SOMMAIRE - Richebourg

Commentaires

Transcription

SOMMAIRE - Richebourg
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
SOMMAIRE
„ LE MOT DU PRESIDENT DES R.M.A.
p. 2
„ LE MOT DE LA DIRECTRICE ARTISTIQUE
p. 3
„ LE PROGRAMME
p. 4 - 6
„ LES ARTISTES
p. 7 à 25
„ LES PARTENAIRES
p. 26
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
„ LE MOT DU PRESIDENT
Depuis 1987 avec Clavecin en Artois, initié par Victor Convert, sous-préfet de l’arrondissement de
Béthune, un événement musical s’inscrit chaque année, en automne, dans notre paysage culturel de
l’Artois. Prenant le relais en 1995, les Rencontres Musicales en Artois vont fidéliser des amateurs et en
charmer de nouveaux chaque année, dans les différentes villes et villages de ces lieux. Forts du succès
remporté par « Les Schubertiades » en 2008, c’est avec enthousiasme que nous avons préparé pour
vous ce quatorzième festival, avec le soutien de la Région Nord Pas-de-Calais et d’Artois Comm,
communauté d’agglomération de l’Artois. Ce rendez-vous annuel peut vous permettre, loin de l’agitation
de la vie quotidienne, de faire perdurer le goût pour la musique de chambre et de savourer un plaisir
artistique le temps des six concerts. Laissez-vous séduire par les musiciens choisis et, dans la
perspective du projet Béthune 2011, capitale régionale de la culture, votre présence sera un
encouragement pour nous mettre en œuvre un programme qui cadrera avec cette belle aventure en
perspective dans notre territoire. Au plaisir de vous accueillir avec toute l’équipe.
Jean-Marie Duquesne
-2-
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
„ LE MOT DE LA DIRECTRICE ARTISTIQUE
Quatorzième édition des Rencontres musicales en Artois, comme le temps passe !
Elles nous aideront à traverser une partie de l'automne en musique.
Nous retrouverons le Palace, pour ouvrir ce festival le dimanche 11 octobre à 16 heures 30, avec un
ensemble prestigieux : le trio Wanderer, primé pour la troisième fois aux Victoires de la musique
classique 2009; Schumann, Mendelssohn dont on célèbre le bicentenaire de la naissance, et aussi
Martinú seront au programme.
Le 18 octobre à 16 heures 30, à l'église de Gosnay, centre d'art sacré, petit clin d'œil à « Clavecins en
Artois », ancêtre des Rencontres musicales actuelles qui nous enchanta, voilà pas mal d'années ! Donc,
c'est Benjamin Alard, le jeune et brillant claveciniste (et organiste) qui sera notre invité dans un
répertoire baroque.
La ville de Ruitz nous accueillera ensuite dans sa charmante église à la très bonne acoustique, le
dimanche 25 octobre, avec le merveilleux quatuor Modigliani (qui était venu en 2001 au théâtre Le
Poche, au cours d'une tournée JMF). Ils ont grandi, sont invités dans le monde entier avec leurs
instruments Wuillaume, tous de même facture : les quatre « Évangélistes », qui sonneront
admirablement dans Haydn (200e anniversaire de sa mort), Debussy et Mendelssohn.
Nous aurons reçu, le vendredi 16 octobre, à 20 heures, à l'église d'Annezin, nos Jeunes Talents à qui
nous donnons carte blanche : Lilian Lefebvre, douze ans, frère de Clément, jouera de la clarinette et du
piano; Romain Paurise, saxhorn, lauréat du concours du Rotary 2009, sera accompagné au piano par
Clément Lefebvre ; Julien Éouzan, élève au CNR de Lille, jouera du piano. Enfin, pour la première fois,
nous avons invité une jeune soprano, Élodie Cogniaux, qu'accompagnera Guillaume Meunier,
professeur de musique au lycée Blaringhem.
Après une petite pause pendant les vacances d'automne, nous aurons le grand plaisir d'accueillir, le 8
novembre, le pianiste international Cédric Tiberghien, à 16 heures 30, à l'espace Grossemy de BruayLa-Buissière. Programme très prometteur : quatre ballades de Chopin, Gaspard de la nuit, de Ravel, et
quelques pièces de Debussy.
C'est à Barlin que nous clôturerons cette quatorzième édition avec un récital de violoncelle et de piano le
15 novembre à 16 heures 30. Emmanuelle Bertrand au violoncelle, Pascal Amoyel au piano dans un
très beau programme : Romance sans paroles de Mendelssohn, Romance oubliée de Liszt, la deuxième
sonate de Brahms, la sonate de Grieg et quelques pièces de Grieg pour piano seul.
Ces prestigieux artistes seront heureux de vous retrouver dans nos charmantes communes après avoir
fait les beaux jours des grands festivals d'été.
Monique Engammare
-3-
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
„ RENCONTRES MUSICALES EN ARTOIS – PROGRAMME – INFORMATIONS
PRATIQUES
Les six concerts
• BETHUNE
Trio Wanderer
Théâtre Le Palace à Béthune
Dimanche 11 octobre à 16 h 30
Schumann : trio op (28 min)
Martinú, 8 pièces brèves (11 min)
Mendelssohn, 1er trio op. 49 (30 min)
13€ - 7€
• ANNEZIN
Jeunes talents
Église d'Annezin
Vendredi 16 octobre à 20 h
Carte blanche,
Lilian Lefebvre (clarinette et piano),
Romain Paurise (saxhorn)
Julien Ėouzan
Elodie Cogniaux, soprano
Accompagnement Clément Lefebvre et Guillaume Meunier
7€
• GOSNAY
Benjamin Alard, clavecin
Église de Gosnay
Dimanche 18 octobre à 16 h 30
13€ - 7 €
• RUITZ
Quatuor Modigliani
Église de Ruitz
Dimanche 25 octobre à 16 h 30
Haydn :quatuor n°1 op. 77
Debussy : quatuor
Mendelssohn: quatuor op. 13
13€ - 7€
•
BRUAY LA BUISSIERE
Cédric Tiberghien, piano
Espace culturel Grossemy à Bruay-la-Buissière
Dimanche 8 novembre à 16 h 30
-4-
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Chopin : Quatre ballades
Ravel : Gaspard de la nuit
Debussy : Masques d’un cahier d’esquisses l’Isle joyeuse
13€ - 7€
• BARLIN
Emmanuelle Bertrand, violoncelle et Pascal Amoyel, piano
Église de Barlin
Dimanche 15 novembre à 16 h 30
Mendelssohn : Romance sans parole op. 109
Reger : petite romance op.79
Liszt : Romance oubliée
Brahms : 2e sonate en fa majeur op.99
Grieg : extraits des pièces lyriques (piano seul)
Grieg : sonate en la mineur op. 36
13€ - 7€
-5-
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
LES TARIFS :
Le tarif plein des concerts est de 13 euros
Le tarif réduit, réservé aux étudiants et aux demandeurs d’emploi, est de 7euros
La gratuité est accordée aux moins de 16 ans.
