OdUiSCnt avec la llltis grande perfection et le plus de goiÎt.
Le rayon de Blanc de fil et coton, par ses affaires et ses assortiments, se trouve en ce moment dans des conditions UNIQUES, par des achats faits avant la hausse, tous les articles sont vendus bienE
an-dessous du cours.
Articles pour Meubles et Tapis ri'appartement. --- Ce rayon, un des plus richement approvisionné, offre, par les bas prix et la variété d('s genres, DES AVANTAGES incontestables.
NOTA. -- Les Directeurs (le la Maison Sainte-Germaine, désireux de se tenir it la hauteur de toutes les circonstances qui peuvent (ttre prolitables à leur nombreuse clientèle, ont traité des achats 1mportants en CHÂLES DE L'INDE. Par des opérations, faites clans des condjtions toutes exceptionnelles, on est certain de trouver dans celte MAISON, onon sculcalcnt la plus liante Nouveauié, mais
aussi des prix INCONNUS jusqu'à CC jour.
PRIX FIXE, -'bous les articles sont marqués en chiffres connus.-- Envois d'échantillons franco et de toute marchandise dont la valeur dépasse 40 francs.
Entrée des voitures par la porte eoe/ re de 1'1u tel, n® I
i
a
t-'
f-'
-r
=
.,
_
'
a
w-, av-
Psse^
F. flG%LjeLllIe, fbr` huile de Colza 'L
®
A MM. LES PROPRILTA[RE;S
Dans le but d'être utile aux agricultenrs, je viens, Messieurs, vous trau:anetIie des rcnseignenrcnls pour l'emploi des tourteaux de colza Irrtiné:1^ Cyhure
de la vigne : 500 grammes de tourteaux de colza suffisent pour Iuuiee psudant
mois aos; il fart répandre l'engrais au pied de la souche et le couvrir ae cc la
,
terre ; 2e Culture des graines qui se s émeut en automne ; on jette le tonneaux de
(T1
I(
arrivant
de
Paris,
vient
do
faire
fabriquer
lui-méme,
M
cuita couunc la semence, il en faut 800 à 1,000 kilogrammes par becta re;
r ai l
300 Pendules pour renouveler son assortiment, qui est
30 Culture du colza , on jette le tourteaux comme il est dit ci- dessus; il en faut
toujours le plus beau et l' plus co!nplet de tout le Midi; plus de mille
1,800 â 2,000 l:il. par hrcisi e, il n'est pes nécessaire d'mriployer d'on[re eugrais ;
Pendules se trouvent reunfes dans ses Magasins du rez-de-chaussée et du - 4"" Culturc du tabac; 1,100 à 1,200 kilog. de tourteaux de, colza par hectare,
premier étage; chacun peut librement en visiter la richesse, l'élégance 'A'I jetés en mai ou en avril après l'hiver; 5" Agronomie: Engrais des bâtes le coret la varïcté.
nes,bceuf et vaches; donner 2 kilog. de tourteaux par jour et augmenter jusM. MONTEiL, connu depuis plus de trente ans , pour avoir vendu qu ïi 10leleg.; pour les moutons, on commence par peules quantités, on donne
les meilleures Montres et les plus liches Pendules , anssi en vend-il à rl jusgu â I kilog. par jour; on prépare cette nourriture concassée ou donnée en
lui seul autant que tous les antres ensemble , vu que l'acheteur trouve' breuvage.
tin plus grand choix et tue sp(vialité complète d'horlogerie. Une grande4
quantité de garnitures do cheminée, pendules , candefabres , coupes et i
flambeaux , bronze dore , savoir : genres Louis XV Louis XVI et
,
rocaille, dans toutes les grandeurs ; des sujets historiques
sur marbre
POUR TABLEAUX, !M COPtS ET BATL ENTS
noir et vert et sur marbre onyx , une collection de Pendules albftre et "
, du meilleur goût , et de Bronze d ' art dont les prix bien diminues ,'
°arient depuis 50 fr. jusgu r 3 , 003 fr .
4
BUE D. LA POMME, â6, A TOULOUSE.
