A mettre sur le frigo: >2 pages à découper pour vous et vos parents.

Commentaires

Transcription

A mettre sur le frigo: >2 pages à découper pour vous et vos parents.
news
A mettre sur le frigo:
>2 pages à découper
pour vous et vos parents.
SOMMAIRE
Edito:
C’est déjà Pâques... C’est
fou comme les jours et les
mois passent vitent. A croire
qu’il suffit d’un claquement
de doigts pour être sur le départ du camp!
Dans cette édition tu trouveras comme d’habitude une
participation de chaque patrouille et du staff mais aussi
les informations concernant
la journée du 29 avril c-à-d
la fête des 100 ans du scoutisme ( remettre à tes parents)
>Votre
participation
>Pour vous,
parents
^)LSNOUSRACONTENTLEUR
AVENTURE
)NFORMATIONS
p.3
$IVERS
p.4
#AMPDEPATROUILLEDES
2HINOS
p.4
7%DEPATROUILLEDES
#ONDORS
p.5
0ATROUILLEDES(YENES
p.6
^,ES#0ÌLESSAI
#ONDITIONSUFlSANTE p.8 ,EVOLDUFAUCON
p.11
^#EQUERACONTELESTAFF
,ETUNING
p.12
'AMMELLEREMEMBER
p.14
CCN news n° XII - 2 -
CCN news n° XII - 3 -
Camp de patrouille des Rhinos
Par Pek.
WVendredi 3 Mars 2007 nous avons déposé nos affaires dans la maison
J’attends mes scouts… un peu stressés mais ça va.
Environ vers 19h, arrivent Koala, Chico et Robin, gros
sacs au dos. Evidemment, comme bon CP, je l’ai les
ai chaleureusement accueilli et je les ai même laissé
porter leurs sacs en haut ! Non pas moi ! Moi je suis un
bon Cp : p Lol. Et puis j’me suis dit : « Il ne manque
pas quelqu’un ? Ah si le SP, bien sûr faut si attendre,
lol. Pendant qu’ils étaient en train de jouer à la PS2, je
vérifiais si j’avais bien tout le matériel pour le W-E.
(Qu’est-ce que ça peut parfois être chiant d’être CP : p)
Vers 21 : dîner : lasagne et soupe (quel service,
…). Après avoir fini de manger, je leur ai demandé
s’il voulait visionner un DVD, il m’on répondu
que oui et qu’ils voulaient regarder B13 ! Nous
regardâmes B13 lorsque Numbat vint vers 22h..
Samedi 4 mars 2007
Levée 8h ; petit déjeuner de rêve (Jus d’orange, chocolat chaud, couques au chocolat, …)
Départ vers 9h15 destination : GrandLeez à Gembloux, rue Petit Leez ; en
plein cœur de la campagne. Arrivé à destination,
de mon oncle. Panique, après qu’il m’ait dit qu’il
n’avait pas monté la tente parce qu’il y avait beaucoup de vent. Pour finir j’ai décidé de continuer mon
planning et donc nous sommes partis à Gembloux
en voiture pour une ballade. Nous avons acheté
une carte à l’office de tourisme, ensuite nous avons
commencé notre promenade en ville. Après s’être
promené 1h30 en ayant visité quelque curiosité (Beffroi, Chapelle-Dieu, Faculté universitaire
des sciences agronomiques, Maison du Bailli),
nous nous sommes dirigés vers la gare de Gembloux pour prendre le train de 12h50 vers LLN.
Arrivé à LLN, nous sommes allés au cinéma. Entrés
au cinéma, nous avons regardé ce qu’il était possible
de voir. Pour finir nous décidâmes d’aller regarder
Ghost Rider, accompagnés de 2 Paquets Large de
pop corn.Une fois le film terminé, nous sommes sorti
du cinéma et mon oncle est venu nous chercher pour
nous reconduire à l’endroit de camp. Mon oncle m’a
rassuré en me disant qu’il avait réussi monté la tente
parce que le vent heureusement s’était calmé.Vers
16h, un goûté s’annonça (le CP a quand même
bien préparé ça.. lol). Entre 16 et 17h nous avons
discuté. Vers 17h nous sommes parti aller visiter
la Ferme-Château, 100m de notre endroit. Cette
ferme château était en fait une ferme rénovée dans
laquelle les propriétaires ont décidés d’y exposer des œuvres tantôt africaines tantôt en bronze
tantôt contemporaines. Soit ce fût une belle visite bien que l’art contemporain soit un art que nous
n’avons pas trop admiré. Visite terminée vers
18h.Vers 20h nous décidâmes de préparer à
manger : poulet, compote, et maïs. Lorsque
nous mangeâmes les chefs arrivèrent au complet. Deviner le premier truc qu’ils font : et oui
ils cassent la prise de la lampe (cela certifient
bien que ce sont des chefs de prout ! lol ) hormis Naja
qui a malgré tout su le réparer.