Cette année, une formule d’abonnement est proposée selon les conditions suivantes :
Envoyer les demandes d’abonnement avec le chèque correspondant (en précisant les dates pour la
seconde formule) à Marie-Claire Bloqueau, 363, rue froide 62232 HINGES. Joindre une
enveloppe timbrée et un chèque libellé à l’ordre de Rencontres musicales en Artois.
Abonnement pour les six concerts : tarif plein - 68€
tarif réduit - 34 €
Abonnement pour cinq concerts : tarif plein - 60 €
tarif réduit - 30 €
Renseignements : 03 21 68 22 79
Courriel : [email protected]
Site : rma.ouvaton.org
-6-
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
BETHUNE
„ Trio Wanderer
Robert Schumann
(1810-1856)
Robert Schumann est né en Saxe et, encouragé par son père, il se consacre à l'étude du piano.
Il lit beaucoup, s'enthousiasme pour l'œuvre du poète Jean-Paul (Richter) qui deviendra son guide
spirituel.
En même temps, il débute des études de droit, il s'éprend de Clara Wiek, la fille de son professeur de
piano, qui sera la plus grande pianiste virtuose de son temps.
Il l'épouse en 1840 et il forme avec elle un couple modèle ; ils auront huit enfants.
Schumann a un psychisme fragile. En 1854, atteint d'une grave crise de dépression, il se jette dans le
Rhin.
Repêché de justesse, il est admis dans un asile d'aliénés, près de Bonn où il mourra le 29 juillet 1856, à
l'âge de 46 ans. Avec Mendelssohn, Chopin et Liszt, il fait partie de la fameuse génération 1810 de la
musique romantique allemande.
Trio en ré mineur opus 63 (1847 - 28 min.)
1.Mit Energie und Leidenschaft (avec énergie et passion)
2.Lebhaft, doch nicht zu rasch (animé, mais pas trop rapide)
3.Langsam mit inniger Empfindung (lent avec un sentiment intime)
4.Mit Feuer (avec passion)
Ce trio fut terminé le 7 septembre et Clara le joua pour la première fois, pour son anniversaire, le 13
septembre. La création publique eut lieu le 13 novembre 1848.
C'est un chef d'œuvre de la musique romantique, plein de fougue et de passion, qui laisse la part belle
au piano après les deux premiers mouvements, énergiques et passionnés ; le troisième mouvement est
un sommet de poésie schumannienne.
Le quatrième mouvement est plein d'exubérance « attisant le feu annoncé jusqu'au brasier final ».
Martinú
(1890-1959)
Martinú est né en Bohème et mort en Suisse. Il est l'un des quatre grands compositeurs tchèques avec
Smetana, Dvorak et Janacek. Il est également le plus connu des compositeurs de l'école de Paris.Il fut
deuxième violon à la Philharmonie Tchèque, qui lui fit découvrir la musique française : Dukas, Ravel et
Roussel.
Il fut l'élève de ce dernier après s'être fixé à Paris, de 1923 à 1940. De 1941 à 1953, il sera aux ÉtatsUnis. Il partage la fin de sa vie entre Nice, Rome et la Suisse.
Sa musique est inspirée du folklore tchèque mais il sera aussi très influencé par la musique de Debussy.
Il a écrit beaucoup de musique de chambre pour violon, violoncelle, quatuor à cordes, quintette et un
sextuor.
Mais c'est pour le trio qu'il a le plus écrit.
Cinq pièces brèves (1930 - 11 min.)
- Allegro moderato
- Adagio
- Allegro
- Allegro moderato
- Allegro con brio
-7-
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Ces cinq pièces pour trio datent de 1930. Elles constituent le premier des quatre trios avec piano. Elles
furent écrites en dix jours.
Mendelssohn
(1809-1847)
Nous célébrons cette année 2009 le bicentenaire de la naissance de Mendelssohn, une des figures
marquantes de cette génération 1810 et du Romantisme né au cœur de la Mitteleuropa germanique.
Les Mendelssohn sont une véritable saga et Félix n'est que le descendant de Moses ben Mendel (17291786) appelé Moïse Mendelssohn, grand philosophe, ami de Kant et de Leibniz. Le père de Félix,
Abraham, banquier, accepta du bout des lèvres que le nom de Bartholdy soit accolé au sien, ce qui
marquait sa prudente conversion au protestantisme. Génie précoce, Félix écrit, à 16 ans, l'ouverture du
Songe d'une nuit d'été et le célèbre Octuor. Il deviendra le directeur du fameux Gewandhaus de Leipzig
où il fit découvrir l'œuvre de J.S. Bach. Sa sœur Fanny, fine musicienne et compositrice, pâtit de la
renommée de Félix qui n'hésita pas à endosser et à publier sous son nom quelques-unes de ses
compositions.
Il reste, au XXIe siècle, un descendant d'une autre branche, Vladimir Mendelssohn, altiste et aussi...
compositeur.
Premier trio opus 49 en ré mineur, (1839 - 30 min.)
- Molto allegro agitato
- Andante con moto tranquillo
- Scherzo : leggiero e vivace
- Finale : Allegro assaï appassionato
Ce premier trio a été commencé en 1839 (le premier mouvement porte la date du 6 juin et le finale du 18
juillet). Cette version fut révisée et jouée à Schumann qui fut très enthousiaste.
Le premier mouvement est « d'un romantisme échevelé qui n'est pas sans rappeler l'atmosphère de
tempête du vingtième concerto pour piano de Mozart, lui aussi en ré mineur ». L'andante commence par
une romance sans paroles pour piano seul dans un climat paisible ; Le scherzo est une vraie « ronde
des fées » à l'allure fantastique et ce trio se termine par un allegro brillant.
Trio Wanderer
C'est la troisième fois que les Wanderer nous font le plaisir de participer aux Rencontres musicales en
Artois (leurs premières visites datent de 1998 à Fouquières et de 2003 à Locon).
Les Wanderer se sont ainsi baptisés en hommage à Schubert et par affinité avec le romantisme
allemand, dont le thème du "voyageur errant" est le leitmotiv. Vagabonds curieux, ces musiciens
français le sont aussi par leur esprit d'exploration musicale qui les conduit à sillonner les siècles, de
Haydn à nos jours. Célébré dans la presse internationale pour un jeu d'une extraordinaire sensibilité,
une complicité presque télépathique et une parfaite maîtrise instrumentale, le Trio Wanderer est
aujourd'hui internationalement reconnu comme une des toutes meilleures formations de musique de
chambre.
