ThE mISUNDErSTOOD DIScIplINE mUSIc IS IN ThE AIr

Commentaires

Transcription

ThE mISUNDErSTOOD DIScIplINE mUSIc IS IN ThE AIr
CanPara
EDITION JUNE-AUGUST 2014
Music IS
IN THE AIR
Voler, danser
avec ... la
musique !
The misunderstood discipline
La discipline méconnue
1
MESSAGE FROM
THE EDITOR
EDITOR: Lise Hernández Girouard
EMAIL: [email protected]
Message de la rédactrice en chef
Dear jumpers and Dz’s, regardless of what
happens in our sport, we’re a community and we need
to stick together through the thick and thin.
Chers sauteurs et Centres de parachutisme, quel
que soit ce qui survient dans notre sport, nous restons
une communauté et devons nous serrer les coudes contre vents et marées.
If anyone has any ideas for what types of articles
and stories they want to see in CanPara, share them
with us.
Si quelqu’un a des idées sur les types d’article
et d’histoire que les lecteurs aimeraient lire dans le
CanPara, je l’invite à les partager avec nous.
Very soon we will announce who will be our next
Editor. Hope you enjoy this issue, have a good read and
send us your pictures & articles !
Très bientôt, nous allons annoncer le nom du nouvel éditeur.
J’espère que vous aimerez ce nouveau numéro.
Bonne lecture et n’oubliez pas que nous attendons vos
photos et articles !
magazine contact
On the Cover:
Lise Hernández at the 2nd
Canadian Indoor Parachuting
Championship
magazine team | équipe
distribution
Editor-in-chief | rédactrice en chef
Lise Hernandez Girouard
m [email protected]
CanPara magazine is published 5-6 times per year.
Le magazine CanPara est publié 5-6 fois par année.
GRAPHIC DESIGNER | INFOGRAPHISTE
Lise Hernandez Girouard
translators and editors |
traducteurs et réviseurs
André Lemaire
Hans Beaumier
Lucie Plamondon
Michelle Matte-Stotyn
Monique Andriè
Serge Dufour
Marie-Eve Belzile
Adam Gibson
Randy Swallows
photo & articles submission
cspa.ca/en/canpara/submission-to-canpara
cspa.ca/fr/canpara/soumission-a-canpara
SUBSCRIPTIONS MANAGER |
CHARGEE D’ABONNEMENTS
Judy Renaud m [email protected]
(Canada) 5|6-issues subscription $40.00
(USA) 5|6-issues subscription $40.00
(Foreign) 5|6 issues subscription $50.00
Published by | Publié par :
Canadian Sport Parachuting Association
204 - 1468 Laurier, Rockland, ON
K4K 1C7 Canada.
advertising | publicité
Lise Hernández Girouard
[email protected]
m
Canpara.Magazine
www.canpara.ca
Photo credit: SkyVenture Montreal
OFFICE STAFF | PERSONNEL DE BUREAU
Judy Renaud m [email protected]
T. 613-419-0908 Fax: 613-916-6008
CanPara est la revue officielle de l’Association Canadienne de Parachutisme Sportif. Toute reproduction de cette revue, même partielle, est interdite sans l’autorisation
écrite de I’ACPS. Les articles utilisés à des fins éducatives par les organisations sans but lucratif peuvent être reproduits sans autre permission à condition que la source
soit mentionnée. ©2012 | Le contenu du CanPara est conforme aux Règlements & Recommendations Techniques de la CSPA.
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÙT 2014
2
SOMMAIREJUIN-Août
2014
CONTENTSJUNe-august
CSPA | ACPS contact
BOARD OF DIRECTORS (BoD)
Comité Administratif (C.A.)
Office | Bureau T. 613-419-0908 Fax: 613-916-6008
Ian Flanagan m
[email protected]
Debbie Flanagan
m
[email protected]
Jay Vanstone
m
[email protected]
EXECUTIVE Director | directeur exécutive
Michelle Matte-Stotyn m [email protected]
Brian diCenzo
m
[email protected]
Exec. Secretary | Secrétaire exéc.
Donald Poulin
m
[email protected]
m
[email protected]
m
[email protected]
Gord Gauvin
Morgan McCollum
Officers | Administrateurs
President | Président
Debbie Flanagan m [email protected]
Vice-PrEsident | Vice-Président
m [email protected]
Brian diCenzo COMMITTEE CHAIRS | Comité responsable
TREASURER | Trésorier
Judy Renaud m
04
08
12
16
28
[email protected]
Coach & Instructor Ratings
Processor | Comité de travail sur
l’entraînement
RATINGS /
CoPs | Brevets
Phil Perry Nicolas Huard m [email protected]
Coaching Working Committee (CWC)
Comité de Travail sur l’Entraînement (CTE)
Phil Perry m [email protected]
Technical & Safety (T&SC) | Technique et Sécurité
Rob MacNeill m [email protected]
B.A.S.E Jump | Saut B.A.S.E
Music is in the air | Voler, danser avec la musique
From our members
Information Technology | Technologie de l’information
m [email protected]
Brian Cole Send your photos and articles TO:
cspa.ca/en/canpara/submission-to-canpara
Faites parvenir vos articles et photos:
cspa.ca/fr/canpara/soumission-a-canpara
facebook.com/CanadianSkydiving
|
www.cspa.ca
Canadian Sport Parachuting Association | Association Canadienne de Parachutisme Sportif
204 - 1468 Laurier, Rockland, ON. K4K 1C7 Canada
T. 613-419-0908 Fax: 613-916-6008
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Photo credit: Gustavo Cabana
Government Regulatory Committee (GRC)
Comité gouvernementaux et réglementaires
m [email protected]
Pat Floyd CANPARA MAGAZINE
m [email protected]
Lise Hernandez G. Dangerous Trends | Tendances inquiétantes...danger !
22 Canadian Accuracy Team | Équipe canadienne des précisions d’atterrissage
26Mike Koo
27 Vertical Suits
34 Photo Gallery | Galerie d’images
38 Coaches Corner | Le coin des entraîneurs
[email protected]
Competition & National Teams (CNTC)
équipes Nationales et de Compétition
Barb Davies m [email protected]
LONG TERM ATHLETE DEVELOPMENT (LTAD)
Développement à long terme de l’athlète (DLTA)
Doreen West-Gemmell m [email protected]
Team EVOLUTION | Équipe ÉVOLUTION
De la part de nos membres
Awards | Prix honorifiques
Insurance | Assurances
m
Team FUZION | Équipe FUZION
m [email protected]
Contact CSPA office:
Articles
From the Office
Messages du bureau
40 News from the Loft | Le coin des gréeurs 42 Drive for the podium | Golf pour le podium
44 Newest CoPs | Nouveaux brevets
45 Awards | Prix
46 Donations | Dons
47 CSPA Affiliated Drop Zones & Club Listings | Liste de Centres-Écoles et Clubs Affiliés à l’ACPS
Photo Credit: Jaime McLean (Al Nadeau, swooping the May long weekend at 1000 Islands Skydivers)
CanPara is the official journal of the Canadian Sport Parachuting Association. No part of this magazine may be reproduced without written permission from the CSPA.
Articles used for educational purposes by non-profit organizations may be reproduced without permission as long as the source is mentioned. The CSPA assumes no
responsibility for the advertising or editorial content herein unless otherwise stated. ©2014 | All pictures within CanPara follow CSPA Basic Safety Rules & Recommendations. Postmaster: Return undeliverable mail to: Canadian Sport Parachuting Association 204 - 1468 Laurier, Rockland, ON K4K 1C7 Canada. Canadian Publications Mail
Product Sales Agreement #40046654. Postage paid at Quebec
5
on the way to the
worlds
Écrit par: Marie-Ève Dallaire
TRANSLATED BY: Monique Andrié
RÉVISÉ PAR: Serge Dufour
En route pour les championnats mondiaux de parachutisme
T
he international competition in Dubai was a turning
point for the Parachute Montréal Fuzion 4-way FS team. In fact, it
was one of the first major international competitions for the team
and it allowed us to create a solid base for further competitions.
The two weeks we spent in Dubai allowed the team to
learn to live together and bond with each other like never before.
In fact, trust is a really important factor when it comes to improving our performance. It’s crucial in freefall that each member of
the team fully trusts the other and to know that her partner is
going to be at the right place at the right time. This allows us to
increase the speed of execution and the fluidity of movements
during freefall. Since our experience in Dubai, we can feel that
trust during our training, both in the wind tunnel and in the sky.
During the Dubai meet, we learned to manage our stress
during competition. We have discovered that the stress will always be there no matter how much experience we get in the
sport. The hardest part is to stay positive all the time even after
a bad sequence. Staying united is what gives us the strength to
motivate each other to attack the next sequence with conviction. We will continue to work on our stress management during
competition and at each event so it will affect our performance
as little as possible. However, it’s important to still have a little
stress during a competition, that’s what gives us the little boost
we need during our jumps.
L
es championnats mondiaux de parachutisme de Dubai
furent un point tournant pour l’équipe Parachute Montréal
Fuzion. Première participation à une compétition majeure de
l’équipe au plan mondial, cela nous a permis de créer une base
solide pour les compétitions ultérieures.
Dans un premier temps, les deux semaines passées à
Dubaï ont appris à l’équipe l’art de vivre ensemble et de créer
des liens de confiance sans précédent. En effet, la confiance
est un facteur excessivement important chez les membres de
l’équipe et permet une performance accrue. Effectivement, il
est primordial, en chute-libre, que chacun des membres de
l’équipe ait pleinement confiance en l’autre, qu’il sache que son
coéquipier sera toujours à sa place, au bon moment. Cela permet
d’accélérer l’exécution et la fluidité des mouvements. De plus,
cette confiance se ressent lors de nos entraînements en soufflerie et dans les airs.
Our trip to Dubai allowed us to meet various teams and
people that we might see at other international events. For example, we have been really inspired by the discipline and performance of the French women’s team. We’ve had the chance to
share a few ideas with them and they gave us some techniques
to improve our future training efforts. We have also had the opportunity to talk with teams from other countries like England,
Belgium and United Arab Emirates. We are looking forward to
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
6
the next international competition in Czech Republic, where we
can meet our friends again.
In conclusion, our experience of the international competition of Dubai was quite rewarding for the Parachute Montréal
Fuzion team. We will use everything we’ve learned during our
future training and competitions. This event will stay in our memories forever.
Nous avons également appris à gérer notre stress en compétition. Nous nous sommes rendu compte que le stress serait
constamment présent, peu importe l’expérience que nous acquerrons dans le sport. Ainsi, le plus difficile est de rester positif
et confiant, même après une moins bonne séquence. C’est en
restant soudées et unies que nous réussissions à nous motiver
l’une l’autre et à attaquer le prochain saut avec conviction. Bref,
ce travail sur nous-mêmes de gestion du stress en compétition
reviendra à chaque épreuve, pour que notre performance en soit
affectée le moins possible. Un certain stress en compétition est
nécessaire, c’est ce qui nous donne une énergie supplémentaire
lors des sauts.
Ce séjour à Dubai nous a permis de rencontrer plusieurs
équipes et individus. Nous aurons la chance de les revoir lors de
prochains jeux internationaux. Entre autres, nous avons été très
inspirées par la discipline et la performance de l’équipe féminine
de France. Nous avons eu la chance de partager quelques discutions avec elles, qui nous ont aidées afin d’établir certaines
méthodes pour nos entraînements à venir. Nous avons aussi
pu échanger avec des compétiteurs d’autres pays, comme ceux
de l’Angleterre, des Émirats Arabes Unis et de la Belgique. En
somme, nous avons créé des liens que nous voulons resserrer
lors des prochains championnats mondiaux en République Tchèque.
Finalement, Dubai aura été une expérience enrichissante
pour l’équipe Parachute Montréal Fuzion et, l’expérience acquise, sera mise en application dans tous nos entraînements
et compétitions futures. Cette épreuve restera gravée dans nos
mémoires à tout jamais.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
8
ON ANNONCE UNE TORNADE
... ET ELLE EST EN PLEINE
Évolution !
Words by: Ella Ran TRADUIT PAR: Serge Dufour
RÉVISÉ PAR:
be afraid ... be very afraid.
No discipline is safe ;) Team Evolution is coming for you! …
Ask any dedicated competitor, and they’ll tell you that to
compete and do well in one discipline isn’t easy. It requires
a lot of work and resources to get to the podium. That’s
why most competitors focus all their energy on one discipline. Team Evolution wasn’t satisfied with being awesome
in one discipline, though…and decided to take on both FS
and VFS. Oh – and they can swoop too!
André Lemaire
F
aites attention… alerte générale. Aucune discipline
n’est à l’abri. L’équipe Évolution arrive ! Demandez à n’importe
quel compétiteur sérieux et il répondra que réussir dans une
discipline est très exigeant. Pour monter sur le podium cela
nécessite beaucoup de travail et de ressources. Ainsi, la
majorité des compétiteurs concentrent toute leur énergie sur
une seule discipline. Évolution n’était pas satisfaite d’exceller
dans une discipline... elle a décidé d’œuvrer à la fois au VR et
VRV. Et en survitesse, elle ne donne pas sa place.
The Canadian team is close on the heels of the world’s
leading FS teams, Hayabusa and Arizona Airspeed. A pretty im-
L’équipe canadienne est sur les talons des meilleures
équipes mondiales de FS, Hayabusa, les Belges et Arizona
Airspeed des É-U. Un exploit assez impressionnant, compte
tenu du fait qu’elle consacre son temps et efforts à deux disciplines. Et elle frappe fort. Cette équipe a du cœur pour y arriver,
mais aussi une histoire très spéciale.
It’s been a family affair, basically since the beginning.
Although, the team was originally founded with none of the
Lemay’s in it. Based at Michel Lemay’s DZ, Parachutisme Nouvel Air, five instructors got together in the late 1990’s and started
this team project called ‘Evolution’. After a couple of provincial
meets and Canadian Nationals, some members stopped and the
team was left with a void. Martin Lemay completed his PFF in
2000 and immediately started doing 4-way with them. Michel
was a Champion at the World Cup 1984 and an avid FS competi-
C’est une histoire de famille, et ça depuis le début, bien
que l’équipe ait été créée sans aucun des Lemay. À Nouvel Air,
le centre de parachutisme de Michel Lemay, cinq instructeurs
se sont réunis à la fin des années 1990 et pour initier ce projet
d’équipe appelé «Évolution». Après quelques compétitions canadiennes et provinciales, certains membres ont arrêté le projet
et l’équipe fut laissée en plan. Martin Lemay termina sa formation PAC en 2000 et immédiatement, commença à faire du
FS4 avec eux. Michel avait été champion de la Coupe du Monde
1984 et compétiteur passionné de VR au début des années 80,
avant même que son premier fils ne soit né. Plus tard, quand il
vit la passion de ses fils pour cette discipline, il fit un retour pour
se joindre à eux.
pressive feat, considering the fact that they’re dedicating their
time and efforts to TWO disciplines and they are aiming high.
This team has got the heart to make it happen, and an interesting story too.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Photo Credit: Bill Schmitz
tor in the early 1980’s, before any of his sons were born. When
he saw his son’s passion for 4-way, he got back into it and joined
them.
This line-up of two home DZ instructors, Michel and
Martin competed at 2003 Canadian Nationals and finished 2nd.
After these Nationals, Vincent (middle brother) was old enough
to jump and started training with the team. Ben, who was still
too young, got to do a lot of 1-on-1 time with Craig Girard in the
Orlando Tunnel. With the addition of Vince, the team competed at the 2006 World Meet and finished 9th, just short of a 17
average.
Again, when Ben Lemay was old enough, he joined the
ranks of Evolution, and the family story really began. Evolution
always kept its name. “We always felt it was appropriate and
relevant to what we were trying to accomplish”, Martin tells me.
Since then, the team has continued to evolve and now includes a
few non-biological family members. We sat down with Martin to
hear more about the team’s unique history and goals.
What’s the biggest challenge in competing in two
disciplines simultaneously?
Competing in two disciplines surely makes us deal with
out-of-the-box scenarios. We competed at Shamrock this year in
both disciplines and we faced shorter calls and having to switch
back and forth between FS suit and VFS suits, along with shorter prep time. As a team, it was the harder meet to deal with because of the short turnaround time between rounds. This year’s
Ces deux instructeurs maison, Michel père et Martin fils,
participèrent aux Championnats canadiens 2003 pour finir
2ème. Après les championnats nationaux, Vincent (enfant du
milieu) fut assez grand pour sauter et commença à s’entraîner
avec l’équipe. Benoit, qui était encore trop jeune, eut alors beaucoup de temps pour travailler en duo avec Craig Girard dans la
soufflerie d’Orlando. Avec l’ajout de Vincent, l’équipe a participé
à la Compétition mondiale de 2006 et termina 9e, juste en deçà
de la moyenne de points de 17.