CCN news n° XII - 4 -
WE de patrouille des condors.
Patrouille des condors
Il est 17h 30 et Hamster est déjà entrain d’attendre
ses chers petits scouts. « Le train est a 18h 01 et pas
plus tard, espérons que tout le monde sera la, qu’on
ne dois pas loupé le train ! » pense-t-il. Mais heureusement voila que Bengal arrive avec une balle de
rugby sous le bras. « Ah, se fameux hamster, je suis
le premier ? » « Tu as déjà les ticket ? » Tu as pensé
a amener des pelles ? » Bon bref, déjà un scout et
s’est parti les question ! Puis 25 min plus tard on
est presque au complet il ne manque juste Goral qui
doit revenir d’internat. Alors on décans sur la voie
et qui sors du train ? Et oui s’est Goral. Bon on est
complet, espérons qu’on trouve une place dans le
train !!! Non pas de chance on ne trouve pas de place
dans le train ! Goral qui insiste pour aller s’asseoir
en première classe (parce que il a l’habitude du lux)
mais Hamster refuse. Pour faire passer le temps
Moah nous a fait quelques tours de magies et nous a
expliqué qu’il avait toujours un jeu de cartes sur lui !
Finalement on arrive à Bruges et la on doit prendre
le tram. Dans se tram (overbooké) on rencontre des
scouts de st. Michel. Bien simpa ! Bref, Arrivé à
destination on s’installe dans se super appartement
et tout le monde choisi sa chambre. Après un petit
soupé préparé par nos mamans bien gentille on est
allés se promener sous la pluie pour découvrir la rue
des magasin. Puis une bonne petite nuit de sommeille nous a fait du bien.
Réveille par Hamster vers 9 heures et le reflex de
tout le monde s’est d’aller se planquer encore plus
loin dans sa couette. Hamster et Bengal parte chez le
boulanger et constate qu’il y a tempête ! Le vélo qui
s’envole et le sable dans les yeux.
Tout le monde a bien profité de s’est bonne tartines
au Nutella et à la confiture. Comme il y avait tempête
on a alors décider d’aller nager se matin la. Dans la
piscine, Goral se plein d’avoir malle au genou et o
nez, mais s’est normale quand on se prend une porte
fenêtre en courant dans l’appartement ! Sur le toboggan on a essayé de faire des pirouettes et des chaînes
mais sans succès. On est quand même rester 2 heures
dans l’eau. Retour a l’appartement on dîne et l’après
midi on vas sauter dans les dune ou faire des jeux
d’approche. Puis on est rentré à l’appartement pour
y déguster des pizzas. Mais avant sa un petit apéritif.
Se soir là on est repartis se promener et on a décider d’aller faire un tour dans le « Casino » ou on a
d’ailleurs retrouver les scouts de st. Michel.
Le lendemain matin on a du tout ranger mais heureusement la maman d’Hamster nous est venu a l’aide et
nous a aussi emporter un bon philosophe. « Que est
se que un philosophe vient faire ? » Demanda Bengal. « Mais non pas une personne philosophe mais un
raille de train, un cimetière ou encore un sous-marin.
Qui a goûter d’ailleurs et surtout plais à Loris.
Puis le retour débuta. On laissa l’appartement derrière nous et débutions le chemin à l’enverre.
Puis le WE se termina enfin (ou tristement) à la gare
de Bruxelles-Central.
Patrouille des condors.
CCN news n° XII - 5 -
|//
(°°)
Patrouille des Hyenes
Patrouille des Hyenes
Il fut un vendredi 2 mars, une attente de ses compagnons dans la tanière d’un baribal nommé…baribal.
Son premier comparse arrive, c’est un corsac. Ensuite, déjà légèrement en retard, une pierre roula…
ah non pardon, Pierre arriva. Par après, …rien. Au
moment suivant, … même chose. Toujours plus tard,
…idem. Enfin, …ah voilà un aruy qui s’amena. Les
joyeux lurons purent enfin faire cuire leurs délicieuses pizzas, Pierre eut l’œil plus gros que la ventre,
au bonheur de ce cher corsac. Légèrement plus tard,
ils se décidèrent de regarder le très amusant « The
silence of the lambs ». Durant ce moment ils eurent
droit à une bonne blague de corsac, celui-ci, en plein
milieu d’une scène stressante, lâcha un de ces cris
à vous glacer le sang. A cause de lui ils durent aller
chercher arui qui collait au plafond.
Le lendemain matin, le roi, sa femme et le petit
prince, sont venus…excusez moi je me goure d’histoire. Donc, le lendemain matin, après un copieux
déjeuner, le petit groupe commença une petite partie de monopoly. Les premiers tours s’enchaînent,
premier constat, baribal n’a vraiment pas de chance,
contrairement à corsac en premier, aruy en deuxième et Pierre en troisième(le premier n’avait que 3
terrains alors que les autres en avaient au moins 7).