Créé en 1987 au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, le trio se forme auprès des plus
grands maîtres, il est invité par les plus grandes scènes, dans le répertoire de triples et doubles
concertos, il a joué sous la direction des plus grands chefs avec les orchestres les plus prestigieux.
La saison prochaine, parmi plus de 80 concerts, le Trio Wanderer se produira au Konzerthaus de
Vienne, au Concertgebouw d'Amsterdam, à l'Opéra Comique à Paris, à la Herkulessaal de Munich, au
-8-
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Konzerthaus de Berlin, au Palau de la Musica de Barcelone ainsi qu'en Italie, en Suisse, en Belgique, au
Royaume-Uni, au Japon et en Amérique du Sud.
La discographie du Trio Wanderer est trop impressionnante pour être résumée ici. Signalons seulement
qu'en mars dernier est paru un enregistrement pour Universal-Accord dédié au compositeur Thierry
Escaich avec des œuvres de Debussy, Martinú, Escaich et Bartók en compagnie de François Leleux,
Emmanuel Pahud et Paul Meyer et qu'un autre disque sortira en fin d'année pour Harmonia Mundi avec
les quatuors avec piano de Fauré et Antoine Tamestit à l'alto.
Le Trio Wanderer vient de recevoir en février 2009, pour la troisième fois (précédemment en 1997 et
2000), la Victoire de la Musique du meilleur ensemble instrumental de l'année.
-9-
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
ANNEZIN
„ JEUNES TALENTS
Traditionnellement, le concert Jeunes Talents des Rencontres accueille de jeunes musiciens, originaires
de la région, qui ont commencé leurs études musicales dans nos écoles de musique et conservatoires
régionaux pour les poursuivre dans les conservatoires nationaux les plus prestigieux de France.
Nous leur donnons carte blanche et ils choisissent eux-mêmes les œuvres qu'ils aiment et qu'ils ont
travaillées pour leurs examens et les concours qu'ils préparent.
Pour sa part, Julien Éouzan jouera Ravel, Schumann et Schubert.
„ JULIEN EOUZAN
Parallèlement à des études littéraires qui le conduisent successivement au
baccalauréat avec la mention Bien en 2005 et à la licence d'espagnol à
l'université de Lille en 2008, Julien Éouzan mène ses études musicales
d'abord à Saint-Quentin, où il intègre, à l'âge de 12 ans, la classe de piano
d'Anita Nutini ; il en sort en 2005 avec un diplôme de fin d'études de piano,
formation musicale et musique de chambre, avec la mention Très bien.
Julien Éouzan s'initie au clavecin auprès d'Anita Nutini et au répertoire contemporain, suit des classes
de maître avec Louis Roquin, compositeur, et Martine Joste, pianiste, pédagogue, créatrice des Ateliers
Répertoire et pédagogie du piano contemporain, Musica Temporalia, et intègre la classe de piano de
Jean-François Boyer au Conservatoire national de région de Lille en septembre 2005.
Il obtient le Diplôme de fin d'études de piano et formation musicale en juin 2007, puis le Prix de piano,
musique de chambre et culture musicale en 2009. Il intègre la classe de clavecin d'Emer Buckley en
septembre 2007 et suit la classe de maître de Dominique Merlet, concertiste et professeur au
Conservatoire national supérieur de musique de Paris, Bukardt Spinnler et Claudine Orloff, professeurs
assistants au Conservatoire royal de Bruxelles.
Il participe à la cinquante-deuxième Académie internationale d'été de Nice, auprès de Laurent Cabasso
en août 2009 et prépare les concours d'entrée des conservatoires de Lyon et de Bruxelles. Julien est
lauréat du concours national de piano Grand Prix Claude-Kahn (troisième médaille) en mars 2002, du
concours international de piano Les Rencontres du piano, niveau supérieur (deuxième médaille), à
Lagny-sur-Marne, en mars 2009.
Il a participé au Lille Piano Festival en 2006, 2007 et 2008 et a donné un concert au consulat de
Pologne en juin 2009.
Julien Ézouan est passionné par le répertoire baroque et la musique espagnole.
- 10 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
„ ELODIE COGNIAUX
Élodie a commencé à pratiquer l'art vocal à l'âge de quatorze ans,
aux côtés de Sylvie Marles, au conservatoire de Bruay-la-Buissière.
Trois ans plus tard, elle intègre la classe d'art lyrique et interprète les
rôles de Gretel dans Hansel et Gretel, de Humperdinck et de
Bastienne dans Bastien, Bastienne, de Mozart. En mai 2007, elle
interprète, au théâtre municipal de Béthune, le rôle titre de la
comédie Iris, écrite par Guillaume Meunier. Titulaire du baccalauréat
option musique obtenu avec la mention Bien, Élodie est actuellement
étudiante au conservatoire à rayonnement régional de Lille dans la
classe d'Annick My et prépare, dans le même temps, une licence de
musicologie à l'université.
Élodie est accompagnée pour ce concert par Clément Lefebvre et
Guillaume Meunier.
„ LILIAN LEFEBVRE
Lilian Lefebvre est né le 12 novembre 1995. Il commence la clarinette à l'âge
de 6 ans, à l'école de musique de Béthune dans la classe de Jean-Luc
Quéva. À l'âge de neuf ans, il remporte le troisième prix au concours du
Rotary, qui met en concurrence tous les jeunes instrumentistes à vent, tous
niveaux et tous âges confondus, de la région Nord-Pas de Calais. En mars
2009, il participe à une classe de maître avec Fabien Clément.
Attiré par la diversité, il décide, voici deux ans, d'étudier également le piano.
Il travaille actuellement avec Susie Robitaille et accompagne l'orchestre à
cordes dirigé par Jean Delattre. Il mène, parallèlement, des études générales
en classe de troisième.
„ ROMAIN PAURISE
Né le jour de la fête de la musique, en 1993, à Lille, dans une famille de musiciens,
Romain débute le saxhorn à l'école de musique d'Annezin avec Romuald Fournier, avant
d'intégrer le conservatoire de Lille en septembre 2007, dans la classe de Gabriel Capet.
En novembre de la même année, il obtient le premier prix lors du concours régional
amateur de cuivres organisé par la fédération des sociétés musicales du Nord-Pas-deCalais. En mars 2009, finaliste du concours Jeunes talents du Rotary international, il
obtient le troisième prix. Romain est actuellement en cycle III au conservatoire de Lille.
- 11 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
GOSNAY
„ BENJAMIN ALARD
„ JEAN-PHILIPPE RAMEAU
(Dijon 1683 - Paris 1764)
Rameau est le plus grand musicien français de la période classique. C'est aussi un véritable théoricien
de la musique. Ses traités d'harmonie font toujours référence.
