Lire la suite

Commentaires

Transcription

Lire la suite
Assemblée Générale des collectivités
territoriales de l’ UEMOA à Ouaga
La 3è assemblée générale de du Conseil des collectivités territoriales
s’est tenu 9 juillet à Ouagadougou dans les locaux de Joly Hôtel. C’est
le ministre Abel Toussaint Coulibaly de l’Aménagement du Territoire et
de la Décentralisation qui a présidé la cérémonie d’ouverture au nom du
Premier Ministre ; cérémonie placée sous le parrainage de
l’ambassadeur de France au Burkina Faso.
Au-delà de l’examen et de l’approbation du procès-verbal de la deuxième
Assemblée Générale (AG), tenue en octobre 2012 à Abidjan en Côte d’Ivoire,
la question du financement est au centre de cette Assemblée Générale. En
effet, « l’argent est le nerf de la guerre », a rappelé le président du CCT,
François Albert Amichia. « Dans la feuille de route que nous avons adoptée
lors de notre première Assemblée Générale à Niamey , il est inscrit un
programme de convergence en matière de décentralisation financière et un
programme d’accès des collectivités territoriales à l’emprunt. Cette rencontre
marque le début de mise en œuvre de ces intentions », a-t-il indiqué.
Pour le ministre Toussaint Abel Coulibaly, les thématiques relatives au
financement revêtent une importance capitale pour les acteurs et les
partenaires de la décentralisation de la zone UEMOA. Et d’assurer que la
politique d’aménagement du territoire de l’Union prévoie la mise en œuvre de
programmes de développement soutenus, non seulement par le Fonds d’Aide
à l’Intégration Régionale (FAIR), mais aussi par d’autres fonds spécifiques
qu’il faudra créer.
Le parrain, Emmanuel Beth, assure aussi que son pays – la France – a choisi
d’appuyer le CCT dès sa création, dans le cadre de sa feuille de route, et
poursuivra cet appui durant les années à venir. Ainsi, outre le soutien à
l’élaboration d’un livre blanc sur la décentralisation financière, Paris
accompagne également la mise en place du réseau des femmes élues
locales.
Le Fonds d’Equipement des Nations-Unies (FENU), par la voix de son
représentant Pascal Karorero, coordonnateur résident du système des
Nations-Unies au Burkina, a également affirmé sa disponibilité à travailler
avec l’UEMOA pour la mise en place de mécanismes de financement au
profit des collectivités territoriales.
Toutes ces bonnes dispositions d’esprit en faveur du financement des
activités des entités territoriales ne pouvaient que réjouir le représentant du
président de la Commission de l’UEMOA, Augustin Tompieu-Zouo, qui s’en
est félicité. Il a par ailleurs réaffirmé l’engagement de son institution à œuvrer
aux côtés des collectivités territoriales dont le rôle reste capital dans les
efforts pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement
(OMD) par les Etats.
Outre la question du financement, la Politique Agricole de l’Union (PAU)
figure également au menu de la troisième AG du CCT. Il s’est agit, de faire
l’état de l’agriculture de l’Union et d’identifier des propositions d’actions en
vue de la relance d’une production et d’une productivité agricole durables au
sein de l’espace UEMOA.
Chacun des huit pays membres de l’UEMOA est représenté à la présente
Assemblée générale du CCT. Les participants viennent donc du Bénin, du
Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée Bissau, du Mali, du Niger, du
Sénégal et du Togo.
Le Burkina était représenté par 6 membres à savoir les maires de Ouaga, de
Bobo, de Tangaye, de Bakata et deux régions

Documents pareils