Départ à la mer, corsac qui a eut la bonne idée
d’apporter son iPod nous permis de voir un timbre
post(l’écran) jouer « Banlieue 13 ».
Arrivé là-bas, on eut déjà un très gros travail ! On
devait courir après Pierre pour qu’il ne s’envole pas.
Ensuite, on décida de faire une petite heure de char
d’assaut. De peur d’écraser quelqu’un dans la foule
si nombreuse, baribal prit les commandes. Après
avoir dit bonjour à une jaguar de très près, ils eurent
droit à faire du saut de trottoir. On se permit aussi de
faire les malins devant la charmante sœur d’Aruy,
qui était aussi belle qu’un oiseau. Mais c’est normal bien entendu puisque son frère en est un. Après
avoir rendu notre beau véhicule sans avoir manqué
de faire presque tomber tous les autres, nous décidâmes de faire une petite marche vers Marie Siska. En
chemin, nous redécouvrîmes les joies du cache-cache dans les dunes. Nous reprirent l’expérience une
+----------(_)----------+
|~~~~~~~~~~~~~~~~|
|Fin de ce week-end génial, merci à |
| vous trois de votre bonne humeur |
|~~~~~~~~~~~~~~~~|
+---OOo-----------oOO---+
|__|__|
|| ||
ooO Ooo
demi-heure plus tard à ce fameux restaurant, où nous
mangèrent aussi de ces excellents gaufres.
Le retour au bercail se fit dans le calme. Après un
léger dessablage des petits petons, nous nous relancèrent dans la conquête des capitales européennes.
C’est là que nous purent enfin voir un moment où ce
n’est plus la chance qui compte ! Baribal s’appropria
la deuxième capitale européenne, tandis que Pierre
avait la première ; L’une ne pouvait fonctionnait sans
l’autre, et donc baribal se sépara d’une bonne partie
de son argent et signa un marché pour s’emparer
d’une paire. Ensuite il décida de faire d’autres offres
pour avoir une deuxième suite, et ce fut la bataille
entre lui et aruy pour avoir le plus de maison.
Une petite pause fut tout de même prévue pour pouvoir se rassasier et se divertir, devant le génialissime
« Dikkenek ». Après, en attente de voir une belle
éclipse lunaire, la partie repris. C’était maintenant la
bataille pour les hôtels pour les deux leaders, malgré qu’ils doivent assez souvent les revendre. Pour
Pierre, on ne sait pas comment, il avait toujours de
l’argent pour survivre, tandis que Corsac mourait à
petit feu.
Cette partie devenait une drogue, dès l’après petit
déjeuner, nous voilà à nouveau réunis autour du plateau. Cette partie fut un renouveau pour corsac, et
une nouveauté, quelqu’un prit la décision de dormir
dans le plus bel hotel de baribal, malheureusement
celui-ci perdit toutes ses belles constructions, vous
l’aurez deviner, c’est aruy ! Pierre quant à lui se
décide de développer ses terrains et construit en un
coup 5hotels ! Mais ceux-ci ne lui rapportaient pas
grand chose car ils sont très mal payés…
Enfin, une nouvelle activité, départ pour la piscine
d’Overijse, où pendant plus d’une heure ils s’amusèrent comme des fous dans le toboggan à gros débit.
Retour à la maison, dernier repas ensemble et puis,
de nouveau ce cher monopoly, mais là, les parents
nous interrompirent, mais, il n’y en avait plus qu’un
qui pouvait craindre la carte « chance » faite des
répartions dans vos immeubles et bien sur, c’était
Baribal !
CCN news n° XII - 6 -
Les CP à
l ’essai.

CCN news n° XII - 7 -
Condition suffisante.
Une nouvelle by Tonton Kiki ©
Je m’appelle Marc. J’ai 35 ans et je vais me suicider. Cela doit faire une vingtaine de minutes que
je suis là, sur ce toit et que je vois ces idiots de policiers gesticuler dans tous les sens. Du haut du
château fort, je peux voir l’entièreté du village, sur lequel le soleil couchant pose de splendides
reflets rose et orangés. On peut imaginer pire pour mourir… Ils m’ont déjà envoyé cinq négociateurs
en espérant me convaincre que mon acte est irréfléchi et que je ferais une grosse erreur en sautant.
Je leur pardonne leur naïveté. Ils ne peuvent pas comprendre. Personne ne peut comprendre. Si
seulement ils savaient, ils me laisseraient tranquille. Mais comment leur expliquer ? A chaque fois
que j’essaie de leur parler ils m’intiment l’ordre de descendre par l’échelle en me promettant de
m’écouter et de me procurer tout le soutien moral nécessaire une fois arrivé en bas. Rien qu’à l’idée
de retrouver ma cellule je m’effondre et fonds en larme. Ah! Je ne vous avais pas dit : je suis un
taulard… Mais reprenons tout depuis le début…
C’était il y a un peu moins de six mois. Lorsque j’ai rencontré Valérie, c’était au marché, devant
l’étalage des fleurs… On aurait pu la prendre pour une fugitive, directement échappée du bouquet
que le fleuriste venait de préparer. Lorsqu’elle m’a souri, j’ai tout de suite su que je ne pourrais
oublier ce jour, semblable à tous les autres jours de ma misérable existence de célibataire, jusqu’en
cet instant béni où Valérie est apparue. Ce jour-là ma vie a, simultanément, trouvé sa raison d’être
et la cause de son achèvement prématuré. Vous savez, Valérie c’est ce genre de femme qui vous fait
faire n’importe quoi, ce genre de femme dont assurer le bonheur importe plus que tout au monde.
