Mémoire à télécharger - Cerig

Commentaires

Transcription

Mémoire à télécharger - Cerig
Lisa Larchères • Yohan THIBAULT • Agnès JEZEQUEL
Licence professionnelle Flux numériques, édition & production d’imprimés
Mars 2015
L’album photo
à la demande & personnalisation
Rapport de Veille Technologique
Le partage de nos meilleurs souvenirs
avec l’album photo... personnalisé !
2
Sommaire
4
I. Introduction
1• Présentation générale du contexte
2• Description
3• Problématique
5
II. Situation jusqu’aux années 2000
1• Définitions, mots clés
2• Histoire de la photo (débuts, argentique et numérique)
3• Arrivée des albums photos numériques
4• Les presses numériques et leurs vitesses/qualités
5• Le marché de la photo jusqu’aux années 2000
10
III. Situation actuelle
1• Album de nos jours
2• Le Web to Print & personnalisation
3• Qualité d’impression, délais, prix
4• Situation technique actuelle
5• Les étapes pour réaliser un album
6• Le matériel : presses, finitions
7• Comparaison des sites
8• Le marché de la photo de 2000 à aujourd’hui
9• Diagramme de Porter
10• Matrice Swot
25
IV. Évolution
1• Présentation des perspectives d’évolution technologique
2• Scénarios possibles
30
V. Conclusion
1• Conclusion
2• Bilan du projet de veille
3• Bibliographie et webographie
4• Contact
3
I. Introduction
1 • Présentation générale du contexte
L’album photo à la demande tel que nous le connaissons aujourd’hui est
apparu dans les années 2000 – 2005, lorsque des entreprises telles
que Vistaprint se sont intéressées à ce marché. C’est un marché qui a
évolué avec les techniques d’impression numérique, puisque les presses
numériques des années 2000 étaient loin de la qualité d’aujourd’hui.
Après de nombreuses formes, l’album photo à la demande est aujourd’hui
un vecteur de souvenir, un cadeau apprécié, personnalisé, et adaptable
au besoin.
Il est réalisé par le client grâce à un logiciel téléchargeable ou inclus
directement sur le site. Le client va donc placer ses photos sur le livre,
choisir la mise en page, le texte s’il veut rajouter du texte, choisir les
couleurs, les décorations … Il va aussi indiquer le papier qu’il veut, ainsi
que la reliure, et choisir la couverture. La personnalisation est avancée,
avec des possibilités différentes en fonction des logiciels.
3 • Problématique
Comment évolue l’album photo dans le temps et vers quoi mène-t-il ?
2 • Description
Un album photo est constitué d’une couverture, souvent décorée et sur
un papier épais, et contient plusieurs pages sur un papier plus fin. Le bas
et moyen de gamme sera sur un papier classique, et le haut de gamme
sur un papier photo. Il est vendu par internet, à partir de sites souvent
spécialisés dans l’impression des souvenirs.
4
L’album photo traditionnel simple
et basique
L’album photo personnalisé et de qualité
II. Situation jusqu’aux années 2000
1 • Définitions, mots clés
La photo : souvenir et objet de collection
L’album photo à la demande : c’est l’impression d’albums photos par
des imprimeurs numériques par simple demande sur un site internet. Ces
albums sont personnalisés selon les envies du client, et sont souvent en
petites quantités, voir en un seul exemplaire.
Les albums photo apparaissent sur le marché lorsque les photographies
deviennent plus abordables. Elles sont alors apparentées à des articlessouvenirs ou des objets de collection.
Français : Album, livre, impression numérique, à la demande, internet,
personnalisation, photo, couleur, délais, services, reliure, grand public,
appareil photo numérique, prix, distributeurs, e-photo, Web to Print.
Anglais : Album, book, digital printing, upon request, internet,
personalization, picture, color, time, services, bookbinding, the general
public, digital camera, price, distributors, e-photo, Web to Print, B to B
(business to business).
2 • Histoire de la photo (débuts, argentique et numérique)
L’évolution de l’album photo au fil des siècles
L’album photo comme outil de travail
Bien qu’elle ait plus de 200 ans, la photographie est une invention moderne.
Les premiers albums photo sont apparus dans les années 1830 et 1840.
Ils étaient en fait des carnets de recherche ou des livres de spécimens dans
lesquels les inventeurs conservaient leurs expériences photographiques
concluantes. Certains albums photo contiennent cependant des photos
familiales mais sont réservés à des cercles sociaux restreints.
De 1839 à 1850, le procédé photographique utilisé était le daguerréotype. Il
s’agissait de créer une image photographique sur une lampe réfléchissante.
Le premier studio de photographie ouvre ses portes à Montréal en 1856.
C’est cette même année que la carte de visite est brevetée par A.A.E
Distéri. La carte de visite est à l’époque une petite photo montée sur
carton. C’est une épreuve à l’albumine. Le format de la carte de visite est
d’abord conçu pour des portraits. La carte de visite est donc un objet de
consommation courante qui est, soit offert en personne, soit laissé au
domicile pour annoncer sa prochaine visite, soit envoyé par la Poste pour
raison sentimentale.
Plus tard, les studios de photographie produiront des cartes de visite de
célébrités telles que des acteurs, des politiciens ou même des membres
de la royauté. Ces symboles de patriotisme sont échangés avec la même
ferveur que suscitent les cartes de baseball aujourd’hui (aux USA). D’où la
nécessité d’un album photo pour les conserver. Les albums pour cartes
de visite vendus dans les magasins sont en fait des livres reliés dont les
pages sont munies de pochettes pour y glisser les cartes.
Socialement, tenir un album photo s’apparente à collectionner des
timbres ou des autographes, passe-temps très couru à l’époque. Certains,
cependant, délaissent l’album commercial au profit d’un support plus
créatif. Ce sont généralement des collectionneurs. Ils associent les
photographies à des croquis, des fleurs séchées, de la poésie, des coupures
de journaux et autres documents imprimés. Cette activité s’approche au
plus près du scrapbooking actuel. Elle est très populaire dans les années
1870-80.
5
Petit à petit, l’album photo devient l’élément distinctif des salons et des
maisons cossues. Sa couverture se fait plus élaborée. Revêtu de cuir
ou incrusté de nacre, pour ne citer que ces apparats, l’album photo est
désormais un objet décoratif. De même, il associe le côté esthétique
au côté pratique. Il sert d’aide-mémoire pour la narration des histoires
personnelles ou collectives.
Enfin, l’album photo évolue en fonction de la technologie. Les studios
photographiques commencent à produire des photos sur carton plus
grandes que les cartes de visite. On appelle cela le « format cabinet »
(15,9 x 10,8 cm). Aussi, de nouveaux albums commerciaux proposant
des pochettes pour des images des deux dimensions apparaissent sur le
marché. Cette mode de l’album photo suscite de nouvelles passions. La
photographie amateur conquiert de plus en plus de gens.
L’arrivée de la photographie amateur
A l’origine, le terme « instantané » désignait une photo prise rapidement.
Mais avec l’apparition, à la fin du XIXe siècle, des appareils à film en rouleau
comme le Kodak en 1888 suivi du Brownie en 1900, la photographie
instantanée en vient à être associée aux amateurs, qui eux préfèrent les
scènes de vie privées plutôt que les paysages ou autres photos d’art.
L’album relié n’est donc plus adapté à la quantité de plus en plus grande
de photographies que les gens conservent chez eux. Ainsi apparaît l’album
extensible. Sa couverture est en cuir souple fermée par un simple cordon.
On peut y ajouter ou y retirer des pages à volonté, des coins adhésifs
maintiennent les instantanés en place.
3 • Arrivée des albums photos numériques
Les bouleversements du numérique
2002 marque un tournant décisif dans le domaine de la photographie.
C’est cette année-là que les ventes des appareils photo numériques
dépassent celles des appareils photos argentiques.
6
En 2006, cette tendance se confirme par la chute record des chiffres
d’affaires des ventes d’appareils argentiques et accessoires associés. En
effet, sont touchés les plus grands acteurs du marché, à savoir, Kodak,
Fuji, Agfa et KonicaMinolta. A la même époque, le livre photo numérique
fait sa pleine apparition.
L’année 2009 est une année fructueuse pour le secteur de la photographie.
Poussées par de régulières innovations technologiques, les ventes
d’appareils photo sont en constante augmentation (plus de 5 millions
d’unités) malgré un secteur fortement concurrencé, une société en pleine
crise économique et des foyers largement pourvus de solutions de prise
de vue.
Une reconnexion « familiale »
D’après une étude de l’Ipsos et de l’API (Association pour la Promotion
de l’Image), l’engouement pour la photo ne cesse de croître. On parle
de « reconnexion familiale » définie par le développement de pratiques
numériques de masse où la photographie est devenue le véhicule d’une
conversation à distance par l’image. Ce phénomène se traduit par un
usage exponentiel des photos sur les réseaux sociaux. De même, on parle
de photographie « conversationnelle ».
Pour Future Laboratory, auteur d’une étude comportementale en Europe
et aux Etats-Unis, « le besoin de reconnexion de la famille numérique mis
à notre disposition via nos ordinateurs et nos mobiles pourrait expliquer
un tel phénomène qui, aujourd’hui profite au marché de la photographie ».
Un besoin d’extimité
Le terme « extimité » inventé par Jacques Lacan est un mouvement qui
pousse chacun à mettre en avant une partie de sa vie intime, autant
physique que psychique. Aussi, la mode du « storytelling », défini comme
l’art de raconter des histoires, rentre dans cette tendance sociétale. Les
individus se racontent en scénographiant leur vie. Ce phénomène serait la
conséquence du fait que « l’individu voudrait mieux ressentir la singularité
de son existence et partager son intimité avec les autres », d’après les
sociologues.
Conclusion
L’album photo est né dès l’invention de la photographie. L’engouement
pour la photo s’est petit à petit développée au fil des décennies et a connu
un boom dès lors que les premiers appareils personnels ont été vendus
au grand public.
La technologie, faisant preuve d’une avancée très rapide, suscite un attrait
pour la photo jusqu’à faire apparaître des vocations pour cet art (bon
nombre de personnes se sont mises à suivre des cours de photographie).
De plus, cette étude montre que l’album photo n’a pas toujours eu la
même fonction. D’abord carnet de recherche, puis recueil de souvenirs
familiaux, parfois objet décoratif, l’album photo est aujourd’hui le support
de diverses utilisations. Il accueille bien sûr nos souvenirs familiaux
(vacances, événements...), mais rassemble aussi nos meilleures photos
(paysages, animaux…). Certains encore, s’en servent pour faire leurs livres
de recettes personnels. Bien que souvent concurrencé par le partage de
photos en ligne, l’album photo reste un cadeau très à la mode, d’une part
parce qu’il est personnalisé et d’autre part parce qu’il touche tous les âges
et toutes les catégories sociaux professionnelles.
Voir la frise historique en annexe 1 en fin de rapport.
4 • Les presses numériques et leurs vitesses/qualités (2000)
Dans les années 2000, la qualité des presses numériques est loin de
ce que produisent les presses actuelles. Il y a eu d’énormes avancées
techniques, et à l’époque beaucoup ne croyaient pas que les presses
numériques survivraient longtemps.
Il y a tout d’abord les presses jet d’encre couleur, soit jet continu avec
une vitesse élevée mais complexe et des risques de bouchage des buses,
soit goutte à la demande qui est plus simple avec moins de risques de
buses bouchées mais une vitesse d’impression plus lente. Cependant, les
machines à jet d’encre ont une résolution de 300 dpi en général, avec la
possibilité de monter à 1600 dpi en sacrifiant la vitesse. De plus, il faut
utiliser du papier couché dont le prix élevé peut repousser un acheteur
potentiel.
