j^ performances - Fiat coupé 16vt

Commentaires

Transcription

j^ performances - Fiat coupé 16vt
ALFA 75 1.8
Alfa Roméo ! Un nom qui sonne comme du cristal, une
marque ô combien prestigieuse, un passé sportif on ne
peut plus glorieux mais un avenir pour le moins
incertain ! Tel pourrait être en résumé la carte de visite
de la célèbre firme milanaise qui heureusement peut
toujours compter sur un nombre élevé de fidèles,
d'inconditionnels de la marque, les altistes comme on
les appelle bien souvent. Et pourtant pour épouser de
nos jours une telle religion, il faut avoir la foi ou
éprouver une passion que certains spécialistes
n'hésitent pas à qualifier de déraisonnable!
Marcel Pirotte
En effet, combien d'erreurs n'ont-elles pas été commises au sein
de la maison ! Ne prenons par exemple que la gamme. Comment
accepter qu'une Arna, fruit de la coopération Alfa-Nissan, soit une
Alfa à part entière. L'aventure a d'ailleurs tourné court ! Pourquoi
avoir déçu tant de supporters acharnés de l'Alfasud en mettant sur
le marché une 33 qui manque
tout simplement de caractère
et de personnalité? Que représente la 90? Tout au plus une
luxueuse berline très confortable mais sans âme ! Heureusement qu'il subsiste encore
les coupés sprint et GTV ainsi que le spyder, mais ce n'est
certainement pas avec ces modèles que la firme va faire du
chiffre, donc gagner sa vie.
Tous ces éléments font qu'un
peu partout en Europe, les
ventes Alfa sont en baisse, de
manière dramatique parfois
sur certains marchés... 11 fallait donc réagir et retrouver
cette vigueur, cet allant, cette
sportivité ; en un mot le virus
Alfa. Il n'y a pas trente-six solutions. Les Altistes étant par
définition des automobilistes
exigeants, ils veulent tout simplement des voitures vivantes
et taillées à leur image. Si Alfa
avait compris cela plus tôt, il
y a longtemps que le constructeur ne se déballerait plus
dans les chiffres rouges. C'est
sans doute pour cela qu'Alfa
a donné l'année dernière un
sérieux coup de barre en préeniant une berline qui semble enfin renouer avec la grande tradition milanaise. Malheureusement, elle ne porte plus un prénom aussi mélodieux que Giulia, Alfetta ou Giulietta, elle s'appelle tout simplement 75 mais ne manque nullement d'ambition. A la fin de cette
année, si tout va bien, les amateurs de voitures de standing devraient
être comblés avec l'arrivée de la 164 (c'est son nom de code.'), une
grande traction avant de la même veine que les Saab 9000, Lancia
Thema ou la Fiât Croma ! Du très beau monde...
^^^^•^ « L'Alfa 75 a été conçue comme une voiture spor^^^^
tive » peut-on lire dans la documentation de presse. Le ion est donné, le langage est clair ! En effet, de la proue à la
ESSAI DETAILLE
CARACTERISTIQUES
1 CONDITIONS DE L'ESSAI
H
poupe, la 75 se démarque de la banalité même si sa ligne en coin
était déjà connue avec la 33 et la Giulietta. Le museau avant est toujours aussi fin, la partie arrière ne semble pas trop lourde, tout cela
1 fait qu'il se dégage de la voiture une certaine agressivité qui lui va
comme un gant. La 75 ne manque donc pas d'allure ni de personrwiio
nalité, c'est sans doute ce que les concepteurs ont recherché avant
tout, même s'il a fallu faire quelques concessions en ce qui concerne
la surface vitrée. Au niveau de l'aérodynamique. Alfa se montre ava• MOTEUR (longitudinal AV)
•| re de chiffres mais précise cependant que la surface de traînée (SCx)
ne dépasse pas 0,66, une valeur fort honorable.
4 en ligne
Nombr • it dlifttitiw d« (Ylindw
.