Pour moi, une femme est, comme pourrait le formuler un mathématicien, une condition nécessaire
et suffisante à la mort d’un ou de plusieurs hommes. Je m’explique : sans femme, plus d’homme - je
n’ai pas besoin de vous faire un dessin -, donc plus d’homme pour mourir ; on peut donc dire que la
femme est une condition nécessaire à la mort des hommes. Valérie est l’archétype qui démontre la
seconde partie de ma théorie : j’aurais pu mourir pour elle et c’est pour elle que je vais mourir, elle
était et demeure une cause suffisante à ma mort. « Mais pourquoi diable ce désespoir ? Quand on
aime, tout est possible ! », pensez-vous. Certes, vous avez sûrement raison, mais ce raisonnement ne
s’applique pas lorsqu’il s’agit d’un amour à sens unique. Et oui, voilà le nœud du problème : Valérie
ne m’aime pas. Ou plutôt devrai-je dire qu’elle en aime un autre, un plouc originaire de Suisse qui
porte le doux nom de Jonathan. Enfin, je n’ai pas tardé à le descendre, comme tout ceux qui ont osé
approcher Valérie de trop près à mon goût.
-
Ne faites pas l’imbécile et descendez de ce toit. Tenez, je vous tends la main…
-
Je demande juste à être écouté…
-
Venez, nous en parlerons en bas. Réfléchissez bien à ce que vous faites, Marc…
-
Vous me promettez de ne pas me ramener dans ma cellule ?
-
Nous verrons cela au calme par après, maintenant venez et descendez !
CCN news n° XII - 8 -
-
Vous êtes tous pareils ! Le sixième ! Vous êtes le sixième incapable qu’ils m’envoient ! Allezvous en ! Barrez-vous, j’ai dit ! CASSEZ-VOUS OU JE SAUTE !
Où en étais-je resté ? Ah oui… J’ai donc naturellement commencé par supprimer Jonathan qui
était employé dans une grosse entreprise d’informatique. Je me suis posté derrière un pilier dans le
parking souterrain de l’immeuble et j’ai patienté. C’était un grand parking faiblement éclairé par de
longs néons suspendus au plafond. Il y faisait froid et humide, une odeur de cambouis emplissait
l’atmosphère. Je l’ai attendu deux heures durant : ce naze faisait des heures supplémentaires. Mais
ma persévérance porta ses fruits : à vingt-et-une heure trois il sortit de l’ascenseur qui menait au
garage. Il n’eût pas le temps d’atteindre son véhicule : un prompt, net et efficace coup de pied-debiche suffit : à vingt-et-une heure sept, il passait l’arme à gauche. Je suis resté de nombreuses minutes
à contempler le corps inanimé de Jonathan, sa face allongée et son nez aquilin, tous deux défoncés
par l’unique impact qui avait atterri entre les deux yeux gris de l’homme, désormais exorbités. C’est
à cet instant précis que j’ai pris la résolution d’éliminer tous ceux qui étaient en contact, de près ou
de loin avec Valérie. Trois jours plus tard, c’était au tour de Frédéric, son ex-petit ami, toujours au
pied-de-biche. J’ai continué ce petit manège pendant deux bons mois. C’est le lendemain de la mort
de ma sixième victime que les messieurs de la police sont arrivés chez moi. Ils avaient découvert ma
fidèle arme cachée dans mon jardin et avaient alors pu aisément identifier mes empreintes laissées sur
le manche. Ils m’ont embarqué pour la prison de Mons et, étrangement, mon procès a été rapidement
expédié. Vingt ans, avec circonstance atténuante : crime passionnel. C’est lors du transfert vers la
prison qu’à travers la vitre grillagée de la camionnette blindée j’ai cru apercevoir Valérie dans la rue,
les yeux encore rougis de pleurs. Je n’en suis pas certain, cela n’a duré qu’un bref instant, et puis
Valérie n’aurait pu pleurer après tout ce que j’avais fait pour elle ! Non impossible, ce ne pouvait
être elle. Après tout, je n’avais fait que la débarrasser de sales types qui essayaient de la duper, qui
n’étaient pas de vrais amis. C’était ma Valérie. Elle reste MA Valérie.