Tous des plias jolis, les plus charmants objets d'art , de fantaisie et bon
buvards, boîtesà ouvrage, néccss,ues de couture en buîtes, id. en coffrets
d'ivoire creusée, eu écaille et bois, boites à bijoux, â boubous , de mille es-
pèces , formes et grandeurs différentes ; boîtes à gants, boites à thé , boîtes à
cigares, étagères sur pied , tables lr ouvrage , bureaux, cbiffbuicrs, tables corbeilles de mariage, coffrets bourse, dorés, ( milles., ;, ça mecs, à moSCrgnes,
bois sculptés. Grand choix d'éventails de mariées et autres, écrans à maiu, à rou-
leaux; caves àliqucurs, caves û odeurs, nécessaires de toilette pour dame,
PREPARATI()N DE COULEURS
pour boume, en plaqué, en argent, en vermeil, complets et des plus
.eonfor.ables, trousses,
Tus les
Parmi les objets de science qui font la spécialité clé la maison et qui peuvent
âtre offerts en cadeaux , citons ces belles lorgnettes de spectacle; longuevucs
liés élégantcs et d'autressimples, baroinétresde toute espèce, thermoménes
d'appartements, nouveaux baiorretres métalliques pouvant être suspendus ou
placés sur pied, entiéremeot à l'abri de dérangement et de casse, très portatifs puisqu'il en a qu'on pourrait mettre à la poche du(gilet comme rue montre;
maclnues électriques, mnchines pneuuratiqucs et leurs accessoires pour jeunes
physiciens, microscoppes, hnternes magiques, optiques. le stéréoscope et une
massed'dpreuves â chmsir, Débuscope, albuur pont phctographie.
Plrotogénie ou l'enfant pholor r iphe , ihotochromie , amusements charmants
pour exercer les ci anis aa dessin et aux manipulations.
garanties pour DIX ANS.
PENDULES bE PARIS
goût pour être offerts eu cadeaux.
Dorures ,émaux, porcelaines et cristaux montés, pièces de milieu, coupes,
vases du museCampana.
Souvenirs, porte-visites , porte-monnaiesen écaille, en nacre, en ivoire, eu
vermeil et émaillés; bonbomuères, flacons, cachets, pot te-plumes, papeteries,
IrjI,
s,
MON vient de recevoir do sa maison de Gonéve
M.fE1L
un grand r
assortiment de Montres d'or, Chronomètre enNrkel et roues en or, autres se remontant sans clef , secondes indépen- ,,
dantes et à répétition , tontes belles pièces de précision; autres Echappements à ancre et h savonnette, pour hontmes
et pour dames , des petites Montres de fantaisie, avec émail et diainauts , â cylindre, du prix de 90 fr, à 300 fr.
eciahte d or1oer
Maison à Paris ; pour les III1()NZES. - Maison à Genève , pour les MONTTaES.
LL TOUT SE FABRIQUE CHEZ LIT!.
Les prix{ sont cntii relllent invariables.
i NRY 1ARGUEIIE1..
Fabrieafl
Toui®ul e, 'lue des Raiaaaces ,
39, rarisap Lacroix,
Prés la place c!tr Capitole.
Cire préparée pour meubles et appartements, Veinis , Pinceaux pour tour
genres de peinture , bronzes, etc,
f)ép6t du Siccatif' brillant Rnphanel, pour la mise eu couleur, salis frottage
des Appartements, Carreaux et Parquets,
Dltoteu ,t{RO..aLO-DU[,.1 PHANE, siccatif saros frottage, pour lamitq
en c+ ueua d: eu-ceux et pai iuets. -- De 1 L"nduit l'. VIARD (opplit.atioa du
corrtctiouc sur le.spliîtres oeul's) , contre l'humidité
tu
Rue Saiu(Rrnue
A l'occasion du ter janvier, la Maison LA VILLE DE
maintenue par la suite connue fin de Saison,
fait subir sur toutes ses Marchandises un diminution. Cette diminution sera
-
Etude de Me MANADÉ , avoué,
à Muret.
VENTE SUR LICITATION
l'andi etc e des
es criées da Tribunal
civil de Min et,
Le samedi 9 janvier 48644 ,
A midi
D'un vaste FIOTEL
Situé à ITcnlouse, rue Ueyroliéres,
18, connu sons la desgnation de:
Hûteld'Espargne. Cet hôtel fait face
aux trois rue, de l'Echarpe, Peyrohcres
et Clémence Isarre.