. . . . . . . . . . . . . . 1779 m'
Dans cette berline trois volumes/quatre portes de 4,33 m de long
(ylindr ^
Alésag •xCou » • . . . . . . . . . . • • • • • • • • 80x88,5 mm
qui
succède à la Giulietta, on retrouve l'architecture bien connue
Tauxd •»mp •sslan . . . . . . . . . . . . . . . 9 : 1
des modèles Alfetta, Giulietta et 90. Le moteur disposé longitudi•carburBUt prétoniM . . . . . , . - . essence supw
nalement à l'avant entraîne bien entendu les roues postérieures via
ne «•1imaltPIN... . . . . . . . 88 kW (120 ch) o S300 ti/mm
maxiino l D I N . . . . . . . . . . . . . . 147 Nm (17 mkg) o 4000 ft/fnin
un ensemble embrayage-boîte de vitesses accolé au différentiel arolliiige
léget
ottur. . . . . . . .
rière, ce qui a pour avantage une meilleure répartition des masses
ollioge
legci
Cillais i . . . . . . . . . . . . • . • • • • . • • • • • •
et
l'amélioration de la motricité. En fait, le plancher de cette 75 est
,n,a
2
ACT
tommondés
w
rtr"^
UtIOfl
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Pistrih
5
à quelques détails près identique à celui de la 90, conservant le
Nombr •<d»pgll»r» dt ïi4k'*<|ïiii
2 (oibu'nteurs doubte coips.
tlimMtatien
même empattement de 2,51 m mais avec une longueur hors-tout
Swrolin •ntatia n . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
réduite de 6 centimètres. Rien d'étonnant dès lors à retrouver les
manuel im. lemom ou tableau de botd
Starfr
mêmes liaisons au sol (barres de torsion à l'avant, pont de Dion à
ttetronique sons (ontart
illuma
par edii • circuit scellé • vose d'exponsion
H.-roldIHOTK ni . . . . . . . . . . . . . . . .
l'arrière), le mécanisme de freinage comportant quatre disques ainsi
élettrioue a commande merr,iostotique
Vintlla fur .
que la direction à crémaillère, assistée sur certaines versions. La boî12
V
50
th
latttri« . . . .
te mécanique 5 vitesses provient également de la 90 mais le rapport
nllernQteui
540
W
(
.
.
.
.
.
.
.
.
.
(karg« battfl„ Itrililac
final plus court permet de disposer d'une véritable grille « sport »,
hlltionboiti 0 rusiMri . . . . . . . . . . . sous tableau de boid, cité gauche
Umitnirdiréljincs . . . . . . . . . . . . . . . non
ce que de nombreux altistes attendaient depuis longtemps.
En Italie, cette 75 est proposée en 5 versions, quatre motorisa• FACTEURS DE PERFORMANCES
•
tions essence, une Diesel. Essence tout d'abord avec la famille des
Pvisig iinipéc illqir . . . . . . . . . . . . . . . 49.46 kW/1 (67.45 ch/])
quatre cylindres en ligne à double ACT livrables en 1600 cm' (110
Keppo npoldt/pultianc » »y« .. • • 12,04 kg/kW (8,83 kg/ch)
ch), 1800 cm' (120 ch) et 2000 cm' (128 ch) mais également le fa«n charg*.... 16.87 kgAW (12,37 kg/ch)
buleux V6 de 2500 cm' alimenté par injection et livrant 156 ch. Dans
IfRfORMANCfS
,
• le cas du Diesel, il s'agit d'un deux litres toujours construit par VM
f———^^"
qui, suralimenté et doté d'un refroidisseur d'air de charge, dévelopa) »(««l*r<mens (t r»p'l«»i
pe la coquette puissance de 95 ch. En Belgique, seuls deux modè400 lirttr*» di part prrtté . . . . . . . . . . 17,3 sec.
32,2
sec.
1 Ulom*tr« d<part arrêté . . . . . . . . . . .
les sont commercialisés, le 1800 et le deux litres ! C'est à notre avis
17,4sec.
w
S'sur
400m.
.
.
.
.
.
.
.
.
19,7
sec
m/h»n4'«»r400m.
.
Rtprir à 40k
une erreur de « marketing » ! Passe encore pour le Diesel, mais il
33,1
sec.
»
i
i
5
'
s
u
r
l
k
m
.
.
.
,
.
.
.
.
.
.
.