Il y a aussi une presse jet d’encre couleur ou noir et blanc, la VersaMark de
Scitex Digital Printing qui imprime à haute vitesse images et textes, à 600
dpi de résolution et une vitesse de 150 m par minute. C’est une machine
à jet d’encre continu.
La technologie Xaar, spécialiste des têtes d’impression jet d’encre, a
amélioré la technologie piezo. Plusieurs sociétés en ont profité, comme
Barco Graphics et Aprion Digital, et plusieurs machines utilisent ces têtes,
avec une résolution entre 360 et 600 dpi et une vitesse d’impression
de 21 mètres par minutes pour 4 à 6 couleurs d’impression. Les encres
utilisées peuvent être des encres UV.
Les presses électrophotographiques utilisent du toner et sont destinés à
de très courts tirages (jusqu’à 500 ex). La résolution est comprise entre
400 et 600 dpi, avec une vitesse comprise entre 7 et 40 exemplaires à la
minute en fonction des machines.
Il y a ensuite les presses indigo qui utilisent des encres liquides avec un
procédé laser. Il y en a plusieurs adaptations, de 1 à 7 couleurs, avec entre
34 et 272 pages par minute ou entre 16 et 64 mètres par minute.
Jet d’encre couleur
Jet d’encre piezo 4/6 couleurs
Vitesse
Résolution
Vitesse
Résolution
100 à 150 m/min
300 à 600 dpi
21 m/min
360 à 600 dpi
Electophotographie
Indigo laser
Vitesse
Résolution
Vitesse
Résolution
7 à 40 A4/min
400 à 600 dpi
34 à 272 A4/min
NC
7
5 • Le marché de la photo jusqu’aux années 2000
L’arrivée du numérique en France
Depuis que la photo existe, l’album photo est le support évident pour
assembler les souvenirs. Mais le numérique en a changé l’aspect et parfois
l’utilisation. Surfant sur la vente massive des appareils photo numériques,
Photobox a été un des premiers à lancer l’album photo en ligne en 1999.
Depuis 2002, la société imprime aujourd’hui deux millions d’exemplaires
par an.
Même si l’album photo existe depuis des décennies, son acquisition ne
se sera jamais autant démocratisée que depuis l’arrivée des appareils
photo numériques destinés au grand public. Certes, les albums photo
« d’avant-numérique » étaient des recueils de souvenirs mais l’album photo
à la demande apporte une nouvelle dimension à ce support : l’aspect
esthétique d’un livre acheté en librairie et la fonction « cadeau » qui pris
beaucoup d’ampleur ces dernières années.
Jusqu’en l’an 2000, les achats d’appareils photo numériques poursuivent
leur progression, portés par les ventes de micro-ordinateurs et les nouveaux
besoins multimédia et Internet.
De plus, le numérique a très vite rencontré un vif succès dès sa
commercialisation. Prenons pour exemple l’évolution des ventes
d’appareils photo numériques de 1996 à 1998 en France. En l’espace de
deux ans seulement, les ventes sont passées de 14 000 unités vendues
en 1996 à 80 000 en 1998.
Cependant, avant les années 2000, le prix des appareils photo numériques
reste encore un obstacle. Les foyers, en majorité équipés en argentique,
ne peuvent se l’offrir.
Évolution des
ventes des
appareils photo
numériques de
1996 à 1998 Source Sipec Fev.
1999
8
Suite à cette croissance exponentielle des ventes, on peut dire que la
France a vite rattrapé son retard par rapport à ses voisins allemands et
anglais qui étaient déjà bien équipés avant cette année-ci.
Les nouvelles fonctionnalités de ces appareils, l’élargissement de la
gamme produit et la praticité de l’objet comparé aux appareils photo
argentiques, renforcent l’engouement des consommateurs pour ce produit
très attractif.
En plus d’être le compagnon de tous les bons souvenirs, l’appareil photo
numérique est aussi un outil de travail très apprécié. Dans plusieurs corps
de métier (et pas seulement ceux de l’image), les photos numériques sont
utilisées.
Force est de constater que l’ère du numérique a donc marqué la vie de
l’album photo. En effet, avant la révolution du numérique, les albums photo
étaient de simples reliures en plastique qui contenaient des pochettes pour
y glisser les photos tout juste sorties du laboratoire de développement.
Le livre photo à la demande n’a finalement plus beaucoup de points
communs avec l’album photo d’antan, du moins visuellement parlant.
De même que l’argentique était intrinsèquement lié au marché du tirage
photo, le numérique lui, a donné naissance au marché de l’album photo
à la demande.
Donc les types de marchés des années antérieures à 2000 se définissent
plus sur les types d’appareils photo vendus et la technologie utilisée que
sur les albums photo.
Les années transition argentique/numérique (1998 à 2000)
Les années 1998 et 1999, les ventes des appareils photo décollent. Les
parts de marché se répartissent entre les différents types d’appareils, les
différentes marques et les différentes technologies.
En 1998, les Compacts prennent une grosse partie du marché avec 58%,
suivis par les Compacts APS avec 29%, puis les Reflex 12% et enfin les
Reflex APS 1% seulement.
Les Compacts ont donc le vent en poupe ! Avec 87% des ventes en 1998,
les Compacts APS et 24x36 affichent une progression de 3%. Les gammes
des appareils photo APS évoluent, l’offre aux consommateurs en est plus
importante.
Marché des appareils photo
24x36 et APS en 1998 –
Source Sipec Fev.1998
En un an, le marché progresse d’environ 14% en 1999 par rapport à
l’année précédente. En effet, 2.6 millions d’appareils photo sont vendus
tous types confondus. La part des Compacts APS et 24x36 représente à
elle seule 82%.
Les Reflex touchent plus particulièrement les « amateurs avertis » avec
11% distançant de peu les appareils photos numériques qui représentent
à l’époque 7% du marché en quantité.
Les services associés au marché de la photo
En l’an 2000, l’argentique reste la référence en matière d’appareils
photo bien que ses chiffres soient en recul par rapport à l’année 1999.
Cependant, ils restent stables par rapport à l’année 1998. Le nombre
d’appareils photo de toute sorte est de 2 200 000 dont 36% de Compacts.
Répartition des appareils photo en
France en 1999 – Source Sipec Fev.
1998
Le numérique, quant à lui, connaît une progression fulgurante en l’espace
de quelques années. Avec plus de 85% en quantité et 99% en valeur,
la vente des appareils photo numériques évoluent en même temps que
l’acquisition en informatique des ménages et leur attrait pour les nouvelles
technologies.
Bien qu’encore loin derrière avec 3% contre 97% pour l’argentique, le
numérique avance progressivement mais sûrement vers la conquête du
marché.
Les métiers de la photographie et de l’image n’en sont pas encore affectés.
Pour les photographes professionnels par exemple, le numérique est un
complément moderne de l’argentique bien qu’en 2005, certains y restent
encore réfractaires, prétendant que la qualité du numérique ne rend pas
tout le côté artistique de la photo.
C’est autour des années 2000 que l’on voit apparaître une évolution chez
les minilabs que l’on qualifiera désormais de minilabs numériques. Avec
un chiffre d’affaires de 61 millions d’euros soit 400 millions de francs, les
Minilabs affichent une croissance record de 50% en valeur. Stimulés par
l’essor des nouvelles technologies, leur activité est consacrée à moitié au
numérique. Le chiffre d’affaires de l’activité travaux photo est estimé à
1,68 milliards d’euros soit 11 milliards de francs.
Les nouvelles technologies offrent un potentiel inédit de services liés à la
photo. Les minilabs proposent des tirages de carte-mémoire, des gravures
de CD-Rom, de l’intégration de texte (pratique infaisable sur des photos
argentiques), de la retouche d’image, etc. De plus, la qualité des résultats
obtenus donne entière satisfaction à la clientèle.
9
III. Situation actuelle
1 • L’album de nos jours
Grâce à la personnalisation le grand public peut réaliser son album sur
internet simplement. Les commandes d’albums photos viennent pour
la quasi-totalité d’internet (90 %). La moitié des albums à la demande
sont réalisés pour faire un cadeau. Les particuliers sont de plus en
plus nombreux à faire des commandes d’albums photos. La production
personnalisée est bien présente aujourd’hui. 72% de toutes les imprimeries
de labeur interrogées dans le monde entier offrent déjà, des services
d’impression de données variables. Aujourd’hui, les commandes d’albums
photo ne cessent d’augmenter entraînant derrière elles une légère baisse
du tirage photo. La croissance constante que connaît ce secteur repose
principalement sur la montée en puissance du marché de l’album photo
personnalisé.
Le client peut donc personnaliser son livre
photo avec son texte et ses photos. L’album
photo est aujourd’hui plus qu’une tendance,
que ce soit pour les petites ou grandes
occasions (naissance, mariage, vacances,
anniversaire, événements...). Le particulier souhaite avant tout faire plaisir
et partager en famille ou entre amis des souvenirs.
La plupart des sites Web proposent l’album photo en différents formats
(format poche, format carré, format paysage, grand format...) et à tous les
prix. Du petit album photo classique à 12 € au prestigieux album photo
avec une couverture rigide, du vernis sélectif, etc. Le client a donc le choix
et peut vite se perdre par les nombreux sites Web avec des prix toujours
très attractif.
Aujourd’hui de plus en plus de sites Web se diversifient en élargissant leur
gamme de produits. Il possible maintenait d’avoir sa photo sur différents
objets (mug, coque de téléphone, tee-shirts, porte-clé, etc.). C’est la
10
grande tendance aujourd’hui, c’est un cadeau personnalisé et original
que le particulier souhaite avant tout offrir, même si ce marché est en
constante progression, l’album photo reste le principale produit phare des
sites Web de vente en ligne. La personnalisation est donc le point fort pour
faire vendre. Chaque album photo est unique pour chaque client.
Les promotions sont aussi nombreuses pour fidéliser le client avec l’envoi
de e-mailing. Le client peut être vite perdu dans le choix de son site Web
pour créer son album photo car la concurrence est rude dû fait qu’il existe
sur internet des centaines de sites proposant ce type de prestation. C’est
pourquoi quelques sites font des tests afin de connaître le meilleur site
Web selon plusieurs critères : prix, types de personnalisation, rapport
qualité/prix, délais, etc. Voir la partie comparaison des sites pour mieux
comprendre.
La personnalisation sur objet est un cadeau
de plus en plus fréquent : le site photobox
propose un large choix de personnalisation
d’objets : tableau, mug, coque de téléphone,
tee-shirt, montre, bijoux, puzzle, coussin,
tapis de souris, magnet sans oublier l’album
photo ou encore le calendrier qui reste
indémodable.
2 • Le Web to Print & personnalisation
Il existe 3 méthodes pour la création de son album :
De nombreux sites internet proposent des logiciels
pour créer son album. Selon le site Web, la
personnalisation de son album se fait soit via directement le site Web soit
via un logiciel à télécharger à partir du site. Le transfert du fichier de la
commande s’effectue à partir du site Web (principe du Web to Print).
1 • La solution la plus simple est l’intégration automatique, souvent
appelée « assistant de création » ou « éditeur automatique ». C’est simple,
rapide et ajustable.
Cet assistant fonctionne de deux manières selon les services. La plus
directe est la sélection des photos que le client souhaite imprimer. Le
logiciel s’occupe de les répartir entre les pages de l’album. Les autres
éditeurs automatiques créeront le livre photo et les emplacements vierges
laissant l’utilisateur placer ses photos dans les cases souhaitées.
Le client peut donc personnaliser son
album photo à son souhait. De nombreux
outils de personnalisation sont mis à
disposition grâce au logiciel de l’entreprise
pour faciliter la création de son album. La
plupart des logiciels proposent une liste de
choix de mises en page, cliparts, thèmes
pour que le client n’a plus qu’à insérer ses
photos et ses légendes. Par exemple, pour
un livre photo pour enfant, il existe des thèmes aux couleurs de Disney,
du Petit Prince ou encore du Petit Nicolas. Les thèmes sont nombreux :
mariages, vacances, naissance, etc.