Quand Benoit Lemay fut assez vieux, il joignit les rangs
d’Évolution, et, commença vraiment, l’histoire familiale.
Évolution a toujours gardé son nom. « Nous avons toujours
pensé que ce nom était des plus appropriés et qu’il était pertinent pour ce que nous essayions d’accomplir», me dit Martin.
Depuis, l’équipe a continué d’évoluer et comprend maintenant
quelques membres de la famille « non biologique ». Martin nous
en a appris un peu plus sur l’histoire et les objectifs uniques de
l’équipe.
Quel est le plus grand défi de concourir dans
deux disciplines ?
La compétition dans deux disciplines nous amène sûrement à devoir traiter des situations problématiques. Nous
avons participé au Shamrock cette année dans les deux disciplines et nous avons été confrontés à de courts délais en devant
vite changer de combinaison de saut entre les VR et VRV, avec
un temps de préparation réduit. Comme équipe, c’était la compétition la plus difficile à gérer en raison du peu de temps entre
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
10
11
open great, fly fast, have a wide range of speed, and are powerful
when piloted adequately.
What are your upcoming plans and goals?
All of our attention is devoted to this year’s WPC. As a
team, of course we all want to raise the Excalibur Sword at WPC.
Our plans for the summer are directed towards training and
kicking asses in both disciplines at WPC. We do realize that the
challenge will be tough, and are putting everything into this endeavor.
All of us as individuals want to do great in the competition
spectrum of skydiving, but we also have other accomplishments
and goals we are striving for. Vincent loves flying airplanes and
has accumulated an impressive resume which takes him everywhere to fly, mostly for skydiving. I am managing our home DZ.
I like organizing events for our jumpers (Nationals, Records,…).
We are also hosting the Canopy Piloting World Cup 2015, and
I want to keep attracting more international events and keep
helping our local jumpers to strive for improvement and keep
jumping. JC is a T4 tunnel instructor and is making ways in the
tunnel world as well. We are all very enthusiastic about teaching
and sharing our passion for the sport.
What are your greatest achievements as a team?
That’s a tough one. I want to say the tunnel meet in Singapore in December 2012. It was our first competition as the whole
new line-up with Katie and JC in FS/VFS. We were 4th by a great
margin in VFS after day 1, heading into day 2 of the meet. We
scored a 40 on a dive, winning the round and stepping from 4th
to 2nd. We beat SDC Standard and Arsenal overall, finishing 2nd
behind Dubai Nexus. We ended up 3rd in FS and 2nd in VFS.
Shamrock, on the other hand, offered us the worst-case-scenario mock meet in preparation for this year’s World Parachuting
Championships (WPC). We have now competed in five different
competitions in both disciplines and we have found a great way
to make it work.
You know, there have been other people/teams that have
competed in both FS disciplines: 4-way and 8-way. Our feeling
is that, although the flying skills required in FS and VFS are way
different, the mindset, pace and FS basics remain all the same.
There is a big gap between the technicalities between 4-way
and 8-way, and same with the pace and keys. Mindsets for flat
and vertical FS are the same, but the skills are different.
In the end, the biggest challenge is for our two teammates
who are only competing in one discipline having to cope with
the training schedule.
How are the dynamics of the team?
Between 2006 and 2012, there were four family members
on the team: our father and us three brothers. There is definitely
a unity created over time, something very strong that we keep
growing. Dynamics between the brothers is straight-forward
and easy. It’s a strong bond formed with time, training, competitions and childhood experiences. Now that we have more nonfamily members, we have to be a bit more careful and understand that we need to share as much as possible with the other
three teammates so that everybody feels part of our family.
What canopies do you fly?
As much as we love freefalling, we are also fans of the
canopy rides leading us to the ground. I am a Flight-1 instructor myself. All of us, except one, fly a Velocity. JC is a talented,
but less experienced jumper. He flies a Katana, but his goal is
to fly a Velocity in the coming years. We love our Velos. They
les deux rondes. Cette année, le Shamrock d’autre part, nous a
offert le pire des scénarios pour la préparation aux championnats mondiaux de parachutisme de cette année (CMP). Nous
avons maintenant participé à cinq compétitions différentes
dans les deux disciplines et nous avons trouvé un excellent
moyen de les harmoniser.
As a family in the FS line-up, our greatest accomplishment
comes from our father, posting a 24 average in Russia 2010 and
23.6 in Dubai 2012 at age 52 and 54 years old!
Vous savez, il y a eu d’autres personnes/équipes qui
ont concouru dans les deux disciplines VR : à 4 et 8. Nous
croyons que, même si les compétences de vol requises dans le
VR et VRV, sont très différentes, l’esprit, le rythme et les bases
du VR restent les mêmes. Il y a un grand écart entre les aspects
techniques de la 4 et la 8, de même qu’avec le rythme et les
points. L’idée fondamentale pour le VR horizontal et vertical est
la même, mais les compétences sont différentes.
même un instructeur du programme Flight-1. Chacun d’entre
nous, sauf un, pilote un Velocity. JC est un sauteur talentueux,
mais moins expérimenté. Il saute un Katana, mais son but est
de piloter un Velocity dans les années à venir. Nous aimons nos
Velos. Ils ont des déploiements super, volent vite et possèdent
un large éventail de vitesse, avec la puissance quand pilotés de
manière adéquate.
Quels sont vos projets et objectifs à venir?
Cette année, toute notre attention est consacrée à la compétition mondiale. En tant qu’équipe, bien sûr, nous voulons
tous brandir l’épée Excalibur au CMP. Nos projets pour l’été
sont dirigés vers la formation et nous surpasser dans les deux
disciplines au CMP. Nous réalisons que le défi sera difficile et
nous y mettons tout le paquet.
Chacun d’entre nous en tant qu’individu a envie de faire
de grandes choses dans le spectre du parachutisme de compétition, mais nous avons aussi d’autres objectifs. Vincent aime
piloter des avions et a accumulé un CV impressionnant qui
l’amène à voler partout, principalement pour le parachutisme.
Je gère notre centre de parachutisme. J’aime organiser des événements pour nos sauteurs (compétitions nationales, records,
...). Nous sommes également en train d’organiser la Coupe du
Monde de pilotage de voilure 2015… je veux continuer à attirer la
tenue d’évènements internationaux en plus de continuer d’aider
nos sauteurs locaux à s’améliorer et de continuer à sauter. JC
est un formateur de soufflerie T4 et il fait son chemin dans le
monde de la soufflerie. Nous sommes tous très enthousiastes
d’enseigner et de partager notre passion pour le sport.
Quelles sont vos plus grandes réalisations en
équipe?
C’est une question difficile. Je dirais la compétition de
soufflerie de Singapour en décembre 2012. C’était notre première compétition avec nos nouveaux équipiers Katie et JC en VR
et VRV. Nous étions 4e par une grande marge en VRV au jour
1, et dominions au second jour de la compétition. Nous avons
marqué 40 points lors d’une ronde, remportant la manche pour
passer du 4e au 2e rang. Nous avons battu la SDC Standard
et Arsenal, globalement, terminant 2e derrière Nexus de Dubaï.
Nous avons fini 3ème en VR et 2ème en VRV.
En tant que famille en VR, notre plus grande réussite vient
de notre père, en affichant une moyenne de 24 en Russie en
2010 et de 23.6 en 2012 à Dubai, et cela, respectivement à l’âge
de 52 ans et 54 ans!
En fin de compte, le plus grand défi est, pour nos deux
coéquipiers qui ne sont en compétition que dans une des deux
disciplines, d’avoir à planifier l’horaire de préparation.
Et la dynamique de l’équipe ?
Entre 2006 et 2012, il y avait quatre membres de la famille
dans l’équipe: notre père et nous, les trois frères. De façon certaine, une unité s’est créée au fil du temps, quelque chose de
très solide, que nous gardons de plus en plus. La dynamique
entre les frères est directe et facile. C’est un lien très fort formé
avec le temps, la formation, les compétitions et les expériences
d’enfance. Maintenant que nous avons plus de membres « horsfamille », nous devons être un peu plus prudents et comprendre
que nous devons partager autant que possible avec les trois autres coéquipiers afin que chacun se sente en famille.
Ben’s first tandem, age 4
Michel Lemay’s 10,000th jump, first with the
whole family
Quelle voilure avez-vous?
Autant nous aimons la chute libre, autant nous sommes
aussi des fans de survitesse en revenant au sol. Je suis moi-
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
12
13
dangerous
trends
WRITTEN BY | Écrit par : Bryan Burke
TRADUIT PAR : André Lemaire RÉVISÉ PAR : Serge Dufour
Tendances inquiétantes ... danger !
E
very Safety Day, Skydive Arizona in Eloy tries to combine practical safety exercises in the daytime with a more generalized, thoughtful look at safety trends during an evening
presentation. The latter element has always been my job and my
passion. I’ve been a Safety and Training Advisor since they were
known as Area Safety Officers, and although I only have a few
thousand jumps, I’d be willing to bet good money that I’ve seen
more jumps than anyone alive. The downside to my job is the 25
fatalities I’ve worked over the last two decades and the hundreds
of serious accidents. I want to do everything I can to reduce that,
and education based on solid facts is my best tool. Most of those
accidents were preventable.
1. Canopy Collisions and Unintentional Low-Turns are Preventable.
The fact that canopy-collision fatalities and unintentional-low-turn fatalities were zero in 2012 means we can successfully train skydivers to prevent or avoid these accidents, which
have been major killers in the past decade. Sure, some of the
improvement was dumb luck. (We had several near misses here
that could have gone much worse.) But I think at least half –probably most – of that incredible gain in safety is from improved
training. The bottom line is that you need to learn good canopy
skills and, no matter what your skill level, always remember one
thing: every turn, top to bottom, is an accident waiting to happen.
Eliminate all unnecessary turns, and execute the necessary ones
with restraint and caution.
2. Intentional Low-Turns cannot be made ‘Safe’
The fact that intentional low turns continue to be a major
cause of fatalities for more than a decade leads to one conclusion: they cannot be made ‘safe’. Every year, under-skilled,
under-trained people on the wrong gear perform some of these
fatal, intentional turns. But every year, incredibly skilled, highly
experienced people with the best possible training, currency and
equipment perform fatal, intentional turns. Deliberate high-performance landings simply can never be safe any more than Base
jumping can ever be safe. When even the best can die doing it, it
is not safe compared to regular skydiving practices.
L
ors de chaque journée de la sécurité, Skydive Arizona
essaie de combiner des exercices pratiques de sécurité le jour
à une présentation de soirée, plus générale et réfléchie sur les
tendances en matière de sécurité. Cette dernière partie a toujours été ma tâche et aussi ma passion. J’ai été conseiller sur
l’entraînement et la sécurité depuis que le poste d’officier de
sécurité existe et bien que je cumule seulement quelques milliers de sauts, j’ai toujours été prêt à parier avoir vu plus de sauts
que n’importe qui d’autre encore vivant. Le côté plus sombre de
mon poste est malheureusement représenté par 25 mortalités
dont j’ai dû m’occuper sur une période de vingt ans ainsi que des
centaines d’accidents graves. Je veux vraiment faire tout en mon
pouvoir pour réduire cela et, l’éducation combinée aux faits avérés, constitue mon meilleur outil de référence. J’ajouterai que la
plupart des ces accidents auraient pu être évités.
1. On peut prévenir les collisions sous voilures et les virages à
basse altitude non intentionnels.
Le fait qu’il n’y a eu aucune mortalité en 2012 due aux collisions sous voilures et aux virages non intentionnels signifie
qu’on peut entraîner les parachutistes avec succès pour prévenir
et éviter ces accidents qui sont les véritables tueurs de la dernière
décennie. Bien sûr, certaines « bonnes » statistiques sont dues à
la chance pure. Nous avons eu chaud à plusieurs reprises et cela
aurait pu être pire. Cependant, je pense qu’au moins la moitié de
ces « chances » sinon la plupart de ces incroyables gains positifs
de sécurité vient de l’amélioration de l’entraînement. L’idée de
base est qu’il faut absolument apprendre les habiletés du pilotage de voilure et, quel que soit votre niveau, il faut toujours se
rappeler une chose, chaque virage, du début à la fin, représente
un accident potentiel. Donc, éliminons tout virage non nécessaire avec diligence et attention.
2. Les virages intentionnels à basse altitude ne peuvent être faits
en toute sécurité
L’évidence que les virages intentionnels à basse altitude
continuent d’être la principale source de mortalité et cela, pour
plus d’une dizaine d’années, nous amène à la conclusion qu’ils
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
What is safe enough?
Since Skydive Arizona imposed strong restrictions on intentional turns about six years ago (and began to aggressively police canopy flying in general), we have hosted more than
600,000 jumps without a fatal accident among our civilian
skydivers. That’s about five times better than the US and global
average. Again, could it be dumb luck? Somewhat. But the numbers are too big to ignore. Cut back on turns and you cut back on
accidents.
Safety Problems Change
Safety is a constantly evolving problem. Malfunctions, a
major killer 25 years ago, are now almost non-events thanks to
standardization of equipment and training, as well as the very
high quality of containers and reserves compared to a generation ago. Landing a parachute, almost a non-event 25 years ago,
became a major killer in the ‘90s and remains so today but there
is real progress. I hope we are seeing light at the end of the tunnel on this problem. It is pretty clear that better canopy training
and discipline could reduce the overall fatality rate by as much
as 80 percent within a year or two.
Go-Pro Generation
What is the next fatality frontier? I’m putting my chips on
the Go-Pro generation. If a team of engineers was challenged to
come up with the best possible device to capture pilot-chute bridles or steering lines, I doubt they could surpass small-format
cameras, unless they recommended that everyone bolt large
shark-fishing hooks to their helmets. Real-life experience and
practical tests have shown these cameras are very good at
catching lines or bridles and not letting go (not to mention distracting the jumpers). Most of these jumpers are not equipped or
trained to deal with the problem of having their main parachutes
tied to their heads as they whiz through 2,500 feet
Frightening Trend
Beyond that, it seems everyone wants to post a cool video,
so now I’m busting people in the 100-jump range wearing cameras and leading (on their backs!) equally inexperienced buddies
on their first tracking dives… with absolutely no coaching about
how tracking dives work and how their poorly-planned experiments might endanger completely innocent people in other exit
groups. None of these have been our local skydivers. Either they
ne peuvent être considérés comme sécuritaires. Chaque année,
des gens sous-entraînés, n’ayant pas encore développé toutes
les habiletés et utilisant des équipements inadéquats, entreprennent de faire ce genre de virages fatals de façon intentionnelle. En revanche, chaque année, des gens très expérimentés,
possédant une vaste expérience et dotés des meilleurs entraînements possibles en plus d’être à jour avec le bon équipement font
des virages intentionnels fatals. Des atterrissages en survitesse,
effectués délibérément, ne peuvent jamais être sécuritaires, pas
plus que les sauts de BASE qui ne le seront jamais également.
Quand même les meilleurs peuvent se tuer, cela indique que ce
n’est pas une pratique « régulière sécuritaire » de parachutiste.
Mais qu’est-ce qui est assez sécuritaire ?
Comme Skydive Arizona impose des restrictions sévères
sur les virages intentionnels depuis environ six ans (et a commencé à règlementer avec force le pilotage de voilure en général), nous avons accueilli plus de 600 000 sauts sans accident
mortel parmi les parachutistes civils. Cela représente une fiche
cinq fois meilleure que les É-U et la moyenne mondiale. Qui peut
dire encore que c’est de la chance pure ? En tout cas, les chiffres
sont trop éloquents pour qu’on les ignore. Diminuez le nombre
de virages et vous couperez ainsi dans le nombre d’accidents.
Nouvelle édition pour problèmes de sécurité
La sécurité évolue constamment. Les défaillances de
parachute, le tueur classique d’il y a 25 ans, sont devenus assez rares grâce à la standardisation de l’équipement ainsi qu’à
l’entraînement. On peut aussi parler de la qualité des sac/harnais et des voilures de secours actuels depuis une génération.
Atterrir avec un parachute, exercice plutôt banal il y a 25 ans est
devenu, dans les années 90, la principale source de décès et
continue à le demeurer. Mais on peut dire qu’il n’y a eu aucun réel
progrès. J’espère qu’on commence à voir la lumière au bout du
tunnel à ce propos. Il devient clair qu’un meilleur entraînement
en pilotage de voilure et le fait d’inculquer la discipline nécessaire pourraient diminuer le taux de mortalité en général par un
facteur d’au moins 80% dans les deux prochaines années.