3
7
,
0
s
e
(
.
kni/h
•B
4'
«iir
)
|un
..
«•pris* 1 40
aurait fallu importer la 1600 (c'est le cas en France) et surtout la
Régine
Compla-tours
p) Vitoo nioximal*( ,
RM)
• (orreip. ré«l
whicul»
version 2,5 litres qui, à l'occasion de la présentation l'année derCaroptMf
nière, nous était apparue comme remarquablement équilibrée. En
189,i
km/h
5825
h/mm
5800
ti/min
195
km/h
•
iiirr 2 uni
193,9 km/'lt
5970 ti/min
5900 tr/min
200 M
outre la musique de ce moteur n'a pas son pareil. Actuellement, les
) rn<
moteurs V6 sont réservés en priorité au marché américain pour la
4i(n* 2 '•"«
170,0 km/h
6350 ti/min
4400 n/inin
170 km/h
1 (Ml
simple et bonne raison qu'ils répondent beaucoup mieux aux nor136,0
km/h
6600
ti/min
(400
tr/min
136
km/h
Umi
mes antipollution ' Que l'amateur de performances se rassure, une
97.0 km/h
6600 li/min
4600 li/min
97km/h
limt
58,0 km/h
6600 ti/min
(400 n/min
58km/h
1800 Turbo devrait arriver dans les prochaines semaines, 155chet
lif
une injection électronique?
^^——————^^|—————— ,'
L'essai de la deux litres ayant été présenté dans le Moniteur de
l'Automobile n° 834 du 24 novembre 1984, c'est au tour de la 1800
a) CMyntion irlld (Mlw nomiM (CE)
7,0
!/100
km
Vit MWtta bIlilMl « O k m / h . . . .
de subir les feux de la critique. Par rapport à la de»ix litres, peu de
9,2 1/100 km
?1(irita bllliH 6 120 km/h . . • •
différence : 8 ch en moins, pas de direction assistée et pas d'ordi£y(IturtM n . . . . . . . . . . . . . . . . . !2,2 m km
nateur de bord ! Par contre Alfa garantit un même agrément de conM g* l'dial
12,91/100 km
M* fun*
duite
et une personnalité tout aussi marquée ! Est-ce suffisant pour
7,41/100 km
Min imum
résister
aux assauts de l'Audi 80 GTE (112 ch), de la BMW 318i (105
'6.51/100
km
ximum
Ma
d>i 27 ionviei au 17 te«nei 1986
Kilomitrgg* »i•hk«l*r d«port.. . . . . 6.536 knKllomitraf f f M t v * . . . . . . . . . . . . . . . 2.112km
1.140 kç
Mdsd•hl»0 hirtl»f»d«<»«»gi» . . .
4°C
TMIP* Btur*
1
1007 fflb
saliériaitt
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
natmo •r • T ^ - . • • - • • • •
nulle
VINir duyn t . . . . . . . . . . . . . . . . . .
rrertiond«(p niii « w » . . . . . . . . . . . 1.8 bois
grrttri . . .
2 te
Dot*
w
K
S«r (•km d»p«rt f l r r U » . . . . . .
28.9 1/100 km
• TRANSMISSION (aux roues AR)
&•d«ff1«•(»( twnt,.
l«vl*r dtïltl(M
{fflbro »<H»
.
.
. . . . , . . . . . . . . . • • •
multl . . . . . . . • • •
»rt Ja
•* iwi'l
f»Hl{lltre»p<«»4
boitX d« «it*«M •t »it»»»« i
nin
|T(
(
»àw 1 . •
1
lAn
wwl . . .
Sein 1 . . . .
MoreJrarrh( T * . . . . . . . . . . . . . . . .
»
•
méconillue monuelle
5
ou planchci
rommonde hydmuliqiie • monodisaue à sec accolé à lo IK)Île et ou diHeiennel onière
4,3:1
2 , 8 7 5 : 1 ( 8,8 km/h)
1,720 1 (14,7 km/h)
1,226 : 1 (20,6 km/h)
0,946 : 1 (24,7 km/h)
0,780 . 1 (32,4 km/h)
3.0(X) : 1 ( - )
LES QUALITES
Personnalité de la voiture.