Fils d'un organiste à Notre-Dame de Dijon, il est initié à la musique par son père qui l'envoie en Italie à
l'âge de dix-huit ans pour y parfaire son éducation musicale. Il revient vite en France où on le croise
dans différentes villes à la tribune des églises (Dijon, Avignon, Clermont-Ferrand) et Paris où il se fixe en
1722.Il a alors quarante ans et grâce à la protection d'un riche mécène La Pouplinière, il est accueilli à
bras ouverts dans les salons musicaux de Paris.
C'est à l'âge de cinquante ans, en 1733, que Rameau voit s'ouvrir les portes de la notoriété avec son
opéra Hippolyte et Aricie. Il va collaborer avec Voltaire, entre autres, pour d'autres opéras : Les
Surprises de l'Amour, Les Paladins, Les Borréales. Il y a aussi Castor et Pollux, Les Indes Galantes (son
chef d'œuvre) et Dardanus, repris cet automne à l'opéra de Lille.
Rameau a écrit pour l'orgue mais a toujours considéré comme une obligation fastidieuse la composition
pour l'église. Ses pièces pour clavecin en concert sont très intéressantes et d'une grande modernité.
Pièces de clavecin, tirées du troisième livre publié en 1728.
- l'Égyptienne
- Menuets
- La Poule
- L'Enharmonique
- Les Sauvages
„ JEAN-SEBASTIEN BACH OU LE CANTOR DE LEIPZIG ( 1685-1750)
C'est le grand maître de l'époque baroque, universellement connu, compositeur, claveciniste, violoniste,
organiste, son influence fut majeure et durable sur le développement de la musique occidentale.
Il maîtrisait autant la facture des instruments que la technique instrumentale. Reconnu de son vivant,
comme organiste et improvisateur hors pair, son œuvre fut vite oubliée après sa mort; elle était passée
de mode ! C'est grâce aux romantiques que son œuvre fut redécouverte et étudiée, en particulier par
Mendelssohn, qui fit exécuter à Leipzig la Passion Selon Saint-Mathieu. Né à Eisenarch et mort à
Leipzig, il vécut tour à tour à Armstadt, Weimar et Coëthen.
Son œuvre est immense ; On connaît particulièrement : Toccata et fugue en ré mineur, pour orgue, les
Concertos brandebourgeois, Le Clavecin bien tempéré, Les Variations Goldberg, deux Passions (SaintJean, Saint-Mathieu), la Messe en si, et de nombreuses cantates.
Ce soir, deux œuvres pour clavecin sont au programme, le Concerto italien BWV 971 en Fa majeur et
l'Ouverture dans le style français BWV 831 en Si mineur. Ces deux œuvres ont été publiées en 1735,
alors que Bach était directeur de la musique et cantor à Saint-Thomas de Leipzig.
- 12 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Concerto italien BWV 971 en Fa majeur
- concerto
- andante
- presto
Le titre exact est Concerto nach italianischem Gusto (concerto dans le goût italien). Ce concerto doit
être joué sur un clavecin à deux claviers, précision qui se retrouvera dans les Variations Goldberg.
Il est construit en trois mouvements, deux mouvements vifs encadrant un mouvement lent, comme les
modèles italiens de Corelli et Vivaldi.
Ouverture dans le style français BWV 831 en Si mineur, en onze mouvements
- ouverture
- courante
- gavottes 1 et 2
- passepieds 1 et 2
- sarabande
- bourrées 1 et 2
- gigue
- écho
Tout est d'esprit français dans ces onze mouvements, la musique française étant très prisée à cette
époque dans les cours allemandes.
„ BENJAMIN ALARD
Né à Rouen en 1985, Benjamin Alard commence le piano à
l'âge de sept ans avant d'étudier l'orgue avec Louis Thiry et
François Ménissier au conservatoire de sa ville natale, où il
obtient une médaille d'or en mai 2001. Passionné de musique
ancienne, il se tourne vers le clavecin qu'il travaille avec
Élisabeth Joyé. Il poursuit ses études à la Schola Cantorum de
Bâle où il obtient les diplômes d'orgue et de clavecin (avec les
félicitations du jury) dans les classes de Jean-Claude Zehnder
et Andrea Marcon.
En 2004, il remporte le Premier prix et le Prix du public au Concours international de clavecin de Bruges.
Il est lauréat du programme Déclic 2005-2006, de Cultures France, soutenu par le Mécénat musical de
la Société Générale.
Benjamin Alard est titulaire du nouvel orgue Aubertin de l'église Saint-Louis en l'Île à Paris depuis 2005.
En 2007, il est lauréat Juventus. Il remporte, en septembre 2007, le premier prix du concours d'orgue
Gottfried-Silbermann de Freiberg (Allemagne).
Il se voit décerner en cette même occasion le prix spécial Hildebrandt par la ville de Naumburg.
Benjamin Alard est nommé pour les Victoires de la Musique Classique 2007 dans la catégorie
« Révélation instrumentale ».
Il se produit en récital, au clavecin comme à l'orgue, dans des salles et festivals prestigieux : le
Printemps des arts de Nantes, la Folle journée de Nantes et de Lisbonne, le Festival de Saintes, la Salle
Flagey à Bruxelles, le Festival Radio France de Montpellier, les Midis du Louvre à Paris, le Festival Bach
d'Istanbul, BOZAR Bruxelles, Journées du Centre de Musique Baroque de Versailles, Festival
d'Ambronay...
- 13 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Il se produit également au sein d'ensembles tels que La Petite Bande (dir. Sigiswald Kuijken), Capriccio
Stravagante (dir. Skip Sempé), Venice Baroque Orchestra (dir. Andrea Marcon), Il Gardellino (dir.
Marcel Ponseele)...
Le disque Andreas Bach Buch (éditions Hortus, 2006), a été distingué par la critique (« Joker » de
Crescendo, « Cinq » de Goldberg, Le Monde, Diapason, Classica Répertoire...) Transcriptions, son
disque dédié aux transcriptions pour clavecin de J.S Bach (éditions Hortus, 2007, a été couronné, entre
autres, par un Choc du Monde de la Musique.
Un nouveau disque de clavecin Manuscrit Bauyn est sorti en novembre 2008 aux éditions Hortus (fff de
Télérama).
Depuis 2007, Benjamin Alard donne, une fois par mois, des récitals d'orgue à Saint-Louis en l'Île
(thématique de la saison 2008-2009 : un voyage à travers l'Europe du XVIIe siècle, pays par pays).
- 14 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
RUITZ
„ QUATOR MODIGLIANI
„ JOSEPH HAYDN
(1732-1809)
Joseph Haydn est né en Basse Autriche dans une famille modeste et nombreuse. (Son cadet Michaël,
ami de Mozart, connaîtra aussi une certaine notoriété.)
C'est par sa voix qu'il pénétra le milieu musical, en devenant petit chanteur à la cathédrale de Vienne.