Comme les livres photos sont souvent faits à l’occasion d’événements
particuliers les éditeurs d’albums ont eu l’idée de mettre à la disposition
des utilisateurs des livres pré-formatés. Que ce soit par leurs couleurs, les
arrière-plans choisis ou leur forme, ils facilitent la création d’un livre photo
en fournissant une structure clé en main. Le plus souvent, il n’y a plus qu’à
placer les bonnes photos aux bons endroits pour se retrouver avec un livre
réussi.
Les logiciels pour la création d’album photo sont pour la plupart faciles
d’utilisation. Généralement le site Web explique très clairement comment
l’utiliser. L’inconvénient de la personnalisation est donc que le client doit
prendre du temps pour le créer : sélection des photos, saisie du texte, etc.
Même pour réaliser les plus beaux albums photo, il n’y a pas besoin d’avoir
des notions de photo, d’imagerie ou encore de retouches. Quelque soit le
site utilisé, la création est accessible à tous.
2 • La deuxième méthode c’est la page blanche. C’est au client de décider
où les photos et les textes seront placés et comment il souhaite les mettre
en valeur (cadre, effets, contours, relief). A moins d’avoir recours aux
mises en pages proposées par les différents services. Cette solution est
simple car on prend le logiciel en main rapidement et on comprend assez
vite ses subtilités. Et si on est un peu perdu, tous les services mettent à
disposition des tutoriels (vidéo), des aides à la création et pour certains
des modèles à suivre pour faire son propre livre photo.
3 • La dernière méthode est celle qui prend le plus de temps mais c’est
celle qui offre le plus de liberté. C’est le service de création photo. Cewe
en est un exemple. Le service a des équipes de spécialistes capables de
créer des albums sur mesure, selon les envies et les critères des clients.
Les outils d’aide à la création :
• La qualité d’image : pour éviter d’avoir une mauvaise surprise à
la réception de votre livre, une partie des sites indique la qualité de la
photo en temps réel. Si celle-ci n’est pas assez bonne pour un tirage
(trop agrandie par exemple), une alerte visuelle vous l’indiquera.
• Les doublons : à l’exception de MyFujifilm, tous les services ont un outil
qui permet de voir quand une image a déjà été utilisée. Ainsi on évite
d’utiliser deux fois la même photo.
11
• Mise en page : de petits outils comme l’alignement intelligent ou le
centrage de la photo aident à harmoniser la disposition des photos sur la
page.
•Retouches : une partie des éditeurs de livres photo permet de traiter les
images. Les plus basiques se limitent à une correction automatique, les
plus poussés jouent avec la luminosité, le contraste ou la netteté.
Tous utilisent un outil de création assez aisé à prendre en main et des
fonctions plus ou moins équivalentes. Néanmoins le prix du livre varie
d’un site à l’autre, allant de 29,90 euros à 38 euros, frais de port compris.
D’ailleurs, les frais de port sont une donnée à prendre en compte lorsque
le client commande un livre photo car ils peuvent beaucoup faire varier le
prix. Gratuits chez Myfujifilm, ils dépassent les 7 € chez monalbumphoto
et Photoservice, soit environ 20 % du prix total.
La personnalisation :
Il n’y a presque pas de limite à la personnalisation des albums photos :
nombre de pages, disposition des photos, incrustation de texte, de cliparts
et même de QR codes renvoyant vers des vidéos, en théorie tout est
possible.
C’est Cewe qui offre le plus d’options et de liberté dans la personnalisation
de ses albums photo, suivi de près par Photobox et Albelli. Blurb est aussi
très complet mais demande de maîtriser son logiciel le plus difficile. À
l’opposé Photoservice et Monalbumphoto ont des progrès à faire, même
si les options qu’ils fournissent suffiront pour la plupart des utilisateurs.
3 • Qualité d’impression, délais, prix
Le prix :
Le prix d’un livre photo peut varier énormément. D’une dizaine à
plusieurs centaines d’euros en fonction du nombre de page, du
format, du type de papier, etc. L’album photo le plus vendu est
un livre photo au format A4 paysage, 24 ou 26 pages en moyenne, pour un
prix qui varie entre 20 et 30 €.
12
Les réductions :
Le secteur du livre photo en ligne est ultra concurrentiel. Pour attirer plus
de clients les différents services se livrent une guerre à coup de promos.
Les réductions peuvent varier de -10% à -70% et certains proposent même
des livres gratuits (à la pagination et au format limités).
Les services proposent un tarif dégressif en fonction du nombre d’albums
commandés. Là aussi les différences existent. Le tarif dégressif s’applique
dès le deuxième livre pour Photoweb et Photoservice, par exemple, alors
qu’il faut commander au moins 10 livres chez Cewe pour avoir une
réduction de prix.
Qualité d’impression :
De nombreux sites Web comparent la qualité d’impression de plusieurs
concurrents. C’est un critère de sélection important pour le particulier. Car,
la qualité des tirages n’est pas forcément égale chez tous les prestataires
comme les prix.
De façon générale, le tirage des albums photos sur presse numérique a
une qualité d’impression proche de l’offset. On remarque une évolution
dans la qualité des livres photos, avec un beau papier et une impression
proche des livres d’art pour une personne qui est prêt à y mettre le prix.
Choix du prestataire :
Chaque prestataire possède des atouts qui dépendent des besoins, de la
maîtrise et du temps à consacrer à la création d’un livre. Le choix du client
doit se faire en tenant compte de ses exigences et compétences.
Délais :
Le délai est très court car il y a très peu d’exemplaires à
faire. De plus en plus de monde est attiré par l’album photo
à la demande, et c’est une course aux délais minimes. En
moyenne, il faut compter 2 à 5 jours de fabrication et un délai de 1 à
3 jours de livraison selon le choix de livraison du client (envoi simple,
Colissimo, Chronopost...). On peut donc attendre seulement une semaine
pour recevoir notre album photo.
Conclusion :
De plus en plus aujourd’hui, l’impression numérique de photo à l’unité
laisse place à la demande toujours plus forte d’albums photos. Mais dans
un avenir proche l’objet photo personnalisé gagnera rapidement l’album
photo.
stockées dans un ordinateur. Le tirage photo diminue, une baisse de près
de 100 millions d’euros entre 2006 et 2009. Faisant de la concurrence,
des cadres photos numériques sont apparus, ainsi que des sites de
partage en ligne et plateformes sociales. Pour l’impression, les albums
numériques imprimés ont fait leur apparition et sont intéressants.
4 • Situation technique actuelle
De plus la création d’un album photo peut prendre beaucoup de temps.
Actuellement le marché de l’album photo est en croissance, alors que les
tirages photos sont en forte baisse. Sans surprise, le volume de tirages
numériques continue de décliner doucement, à environ - 10 % par an depuis
2011 (d’après les données Future Source Consulting). Les consommateurs
se reportent sur les albums personnalisés pour les photos patrimoniales
ou le partage en ligne pour leurs photos créatives ou sociales.
Le marché des objets photo personnalisés progresse fortement, la
facilité d’impression numérique sur tout support permet l’introduction de
nombreux nouveaux produits en fonction des tendances du marché et des
saisons (textiles, objets de bureaux, sacs, mugs…).
Ce marketing de l’offre capte l’attention des consommateurs et génère
des achats d’impulsion, essentiellement via les sites de services en ligne.
La coproduction par le client est un élément déterminant du succès,
permettant la personnalisation avec un effet de gratification personnelle et
ludique pour le consommateur. Les prévisions de Future Source Consulting
sont très favorables à moyen terme sur ce marché qui se développe sans
bruit, mais qui pèse cependant 2/3 du chiffre d’affaires du marché des
albums photo.
Quelques
chiffres
importants
Albums photo personnalisés :
L’évolution des modes de fabrication aura permis aux acteurs de ce marché
d’étendre l’offre autant vers le livre photographique haut de gamme que
vers l’album minute réalisé sur borne automatique.
La croissance de 27 % en 2011 (données Future Source Consulting) en
valeur atteste que le rythme de l’innovation permet un bon maintien de la
valeur et, comme pour les objets photo, de jouer la carte d’un marketing
offensif.
Aujourd’hui, il y a un renforcement sensible des parts de marché des sites
de services en ligne. 90 % des commandes d’albums photo se réalise en
ligne et la réception se fait par un retour postal.
La photographie est importante pour les Français, mais même si nous
avons de plus en plus de photos numériques, elles sont bien souvent
13
5 • Les étapes pour réaliser un album
La fabrication d’un livre-photo résulte d’un processus compliqué.
Voici les 7 étapes clés de sa fabrication.
1•L’impression
Après avoir subi un tri informatique en
fonction de plusieurs critères (urgence,
format…), les commandes sont dirigées
vers des imprimantes HP Indigo (l'une des
presses les plus utilisées pour l'impression
d'album photo). Le papier, stocké sous la
forme de rouleaux, est imprimé en recto verso en l’espace de quelques
secondes, grâce à une technologie basée sur un mélange de jet d’encre
et d’électrostatique.
2•Le découpage
Une fois imprimées, les pages sont découpées
une par une, puis réunies sous la forme de livret.
3•La reliure
Des pages de garde sont disposées de part et
d’autre du livret avant que le dos ne soit encollé.
La quantité de colle est régulièrement ajustée en
fonction de l’hygrométrie. Le livret circule ensuite
dans un séchoir avant d’être massicoté.
4•La création de la couverture
Pendant ce temps, la photo de couverture est imprimée
puis collée sur du carton préalablement coupé à la
bonne taille. Détail important : les couvertures doivent
impérativement être rangées dans le même ordre que
les livrets. En cas d’erreur, elles sont replacées à la main.
14
5•L’emboîtage
Une machine relie chaque livret à sa
couverture. Les pages de garde sont collées
sur la face interne de cette dernière. Le tout
est emboîté et rainé pour créer la charnière.
Une imprécision et le livre risque de mal
s’ouvrir ou les feuilles de se détacher.
6•Le contrôle qualité
Chaque livre passe entre les mains d’un contrôleurqualité qui élimine les traces de doigts et de colle,
vérifie une dernière fois la qualité d’impression et, le
cas échéant, ajoute des options (étui ou autre). La
lecture d’une puce RFID préalablement insérée sous
la couverture lui permet de s’assurer que celle-ci est
associée au bon livret. Les livres issus d’une commande
multiple sont mis de côté.
7•L’emballage et l’expédition
Chaque livre est ensaché individuellement puis placé
dans un carton soigneusement scellé. Les colis sont
triés mécaniquement en fonction de leur destination.
6 • Le matériel : presses, finitions
L’impression des albums photos est réalisée sur une presse numérique.
L’impression numérique
Avantages
Inconvénients
Tirages à la demande, gestion des Consommables numériques plus
travaux via Internet (Web to Print), chers que consommables offset,
délais très courts, économique,
donc coût plus important de
très grande gamme de supports,
l’impression, qualité moindre de la
pas de stock.
fabrication du livre.
L’impression est réalisée sur des systèmes d’impression numérique
couleur. Plusieurs types de machines sont utilisés pour la fabrication : les
NexPress de Kodak, les HP Indigo, etc.
Les presses numériques HP Indigo :
Ces presses permettent donc de réaliser de la quadrichromie Recto/Verso
à partir de photos numériques, avec un rendu similaire à l’offset.
Il existe plusieurs types HP Indigo :
HP Indigo 5500 (exemples : Photoweb, Carteland, PhotoBox) :
Cette presse est utilisée pour la production de gros volumes, de petites
séries et de documents richement imagés, notamment pour la production
industriel de masse de marchandises photos telles que des livres de
photos, des calendriers et des cartes de vœux.