Puissance et souplesse du moteur.
Comportement routier superbe.
Confort de marche.
Freinage de très grande qualité.
Habitacle généreux.
ALFA 75 1.8
CARACTERISTIQUES
Typ. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Nombre de portes et de places
SepMsion avant
.
&rsp*ttsion arrière . . . . . . . .
Fn—s avant . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Freins arrière
. . . . . . . . . .
Cirant de freinage ( + t y p e ) . . . . . . .
Assistance de freinage (+type) .
CMip*nsoteur de freinage (+»ype)
Action du frein 6 main . . . . . . . . .
Direction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Diamètre de braquage
- Mire murs
— mitre trottoirs
floué/c wérc a camM f/i /?if, é/of et culasse en alliage léger, deux carbu double
AW: une puissance spécifique impressionnante... comme la consommation.
9fi pourrait rêver aune alimentation plus performante (16 soupapes, injection
électronique,...)
ch), de la Mazda 626 GT1 (120 ch), de l'Opel Ascona 1.8i (115 ch),
de la Saab 900i (118 ch), de la Toyota Camry GLI (108 ch), de la
VW Jetta GT (112 ch) et de la Volvo 360 GLE (116 ch) : à voir ! Mais
avant de passer à l'essai proprement dit, précisons que les options
annoncées pas Alfa lors de la présentation l'année dernière se font
attendre. Il s'agissait d'un système de freinage antiblocage mis au
point par ATE et d'un différentiel autobloquant Gleason Torsen.
Quant à l'appellation 75, elle est liée à un anniversaire. C'est en effet
en 1985, année de la commercialisation de ce nouveau modèle, que
la firme milanaise soufflait 75 bouaies...
MOTEUR
Alfa est probablement un des rares constructeurs
dont les moteurs ne semblent nullement démodés
même après trente ans d'âge. Bien au contraire ! Les
origines de ce 1800 cm'remontent à 1956, année où Alfa a présenté la Giulietta 1300. Le 4 cylindres en ligne était déjà construit entièrement en alliage léger, possédait deux ACT entraînés par chaîne
et se voyait alimenté par deux carburateurs double corps. Une véble référence pour l'époque. En 1986, on retrouve cette même
struction, des rendements toujours exceptionnels et l'on se plaît
à rêver. Ah si seulement avec une telle conception, Alfa avait osé
franchir le cap des quatre soupapes par cylindre, tout s'y prêtait admirablement bien. On n'ose imaginer la puissance'disponible ! Que
d'occasions perdues car finalement ce sont les constructeurs japonais, une fois de plus, qui nous ont montré comment il fallait construire des moteurs multisoupapes. N'empêche qu'avec seulement
deux soupapes par cylindre et sans turbo, ce moteur tient encore
aujourd'hui le haut du pavé. Peu de 1800 atmosphériques peuvent
en effet revendiquer une puissance spécifique de 67 ch/1...
«
LES DEFAUTS
Consommation assez importante.
Contenance trop faible du réservoir.
Commande de boîte imprécise.
Servodirection pas en option.
Surface vitrée réduite.
D Certains détails d'équipement irritants.
n Niveau sonore élevé.
D
D
D
D
D
li MSMIM X L'»UIffl»08ilt <°
. 3/*,86
Démult. autour du zéro (volant/roue)
Nombre de tours volant butée 6 l'autre
Diamètre extérieur du volant
monocoque auroporlonte
4/5
roues indépendantes • déni bias parallèles transversaux barre stabilisatrice • onwtisseurs hydrauliques
essieu De Dion. barres de léiKtion conveigentes et parallélogramme de Won • ressorts hélicoïdaux ô flexibilité votiable - amortisseurs hydrauliques télescbpiques
disques pleins
disques pleins
2 séparés AV/AR
poi dépression
collecteur asservi à la pression sui tes roues orrière
sur les roues arrière
à crémaillère
.--••---.-.
21,2
3.5
380 mm
DIMENSIONS ET POIDS
Empattement . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Voies avant/arrière . . . . . . . . . . . .
longueur hors tout . . . . . . . . . . . . . .
largeur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Hmteur.......................
