janvier-février-mars 2015 - Echanges Franco

Commentaires

Transcription

janvier-février-mars 2015 - Echanges Franco
10/03/15
8:47
Page 1
Trimestriel - 2,50 €
RFA 224 xpress:RFA N° 198
janvier-février-mars 2015
N°224
0318 G 87838 - ISNN 01811487
POINT DE VUE
JEUNESSE
Réchauffement ?
Une ambition : être à l'avant-garde
Gérard Renault
Secrétaire général des EFA
Page :
2 : Robert Tournier / Une première en
Allemagne. 3 : Les mots d'outre-Rhin.
4 : La vie des Comités / Souscription /
Carnet.
L'Office franco-allemand pour la Jeunesse a fêté ses cinquante ans en 2013. Madame Béatrice Angrand en est l'une des deux Secrétaires généraux. Elle a bien voulu répondre aux
questions de Rencontres Franco-Allemandes.
L’E-Learning ou les plateformes d’échanges virtuelles
ont aussi permis de démultiplier notre présence. Cette
large capacité d’action existe
grâce à de multiples organisations partenaires chargées de
la mise en œuvre des programmes : établissements
scolaires, professionnels et
universitaires, associations
culturelles et sportives, collecBéatrice Angrand tivités territoriales, comités de
jumelages, centre de formation des apprentis
ou chambres des métiers, groupes de
recherche. L’enjeu reste de concevoir des initiatives qui soient suffisamment attractives
pour séduire tout type de public et dont l’effet soit durable. Celui-ci peut se traduire par
un gain de confiance en soi, plus de tolérance et le désir de poursuivre l’engagement
franco-allemand et européen.
OFAJ.org
Quelles sont aujourd'hui les
missions, les moyens d'action et les orientations de
l'Office dont vous avez la
charge ?
La mission de l’OFAJ consiste à approfondir les liens
qui unissent les jeunesses
des deux pays. Curieusement, elle n’a pas été
modifiée depuis sa création
mais la manière de la
mettre en œuvre a profondément évolué : les échanges individuels sont
venus s’ajouter aux échanges de groupes, la
perspective binationale est devenue trinationale ou multinationale au service de la
construction d’une identité européenne. Grâce à la conception de nouveaux formats, de
nouveaux groupes-cibles - apprentis, jeunes
des quartiers, jeunes professionnels - ont
rejoint le public plus traditionnel de l’OFAJ.
(suite page 2)
XENOPHOBIE
PEGIDA ou le fantasme de
l’« islamisation » de l’Occident
Depuis l’automne 2014, date de sa création à Dresde, le mouvement PEGIDA (Parti Européen
Contre l’Islamisation de l’Europe) est sans relâche dans l’actualité allemande et européenne.
Pediga a accaparé l’héritage de 1989 en reprenant le slogan « Le peuple,
c’est nous », en défilant le
lundi soir dans des manifestations qui ont culminé
le 12 janvier 2015 avec
25 000 personnes à Dresde et en se parant du drapeau noir-rouge-or.
Manifestation anti-Pediga
Les revendications sont
musulmans, mais
celles de l’extrême-droite : expulsion immé-
©DR tantqu’illefaudra.org
Trois événements marquants : les attentats à Paris,
la situation en Ukraine, les
élections en Grèce, ont
conduit à des rencontres
entre les dirigeants français
et allemands.
Le 11 janvier, après l'assassinat d'une partie des
rédacteurs et des dessinateurs du journal Charlie
Hebdo, de policiers et d'innocents de l'épicerie
casher de la Porte de Vincennes, la Chancelière
Allemande a participé à la marche parisienne, au
côté du Président de la République, après avoir
reçu une accolade de celui-ci sur le perron de
l'Elysée.
Début février à Minsk, une démarche francoallemande a été engagée pour trouver, avec
l'Ukraine et la Russie, un accord sur un plan de
paix pour l'Ukraine. A l'issue d'une nuit de négociations, François Hollande, Angela Merkel, Petro
Porochenko et Vladimir Poutine ont abouti à un
texte en 13 points qui reste fragile.
A la suite de la nouvelle majorité qui s'est dégagée des élections législatives en Grèce, d’âpres
négociations se sont engagées entre les dirigeants grecs et ceux de la Commission européenne. Plusieurs rencontres ont eu lieu entre le
Président français et la Chancelière allemande,
pour trouver une solution à la situation dramatique que connait ce pays.
