XIIIème Prix Humour Politique

Commentaires

Transcription

XIIIème Prix Humour Politique
XIIIème Prix Press Club Humour et
Politique
Discours de Jean Miot – Président du Jury
2015 : c’est le XIIIème anniversaire du « Prix Press Club Humour et
Politique » qui, chaque année, vous apporte son lot de citations hilarantes,
volontaires ou involontaires (souvent celles qui font le plus rire), dont les
auteurs sont nos élus de la République.
Cette année, il est endeuillé : Charles Pasqua, ce monument républicain nous a
quittés. Il avait abondamment nourri notre Prix : il nous appartient ce soir de lui
rendre hommage.
Quelques citations, dont certaines sont d’une brûlante actualité : « Il faut
terroriser les terroristes … La démocratie s’arrête là ou commence l’intérêt de
l’Etat » ; à méditer par le gouvernement actuel.
Quelques vacheries. Sur Giscard en 1981 : «Il peut encore rendre un service à la
France ; ne pas se représenter ». Sur Bayrou : « C’est le seul homme politique à
m’avoir assuré que la Sainte Vierge lui était apparue et lui avait prédit qu’il
serait Président de la République ». Sur Raymond Barre : « Quand on a de tels
amis, on n’a pas besoin d’ennemis ». Enfin Michèle Alliot-Marie, ce qui lui
avait valu un de nos prix en 2013 : « Michèle Alliot-Marie, elle ne fait rien, mais
elle le fait avec ténacité ».
Adieu Charles !
Toute remise de médailles ou d’oscars commence par des remerciements :
Le Pullman Paris-Montparnasse qui nous accueille ; Kantar Média, à qui nous
devons la veille médiatique de notre Prix et les « slides » (pardon pour cet
anglicisme honteux) que vous pouvez lire ; PSAV qui assure la technique de la
soirée. Et puis ceux qui vont nous réconforter après l’épreuve : les Ensoleillades,
superbes tapas, les Ostréiculteurs, et Delmas, poissons et marée ; Canard
Duchêne, un Prince des Champagne et le superbe Sauvignon Berrichon, le
Reuilly de Claude Lafond, qui vont nous aider à lutter contre la canicule.
J’ajouterai – et je vais crescendo – Isabelle Bourdet, notre directrice générale,
sans laquelle rien n’existerait. Elle mérite une ovation.
Il y a plusieurs approches de la politique.
Celle de Talleyrand : « La politique ce n’est qu’une certaine façon d’agiter le
peuple avant de s’en servir ».
Celle d’Edouard Herriot : « La politique est un chapitre de la météorologie ; la
météorologie est la science des courants d’air ».
Nous avons délibérément choisi celle de Pierre Dac : « Le Parti d’en rire ».
Réconcilier les citoyens avec la politique : telle est notre vocation. Leur offrir
tout au long de l’année les petites phrases (authentifiées) que les journalistes de
talent (pardon pour le pléonasme) et les professionnels patentés de l’humour
(Pierre Douglas, Laurent Gerra, Jacques Mailhot) ont récoltées. Nous ne
distinguons pas l’humour volontaire de l’involontaire : c’est le trait qui nous
aura fait le plus rire qui l’emportera à la suite d’un vote éminemment
démocratique.
Trois fois par an, fin décembre, mars et juin, le tour de table nous permet de
glaner chaque fois cinq perles. Curieusement, en début de repas, la récolte nous
inquiète par son apparente pauvreté … Et pourtant c’est chaque fois dans une
cinquantaine de citations que nous en retenons cinq. Choisir c’est se priver c’est
déchirant. C’est pourquoi il y a plusieurs prix spéciaux pour compenser nos
regrets.
Il convient cependant de noter une légère baisse de régime : l’hyper-médiation
conduit nos politiques à la prudence et nos Enarques, convenons-en, sont bien
loin du talent fracassant des tribuns de naguère. Leur humour involontaire nous
sauve, fort heureusement ! Et le « Parrain » André Santini, trop souvent primé
pour continuer de concourir, est là pour compenser.
Nul mieux que Pierre Douglas ne pouvait présenter ce palmarès : dans notre jury
il est un inépuisable et stakhanoviste fournisseur.
Des millions de Français ont défilé en janvier pour défendre la liberté
d’expression ; paradoxalement, la parole est de plus en plus censurée. A l’heure
où une véritable police de la pensée voudrait nous imposer le politiquement
correct, nous proclamons haut et fort cet aphorisme du grand Pierre Desproges :
« On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ».
Avec vous ce soir, chers amis, nous savons que nous ne prenons aucun risque.

Documents pareils