Sarde ou s o l . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Volume du (offre maxi . . . . . . . . . . .
mini............
Poids de la voiture à vide . . . . . . . . .
Rapport poids avant/arrière à vide..
Charge a d m i s s i b l e . . . . . . . . . . . . . . .
Max. remorque non freine* . . . . . . .
Max. remorque f r e i n é e . . . . . . . . . . .
Charge autorisée sur le toit (galerie)
h—vs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Jantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
f— et jante de la roue d* swows .
Pression des pneus re<ommandèe :
•vont.......................
Capacité : liquide de refroidissement.
liquide de lave-glace.....
carburant . . . . . . . . . . . . .
huile moteur . . . . . . . . . .
25)0 mm
1368/1350 mm
4330 mm
1630 mm
1400 mm
122mm
.500 dm'
1.060 kg
950 kg/510 kg (51,9%-48,1%)
425kg
500kg
1.100kg
80kg
Pirelli P5 185/70 1(13 HR
alliage léger 5 1/2 1x13
idem
1,8 bois
2 bais
8 litres
± 5 lities
49 lities dont 8 litres de réserve
5,6 litres (6,7 au nweou moxi)
GARANTIES ET ENTRETIEN
D« constructeur ou de l'importateur ..
Premier entretien . . . . . . . . . . . . . . . .
Entretiens suivants . . . . . . . . . . . . . . .
Pris* diagnostic pour contrôle électron..
Nombre de points de s e r v i c e . . . . . . . . .
FRAIS D'EXPLOITATION
Assurance R . C . . .
faxe..........
frais . . . . . . . . .
TOTAL assurance . .
PMisonce fiscale . .
Tau de circulation
1 on sur pièces et moin-d'œuvre ; 6 ans confie la conosion
1.500 km
10.000 km (vidange); 20,000 (contiôle périodique) ;
40.000 km (vidange huile de boue)
non
En Belgique: \V/fn»ce: ± 430
Belgique
21.244 FB
5.735 FB
50 FB
27.029 f8
10 B
6.943 FB
7.073 FF
2.176 FF
9.549 FF
9CY
wtte W et f.Ooo FF
rrù a* base du véhicule: 497.500 H (B«lgique)/««.u00 ff
Véhicule de l'essai avec ses options: 525.000 ft/Sà.WO FF
Options et accessoires (Belgique)
Options «r omsswns (FroïKt)
tonton pockoge- vetiouilloge centiol
rwluie m é t a l l i s é e . . . . . . . . . . . . . . . 2.600 FF
paie - love-phares - économétie .... 27.500 fB Jmte sliwie . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.600 FF
James alliage l é g e r . . . . . . . . . . . . . . 27.175 FB Hii [omiitm/K . . . . . . . . . . . . . . . . . 111.500 FF
to conditionné . . . . . . . . . . . . . . . . t8.175 FF
PBBhiie métallisée .............. 18.553 FF
Inchangé dans sa conception, ce moteur a vu le jour avec le modèle 1750 et reprend donc une technique qui a fait largement ses
preuves. Le bloc comprend des chemises humides qui garantissent
un excellent refroidissement. Le vilebrequin repose bien entendu
sur cinq paliers et l'on note que le carter d'huile lui aussi fabriqué
en alliage léger possède des ailettes de refroidissement. Mais dans
ce quatre cylindres, ce qui frappe avant tout, c'est la présentation
de la culasse et le système d'alimentation. Un beau moteur, bien
accessible de surcroît el avec la bougie d'allumage au centre, entre
les deux arbres à cames en tête entraînés par chaîne (assez bruyante)
et'commandant des soupapes en tête mais disposées en V afin de
mieux s'intégrer à la forme des chambres de combustion hémisphériques à haute turbulence. De là à concevoir une culasse à quatre
soupapes par cylindre, il n'y aurait qu'un tout petit pas à franchir
mais ne remuons pas le couteau dans la plaie. Constatons cependant que les soupapes d'admission sont de dimensions très généreuses et que les soupapes d'échappement sont refroidies au sodium, une technique que d'autres constructeurs ont également
adoptée.