Lorsque j’ai aperçu ma cellule pour la première fois, je me suis promis que je ne pouvais rester ici à
moisir et à me retourner les pouces pendant vingt longues, interminables et insipides années. Deux
lits à ressorts grinçants recouverts d’une couverture de couleur brunâtre délavée sentant l’humidité,
tous deux placés dans le coin. Un évier jadis blanc, sans aucun doute, mais désormais d’un gris
craquelé laissant entrevoir des parcelles de porcelaine recouverte d’une fine couche de moisissures
et d’oxydation adossé contre le mur du fond. Et enfin, les deux derniers meubles, la douche et le WC,
assortis aux autres, aussi froids et bavards que mon compagnon de cellule. Mais il a bien fallu que je
m’y fasse : les psychologues avaient prévenu les gardiens que mon comportement était « à tendance
suicidaire et que je risquais de mettre fin à mes jours sous peu » ; ils ont donc retiré tous les objets qui
pourraient me permettre d’arriver à mes macabres fins, ce qui explique la richesse de l’aménagement
de ma cellule. J’ai donc dû patienter jusqu’à l’arrivée de mon premier congé pénitentiaire qui était
prévu dans une dizaine de semaines…
Et voilà où j’en suis : sur le bord d’une corniche de la façade nord du château fort d’Ecaussines,
prêt à sauter, rien ne me retient à part cette véritable basse-cour emplie de « poulets » et de passants,
témoins impromptus d’un « véritable drame social et tragédie shakespearienne » comme titreront
certainement à la une les journaux dès demain matin. Ah ! Ils me renvoient un guignol dans l’espoir
de me faire regagner mon petit paradis sur terre. Tiens, un original, il m’épargne toutes les usuelles
formules de protocole et de baratin à propos de la beauté de la vie, des possibilités que celle-ci nous
laisse, de la liberté de nos choix et de nos actions ; non, il n’est décidément pas semblable à ces
crétins qui veulent me faire retourner en taule en me parlant de choix, d’indépendance et de liberté.
CCN news n° XII - 9 -
Et puis je dois bien avouer qu’avec sa mine affable, franche et communicative il me fait un peu penser
à Valérie.
-
Expliquez moi plutôt pourquoi vous avez tué tous ces gens…
-
Une femme.
-
Elle doit être une sacrée femme pour mériter ces six macchabées. Parlez-moi d’elle… De sa
vie, de ses habitudes, de sa façon d’être,…
-
Elle s’appelle Valérie. Je l’ai connue il y a moins de six mois. Ses cheveux châtains me font
rêver, fantasmer, imaginer, m’évader. C’est essentiel pour un tôlard, de s’évader. La dernière
fois que je l’ai vue elle portait une éclatante robe rouge, un modèle qui épouse parfaitement ses
formes. Sa démarche est souple et légère… Une déesse, évadée de l’Olympe.
-
Je connais bien ce genre de femme… Elles vous font perdre les pédales pour un oui ou pour
un non ! Ma fiancée ressemble à votre Valérie, on dirait : une femme sans soucis, sûre d’elle.
Mais elle, a les cheveux…
Il commence à un peu trop parler de lui… C’est qui qui a un problème, ici, lui ou moi ? Il veut sauter
avec moi ? Je m’en contrefiche de sa femme, il ne peut pas comprendre cela ? Elle pourrait même
s’appeler Valérie que je m’en ficherais ! En fait non, après réflexion… « Je connais bien ce genre
de femme »… « Ma fiancée ressemble à votre Valérie »… Il ne tourne pas autour de Valérie quand
même… Ah ! Quel salaud ! J’aurai dû m’en douter ! Tous les hommes que je croise sur ma route
se seraient-ils ligués contre moi, pour dérober mon amour que j’ai protégé avec tant de peine et de
souffrance?
Le gyrophare de l’ambulance illumine à présent la nuit sombre et fraîche… Les derniers curieux
remontent dans leur voiture afin de retourner en leur foyer raconter cet incident, qui passera comme un
fait divers à relater à table entre le fromage et le dessert quand les amis viendront manger à la maison.
Les ambulanciers m’ont recouvert d’une couverture de survie couleur d’or mais ils ne s’attardent
pas, ils doivent essayer de ranimer l’autre, qui a fait une sacrée chute : la muraille du château fort
culmine à vingt-et-un mètres. Précipiter ce type par-dessus la barrière de sécurité qui sert d’ordinaire
à protéger les jeunes bambins téméraires m’a fait un bien fou… Je me sens libéré d’un poids.
Le psychologue vient de m’annoncer que j’ai une légère tendance paranoïaque. Rien de fâcheux, m’at-il ajouté pour me rassurer… Mais je me sens bien mieux qu’avant. Si je regrette ? Non. Vous vous
demandez peut-être comment j’ai pu tuer sept personnes sans le moindre remord ? Vous savez, c’était
pour Valérie…
Condition suffisante.
CCN news n° XII - 10 -
Le Vol Du Faucon
(Tome 2)
Votre S.P indigne, Coliou.