• Technologie d’électrophotographie
• Format : 330 mm x 483 mm
• Couleur : Jusqu’à sept couleurs
• Qualité d’impression élevée
• Vitesse: Jusqu’à 68 pages par minute en mode 4 couleurs
HP Indigo 10000 (exemple : Mon Album Photo) :
Mon Album Photo, spécialisée dans la vente et
la fabrication d’albums photos, a mis en 2014
en production une presse HP Indigo 10000.
Cette machine, qui se caractérise par son
format B2, est la deuxième de ce type à être
installée en France. L’arrivée de la presse HP 10000 permet à Mon Album
Photo de proposer à ses clients de nouveaux produits parmi lesquels
des livres à plat en format 30x30 cm et des livres A4 à l’italienne avec
couverture rigide.
HP Indigo WS6600p :
La presse numérique HP Indigo WS6600p permet aux laboratoires
professionnels et grand public de remplacer leurs systèmes de production
traditionnels de portraits. Cette presse
permet également étendre l’offre
en proposant différents produits
photographiques, notamment des
livres à reliure plate, des couvertures
de livre et des calendriers. L’impression est en continue (en bobine) La
qualité photo est très professionnel. Vitesse : 30 mètres par minute (en
4 couleurs).
La presse numérique NexPress XS de Kodak (exemple : e-center) :
Une haute qualité d’image. Presse utilisée pour
l’impression de photos. Moteur d’impression 5
couleurs. Presse à feuilles. Elle offre une qualité
d’image photographique, au-delà de la qualité
offset.
La presse numérique Xerox Color 800/1000 :
Les presses Xerox Color 800/1000 offrent
une qualité image nette, précise et contrôlée
numériquement.
Les presses Xerox proposent un spectre
colorimétrique encore plus étendu, capable de produire des images
éclatantes qui attirent et qui retiennent l’attention. Imprimant à la vitesse
nominale de 80 ou 100 pages par minute quel que soit le grammage.
Xerox qui indique qu’avec leurs presses on peut imprimer de la photo haute
résolution, et donc faire des albums photos, des cartes, des calendriers,
ainsi qu’augmenter ses bénéfices et répondre aux besoins des clients.
iGen 150 (Xerox) :
Le spectrophotomètre en ligne
intégré produit plus rapidement
une couleur plus exacte, plus
stable dans le temps. Vitesse :
150 impressions A4 par minute.
Technologie : Xérographie de presse couleur numérique.
15
Jet Press 720 (Fujifilm) :
La Jet Press 720S est le nec plus
ultra de l’impression jet d’encre.
Elle combine des têtes jet d’encre
de dernière génération, les derniers développements en matière de
formulation d’encre et le meilleur des presses du marché. Le format B2
répond également aux attentes de nombreux professionnels.
DreamLabo 5000 (Canon) :
Imprimante photo jet d’encre Canon destinée
à la production qui constitue la nouvelle
alternative à la technologie argentique
conventionnelle, permettant de produire une
large gamme de travaux photo de première
qualité. Technologie de tête d’impression FINE pour un positionnement de
l’encre précis et rapide
Finition :
JETvarnish 3D (MGI) avec vernis sélectif en relief en 3D :
JETvarnish 3D est conçue pour traiter les
impressions issues du numérique et de
l’offset jusqu’au format 52x105 cm. C’est
la solution idéale pour des séries de 1 à
plusieurs milliers d’exemplaires. JETvarnish 3D est principalement utilisée
pour produire des couvertures de livres, des cartes d’invitation et de visite,
des brochures et des packagings. Grande qualité du vernis sélectif avec ou
sans effet relief 3D. Cette technologie permet de sublimer l’album photo
mais à un coût réservé aux personnes souhaitant un album photo de luxe.
Le vernis sélectif 3D se met généralement sur la couverture de l’album.
Il existe de nombreuses presses numériques qui permettent toujours plus
d’avoir une qualité de l’image nette et précise. Il y a également de plus en
plus de possibilités de personnalisation avec les presses numériques. Il
existe des presses à feuilles et en bobine. Les presses avec bobines ont
un rendement beaucoup plus important que les presses à feuilles.
16
Pour la finition des albums photos, le matériel est celui d’une imprimerie
classique (emboîteuse, couseuse, dos carré collé, couverturière,
pelliculeuse...). Les presses numériques HP Indigo sont les presses les
plus utilisées par les vendeurs d’albums photos car c’est une presse qui
possède de nombreux atouts (qualité, données variables, productivité...).
HP est le leader mondial et français des presses de
production avec une gamme qui couvre désormais les
formats classiques SRA3+ et le format B2. Ces presses sont
utilisées dans un très large registre d’applications incluant
l’impression de labeur, de ville, les albums photos et produits photo dérivés,
le marketing direct, les livres, les magazines mais aussi l’impression sur
des supports spéciaux : calques, supports repositionnables, supports
plastifiés, synthétiques, à fort grammage etc. la presse HP Indigo couvre
donc un large marché de l’impression à la demande.
En 2006, quelque sept millions d’albums photo et de calendriers ont été
imprimés sur des presses HP Indigo dans le monde entier. Aujourd’hui,
tandis que les consommateurs découvrent une nouvelle façon d’imprimer
et de partager leurs images numériques, la demande de produits photo
continue de monter en flèche.
En Europe, de plus en plus de laboratoires photo ou de fournisseurs de
services photo en ligne font la promotion des produits photo personnalisés.
Les consommateurs sont ainsi mieux informés de l’existence de ces
produits, ce qui favorise la demande.
Aujourd’hui, HP estime qu’au moins trois albums photo “grand public” sur
quatre en Europe sont imprimés au moyen de la technologie HP Indigo,
et reliés à l’aide des équipements de production d’ouvrages existants.
En outre, ces presses numériques peuvent produire des calendriers, des
agendas, des cartes de vœux et d’autres produits imprimés en numérique
d’une qualité exceptionnelle.
Son succès repose sur la qualité offset unique sur le marché numérique
associée à la richesse des médias sur lesquels elle est capable d’imprimer.
HP propose un matériel à un prix compétitif. A titre de comparaison, la HP
Indigo 5000 affiche un prix de vente de 395 000 euros, la HP Indigo 3050
est vendue à 270 000 euros, soit les deux tiers du prix de la 5000.
7 • Comparaison des sites
Voici le tableau comparatif de quelques entreprises de création d’album
photo à la demande. Les entreprises se différencient parfois dans le type
d’objet qu’elles fabriquent (exemple : Pixum, peu connu, fait des gourdes
métallisées imprimées, des jeux, des horloges…).
Ce tableau comparatif démontre que la plupart des sociétés proposent
des objets personnalisés. Peu se concentrent sur le livre photo comme
Monalbumphoto.fr, pourtant très connu. Il semblerait que les objets
personnalisés soient une des conditions pour survivre sur ce marché en
Bon rapport Qualité / Prix
pleine croissance et au développement technologique très rapide.
Les objets personnalisés représentent un marché important car, pour
plusieurs sociétés, le type d’objets proposés est très diversifié et certaines
n’hésitent pas à jouer sur l’originalité (impression sur des oreillers par
exemple) pour se démarquer des concurrents qui proposent des objets
plus basiques (ex : les mugs). Nous constatons aussi que la plupart des
sociétés ont commencé dans les années 2000, période phare de l’album
photo. Les sociétés qui existent depuis plus de 50 ans, n’ont évidemment
pas commencé par l’album photo et proposait du simple tirage photo à
l’heure de l’argentique.
Moyen rapport Qualité / Prix
Médiocre rapport Qualité / Prix
Date de
création
Objets
personnalisés
Services aux
entreprises ?
Oui / Non
Rapport
Qualité / Prix
Utilitaire
de création
Observations
Vistaprint
1963
Oui
Oui
Bon
Logiciel et en ligne
RAS
Myfujifilm
1987
Oui
Non
Bon
Logiciel
RAS
Pixum
2000
Oui
NC
Bon
Logiciel
RAS
NC
Oui
Non
Bon
Logiciel
Appartient à Cewe
Cewe
1982
Non
Non
Bon
Logiciel
Formation de création en ligne
Photobox
1999
Oui (très diversifié)
Non
Moyen
En ligne
RAS
Smartphoto
1988
Oui
Non
Moyen
Logiciel
Logiciel Microsoft silverlight
Flexilivre
2013
Non
Non
Moyen
En ligne
RAS
Spapfish
2007 en France
Oui
Non
Moyen
En ligne
Objets personnalisés : juste mug
Myphotobook
2004 à Berlin
Oui
Non
Moyen
Logiciel
Juste poster et toile
Dreambooks
NC
Oui
Non
Médiocre
Logiciel
Objets personnalisés très diversifié
Monalbumphoto
2004
Non
Non
Médiocre
Logiciel
Pèle mêle photo
Photoweb
1999
Oui
Non
Médiocre
En ligne
Objets photos très diversifié
Environ 1985
Oui
Non
Médiocre
En ligne
RAS
Nom société
Leaderphoto
Photoservice
17
Les sites d’album photo à la demande se valent-ils tous ?
Les sites proposant la fabrication d’album photo en ligne fleurissent sur la
toile. Si dans les années 2000, certains amorçaient le concept en faisant
leur première apparition en ligne, ils sont aujourd’hui des centaines à
vendre ce type de services. D’après une étude réalisée en septembre
2014 par le magazine Que Choisir, certaines sociétés, à savoir Vistaprint,
Myfujifilm, Pixum, Leaderphoto, Cewe, se démarquent par leur qualité de
service et leurs produits mais aussi par le rapport qualité-prix proposé.
La plupart ont pour clients des particuliers. Seul Vistaprint a choisi de
viser aussi les entreprises en leur proposant de créer et d’héberger un
site internet, de fabriquer des objets publicitaires comme des stylos, teeshirts, flyers, cartes postales publicitaires, et autres supports marketing.
Profitant du succès de l’album photo, ces sites vendent pour la plupart
des objets photo personnalisés. Monalbumphoto.fr, pourtant très connu
grâce à ses spots télévisuels, a choisi de se focaliser sur l’album photo
sans passer par l’impression objet (seuls les calendriers, les impressions
sur toile et plaques en métal y sont proposés).
A contrario, d’autres peu connus tel que Pixum a grandement développé
sa gamme « objets photo » en jouant sur l’originalité des produits. En effet,
Pixum vend des gourdes métalliques personnalisées, des jeux de société,
des horloges, etc. Autant d’objets absents sur les autres sites.
Cela confirme le fait que, si l’album photo représente un marché
extrêmement porteur aujourd’hui, l’objet photo, lui, représente un marché
très prometteur.
Les sociétés qui ont plus de 50 ans (donc quand la photo en était encore
à l’argentique) ; ne proposaient bien sûr pas des albums photo à la
demande. Leur principale activité était le tirage photo à prix attractifs et
inférieurs à ceux pratiqués dans les studios de photographie.
Dès l’apparition du numérique, ils ont fait évoluer leur services par l’album
photo personnalisé, les calendriers et tous les services qui y sont associés.
Une évolution qui s’avérait vitale tant l’explosion des ventes des appareils
photo numériques avait fait chuter le marché du tirage photo.
18
Il faut noter aussi la praticité des fonctionnalités du site. Pour réaliser son
album-photo, deux options sont possibles : télécharger un logiciel ou le
faire directement en ligne. Certains sites proposent les deux options. L’une
ou l’autre des solutions n’est pas supérieure à l’autre. Cela dépend de
l’utilisateur. Certains hésiteront à télécharger un programme sur leur PC
bien que celui-ci permette plus d’options de création. D’autres préfèrent
la création en ligne qui fait appel à une application intégrée au site.
Cependant, en cas de problème de connexion, l’utilisateur doit s’attendre
à quelques problèmes dans la réalisation de son livre.
Quoi qu’il en soit, le site doit être performant pour ne pas décourager le
client. En effet, qu’on adopte une méthode ou une autre, la réalisation
d’un album photo est en général assez longue.
