EEsaB-sitE dE REnnEs LivREt dE L , étudiant

Commentaires

Transcription

EEsaB-sitE dE REnnEs LivREt dE L , étudiant
,
École eu rop é enne su pér ieu re d art de Bretag n e
B re st-L or i e nt-Q uimpe r- Re nne s / site de R e nne s
E e s a B - s i t e d e R e nnes
,
Li v re t de l é t ud iant
A4
21 cm
Ce fichier PDF est optimisé
pour une impression recto
laser couleur sur format A4,
orientation paysage des pages
avec le paramètre de mise
à l’échelle « ajuster à la zone
d’impression ».
3. Perforer chacune des feuilles
pliées (la perforation s’effectue
du coté opposé au pli).
29,7 cm
1. Cliquer sur le bouton
pour imprimer une partie
du livret.
4. Relier à l’aide d’une reliure
métallique les feuilles en respectant
leur ordre d’impression.
2. Plier en deux l’ensemble
des feuilles (un repère central
en zigzag indique sur chaque
feuille l’axe du pli).
5. Un papier plus résistant peut
être utilisé pour la couverture
et la 4e de couverture.
EESAB-Site de rennes
Sommaire
Année 1 / L1
Horaires – groupes A et B
11 
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
124 
Première année
14 
Programme des cours – années 4 et 5 / M1-M2
130 
Programme des cours – groupe A
17 
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
132 
Programme des cours – groupe B
28 
Horaires – années 2 et 3 / L2-L3
145 
Horaires – années 4 et 5 / M1-M2
147 
Phase programme – année 2 / L2
153 
  9 à 36
Pour revenir au sommaire
cliquez sur ce pictogramme
6
1 à 270 
5
Option Design
Option Art
  37 à 94
a
  143 à 193
Horaires – années 2 et 3/ L2-L3
39 
Horaires – années 4 et 5 / M1-M2
41 
Phase programme – années 2 et 3 / L2-L3
45 
Programme des cours – année 2 / L2
155 
Programme des cours – année 2 / L2
51 
164 
Programme des cours – année 3 / L3
61 
Phase programme – année 3 / L3
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
Programme des cours – année 3 / L3
175 
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
74 
Programme des cours – années 4 et 5 / M1-M2
181 
Programme des cours – années 4 et 5 / M1-M2
81 
Programme pédagogique – années 4 et 5 / M1-M2
85 
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
87 
D
Ateliers de Recherche et de Création (ARC), workshops 186 
l’Équipe
enseignante
Option
communication
Horaires – années 2 et 3 / L2-L3
97 
  95 à 142
Horaires – années 4 et 5 / M1-M2
99 
c
Phase programme – années 2 et 3 / L2-L3
103 
Programme des cours – année 2 / L2
108 
Programme des cours – année 3 / L3
116 
  195 à 219
Le site de Rennes
  221 à 238
Expositions et conférences
223 
La recherche
225 
Les échanges internationaux
236 
7
Sommaire
renseignements
pratiQues
Dates à retenir
241 
Calendrier
243 
Fonctionnement de l’école
245 
Équipements techniques
255 
Plans des bâtiments
261 
Informations complémentaires
263 
  239 à 267
Pour revenir au sommaire à tout
moment cliquez sur ce pictogramme
1
1. Atelier de sérigraphie, journée portes ouvertes.
2. Atelier de gravure.
2
annÉe 1 / L1
Groupe A
Coordination : Jean-François Maurige
Équipe pédagogique : Amanda AuffrayLiddiard, Alain Bourges, Tony Côme,
Kévin Donnot, George Dupin,
Christelle Familiari, Maï Le Gallic,
Patrick Le Priol, Laurence Lépron,
Natacha Lesueur, Jean-François Maurige,
Guillaume Pinard, Alain Rodrigue
Groupe B
Coordination : Bruno Dubois
Équipe pédagogique : Amanda AuffrayLiddiard, Alain Bourges, Tony Côme,
Bruno Dubois, George Dupin,
Nicolas Floc’h, Olivier Lebrun,
Maï Le Gallic, Briac Leprêtre,
Laurence Lépron, Natacha Lesueur,
Samir Mougas, Alain Rodrigue
EESAB
Site de Rennes
11
Année 1 / L1
Horaires
12
horaires Année 1 / L1
groupe a
SEMESTRES 1 et 2
LUNDI
horaires Année 1 / L1
groupe B
SEMESTRES 1 et 2
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
LUNDI
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 11 h
9 h – 12 h
9 h – 12 h
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 12 h
9 h – 11 h
9 h – 12 h
9 h – 12 h
L. Lépron
Estampe
[1 semaine sur 2,
en alternance
avec
Infographie
par groupe]
M. Le Gallic
Histoire de l’art
Semestre 1
G. Dupin
Photographie
