Alimentation et forme physique - Eki-Lib

Commentaires

Transcription

Alimentation et forme physique - Eki-Lib
Alimentation et forme
physique
Obésité Infantile
Avec l’arrivée de l’été, vos enfants ont plus de temps pour
regarder leurs émissions de télé favorites et jouer à
leurs jeux préférés sur l’ordinateur. Mais ces passetemps sédentaires pourraient-ils les exposer aux dangers
de l’obésité ? La recherche indique que les enfants
souffrant d’embonpoint courent le risque de conserver leurs kilos
supplémentaires à l’âge adulte. L’obésité à six ans augmente de 25 % les
chances d’obésité à l’âge adulte. À l’âge de 12 ans, ce risque augmente à
75 %. Selon Statistique Canada, environ un adulte canadien sur cinq souffre
d’embonpoint. Lisez ce qui suit pour connaître les risques associés à l’obésité
et apprendre ce que vous pouvez faire pour aider votre enfant à mener une
vie saine et active
À la dérive ? Les périls de l'obésité
Au cours de 10 dernières années, le nombre de personnes
souffrant d'embonpoint dans les pays industrialisés a
augmenté de façon significative, à un tel point que
l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qualifie l'obésité
d'épidémie.
Auparavant, plusieurs pensaient que l'obésité était simplement causée par la
suralimentation et le manque d'activité physique résultant d'un manque de
volonté et de contrôle de soi. De nos jours, les médecins reconnaissent que
l'obésité constitue un problème médical aux facteurs multiples, d'origine
génétique, environnementale, comportementale et sociale. Tous ces facteurs
jouent un rôle déterminant dans le poids d'une personne.
La recherche indique que la télévision est associée à l'obésité chez les
enfants de tous âges (préscolaire, scolaire et adolescents.) L'obésité est
même plus répandue chez les enfants qui ont un téléviseur dans leur
chambre.
On associe l'obésité à plusieurs complications diverses :
• problèmes psychologiques (faible estime de soi, dépression)
• problèmes respiratoires (surtout durant le sommeil)
• problèmes squelettiques et articulatoires
• diabète
• hypercholestérolémie
• maladies du foie et de la vésicule biliaire
• hypertension artérielle
• accidents vasculaires cérébraux (surtout chez les adultes)
• maladies cardiovasculaires (surtout chez les adultes)
• certaines formes de cancer (surtout chez les adultes)
Le diagnostic d'obésité est habituellement basé sur un examen médical et les
antécédents du patient (comme ses habitudes alimentaires et d'activité
physique.) Les enfants sont considérés « médicalement obèses » quand leur
poids pose des risques pour leur santé. Le degré d'obésité est souvent
mesuré à l'aide de l'indice de masse corporelle (IMC.) L'IMC se calcule
ainsi :
IMC = poids corporel (kg) ÷ taille² (m)
Exemple : si votre fils de 4 ans pèse 40 lbs, ce qui équivaut à 18 kg, et
mesure 38 pouces, soit 95 cm or 0,95 m, divisez 18 par (0,95 × 0,95.) Le
résultat est 19,9.
Les valeurs normales de l'IMC diffèrent pour les garçons et les filles d'âges
différents. Si le poids de votre enfant vous inquiète, consultez votre
médecin ou un professionnel de la santé, qui comparera l'IMC de votre
enfant à un tableau de croissance normalisée et pourra vous dire si l'enfant a
besoin d'un traitement pour perdre du poids.
Tous en forme !
famille
Alimentation, activité physique et plaisir pour toute la
Les objectifs alimentaires des enfants et de leur famille sont des repas
équilibrés et sains et une approche alimentaire plus saine. Ces modifications
devraient être considérées comme permanentes plutôt que comme une
mesure temporaire destinée à perdre rapidement du poids.
Voici quelques conseils pour manger de façon saine et équilibrée :
• Éviter de sauter des repas (surtout le petit déjeuner.)
•
Essayer d'inclure des aliments provenant de trois ou quatre groupes
alimentaires (pains et céréales, fruits et légumes, viande et
substituts, lait et produits laitiers) dans chaque repas. Planifier vos
repas et vos collations pour y inclure une variété d'aliments nutritifs
et savoureux.
•
Limiter la taille des portions des collations (maximum 1 à 2 collations
par jour.) Choisir des fruits frais et du yogourt ou du fromage, un
muffin ou des céréales et du lait, la moitié d'un sandwich, des
craquelins et du fromage.
•
Laisser votre enfant savourer ses aliments préférés avec modération
sans se sentir coupable. Choisir des collations à faible teneur en
calories (maximum 1 à 2 collations par semaine) comme de la gomme
sans sucre, 1 à 2 bonbons durs, 1 bâtonnet de réglisse ou des jujubes.
•
Éviter de consommer autre chose que des fruits après souper afin que
l'enfant ait faim au petit déjeuner.
•
Choisir des boissons sans sucre (par exemple, des boissons gazeuses