8 • Le marché de la photo de 2000 à aujourd’hui
La conjonction entre le marché des nouvelles technologies et le secteur de
l’information donne un nouvel essor au marché de la photographie.
La photo, allant au-delà du simple souvenir, fait partie intégrante de la
vie quotidienne des consommateurs en particulier avec l’utilisation
des smartphones (que l’on a toujours a porté de main) et les réseaux
sociaux sur lesquels l’on fait circuler les photos, on découvre une nouvelle
utilisation de l’image comme vecteur d’un nouveau système de langage et
de transmission d’information.
Année 2000 : Le numérique fait place à de nouvelles opportunités
L’an 2000 a marqué un tournant dans le domaine de la photo. Les nouvelles
technologies du numérique séduisent le consommateur et dynamisent le
marché de la photographie, ce qui laisse supposer des perspectives de
croissance phénoménales. Le livre photo en ligne émerge avec quelques
pure players* tels que Photobox, Pixum ou Photoweb mais il n’est pas
encore très connu du grand public.
Que ce soit pour la cible grand public ou professionnels, la photographie
correspond à quatre besoins fondamentaux : la création, la mémoire,
l’information et le divertissement.
*Entreprise ayant démarré et exerçant dans un secteur d’activité unique
L’avènement d’Internet fait connaître la photo facilement partageable
et les réseaux hertziens haut débit s’avèreront par la suite favorables
au développement du marché de l’image. Les services de stockage,
de partage et de traitement de l’image (dont l’album photo) sont les
nouvelles valeurs montantes. Déjà appliqués en usage professionnel, ils
commencent à toucher le grand public.
Le marché des appareils photo est en croissance de 15 %. En ce qui
concerne les appareils numériques, leurs ventes montent en flèche pour
atteindre une hausse de 99 %. L’argentique reste la référence en matière
de photo. Un des supports incontournables de la photo est le film. Le
numérique n’affecte pas encore le marché du tirage photo qui affiche
cette année-là une hausse de + 2.3 %.
Les travaux photo qui avaient connu une forte croissance en 1999 restent
stables en 2000. Le film et le papier photo ne sont plus les seuls supports
pour conserver ses photos. Les CD-Rom sont très demandés. En effet, ils
apportent les avantages du numérique : partage, retouches, ajout de texte
mais aussi de facilité de classement tout en permettant de réaliser des
tirages photos. Les minilabs se diversifient et proposent autant de travaux
photo argentiques que numériques. Ils préparent peu à peu le marché du
numérique on-line. A cette époque, 25 % des foyers sont équipés d’un PC.
On parlera alors du boom des minilabs numériques. L’an 2000 marquera
l’arrivée massive des nouvelles générations de minilabs. Leur succès
provient du fait qu’ils offrent un service de proximité à tous les possesseurs
d’appareil photo numériques tout en conservant un service adapté aux
possesseurs d’appareils argentiques. Ces minilabs sont définis comme
les pionniers du numérique.
Ainsi, le numérique gagne du terrain. Cette nouvelle façon de photographier,
sans se soucier de savoir si la photo sera réussie ou non, rencontre un
véritable succès. Cette technologie multiplie considérablement le nombre
de clichés pris par an et par personne. Les possibilités de l’appareil photo
sans film (numérique) multiplient les usages de la photo du fait qu’on
puisse l’imprimer de chez soi ou simplement la consulter sur un écran.
En 2000, les ventes d’appareils photo numériques progressent très
rapidement et la photo devient même la valeur montante du marché de
l’art.
Source : Baromètre API – Ipsos 2014 – Consultation de photo seul / en
groupe : mise en perspective
2001 à 2005 : En marche vers le tout numérique
En 2001, la photographie numérique entre sur le marché de masse. Le
premier appareil photo numérique d’une résolution de 5 millions de pixels
fait son entrée sur le marché. Il fait prendre conscience aux consommateurs
les plus avertis de la disparition imminente de l’argentique au profit du
numérique.
Entre 2002 et 2004, le marché de la photo est complètement transformé.
Le numérique redessine le marché. 46 % des foyers sont équipés d’un
appareil photo numérique. Le comportement des photographes amateurs
change vis-à-vis de la photo. On photographie de plus en plus mais on
stocke aussi de plus en plus. Le tirage photo connaît une baisse progressive
tandis que l’album photo, de plus en plus imprimé affiche des ventes de
plus en plus importantes.
19
Les femmes jouent un rôle plus important au fil des années. Définies par
les sociologues comme les « gardiennes de la mémoire familiale », elles
sont désormais précurseurs d’achat en matériels numériques surtout
pour ce qui est de l’appareil photo. Cette féminisation agit comme relais
de la croissance sur le marché de la photo.
2005 marque le boom du marché de l’album photo, qui devient le produit
phare du marché de la photographie. Les pure players qui ont déjà
diversifié leur activité renfloue leur parc machines au profit du numérique.
On trouve des albums photo à tous les prix (de 4 à 250 euros) et de tous les
formats. Dans un contexte de forte concurrence, les sites d’album photo
à la demande se maintiennent et parviennent à conserver leur clientèle.
Malgré tout, une guerre des prix commence à s’installer.
Source : Observatoire des Professions de l’Image
– Editions 2009
2006 à aujourd’hui : la photo, nouvelle définition
En l’espace de quelques années, plusieurs siècles de l’utilisation de la
photographie sont remis en cause. La photo était autrefois l’ « inventaire
du présent pour documenter l’avenir » (Jacques Hémon, journaliste et
analyste du marché de la photographie), en d’autres termes, elle était la
photographie-souvenir.
Le numérique, par son instantanéité change la donne. La photo a pour
fonction un bénéfice social immédiat, notamment par son partage sur les
réseaux sociaux.
De ce fait, les photos sont de plus en plus stockées sur les disques durs
sans être régulièrement consultées. Les albums photo en sont quelque
peu affectés, surtout depuis l’apparition de sites de stockage de photo en
ligne qui permettent à un cercle de personnes inscrites de consulter les
photos à distance depuis leur ordinateur.
La frénésie de l’album photo est un phénomène
présent sur toute l’Europe. La diversité des
formules de finition et d’embellissement permet
de toucher toutes les cibles.
Ils sont en particuliers commandés pour les
grands événements (« mariages, naissances,
etc.) et seront utilisés plus tard pour des
événements comme les vacances et même parfois pour se faire un livre
personnalisé (livre de cuisine avec ses propres recettes par exemple).
Il existe une gamme très selecte pour le public professionnel. Cependant,
ils utilisent peu les albums photo.
Source : Observatoire des
Professions de l’Image –
Editions 2009
Source : Baromètre photo API- Ipsos – 2014 – Les bénéfices pratiques
des espaces de stockage en ligne sont perçus par plus de deux tiers des
pratiquants photos.
20
En 2007, la photo est clairement décrite par les sociologues comme
nouvel outil de sociabilité. Un an plus tard, on parle même de « grande
conversation » tant elle est partagée sur les réseaux sociaux.
Les motivations à photographier s’en trouvent transformées. Le phénomène
des selfies qui consistent à se prendre en photo soi-même démontrent un
besoin narcissique de se mettre en scène de manière ludique.
Surfant sur cette mode, le smartphone Prynt et sa coque qui imprime
directement la photo à la manière
d’un Polaroïd fera peut-être naître
de nouveaux services en matière
de stockage de photos. Le livre
photo à la demande devra faire
preuve d’imagination pour rester
dans la course.
2018-2022 : Perspectives d’avenir du numérique
D’après une étude réalisée par la DGE et le Xerfi, à l’horizon 2018-2022,
les marchés de l’impression industrielle et 3D, de la création graphiquenumérique, de l’emballage et du Web-to-Print vont connaître une belle
croissance.
Les outils Internet tels que le Web-to-Print, l’impression de données
variables, l’impression interactive avec la réalité augmentée, les QR codes
et les technologies intelligentes comme l’électronique imprimée auront un
impact sur la plupart des secteurs de l’industrie de l’imprimerie.
La personnalisation à grande échelle d’articles imprimés en numérique est
un phénomène qui se développe très rapidement. 72 % des imprimeries
de labeur interrogées dans le monde entier offrent dès à présent des
services d’impression de données variables data printing. Cela se retrouve
pour des livres photos, calendriers, papeterie, articles marketing ou teeshirts, en petite ou grande quantité.
De plus en plus, les imprimeurs de labeur proposent une large gamme
de produits imprimés qui peuvent être à la fois vendus sur le Web et
personnalisés.
Entrant potentiel : le cas de la plate-forme Joomeo
Joomeo lancé en 2008 est une plateforme de stockage et de partage de photos
en ligne qui a voulu se distinguer de ses
concurrents comme Flickr et Picasa.
Joomeo.com est aujourd’hui le leader des
solutions françaises de stockage et de
partage de photos et vidéos en ligne. Le
partage est privatif, c’est-à-dire, seules
les personnes clairement identifiées
peuvent visionner l’album ou les photos
sélectionnées.
Joomeo recense 325 000 inscrits et plus d’un million d’utilisateurs si l’on
compte les personnes invitées pour voir les photos partagées sur la plateforme. Joomeo dispose de plusieurs formules, en plus de la version gratuite.
L’une est destinée aux photographes professionnels avec prochainement
(mars 2015) une nouvelle fonctionnalité : une boutique en ligne (vente de
leurs fichiers photos ou bien directement les produits imprimés.
Depuis 2 ans, Joomeo propose la création de livres photos. Et pour garder
un temps d’avance sur la concurrence, elle vient de lancer, fin 2014, une
nouvelle version de son application Android permettant la commande de
tirage photos et autres objets personnalisés depuis un mobile.
21
Diagramme de Porter
Voici le diagramme de Porter que nous
avons construit autour de l’album photo et
du tirage photo. C’est une représentation
graphique de la concurrence dans un
domaine, qui permet d’identifier les
facteurs clés du succès actuel et futur
qui peut permettre d’obtenir un avantage
concurrentiel si on l’applique.
22
9 • Diagramme de Porter
Le digramme est divisé 2 grandes parties de produits :
L'album photo qui se divise en 2 sous-catégories de site Web :
• Les livres photos et autres produits papier : ce sont les sites Web
proposant que des albums photos et ou documents imprimés (carte de
visite, flyer, dépliant...).
• Les livres photos, produits papier et objets photo : ce sont les sites Web
proposant plusieurs produits variés : album photo, calendrier, tirage photo,
carte, agenda, objet photo (mug, coque de téléphone, housse de coussin,
porte-clé, tapis de souris, etc.).
Le tirage photo unitaire qui se divise aussi en 2 sous-catégories :
• La sous-traitance du tirage photo : Ce sont les noms des sites Web
proposant l'impression de tirage photos
• Le tirage direct des photos en magasin : Ce sont les noms des boutiques
proposant le tirage des photos directement sur place par le particulier lui
même.
L’album photo :
Web to Print :
Il y a 2 types de solutions Web to Print : le logiciel de création d'album
photo directement sur l'interface du site Web et le logiciel à télécharger à
partir du site pour créer son album. Ces modes de solutions dépendent
en fonction des sites Web. Mais la plupart proposent de tout réaliser
directement en ligne. Ces 2 modes permettent d'envoyer le fichier via le
site Web.
Fournisseurs :
Ces entreprises réalisent les albums photos principalement sur des
presses HP Indigo mais également sur d’autres presses.
Les clients :
• A 90 % se sont des particuliers (plutôt dans la tranche d'âge 25 – 35 ans
pour des souvenirs personnelles : vacances, anniversaire, naissance...)
Les clients peuvent aussi être des écoles pour l'impression de Yearbook
qui permet de garder un souvenir sur les principaux événements de l'année
passée à l'école.
• Les entreprises (plus rare) pour l'impression d'un album photo
d'entreprise (photos de l'équipe, de l'entreprise...)