Sa réputation s'affirme grâce à ses premiers quatuors à cordes mais l'événement le plus marquant fut
son entrée au service du Prince Esterhazy en 1761, d'abord à Eisenstadt en Autriche, puis à Eszterháza
en Hongrie.
Il restera au service du prince jusqu'en 1790. En 1791, il part une première fois pour Londres où il reçoit
un accueil triomphal. Il compose là six symphonies londoniennes. Lors de son deuxième séjour en 17941795, il compose six nouvelles symphonies, numéro 99 à 104, les dernières.
Avec ces douze symphonies londoniennes, on arrive à l'apogée de la « symphonie classique
viennoise ». Mais Haydn est aussi le prince de la musique de chambre : quarante-cinq trios avec piano,
soixante-deux sonates et environ soixante-huit quatuors à cordes ; ces quatuors ont été composés tout
au long de sa vie, par périodes et par séries (opus 17, 20, 50, 54, 64, 71, 74, 76 et les deux quatuors
opus 77 dont nous entendrons ce soir le premier).
Quatuor opus 77, numéro 1
-Allegro
-Adagio
-Menuetto
-Presto
En 1799, Haydn entreprit une nouvelle série de six quatuors, destinés au Prince Lobkowitz, qui est
également le dédicataire des six quatuors de l'opus 18 de Beethoven. Il n'en acheva que deux, car au
même moment, il composait Les Saisons, ce qui l'empêcha de mener à bien les quatre autres.
Ce premier quatuor est le plus mélodique des deux. Interrogés sur France Musiques, les Modigliani ont
notamment déclaré :
Grande densité rythmique du premier mouvement. Le deuxième, adagio, a un thème simpliste, avec une
forte influence baroque mais d'une grande homogénéité. Le menuetto est un peu explosif, comme ceux
de Beethoven. Le presto a ce côté brillant dans l'esprit du 18ème siècle. Un tempo rapide est obligatoire.
„ MENDELSSOHN
(1809-1847)
Mendelssohn est né à Hambourg en 1809, voici deux cents ans. À la fois compositeur, chef d'orchestre,
pianiste et organiste, il a largement contribué à la diffusion des œuvres de ses contemporains et à la
redécouverte de l'œuvre de J.-S. Bach. Il fut aussi un grand chef d'opéra et fonda le conservatoire de
Leipzig. C'est là qu'il vécut et qu'il mourut en 1847. Compositeur précoce et génial (son célèbre octuor
fut écrit à seize ans), il composa beaucoup de musique de chambre (trios, quatuors, quintettes) dont ce
quatuor opus 13.
- 15 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Quatuor opus 13 en la mineur (1827-1830)
- adagio-allegro
- adagio non lento
- inter-mezzo
- finale presto
Entre 1823 et 1847, Mendelssohn tenta de maîtriser ce genre si difficile qu'est le quatuor.
Après s'être inspiré de Mozart et Haydn, il fut le premier romantique soucieux de faire connaître l'œuvre
de Beethoven. Il s'intéressa surtout aux quatuors opus 130, 131. Mais c'est surtout l'opus 132 qui lui
servira de modèle pour son premier grand quatuor opus 13. Dans le premier mouvement, la
ressemblance avec l'opus 132 de Beethoven est frappante. Suit un admirable adagio, toujours inspiré de
Beethoven (cette fois opus 95, onzième quatuor « serioso »), puis l'inter-mezzo aux sonorités
populaires ; enfin le finale, presto, est une page étonnante, écrite par un jeune homme de 18 ans.
„ CLAUDE DEBUSSY
(1862-1918)
Claude Debussy est né à Saint-Germain-en-Laye dans une famille modeste. Il révéla rapidement des
dons exceptionnels. Il entre au conservatoire à dix ans et en 1884, il obtient le Grand prix de Rome,
avec sa cantate Le Fils Prodigue. Il séjourna à la villa Médicis à Rome, où il fut très impressionné par un
récital de Liszt âgé. En Russie il fut le pianiste de la baronne Von Meck, protectrice de Tchaïkovski. En
1902, il crée son opéra Pelléas et Mélisande, et en 1905 La Mer, véritable symphonie moderne. Il fut
étroitement lié aux peintres et aux poètes de son époque. Son œuvre a fait souffler sur la musique un
vent de liberté. Il fut un grand épistolier et un critique musical averti et provocateur. Il meurt en 1918 à
Paris.
Quatuor à cordes en sol mineur, opus 10, 1893
- animé et très décidé
- assez vif et bien rythmé
- andantino doucement expressif
- très modéré puis très mouvementé et avec passion
Tout comme Ravel, Debussy n'a écrit qu'un quatuor à cordes. Ce quatuor est contemporain du Prélude
à l'après-midi d'un faune. Debussy a trente ans et il impose son style. Écoutons André Boukourechliev :
« Si ce quatuor contient encore quelques réminiscences franckistes, notamment dans l'andantino, il est
riche d'innovations et d'audaces sur tous les plans [...] Les quatre mouvements classiques sont présents
mais un thème principal les parcourt tous dont les innombrables métamorphoses se succèdent avec une
grande rapidité, en une sorte de fondu enchaîné perpétuel. »
- 16 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Quatuor Modigliani (Philippe Bernhard, Loïc Rio : violons - Laurent Marfaing : alto - François
Kieffer :
violoncelle)
Né d'une grande amitié doublée d'une passion commune pour le quatuor à cordes, le Quatuor
Modigliani est révélé à l'attention internationale en remportant successivement trois Premiers prix aux
concours internationaux d'Eindhoven (2004), Vittorio Rimbotti de Florence (2005) et aux prestigieuses
Young Concert Artists Auditions de New York (2006).
Devenu depuis l'une des jeunes formations de chambre les plus demandées dans le monde, le Quatuor
Modigliani se produit sur des scènes telles que Carnegie Hall ou le Lincoln Center à New York, le
Kennedy Center à Washington, le Wigmore Hall à Londres, le Concertgebouw d'Amsterdam, le Théàtre
du Châtelet, l'Auditorium du Louvre, ainsi qu'à Hong Kong, en Allemagne, en Italie et au Japon. Le
Quatuor se produit régulièrement en musique de chambre avec les plus grands solistes internationaux,
notamment Henri Demarquette, que nous avons eu le plaisir de recevoir aux Rencontres en 2005 et
2008.
En septembre 2008, le Quatuor Modigliani a l'immense privilège de se faire prêter, par la Swiss Global
Artistic Foundation, le quatuor des Évangélistes, du luthier Jean-Baptiste Vuillaume, considéré comme
l'unique véritable quatuor d'instruments jamais réalisé par un grand maître de la lutherie. Ces quatre
instruments, fabriqués en 1863 dans le même arbre, produisent un son d'ensemble exceptionnel. Ils
n'avaient pas été joués depuis 35 ans avant leur acquisition par la Swiss Global Artistic Foundation.