Iteveuu : 5,000 l'r.
i?tise a prit : L0.000 h'ancs.
adiC Sel , pour Isrense renseignements:
Io Me Manadd, avoué Mnict, pour.
suivant ; 2e ' Mee Cousinet, avoué à
Ajuret, CO licita nt; 3" IliGt 1
Elude de SOULÉ, avoue ,
rue
2.
ropi : FRUUf
et pâte
P 'I' 9TJ
18hd:Paris ET f
i V, delloulpelliar
d
Contre lcc rhumes, catarrhes , bronchites , astlunes, coqueluche et toutes les
irritations de poitrine,
Le flacon de Sirop ,
PRIX ;
I fi anc.
La lioîtc de Pîtlc ,
Uu seul flacon de Sirop ou rue boîic de L'âne, guérit le rhume le plus opiniâtre.
PILULES L'URGf1TlVES 1treFRLAICHISSANTES
Courre les étou.rdis3ements
,
les tendances à l'apoplexie et ;i la paralysie , etc.
Prix de la boite :
I
A la Phnrlnaeie DUCOB, rue Mata!eila , 67,
w;
""+tf?6^
â 'L onlon
l8( r5ffilIDÜ[email protected]
T4_ffiSB'
EXPOSITION UNIVERSELLE DE LONDRES
,
1862,
IA
CiOCOL4T JES GOUIHIETS
Le6 janvier 1BÛ'4, ànlidi
Au Tribunal civil de Toulouse,
De deux MAISONS
AL ENAMES
Situées iToulouse, rue du DixAvril , ça face le chemin de fer.
ter lot , mise â prix : 11,435 frencs,
2e lot, mise si prix ; 16,685 francs.
S A L L E pouvant
A louer une
servir pour café ou nragitsiU , avec entresol encore occupé, en
face le ;cartier neuf d'Artillerie. S'a
dresser, pour la voir et traiter,
au
propriétaire de la maison, boulevard
St Pierre, 38.
multiples éléments minéralisateurs, s'emploient avec la plus grande efficacité
contre un certain nombre de maladies: les paralysies, les engourdissements et
la faiblesse des membres, le raniollisscment du cerveau et de la moelle épinière, l'aniaurase, la surdité, le relr2cliemctet des tissus, lascrofule et ses diverses lésions, les glandes strumeuses, les engorgeinenets lgnaphatiques, les
tumeurs blanches des articulations, les anciennes blessures, les maladies osseuses
de nature sgphililique, rliumatismale, goutteuse, etc., trouvent h BALAnuc les
ressources curatives qu'on chercherait vainement ailleurs. (Voir la notice traduite en toutes langres).
Les Eaux
les Sels naturels
universelle et sans rivale; ces produits conservent indéfiniment et sous
toutes les latitudes leur composition et leur action médicale; ils suffisent
généralement pour amonder et mtme guérir les maladies récentes ou
peu graves; dans les cas anciens ou ceux offrant une certaine gravité, ils
:
rut Rioheliou, 908, Paris.
CAC TAL: 3,000,000 au FRANCS.
Sitgr Social
Rhun11eS ,
3
a
Muret. S'adresser: le
['ranee et
Lacroix, notaires â Muret; 2" ii Me
PLACE
LOUIS-NAPOLÉON , 5,
gr id ss rthiienl d'Ehenes tîks
Telles pie: Capelines, Pderines-Biarritz, Chatelaines, Echarpcs, Résilles, f'ianches,Mitaines, Rrete,les, Porte-Monnaies, Parte -cigares, Blagues eu perle et en velours. - Grandchoix
de l antoufles, Fauteuils, Chaises, Tabourets brodés sur canevas. - Spécialité de CACHE-
de !a Caroline, itiandarinsde Cbine,
Vous en trouverez rue de Cugnaux,
15, faubourg St-Cyprien.
`i 20 p. 100 de ra
Vins vieux bais,
chez RODE,
boulevard Liescrosses , 9, et rue Mata-
filIli'
f
L
1t11
nnoNCUrTES ET AuTxns rr,xlTnTroNs
DE POITLINE
guéries et prévenues par l'emploi
0U SIROP PECTORAL PARfGORIQUE
ET DE LA PÂTE PECTonALE
de Eurile MOUSSERON, plur.
à Dijon.
4 Toulouse, M. DUCLOT, ph.
rue d: s Balances 35
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
,
caves, grandes écuries, deus bells
i.r al de la Ce, rue Peyroliè- déré. Pour traiter, s'adresser à M.
res, 39, â Toulouse (naute-Garonne). IMARD ( Jacqnes ) , restaurateur à
On demande des agents.