et du Kool-Aid, Crystal Lite, de l'eau gazéifiée, de l'eau glacée sans
sucre.) Éviter les boissons gazeuses régulières, le jus, les breuvages
aux fruits, le Kool-Aid, la limonade, les boissons au miel et les eaux
parfumées régulières. Rappelez-vous qu'il est préférable que votre
enfant mange ses calories qu'il ne les boive.
•
Assurez-vous de rencontrer les exigences en lait et en produits
laitiers (2 à 4 portions par jour.)
L'activité physique est tout aussi importante que l'apport en calories. Les
enfants (et les adultes aussi) doivent être plus actifs, non seulement pour
contrôler leur poids, mais pour leur santé et leur bien-être en général. Voici
quelques trucs pour que votre enfant vive une vie saine et active :
•
•
•
•
•
•
Encouragez votre enfant à pratiquer une activité physique vigoureuse
pendant 20 à 30 minutes, quatre à cinq fois par semaine (après
consultation avec votre pédiatre.)
Choisissez une variété d'activités que votre enfant aime pratiquer.
Choisissez des activités pouvant être pratiquées près de la maison,
comme la marche, le vélo, la danse ou les jeux à l'extérieur.
Limitez la télévision, les jeux vidéo et les jeux sur ordinateur à 1 ou 2
heures par jour. La plupart des médecins recommandent moins de
deux heures par jour.
Au besoin, sortez le téléviseur de la chambre de votre enfant pour en
limiter l'utilisation. Une étude démontre que les enfants qui ont un
téléviseur dans leur chambre regardent près de cinq heures de télé de
plus que ceux et celles qui n'en ont pas.
Donnez le bon exemple - soyez actif avec votre enfant.
Aucun enfant n'est isolé
Tous les enfants devraient subir un examen médical avant d'entreprendre un
traitement de perte de poids. Les objectifs du traitement sont :
Perdre le poids lentement (par exemple, environ 0,5 kg ou 1 lb par mois)
•
Maintenir une croissance normale chez l'enfant (par exemple,
continuer à grandir) sans prendre de poids
•
Modifier l'alimentation, l'activité physique et le comportement
•
Impliquer la famille dans la consultation et le soutien
•
Éviter de reprendre le poids perdu
Les recherches récentes démontrent que l'alimentation, l'activité physique
et les modifications de comportement sont plus efficaces quand toute la
famille est impliquée. Un programme de perte de poids peut être futile et
dommageable si la famille n'est pas prête à faire les modifications qui
s'imposent, car les tentatives non fructueuses peuvent abaisser encore
davantage l'estime de soi chez l'enfant.
Parce que le soutien familial est une composante aussi importante du
traitement, plusieurs principes « parentaux » devraient être appliqués pour
corriger les comportements alimentaires et d'activité physique :
• Trouvez des raisons de féliciter votre enfant de son comportement.
•
•
Offrir des récompenses
comportement.
pour
les
modifications
positives
du
Ne jamais offrir de nourriture en récompense.
•
Établir des heures fixes pour les repas et les collations.
•
Déterminer quels aliments sont disponibles et quand.
enfant décider s'il mange ou non.
•
Offrir seulement des choix santé.
•
Retirer les tentations.
•
Donner l'exemple.
•
Être constant.
Laissez votre
Les médicaments et la chirurgie sont parfois utilisés pour traiter l'obésité
chez les adultes. Par contre, ils ne sont pas conseillés de façon routinière
chez les enfants et ne sont généralement jamais envisagés à moins que
l'obésité ne menace la vie de l'enfant.
Maintenez le cap
Les programmes contre l'obésité infantile entraînent des pertes de poids
substantielles lorsque le traitement vise des modifications de comportement.
Plusieurs techniques sont offertes pour la thérapie du comportement, dont
les suivantes :
•
Tenir un registre alimentaire. Aidez votre enfant à inscrire le type et
la quantité d'aliments consommés, quand, avec qui et où il les a mangés.
Votre enfant et le professionnel de la santé pourront constater et
éventuellement modifier les habitudes alimentaires de votre enfant.
Par exemple, éviter de manger devant le téléviseur, en faisant les
devoirs ou en jouant sur l'ordinateur.
•
Distinguer la fringale et l'appétit. Enseignez à votre enfant comment
contrôler son appétit et planifier régulièrement ses repas.
•
Identifier les activités qui le distraient de la nourriture.
•
Augmenter son estime de soi en passant des objectifs négatifs aux
objectifs positifs. Éviter de peser votre enfant à la maison plus d'une
fois par semaine et se concentrer sur les modifications de
comportement plutôt que les variations du pèse-personne.
•
Renforcer les nouveaux comportements positifs en récompensant les
comportements plutôt que la perte de poids. Éviter les aliments
comme récompense. Soyez créatif !