Le tirage photo unitaire :
Il y a 2 catégories de fournisseurs :
Les fournisseurs pour la sous-traitance du tirage photo : ce sont des
presses spécialisés dans le tirage photos (Xerox, Canon, Fujyfilm...)
Les fournisseurs pour le tirage direct des photos en magasin : ce sont
des bornes photos comme par exemple la borne Kodak (une machine qui
imprime les photos à partir d'une carte SD d'appareil photo ou d'une clé
USB) ou encore la cabine photomaton dédiée au tirage photo d'identité.
Les clients :
Les clients ne sont que des particuliers, mais ce marché diminue d'année
en année au profit de l'album photo personnalisé (via internet).
Les substituts :
• Le polaroïd (exemple : Prynt) :
C'est une coque de smartphone polaroid qui permet d'imprimer en 30
secondes les photos de son smartphone sous iOS ou Android. C'est le
prochain gadget tendance de demain.
• La Mini-imprimante photo SELPHY de Canon :
Pour imprimer des photos depuis le smartphone ou l'appareil photo
numérique, de qualité comparable à celle d'un atelier d'impression. On a la
possibilité d'imprimer directement à partir d'appareils photos, d'ordinateurs
et de cartes mémoire, et profiter de la commodité de l'impression sans fil
à partir de périphériques mobiles Android et iOS, notamment les modèles
iPhone et iPad.
23
Les entrants potentiels :
• Le stockage et le partage des photos en ligne : Les photos sont stockées
et rangées à partir d'un compte créé sur un site Web. Ces photos peuvent
être partagées avec nos amis, on peut les publier, les envoyer et créer
un album (diaporama en ligne). Plusieurs sites Web propose ce service
gratuitement.
• Le stockage et le partage de vidéos, photos et musiques en ligne : Ce service
est plus large et ne se limite pas aux photos, on peut stocker et partager
toutes sortes de données (documents, photos, musiques, vidéos...) via un
espace privé. On peut synchroniser les photos et vidéos de notre mobile.
Cela permet de retrouver nos documents n'importe ou et facilement.
Les fournisseurs :
• Les sites Web proposant juste le stockage et le partage des photos mais
aussi la création de diaporama en ligne
• Les sites Web proposant stockage et le partage de différents contenus
(musiques, vidéos, photos, etc.)
Les clients :
Ce sont des particuliers (plutôt dans la tranche d'âge 15 – 25 ans), il faut
également savoir maîtriser un minimum l'outil informatique pour pouvoir
utiliser ce type de service.
10 • Matrice Swot
Voici la matrice de SWOT de l’album photo à la demande sur le marché actuel.
Nous nous sommes placés au niveau de l’album photo et avons essayé de voir
qui pouvait menacer ce marché, quelles sont ses faiblesses, mais aussi ses
forces et les opportunités dont il peut profiter. Ce tableau est un complément
au diagramme de Porter, nous nous sommes placés au centre du diagramme
et avons regardé autour.
La matrice SWOT est aussi le reflet des tendances d’un marché. Aujourd’hui
bien de consommation courant, l’appareil photo numérique est dans toutes
les mains, même celles des plus jeunes.
Le problème des industriels est davantage du côté du stockage de toutes ces
photos et du traitement que les consommateurs leur donnent. C’est donc là
que l’album photo trouve sa place.
24
Matrice SWOT de l’Album photo personnalisé
Forces
Menaces
• Ventes en constante augmentation
• Personnalisation
• Délais rapides (fabrication et envoi)
• Le livre photo est un cadeau
souvent offert
• Touche une large cible
• Logiciel à télécharger (plus
d’options de création, pas de
problème de mauvaise connexion)
• Application intégrée au site (pas de
logiciel à installer sur un PC, moins de
manipulations à faire)
• Polaroïd
• Stockage et partage en ligne (pas
d’impression)
• Réseaux sociaux, albums photo en
ligne…)
• Stockage et prise de photo sur les
smartphones.
Opportunités
Faiblesses
• Impression photos à partir des
smartphones
• Objets personnalisés (ventes
additionnelles)
• Demande clients importante
• Parfois difficulté de création (temps
trop long)
• Prix parfois élevé
• Logiciel à télécharger (peut être
contraignant)
• Application intégrée au site (moins
de fonctionnalités, risque problèmes
liés à une mauvaise connexion)
Bien qu’il ait le vent en poupe, l’album photo se trouve actuellement
menacé par d’autres supports parfois immatériels comme le partage des
photos en ligne qui suppriment l’impression.
L’avantage du livre photo est qu’il convient à presque tous les âges. En
effet, c’est un cadeau très apprécié. Cependant, sa confection, elle, n’est
pas adaptée à tous : selon le site utilisé, l’album photo peut s’avérer long
et compliqué à réaliser en raison d’un logiciel à télécharger, ou d’outils
peu pratiques. L’album photo, bien qu’on en trouve à tous les prix est dans
l’ensemble plutôt cher, surtout si on le veut de qualité.
De plus, le retour du Polaroïd change la donne et a la côte car il permet
d’imprimer directement la photo et d’offrir d’autres possibilités (la photo
est offerte directement ou utilisée pour du scrapbooking).
IV. Évolution
1 • Présentation des perspectives d’évolution technologique
La concurrence est rude, c’est pourquoi, de nouveaux concepts se créent.
Les substituts :
• Le polaroïd (exemple : Prynt) :
Le Polaroïd est un appareil photographique
permettant un développement immédiat des
photos.
Aujourd’hui, avec les écrans, nous ne ressentons plus le besoin
d’imprimer… sauf quand on perd notre seule et unique sauvegarde. Et
parfois, on aimerait bien avoir une photo à donner immédiatement, une
photo à accrocher ou mettre dans un cadre…
A présent, sortir son smartphone pour prendre une photo est un geste
simple, presque évident. D’autant que certains de ces mobiles sont devenus
des appareils photos très performants. Mais, au final, ces centaines de
clichés stockés dans les téléphones ne sont pas ou peu consultés.
Prynt est une entreprise française
qui a décidé de créer une coque pour
smartphone capable d’imprimer des
photos en trente secondes à l’instar
du Polaroïd, appareil photographique à
développement instantané très populaire dans les années 60 et 70.
C’est un étui pour smartphone (compatible iPhone 5, 5C, 5S et 6 ; Samsung
Galaxy S4 et S5 pour le moment) qui permet d’imprimer les photos à la
volée. On peut imprimer les photos que l’on a prises, des images issues
d’une vidéo et même des photos se trouvant sur les réseaux sociaux ou
sur Internet.
Pour que le smartphone communique avec Prynt, il n’y a pas besoin
d’établir une connexion Wifi ou Bluetooth. Le smartphone s’enclenche
directement dans l’étui.
Prynt n’est pas une imprimante.
Il n’y a pas besoin d’acheter
de l’encre. Comme pour les
Polaroïd, il faudra acheter un
papier spécial qui permet aux
photos d’être tirées.
Le papier spécial Zinc contient trois feuilles renfermant chacune des
pigments sous forme de cristaux. Ces derniers deviennent opaques
lorsqu'ils sont basculés en phase vitreuse par un échauffement.
Le principe :
Le concept est assez simple : l’utilisateur glisse son smartphone dans
la Prynt (elle se branche par le connecteur micro-USB ou Lightning du
terminal), il prend une photo de façon classique à travers l’écran du mobile
puis celle-ci est imprimée en 30 secondes. Il est aussi possible de tirer
n’importe quel cliché depuis la photothèque du smartphone mais aussi à
partir de Facebook et Instagram.
Le Prynt a aussi une application. Quand on l’utilise pour prendre une photo,
celle-ci filme une vidéo courte de 6 secondes maximum et la stocke dans
le cloud. Quand on tient notre smartphone au-dessus de la photo, celle-ci
est automatiquement reconnue et on peut voir le film qui vient animer la
photo en réalité augmentée.
Le prix public se situera entre 130 et 150 dollars (entre 114 et 132 euros).
Prynt sera disponible en octobre 2015 pour le grand public car l’idée est
tout récente (idée et prototype en 2014).
25
• La Mini-imprimante photo SELPHY de Canon :
La mini-imprimante photo SELPHY de canon permet d’imprimer des
photos depuis le smartphone ou l’appareil photo numérique, de qualité
comparable à celle d’un atelier d’impression. On a la possibilité d’imprimer
directement à partir d’appareils photos, d’ordinateurs et de cartes
mémoire, et profiter de la commodité de l’impression sans fil à partir de
périphériques mobiles Android et iOS, notamment les modèles iPhone et
iPad.
L’expertise Canon en matière d’impression garantit des résultats de qualité
dignes d’un labo photo et permet d’expérimenter des effets créatifs, divers
supports d’impression, ainsi que différentes mises en page et finitions.
La SELPHY CP910 est la
meilleure imprimante photo
pour smartphone de la gamme
SELPHY.
Elle propose une impression
sans fil rapide (connectivité WiFi) et simple depuis les smartphones et tablettes Android et Windows
RT, ainsi que les iPhone, iPad et iPod Touch via l’application gratuite
Easy-PhotoPrint. On a également la possibilité d’imprimer des photos
directement, soit à partir d’autres applications en utilisant Apple AirPrint,
soit en installant les plug-in d’impression Canon pour Android 4.4 et Kindle
Fire.
On retrouve parmi les consommables en option le support KC-18IS, ce qui
rend cette imprimante idéale pour les impressions carrées d’applications
populaires, comme par exemple Instagram.
Quel que soit l’emplacement de stockage des images, il est facile de les
imprimer sur une SELPHY. Imprimer des photos directement depuis notre
appareil photo, nos cartes mémoire et clés USB ou de notre ordinateur, ou
choisir un modèle Wi-Fi pour profiter de la commodité de l’impression sans
fil à partir d’une autre pièce.
26
Par ailleurs, l’imprimante SELPHY est si petite et portable que l’on peut
facilement l’emmener avec nous en vacances, aux réunions de famille ou
à des fêtes, pour que chacun puisse imprimer et partager instantanément
de beaux souvenirs.
L’imprimante SELPHY permet de produire des impressions de différentes
tailles, de combiner plusieurs photos sur une simple page grâce à
l’impression avec mise en page ou de créer de magnifiques collages
imprimés avec des effets de couleur à l’aide de l’option de mise en page
aléatoire.
Les jeux d’encre et de papier SELPHY contiennent la quantité d’encre et
de papier adéquate pour le nombre de photos que la personne souhaite
réaliser.
Les consommables :
Cartouches d’impression : Papier à activation thermique (impression par
transfert thermique), c’est le même principe que pour le polaroïd Prynt
(voir page 21).
La qualité des tirages est excellente, au niveau de celle
des labos numériques en ligne. Seul gros problème : cette
qualité coûte jusqu’à cinq fois plus cher. Alors que le prix
moyen d’une photo en labo se situe entre 5 et 10 centimes
(en fonction de la quantité) celui du tirage maison revient
au mieux à 33 centimes l’unité (avec le pack 108 photos
KP-108IN). La faute en incombe au prix du pack encre/
papier spécial (12 €, 29 € et 35 € pour respectivement 36, 72 et 108
photos 10 x 15 cm).
Mais c’est le prix de l’instantanéité : les photos sont disponibles tout de
suite, n’importe où, à la maison, chez nos amis, en vacances…
Le prix de l’imprimante :
Il faut compter une centaine d’euro pour une imprimante photo Canon
Selphy CP910 disponible en magasin ou sur internet (exemple : Fnac).
• Impression de photos à partir d’une application téléphone :
PRIMTIC
est
une
application
téléphone (commande d’impression
photos et envoi de la commande).
Des impressions et tirages de nos
photos
smartphone,
Facebook,
Instagram et Dropbox en quelques
clics et en quelques jours chez nous.
Cela permet de créer facilement nos albums photo, tirages et impressions
photo, livres photo, calendriers photo, magnets depuis notre smartphone.