Et l'alimentation ! Fidèle à une longue tradition, Alfa fait toujours confiance à deux gros carburateurs double corps ; faites le
copïpte. un par cylindre ! A l'heure de l'injection gérée de manière
électronique. Alfa propose un système que certains n'hésitent pas
à qualifier « d'archaïque » mais qui a le mérite de fonctionner à la
perfection, même s'il en coûte un peu plus de carburant. Malgré
la présence d'un starter manuel, on s'en passe très facilement. A
froid comme à chaud, une seule recette, deux coups d'accélérateur
afin d'injecter du carburant, il n'en faut pas plus pour que le moteur démarre au quart de tour et qu'il progresse de manière particulièrement inattendue, même à froid. En outre, rien ne remplace
pour l'amateur, l'aspiration mécanique de quatre corps de carburateur e( surtout le bruit typiquement Alfa du combiné moteuréchappement. Rien que pour se faire plaisir et pour entendre cette musique envoûtante mais aussi envahissante dans l'habitacle, on
se surprend même à descendre de vitesse en double débrayage, comme au bon vieux temps. Il ne manque que la fameuse salopette
bleue pincée aux chevilles et les fins gants de peau mais pourquoi
pas après tout-
Signe de l'évolution, l'allumage du type électronique sans contacts possède un correcteur automatique d'avance tandis que le refroidissement est toujours assuré par un circuit liquide scellé avec
vase d'expansion et complété par un ventilateur électrique à commande thermostatique. La robustesse du bloc quatre cylindres Alfa
à double ACT n'est plus à démontrer. C'est un moteur qui a fait
largement ses preuves mais qui mérite pourtant quelques égards.
Il n'aime pas en effet être brutalisé à froid, on le comprend ! Il suffit
d'attendre simplement que le liquide de refroidissement et l'huile
aient atteint leur température normale de fonctionnement, pour
pouvoir monter sans crainte dans les tours ; il ne demande que cela '
/^J^ PERFORMANCES
J—j Avec un alésage de 80 mm et une course de 88,5
' f f y mm, ce 1779 cm 3 fait partie de la famille des moteurs du type « longue course » qui, en théorie, acceptent plus facilement les bas et moyens régimes plutôt que de
tourner rapidement. En fait, ce moteur est une exception à la règle : il se montre très à l'aise sur une plage allant de 1500 tr/min à
6000 tr/min et accepte même 7000 tr/min à la rigueur. En outre,
avec une puissance de 88 kW ou 120 en à 5300 tr/min, une puissance spécifique de 67 ch/1, un rapport poids/puissance à vide inférieur à 9 kg/ch et une courbe de couple fort plate entre 2000 et
5000 ir/min, voilà quelques chiffres qui témoignent de la sportivité de ce quatre cylindres. Ajoutez-y une boîte cinq vitesses à rapports courts, il n'en faut pas plus pour que cette 75 1.8 se montre
particulièrement performante.
Vitesse de pointe tout d'abord ! Sans avoir l'air d'y toucher et
après une longue lancée, notre voiture d'essai a atteint en 5ème à
5825 tr/min un bon 189,1 km/h soit 4 km/h de moins que la deux
litres. L'usine annonce .190 km/h, le contrat est rempli. 11 l'est cependant un peu moins au niveau des accélérations. Alfa précise que
la 75 1.8 peut passer de 0 à 100 km/h en 9,5 sec. et franchir la barre du kilomètre départ arrêté en 30,5 sec. Nous n'avons pu faire aussi
bien ! N'empêche qu'avec 10,7 sec. pour accrocher le 100 km/h, 17,3
sec. pour atteindre la borne du 400 m et 32,2 sec. pour franchir celle
ALFA 75 1.8
qui ne donnent jamais l'impression de s'engorger, c'est tout simplement remarquable. On n'ignorait pas la souplesse et la puissance
de ce moteur ' Accouplé à une boîte « courte », il retrouve, pourraiton dire, une seconde jeunesse et permet de mieux exprimer encore tout son potentiel. Quelle vivacité mais aussi quelle santé!
Imaginez-le alors avec 16 soupapes...
CONSOMMATIONS
Alfa ne propose pas la direction assistée, et le changement de vitesse est toujours
aussi pénible. Le tableau de bord est heureusement complet et lisible.