Bien des choses se sonts passées chez nos drôles
de bonhommes.... Le camp de patrouille, entre autre,
mais n’est-çe-pas un des tournants des plus importants du récit et cela ne vaut t’il pas de s’y attarder?
Voici donc un petit résumé de tout ce qui à bien pu s’y
passer, bien que cet évènement ne soit plus très frais
dans nos têtes.
se sonts décidés a partir, un mouvement de protestation nous poussa a jeter chemises et foulards dehors,
devant le nez de nos chefs, ce qui a le don de les énerver. C’est à ce moment la que tout dégénera....Les
chefs réinvestissent les lieux et une bagarre rangée
s’organisa entre scout et les chefs, apparrament énervés. Après une riposte plûtot musclée, les chefs se
Le vendredi, après une bonne journée d’école, le dirigèrent à nouveau vers la sortie...Mais le pire resta
rendez vous etait donné chez notre protagoniste Kou- à venir. Une idée me traversa, pourquoi se pas balandou, le reste de la patrouille arriva rapidement, ce qui cer un verre d’eau que j’avais au préalable rempli, sur
nous permis d’embarquer nos affaires et de prendre la tête d’un de ces méchants chefs? cela fût possible,
la route vers notre endroit de camp, tout sa dans une car ils se situèrent juste au dessus d’une fenêtre...Ma
cible fût atteinte, mais le retour de flamme ne se fît
bonne ambiance.
pas attendre....
Une bonne heure et demie plus tard nous voila arrivés, et après un rapide tour du propriétaire, nous Les chefs réinvestissent à nouveau la maison, a ma
avons pu tout débarquer, nous installer, pour ensuite recherche cette fois. Jakana me trouva rapidement, et
prendre un repas en toute convivialité ( sans oublier après avoir prévenu ses acolytes aissaia de me trainer
Smarty, le célèbre chien de Koudou) et de se diriger jusqua la douche, chose auquel il n’y arriva pas, mais
que son ami Taguan fît sans mal ( avouez que se n’est
vers les chambres à coucher.
pas le même gabarit) ce qui m’a valut de me prendre
Le lendemain, les troupes se levèrent aux alentours une douche froide de force, et après quelques prode 9h30, pour ensuite déjeuner, même pas besoin testations et noms d’oisaux (Coliou, entre autre), les
de mettre la table, la mêre de Koudou s’en ai bien chefs sonts partis pour de bon ( sans rancunne, bien
chargé =) . Quoi de plus convivial qu’une bonne entendu).
partie de billard? rien...et donc pour cela que nous
y avons passé une bonne partie de la journée, après Après une seconde partie de Risk, qui failli tourner
une petite ballade semi-matinale dans les alentours. au combat politique, les troupes mangèrent, firent une
C’est bien sûr Koudou qui gagna le tournoi a parvînt vaiselle ( enfin, certains =) ), une partie de billard,
à faire passer toute la patrouille sous la table. Et ce un peu de télé, et au lit. Les troupes biens décidés à
cher Lycaon, qui malgré deux jours d’essai, n’a pas ne PAS partir à l’abbaye de Maredsous, restèrent au
reussi à m’y faire passer ( j’ai beau être mauvais, lit, avant de ranger leurs affaires, déjeuner, et embarmais il ne faut pas exagerer non plus =p ). C’est après quer tout sa dans la voiture avant de démarrer. C’est
une bonne partie de Risk que nous passons à table. Ce après 1 bonne heure 30 de voyage que nous regagnâqui mis du temps, car ce cher Palonimino n’avais pas mes notre bonne vieille Wezembeach-valley, ou les
compris que 60 gramme, se n’est pas assez pour une troupes, après les aurevoirs et les merçis de bonne
convenance, rentrèrent chez eux après un camp non
personne... nous avons donc mangé deux fois.
pas éprouvant, mais bien marrant ( les lampes s’en
Une soudaine envie poussa Smarty dans le jardin, ce souviennent encore^^).
qui eut pour effet d’y attirer toute la patrouille. Une
partie de base-ball fût entrepris, avant que plusieurs
individus en 4x4 ne débarquent dans le village...c’est Suite au prochain tome!
à ce moment que les ennuis commencèrent...en
En ésperant que le bonheur et la paix vous envahiseffet...Nos chers chefs arrivent, et la conversation
sent vous et votre famille,
pût commencer après un bon vieux salut scout . JusVotre S.P indigne, Coliou.
qu’ici tout va bien. Taguan nous fît ensuite remarquer
qu’aucun de nous ne portait ni chemise, ni foulard.
Nous nous executèrent, mais au moment ou les chefs
CCN news n° XII - 11 -
Le tuning !!!!
Par votre reporter préféré, j’ai nommé ORYX
Alors dites-moi, selon vous, le tuning, qu’est Quelques exemples :
ce que c’est ?
• kits carrosseries, composés de pare-chocs,
1. Une marque de chaussures spéciale grands
pieds ?
aileron, bas de caisse, paupières de phares,
etc.