Le Quatuor Modigliani est lauréat de la Fondation Groupe Banque Populaire, ainsi que du prix Charles
Oulmont de la Fondation de France et bénéficie du soutien de la Spedidam.
Après avoir reçu l'enseignement du Quatuor Ysaÿe, puis suivi les classes de maîtres de Walter Levin et
de Gyorgy Kurtag, le Quatuor Modigliani travaille aux côtés du Quatuor Artemis à la Berlin Universität
der Künste.
- 17 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
BRUAY-LA-BUISSIERE
„ CEDRIC TIBERGHIEN
Frédéric Chopin
(1817-1849)
Il est né près de Varsovie en 1810 et il est mort à Paris en 1849.
Il fait donc partie de la fameuse génération 1810 avec Schumann, Mendelssohn et Liszt, grande école
romantique du piano. Il fut l'amant de la fougueuse George Sand, mais leurs amours furent
tumultueuses.
Tous les grands artistes de l'époque, musiciens, écrivains, etc., sont passés par Paris autour de 1830.
C'était là qu'il fallait être ! Chopin, de santé fragile, malade chronique, à la sensibilité exacerbée, fut un
musicien hors pair, écrivant essentiellement pour le piano, un improvisateur génial qui fit rêver bien des
générations.
Les quatre ballades
- Ballade n°1 opus 23 (9 min. 38), en sol mineur, largo moderato
- Ballade n°2 opus 38 (7 min. 02), en fa majeur, andantino
- Ballade n°3 opus 47 (7 min. 09), en la bémol majeur, allegretto
- Ballade n°4 opus 52 (11 min. 42), en fa mineur, andante con moto
Les
ballades
de Chopin,
« aux
oreilles » de
Schumann,
sont
sans
équivalent.
La première ballade, commencée à Vienne en 1831, fut terminée à Paris en 1835. C'est la première des
quatre écrites entre 1831 et 1843. Elle fut dédiée au Baron de Stockhausen, ambassadeur du Hanovre
en France. C'était une des œuvres préférées de Chopin. Elle respire à la fois passion et mélancolie.
La deuxième ballade, commencée en 1836, fut achevée en janvier 39, lors du désastreux séjour de
Chopin et Sand à Majorque.
Elle est dédiée à Schumann.
La troisième ballade, commencée en 1840, achevée en 1841, est pleine de charme et de poésie.
La quatrième ballade, composée en 1842, publiée à Leipzig et Paris en 1843, est dédiée à la baronne
Charlotte de Rothschild. C'est un chef d'œuvre, la plus aboutie des quatre. Alfred Cortot y voyait « une
somptuosité harmonique, un raffinement d'écriture, très significatif d'une nouvelle orientation du style de
Chopin. »
Maurice Ravel
(1875-1937)
Surnommé « l'Horloger suisse », cet homme discret, ascétique et casanier est un classique doublé d'un
alchimiste de la couleur. Il est né à Ciboure, à quelques encablures de l'Espagne, qui le fascina toute sa
vie et une grande partie de son œuvre (vocale, pianistique et symphonique) en est inspirée. Il est connu
du grand public pour l'Alborada del gracioso (extrait des Miroirs) et le Boléro qui électrise les foules.
Gaspard de la nuit (1908)
Après avoir lu les soixante-cinq petits poèmes en prose écrits dans les années 1830 par le romantique
Aloysius Bertrand, il fut envoûté et écrivit de mai à septembre 1908. La première exécution eut lieu à
Paris le 9 janvier 1909 par Ricardo Viñes. Ce triptyque fut qualifié par Ravel de « poèmes pour piano ».
Ondine - Gibet - Scarbo
Ondine : « Écoute, écoute, c'est moi, c'est Ondine, qui frôle, de ces gouttes d'eau, les losanges sonores
de ta fenêtre illuminée par les mornes rayons de la lune. »
- 18 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Gibet : « C'est la cloche qui tinte aux murs d'une ville, sous l'horizon et la carcasse d'un pendu, que
rougit le soleil couchant. » Une note pivot obsédante (si bémol) va retentir cent cinquante-trois fois.
Cette page hallucinée est unique.
Scarbo : C'est le nom d'un gnome surgi de visions cauchemardesques. Cette pièce très virtuose et
démoniaque est un scherzo d'une difficulté redoutable avec d'effrayants cahots du rythme, des
successions de dissonances, la poursuite constante de sonorités extraordinaires, quasi orchestrales. À
la fin tout se dissipe comme un mauvais rêve. A. Cortot
Claude Debussy
(1862-1918)
Claude Debussy est né à Saint-Germain-en-Laye dans une famille modeste. Il fut formé par un élève de
Chopin avant d'entrer très jeune au conservatoire de Paris. Grâce au prix de Rome qu'il obtint en 1884
avec sa cantate L'Enfant Prodigue, il séjourna à la villa Médicis. On lui doit beaucoup, à lui, magicien du
son, pour l'élaboration du langage musical moderne. Debussy a beaucoup écrit pour le piano.
D'un cahier d'esquisses
D'un cahier d'esquisses est l'une des pages les moins connues et injustement négligée. Composée sans
doute en 1903. La première audition publique eut lieu en 1910 salle Gaveau et son interprète n'était
autre que Maurice Ravel. Cette pièce brève de cinquante-trois mesures est une lente et langoureuse
rêverie.
Masques - L'Île joyeuse 1904
Écrites coup sur coup en juillet 1904 et créées le même soir à la salle Pleyel par Ricardo Viñes, ce sont
les deux pièces pour piano les plus développées de Debussy et qui restent indépendantes.
Leur destinée ne fut pas la même. L'époustouflante virtuosité de l'Île joyeuse rafla tous les suffrages des
interprètes et du public. Masques, plus secrète, est pourtant un chef d'œuvre mal connu encore de nos
jours. Ces deux pièces sont très liées à la vie intime de Debussy et restent le témoignage de son coup
de foudre pour Emma Bardac qui sera sa deuxième femme, et l'abandon de Lily Texier.
L'Île joyeuse, inspirée par l'Embarquement pour Cythère, de Watteau, est tout simplement Jersey, où il
séjournait avec Emma lorsqu'il composa cette pièce, pleine de joie et de bonheur.
- 19 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Cédric Tiberghien
Cédric, un des artistes français les plus dynamiques de sa
génération, a étudié, avec Frédéric Aguessy et Gérard Frémy, au
Conservatoire de Paris, où il a reçu le premier prix en 1992, à
l'âge de 17 ans. Il a été ensuite lauréat de plusieurs grands
concours internationaux (Bremen, Dublin, Tel Aviv, Genève,
Milan), avant de remporter le Premier prix du prestigieux concours
Marguerite-Long & Jacques Thibaud de 1998, ainsi que cinq prix
spéciaux du concours, y compris le Prix du public et le Prix de
l'orchestre. Ce succès a lancé sa carrière sur le circuit
international, aboutissant à plus de cent cinquante engagements
dans le monde entier, dont sept visites au Japon et des récitals à
travers l'Europe. Depuis, sa carrière n'a cessé de se développer,
avec des apparitions dans les plus grandes salles du monde.