A la lumière de ces événements, des observateurs avisés ont fait remarquer que ces faits
auraient conduit à un réchauffement des relations entre la France et l'Allemagne. Si c'est le
cas, nous ne pouvons que nous en féliciter, d'autant plus lorsqu'il s'agit de la paix sur le continent européen, à l'opposition du recours aux
armes pour régler les conflits.
Certes, ces initiatives contribuent à renforcer les
relations franco-allemandes, mais elles ne peuvent masquer les divergences profondes qui se
sont creusées ces dernières années entre nos
deux pays, notamment sur le plan économique.
diate des étrangers sans
droit d’asile, lutte contre
l’« islamisation » de l’Occident, contre les groupes
religieux extrémistes
(musulmans), augmentation du nombre de policiers etc.
Dresde ne compte pourtant qu’environ 1%
d’étrangers dont 0,1% de
c’est une ville symbole du
(suite page 3)
RFA 224 xpress:RFA N° 198
10/03/15
8:47
Page 2
HOMMAGE
POLITIQUE
Robert Tournier
Une première en Allemagne
(DR)
Rencontres Franco-Allemandes
2
Le quotidien sorabe Serbske Nowiny a repris le 5 décembre 2014 une information de l'agence
de presse dpa annonçant l'élection dans le Land de Thuringe d'un député de Die Linke à la fonction de chef de gouvernement régional.
Linke à sa tête. Ces
Er furt (dpa/SN).
gens reprochaient à
Bodo Ramelow est
Die Linke de ne pas
le nouveau Minisencore avoir revu
tre-président de
son passé SED.
Thuringe. Le ParleD’autres ont fait
ment régional de ce
remarquer que les
Land a élu le politideux tiers des dépucien de 58 ans à
tés Die Linke au Parcette fonction au
lement régional de
d e u x i è m e t o u r.
Thuringe sont d’anRamelow a recueilli
ciens membres du
la majorité absolue
SED, et que certains
de 46 voix. Il n’avait
ont même apparteeu que 45 voix au
nu à la Stasi.
premier tour. C’est
Le chef du groupe
le premier chef de
CDU/CSU au Parlegouvernement
ment régional, Volrégional de Die Linker Kauder, a ce
ke à être élu dans
matin avant l’élecun Land de République fédérale d’Al- Bodo Ramelow (à gauche), félicité par Christine Lieberknecht, tion de Bodo Ramedéputée CDU, précédente chef du gouvernement
low, déconseillé d’en
lemagne. Il sera à la
de Thuringe
faire un premier
tête d’une coalition
ministre. Ce serait selon lui de la part du SPD
de Die Linke, du SPD et des Verts, qui n’a
et des Verts « une grossière erreur ». En dépit
qu’une voix de majorité au parlement régiode cela, il a été décidé de « travailler profesnal. La CDU, qui a gouverné la Thuringe
sionnellement » avec le SPD sur le plan fédédurant 24 ans, n’avait pas présenté de canral. Kauder « n’excuse pas si vite » les sociaux
didat. Ramelow a prêté serment immédiatedémocrates d’avoir élu un premier ministre
ment après l’élection. Il a voulu dès aujourappartenant à Die Linke.
d’hui présenter son cabinet en public.
(Traduction du Sorabe par
À Erfurt environ 2 000 personnes ont manifesJean Kudela)
té hier soir contre un gouvernement avec Die
©D.R.
Dpa / Hendrik Schmidt
Robert Tournier (1927- 2014) entre à
quatorze ans dans le monde du travail
en 1941. Deux ans plus tard il perd son
père, pris dans la rafle du 1er mars 1943 à
Villeurbanne et déporté à Mauthausen.
Très tôt il s'engage dans le mouvement syndical. A la suite des grèves de 1953 il est
licencié de chez Delle-Alsthom et devient
secrétaire de l'Union départementale de la
sidérurgie, puis de l'Union départementale
interprofessionnelle CGT.
En 1964, il organise dans le département
du Rhône un comité des EFA (Echanges
Franco-Allemands, association créée en
avril 1958 pour développer les contacts
avec l'Allemagne, une Allemagne comprise
dans sa totalité, donc notamment avec la
RDA, qui à l'époque n'est pas reconnue par
la France). A cette
place il développe les relations
entre des municipalités du Rhône
et des villes de la
région de Leipzig.