A. Rodrigue
Vidéo
L. Lépron
Estampe
[1 semaine sur 2,
en alternance
avec
Infographie
par groupe]
K. Donnot
Design graphique
M. Le Gallic
Histoire de l’art
Semestre 2
G. Dupin
Photographie
A. Rodrigue
Vidéo
11 h – 13 h
T. Côme
Histoire et théorie
du design
Selon calendrier
A. Bourges
Vidéo
12 h – 13 h
13 h – 14 h
A. AuffrayLiddiard
Anglais
11 h – 13 h
T. Côme
Histoire et théorie
du design
A. AuffrayLiddiard
Anglais
Selon calendrier
A. Bourges
Vidéo
13 h – 14 h
A. AuffrayLiddiard
Anglais
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h 30
C. Familiari
Sculpture
J.-F. Maurige
Couleur
G. Pinard
Dessin
O. Lebrun
Design graphique
P. Le Priol
Espace et objet
B. Leprêtre
Dessin
N. Floc’h
Sculpture
S. Mougas
Couleur
B. Dubois
Structure/espace
Emploi du temps sous réserve de modifications.
Emploi du temps sous réserve de modifications.
12 h – 13 h
A. AuffrayLiddiard
Anglais
14
Année 1 / L1
Première année
première année
Présentation
de l’année
1
La 1re année est vue comme un laboratoire, une année d’ex­
périmentation dans tous les sens du terme. Quelque soit
la formation antérieure des étudiants, cette année de sen­
sibilisation vise à développer les capacités de travail et de
recherche, d’analyse et de jugement de l’étudiant dans un
dialogue permanent avec les enseignants. Le jugement se
forme en développant sa capacité à approfondir la connais­
sance et la compréhension des œuvres et des artistes afin de
l’éprouver ensuite dans ses propres travaux. Tous les moyens
sont mis à la disposition de l’étudiant pour qu’il puisse
commencer à se forger une relation personnelle au monde
et à envisager la meilleure orientation vers une option.
Une attention particulière est portée à la méthodologie, à la
diversité des expérimentations, à la place de la culture et de
l’anglais pour atteindre le niveau exigeant de compétence
que nécessite toute démarche créatrice. Le programme de
conférences de l’école et les visites d’expositions contri­
buent à élargir les connaissances et à stimuler la curiosité
et l’engagement dans la création contemporaine.
1 & 2. Atelier des 1re années.
2
Les étudiants de 1re année sont divisés en deux groupes
accompagnés par deux équipes enseignantes distinctes.
En revanche, les contenus généraux et les objectifs d’en­
seignement sont identiques. Tous les enseignements sont
obligatoires. La 1re année ne se redouble pas sauf pour des
cas particuliers examinés par la direction sur proposition de
l’équipe pédagogique.
Organisation
des études
Les enseignements fondamentaux que sont le dessin, la
couleur et la sculpture / installation sont complétés par une
approche de l’image bi et tridimensionnelle et de l’espace
(image / texte, image / signe, structure / espace, espace / objet)
ainsi que par l’initiation aux techniques et à leur langage
15
EESAB
Site de Rennes
16
propre dans les cours de gravure, photographie, vidéo et
infographie. Les ateliers techniques bois, métal et terre sont
à la disposition des étudiants de 1re année pour mener à
bien leurs expérimentations.
enseignements
ECTS
sem 1
ECTS
sem 2
Module « Initiation aux
techniques et aux
pratiques artistiques »
18
16
Module « Histoire, théorie
des arts et langue étrangère »
10
10
Bilan du travail plastique et théorique
2
4
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
ÉVALUATION
DU TRAVAIL
60
Les critères généraux d’évaluation pour l’ensemble des
cours sont les suivants :
› l’engagement et le dialogue avec les enseignants ;
› la pertinence de la réflexion et sa progression ;
› la qualité des réalisations ;
› la ponctualité et l’assiduité.
Les autres modalités d’évaluation sont précisées par cours,
le cas échéant.
À la fin du semestre 1, un contrôle collectif par les ensei­
gnants mesure le parcours effectué par chaque étudiant et
vient compléter les évaluations individuelles par cours.
Année 1 / L1
Première année
Pour la fin de l’année, l’étudiant produit un document écrit et
visuel, qui présente sa propre synthèse des deux semestres
passés à l’école et les perspectives qu’il envisage.