Avec plus de cinquante concertos à son répertoire, Cédric
Tiberghien est apparu avec un palmarès impressionnant
d'orchestres internationaux et français. Cédric Tiberghien est
également un musicien de chambre enthousiaste, comptant parmi
ses partenaires la violoniste Alina Ibragimova, avec qui il doit
présenter le cycle complet des sonates de Beethoven au
Wigmore Hall en 2009/10.
La discographie en solo de Cédric, chez Harmonia Mundi, compte le Concerto N°1 de Brahms, ainsi que
Debussy, Variations de Beethoven, Partitas de Bach, Ballades de Chopin et Brahms, et tout
dernièrement les Danses Hongroises, les Valses Op. 39, et les Klavierstücke op. 76 de Brahms, qui
vient de recevoir un « Choc » du Monde de la Musique.
- 20 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
BARLIN
„ EMMANUELLE BERTRAND & PASCAL AMOYEL
Mendelssohn
(1809-1847)
Nous avons déjà beaucoup parlé de Mendelssohn dans nos précédents programmes (11 octobre et 25
octobre), car nous célébrons cette année le deux centième anniversaire de sa naissance.
Romance sans paroles, opus 109
Après le premier trio et le quatuor opus 13, nous entendrons ce soir, une Romance sans paroles, opus
109, pour violoncelle et piano.C'est un genre que Mendelssohn a beaucoup utilisé pour piano seul, tout
au long de sa vie.
Reger
(1873-1916)
Reger est né en Bavière en 1873 et mort à Leipzig en 1916. Il fut un grand admirateur de Bach et de
Brahms. Dès l'âge de treize ans, il jouait fort bien de l'orgue qu'il enseignera plus tard à Wiesbaden.
Il passera par Munich avant de s'installer à Leipzig.
Petite romance pour violoncelle et piano.
Liszt
(1811-1886)
Né en Hongrie et mort à Bayreuth, Liszt écrira cette romance oubliée dans les années 1880. Nous
entendrons ce soir une transcription pour violoncelle et piano.
Brahms
(1833-1897)
Brahms, né à Hambourg et mort à Vienne où il repose dans le carré des artistes auprès de Beethoven et
Schubert, fut toute sa vie un homme solitaire, généreux et proche de la nature. C'est une des grandes
figures de la musique romantique allemande et sa musique de chambre est l'une des plus inspirées de
tout le répertoire. Il fut très lié au couple Robert et Clara Schumann. Il entretint d'ailleurs avec Clara une
amitié qui dura jusqu'à la mort de celle-ci.
Sonate pour violoncelle et piano, n°20 opus 99 en fa majeur. 22 min.
Deuxième sonate pour violoncelle et piano en fa majeur opus 99
- allegro vivace
- adagio affetuoso
- allegro appassionata
- allegro
Brahms écrivit deux sonates pour violoncelle et piano, la première dans sa jeunesse (1865) et l'opus 99,
œuvre de maturité, écrite durant l'été 1886, sur les bords enchanteurs du Lac de Thun.
- 21 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Elle est contemporaine de la deuxième sonate pour violon (opus 100) et du troisième trio avec piano
(opus 101). Période riche donc. Cette sonate fut créée par le violoncelliste Hausmann, Brahms étant au
piano. Elle est en quatre mouvements avec un superbe adagio inspiré du lyrisme brahmsien.
Grieg
(1843-1907)
Édouard Grieg est un compositeur norvégien. Il travailla au conservatoire de Leipzig où il fut l'élève de
Moscheles et Reinecke. Après un passage par le Danemark, il rentre s'installer dans son pays dans les
années 1860. Il se fixe à Oslo et il militera toute sa vie en faveur d'un art national.
Sonate en la mineur opus 36 pour violoncelle et piano (28 min).
- allegro agitato
- andante molto tranquillo
- allegro
Créée le 22 octobre 1883 à Bergen, cette sonate est une des grandes œuvres du répertoire pour
violoncelle et piano. Elle fut dédiée au frère de Grieg, John, qui était un bon violoncelliste amateur.
Extrait des pièces lyriques
Quelques-unes de ces pièces pour piano ont contribué à faire connaître l'art pianistique de Grieg dans le
monde. Emmanuelle et Pascal se sont appliqués à transcrire ces délicieuses pièces lyriques, comme
une sorte de journal intime, retraçant la vie de Grieg, à leur manière.
Pascal Amoyel, piano
Élu « Révélation Soliste Instrumental » en 2005 aux Victoires de la Musique, Pascal Amoyel s'affirme
depuis plusieurs années comme une personnalité marquante du piano français. Né en 1971, il montre
dès son enfance des aptitudes pour l'improvisation et le piano sans l'avoir encore étudié. À 10 ans, il
débute ses études à l'École normale de musique de Paris où il obtiendra une licence de concert. Après
un baccalauréat scientifique à 17 ans, il se consacre alors entièrement à la musique. Il entre au
Conservatoire national supérieur de musique de Paris dans la classe de Jacques Rouvier et Pascal
Devoyon où il obtient en 1992 un Premier prix de piano et un Premier prix de musique de chambre.
La même année, il devient Lauréat de la fondation Menuhin, lauréat de la fondation Cziffra, puis
remporte le Premier prix du Concours international des jeunes pianistes de Paris.
- 22 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
Emmanuelle Bertrand, violoncelle
Révélée au grand public lorsqu'elle reçoit une Victoire de la Musique en 2002, Emmanuelle Bertrand est
une des figures incontournables du violoncelle français. Formée par Jean Deplace et Philippe Muller
dans les Conservatoires nationaux supérieurs de musique de Lyon et de Paris, elle remporte le Premier
prix du concours de musique de chambre du Japon à Tokyo et le Prix de l'Académie internationale
Maurice-Ravel, et devient lauréate de la fondation d'entreprise Natexis et du Concours international
Rostropovitch.
Sa rencontre avec le pianiste Pascal Amoyel est essentielle ; depuis 1999 ils forment un duo dont les
enregistrements ont obtenu les meilleures récompenses. Ensemble, ils explorent aussi bien des œuvres
inédites que le grand répertoire. En 2005-2006, ils créent ensemble le concert théâtral « le Block 15 »,
mis en scène par Jean Piat, qui restitue les témoignages de deux musiciens sauvés par la musique lors
de la seconde guerre mondiale. Ce spectacle fait l'objet d'une adaptation pour la télévision française.