Des enfants et
des adolescents
du Rhône partent
en colonie de
vacances en RDA.
Robert Tournier à Bron
En 1971, il deen 2008
vient adjoint au
maire de Bron. Il le restera durant vingtquatre ans (1995). Comme chargé des relations internationales de la ville, il est à l'origine du jumelage de Bron avec Grimma
(1971), une ville située à une trentaine de
kilomètres de Leipzig. Il contribue ensuite
de manière décisive à la mise en place de
jumelages avec Cumbernauld en Ecosse
(1974) et Talavera de la Reina en Espagne
(1991). Le jumelage avec Weingarten
(1963) reçoit un nouvel élan. Durant tous
ses mandats, il impulse des rencontres fructueuses entre les villes jumelles (clubs sportifs, chorales, groupes de femmes).
Il joua un rôle important dans le rapprochement entre Grimma et Weingarten (BadeWurtemberg) au moment de la Chute du
Mur et de la réunification de l'Allemagne.
Avec raison il était fier de ce partenariat triangulaire entre Grimma, Bron et Weingarten dans lequel il voyait une nouvelle fois la
concrétisation de ses idées sur le rapprochement des hommes. Et il était heureux
qu'à la différence de bien d'autres jumelages avec des villes de l'Est de l'Allemagne,
le jumelage entre Grimma et Bron eût survécu à la disparition de la RDA.
A son souvenir, il nous faut associer celui de
sa femme Jeannette, décédée en 2010, qui
le seconda et le soutint dans ce qu'il entreprenait.
Jean-Marc Verron et
Marie-Claude Subtil
Une ambition : être à l'avant-garde (suite de la page 1)
Comment l'OFAJ se situe-t-il dans l'espace
européen ? Dix ans après l'élargissement de
l'Union aux pays de l'est-européen, a-t-il
repensé ses missions avec d'autres pays ?
L’ambition de l’OFAJ est d’être à l’avant-garde ! On ignore trop souvent que notre institution a inspiré Erasmus ou Leonardo. Elle fut
aussi pionnière en matière d’élargissement
européen. Dès 1976, nos programmes se
sont ouverts aux jeunes originaires des pays
de la Communauté européenne, puis à l’Europe centrale et orientale, particulièrement la
Pologne, et les pays de l’ex-Yougoslavie. Une
priorité est à présent accordée aux pays du
pourtour méditerranéen, surtout du Maghreb.
Quels sont les avantages et les limites du fonctionnement d'un Office binational dans le
cadre d'une collaboration franco-allemande,
étant donné que les sociétés allemande et
française ont des conceptions différentes dans
certains domaines, notamment dans les rapports qu'elles entretiennent avec les religions ?
Le fonctionnement en équipes binationales
est un enrichissement permanent. Bien sûr, le
quotidien en est parfois ralenti mais c’est la
condition d’une forte valeur ajoutée. Quant à
la religion, j’ai le sentiment que chacun désire
« importer » une partie du système de l’autre :
un peu plus de laïcité là-bas, un peu plus de
tolérance pour la pratique religieuse ici. Il
s’agit là d’un désir de synthèse qui est le résultat de l’apprentissage interculturel.
Comment s'exprime dans le contexte de la
mondialisation la dimension transculturelle
spécifique du travail de l'OFAJ.
Le travail de l’OFAJ constitue une source d’inspiration : Markus Ingenlath(1) et moi avons
rencontré les Premiers ministres serbe et albanais qui, pour établir les bases d’échanges
transfrontaliers de jeunes, ont sollicité notre
expertise. La France et l’Allemagne sont l’assise d’une Europe qui constitue la seule réponse à un monde changeant qui fragilise les
positions nationales. Pour exister de façon
tangible, l’Europe a besoin d’un socle suffisant de citoyens qui en ont acquis une
conscience grâce à leur expérience de mobilité. C’est pourquoi il est essentiel d’en faire
profiter le plus grand nombre.
Interview réalisée par Gérard Renault
(1) Secrétaire général de l’OFAJ.