La génération GO PRO
Quelle est la dernière frontière ouvrant sur la mortalité ?
Je gage mes billes sur la génération Go Pro. Si une équipe
d’ingénieurs s’est vu mettre au défi de concevoir le meilleur dispositif possible pour attraper les extracteurs, les drisses ou les
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
14
were poorly trained at their home DZs and just didn’t know any
better, or they were wilfully sneaking off to other destination DZs
to try stuff without adult supervision. Either way, it is a frightening trend.
Learning-by-doing – Not Good in Skydiving
It is very reminiscent of the days when people were teaching themselves to hook turn or freefly, but with one big difference: back then, the learn-by-doing crowd had hundreds or thousands of jumps. Now they often have less than 200 jumps and
don’t even realize this is a problem! We know better now, or at
least we should.
Knowledge is Survival
DZOs, please do the sport a favor: teach your students that
nothing – absolutely nothing – should be self-taught. Knowledge isn’t just power, it is survival! Tracking, angle flying, jumping with a camera – jumpers should treat these just as seriously
as first-jump training, downsizing canopies, high-altitude jumps,
learning to freefly, jump wingsuits or do front-riser turns for
landing. I’m sure all the destination drop zones will back me on
this one: we don’t need 100-jump wonders with GoPros on their
heads learning to track in our airspace.
Information from the Right Place
The best thing we can do for safety is to encourage everyone to ask for advice and instruction from people who are in
a position to know. We’ll do our best to provide it, and when we
don’t know, we’ll do our best to learn. Honest dialogue, learning from our mistakes and clear thinking about the future are the
best safety tools we have.
Article originally published in SkydiveMag.com, the international online magazine
lignes de contrôle, je doute qu’elle puisse surpasser celui des
caméras miniatures. À moins qu’elle recommande à chacun de
visser un hameçon de pèche au requin sur son casque. L’usage
de ces caméras dans la vraie vie et des tests pratiques ont démontré qu’elles ont toutes les « chances » d’accrocher des suspentes ou des drisses sans lâcher prise (je ne m’étendrai pas sur
celles de distraire les sauteurs). Presque tous ces sauteurs ne
sont ni équipés ni entraînés pour négocier le problème d’avoir
son parachute retenu à leur tête alors qu’ils passent le cap de
2500 pieds.
Une tendance qui effraie
Au-delà de ça, on dirait que tous les sauteurs veulent publier une vidéo d’action. À ce point, les gens de 100 sauts portent des caméras et prennent en charge (sur leur dos) d’autres
sauteurs également sans expérience dans leur premier saut
de dérive et de plongée en position inclinée… et cela, sans aucune supervision sur ce genre d’exercice. Ces expériences peu
ou prou planifiées peuvent très bien mettre en danger des gens
innocents d’autres groupes eux aussi sortis du même avion.
J’ajouterai qu’aucun d’eux n’appartenaient à notre centre. Ou
bien ils ont reçu peu de formation à leur centre ou alors ils n’en
savaient pas plus. Ou alors ils se sont faufilés vers d’autres centres que le leur pour essayer des trucs sans supervision responsable. De toute façon, voilà la mode inquiétante dont je parle.
Apprendre par l’action
Ça me rappelle beaucoup le temps où les gens apprenaient
l’un de l’autre à faire un virage à 1800 mais avec cette énorme
différence : en ces temps-là, les adeptes de l’apprentissage par
l’action avaient des centaines voire des milliers de sauts. Maintenant, ils ont souvent moins de 200 sauts et ne réalisent même
pas qu’il y a un problème potentiel. Nous avons bien plus de connaissances aujourd’hui ou du moins on le devrait.
La connaissance…une question de survie
Chefs de centre, s’il vous plait, faites un grand don au sport
: enseignez à vos élèves que rien, absolument rien ne peut être
autodidacte. La connaissance n’est pas juste un facteur de puissance, c’est un facteur de survie. Une dérive, une plongée en position inclinée, un saut avec caméra…bref, les sauteurs devraient
considérer ces disciplines sérieusement comme c’était le cas
pour leur cours de premier saut, même chose pour la réduction
de la taille des voilures, les sauts à haute altitude, l’apprentissage
du Freefly, les sauts en Wingsuit ou l’utilisation des élévateurs
avant pour atterrir. Je suis sûr que tous les centres vont se rallier à moi sur ce point à savoir, qu’on n’a pas besoin de petits
génies d’une centaine de sauts, avec des Go Pro sur leur casque,
qui font leur apprentissage de dérive dans notre espace aérien.
Informez-vous au bon kiosque
La meilleure chose que nous pouvons faire pour la sécurité est d’encourager chacun à demander conseil et de
se renseigner auprès des gens qui ont un poste attestant
de leurs connaissances. On fera le mieux qu’on peut pour
fournir l’information et, quand nous n’aurons pas ces connaissances, nous feront l’impossible pour l’apprendre.
Pour la sécurité, un dialogue honnête, un apprentissage à partir de nos erreurs et une pensée éclairée sur le futur
constituent nos meilleurs outils.
Article original publié sur SkydiveMag.com, le magazine international
sur Internet
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
16
17
b.a.s.e jump
THE MISUNDERSTOOD DISCIPLINE
La discipline méconnue
REPORTER: Patrick Singcaster
RIDE UP
LE septième ciel
ÉCRIT PAR: Jocelyn Brunet
REVISÉ PAR : Lucie Plamondon
What you should know about your ride up to the sky…
Ce que vous devriez savoir avant de monter au 7ième ciel…
RÉVISÉ PAR: Serge Dufour
I
t’s hard to know who the real pioneers
are of throwing oneself off a building, an
antenna, a bridge or a mountain to gently
finish their freefall under canopy. But most
of the experts agree that this practice was
thrust into the mainstream near the end
of the ‘70s, when Carl Boenish filmed his
compatriots jumping off mount El Capitan in
Yosemite National Park in the U.S.
Forty years later, despite the
constantly increasing number of followers,
this discipline remains misunderstood. From
an outside perspective, the practice can
seem extreme, risky, performed by reckless
daredevils, rebels, etc. But what is it, really,
that motivates its followers?
There are certainly those in search of
strong emotional highs who have a strong
desire to always push the limits. There are
others for whom it is a challenge to overcome
and over 1,700 of them possess their “BASE
Number” certifying that they have made a
jump from each of the four different types
of objects of the acronym. But there are also
sportsmen and enthusiasts who practice
regularly, in order to develop and improve
different flight techniques: with or without a
wingsuit, with or without obstacles, with or
without horizontal or vertical proximity, etc.
And for some people, it’s simply a beautiful way to finish a day of mountain hiking.
Briefly, there are many reasons that different
personality types to devote themselves to
the pursuit of BASE jumps, and the benefits
seem to far outweigh the risks.
Given the nature of the sport, it is not
possible to know the exact number of jumps
made each year, so it’s hard to draw conclu-
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
TRANSLATED BY: Monique Andrié
D
ifficile de savoir qui sont réellement
les pionniers de se jeter dans le vide du haut
d’un édifice, d’une antenne, d’un pont et
d’une montagne, pour terminer doucement
leur chute sous une voilure. Mais la plupart
des connaisseurs s’entendent sur le fait
que cette pratique a été dévoilée au grand
publique vers la fin des années 70, lorsque
Carl Boenish a filmé ses compatriotes
s’élancer du mont El Capitan aux États-Unis.
Quarante années plus tard, malgré
l’augmentation constante d’adeptes, cette
discipline reste encore méconnue. D’une
perspective extérieure, l’exercice peut
sembler extrême, risqué, exécuté par des
inconscients, des téméraires, etc. Mais
qu’en est-il réellement de cette activité et de
ses adhérents?
Il y a bien sûr ceux qui sont à la recherche d’émotions fortes et qui ont un désir de toujours repousser les limites. Il y en
a d’autres pour qui il s’agit de défis à relever
et plus de 1 700 d’entre eux possèdent fièrement leur « BASE Number » certifiant qu’ils
ont effectué un saut à partir des quatre différents objets de l’acronyme. Mais il y a
aussi les sportifs et passionnés qui le pratiquent régulièrement afin de développer et
d’améliorer différentes techniques de vol
: avec ou sans combinaison ailée, avec ou
sans obstacle, avec ou sans proximité latérale et/ou verticale, etc. Et pour certains, il
s’agit tout simplement d’une belle façon de
terminer une journée de marche en montagne. Bref, il y a autant de raison que de différentes personnalités pour s’adonner aux
sauts de « BASE » et les bénéfices semblent
largement l’emporter sur les risques.
Étant donné la nature du sport, il n’est
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
18
19
pas possible de connaître le nombre exact de sauts effectués
chaque année afin d’en tirer des statistiques révélatrices de
risques. Depuis 1981, on dénombrait en moyenne cinq morts par
année. Mais le saut de « BASE » semble gagner en popularité
depuis quelques années, ayant pour effet de hausser ce triste
chiffre.
Il faut mentionner que lors des premiers balbutiements
du sport, ceux qui le pratiquaient utilisaient de l’équipement de
parachutiste qu’il modifiait pour leur besoin. Ce qui est fortement
déconseillé. Avec le temps et le nombre d’adeptes grandissant,
une expertise s’est développée et nous pouvons maintenant
trouver de l’équipement fiable spécialisé dans le domaine.
L’équipement de saut de « BASE » ne comporte
normalement qu’un seul parachute, de type similaire aux voilures
de réserve des parachutistes réguliers. Ces derniers utilisent
une voilure principale pour différentes raisons telles la facilité
de pliage et les aptitudes au pilotage. Mais cette voilure est
aussi beaucoup moins fiable, d’où la préférence à une voilure de
réserve, qui elle est très fiable. L’équipement fait d’ailleurs très
rarement défaut et la grande majorité des accidents recensés
en saut de « BASE » sont dus à des erreurs humaines.
Parmi les autres différences d’équipement, il y a la taille de
l’extracteur qui peut varier selon la durée de la chute libre. Des
suspentes plus flexibles permettant d’absorber un plus grand
choc. Un sac différent afin d’éviter les « bag lock », c’est-à-dire
que les suspentes ne sont pas lovées à l’aide d’élastiques, mais
plutôt soigneusement pliées dans une pochette. Le glisseur
ressemble à un filet, afin d’accélérer l’ouverture de la voilure. La
position du celui-ci lors du pliage est d’ailleurs un facteur pris
en compte selon le type de saut à exécuter. Finalement, suite à
une technique de pliage particulière à l’aide de pinces, la voilure
est déposée directement dans le conteneur, qui lui, est fermé
à l’aide d’une ou deux traditionnelles aiguilles ou simplement
avec des velcros.
sions about risk. Since 1981, we have seen on average five deaths
per year. But it seems that BASE has been gaining popularity in
the last few years, resulting in an increase in that sad number.
In the early days of the sport, those who practiced it just
used skydiving equipment that had been modified to fit their
needs; this is now strongly discouraged. As the number of participants and the popularity of the sport grew, knowledge and
expertise in the sport were developed and we can now find specialized equipment to be used in the discipline.
BASE jumping equipment normally only uses a single parachute system, which resembles the reserve parachutes used
by regular skydivers. Skydivers select their main parachute for
different reasons, like ease of packing and flying characteristics.
But these parachutes are less reliable in comparison to a reserve
canopy, which is very reliable. Reserve canopies very rarely malfunction, and a large majority of accidents in BASE jumping are
due to human error.
Among the other differences in equipment, there is the
size of the pilot chute, which can vary according to the length
of the freefall. More flexible lines, able to absorb higher opening
shock. A different bag to avoid bag lock, which means that the
lines are not held by stows, they are carefully folded into a pocket. The slider looks like a net, in order to speed up the opening
of the canopy. The position of the slider during packing changes
according to the type of jump being made. Finally, following a
specific packing technique with the aid of clamps, the canopy is
folded directly into the container which is then closed by one or
two traditional pins, or simply with Velcro.
Certains événements sont organisés comme le « Bridge
Day » en Virginie aux États-Unis, où les autorités ferment un
pont pendant quelques heures afin que plusieurs amateurs
puissent y sauter. C’est d’ailleurs un très bon endroit en
Amérique du Nord afin d’y effectuer sont premier saut de
« BASE » puisque plusieurs vétérans s’y réunissent, toujours
prêt à vous conseiller et vous enseigner les rudiments du sport.
Le pont Perrine aux Twin Falls en Idaho est aussi un bon
endroit pour pratiquer cette discipline puisqu’il s’agit de la seule
structure nord-américaine à accepter les sauts de « BASE » toute
l’année. Il y a les internationaux de Kuala Lumpur en Malaisie,
ou une centaine de sauteurs aguerris peuvent profiter d’une tour
pendant quelques jours pour démontrer leurs aptitudes. Sans
compter les nombreuses falaises un peu partout dans le monde
qui agrémentent les émotions fortes d’un magnifique paysage.
Au Canada, il n’y a pas de loi interdisant la pratique de
ce sport. Mais il est interdit d’utiliser une structure et un terrain
sans en avoir l’autorisation.
Il y a plusieurs vedettes dans cette discipline tels Jeb Corliss
et ses vidéos virales dont « Grinding The Crack », Valery Rozov,
détenteur du record de saut de « BASE » le plus élevé à partir du
mont Everest ou Roberta Mancino pour ses sauts stylisés, etc.
L’un d’entre eux a attiré notre attention, non seulement parce
qu’il est un canadien vétéran et passionné de cette discipline,
mais aussi parce qu’il a une histoire remarquable, synonyme de
courage et de persévérance.
BASE events are organized, like Bridge Day in Virginia,
where authorities close off a bridge for a few hours so that many
beginners can jump. Bridge Day is a very good place to do your
first BASE jump, since there are many experts who attend and
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
are ready to advise and teach you the basics of the sport.
The Perrine Bridge in Twin Falls, Idaho, is also a good place
to practice this discipline, since it is the only North American site
where authorities allow BASE jumping all year-round. There are
other international sites, like Kuala Lumpur in Malaysia, where
a hundred seasoned jumpers can jump from the high-rise tower
to demonstrate their skills. And of course there are countless
numerous cliffs around the world which decorate the magnificent
countryside and evoke strong emotions.
In Canada, there is no law prohibiting participation in the
sport. But it is prohibited to use any structure or land without permission, which has almost the same effect.
There are many stars in this discipline, such as Jeb Corliss
with his viral videos, like “Grinding the Crack”, Valery Rozov,
BASE record-holder for the highest BASE jump from Mount
Everest, or Roberta Mancino for her stylized jumps, etc. One of
them caught our attention, not only because he is a Canadian
veteran, and passionate about the discipline, but also because
he has a remarkable story, synonymous with courage and
perseverance.
JUST ONE MORE
AU MOINS UN AUTRE
(avec Lonnie Bissonnette)
L
onnie Bissonnette est un résident de l’Ontario qui a,
comme plusieurs d’entre nous, essayé le parachutisme tout
bonnement et en est finalement devenu un pratiquant régulier.
Il y a consacré beaucoup de temps, devenant même instructeur,
et semblait avoir trouvé ce dont il avait toujours rêvé.
Mais suite à une longue journée, Lonnie profitait de la
soirée sur la zone de parachutage. À un certain moment, il
entre dans le bâtiment et parcours rapidement les pièces à
la recherche de quelqu’un. Lorsqu’il ouvre la porte de la salle
vidéo, les trois hommes présents sont surpris et s’empressent
de fermer le téléviseur devant lequel ils se trouvent. Trop tard,
Lonnie avait eu le temps d’apercevoir une voilure dans les
hauteurs d’une ville qui semblait être Toronto. Constatant qu’il
serait difficile de lui cacher quoi que ce soit, les hommes lui
demandent de refermer la porte derrière lui afin qu’ils puissent
lui dévoiler leur secret.
« Lorsque j’ai vu ça, j’ai su que c’était ce
que je voulais réellement faire! »
(with Lonnie Bissonnette)
L
onnie Bissonnette is an Ontario resident who, like
many of us, thought he could just try skydiving once and then
found himself a regular jumper. He dedicated a lot of time to the
sport, even becoming an instructor, and it appeared, had finally
achieved what he has always dreamed of.
But one day, after sunset, Lonnie was enjoying the evening at the DZ. At one point, he went into the building looking
for someone. As soon as he opened the door to the video room,
three surprised men rushed to turn off the video they were watching. Too late. Lonnie had enough time to notice a canopy in the
sky above a city which appeared to be Toronto. Conceding that it
would be difficult to hide it from him, they asked him to close the
door so they could reveal their secret.