\
A*U kilomètre, il y a tout lieu de se montrer satisfait. LAudi 80 GTE
fit cependant un peu mieux mais pas la BMW 318i. La 75 permet
également de soutenir une vitesse de croisière très élevée pendant
de longues distances mais le bruit du moteur, aussi sympa soit-il,
esi assez envahissant à l'intérieur de l'habitacle. On s'y habitue mais
tout de même. Quant aux mordus, ils seront comblés.
Avec la boîte courte dont la 5ème ne développe que 32,5 km/h
à 1000 ir/min et une valeur de couple très intéressante de 167 Mm
ou 17 mkg à 4000 tr/min, le moteur peut également exprimer une
excellente souplesse d'utilisation à n'importe quel régime. Même
à basse vitesse en 5ème, il ne faut pas (comme c'est le cas avec la
90 et sa boîte longue; revenir constamment sur un rapport intermédiaire afin de relancer la cavalerie. 11 suffit tout simplement de
pousser sur l'accélérateur, la puissance et le couple font le reste. A
cette occasion, la 75 1.8 a d'ailleurs signé des chronos assez significatifs et bien meilleurs que ceux de la deux litres. En démarrant
en 5ème à 40 km/h, il ne faut que 19,7 sec. pour couvrir 400 m et
37 sec. pour atteindre la borne du kilomètre. Pas mal du tout. En
4ème, les résultats sont encore plus surprenants avec respectivement
17,4 sec. et 33,1 sec. T El tout cela avec quatre corps de carburateur
Malgré l'admiration que l'on peut porter à cette batterie de carburateurs, il faut pourtant bien reconnaître qu'ils sont un peu dépassés sur le plan de la
consommation et qu'ils ne par viennent pas àégalerun système à injection. C'est ainsi qu'avec une consommation moyenne de 12,9
1/100 km enregistrée lors de l'essai, la 75 1.8 exige en moyenne un
voire deux litres en plus que la concurrence. Malgré la diminution
très importante du prix des carburants ces dernières semaines, ce
n'est pas une raison pour le dilapider. Bien entendu, celui qui a envie
de se « promener » s'en tire avec 7,4 1/100 km mais dans ce cas-là
pourquoi acheter une Alfa? Par contre, l'amateur de performances (et ils sont nombreux parmi les altistes à vouloir exploiter le dernier carat), s'il veut tester la 75 1.8 en conduite rallye, ne s'en tire
pas avec moins de 161/100 km. Sur les autoroutes allemandes avalées à très bonne allure et en tenant compte qu'il s'agit d'une Alfa
qui ne veut pas être en reste, il faut alors compter sur 151/100 km.
A cette allure-là, le réservoir d'une contenance trop faible de 49 litres impose un ravitaillement tous les 300 kilomètres. Sachez également qu'à vitesse maximum, les quatre carburateurs exigent un
• peu plus de 191/100 km et que pour parcourir un kilomètre départ
arrêté à pleine charge, 289 cm' de super sont nécessaires, ce qui correspond à une consommation théorique de 28,91/100 km. Malgré
toute leur bonne volonté, les carburateurs ne peuvent faire des miracles.
Les chiffres de consommations à vitesses stabilisées sont déjà fort
éloquents : 6,8 1/100 km à 90 km/h et 8,91/100 km à 120 km soit
un rien au-dessous des valeurs CEE annoncées par la firme. En ville, et au gré de l'humeur du conducteur, cette consommation oscille entre 12 1/100 km et 15 1/100 km. Par contre, en conduite re-
45
ESSAI DETAILLE
ALFA 75 1.8
rieur si l'on veut consommer moins. C'est se donner bonne conscience mais sans servir à grand-chose. Notons également que de
pan et d'autre du volant, les deux leviers traditionnels commandent les feux, les clignotants ainsi que les essuie-glace.
L'examen de l'habitacle au demeurant fort semble fait également
apparaître que la finition est désormais mieux soignée et ce jusque
dans les détails. Les petits bruits rencontrés sur les modèles Alfetta et Giulietta semblent enfin avoir disparus et il se dégage de l'ensemble une impression de sérieux. 11 était d'ailleurs grand temps.