RFA 224 xpress:RFA N° 198
10/03/15
8:47
Page 3
LANGUES
Les mots d’outre-Rhin
(DR)
Le français est une langue latine qui doit
beaucoup aux anciens Germains. Notre
langue vient en partie du bas-latin, mâtiné de
gaulois et parlé par les Francs. Parmi les mots
franciques passés en français, beaucoup sont
liés à la vie rurale, aux forêts : le hêtre, l’aulne
(qui a supplanté le gaulois verno, vergne), le
hallier, la bûche, le mât, la gaule…
Au fil des siècles, nous avons aussi adapté pas
mal de mots de l’allemand. On pourrait citer
le jardin, qui vient de Garten, les couleurs,
brun, bleu, gris… Trinquer (déjà présent chez
Rabelais sous la forme « trinch ») qui vient du
verbe trinken. Le loustic descendant de lustig,
(joyeux). Ou le chenapan, de Schnapphahn
(maraudeur), le frichti de Frühstück (déjeuner), les nouilles de Nudeln et, ce qui fera
plaisir à Tremblay comme à Ivry, le handball…
Au XVIIe siècle, les mercenaires allemands et
suisses enrôlés dans les armées du roi nous
ont laissé des mots liés aux armes. Par
exemple : reître, qui vient de Reiter, cavalier,
lansquenet, hallebarde, sarau, sabre…
(DR)
Avec leur autorisation, nous publions une chronique de Francis Combes, poète, et de Patricia Latour, journaliste, parue dans le quotidien
l'Humanité du 29 janvier 2015. Dans le prochain numéro, nous publierons leur chronique « Anglais-français : Un prêté pour un rendu ».
Patricia Latour et Francis Combes
Cet apport militaire est récurrent comme le
montrent le putsch, le blockhaus, la schlague,
voire le hussard (venu du hongrois via l’allemand). Mais il n’y a pas eu que la guerre
entre Français et Allemands. D’autres apports
sont à noter, comme ceux des mots de la
science, de l’industrie ou de la musique : le
nickel, le cobalt, (du kobold, troll des mines),
le zinc, le plasma, les quantas, la leucémie,
l’accordéon, le diktat, l’ersatz, le leitmotiv, la
valse ou ce mot latin antique qui reste toujours jeune : la libido ! Sans oublier l’apport de
la philosophie, le déterminisme, la psychanalyse ou le marxisme… Parfois, c’est une phra-
se allemande plus ou moins mal comprise qui
passe au français. Ainsi la question « Was ist
das ? » qui a donné « vasistas ». Ou le rappel
« Acht Uhr ! », pour l’heure du couvre-feu
pendant la seconde guerre qui aurait donné
« Tu vas te faire appeler Arthur »… Et asticoter qui ne viendrait pas d’asticot mais de la
formule mal comprise « daß dich Gott » (que
Dieu te…). Aujourd’hui, nous vivons dans une
Europe sous hégémonie allemande (ce qui
plaît visiblement à quelques-uns).
Mais l’allemand a du mal à rivaliser avec l’anglais y compris sur son propre territoire. Il y a
pourtant des tentatives pour importer les
mots d’outre-Rhin. Une publicité vante, en
allemand, les mérites de ses voitures et se
conclut par « Volkswagen, das Auto ! ». Mais
l’effet n’est pas encore bien perceptible dans
la langue parlée de tous les jours.
Une exception : cette expression relevée dans
la bouche de Laure, le personnage de la série
Engrenages, qui avoue : « Je suis dans le
schwarz… ». Noir c’est noir.
PEGIDA ou le fantasme de l’« islamisation »
de l’Occident (suite de la page 1)
désir « d’exculpation » sous-jacent en Allemagne, s’appuyant sur le bombardement de
Dresde, le seul à être commémoré en Allemagne, pour faire des Allemands aussi un
peuple victime.
Pegida recrute chez les hommes des « couches
moyennes offensées » ainsi que le dit la presse,
et non chez les plus défavorisés. On est en
droit de penser que les supporters de Pegida
agissent en toute connaissance de cause : leur
direction vient ainsi de reconduire à sa tête,
fin février, le fondateur, Lutz Bachmann, qui
avait dû démissionnner suite à une autocaricature en Hitler ainsi qu’à des propos où il
traitait les étrangers de « bétail » et de
« bâtards ». Il est, par ailleurs, un multirécidiviste actuellement condamné à une peine de
sursis, ce qui l’empêchera de représenter personnellement Pegida aux élections municipales du 7 juin.