“As soon as I saw that, I knew that
was what I really wanted to do!”
A few weeks later, carrying his adapted skydiving equipment for the jump, followed by two other stooges, Lonnie attacked the climb of an antenna with the goal of jumping from
it. He was so excited that he climbed as fast as he could. After
a while, he realized that he’d left his friends behind. He really
wanted to establish communication with his friends to know
what was going on, but the distance alters their voices and it is
impossible to distinguish a single word. So Lonnie didn’t know
if they had backed out of the jump or if he should wait for them.
One of them had actually turned back, while the other was still
climbing when he heard a whistle followed by a slam. It came
from Lonnie’s canopy, who had just made his first BASE jump. It
was a revelation, one he would repeat a thousand times, in many
different places.
In 2004, Twin Falls, Idaho, seven Canadians were at the
Perrine Bridge; one more than the official Canadian BASE record
of jumping from the same object at the same time. Lonnie, being the most experienced in this group, took charge of organizing. Not having much margin for error, the jump had to be well
synchronized and each jumper needed to know exactly when to
deploy their parachute. Lonnie would be the last one to pull. And
since it would be his 1,100th BASE jump, he decided to add a spe-
Quelques semaines plus tard, muni de son équipement
de parachutiste « adapté » pour la cause et accompagné de
deux comparses, Lonnie attaque la montée d’une antenne dans
le but de s’y élancer. Il est tellement excité qu’il grimpe à toute
vitesse. Après un certain temps, il réalise qu’il a, de beaucoup,
distancé ses collègues. Il tente d’établir la communication afin
de connaître l’état de la situation, mais la distance altère les voix
et il est impossible d’y distinguer un seul mot. Lonnie ne sait
donc pas s’ils ont abandonné le projet ou s’il doit les attendre.
L’un des acolytes avait effectivement rebroussé chemin, tandis
que l’autre grimpait toujours lorsqu’il entendit un sifflement suivi
d’un claquement. Il s’agissait de la voilure de Lonnie, qui venait
d’effectuer son premier saut de « BASE ». Ce fut une révélation,
et il répéta l’expérience un millier de fois un peu partout.
En 2004, Twin Falls, Idaho aux États-Unis, 7 Canadiens
sont présents au pont Perrine. Soit un de plus que le record
officiel de canadiens à sauter en même temps de cette
structure. Lonnie, étant le plus expérimenté du groupe, prend
en charge son organisation. N’ayant pas beaucoup de marge
de manœuvre, le saut doit être bien synchronisé et chacun doit
savoir exactement quand déployer son parachute. Lonnie sera
le dernier à le faire. Et puisqu’il s’agira de son 1100e saut de
« BASE », il décide d’y ajouter une petite touche spéciale : un
quadruple Gainer (salto arrière).
Tout parachutiste le moindrement expérimenté connaît
l’importance des petites routines préparatoires à un saut.
Mais se sentant responsable du groupe, étant le dernier à
se positionner sur le rempart du pont, Lonnie omet de bien
visualiser le saut et de prendre une grande respiration avant de
prononcer le décompte officiel :
« 3, 2, 1, … mauvaise sortie! »
La trop forte impulsion brise le synchronisme de ses
rotations et Lonnie réalise rapidement qu’il n’arrivera peutêtre pas à faire les 4 prévues. Il songe à n’en faire que 2, mais
puisqu’il doit de toute manière déployer son parachute le
dernier, il persiste à réaliser la manœuvre jusqu’au bout.
La chute se passe bien, mais au lancement de l’extracteur,
celui-ci s’enroule à l’un de ses pieds et le déploiement du par-
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
20
cial touch: a quadruple-gainer (backflip). Even the least experienced skydivers know the importance of preparation routines
on a jump. But feeling responsible for the group, being the last
to position himself on the edge of the bridge, Lonnie neglected
to visualize the jump and take a deep breath before announcing
the official count:
21
achute n’a jamais lieu. Son corps frappe l’eau à une vitesse
d’environ 115 km/h. Et comme si cet impact n’était pas suffisant,
le niveau d’eau de la rivière étant de moins de 5 mètres, le corps
de Lonnie toucha aussi le fond quelques fractions de seconde
plus tard.
The freefall went well, but on deployment of the pilot chute
it wrapped around one of his feet and the parachute never deployed. His body hit the water doing around 115km/h. As if the
impact wasn’t enough, the water in the river was less than 5 metres deep, so he hit bottom a few fractions of a second later.
En apercevant la lumière à la surface de l’eau, la première
pensée de Lonnie fut : « Incroyable, j’ai survécu à ça! ». Mais il
n’en était pas au bout de ses peines lorsqu’il réalisa qu’il était
incapable de bouger aucun de ses membres. Et sa deuxième
pensée fut : « Je ne peux pas croire que je vais mourir noyé après
avoir survécu à ça! » Dans un instinct de survie, il se mit à hocher de la tête de toutes ses forces, provoquant un mouvement
ondulatoire avec son corps lui permettant de sortir la tête hors
de l’eau quelques secondes pour prendre de précieuses bouffées d’air avant de sombrer à nouveau. Il répéta le stratagème
à quelques reprises jusqu’à ne plus avoir de force, moment précis où il fut finalement repêché. Hors de l’eau, Lonnie constate
brièvement les dégâts avant de perdre connaissance et d’être
transporté à l’hôpital.
Seeing the light on the surface of the water, Lonnie’s first
thought was “Incredible, I survived that!” But that wasn’t the end
of his problems as he realized he couldn’t move any of his limbs.
His second thought was “No way am I going to die drowning
after surviving that!” Survival instincts kicked in and he found
that he could nod his head with every ounce of his strength to
create a wave motion that allowed him to keep his head above
water for a few precious seconds at a time to take a few breaths
before sinking again. He repeated this strategy until he had no
strength left, just in time for him to be rescued. Once out of the
Les puissants antidouleurs empêchèrent Lonnie de
s’exprimer un certain temps. Mais aussitôt qu’il put le faire correctement, ce fut pour demander quand il pourrait sauter à nouveau. Son docteur tenta délicatement de lui expliquer qu’il était
maintenant paraplégique et qu’il ne sauterait probablement
plus jamais. Affirmation que Lonnie rejeta catégoriquement. Il
voulait absolument faire « un » autre saut. Paroles qui ont peutêtre été mal interprétées car le docteur l’envoya consulter un
psychologue. Lorsque celui-ci lui demanda pourquoi il « ressentait le besoin » de sauter à nouveau, Lonnie s’emporta :
“3, 2, 1, . . . . bad exit!”
Having jumped too hard he had broken the synchronization of his revolutions and Lonnie quickly realized he probably
wouldn’t make it through all 4 rotations. He pictured doing only
two, but because he had to deploy his parachute last anyway, he
pushed through the whole maneuver to the end.
water, Lonnie briefly assessed the damage before passing out
on the way to the hospital.
After that, powerful painkillers prevented Lonnie from expressing himself for a while. But as soon as he could, he was
asking when he would be able to jump again. His doctor delicately explained to him that he was now a paraplegic and that he
probably would not be able to jump ever again. This was an assertion that Lonnie categorically rejected. He absolutely wanted
to make “one” more jump. Words that were apparently mis-interpreted, since his doctor sent him to see a psychologist. When
he asked Lonnie why he felt the need to make another jump, he
said, “How can someone like you, with both feet always on the
ground, who has absolutely no idea what he’s talking about, ask
me something like that?”
Then he left on the spot, and rolled furiously into his doctor’s office to tell him that he never wanted to see that man
again. Despite the suggestions for alternate sports from his
medical team, Lonnie wouldn’t budge. He already had a sport;
he certainly wasn’t going to abandon it.
Less than a year later, one of Lonnie’s sons made his first
tandem jump. “There was no way I was going to miss that!” So
that was Lonnie’s his first jump back after his accident.
But BASE jumping stayed in his soul. One day, accompanied by his younger brother and a long-time friend and fellow
jumper, they undertook the task of climbing an antenna in Niagara. In his condition, it was an exhausting climb. And after a 3
hour climb for just a 300 metre exit, Lonnie couldn’t climb anymore. He would need to jump from there.
For most people, and even skydivers who have never done
a BASE jump, it could be hard to understand a sport like this. And
it’s probably even more difficult for them to understand it in Lonnie’s case; father of two, and a paraplegic as a result of a BASE
jump. But to try to answer that, I invite you to watch the video
on his website, (http://www.lonniebissonnette.com/bio.html).
Not only will his shoes give you a laugh, but maybe you’ll understand, having seen Lonnie’s reaction after that jump.
And that wasn’t his last. In the same order he completed
his BASE #422, he has since jumped from a building, a bridge
and a cliff to symbolically become “ParaBASE #1”.
But if Lonnie loves jumping, he hates depending on his
wheelchair. So linking the two would become his next objective.
He researched the possibility of jumping and landing with his
wheelchair, which was not really designed for such conditions.
And in Lonnie’s situation, his financial means are no longer
what they once were. He is entitled to a new wheelchair every
5 years. So it’s not a coincidence that his first wheelchair BASE
jump occurred 4 and a half years after getting his last one. But
backup plans were made for Lonnie to release his wheelchair in
case things went badly. The wheelchair was also equipped with
a parachute to break its fall if released.
At Bridge Day 2012, Lonnie became the first to make a
wheelchair BASE jump; everything went well, except maybe the
landing, which needed some work.
In 2013, Lonnie registered for a BASE jump event in Malaysia, a technically more difficult jump, because he needed
to ensure enough distance to allow for margin of error in case
the canopy deployed off-heading. On a plywood launch ramp
assembled with duct tape, Lonnie rolled toward the edge holding his pilot chute, awaiting the opening canopy. The flight was
graceful and the landing was perfect.
And in 2014, 10 years to the day after his accident, Lonnie
became be the first to get his BASE number… in a wheelchair!
*Disclaimer: Per PIM 1, Section 1.18, CSPA does not sanction BASE jumping. However, we do believe in recognizing the achievements of our participants.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
« Comment est-ce que quelqu’un comme vous, toujours
les deux pieds sur terre, qui ne sait absolument pas de quoi il
parle, peut me demander une chose pareille! »
Puis, il quitta sur-le-champ, roula en furie jusqu’au bureau
de son docteur pour lui dire qu’il ne voulait plus jamais revoir
cet homme. Malgré les suggestions d’activités et de sports qui
lui étaient proposées par son entourage médical, Lonnie n’en
démordait pas : il avait déjà un sport, il n’allait certainement pas
l’abandonner.
Moins d’une année plus tard, l’un des fils de Lonnie désire
faire un premier saut en tandem.
« Il n’était pas question que je manque ça! »
Et ce fut son premier saut post accident.
Mais le saut de « BASE » reste toujours présent dans son
esprit. Et une journée, accompagné de son jeune frère et d’un ami
sauteur de longue date, ils entreprirent de grimper une antenne
à Niagara. Dans son état, ce fut une escalade exténuante. Et
après 3h d’ascension pour seulement 300 mètres d’altitude,
Lonnie n’en pouvait plus. Il allait devoir sauter de cet endroit.
Pour la majorité des gens, et même des parachutistes,
qui n’ont jamais fait de saut de « BASE », il peut être difficile de
comprendre le « pourquoi » d’un tel sport. Et c’est probablement
encore plus difficile dans le contexte de Lonnie, père de 2
enfants, qui est devenu paraplégique en le pratiquant. Mais
pour tenter d’y répondre, je vous invite à aller visionner la vidéo
sur son site Web (http://www.lonniebissonnette.com/bio.html).
Non seulement ses souliers vous soutireront un rire, mais peutêtre comprendrez-vous aussi sa raison en voyant la réaction de
Lonnie suite à ce saut.
Et ce ne fut pas son dernier. Dans le même ordre qu’il
a obtenu son « BASE #422 », il sauta ensuite d’un édifice,
d’un pont et d’une falaise, pour symboliquement devenir le «
ParaBASE #1 ».
Mais si Lonnie adore le « BASE jump » il déteste être
dépendant d’un fauteuil roulant. Lier les deux allait donc
devenir son nouvel objectif. Il étudia pendant quelque temps
les possibilités de sauter et d’atterrir avec son fauteuil puisque
celui-ci n’est pas adapté à la situation. Et dans les circonstances
actuelles de Lonnie, les moyens financiers ne sont plus ce qu’ils
étaient. Il a droit à un nouveau fauteuil tous les 5 ans. Ce n’est
donc pas un hasard si son premier saut de « BASE » en fauteuil
roulant s’effectue 4 années et demie après avoir obtenu son
dernier. Mais des précautions ont été prises afin que Lonnie
puisse s’en libérer si les choses devaient mal tourner, et le
fauteuil est aussi muni d’un parachute afin d’amortir sa chute
dans un tel cas.
Au « Bridge Day » de 2012, il fut le premier à réaliser un
saut de « BASE » dans un fauteuil roulant, le tout se passa très
bien, excepté peut-être l’atterrissage qui était à retravailler.
En 2013, il s’inscrivit à l’événement de saut de « BASE »
en Malaisie. Techniquement plus difficile puisqu’étant un saut
à partir d’un édifice, il devait s’assurer d’être suffisamment
éloigné de celui-ci afin de se donner une marge de manœuvre
si le déploiement du parachute ne devait pas se faire dans la
bonne direction. Sur une rampe de lancement constituée de
planche de contreplaqué assemblée avec du ruban gommé,
Lonnie roule vers le vide avec un poursuivant qui a pour rôle de
tenir son extracteur jusqu’à l’ouverture du parachute. Le vol est
gracieux et l’atterrissage est parfait.
Et en 2014, 10 ans jour pour jour de son accident, Lonnie
Bissonnette complètera sa séquence de « BASE » pour devenir
le premier à réaliser l’exploit… en fauteuil roulant!
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
22
NOSPARACHUTISTES
23
FROM OUR
SKYDIVERS
Canadian accuracy team
MEMBERS train in uruguay
WRITTEN BY: Lindy Leach
TRADUIT PAR: Serge Dufour
RÉVISÉ PAR:
F
André Lemaire
ray Bentos is a small Uruguayan city (pop. 22,000),
near Argentina’s border, known for its quality meat products.
But Canadian accuracy team members John Davies and James
Patterson will remember it as the place they went in March 2014
to train for the World Parachuting Championships being held in
August in Banjaluka, Bosnia-Herzegovina.
Although the weather didn’t always cooperate they were
never bored. “Martin and Analia took us to see the sights and
experience their culture. We toured the old Fray Bentos meat factory and a local dairy, rode their horses, took a boat ride on the
river, visited the nearby city of Mercedes, and ate fabulously on
BBQ and Coronel’s mother’s quiche-like pies,” said Davies.
Why did they travel so far to train?
“I’d definitely go back should they decide to hold another
training camp,” Patterson concluded.
Davies explained, “The accuracy camp was organized by
our friends, Martin Coronel and Analia Galias Mateu, from Fray
Bentos, who we had trained with the past couple of years at the
Cheryl Stearns accuracy training camp in Lodi, California. We
wanted to support their efforts. Since their training dates were in
March, that gave us an early start to our training season.”
Patterson added, “We got a nice invitation to attend their
training camp, knew that Cheryl Stearns was going down to
coach, and that there would be jumpers from other counties.
I had jumped in Uruguay in the 1970s. It seemed like a good
opportunity to return there and mix training with reuniting with
friends.”
Both Davies and Patterson were impressed with the
Aeroclub’s facilities. “They had a Cessna 182 that was a first class
jump aircraft,” said Davies. “And, we had an excellent pilot.”
Patterson remarked, “They have a nice grass airfield and
we had a hanger to ourselves for packing. Besides our training,
we were able to help local jumpers with their equipment and to
improve their canopy skills. It was a community event.”
“Even the governor of the Rio Negro Department came to
the drop zone to extend a warm welcome,” said Davies.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Billet des membres de l’Équipe
Canadienne de précision à
l’atterrissage
L
es membres de l’équipe canadienne de Précision à
l’atterrissage se sont entraînés en Uruguay, plus exactement
dans la petite ville de Fray Bentos (pop. 22 000), près de la frontière argentine, ville connue pour ses produits de viande de qualité. Mais les membres de l’équipe de précision à l’atterrissage
du Canada, John Davies et James Patterson, s’en souviendront
comme leur lieu d’entraînement de mars 2014, afin d’être prêts
pour les championnats du monde de parachutisme qui se tiendront en août 2014 à Banja Luka, en Bosnie-Herzégovine.
Pourquoi sont-ils allés si loin pour s’entraîner ?