2. La dernière émission de Roger Hanin sur
MTV ?
•
ajout de jantes en aluminium, de taille plus
grande que celles d’origine,
3. ENCORE une histoire de bagnoles ?
•
système de freinage retravaillé ou amélioré,
•
sortie d’échappement plus visible et plus
audible par des embouts de grandeurs
variées,
•
ajout ou changement d’instrumentation
(compteurs, manomètres, …),
•
changement de la sellerie intérieure du
véhicule (ajout de cuir),
•
ajout d’accessoires intérieurs, notamment
de systèmes multimédia embarqués (GPS,
lecteur DVD),
•
changement du système audio embarqué,
avec rajouts de haut-parleurs, …
•
modification avancée du moteur
(turbocompresseur, système d’injection, etc.)
•
Etc…
Si vous avez répondu 1 ou 2, c’est perdu, par contre
si vous avez choisi la troisième proposition c’est parfait vous pouvez continuer à lire… Pour les néophytes qui auraient choisi la 1 ou 2, vous pouvez quand
même continuer à lire.
On sait que ça parle de voiture, ok, c’est bien, mais
qu’est ce que c’est exactement ?
Le terme tuning se rapporte à la personnalisation
d’un véhicule routier de série. Il se caractérise en
général, par l’installation d’accessoires intérieurs et
extérieurs, de pièces mécaniques ou électroniques
pour personnaliser le véhicule. Il peut être effectué
dans un but esthétique, sonore ou pour améliorer les
performances.
C’est bien chouette tout ça, mais ça ne nous dis pas
d’où ça vient !
Le tuning a vu le jour aux États-Unis vers les années 1930. Par la personnalisation du véhicule, les
amateurs peuvent réaliser leurs rêves les plus fous en
effectuant un changement radical nécessitant souvent
une modification notoire du véhicule.
Le tuning ne se limite pas à la modification du véhicule, il existe aussi des concours d’accélération
(«Runs»), et des concours sur les systèmes audio.
Au début le tuning n’était qu’une simple améliora- Récemment, on a vu en Europe l’émergence de contion d’une voiture puis peu à peu il a surtout con- cours de dérapage, importés du Japon, appelés Drift.
cerné la préparation du moteur des véhicules. Les
préparateurs affûtaient la mécanique en améliorant
Aux States, il existe différents types de perles performances des véhicules, tout en les gardant
sonnalisation de voitures :
utilisables dans la circulation.
Depuis maintenant plus d’une dizaine d’années,
le tuning ne concerne plus seulement la préparation
moteur ; la recherche se porte aussi sur l’apparence et
l’ajout d’équipements.
CCN news n° XII - 12 -
-Le lowrider, inventé par les Latino-Américains. Il dispose d’une
suspension hydraulique qui leur permet
de se lever et de se baisser, ainsi que de
réaliser des sauts.
-Le donk issu du sud des États-Unis dont la
caractéristique majeure est d’ajouter des
jantes et des pneus démesurés sur des
modèles de voitures moyen de gamme
des années 70 à 90, et dotées de peintures
fantaisistes.
-Le dub, une tendance de personnalisation très haut
de gamme, sur des voitures elles-mêmes
haut de gamme (SUV type Hummer) ; la
caractéristique la plus notable des voitures
dub semble les jantes souvent très voyantes,
avec des équipements intérieurs très
luxueux.
Et pour terminer, voici les miracles du tuning…
AVANT
APRES
CCN news n° XII - 13 -
Gamelle Remember
Par Taguan
Ça y est les résultats et photos du « Gamelle Trophy staff édition » sont enfin arrivés
et pour le plaisir de nos chers petits scouts, voici les principales informations que vous
pourrez également retrouver sur le site : www.gamelle.org
Mais le staff va donc une dernière fois se prendre la tête en vous demandant de bien
observer la supériorité de leur point par rapport au 2eme et 3eme du classement !!!
« PAS POUR RIRE » j’ai envie de dire !!!!!
Gamelle
1.
2.
3.
Position
Résultats Général
Total
Staff
Unité (Région)
Orientation
Postes
1
957
7023 - troupe 71ene CCN
WL071E1
630 (37)
327 (13)
2
862
7026 - Troupe des dragons
WL096E1
660 (35)
202 (9)
3
857
7018 - Troupe du Hibou
WL039E1
600 (35)
257 (10)
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
794
791
759
745
706
683
663
661
616
526
386
7022
7024
7025
7002
7005
7010
7011
7021
7003
7006
7008
WL051E2
WL090E1
WL095E2
BC086E1
BR001E1
LU016E1
RP013E1
WL051E1
BH102E1
HF004E1
LC046E1
440
430
410
490
380
430
430
320
360
240
240
354
361
349
255
326
253
233
341
256
286
-
Troupe Ungava
C-N-D
TISON ARDENT
Troupe du Jaguar
troupe scout enghien
Troupe de l’unité des 3 Vallées
Troupe Saint Géry
Troupe D’en Face
Eclair
SCOUTES DE THEUX
Troupe du Lynx
Les résultats en orientation valent aussi la peine d’être montrés
je crois !!! Donc comme dirait Guy : « Vas y José, envoi du
gros » (en
Résultats Orientation staffs
l’occurrence, Gamelle Position Résultat Staff
Username
ici dans le
1
780
7004 - Troupe Mercator
BH103E1
1.
rôle de José :
2
660
7026 - Troupe des dragons
WL096E1
3
630
7023
troupe
71ene
CCN
WL071E1
Nous)
2.