Puylaurens (Tarn).
Colins huppés de la Cnlifm nie, etc , etc
16 Années de succès!
â manger au rez-de-chaussée,
pouvant contenir 60 personnes , io'ie
devanture, cuisine sur le derrière
agent g
n
prés le Tribunal de
salir,
salles de café pour environ 1l0 pcrscnt i4l1 c ser f, '. Il pli aël DELORME, nes, Le tout sera vendu à un prix mo-
5
A Coder une CEAIIGE D'AVOUÉ y
"i
Autorisée par décret impérial.
UTILES ET AGRÉABLES
Pour cadeau aotinez Faisans, Couard;
,
5. A L Al1 I I, Ji U S la
l
à primes fixes contre l'Incendie
consolider leur guérison à la suite de cette même saison. - Par la pureté
de l'air, la beauté du ciel et la constance du soleil, BALARUC se recommande
comme l'une des plus précieuses stations d'hiver.
PRIX DES EAUX MINÉRALES, SELS ET DRAGÉES DE BALARUC:
La]sac, notaireie 'foulouse.
,
COMPAGNIE ANONYME D'ASSURANCES
servent soit A préparer les malades pour UNE SAISON A BALAnuc, soit pour
Gérant de l'Établissement Thermal_de ilArnnuca,r5.fiies (Berault).
rieur ii tous les Chocolats vendus 2 fr. O.
USINE A vAPEun A PAnts, nlt:E 0E LACNY , 48 ET 50
Dépt ' gétér al a' Toulouse , chez 5L J DUP[JY , 30 erre des Changes.
NEZ en tout geu)te,
elle
BIIUSELLES, pli. Delaere. - Pour demandes et renseignements, s'adresser au
D LA CO11IPJWPll;
Très beau et
{Jgd', do
Les g;aaax et leu Scia naturels ale lkdao.ue, en raison de leurs
Un
très
situe pPuylaui'ens(Tarn), consislnntcn
un superbe café et restaurant , avec
bel Etablissement
d
HÊPOTS s PAEIs, ph. Lebeanit, rue Palestro, 20; Lxoa, ph. layard;
N +9 I
Le CHOCOLAT tics GomtnreTs de 2 fr, le 112 kilo est de beaucoup supé-
PLACE
LOUIS-NAPOLÉON
J
1 b°C d'an lare d'eaumin. do Bularuc 125 1 flic. de sels repr. 10 b11eB d'eau
1 c° e de 5e b°e1(rranoa in gare de Caria) 40 u ( 1 flat, de 60 dragées repr, 4 b°a'
ET
VENTE tt suite surencllere
d99J
Olevarn'r TOl1'l'1F
h
A VENDRE
LA
ALAIUC ly. dflo
et les nragées aux Sels nrsH.urela ale li$alarue ont une répntallon
fr. 25.
rt l e Nu 'e (lu banne nr'd J\ (4)ohon
L gpn
Asthines
Grippes, vieux Catarrhes et toutes
Ics alfeciions de poil cille. Guérison
prompte et eertaine par l'emploi du
Sirop pectoral a glais
Seul dépôt , PharnraoieCeutrnle.
rue St-Pantaféou , 5, li Touions
Mine adresse, Pâtep ctoirle B
tseiigne, :uiun,cila
A VENDRE
biau, 4, Champagne, Alicante, de
suite,
12 ans, Muscatcl, Malaga, Rancio, Une Pharmacie a,is iiue
Xérès, FL,dére, Muscat de Fronli des rues les plus passantes de Toulouse,
guais, Bordeaux, Rhum, Cognac Sadresser, pour lis renseignements
allée St-Etienne , 34 , au seconrl
Armagnac , Chartreuse du père
nir:r lit Par demï litre, Vin blanc de
Gaillacde 1860, Blangrmue de Limoux
L5 rendu.
sarfua,
h
Potion Parrégorique
dde
A Vendre ou à Louer
Une grande Maison
Avec écurie, remise, conrs etgl'and
jardin contigii, propre à un établisse-
Selon la foronrledu docteur St-A[,ertin, ment quelconque,
située allées des
tonne la toux, l'asthme, catarrhes, Zéphirs, 3 bis, prés le Grand-Rond
etc. ; guérison radicale. Se trouve chez à Toulouse. S'adresser sur les lieux'
l1_ AGAR, ph., rue des Balances, 554, . Facilité pour le paiement,