La police de Saxe joue un rôle complaisant à
l’égard de Pegida : le ministre de l’intérieur de
Saxe a rencontré les dirigeants de Pegida avec
un permanent de l’AfD, en janvier pour les
assurer de sa compréhension. Mais aussi, lors
de l’assassinat à l’arme blanche d’un réfugié
érythréen, la police a immédiatement classé
l’affaire, qualifiée de… suicide. Seule la pression médiatique l’a obligée, trente heures
après, à reprendre - sans succès - les
recherches. Le week-end suivant, des milliers
de citoyens se réunissaient avec des pancartes
« Ich bin Khaled » pour rendre hommage au
jeune Erythréen.
Les « mini-manifestations » de Pegida dans les
quartiers de Berlin (Marzahn, Köpenick) ne
sont pas répertoriées, il y a en moyenne, une
manifestation tous les trois jours contre des
foyers de réfugiés. L’année 2014 a vu 150
délits à l’encontre de réfugiés ou de leur habitation, trois fois plus qu’en 2013, année qui
avait déjà vu doubler le nombre de ces
attaques.
Après une « période creuse », les manifestations Pegida semblent retrouver un peu de
souffle (5 000 personnes le 24 février à Dresde), du moins dans l’est de l’Allemagne. Mais
les contre-manifestations perdurent systématiquement : équilibre des chiffres à Magdebourg ou Leipzig sans oublier le grand rassemblement (35 000) à Dresde le 10 janvier à
l’appel du maire et du ministre-président
CDU.
A l’ouest, les contre-manifestants sont toujours plus nombreux que Pegida qui recrute
plutôt dans les cercles de l’extrême-droite
organisée, les « Kameradschaften ». Si
170 000 personnes au total ont manifesté
depuis octobre pour Pegida, moins de 10 000
étaient à l’ouest, presque 125 000 à Dresde et
presque 150 000 dans la seule Saxe.
Les frontières sont poreuses entre l’AfD et
Pegida, « l’AfD a pris ses électeurs au NPD,
Pegida lui a pris la rue » titrait le Tagesspiegel
en février, leurs dirigeants prennent la parole
lors de leurs meetings respectifs et J. Exner est
à la fois permanent de l’AfD et membre de la
présidence de Pegida. Le vice-président de
l’AfD parle du « danger de l’islamisme » rapprochant ainsi un peu plus l’AfD de Pegida,
« leur allié naturel » dit-il .
Pegida s’exporte aussi partout en Europe
(Autriche, Espagne, Norvège, Suède, Suisse…). En France, Riposte laïque a tenté d’impulser une manifestation Pegida à la fontaine
des Innocents à Paris le 18 janvier, manifestation interdite par la Préfecture, mais leur site
montre des tentatives en régions (Pegida
Paris, Pegida PACA, Pegida Lyon...)
Le fossé entre la CDU et le NPD étant comblé
par Pegida, l’installation de l’extrême-droite
dans le paysage politique allemand risque de
se stabiliser dans les années à venir.
Catherine Fabre-Renault
Rencontres Franco-Allemandes
3
RFA 224 xpress:RFA N° 198
10/03/15
8:47
Page 4
VIE DES COMITÉS
Assemblées
générales
Petites
annonces
Le Comité Caux Vallée de Seine (76) a tenu son
Assemblée générale le 7 février et celui de La Chapelle Saint-Mesmin (45) a tenu la sienne le 28
février. Les participants ont approuvé les rapports
moral et financier et élu un bureau avec une Présidente pour chacun des comités.
Le Comité de Grenoble fait régulièrement circuler
des annonces par e-mail. Recherche de traducteurs,
de baby-sitters, chambre à louer, offres d'emplois
d'entreprises allemandes, sortie bowling, concerts,
programmations du Goethe Institut de Lyon ou
d'autres structures culturelles, conversation de français et d'allemand en tandem...
Sorties
Cinéma
Le 28 février, le Comité de Grenoble a fêté le carnaval à la ferme d'Antan à Crolles, avec animation à
la ferme, musique et danse.
Trente-quatrième liste de souscription permanente au profit des Echanges-Franco-Allemands
et de Rencontres-Franco-Allemandes.
Boeuf Huguette, Collin Claude, Guidon
Raphaela, Marcoult Yolande, Reyx Phillipe,
Rüstow Lutz.