Il y a une large gamme de tirages et d’impressions
photo (8x10cm, 10x10cm, 10x13cm) qui permet
de sublimer les plus belles images. De nombreuses
options de personnalisation (texte, couleurs, cadres)
sont disponibles.
Il y a aussi la création et la personnalisation du livre
photo haut de gamme (18x18cm, couverture rigide)
en quelques clics sur l’écran de notre téléphone.
Le prix d’une photo est 0,79 euros (frais de port inclus).
L’impression à la demande reste basée sur une notion de tarif dégressif.
Pour des tirages restreints, on peut comprendre, mais pour imprimer en
masse, le prix sera plus intéressant ailleurs.
- La commande s’effectue à partir de 3 tirages minimum.
- Application gratuite disponible sur Iphone et Android.
- La livraison est offerte partout dans le monde.
Il existe aussi Printklub (Polabox) qui propose les mêmes
services mais à un prix plus cher.
Les nouveaux entrants :
•Le stockage et le partage en ligne :
Il y a les sites Web proposant le stockage et le partage en ligne que des
photos afin d’éviter de les perdre sur l’ordinateur en cas de problème.
Rares sont ceux qui proposent en plus du stockage, le tirage photos.
Cela devient de plus en plus fréquent de partager des photos en ligne
que sur un album car tous nos amis peuvent les voir à tout moment et
n’importe ou. C’est une mode qui va devenir de plus en plus fréquente
avec la « génération internet » (jeune de 15 - 25 ans). Ce qui peut donc
faire disparaître rapidement l’impression d’albums photos.
Voici quelques sites Web proposant ce service :
Flickr : Plutôt connu, et principalement peuplé de semi-pros qui souhaitent
partager leur shoots (souvent de très bonne qualité).
Picasa Web Album : Permet de partager des photos.
Joomeo : En plus de la création d’un réseau qui informera des nouveaux
partages de contacts, il y a la possibilité de commander des tirages photos
sur différents supports (objets, tirages XXL...).
Piwigo : Est un logiciel de galerie photo pour le Web.
Dropbox : Logiciel à télécharger gratuitement jusqu’à 18 Go. Possibilité
de créer des dossiers privés avec une ou plusieurs personnes et de
synchroniser les photos depuis le smartphone.
Kizoa : Retouche, stockage, partage et tirage des photos. Permet d’accéder
à des effets exclusifs pour les diaporamas, y ajouter des musiques ou des
réductions pour les tirages.
Comboost : Site pour faire développer ses photos, créer ses livres mais
aussi pour le stockage et le partage d’albums en ligne.
Hiboox : Site pour le stockage illimité, possibilité d’édition des photos
Pinterest : Permet de créer des « tableaux » (comprenez des dossiers) afin
d’épingler des photos souvent très «lifestyle».
D’autres sites Web proposent en plus du stockage et du partage de photos,
d’autres supports : les vidéos, les musiques, documents divers...
27
C’est comme une sauvegarde de nos données mais en ligne qui permet de
partager ce que l’on veut avec qui on veut.
Voici quelques sites Web proposant ce service :
Le Cloud d’Orange : Un espace de stockage jusqu’à 100 Go selon l’offre,
pour stocker les données, les documents, les photos et fichiers multimédia.
L’espace personnel Le Cloud d’Orange donne libre accès à tous nos
documents et données depuis notre ordinateur, notre smartphone ou
iPhone, où que l’on soit.
Ezubi : Partage facilement nos fichiers avec notre famille, amis ou
autres. Pas besoin de s’inscrire pour y accéder en toute sécurité (photos,
musiques, vidéos, documents...)
Joomeo : Offre une solution simple pour sauvegarder et gérer nos photos
et vidéos dans un espace privé et sécurisé accessible 24h/24h où que l’on
soit. Publication et gestion de magnifiques diaporamas d’albums photos
et vidéos. Tirages classiques ou agrandissements, objets photo...
Weebow : Partage de nos photos et vidéos en toute simplicité avec nos
amis dans un groupe et échange nos albums. Création d’albums publics
ou privés et mise en ligne de nos photos.
Amazon Cloud Drive : Stockage illimité de nos photos (gratuit avec
Amazon Premium). Propose le stockage en ligne sécurisé de nos photos,
leur sauvegarde automatique et permet d’y accéder n’importe où : sur le
téléphone, l’ordinateur ou bien la tablette.
Google Drive : Le stockage de tout type de fichier. Permet de profiter dès
le départ de 15 Go d’espace Google gratuit pour stocker vraiment tous les
fichiers : photos, documents, schémas, dessins, enregistrements, vidéos...
Ce type de site Web est encore plus large que ceux proposant le support
photo. Ils sont donc de plus en plus utilisés.
Conclusion : Avec les évolutions technologiques, de nouvelles solutions
sont en train d’apparaître (impression photo à partir d’une application, le
polaroïd Prynt) et d’autres déjà apparues se développent de plus en plus
(l’imprimante photo SELPHY de Canon lancée en 2012, les sites Web de
stockage et de partage en ligne). Les smartphones et internet évoluent à
28
une telle vitesse que chaque année de nouvelles idées sont développées
laissant place à de nouvelles pratiques de souvenirs photos. Même si
l’album photo reste incontournable, c’est grâce à la personnalisation
qu’il permet de rester dans le marché mais avec les années, il pourrait
disparaître pour laisser place à la technologie numérique.
2 • Scénarios possibles
Scénario 
I/ Tendanciel : L’objet photo supplante l’album photo à la demande en
5 ans (65 %)
Hypothèses :
• L’impression 3D augmente les possibilités de personnalisation (45 %)
• Explosion des ventes d’objets photo (65 %)
• De nouveaux objets photos (70 %) D’abord considéré comme un gadget, l’objet photo comme le fameux
mug personnalisé de nos petits déjeuners a pris les devants sur l’album
photo en l’espace de cinq ans. Cause en est que l’objet photo, très limité
à ses débuts, s’est fortement développé et a fait preuve d’imagination
et d’innovation. L’objet photo personnalisé, cadeau très apprécié depuis
toujours, se décline aujourd’hui sur tout type de support. Au-delà des
mugs, coques de Smartphones et autres impressions plus courantes,
vous pouvez faire imprimer vos meilleures photos sur la coque de votre
ordinateur, vous faire faire un sac à main à l’effigie de votre animal de
compagnie ou encore revêtir votre canapé des membres de votre famille.
Les acteurs ne proposant que les albums photos et autres produits
imprimés (monalbumphoto, Matisseo, Photo loisirs…) rencontrent
d’énormes difficultés. Cewe s’est adapté et a acheté des machines pour
l’impression d’objets photos. Ceux déjà présents sur ce marché (Photobox,
Myfujifilm, Vistaprint…) ont investi dans du matériel innovant pour rester
en tête.
En 2020, le marché de l’objet photo est de 30 % supérieur à celui des
albums photo à la demande. Cette tendance, peut être due à un effet de
mode, mais peut aussi être la conséquence d’un nouvel attrait pour la
famille et les gens qui nous sont proches.
Scénario 
II/ Pessimiste : Dans 8 ans, l’appareil photo numérique disparaît au
profit des photos sur Smartphone. (55 %)
Hypothèses :
• L’album photo reste numérique et n’est plus papier (80 %)
• Les photos faites sur Smartphone sont de qualité supérieure aux photos
faites avec un Appareil Photo Numérique (90 %)
Quelque part, on s’y attendait : l’appareil photo numérique rencontre
aujourd’hui sa phase de déclin et tente à disparaître. Les acteurs ne faisant
que de l’album photo (monalbumphoto, Matisseo, Photo loisirs, …) ont
disparu du marché et laissent place aux géants déjà bien implantés tels
que Vistaprint, Myfujifilm. De plus, de nouveaux entrants (Flickr, Joomeo,
Picasa, …) proposent des solutions innovantes par rapport aux entreprises
traditionnelles.
En parallèle, la qualité des Polaroïds et des imprimantes connectées
portatives s’est fortement améliorée avec encore plus de personnalisation
grâce à des logiciels à installer sur le Smartphone. La vente de ces
appareils d’impression a subit une explosion en suivant les ventes des
Smartphones qui font désormais des photos d’excellente qualité. Ceux qui
souhaitent encore imprimer le font désormais eux-mêmes.
En 2023, le marché de l’album photo papier n’est plus que de 5 % du
marché de la photo.
Scénario 
III/ Optimiste : Augmentation des commandes d’albums photos papier
d’ici 3 ans. (25 %)
Hypothèses :
• Nouvelles technologies au niveau des encres électroniques qui rendent
l’album photo papier dynamique (15 %)
• De nouvelles lois
• Disparition des sites de stockage et partage suite au piratage des photos
sur les « Cloud » et aux virus rançonneurs (25 %)
• Le problème de sauvegarde des photos numériques, comme le coût du
stockage, mène à d’autres moyens de sauvegarde (30 %)
Décidément l’album photo papier ne manque pas de ressources ! Depuis
l’apparition des nouvelles encres électroniques, il devient possible de
rendre ses photos dynamiques. Ces encres peuvent changer de couleur
avec des interactions électriques et ainsi une photo peut en devenir
une autre grâce à une pile (ou à un circuit imprimé). Il devient donc
possible d’avoir sur le même emplacement papier plusieurs images de
stockées qui défilent, même si cela entraine une consommation d’énergie
supplémentaire (avec possibilité d’activer ces fonctions seulement lors de
l’utilisation).
La disparition de certains sites de stockage et de partage du aux problèmes
de piratage et des nouvelles législations sur les conditions de protection
de la vie privée entraînent un regain d’intérêt pour l’album photo papier.
En effet, quelques virus particulièrement virulents ont réussi à infiltrer
quelques bases de données « Cloud » (Dropbox, Flickr, Picasa, …) et à les
verrouiller contre rançon. Les sites de partage restants appliquent un tarif
plus élevé ce qui incite le public à se tourner vers un autre moyen. Face
à cela, les gens vont vers l’album photo papier pour stocker leurs photos
sans risque de perte de données, sans frais continu, et pour garder une
trace des souvenirs.
En 2018, le marché de l’album photo papier continue son augmentation
et les nouveaux entrants potentiels n’ont pas réussi à prendre le pouvoir
du marché. L’album photo papier a encore de beaux jours devant lui !
29
V. Conclusion
1 • Conclusion
2 • Bilan du projet de veille
L’album photo à la demande est donc quelque chose d’assez technique,
nécessitant une gestion des flux et des différentes machines assez
poussée. Si les logiciels fournis pour sa création peuvent être assez
performants pour permettre aux clients d’effectuer le travail du prépresse,
il faut néanmoins appliquer des vérifications des fichiers et maîtriser ses
flux ainsi que les problématiques de l’impression. Il faut ensuite une bonne
gestion des différents éléments ainsi que des dossiers, et surtout de son
planning, pour achever et acheminer au mieux et le plus vite possible
les albums photos. Ceux-ci peuvent être en fonction des prestataires de
nature très variée, en partant d’un papier classique avec une qualité pas
forcément élevée, jusqu’à des livres de très haute qualité, papier photo et
reliure main.
Ce projet de veille technologique s’est bien déroulé, et nous a permis de
savoir comment est fabriqué un album photo, avec quelles machines, son
histoire, son futur, les acteurs présents ainsi que les différentes solutions
et marchés. Nous avons désormais une approche différente de l’album
photo.
Il nous a aussi permis de travailler ensemble, d’apprendre à nous
connaître. Nous avons développé autour de ce projet une organisation qui
nous a permis de le réaliser correctement et dans les temps. La répartition
du travail nous a permis d’être efficaces et dynamiques, tout en nous
permettant de voir la globalité du projet. Nous avons régulièrement fait
des concertations qui nous ont permis d’avancer. Ce fut un bon projet.
L’album photo n’a donc plus aucun secret pour nous !