3.
(29)
(26)
(26)
(31)
(23)
(25)
(25)
(21)
(23)
(15)
(12)
(13)
(13)
(10)
(13)
(10)
(9)
(13)
(9)
(13)
Général staff
Classiques
Spéciales
non classée
20
18
17
19
18
18
18
17
4
600
7018 - Troupe du Hibou
WL039E1
2
1
3
5
490+
7002 - Troupe du Jaguar
BC086E1
7
17
14
6
490
7019 - 40ème troupe du caribou
WL040E1
non classée
18
12
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
440
430
430
430
410
390
380
360
340
320
320
240
240
210
150
150
130
10
7022
7010
7024
7011
7025
7007
7005
7003
7027
7021
7012
7006
7008
7016
7013
7015
7014
7020
WL051E2
LU016E1
WL090E1
RP013E1
WL095E2
LC029E1
BR001E1
BH102E1
WL104E2
WL051E1
RP019E1
HF004E1
LC046E1
TO006E1
RP035E1
TE019E1
SV049E2
WL042E1
4
9
5
10
6
non
8
12
non
11
non
13
14
non
non
non
non
non
17
11
16
13
13
10
10
11
10
14
9
7
10
6
9
3
7
1
12
14
10
12
13
13
13
12
12
7
10
8
6
7
3
6
3
-
Troupe Ungava
Troupe de l’unité des 3 Vallées
C-N-D
Troupe Saint Géry
TISON ARDENT
troupe de l’Aurore
troupe scout enghien
Eclair
Bobcats
Troupe D’en Face
Chevaliers Notre-Dame de Halle
SCOUTES DE THEUX
Troupe du Lynx
Les éclaireurs d’Anderlues
éclaireurs 035ième RP
Scouts de Nalinnes
Troupe 2 Saint-Sebastien
Muntjacs
classée
classée
classée
classée
classée
classée
classée
classée
CCN news n° XII - 14 -
Pour rappel, c’est en Belgique que l’on retrouve la plus grande proportion de scouts !! Les
meilleurs scouts sont donc belges. Les meilleurs staffs sont donc aussi forcément belges. Le
gamelle trophy est une épreuve pour désigner les meilleurs scouts, on l’a gagné, on est donc le
meilleur staff du monde, et Nous en conséquence les meilleurs chefs du monde !! Si ça ce n’est
pas du beau sophisme !!!
Oké oké, pardon, j’arête de me la Peter, ça ne me va pas du tout !!!
Taguan
CCN news n° XII - 15 -
Tenté par un petit test intellectuel?
Par Naja
Salut les martiens ,
Vrai ou Faux ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ? ?
1. Si vous criez pendant 8 ans, 7 mois et 6 jours, vous produirez assez d’énergie de son pour chauffer
une tasse de café. V/F
2. Si tu pètes continuellement pendant 6 ans et 9 mois, assez de gaz est produit pour créer l’énergie
d’une bombe atomique. V/F
3. Le coeur humain crée assez de pression quand il pompe le sang dans le corps pour gicler du sang à
10 mètres. V/F
4. L’orgasme d’un cochon dure 30 minutes. V/F
5. Vous dépensez 150 calories par heure en vous cognant la tête sur un mur. V/F
6. La fourmi peut soulever 50 fois son poids, tirer 30 fois son poids et tombe toujours sur son côté droit
lorsqu’elle est intoxiquée. V/F
7. Un cafard vivra 9 jours sans sa tête avant de mourir de faim. V/F
8. Le mâle de la mante religieuse ne peut pas s’accoupler pendant que sa tête est attachée à son corps.
la femelle commence l’assaut sexuel en arrachant la tête du mâle. V/F
9. Certains lions s’accouplent 50 fois par jour. V/F
10. Les papillons goûtent avec leurs pieds. V/F
11. Les éléphants sont les seuls animaux qui ne peuvent pas sauter. V/F
12. L’urine de chat brille sous la lumière noire. V/F
13. L’oeil d’une autruche est plus gros que son cerveau. V/F
14. l’étoile de mer n’a pas de cerveau. V/F
15. Les ours polaires sont gauchers. V/F
16. Les humains et les dauphins sont les seules espèces animales à avoir du sexe simplement pour le
plaisir. V/F
NAJA
CCN news n° XII - 16 -
Tout est vrai