Les 7e journées du cinéma allemand, organisées par
l'Association d'Amitié Voiron-Herford, ont eu lieu
du 28 janvier au 3 février au cinéma Passr'l-Les
Ecrans avec six films à l'affiche : Heimat 1 et 2, Un
prof pas comme les autres, Cours sans te retourner, De
l'autre côté du Mur, L'étrange petit chat.
Voyage
Rencontre
Le 17 janvier la direction des Echanges franco-Allemands et le Comité Paris-Ile-de-France présentaient leurs vœux. Autour de gâteaux et de friandises, les participants ont levé leur verre à la nouvelle année, pour cette dernière réunion dans les
locaux de l'Association avant son déménagement à
la Maison des Association du 17e arrondissement.
Comité
national
Depuis le 1er février 2015, la nouvelle adresse des
Echanges Franco-Allemands et de son journal Rencontres Franco-Allemandes est :
Echanges Franco-Allemands
Maison des Associations - Boîte N° 30
25, rue Lantiez - 75017 Paris
Téléphone: 06 41 59 71 95
Dans le cadre de BUGA 2015 (les floralies nationales
allemandes), le Comité des EFA Caux Vallée de
Seine (76) organise un voyage à destination de la
région du Havelland du 10 au 17 mai 2015.
Contact : [email protected]
Information
Nous informons les lecteurs de Rencontres FrancoAllemandes, que notre publication est maintenant uniquement adressée par e-mail à ceux
dont nous connaissons l'adresse électronique.
Pour ceux qui n'en possèdent pas, une version
papier continuera à leur parvenir.
Si vous ne recevez pas habituellement le journal
par e-mail, n'hésitez pas à nous communiquer
votre adresse à :
[email protected]
Ceux qui souhaiteraient malgré tout recevoir un
exemplaire papier - en plus de la version électronique - doivent également nous le faire savoir à
la même adresse.
Les Echanges Franco-Allemands sur Internet :
w w w. e c h a n g e s - f r a n c o - a l l e m a n d s . o r g
E-mail : [email protected]
Rencontres Franco-Allemandes
4
Hélène Steinberg, amie des EFA et sensible
aux questions ayant trait à l'Allemagne est
décédée en janvier à Paris. Elle dirigeait la
Librairie La Balustrade à Paris 10e qui accueille
régulièrement les EFA pour des conférences
sur des ouvrages ayant une relation avec l'Allemagne. Nous adressons à sa famille et à ses
amis nos plus sincères condoléances.
Souscription
(DR)
Le 17 janvier, le Comité de Grenoble (38) organisait une sortie en raquettes à proximité de Lans en
Vercors avec Thierry, accompagnateur, qui proposait une « Balade contée ».
Comme chaque année le camping avec les
Echanges Franco-Allemands 38 aura lieu lors du
long week-end du 8 mai, à Vinsobre, près de Vaison-la-Romaine. Une visite guidée des sites archéologiques est prévue, ainsi qu'un atelier pour enfants
avec fabrique de lampes à huile.
Carnet
Total des versements de cette liste : 140
euros.
Total général des listes : 20 665 euros.
Par l’intermédiaire de ce journal, nous vous
remercions du fond du cœur.
Pour effectuer vos dons : adressez vos chèques et
le bon ci-joint à : EFA - Maison des Associations Boîte N°30 - 25, rue Lantiez - 75017 Paris
Abonnement
Bulletin d’abonnement
4 numéros 10 €
Nom : .............................................................
Prénom :.........................................................
Adresse :.........................................................
........................................................................
Chèque à l’ordre de EFA
à retourner avec ce bon
Maison des Associations - Boîte N° 30
25, rue Lantiez - 75017 Paris
Revue de l'association française des
“Échanges Franco-Allemands”
pour le développement des échanges et de la
coopération avec l’Allemagne d’aujourd'hui.
Maison des Associations - Boîte N° 30
25, rue Lantiez - 75017 Paris
Téléphone : 06 41 59 71 95
E-mail : [email protected]
Comité de rédaction :
Guy Khalfoun, Jean Kudela, Gérard Renault
Crédit photo : EFA
Directeur de la publication : Jean Kudela
ISNN 01811487
Commission paritaire : 0318 G 87838
Impression Grenier (94250 Gentilly)
Dépôt légal : Mars 2015
Tirage : 600 exemplaires
Abonnement : 10 €

Documents pareils