Il y a beaucoup de prestataires sur ce marché, et il faut donc que le
consommateur se renseigne bien avant de passer commande, car chaque
prestataire a des avantages et des inconvénients, au niveau des coûts,
des délais, de la qualité de chaque étape…
Au final, ce livre rempli de photo ne semble pas tendre à disparaître malgré
l’ère du numérique dans laquelle nous sommes. Il a même tendance
à s’ancrer, car tout le monde a un appareil photo numérique ou un
Smartphone, et beaucoup veulent conserver leurs photos sur un support
tangible, ou bien les offrir sous forme d’album.
30
3 • Bibliographie et webographie
Auteur
Titre
Mireille
Dossier Marchés : L’album
Pinsseau
photo à la demande
Jacques Hémon Observatoire des Professions
de l’Image 2010
Guillaume
Réussite : Monalbumphoto.
Roussange
fr met en scène les images et
connaît une croissance à deux
chiffres
Anonyme
Hervé
Rachynski
Anonyme
Christophe
Séfrin
Anonyme
Matha
Langfortd
Comparatif Albums photos
Informations
CARACTERE – Novembre 2010 – Mensuel n° 669 –
pages 54 à 59 – ISSN : 0247 – 039X
SIPEC ; pages 10 – 11
<http://www.sipec.org/pdf/OPI2010.pdf >
Les Echos
<http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/successstories/10026959reussite-monalbumphoto-fr-meten-scene-les-images-et-connait-une-croissance-adeuxchiffres-29741.php >
UFC Que Choisir
< http://test-comparatif.quechoisir.org/albumphoto-167822/ >
Mensuel n°528 – page 41 – ISSN 0033-5932
Le leader du livre photo ne
Le Parisien
connaît pas la crise
<http://www.leparisien.fr/espace-premium/
yvelines-78/le-leader-du-livre-photo-neconnait-pas-la-crise-18-09-20144143033.
php#xtref=https%3A%2F%2Fwww.google.fr%2F >
Rentrée 2006 : le tirage photo Journal du Net
en ligne sous de bons auspices <http://www.journaldunet.com/0608/060829marchephoto.shtml >
Les cadeaux photo n’attendent 20 minutes – quotidien n°2754 – page n°18
pas décembre
De l’album photo au livre photo Photobox
numérique
<http://www.photobox.fr/contenu/album-photo-au-livrephoto-numerique >
Les albums photographiques
Musée McCORD
< http://www.mccord-museum.qc.ca/fr/clefs/
expositionsvirtuelles/ studionotman/themes/albums/ >
Dates
Parution
Novembre 2010
Consultation
13 novembre 2014
2010
13 novembre 2014
28 février 2013
13 novembre 2014
19 août 2014
13 novembre 2014
Septembre 2014
27 novembre 2014
18 septembre 2014 13 novembre 2014
29 août 2006
13 novembre 2014
24 novembre 2014
24 novembre 2014
Non daté
27 novembre 2014
2005
27 novembre 2014
31
Auteur
Titre
Informations
Dates
Parution
Gauthier
L’album photos, un cadeau
< http://www.la-croix.com/Culture/Nouvelles-technologies/ 7 décembre 2013
Vaillant
personnalisable à l’infini
L-album-photosun-cadeau-personnalisable-a-l-infini-grace-agrâce à Internet
Internet-2013-12-07-1072505 >
Jacques Hémon Observatoire des Professions SIPEC ; page 11
2012
de l’Image 2012
<http://www.sipec.org/pdf/OPI2012.pdf >
Florence
Le livre photo imprimé au
Les numériques
2 avril 2010
Legrand
secours du tirage photo ?
<http://www.lesnumeriques.com/livre-photo-imprimesecours-tirage-photoa1008.html >
Anonyme
Prynt : le polaroïde à
Journal du Geek
16 novembre 2014
<http://www.journaldugeek.com/2014/11/16/prynt-leréalité augmentée pour les
polaroid-a-realiteaugmentee-pour-les-smartphones/ >
Smartphones
Anonyme
About Printstagram
Printstagram
Non daté
< http://printstagr.am/about >
Slobodan
Des photos belles mais
01net
27 novembre 2012
Dragovic
chères, c’est le prix de
< http://www.01net.com/fiche-produit/prise-main-13269/
l’instantanéité
imprimantes-10-x-15-canon-selphy-cp900/ >
19 août 2014
Cyril Brosset
Album photo en ligne,
UFC Que Choisir
comment se fabrique un
<http://www.quechoisir.org/telecom-multimedia/
livre-photo
image-son/photovideo/decryptage-album-photo-en-lignecomment-se-fabrique-un-livre-photo >
Equipe de
PrintKlub
Anonyme
PrintKlub qui sommesnous ?
L’impression NUMERIQUE
Carole Clément Test : Livre photo e-Center
Equipe de
pixum
32
Vidéo de présentation,
machines HP
PrintKlub
<http://www.printklub.com/fr/contents/about-us >
PhotoWeb
<http://www.photoweb.fr/infos/impression-numerique.
asp>
Focus Numérique
<http://www.focus-numerique.com/test-1999/livreimprime-Livrerigide-jaquette-e-center-caracteristique-1.
html>
Pixum (en allemand)
<http://www.pixum.fr/entreprise>
Consultation
27 novembre 2014
27 novembre 2014
27 novembre 2014
27 novembre 2014
27 novembre 2014
28 novembre 2014
4 décembre 2014
Non daté
10 décembre 2014
Non daté
08 janvier 2015
02 octobre 2014
08 janvier 2015
Non daté
08 janvier 2015
Auteur
Titre
Equipe de Xerox Applications d’impression
numérique
Informations
Xérox
<http://www.xerox.fr/impression-numerique/
applications/frfr.html>
Equipe de
Prix
MyFujiFilm
MyFujiFilm
<https://www.fujifilmreal3d.com/fr/price-and-delivery>
Rémy Oudghiri Pratiques photo des français : IPSOS
et Lise Brunet
les tendances 2014
<http://www.ipsos.fr/decrypter-societe/2014-10-27pratiques-photofrancais-tendances-2014>
Samir Azzemou + 50 % de points par pouce
e-marketing
< http://www.e-marketing.fr/Marketing-Direct/Article/-50de-points-par-pouce-19803-1.htm >
<http://www.bespoke.co.uk/index.php?option=com_
Bespoke
La demande des
consommateurs dynamise les content&view=article&id=206 >
ventes de presses HP Indigo
Digital
Faustine Loison Le marché de la photo en
GraphiLine.com
péril… mais l’espoir est permis <http://www.graphiline.com/article/19459/Le-marchede-la-photo-enperil-mais-l-espoir-est-permis>
David Lefèvre
10 raisons d’avoir un album
Kalipub
photo d’entreprise
<http://www.kalipub.com/blog/weborama/10-raisons-davoir-unalbum-photo-sur-son-site-pro.html>
Anonyme
Carteland adopte la
HP
technologie d’impression
<http://www8.hp.com/emea_africa/fr/hp-news/pressnumérique HP Indigo pour
release.html? id=114301#.VLfJQiuG-Cl>
cibler le marché des albums
photos personnalisés
Anonyme
Mon Album Photo se dote
Caractère
d’une HP Indigo 10 000
<http://www.caractere.net/caractere-net/telegrammes/
item/monalbum-photo-s-equipe-d-une-hp-indigo-10000>
Marine Goy
Test Printic : des tirages
Les numériques
vintage à 0,79 €
<http://www.lesnumeriques.com/appli-logiciel/
printic-p15651/test.html >
Dates
Parution
Non daté
Consultation
08 janvier 2015
Non daté
08 janvier 2015
27 octobre 2014
08 janvier 2015
01 septembre 2007 12 janvier 2015
Non daté
13 janvier 2015
08 janvier 2015
15 janvier 2015
29 mars 2013
15 janvier 2015
Non daté
15 janvier 2015
Octobre 2014
15 janvier 2015
1 mars 2013
20 janvier 2015
33
Auteur
Marc Zaffagni
Equipe de Prynt
La rédaction de
tomsguide
Anonyme
Éliane Rousset, Jocelyne
Rouis et Jean-Claude
Sohm - EFPG/CERIG
Titre
Prynt, la coqueimprimante pour
iPhone et Android
Dates
Parution
29 janvier 2015
Futura Sciences
< http://www.futura-sciences.com/magazines/high-tech/
infos/actu/d/smartphone-prynt-coque-imprimante-iphoneandroid-56971/ >
Kickstarter
Non daté
Sans titre,
présentation d’un
<https://www.kickstarter.com/projects/prynt/prynt-the-firstprojet : Prynt
instant-camera-case-for-iphone-and >
Livre photo : quel est <http://www.tomsguide.fr/article/livre-photo,2-1636.html > 9 décembre 2014
le meilleur service
d’album photo
Tirage photo
<http://www.canon.fr/for_work/business-products/
Non daté
professionnel
production-printing/production_photo_printing/ >
Les presses
< http://cerig.pagora.grenoble-inp.fr/icg/Dossiers/Presses_ 6 novembre
numériques dans
num/Chapitre_4.htm >
2000
l’imprimerie
4 • Contact
Chloé Naud, ancienne étudiante de la licence professionnelle Flux
numériques, édition et production d’imprimés (2013/2014) a travaillé en
2014 à l’entreprise Photoweb situé à Saint-Egrève en tant que Technicienne
numérique. Nous avons donc profité pour la contacter afin d’avoir des
explications sur le fonctionnement de cette entreprise.
Le fonctionnement de Photoweb :
Une fois que le client a créé son album sur le site internet de Photoweb,
le fichier PDF est envoyé directement à l’atelier sur les presses. Quelques
traitements sont effectués en amont pour la qualité mais automatiquement.
Le client possède tous les outils sur le site pour bien créer son album.
Une fois le fichier à l’atelier, les presses sont des HP Indigo 7900 pour
les livres de luxe (belle reliure et papier photos) et pour les autres des HP
Indigo moins haut de gamme.
34
Informations
Consultation
20 janvier 2015
20 janvier 2015
20 janvier 2015
22 janvier 2015
15 mars 2015
Après l’impression, il y a l’assemblage, ensuite les livres sont massicoté,
et en dernier on met les couvertures des livres manuellement.
Elles sont encollées par une machine (afin de relier la couverture aux
pages intérieures). Selon le type de livre se sont soit des collages pour les
couvertures, ou bien des spirales pour les livres photos basiques.
Seulement les livres de luxe sont imprimés sur du papier photo, les autres
sont sur du papier basique.
La nouveauté de Photoweb c’est le livre professionnel, où les reliures sont
réalisés à la main. Le client peut demander les reliures et les couvertures
de son choix, tout est réalisé à la demande et à la main, le client peut
choisir le grammage, le type de papier de son choix, etc.
Nous avons malheureusement pas pu visiter et découvrir l’entreprise
Photoweb car notre emploi du temps ne nous l’a pas permis.
Annexe 1 : La frise historique de la photo et de l’album photo
1839 à 1850
Le Daguérréotype
1856
Carte de visite
2000
Compact Canon
2000
Camphone
1870
Album de collection
de cartes de visite
1994
1 Smartphone
(très peu vendu)
er
1870 - 1880
Album photo à
couverture musicale
1975
Prototype du 1er appareil
photo numérique
2012
Réflex numérique
1888
Kodak
1970
Appareil photo
à pellicule
2012
Smartphone
1900
Brownie
1970
Polaroïd
2015
Prynt Polaroïd
Nos remerciements à
Mme Jocelyne Rouis pour son aide et ses conseils tout au long de ce projet.
Chloé Naud pour ses explications du fonctionnement de l’entreprise Photoweb.
PROJET de Veille Technologique
Lisa Larchères • Yohan THIBAULT • Agnès JEZEQUEL
Licence professionnelle Flux numériques, édition & production d’imprimés
Novembre 2014 > Mars 2015

Documents pareils