Davies explique : « Le camp de précision a été organisé par
nos amis, Martin Coronel et Analia Galias Mateu de Fray Bentos, avec qui nous nous étions entraînés lors des deux dernières
années au camp d’entraînement de précision de Cheryl Stearns
à Lodi, Californie. Nous voulions les encourager. Comme leur
période d’entraînement était en mars, cela nous permettait de
démarrer tôt la saison de préparation. »
« Son Excellence, le gouverneur du département du Rio
Negro est venu, en personne, au centre de parachutisme, nous
souhaiter une chaleureuse bienvenue », a déclaré Davies.
Bien que la météo n’ait pas toujours coopéré, personne ne
s’est ennuyé. « Martin et Analia nous ont emmenés voir des endroits intéressants et invités à partager leur culture. Nous avons
ainsi visité l’ancien centre de traitement des viandes, la ville de
Fray Bentos et une laiterie locale. Nous avons aussi pu monter
leurs chevaux, fait un tour de bateau sur la rivière et visité la
ville voisine de Mercedes. De plus, nous nous sommes régalé
du barbecue et des tartes-quiches de la mère de Martin Coronel
», d’ajouter Davies.
« Je retournerai sans hésiter s’ils décident de tenir un autre
camp d’entraînement », a conclu Patterson.
Patterson ajoute, « Nous avions reçu
une belle invitation à participer à leur camp
d’entraînement et savions que Cheryl Stearns venait pour entraîner. Il y aurait aussi des sauteurs
d’autres pays. J’avais sauté en Uruguay dans les
années 1970. Cela semblait être une bonne occasion d’y retourner pour plus de pratique tout en retrouvant des amis ».
Davies et Patterson ont été impressionnés
par les installations de l’Aéroclub. « Ils avaient un
Cessna 182, un avion de saut de première classe
», a déclaré Davies. « Et nous avions un excellent
pilote. »
Patterson ajoute « Ils avaient un beau champ
gazonné comme aérodrome et un hangar pour plier. En plus de notre entraînement, nous avons pu
améliorer l’équipement des sauteurs locaux et ainsi que rehausser leurs compétences sous voilure.
Ce fut une rencontre de coopération partagée. »
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
26
OURSKYDIVERS
NOSPARACHUTISTES
27
Mike Koo
January 12, 1980 - June 7, 2014
ÉCRIT PAR: Marie-Éve Belzile
E
xcited about life, there is no opportunity Mike ever
turned down. He had already started jumping out of airplanes, jet
packing, BASE jumping, speed flying, paragliding, snowboarding, snowmobiling, traveling. Sometimes a few on the same day!
Never missed a load he could make, a trip he could do,
meet new people or never missed a good party. During a trip to
Europe last winter, he didn’t miss the opportunity to jump off a
dam when traveling to Switzerland with his soul mate Jess, and
was looking at his options to get his 4 letters. Everything he did
was with a smile. He wanted everything exciting life had to offer
and was reaching for it.
He was always ready to give a helping hand to his friends
and push us to get in the fun too. Last year in Lost Prairie, there
was no way he was going to pass on the free coaching. We went
on a jump with an organizer from Arizona and planned something way above our skill level. Well no shi*t it worked. That was
the best jump ever for all of us and we were all smiling as much
as Mike was, except for Tyler who lost his camera to Luke’s butt
on that jump. The organizer said our smiles made her day. Mike’s
smiles made everybody happier.
Mike taught us to take as much from life as possible and
will stay an inspiration for us all to live our life to the fullest like
he did.
Fly free,
Your Big Sky family
E
xcité par la vie, il n’y a aucune opportunité que Mike
aie laissé passer. Il avait déjà fait du parachute, du jet pack, du
BASE, du speed fly, du parapente, du snowboard, de la motoneige et des voyages. Parfois même plus qu’une activité dans
une journée!
Il n’a jamais manqué une envolée qu’il pouvait faire, un
voyage qu’il pouvait réaliser, l’opportunité de rencontrer de nouvelles personnes et surtout jamais manqué un bon party. Cet
hiver, au cours d’un voyage en Europe avec son âme sœur Jess
, il n’a certainement pas manqué la chance de sauter d’un barrage en Suisse. Il travaillait fort à acquérir ses 4 lettres. Il faisait
tout avec un grand sourire. Il voulait tout ce que la vie avait à
offrir d’excitant et travaillait pour.
Il était toujours prêt à donner un coup de main à un ami et
nous pousser pour que nous participions au fun aussi. L’année
passée à Lost Prairie, il n’allait simplement pas passer à côté de
l’entraînement gratuit qu’offraient les entraîneurs de l’Arizona.
Nous sommes allés faire un saut avec une des organisatrices et
elle a planifié un saut beaucoup trop difficile pour notre niveau.
Sans farce, ça a marché! C’était le meilleur saut à vie pour nous
tous et nous sourissions tous autant que Mike, à part Tyler qui a
perdu sa caméra durant la sortie. L’organisatrice a dit que nous
avions fait sa journée avec nos sourires. Le sourire de Mike rendait tout le monde plus heureux.
Mike nous aura montré à prendre le plus possible de la vie
et restera une source d’inspiration pour tous de vivre notre vie
au maximum tel qu’il l’a fait.
vertical suits
Launches a new powerful online
ordering system
Vertical Suits just released their new online ordering system. This very powerful system allows you to fully design the
suit of your choice and easily place your order. It lets you enter
your measurements, gives you shipping cost estimate based on
your country and lets you know our current production delay as
well as if rush orders are available.
It can also be used as an online designer to allow you to
better visualize your suit design. As you design your suit and it’s
options, the cost of your order is calculated for you so you can
easily stay on track with your budget.
This system is available on all platforms, so you place an
order on your iPhone, iPad, tablet, etc.. All you need is an internet connection!
Ordering a suit has never been that easy! You can access
this rocking new system at: www.verticalsuits.com/order/flex
Lance un système puissant de
vente sur Internet
Traduit par: André Lemaire
Révisé par: Serge Dufour
Vertical Suits vient de lancer un nouveau système de
vente par Internet. Ce puissant système vous permet de concevoir complètement la combinaison de votre choix et de la
commander facilement. Vous pourrez aussi y remplir la fiche de
mensurations, estimer des frais d’expédition basés sur le lieu de
livraison. Vertical Suits vous avisera du temps de production et
de la possibilité d’une commande express.
Le logiciel de Vertical Suits vous permet de visualiser votre
future combinaison. Lorsque vous concevez votre combinaison
et ajoutez des options, le prix de votre commande en sera calculé au fur et à mesure de façon à ce que vous ne dépassiez pas
votre budget.
Ce système est disponible sous divers média tels que, iPhone, iPad, tablette, etc. Tout ce qu’il vous faut est sur Internet !
Commander une combinaison de vol n’aura jamais été
aussi facile ! Vous pouvez avoir accès à ce système révolutionnaire à : www.verticalsuits.com/order/flex
Vole librement,
Ta famille de Big Sky
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
28
music is in the air
Voler, danser ... avec la musique !
Écrit par: Brad Smith
TRADUIT PAR: André Lemaire
T
o fly and dance inside the wind tunnel while
hearing music is now possible with today’s wireless
technology and some tricks. On March 23, 2014, at the
2nd Canadian Indoor Skydiving Championships at
SkyVenture Montreal, a new chapter in the sport was
written.
Lise Hernandez performed the first ever wind tunnel
dancing performances, live and synchronized with music
that she, the audience and the judges listened to during
the competition! Previously, Lise Hernandez competed
at the 2011 Canadian Nationals in Formation Skydiving
on team, Switch, but now she envisions competing and
becoming an incredible flyer as a career while pioneering
the new art form of dancing in the wind tunnel with music!
Tamara Koyn, one of the first pioneers of freestyle skydiving in the mid-1980s, responded: “The
‘heart’ of freestyle is about exploring complete freedom
of creativity in freefall and each person will have their
own style of expression. By developing artistic indoor
flying choreographed to music, Lise is an innovator advancing the creative elements of artistic flying to a whole
new level with new possibilities of expression. It is yet
another example of pioneering in creative flying...it can
have many possibilities in both competitions and public
performances.”
RÉVISÉ PAR: Serge Dufour
V
oler et danser en soufflerie verticale tout
en écoutant de la musique…c’est maintenant possible
à l’aide de l’électronique, de la technologie sans fil et de
quelques autres trucs. Le 23 mars 2014, se sont tenus à
SkyVenture de Montréal, les deuxièmes championnats
canadiens de chute libre intérieure. Une nouvelle page
d’histoire des sports était écrite.
Lise Hernandez fut la première de l’histoire à
montrer ses performances de danse, en direct et en synchronisation avec la musique qu’elle-même, l’audience
et les juges pouvaient écouter lors de la compétition.
Précédemment, Lise avait concouru en 2011 aux compétitions nationales en Vol relatif. Son équipe s’appelait
Switch. Dès lors, elle envisagea de concourir et de devenir une sauteuse de premier plan en faisant carrière
dans une discipline dont elle est une pionnière, soit
une nouvelle sorte d’art de la danse avec musique en
soufflerie.
Tamara Koyn, qui fut l’une des pionnières
en Freestyle dans les années 80 disait : « L’essence
du Freestyle réside dans l’exploration de la complète
liberté de créativité en chute libre et chaque personne
pourra développer son propre style d’expression ».
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
30
31
Why did you compete in NeoFreestyle at the Canadian Indoor Skydiving
Championships?
Hernandez: At the beginning of 2013, I really thought about how I should
invest myself in the sport to achieve my personal goal. I needed to find the
exact place where I could take my skills to another level while demonstrating
who I am and what I had accomplished before in life … and I kept thinking
about skydiving and figure skating. I heard about NeoFreestyle...an event
held exclusively in indoor skydiving competitions. This word, “NEO,”
attracted my attention.
I discovered that the NeoFreestyle rules were very similar to figure
skating with technical, free and artistic criteria--I really like those 3 elements,
BUT something was still missing: MUSIC! Music is so essential for bringing
new life and a higher art form into flying. Many people with whom I spoke
share this same point of view, but no one had figured out exactly how to
accomplish this.
How can you hear music inside the wind tunnel?
Hernandez: First, I had to find a way to reduce as much as possible the noise
of the tunnel...the noise level is 100 decibels! Laboratoire Ear Protection
fabricated custom fit ear seals with earphones. These are comfortable and
stay in place. However, these still did not sufficiently reduce the noise of the
tunnel so as to be able to hear the music without turning it up to full volume.
Loud noise inside your ear canal is not good, so I bought and fitted a small
acoustic ear muff into my helmet (after removing the helmet liner). Now, I
plug my earphones into my music player and I’m ready to fly.
En introduisant l’art dans la chute libre en soufflerie pour former
avec la musique, une chorégraphie, Lise est une innovatrice mettant de
l’avant les éléments créateurs du vol artistique en le portant à un nouveau
niveau de possibilités d’expression. On parle bien ici d’un autre exemple de
première en vol créatif… qui peut avoir des facettes multiples soit en compétition soit en spectacle devant public.
Pourquoi as-tu concouru en Néo Freestyle aux championnats canadiens de
chute libre intérieure ?
Hernandez : Au début de 2013, j’ai vraiment cherché comment je pourrais
m’investir dans le sport pour atteindre un but personnel. J’avais besoin
de trouver ma vraie place où je pourrais amener mes habiletés à un autre niveau tout en démontrant qui j’étais et ce que j’avais accompli dans
ma vie…et je songeais au parachutisme et au patinage artistique. C’est alors que j’ai entendu parler de Néo Freestyle, une performance qui se fait
uniquement en compétition en soufflerie. Ce mot, Néo, m’attira.
J’ai alors découvert que les règles du Néo Freestyle étaient très
similaires à celles du patinage artistique avec un côté technique et des
critères artistiques et de libre expression. J’ai craqué pour ces trois éléments, mais il y avait quelque chose qui manquait…la musique ! La musique est essentielle pour donner une nouvelle vie et élever l’art du vol.
Beaucoup de gens à qui j’ai parlé partageaient le même point de vue. Il
fallait encore concevoir la façon dont on en ferait une réalité.
Comment arrives-tu à entendre la musique en soufflerie ?
How do the judges, spectators and yourself all hear the music in real time?
Hernandez: I use a wireless In-Ear Monitoring System from LD SYSTEMS
(European brand). Musicians use this device. It basically consists of two
“boxes,” the transmitter and one or more receivers. The transmitter resides
outside the tunnel and is connected to the audio source (music player or
table mixer). It transmits the music to the receivers, one of which I connect to
my earphones and carry with me. These receivers are typically wireless and
work on a radio-frequency. The frequency varies from country to country. The
equipment I used at SkyVenture Montreal was from Europe (I live in Paris
now), thus it was specially modified (radio-frequency) to work in Canada. I
feel very fortunate to have support from my sponsor, LD SYSTEMS. Without
their help, I would not have been able to present my project of dancing with
the music at this competition.
How was your first NeoFreestyle competition?
By developing artistic
indoor flying choreographed to music, Lise
is an innovator
advancing the
creative elements of
artistic flying to a
whole new level with
new possibilities of
expression
tamara koyn
Hernandez: I was a really good experience. With only 20 hours of tunnel
training, which is relatively little compared to the experience of tunnel
instructors, I was happy to earn 4th place. More important than gaining a
place on the podium, my goal was to introduce music into the sport and start
my new career in developing “Indoor sky dancing.” In my three routines, I
performed or danced with the music. Because it was the first time with music,
I wanted to present an element of surprise for the judges and spectators. It
was also cool to see some of the other participants making an extra effort
to bring their creative and artistic performances to the competition. For his
second routine, Jean Christophe Ouimet appeared in a Spider Man costume
and performed as a super hero. Later, another competitor entered the tunnel
as a “ballet” dancer. I really enjoyed their fun and positive attitude.
A big thank you to Melanie Guerin, Jean-Francois Larocque, Mario Prévost
and Guillaume Boileau at SkyVenture Montreal for their support.
What is “Indoor sky dancing” and your vision of it?
Hernandez: It is the art of choreographing flying to music inside a wind
tunnel. Our air sport continues to grow and acquire new forms of flying and
new artistic disciplines: Dynamic, Artistic Freefly, NeoFreestyle... I see in the
future that some of these disciplines will include music for their routines but
my ultimate goal is to develop the DANCE, to be able to express music with
our body in the air: Rock & Roll, Hip Hop, Romatic, etc. And to create Dance
Battle competitions.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Hernandez : Tout d’abord, je devais trouver un moyen de réduire le bruit
de la soufflerie autant que possible sachant que l’intensité sonore y est
de 100 décibels. Les laboratoires Ear Protection m’ont fabriqué des bouchons antibruit avec écouteurs, faits sur mesure. Ceux-ci sont confortables
et restent en place, mais, ils ne suffisaient pas à atténuer assez le bruit pour
pouvoir entendre la musique sans mettre le volume à fond. Un bruit trop intense à l’intérieur du canal auditif n’est pas bon donc j’ai acheté des petits
caches-oreilles acoustiques que j’ai ajustés à mon casque, non sans avoir
dû enlever sa doublure. J’ai pu alors brancher mes écouteurs à la source
audio que j’avais sur moi et hop…j’étais prête à voler.
Comment les juges, les spectateurs et toi-même, pouvez-vous entendre la
musique en temps réel ?
Hernandez : J’utilise à cette fin un moniteur de type sans fil (in ear) de LD
Systems, une marque européenne. Les musiciens l’utilisent. Il comprend
deux volets, l’émetteur et un ou plusieurs récepteurs. L’émetteur se trouve
en dehors de la soufflerie et est connecté à une source audio (une source
audio classique ou un mixer). Il transmet la musique aux récepteurs, dont
l’un est connecté à mes écouteurs et que je porte sur moi. Ces récepteurs
sont typiquement sans fil et fonctionnent sur les fréquences radio. La
fréquence varie selon le pays. L’équipement que j’utilisais à SkyVenture à
Montréal était européen (je vis à Paris en ce moment). La fréquence a été
modifiée spécialement pour l’utilisation au Canada. Je me sens privilégiée
d’avoir le soutien de mon commanditaire, LD Systems. Sans son aide, je
n’aurais pas pu présenter mon projet de danse avec musique à cette compétition canadienne.
Comment s’est passée ta première compétition en Néo Freestyle ?
Hernandez : Ce fut une très belle expérience. Avec seulement 20 heures
de soufflerie, ce qui est peu par rapport aux instructeurs en soufflerie, j’ai
remporté la 4ème place mais j’étais contente. Plus important encore que
gagner une place sur le podium, mon but était d’introduire la musique dans
le sport et commencer ma carrière en développant la danse en soufflerie.
