La fusion des normes (EN) ISO 13849 et CEI 62061 est

Commentaires

Transcription

La fusion des normes (EN) ISO 13849 et CEI 62061 est
La fusion des normes (EN)
ISO 13849 et CEI 62061 est-elle
créatrice de clarification ou de
confusion ?
Derek Jones – Directeur du développement (Ingénieur sécurité fonctionnelle – TÜV Rheinland)
Que pensez-vous des normes relatives à la sécurité des machines ? Constituentelles une aide ou un obstacle ? Il ne semble pas y avoir de juste milieu dans les
réponses à ces questions. On aime ou on déteste les normes sur la sécurité des
machines. Si vous n’avez pas d’opinion à leur sujet, c’est probablement que vous
n’avez pas à les utiliser.
Cependant, si vous lisez ce document, vous êtes probablement parmi les personnes qui les
utilisent, et savoir quelles normes existent et quels changements sont prévus est important.
C’est peut-être plus facile à dire qu’à faire, surtout si on a une approche globale. Essayer de
mettre en relation différentes normes avec différentes régions géographiques peut être frustrant
et chronophage. L’adoption des normes ISO et CEI au niveau mondial aide très certainement.
Pour moi, c’est le premier endroit où chercher lorsque j’essaie de définir une solution acceptable
internationalement pour les aspects relatifs à la sécurité des machines.
Toute personne qui se tient au courant de ce qui se passe dans le domaine des normes ISO et
CEI sur la sécurité des machines connaît le terme « sécurité fonctionnelle ». Il s’agit de la
sécurité qui dépend de la façon dont la machine fonctionne. Ce qui influence le fonctionnement
d’une machine c’est son système de commande. Il n’est donc pas surprenant que certains des
changements les plus significatifs concernant les normes sur la sécurité des machines soient liés
aux aspects relatifs à la sécurité de leur système de commande.
Nous sommes passés de l’approche relativement simple des catégories de la norme EN 954 à
une approche plus complexe comprenant les niveaux de performance (PL- Performance Level)
de la norme EN ISO 13849 et les niveaux d’intégrité de la sécurité (SIL – Safety Integrity Level)
de la norme CEI 62061. Cela n’a pas été reçu avec enthousiasme, mais certaines personnes
reconnaissent que des changements sont nécessaires. Ces changements ne sont pas terminés ;
le travail ne fait que commencé sur la fusion des normes EN ISO 13849 et CEI 62061.
Cependant, avant de lever les bras au ciel en désespoir de cause, je suis persuadé que nous
avons atteint le bout du tunnel en termes de difficultés et de perturbations. Il ne devrait pas y
avoir de nouvelles méthodologies ou formules. Nous devrions nous en tenir à ce que nous avons.
Temps et argent ont été consacrés à nous amener là où nous sommes et ce n’est certainement
pas le moment de recommencer. C’est le moment de saisir notre chance pour améliorer les
choses.
2 | Fusion des normes internationales relatives à la sécurité des machines
Le travail a commencé dans un groupe de travail conjoint ISO-CEI. La date cible pour la fin de ce
travail était à l’origine 2016, mais cette date s’est avérée trop optimiste. 2018 est peut-être une
date plus réaliste.
Comment en sommes-nous arrivés là ?
Qu’est-ce qui nous a conduit là où nous en sommes ? Pour savoir quel chemin prendre pour
l’avenir, nous devons comprendre les leçons du passé.
Catérogies, niveaux de
performance, niveaux
d’intégrité de la
sécurité.
Créent-ils de la
confusion ou une
clarification ?
Il y a 10 ou 20 ans, nous étions nombreux à travailler avec les
« Catégories » définies par la norme « EN 954 : Éléments de
sécurité des systèmes de commande », qui n’est plus en vigueur.
L’approche adoptée par la norme EN 954 nécessitait de recourir
aux principes de base relatifs à la sécurité, ainsi qu’à l’utilisation
de composants simples, robustes et éprouvés ou à la tolérance
aux pannes et à la détection des défauts lorsque c’était
nécessaire pour empêcher les défaillances de la fonction de