Ses enregistrements parus chez Harmonia Mundi en solo ou en duo avec le pianiste Pascal Amoyel ont
tous reçu les plus grandes récompenses discographiques. Son dernier enregistrement consacré à
Edvard Grieg vient de paraître.
- 23 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
„ La culture pour tous en Artois Comm.
Artois Comm. s’est engagée dans une politique de développement culturel ambitieuse visant à favoriser
l’accès de tous à la culture par la mise en valeur du patrimoine, l’augmentation de la présence artistique,
l’amélioration de l’offre en matière de lecture publique, la mise en place d’un schéma de développement
des enseignements artistiques et le soutien aux acteurs culturels locaux dans le cadre d’un partenariat
fort.
La mise en valeur du patrimoine
La Chartreuse des Dames de Gosnay demeure au cœur des préoccupations de la Communauté
d’agglomération. Les dernières campagnes de fouilles menées par l’Université d’Artois ont permis
l’étude approfondie du cimetière, grâce à la collaboration d’un anthropologue et ont vu la mise au jour
d’un aqueduc aux dimensions impressionnantes.
Artois Comm. a réitéré son soutien à Mahaut d’Artois, association missionnée pour organiser la
médiation culturelle autour du site archéologique de la Chartreuse. Artois Comm. et l’Université d’Artois
ont aussi développé en partenariat avec l’Université de Sibiu et la fondation Mihai Eminescu en
Roumanie par le biais d’un jumelage. Les travaux de consolidation du campanile de l’église de la
Chartreuse ont aussi démarré.
Culture Commune a poursuivi le travail liant patrimoine, mémoire et spectacle vivant en lien avec
l’association gosnaysienne Ça Gère : le point d’orgue de ce travail a été l’organisation de la 4ème Fête
de la Chartreuse, lors des journées du patrimoine. Les animations autour du chantier de fouilles, du
spectacle « De Mémoire de Baleine » et de l’installation paysagère sur l’espace « carbolux » de l’artiste
plasticien Gilles Bruni ont permis d’attirer près de 2000 personnes.
Toujours à Gosnay, la 1ère tranche des travaux de restauration de l’église Saint Léger (réhabilitation et
mise en œuvre de l’intérieur) est en bonne voie et devrait s’achever courant du premier semestre 2009.
Les œuvres classées (peintures et autel) ont été restaurées et seront replacées dans le bâtiment
restauré.
Sous la conduite de l’association des amis du musée, le manoir de l’Estracelles à Beuvry a vu sa
réhabilitation se poursuivre.
La Cité des électriciens de Bruay-La-Buissière a été investie en septembre, par la Compagnie Les Pas
Perdus qui y a mené son projet artistique de « Zone d’Anniversaire Concertée » en collaboration avec la
population locale.
Présence artistique et soutien aux acteurs culturels locaux
Afin de proposer des projets artistiques diversifiés, de qualité et répartis sur l’ensemble du territoire,
nous avons réaffirmé notre soutien aux partenaires culturels (Culture Commune, La Comédie de
Béthune, Droit de Cité, La Pomme à tout faire, le Centre Littéraire Escales des Lettres, les Compagnies
- 24 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
la Générale d’Imaginaire, Hapax Compagnie, et les Milles et une Vie, Le Centre Chorégraphique
National Roubaix /Nord-Pas-de-Calais, l’association Rencontres Musicales en Artois).
Sur le terrain, ce soutien s’est traduit par la mise en place de résidences d’artistes représentant les
différents champs de la création : les écrivains Patrice Robin et Olivier Solminihac ont rencontré les
habitants de Béthune, Beuvry, Bruay, Billy Berclau, Labeuvrière, Sailly Labourse, les slameurs Thomas
Suel et Julien Lemaire ont sensibilisé des jeunes à Houdain et des seniors à Calonne Ricouart. La
Compagnie Cendres la Rouge a installé la collection particulière du professeur troublé au cinéma le Rex
d’Haillicourt…
A noter également, la résidence des danseurs Simona Bucci et Yutaka Takei sur 6 communes ou
encore la résidence des chorégraphes du New Art Club qui a donné lieu au spectacle The Visible Men
réalisé avec des danseurs amateurs des secteurs de Béthune et Bruay (près de 1000 spectateurs en 3
dates).
Dans le secteur du spectacle vivant, le soutien d’Artois Comm. a permis la réalisation du festival « les
Rencontres Musicales en Artois » (5 communes concernées), du festival « Les Enchanteurs » initié par
Droit de Cité (7 communes concernées) et du programme théâtral « Itinéraire Bis », développé dans 11
communes par la Comédie de Béthune (cet équipement d’intérêt communautaire a été transféré cette
année à Artois Comm.). Les Z’Ailleurs, extension du festival d’arts de rue Z’ArtsUp, ont été reconduits à
La Couture et à Barlin.
Dans le domaine des arts plastiques, Artois Comm. a poursuivi en lien avec l’association la Pomme à
tout faire la mise en œuvre du «Lab-Labanque», centre de production et de diffusion des arts visuels:
deux expositions associées à un travail important de médiation culturelle ont permis de faire connaître le
travail de Raphaëlle Paupert Borne, Didier Tisseyre, du Groupes Dunes, de Claude Lévêque, Sophie
Dubosc et Jonathan Loppin. Par ailleurs, plusieurs actions d’accessibilité aux expositions et à la création
(ateliers danse et arts plastiques) ont été menées dans le cadre de la charte Handicap, en partenariat
avec les instituts medico-éducatifs, en coordination avec le service de proximité.
L’amélioration de l’offre en matière de lecture publique
En 2008, parallèlement aux résidences d’écrivains et de slameurs, la politique des fonds de concours a
été poursuivie et a profité aux communes de Sailly Labourse, Givenchy-les-la-Bassée, Richebourg,
Beuvry et La Couture pour la mise en œuvre de leur projet d’équipement en médiathèques.
- 25 -
Dossier de presse Rencontres Musicales en Artois
Du 11 octobre au 15 novembre 2009
L'équipe d'animation
est composée de
Jean-Marie Duquesne, président
Monique Engammare, directrice artistique
Marie-Claire Bloqueau, trésorière
Renaud Silvestri, secrétaire
Jean-Louis Camus, preneur de son
Les partenaires
Les Rencontres Musicales en Artois sont subventionnées par le Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais
et par la communauté d'agglomération Artois Comm. ainsi que parfois par le Conseil général du Pas-deCalais dans le cadre de l'aide à la diffusion.
Elles travaillent régulièrement avec les Jeunesses Musicales de France Nord-Pas-de-Calais, Harmonia
Mundi boutiques, le piano de concert de la Capelle d’Armentières, MC2 partenaires, la comédie de
Béthune, les écoles de musique d’Artois Comm.
- 26 -

Documents pareils