Lors de mes trois routines, j’ai accompli une performance alliant la danse et
la musique. Puisque c’était la première fois, je voulais faire agir l’élément de
surprise sur les juges et les spectateurs. Ce fut sympa de constater que les
autres compétiteurs redoublaient d’efforts pour faire valoir leur créativité
et performances artistiques en compétition. Pour la seconde routine, Jean
Christophe Ouimet fit une apparition déguisé en Spiderman pour jouer au
Tamara Koyn & Lise Hernández at the
World Freefall Convention (WFFC) 2000.
Tamara Koyn: Freestyle pioneer since 1985. BA
in Media Communication: Video/Film production and Methods of Teaching Dance with movement engineering course studies, Southern Illinois University and Webster University. World
Freestyle Champion, 1992. FAI AE & FS Judge.
Tamara Koyn est une pionnière du Freestyle
depuis 1985. Elle détient un B.A. en communication des média : production de films, méthodes
d’enseignement de la danse à l’aide d’un cours
en génie du mouvement suivi aux universités
de Southern Illinois et Webster. Elle a été championne de monde en Freestyle en 1992. Elle est
aussi juge de la FAI en Évènements Artistiques
(ÉA) et VR.
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
32
33
super héro. Plus tard un autre compétiteur se présenta comme danseur de
ballet. Leur attitude amusante et positive m’a comblée.
Je tiens à remercier Mélanie Guérin, Jean François Larocque, Mario Prévost
et Guillaume Boileau pour leur appui lors des 2ème championnats canadiens de vol en soufflerie tenus à SkyVenture de Montréal.
En quoi consiste la danse en vol en soufflerie et quelle est la façon dont tu
l’entrevois ?
Hernandez : En fait c’est l’art de chorégraphier le vol en soufflerie avec la
musique. Notre sport aérien continue à croître et acquiert de nouvelles
formes de vol ainsi que des nouvelles disciplines artistiques comme, la
dynamique, le Freefly artistique, le Néo Freestyle…etc. Je peux imaginer que
dans le futur, certaines de ces disciplines incluront la musique dans les
routines mais mon but ultime est de développer la danse et être capable
d’exprimer la musique à l’aide du corps en vol : Rock n’ Roll, Hip Hop, musique romantique…etc. Cela permettra de créer des compétitions de danse.
Qui soutient ton projet ?
Who is supporting you on this project?
Hernandez: I approached Tamara Koyn to coach me, because she has all
the knowledge I was looking for: dance, freestyle, movement science and
international judging experience. Mikhail Razomazov really helps me by
challenging my flight skills inside the tunnel. I love his technique, always
something fresh. He helps me experience various flying skills in new ways.
With both of them, there is a really nice connection that gives me confidence
in my adventure. Also, there is my sponsor, LD SYSTEMS, who believes in
our sport and the music...they design and provide the audio equipment.
BoogieMan provides me with the suits (and more) and last but not least,
Steeve Neves developed custom ear seals according to my needs.
How are others reacting to your idea of flying with music?
this is really the next
level of complexity
in flight and the main
thing is the total interest in developing
oneself both as a
flyer and as a dancer
MIKHAIL RAZOMAZOV
Hernandez: Mikhail Razomazov, my tunnel flying coach, told me, “The
artistic disciplines in the tunnel and skydiving will develop in this direction.
Music connected with flight is the next logical step in indoor skydiving.” He
thinks that music will help widen the audience and improve interest in this
new form of dancing, combined with hip-hop and other music styles. He
also thinks that this is really the next level of complexity in flight and the
main thing is the total interest in developing oneself both as a flyer and as
a dancer.
Hernandez: When, on his first flight with me, Mikhail was actually hearing the
music, he said, “My emotions were filling me, and I even didn’t think about
the flight in that moment, because music made me move and whispered
to me, as if by magic, what movement I should do next. I felt as though my
body, my partner, and everybody who listened and watched us – we were
all united by the music.”
Lise, what is next for you?
Hernandez: I plan to compete at the first ever FAI World Cup in Indoor
skydiving that will be held in Austin, TX this coming November. For those
who like to dance, fly and be creative, music gives you bigger wings. And
when you dance with a partner, you will both experience an amazing new
feeling!
facebook.com/IndoorSkyDancing
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Hernandez : J’ai approché Tamara Koyn pour m’entraîner car elle possède
toute la connaissance que je recherche pour la danse, le Freestyle, la science du mouvement et l’expérience de l’évaluation internationale. Mikhail
Razomazov m’a beaucoup aidée en me lançant des défis concernant mes
habiletés de vol en soufflerie. J’apprécie hautement sa technique qui est
toujours originale et qui pousse à la variété de nouvelles façons de voler.
Avec ces deux personnes, s’est développée une réelle connexion qui me
rend confiante dans cette aventure. Je n’oublie pas mon commanditaire,
LD Systems, qui croit en notre sport marié à la musique alors qu’il conçoit
et fabrique l’équipement audio. BoogieMan m’a fourni des combinaisons
et plus encore et finalement Steeve Neves qui a conçu des bouchons antibruit sur mesure spécialement pour moi.
Comment les gens ont réagi avec ton idée de mêler vol et musique ?
Hernandez : Mikhail Razomazov, mon entraîneur en soufflerie m’a dit :
« Les disciplines artistiques en soufflerie et la chute libre se développeront dans cette direction. La musique combinée au vol est la prochaine
séquence logique pour le vol intérieur ». Il m’a aussi exprimé qu’il voyait
la musique favoriser l’élargissement de l’audience et augmenter l’intérêt
dans cette nouvelle forme de danse en combinant le HipHop et autres
styles de musique. Il pense aussi que ça constitue la prochaine étape de
complexité pour le vol et que la chose principale est l’intérêt de vouloir se
développer comme « flyer » et comme danseur.
Hernandez : Lors de mon premier vol avec lui, en entendant la musique,
Mikhail s’est écrié : « Mes émotions me submergent et je n’ai même pas
pensé au vol proprement dit à ce moment parce que la musique, me faisait
bouger et, comme par magie, elle me chuchotait à l’oreille le prochain mouvement à faire. Je la ressentais avec mon corps, mon partenaire, et, tous les
autres qui entendaient et nous regardaient, pouvaient voir notre harmonie
avec la musique ».
Lise, quelle est la prochaine étape pour toi ?
Hernandez : Je planifie de concourir pour la toute première coupe mondiale
de la FAI de chute libre intérieure qui se tiendra à Austin au Texas en novembre prochain. Pour ceux qui aiment danser, voler et donner libre cours
à leur créativité, la musique est le moyen d’augmenter l’envergure de vos
ailes. Et sachez que quand on danse avec un partenaire, tous deux vivent
une incroyable nouvelle sensation.
facebook.com/IndoorSkyDancing
Photo credit: Alexey Petrov
Lise Hernández & Mikhail Razomazov at
Freezone in Russia
Mikhail Razomazov: NeoFreestyle World Champion
at the Indoor Skydiving World Championships 2012
at iFly Singapore & Artistic Freeflying champion at
the 2012 FAI World Parachuting Championships in
Dubai.
Mikhail Razomazov a été champion du monde en
Néo Freestyle aux championnats mondiaux 2012 de
parachutisme intérieur. Ça se passait à iFly à Singapour. Il a aussi été champion en Freefly artistique aux
championnats mondiaux de parachutisme de la FAI à
Dubai en 2012.
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
34
35
Photo
Gallery
GALERIE DE PHOTOS
03
01
04
Photo Credit: Martin Casgrain
01. Comme quoi les cours
d’entraîneur 1 peuvent être plaisant
avec P-A Gauthier et Monika Wittmer
02. Marie-Pier Lemieux en chemin
vers 13 500 pieds
03. Maximum Ride training in Az
Photo Credit: Dustin Chantler
04. This photo is of my buddy (goes
simply by “Taurus”) geeking the
Camera before a jump over Skydive
Salmon Arm
02
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÙT 2014
38
39
COACHES CORNER
Le coin des entraîneurs
Coach-1 course
SkyVenture Montréal (QC). April 20th – 21th of 2013
Congratulations to: Carine St-Marseille, Samuel Lapointe,
Lucie Plamondon, Claude Otis, Véronika Kubickova, Mélanie
L-Guérin and Pierre-André Gauthier (course conductor)
Coach 1 Course - Eden North - June 2014
SSI Course - Edmonton - Feb 2014
Congratulations to: Phil Perry (CF), Curtis Prime, Thomas
Burrows, Kyle Booth, Shane Lystang, Ned Ambrus (Assistant),
Diana Charles
Congratulations to: Phil Perry (CF), Jesse Gendall, Jaime Mamet, Marie-Eve Belzile & John Moore (CF)
Coach 1
Course at
GOSkydive in
Gatineau/
Ottawa.
Course Facilitator Training Seminar Parachute Montreal - May 2014
Congratulations
to: Jeanrémy
Fasollasido,
Dave Martin, Jeff
Dean (course
facilitator), JF
Poirier, Alain
Bard (C2),
Etienne GignacBouchard
Congratulations to: Mario Prevost (MCF - QC), J-Rod Cole (ON),
Monique Andrie (CF - AB), Heather Porteous (MB), Jamie Coulter (SK), Yves Dube (QC), Dan Whitman (ON), Donald Poulin
(QC), Bret Chalmers (BC), Ned Ambrus (AB), Phil Perry (CF - AB)
formation d’Entraineur-1 les 20 et 21 avril 2013 à
SkyVenture Montréal (Qc.)
Félicitations à : Carine St-Marseille, Samuel Lapointe, Lucie
Plamondon, Claude Otis, Véronika Kubickova, Mélanie LGuérin et Pierre-André Gauthier (formateur)
UPT Tandem Instructor Course at GOSkydive in
Gatineau/Ottawa. Congratulations to: Stephane Beland,
Gustavo Collados, Jeff Dean (course facilitator)
Coach-1 course
SkyVenture Montréal (QC). April 5th – 6th, 2014
On this picture: Pierre-André Gauthier (course conductor),
Stéphane Therrien, Monika Wittmer, Karyna Dallaire, Jennyfer
Caron, et Jonathan Rodrigue.
Formation d’Entraineur-1
SkyVenture Montréal (Qc.) l 5 et 6 avril 2014
Sur la photo: Pierre-André Gauthier (formateur), Stéphane
Therrien, Monika Wittmer, Karyna Dallaire, Jennyfer Caron, et
Jonathan Rodrigue.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Jumpmaster Course Alberta Skydivers - May 2014
Congratulations to: Phil Perry (CF), Patrick Belanger, Dave
Clarke, Rob Hutchinson (CF)
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÙT 2014
40
41
News from
the loft
Le coin des gréeurs
BY: Rob MacNeill TRADUIT PAR : André Lemaire
I
t was a busy February for members of the T&SC running both the Rigger A and Rigger A1 courses back to back at
Skydive Toronto. Despite the cold hanger the candidates managed to successfully complete all the requirements of their
course. Both courses were fortunate to be able to have Pat
Floyd, the lawyer for CSPA, come in and do a talk on rigging and
liability. Congratulations to the new Rigger As and those who
advanced to the Rigger A1 certification. In the last year of training the T&SC has trained nine new Rigger As, eight Rigger A1s
and converted two others. One from the old CSPA program and
one FAA Senior Rigger over to the new CSPA Rigger A1 certification. That brings the count to ten Rigger A1s this year. The T&SC
wants to thank Joe Chow and all the wonderful staff of Skydive
Toronto for their great support during the course cycle, and their
on going support of the developing Rigger Training Program.
The next Rigger A course will be held in Montreal from October 4-9, 2014, followed by the Rigger A1 course from the October 10-13, 2014. For more information and registration contact
the Chair of the T&SC at [email protected] .
After the courses were completed members of the T&SC
headed for CFB Trenton where they were invited to join their military counterparts to discuss issues in the areas of Rigger training and parachuting safety. While there, members renewed old
friendships and formed new bonds. Plans were made for future
training and the professional development ended with members
of the T&SC giving a briefing on the new CSPA Rigger Training
program to their military counterparts.
On the 13th of Feb 2014 Rob MacNeill, the Chair of the
T&SC had the very great pleasure to present his friend and mentor Ron Dionne with his 50 year CSPA pin. Ron is only the 13th
member of CSPA to ever receive the 50-year pin. Thanks for all
you have done and continue to do for the sport Ron.
Ron Dionne receives
his 50 Year pin.
Ron Dionne recevant
son épinglette de
50 ans d’adhésion à
l’ACPS
C
Rigger A Course | Cours de gréeur A
Rigger Students doing their tandem packing test.
Left to Right | De gauche à droite : – Jim Olds (Assistant)
Keith Charabaruk, J-Rodd Cole (Co-Instructor), Frank Blanchard (Instructor), Nathaly Laframboise, Catherine Houde,
Al MacDonald (Instructor) and Rob MacNeill (Instructor)
Candidats gréeurs effectuant leur test de pliage de voilure de
secours de tandem
Rigger A Course: Instructors supervise Rigger Students carrying out their inspections
Al MacDonald supervises Rigger students during canopy patching exercise.
Cours de gréeur A: Les chargés de cours en train de superviser les candidats gréeurs faisant leur inspection de voilure
Al MacDonald supervisant des candidats gréeurs A1 lors de la
couture d’une pièce sur la voilure
Rigger A1 Course | Cours de gréeur A1
Pat Floyd gives a lecture on Rigging and Liability to candidates
of the Rigger A1 course. Nice shirt Pat.
e fut un mois de février très occupé pour les membres du Comité de Technique et Sécurité (CT&S) alors que
deux cours consécutifs furent donnés, soit le cours de gréeur
A suivi du cours de gréeur A1. Ces cours ont eu lieu à Skydive
Toronto à Cookstown Ontario. Malgré le froid dans l’immense
hangar, les candidats ont réussi à remplir toutes les exigences pour ces cours. Un visiteur de marque était aussi sur place
en la personne de Pat Floyd, l’avocat officiel de l’ACPS. Il nous
a donc exposé les implications juridiques du travail de gréeur.
Nous voulons féliciter les tout nouveaux gréeurs A
ainsi que ceux qui ont été promus au niveau de gréeur A1.
Dans les derniers mois, le CT&S a pu former neuf nouveaux
gréeurs A, huit gréeurs A1 et a facilité la mise à niveau de deux
autres gréeurs. Parmi ces deux derniers, l’un était gréeur sous
l’ancien programme et l’autre détenait un certificat de gréeur
sénior de la FAA. Les deux purent ainsi accéder au niveau de
gréeur A1. En ce moment, le total est de dix nouveaux gréeurs.
Le CT&S tient à remercier Joe Chow et le personnel
chaleureux de Skydive Toronto pour leur soutien indéfectible
lors de ces cours et en général, pour avoir donné leur appui
au développement du programme de formation des gréeurs.
Le prochain cours de gréeurs A se tiendra à Montréal du
4 au 9 octobre 2014. Il sera suivi du cours de gréeur A1 donné
entre les 10 et 13 octobre 2014. Pour plus d’information, veillez
contacter le CT&S à : [email protected]
Quand les cours à Skydive Toronto furent terminés, les
membres présents du CT&S partirent pour la base militaire
de Trenton en Ontario où ils étaient invités à discuter des
problèmes reliés à la sécurité en parachutisme et au gréage.
Plusieurs membres purent ainsi renouer de vielles amitiés
et développer de nouveaux liens. Une planification fut aussi
mise en place pour la formation future et le développement
professionnel. Pour ce faire, les membres du CT&S donnèrent,
à leurs vis-à-vis militaires, un aperçu du nouveau programme
de formation des gréeurs de l’ACPS.
Le 13 février 2014, Rob MacNeill, responsable du CT&S
eut le plaisir et l’avantage de présenter à son ami et mentor,
Ron Dionne, son épinglette de 50 ans d’adhésion continue à
l’ACPS. Ron n’est que le treizième membre de l’ACPS à avoir
reçu cette distinction. Ron, un grand merci pour tout ce que tu
as fait et continues à faire pour le sport.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
Left to Right | De gauche à droite : – Rob MacNeill (Instructor), Alan Strickland, Peter Chapman, Volker Kock, Jim Olds,
Alain Bard, J-Rodd Cole (Co-Instructor), Todd Fraser, Frank Blanchard (Instructor), Dominique Gariepy, Al MacDonald (Instructor)
Pat Floyd donnant, aux candidats gréeurs A1, un séminaire sur
le gréage et son implication juridique. Pat, très belle chemise !