sécurité.
Le fait que le système semblait conforme à la « Catégorie 3 », par
exemple, en terme purement structurel donnait parfois la tentation
irrésistible d’invoquer une approche de « case à cocher »
simplifiée.
Progressivement, les utilisateurs ont fini par bien comprendre la norme et un consensus
raisonnable s’est créée sur la façon d’interpréter certaines des zones « d’ombre ». Cela était
dû en partie à l’expérience résultant de sa mise en pratique et également à la disponibilité de
documents d’information tel que l’excellent guide produit par l’IFA (anciennement BGIA) en
Allemagne.
À l’approche de la fin des années 2000, il est devenu clair que l’utilisation de technologies
électroniques et programmables complexes pour la sécurité deviendrait inévitable. Il était évident
qu’il ne fallait pas compter sur les prescriptions de cette norme, dont l’approche était relativement
simple, pour faire face à la nouvelle génération de technologies relatives à la sécurité des
machines.
Cette situation a conduit à la publication en 2005 de la norme « CEI 62061 : Sécurité
fonctionnelle des systèmes de commande électriques, électroniques et électroniques
programmables relatifs à la sécurité », suivie rapidement de la norme entièrement révisée
EN ISO 13849. Les deux normes ont présenté une approche plus complexe qui leur permet de
faire face à l’augmentation de la complexité des technologies et des fonctions de sécurité.
Dans de nombreux cas, la fonction de sécurité ne se résume plus à la simple coupure de
l’alimentation électrique. L’avènement d’une logique de sécurité, par exemple, a permis des
fonctions de sécurité intelligentes qui peuvent réagir à différentes conditions des machines et
qui peuvent contribuer à la productivité plutôt que la gêner.
Cependant, plus la fonction est souple, plus il faut se protéger des erreurs et des défauts.
Les normes ISO 13849 et CEI 62061 incluent les prescriptions nécessaires, mais avec en
contrepartie plus de complexité, notamment la nécessité d’effectuer des calculs sur la fiabilité.
Cela signifie également que les données de fiabilité doivent être obtenues pour les différents
composants du système.
3 | Fusion des normes internationales relatives à la sécurité des machines
Le fait que ces données ne sont pas toujours disponibles crée une frustration bien compréhensible.
Le bon côté est que nous avons désormais des normes qui sont capables de faire face à la
complexité et qui comblent certaines lacunes de l’ancienne norme qui pourraient être un problème
même pour les systèmes à faible complexité.
Résumé : La fusion crée des possibilités
En résumé, nous sommes passés d’une norme qui était perçue comme simple à utiliser mais
qui était limitée quant à la technologie qu’elle couvrait, à des normes qui sont perçues comme
difficiles à utiliser mais qui permettent une utilisation en toute confiance des nouvelles
technologies.
La fusion des normes CEI 62061 et ISO 13849 éliminera les complications liées au fait d’avoir
deux normes. Dans le cadre du processus de fusion, nous devons nous assurer que nous ne
créons pas d’exigences différentes ou supplémentaires. Ce processus de fusion peut permettre
d’apporter clarification et simplification. C’est également la possibilité de résoudre certains
problèmes connus, comme la mise à disposition de données fiables.
Je suis convaincu que nous y avons gagné, mais pas sans contreparties. Il est maintenant temps
de ré-examiner ces contreparties dans le but de profiter du meilleur des deux mondes.
Remarque pour les fabricants de machines/équipements :
Pour de plus amples informations, lire le livre blanc « Deux normes clés relatives à la sécurité des machines
fusionnent. Qu’est-ce que cela implique pour les équipementiers ? ».
Publication : SAFETY-WP020A-FR-P
Publication : SAFETY-WP021A-FR-P
Copyright ©2014 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés.

Documents pareils