LES CONCURRENTES
AUSTIN MONTEGO MG 2.0 EFi
CITROËN BX19 GT_____
OPEl ASCONA 1.8i GIS
VW JETT& GT
Un des gros problèmes rencontrés par Alfa dans le
passé était que les carrosseries rouillaient lamentablement. Depuis quelques années, le constructeur milanais a pris
des mesures énergiques afin de combattre ce fléau. Il propose d'ailleurs une garantie de six ans contre la corrosion par perforation.
Rendez-vous donc dans quelques années pour un référendum de
la 75 afin que les propriétaires nous disent ce qu'il en est réellement.
Une chose est certaine chez Alfa, la mécanique est particulièrement fiable et robuste. 11 n'est pas rare en effet de rencontrer des
Alfa dont le 4 cylindres à deux ACT a parcouru plus de 100.000 kilomètres sans problèmes même en le cravachant. La 75 est donc
couverte par une garantie de 1 an sur pièces et main-d'œuvre. Le
premier entretien de rodage doit avoir lieu après 1.500 kilomètres
tandis que la vidange doit être effectuée tous les 10.000 km seulement. Un contrôle périodique et plus approfondi est prévu tous les
20.000 kilomètres.
AUSTIN MONTEGO MG 2.0 EFi
CITROËN BX 19 GT______
OPEl ASCONA 1.8iGlS
VW JETTA GT
AUSTIN MONTEGO
CITROËN BX 19
CONCLUSIONS
OPEL ASCONA
VW JETTA GT
\ ; 3 4 S 6 7 8 9 10 H 12 13 14 15 16 17 18
Consommotion (ECE) à 120 km/h ..1/iooi.m
5
'^Tt»'
^ I;
..JtaKÎ: ..a
9,2
AUSTIN MONTEGO MG 2.0
8,4
CITROËN BX 19 GT
7,5
OPEl ASCONA 1.8i GIS
7.7
VW JETTA GT
7.8
9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
Consommation (ECE) en cycle urbain .„ 1/1001.1»
AUSTIN MONTEGO MG 2.0 EFi
CITROËN BX 19 GT
OPEl ASCONA 1.8iGLS
VW JETTA GT
)
2
3
4
5
6
7
8
9 10 11 12 13 14 15 16 17 18
NOS PRECEDENTS ESSAIS DETAILLES
Sa personnalité, voilà probablement la qualité marquante de cette nouvelle Alfa 75 avant tout axée sur
la sportivité. Les concepteurs ne se sont pas trompés de cible, la 75 devrait ramener au bercail de nombreuses brebis égarées qui, faute de trouver au sein de la gamme Alfa la berline de tempérament, sont passées à la concurrence. En version 1.8,
la 75 demeure tout aussi passionnante à piloter. Le moteur à deux
ACT bien exploité par une boîte courte est un véritable régal de
puissance et de souplesse mais aussi de sonorité qui si elle est parfois un peu trop envahissante devrait plaire aux véritables alfistes.
N'empêche qu'avec une batterie de deux carbus double corps, la
consommation s'avère un peu trop importante par rapport aux
modèles concurrents. En outre, la contenance trop faible du réservoir n'autorise pas une autonomie exceptionnelle. Autre critique,
la commande de la boîte manque encore de précision. Alfa ferait
bien d'aller voir comment Porsche a résolu le problème. Cependant,
le constructeur milanais a réussi avec cette voiture à combiner de
manière fort harmonieuse comportement routier et confort de marche. Ajoutez-y une direction précise mais lourde à basse vitesse ainsi
qu'un freinage de très grande classe, incontestablement la 75 fait
partie de ce petit lot de voitures grisantes à piloter. En outre, l'équipement fort complet et bien agencé prouve qu'Alfa a bien corrigé
les erreurs du passé même si quelques petits détails de conception
devraient être revus. L'ne chose est certaine, la berline 75 renoue
bel et bien avec la grande tradition Alfa. Pourvu que ça dure...
NOS PROCHAINS ESSAIS DETAILLES
N° 845 sortant de presses le 17 avril 1986: BMW 325iX, Pord Escort
1.4 Ghia et Mazda RX-7.
50