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
42
43
MESSAGES DU
FROM THE
DRIVE FOR THE PODIUM | golf pour le podium
analysis
BUREAU
BY: Michelle Matte-Stotyn
TRADUIT PAR: Serge Dufour
RÉVISÉ PAR: André Lemaire
F
or the last two years,
CSPA has been proud to be
involved in the annual Drive
for the Podium event. A golf
tournament that over the last
9 years, has raised over $220k
for amateur athletes. Canada’s
sport community gathers
for a round of golf, banquet
dinner, and an auction, joined
by Olympians and their
supporting organizations.
Photo Credit: Jaime McLean
Jumper: Ed Miller
This year, Mother Nature
played nice and gave us beautiful skies for a morning demo
jump into the golf tournament.
Big thanks to Mile High Parachuting in Arnprior, ON for
organizing, and the four jumpers, Trevor Fitzpatrick, Victor
Veinotte, Clive Webb, and Ed
Miller.
Following the demo
jump, CSPA had the opportunity to do an activity on the 15th
hole. With the use of some creepers, each golfing foursome got
to try dirt-diving and creeping a simple 4way dive. The golfers
loved it! Specific mention has to go out to Canada’s figure skating Olympians Patrick Chan and Scott Moir who enjoyed a few
joy rides on the creepers down the cart paths
D
epuis deux ans, l’ACPS est fière d’être impliquée dans
Golf pour le Podium, un événement annuel. Il s’agit d’un tournoi
de golf qui, depuis 9 ans, a recueilli plus de 220k $ pour les
athlètes amateurs. La communauté sportive du Canada est alors réunie pour une ronde de golf, un banquet et une vente aux
enchères, auxquels se joignent les Olympiens et leurs organisations de soutien.
Cette année, la météo a contribué en ciel bleu et chaleur,
l’idéal pour un saut de démonstration effectué en matinée sur
le parcours. Un grand merci à Parachutisme Mile High de Arnprior, ON pour l’organisation de ce saut et aux quatre parachutistes, Trevor Fitzpatrick, Victor Veinotte, Clive Webb et Ed Miller.
Après le saut, l’ACPS en profita pour organiser une activité sur le 15e trou. Couché sur les planches à roulettes, chaque
quatuor de golf devait mettre en pratique le déroulement d’une
formation simple à quatre. Les golfeurs ont adoré! On retiendra
tout particulièrement Patrick Chan et Scott Moir, Olympiens en
patinage artistique, représentant le Canada. Ils ont profité des
sentiers pour voiturettes de golf pour faire quelques descentes
en planches à roulettes !!! ☺
En tant qu’Organisme National Sportif, l’ACPS espère,
à l’avenir, s’impliquer davantage dans des événements de la
sorte, et nous continuerons non seulement à promouvoir le parachutisme au Canada, mais à faire connaître notre place dans
le Système Sportif Canadien.
As a National Sport Organization, it’s events like this that
CSPA hopes to become more involved with in the future, as we
not only continue to foster skydiving in Canada, but make our
role known within the Canadian Sport System.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
OFFICE
CSPA/ACPS
An analysis was done of the CWC Ratings (C1/C2/JM/
GCI/SSI/PFFI/SSE) for the Ratings issued from 1998 to 2012 to
current “participants” of CSPA.
D’après une analyse sur les qualifications émises par le
Comité de Travail sur l’Entraînement (CTE) de 1998 à 2012, plus
exactement celles des E1, E2, IL, IR, IC, IPAC et IE des membres à jour de l’ACPS, nous obtenons les résultats suivants :
* 82% of Ratings Certified in the 5 Year Period from 2008 to 2012
are still Current
* 82% des qualifications certifiées, sur une période de cinq
ans (2008-2012), sont encore valides
* 76% of Ratings Certified in the 10 Year Period from 2003 to
2012 are still Current
* 76% des qualifications certifiées, sur une période de dix ans
(2003-2012), sont encore valides
* 72% of Ratings Certified in the 15 Year Period from 1998 to 2012
are still Current
* 72% des qualifications certifiées, sur une période de quinze
ans (1998-2012), sont encore valides
Newest coPs | Nouveaux brevets !
Congrats to our newest CoP Solo achievers. This is your first step into the great sport of skydiving. Congrats are also extended to
all A and higher CoP recipients as you progress to achieve your goals. Félicitations à nos nouveaux détenteurs du brevet solo. Vous
avez franchi la première étape dans le merveilleux sport du parachutisme. Nous adressons également nos félicitations à tous ceux
qui ont obtenu leur brevet A et un brevet supérieur. C’est une preuve de votre progression dans l’atteinte de vos objectifs.
Brevet SOLO | CoP SOLO
S-5322 Boyce, Eve
Skydive Oliver
S-5323 Barker, Ashley
Skydive Oliver
S-5324 Chapdelaine, Martin
Pacific Airsports
S-5325 Bernier, Frederic
Skydive Oliver
S-5326 Gaudet, Sébastien Skydive Oliver
S-5327Hillier , Cameron
Skydive Oliver
S-5328Howard Junior, Sam
Skydive Oliver
S-5329 Jambrich, Daryl
Skydive Oliver
S-5330 McFarlane, Kevin
Skydive Oliver
S-5331 Veilleux, Marc-André Skydive Toronto Inc.
S-5332 Zapora, Vincent
Manitoba Sport Parachute Assoc.
S-5333Okoye, Cassidy
Kamloops Skydivers
S-5334Marino, Mathew
Parachute School Of Toronto Ltd.
S-5335 Graham, Phil
Skydive Oliver
S-5336Fournier, Mathieu
Parachutisme Nouvel Air
S-5337 Blouin, Mélanie
Parachutisme Atmosphair Inc.
S-5338 Johnson, Adam
Kamloops Skydivers
S-5339 Browning, Dylan
North Okanagan Vertical Adventures
S-5340Lefebvre, Jonathan
Parachutisme Voltige
S-5341 Brosseau, Geremy
Parachutisme Voltige
S-5342 Tobin-Green, SeattleRmc Skydiving Club
S-5343 Trahan, Marc-André
Parachutisme Adrénaline T-R
S-5344Foley, Jason
Pacific Airsports
S-5345 Soto, Eduardo Skydive Big Sky Ltd.
S-5346 Stieda, Alexander
Eden North Para School Inc.
S-5347 McKenna, Sean
Eden North Para School Inc.
S-5348Yoder, MatthewEdmonton Skydive Centre
S-5349 Bernier, Lydia
Parachutisme Adrénaline T-R
S-5350 Kiyonaga, Hudson
Skydive Toronto Inc.
S-5351Fudge, Matthew
Skydive S.w.o.o.p.
S-5352 Tellier-Martel, Malie
Parachutisme Voltige
S-5353Deslauriers, Sébatien
Parachutisme Voltige
S-5354 Lucas, Stéphane
Parachutisme Voltige
S-5355 Bastien, David
Parachutisme Voltige
S-5356Roy, Guillaume
Parachutisme Voltige
S-5357 Paré, Jennifer
Parachutisme Voltige
S-5358 Lesziak, Max
Edmonton Skydive Centre
North Okanagan Vertical AdventurS-5359 Telford, Emma
Parachute Montréal
esS-5360Robitaille, Steve
S-5361 Poulin, Mathieu
1000 Islands Skydivers
S-5362 Lambert, Pascal
Parachutisme Adrénaline T-R
S-5363 Gilbert, Evan
Skydive Toronto Inc.
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
44
45
Newest coPs | Nouveaux brevets ! (cont)
Brevet Solo | Solo CoP
Brevet A | A CoP
S-5364 Williams, Charles Kamloops Skydivers
S-5365 Mercille, Bruno
Parachutisme Voltige
S-5366Hatcher, Mitchell
Skydive S.w.o.o.p.
S-5367 Peddie, Nicholas
Skydive Toronto Inc.
S-5368 Wilson, AaronOkanagan Skydive
S-5369 Bachand, Antoine
Parachutisme Nouvel Air
S-5370 Croteau, Jérôme
Parachute Montréal
S-5371 Boucher, Yan-Erik
Parachute Montréal
S-5372 Peng, Dongzhe
Parachute Montréal
S-5373 Clermont, Maxime
Parachute Montréal
S-5374 Lakhia, Michael
Parachutisme Atmosphair Inc.
S-5375 Kinnear, Scott
Skydive Toronto Inc.
S-5376 Vaudreuil, Pierre-Luc
Para Québec
S-5377 Sanier, Francis
Para Québec
S-5378Reaume, ChrisNiagara Skydive
S-5379 Swallow, JohnOkanagan Skydive
S-5380 van Dipten, Wim
Skydive Toronto Inc.
S-5381 Cox, Nigel
Alberta Skydivers Ltd.
S-5382 Corbeil, Jordan
Parachutisme Voltige
S-5383 Mardigyan, Haik
Parachute Montréal
S-5384Ferreira, Jonathon
Skydive Big Sky Ltd.
S-5385 Campeau, David
Parachutisme Nouvel Air
S-5386 Venne-Jetté, Antoine
Parachutisme Adrénaline
S-5387 Abercrombie, Duncan
Edmonton Skydive Centre
S-5388Hines, JeffreyEdmonton Skydive Centre
S-5389Yoder, BrianEdmonton Skydive Centre
S-5390 Cloutier, YannerickÉcole De Para. Victoriaville
S-5391 James, Joseph
Eden North Para School Inc.
S-5392 Veillette, Julien
Parachutisme Adrénaline T-R
S-5393 MacDonald, Jay
Eden North Para School Inc.
Parachute Gatineau Ottawa Skydive
S-5394Reider, Herbert
S-5395 Perry, David
Skydive Toronto Inc.
S-5396 Graham, Shayne
Skydive S.w.o.o.p.
S-5397Rice, Stephen
Parachutisme Nouvel Air
A-12671 Stieda, Alexander
A-12672 St. Amour, Samuel
A-12673 Bisson, Valérie
Brevet A | A CoP
A-12642Normandin, Marie-Andrée Parachutisme Nouvel Air
A-12643 Lahaye, Marc-Antoine
Parachutisme Nouvel Air
A-12644 Tam, Kelvin
Parachutisme Nouvel Air
A-12645Fournier, Mathieu
Parachutisme Nouvel Air
A-12646Haché, Nicolas
Parachute Gatineau Ottawa Skydive
A-12647 Morin, Maxime
Parachutisme Nouvel Air
A-12648 Tomlinson, Andrew
A-12649 Guilbault, Gabriel
Parachutisme Voltige
A-12650Lengwenus, CazmaleeOkanagan Skydive
A-12651Nilsen, Natasha
Kamloops Skydivers
A-12652 Anderson, Nathan
Pacific Airsports
A-12653 Paquette, Sean
Parachutisme Nouvel Air
A-12654 Methot, Jason
Kamloops Skydivers
A-12655 VanderHoek, RickOkanagan Skydive
A-12656 Côté, Alexandre
Parachutisme Voltige
A-12657 Poulin, Mathieu
1000 Islands Skydivers
A-12658 Vaudreuil, Pierre-Luc
Para Québec
A-12659 Kerr Denis, Justine
Parachutisme Nouvel Air
A-12660 Véronneau-Bergeron, Eve
Parachutisme Adrénaline
A-12661 Caruso, Sonia
Skydive Toronto Inc.
A-12662 Brintnell, Travis
Skydive Toronto Inc.
A-12663Hollan, Iain
Skydive Big Sky Ltd.
A-12664 MacDonald, Jay
Eden North Para School Inc.
A-12665Findlay Williamson, Kenneth Atlantic School Of Skydiving
A-12666 Bedel, Mike
Mile High Parachuting
A-12668 Sanier, Francis
Para Québec
A-12669 Caunt, Marcus
Pacific Skydivers
A-12670 Turcotte, Sabrina
Para Québec
CSPA/ACPS
Brevet D | D CoP
Eden North Para School Inc.
Parachutisme Adrénaline
Parachutisme Nouvel Air
D-1124 Thérrien, Stéphane
D-1125 Santerre, Sonia
D-1126Desrosiers, Francis
Parachutisme Nouvel Air
Parachutisme Nouvel Air
Parachutisme Nouvel Air
Brevet B | B CoP
B-6727 Brophy, Stephen
Edmonton Skydive Centre
B-6728 Bouchard, Simon
Parachutisme Nouvel Air
B-6729 Levesque, Mike
Parachutisme Voltige
B-6730 Corbin, Dave
Skydive S.w.o.o.p.
B-6731 Chambers, Paul
Grand Bend Sport Para Center Inc.
B-6732 Culham, Chris
Grand Bend Sport Para Center Inc.
B-6733Read, Caleb
Vertical Extreme
B-6734 Pelletier, Cédric
Parachute Montréal
B-6735Laforce, Pierre-OlivierEden North Para School Inc.
B-6736Redmond, Luke
Skydive Big Sky Ltd.
B-6737 Anderson, Michael
Kamloops Skydivers
B-6738 Giesbrecht, Chris
Skydive Big Sky Ltd.
B-6739 Booth, Kyle
Eden North Para School Inc.
B-6740 Morgan, Brian
Grand Bend Sport Para Center Inc.
B-6741Drolet, Jaimie
Parachutisme Adrénaline T-R
B-6742 Guillot, Andrew
Parachutisme Atmosphair Inc.
B-6743 Chase, James
Parachute School Of Toronto Ltd.
B-6744 Beaudry, Julie
Parachutisme Nouvel Air
B-6745 L’Heureux, William
Parachutisme Atmosphair Inc.
B-6746Dobrea, Ana Maria
Skydive Toronto Inc.
B-6747 McArthur, Jason
Skydive Toronto Inc.
B-6748 Galardo, Nicolas
Parachutisme Nouvel Air
B-6749 Urquhart, Alexander
Parachute Gatineau Ottawa Skydive
B-6750Hardie, Tylor
Eden North Para School Inc.
B-6751Lofts, Robert
North Okanagan Vertical Adventures
B-6752O’Neill, Jeff
North Okanagan Vertical Adventures
B-6754 Zdan, Jason
Skydive South Sask
B-6755 Peirce, Geoff
Skydive Burnaby Inc.
B-6756 Boucher, Albert
Skydive South Sask
B-6757 Rochefort, Dominique
Parachutisme Nouvel Air
B-6758 Alexeenko, Vladimir
Parachute Gatineau Ottawa Skydive
B-6759 Milot, Patrick
Parachutisme Voltige
B-6760 Lemieux, Aurélie
Parachutisme Atmosphair Inc.
B-6761 Emond, Geneviève
Parachutisme Voltige
B-6762 Blanchard, Nicholas
Parachutisme Voltige
B-6763 Paquette, Sean
Parachutisme Nouvel Air
B-6764 Poulin, Colin
Skydive Big Sky Ltd.
B-6765 Steyn, Simon
Eden North Para School Inc.
B-6766 Smith, Adam
Atlantic School Of Skydiving
B-6767 Bedel, Mike
Mile High Parachuting
B-6768 Bisson, Valérie
Parachutisme Nouvel Air
Brevet C | C CoP
C-3657Morosin, Carlo
Skydive S.w.o.o.p.
C-3658 Robertson, Andrew
Atlantic School Of Skydiving
C-3659Desbiens-Ouellet, Jimmy
Parachutisme Atmosphair Inc.
C-3660 Breton, Carolyne
1000 Islands Skydivers
C-3661Vanderaa, JosephusHalifax Skydiving Association
C-3662Fortin, Alexandre
Parachutisme Atmosphair Inc.
C-3663 Ellom, ChristopherOkanagan Skydive
C-3664 Patterson, Steve
Edmonton Skydive Centre
C-3665 Saindon, Chris
1000 Islands Skydivers
C-3666 Ménard, Frédéric
Parachute Montréal
C-3667 Gilbert, Michelle
Skydive Toronto Inc.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
AWARDS / prix
Congratulations to all award recipients. Without your dedication, our sport could not survive.
Félicitations à tous ceux qui se sont mérité un prix. Votre dévouement assure la survie de notre sport.
2000 Jumps 24 Hours FF 36 Hours FF 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 10 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year
15 Year
15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 15 Year 20 Year 20 Year 20 Year 20 Year Ray Scott
Ray Scott
Albert Pelchat
Alain Bard
Pierre Bilodeau
James MacIntosh
Josée Trudel
Lyle Pitzel
Trina Oatway
Patrice Déry
Jeff Hill
Scott Anderson
Pier-Luc Veilleux
Norman Stanbury
Melody Allen
Martin St. Laurent
David Cvetanovski
Olga Kuznetsova
Bruce Rhodes
Chad Leslie
Patrick Nellis
Douglas Montgomery
Christian Girouard
Gilles Melancon
Mario Richard
Eric Cobrin
Olivier Blanchard
Jocelyn Houde
Gérald Binette
Francis Métivier
David Pesch
Serge Côté
Jean Deschênes
Julie Kassabian
Jodie Bowen
Crystal Taylor
Francois Boivin
Frédéric Dionne
Martin Yergeau
Serge Charbonneau
Andrew Donald
Pierre Dalcourt
Mark Peetsma
Delaine Legere
Yvan Simoneau
Martin Quessy
Guillaume Lemay-Thivierge
Leigh-Anne Walton
20 Year 20 Year 20 Year 25 Year 25 Year 25 Year 25 Year 25 Year 25 Year Simon-Pierre Bouchard
Victor Veinotte
Steve Enns
Harvey Thomson
Robert Dancause
David Huntington
Peter Chapman
Barry Smith
Andrew Whyte
25 Year 30 Year 35 Year 35 Year 45 Year
50 year Scott MacDougall
Simon Veilleux
John Davies
Gilles Leboeuf
David Scott
Ron Dionne *
(*correction from last issue)
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
46
47
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association
EDEN NORTH PARA SCHOOL INC.
Lyal or Cathy Waddell (780) 489-9000
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 25yrs;
Location: 2023 Twp. Rd. 540 Onoway, AB
EDMONTON SKYDIVE CENTRE
Al Christou (780) 884-5867
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 20yrs;
Location: 59509 Range Rd. 260
Westlock County, Alberta
PACIFIC SKYDIVERS
Debbie Flanagan (403) 850-4125
m [email protected]
B; 3/31/2015; 30yrs;
SKYDIVE BIG SKY LTD.
Darren Strocher (403) 505-5867
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 8yrs;
Location: Innisfail Airport, Alberta
PACIFIC AIRSPORTS
Roy Wharton (250) 923-2424
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 31yrs;
Location: Campbell River Airport, BC
SECOND DECADE SKYDIVERS
Joe Abllit (604) 924-1712
m [email protected]
B; 3/31/2015; 34yrs;
SKYDIVE EXTREME YETI
Myles Delorme (250) 272-9384
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 4yrs;
Location: 250 Fisher Road Golden, BC
SKYDIVE OLIVER
Andrew Morris (250) 408-5867
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 5yrs;
Location: 4 - 5811 Airport St. Oliver, B.C.
SKYDIVE THE CITY
Michael(Hootch) Brown (604) 465-7311
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 1yrs;
Location: Pitt Meadows Airport
BRITISH COLUMBIA
MANITOBA
MANITOBA SPORT PARACHUTE ASSOC.
Christopher Kane (204) 999-3496
m [email protected]
B; 3/31/2015; 30yrs;
SKYDIVE MANITOBA LTD. 2007
Heather Porteous (204) 799-5867
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 8yrs;
Location: Hangar # 2 Gimli Industrial
Park, Gimli, MB
NEW BRUNSWICK
CALGARY PARACHUTE CLUB
Ian Harrop (403) 697-4938
m [email protected]
B; 3/31/2015; 33yrs;
Location: Alberta Skydivers
OKANAGAN SKYDIVE
Bret Chalmers (250) 542-4487
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 7yrs;
Location: 6311 Captian Bailey Way,
Vernon, BCV
WHISTLER SKYDIVING
Stephen Smith (604) 698-7120
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 7yrs;
Location: 1850 Airport Rd. Pemberton, BC
MONCTON SKYDIVING CLUB
Malcolm Langille (506) 872-0852
m [email protected]
B; 3/31/2015; 33yrs;
Location: Skydive Moncton
SKYDIVE MONCTON INC.
Louise & Serge Richard (506) 858-0675
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 26yrs;
Location: 780 Falconer Rd. Moncton, N.B.
Nova Scotia
ALBERTA SPORT PARACHUTE ASSOC.
Tina Connolly (780) 996-5266
m [email protected]
B; 3/31/2015; 33yrs;
NORTH OKANAGAN VERTICAL
ADVENTURES
Rick Scott (250) 309-5286
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 3yrs;
Location: Shuswap Regional Airport
4350-20th Av. S.E. Salmon Arm, BC.
CSPA/ACPS
ATLANTIC SCHOOL OF SKYDIVING
David Williamson (902) 423-5867
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 29yrs;
Location: King’s County Municipal Airport 5876 Highway # 1 Cambridge, NS
ONTARIO
ALBERTA SKYDIVERS LTD.
Ian Flanagan (403) 947-3904
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 11yrs;
Location: Beiseker Airport, Beiseker, AB
BRITISH COLUMBIA
Merci pour votre génereuse contribution.
Votre soutien continu
est grandement apprécié.
Antony Kearns Vancouver, BC
David Hayes Zephyrhills, FL
Steve Hebert Trois Rivières, QC
Scott MacDougall Moncton, NB
Enid Ambrus Edmonton, AB
Cezar Bucevschi Laval, QC
Barry Wheeler Calgary, AB
Iurii Lungu Richmond Hill, ON
Jonathan Dionne Montreal, QC
Thierry Monette Montréal, QC
Luc Robichaud Victoria, BC
David Michaud Blainville, QC
Matthieu Kimmell Bedford, QC
Isabelle Verville Trois Rivières, QC
Laurent Thom Mississauga, Ontario
Craig Chalmers Kelowna, BC
Barry Smith Glen Haven, NS
Gilbert Chasse St. René de Matane, QC
Johan Breytenbach Lloydminster, AB
Leylan McGinn Salmon Arm, BC
Debbie Flanagan Beiseker, AB
Peter Spacek Fredericton, NB
Kevin Spurrill Winnipeg, MB
Shawn Wilson Trondheim, Norway
Samba Mick Niakunu Saint Michel, QC
Joshua Burrill Vancouver, BC
Michel Mann Calgary, AB
Michael Cormier KAMLOOPS, BC
Daniel Elaschuk Pense, Saskatchewan
Pierre-André Gauthier St. Eustache, QC
Jason Zdan Saskatoon, SK
Vincent Paquette Sherbrooke, QC
Robin C Johnston Sydenham, ON
David Labrie Princeville, QC
Abolhassan Hashemiha Markham, ON
Sarah Cannon Toronto, ON
Francois Belley Alma, QC
Christian Giroux Sherbrooke, QC
Bob Carnduff
Vernon, BC
Troy Murray Edmonton, AB
Andrew N Donald Edmonton, AB
Yvon Gosselin Wabasca, AB
Philip Sparrow Ottawa, ON
Douglas Montgomery Coquitlam, BC
Luc Lessard St. Jérôme, QC
Alberta Skydivers Canmore, AB
Mikel Pitt Port Colborne, ON
Jerry Tarbett Dartmouth, Nova Scotia
Albert Boucher Regina, SK
Derek Chaney Millet, AB
Alexandre Rousseau St. Fulgence, QC
Simon Poirier St. Jean sur Richelieu, QC
Polydore Girard Oromocto, NB
Tyler Murphy Calgary, AB
Normand Favreau Brome, QC
Kathleen Linn Saskatoon, SK
Michael Mccarney Saskatoon, SK
Grant Rosenthal Coquitlam, BC
Mario Lemire Montréal, QC
Robert Murray Vermillion, Alberta
Carl Bureau Ste. Thérèse, QC
Gregor Gardner Toronto, ON
Maxime Prevost-Pilon Québec, QC
Bob Osborne Niagara Falls, ON
Kyle Stoeckl Oakville , Ontario
Henry Komant Sherwood Park, AB
Bret Chalmers Vernon, BC
Philip Perry Edmonton, AB
ALBERTA
Thank you for your
generous contributions. Your continued
support is gratefully
appreciated.
Christine Fouchard North Gower, ON
Michael Sweeney Blackstock, ON
Michelle Richard
Saint John, NB
Richard Epp Port Colborne, ON
Brandon Scott Doty Vancouver, BC
Pei-Chi-Lee
Buranby, BC
Travis Middleton Edmonton, AB
Teresa Fowell Okotoks, AB
Jeffrey McDonald Calgary, AB
Christopher Walsh Hamilton, ON
Chad Mehl Estevan, SK
Raymond Tanguay St. Henri de Lévis, QC
John R Smith Vernon, BC
Robert Imrie London, ON
Richard Knot Edmonton, AB
Andrew Patel Scarborough, ON
Richard Minnis Edmonton, AB
eric frechette Mascouche, QC
Ray Trudel Prince George, BC
Albert Pelchat Lévis, QC
Gaetan Gagnon Rawdon, QC
Levant Tinaz Toronto, ON
Phil Stoker Victoria, BC
Michael Rogerson Surrey, BC
Michael DiLisi Whitby, ON
Victor Mover Belleville, ON
Alexander Highfield Sylvan Lake, AB
Helen Townson Sankt Augustin, NRW
Leigh A Walton Guelph, ON
Isabelle Tardif Québec, QC
Steven Temple Red Deer, AB
Trina Oatway Spruce Grove, AB
John McDonald London, ON
Brian Haas Calgary, AB
Charles-Albert Verville Québec, QC
Robert Murray Uxbridge, ON
Dino Topic Toronto, ON
Sean Graham Toronto, Ontario
Barry Penner West St. Paul, MB
Garth N Baker Egbert, ON
Keith Munro Logan Lake, BC
Gregory Beyer Allan, SK
Keelan Sevigny Edmonton, AB
James Withrow Prince George, BC
Gregory MacBeth Moncton, NB
Jeffrey Mendez North York, ON
Michael Fenton Port Colborne, ON
Sean Woolverton Calgary, AB
Kenneth Scambler Surrey, BC
Isabelle Mercier St. Henri, QC
Paul Gamble Barrie, ON
Joram Muyres Red Deer, AB
Jordan Toth Edmonton, AB
David McArthur Sherwood Park, AB
Christopher Goodlet Barrie, ON
John Davies Langley, BC
Scott Anderson Mississauga, ON
Cameron Sault Wainfleet, ON
Gary Gillespie Victoria, B.C.
Robert Brown Hamilton, ON
Jacques Noel Summerland, BC
Brian Forbes Winnipeg, MB
Marc-Andre Blain Terrebonne, QC
Bradly Schumacher Saskatoon, SK
Nicolas Galardo Montréal, QC
Dan Whitman Nepean, ON
Aaron Wilson Vernon, Bc
Ilona (Berger) Helwig Tavistock, ON
CSPA Affiliated
drop zones &
CLUB LISTING
BRITISH COMUMBIA
DONATIONS / Dons
1000 ISLANDS SKYDIVERS
Alan Strickland (613) 634-9707
m [email protected]
B; 3/31/2015; 11yrs;
Location: Gananoque S.P.C. -
CHILLIWACK SKYDIVING CLUB
John Davies (604) 888-1809
m [email protected]
B; 3/31/2015; 35yrs;
UNICORN SPORT PARACHUTE CLUB
Buzz Bennett (604) 886-4348
m [email protected]
B; 3/31/2015; 40yrs;
DESCENDERS PARACLUB
Brian diCenzo (416) 605-0010
m [email protected]
B; 3/31/2015; 10yrs;
Location: Brampton, Ontario
KAMLOOPS SKYDIVERS
Dean Schryver (250) 376-1213
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 34yrs;
Location: 2965 Airport Rd., Kamloops, BC
VICTORIA SKYDIVERS
Phil Stoker (250) 655-4434
m [email protected]
S1; 3/31/2015; 29yrs;
Location: Victoria International Airport
GRAND BEND SPORT PARA CENTER INC.
Bob & Mary Wright (519) 238-8610
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 33yrs;
Location: 70114C Grand Bend Line, ON
Association Canadienne de Parachutisme Sportif | MAGAZINE CANPARA JUIN-AOÛT 2014
48
MILE HIGH PARACHUTING
Buck Whalley (613) 762-5623
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 21yrs;
Location: 633 Johnston Rd. Arnprior, ON
NIAGARA SKYDIVE
Tim Grech (905) 735-5867
m [email protected]
; 3/31/2015; 13yrs;
Location: Niagara Central Airport
PARACHUTE SCHOOL OF TORONTO LTD.
Adam Mabee (800) 361-5867
m [email protected]
S2I; 3/31/2015; 21yrs;
Location: 5714 Smith Blvd. Baldwin, ON
RMC SKYDIVING CLUB
Christophe Laforest-Huot (613) 770-2466
m [email protected]
B; 3/31/2015; 2yrs;
Location: Gananoque, ON
SKYDIVE BURNABY INC.
Mike & Tara Pitt (905) 899-1528
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 15yrs;
Location: Wainfleet, ON
QUEBEC
HIGH TIMES
Adam Grainger (416) 471-0083
m [email protected]
B; 3/31/2015; 18yrs;
Location: Parachute School of Toronto
QUEBEC
SKYDIVE S.W.O.O.P.
Brian diCenzo (905) 628-4251
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 37yrs;
Location: Dundas Air Plaza 461 Highway
#5 West, Dundas, ON
PARACHUTISME ADRÉNALINE T-R
Gaetan Nadeau (819) 377-9292
m [email protected]
S1; 3/31/2015; 8yrs;
Location: 3300 de l’Aéroport, Trois
Rivieres, Québec
SKYDIVE TORONTO INC.
Joe/Claire Chow (705) 458-9339
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 37yrs;
Location: Cookstown, Ontario
PARACHUTISME ADRÉNALINE
Jean-Nicolas Lagacé (450) 438-0855
m [email protected]
S1; 3/31/2015; 12yrs;
Location: St. Jerome, Québec
C.E.P.Q.
François Leblanc (418) 623-8174
m [email protected]
B; 3/31/2015; 31yrs;
Location: ParaQuebec and Atmosphair
PARACHUTISME ATMOSPHAIR INC.
Myreille Grenier (418) 834-7272
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 8yrs;
Location: 1600 Route de l’Aeroport
St. Jean Chrysostome, Québec
ÉCOLE DE PARA. VICTORIAVILLE
Luc Carignan (819) 752-4297
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 29yrs;
Location: 406 Chemin de l’Aéroport,
Victoriaville, Québec
PARACHUTISME HORIZON INC.
Pierre Boivin (418) 668-3004
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 12yrs;
Location: Aéroport Alma 350 Chemin
de l’aéroport, Alma,Québec
PARA QUÉBEC
Marie-Pier Dionne (418) 997-3388
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 4yrs;
Location: 438 Chemin Vlille Marie,
Pintendre, Québec
PARACHUTISME NOUVEL AIR
Mario Prévost (450) 293-8118
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 24yrs;
Location: Farnham, Québec
PARACHUTISME VOLTIGE
Guillaume Lemay-Thivierge
(450) 752-0385
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 14yrs;
Location: 4680 Rue Principale ,
Lourdes de Joliette, Québec
PARACHUTE GATINEAU OTTAWA
SKYDIVE
Daniel Sevigny (819) 669-5867
m [email protected]
S1; 3/31/2015; 2yrs;
Location: Aeroport Gatineau, Québec
PARACHUTE MONTRÉAL
Mario Prévost (450) 839-1111
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 7yrs;
Location: Aéroport de St. Esprit, Québec
Saskatchewan
HAMILTON SPORT PARA CLUB INC.
Erik Roggenkamp (226) 440-2487
m [email protected]
B; 3/31/2015; 35yrs;
Location: SWOOP
ONTARIO
ONTARIO
Liste de Centres-Écoles
et Clubs Affiliés à l’ACPS
SKYDIVE SOUTH SASK
Mark Ehrmantraut (306) 569-5867
m [email protected]
S3; 3/31/2015; 35yrs;
Location: Moose Jaw Municipal
Airport, Sk.
Club Notes (for informational purposes only): Group Type; Group Expiry Date; # Years Affiliated; Aircraft. Group Types: (S1)
School, (S2D) School With Defense Fund coverage, (S2I) School with Insurance Coverage, (S3) School with Defense and
Insurance coverage, (B) Club, (IC) Industrial/Commercial Club. This affiliation list is believed to be correct as of July 1st, 2014.
While CSPA makes every effort to ensure that it is correct and up to date, CSPA (and/or their publisher) are not responsible
for any incorrect information or omissions. Please forward any changes or corrections to the CSPA office ([email protected]) for future issues.
CSPA/ACPS
Cette liste des membres affiliés est datée du 1er. Juillet 2014. L’ACPS s’assure de son exactitude et de sa mise à jour. Par conséquent, l’ACPS
n’est pas responsable de toutes informations erronées ou omises par les groupes membres. Si vous désirez apporter des changements ou des
corrections, veuillez informer le bureau de l’ACPS.
JUNE-AUGUST 2014 CanPara Magazine | Canadian Sport Parachuting Association