L’évaluation de fin d’année est basée sur les appréciations
des professeurs et sur la présentation des travaux par l’étu­
diant au jury collégial des enseignants ainsi que sur le do­
cument écrit et visuel de l’étudiant.
L’obtention de 60 crédits sur les deux semestres est néces­
saire pour le passage en année 2.
17
EESAB
Site de Rennes
programme des cours
année 1 / L1
Groupe A
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
—
Objectifs
› Revoir les structures et les points faibles des étudiants afin
de permettre une poursuite de la langue en 2e année sans
préoccupations grammaticales.
Le vocabulaire sera développé ainsi que la compréhension
et l’expression orales sur des sujets variés (société, culture,
événements et vie quotidienne).
Le semestre 1 est plus particulièrement destiné aux étu­
diants désireux de travailler les points grammaticaux qui
leur posent problème. Le semestre 2 permettra à ceux d’un
niveau « moyen à bon » de pratiquer la langue sous forme
de discussions dynamiques et animées.
Pré-requis
› Des connaissances de base en anglais (niveau Bac).
Un test obligatoire débute l’année pour situer le niveau des
étudiants.
Bibliographie
› Un dictionnaire bilingue actuel et un livre de grammaire
anglaise.
Évaluation
L’attribution des crédits se fait sur la base de l’assiduité,
d’une progression et d’un travail qui démontre la volonté
d’améliorer son niveau de départ.
18
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe A
HISTOIRE DE L’ARCHITECTURE ET DU DESIGN ›
TONY CÔME
AUX SOURCES DU DESIGN : industrie/hygiène/
guerre…
—
Objectifs
› Connaître et identifier les fondements historiques d’une
pratique définie par de nombreux contrats (social, moral,
économique, esthétique, technique ou encore politique) :
le design au sens anglo-saxon du terme.
› Questionner les liens historiques qui unissent architecture
et design d’objets.
› Révéler des lignées de concepteurs et des avancées tech­
niques significatives afin de mieux comprendre les dyna­
miques qui animent aujourd’hui l’architecture et le design.
› Acquérir des méthodes d’analyse, s’initier à la critique en
design et en architecture.
Méthode
› Cours théorique s’appuyant sur un corpus de projets d’ar­
chitecture et de design, de processus créatifs et de procé­
dés de fabrication. Analyse de différents textes (manifestes,
articles, essais, etc.), de documents visuels (dessins d’inten­
tions, dessins techniques, images publicitaires, films d’au­
teur, etc.) et, aussi souvent que possible, d’artefacts réels.
Évaluation
› Rendu de dossiers : analyse d’objets et d’espaces.
Histoire de l’art › Maï Le Gallic
L’ORIGINE DES AVANT-GARDES
—
Objectifs
En examinant l’histoire de l’art à partir du milieu du XIXe, ce
cours vise à mettre en évidence les étapes et modalités qui
ont mené à la naissance de la modernité en art.
19
EESAB
Site de Rennes
En identifiant tout d’abord les éléments déclencheurs de
cette révolution (contexte, artistes, pratiques plastiques, etc.),
il s’agira ensuite d’observer comment ceux-ci ont progres­
sivement remis en question la définition traditionnelle de
l’art pour finalement constituer le cœur des mouvements
d’avant-gardes du XXe siècle.
Le cours de 1re année vise à fixer des repères chronologi­
ques en histoire de l’art et à acquérir une méthode de travail
en lien avec les outils documentaires, les textes, les œuvres
et l’iconographie.
Évaluation
Semestre 1
› Dossier sur une œuvre ou un thème d’avant-garde.
Semestre 2
› Dossier mettant en perspective cette œuvre / thème avec
vos propres travaux.
Module « Pratique
et initiation »
Photographie › George Dupin
Tracer / Documenter
—
À partir d’une action provenant d’une chorégraphie ou d’une
performance, ou en puisant dans le land art ou l’art concep­
tuel… il s’agira d’enregistrer et d’archiver par la photogra­
phie en noir et blanc des traces de l’œuvre choisie. Dans
cet exercice, la chronologie est un élément fondamental ; le
travail doit être présenté sous forme de séquences d’images.
Contenu
› Un cours d’initiation théorique et technique, la 1re année
est consacrée à l’enseignement de la prise de vue et du
tirage argentique noir et blanc ;
› Deux cours d’histoire de la photographie, l’un autour du
thème donné pendant le semestre et un cours d’histoire de
la photographie permettant de présenter les grands mou­
vements et leurs principaux acteurs.
20
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe A
Bibliographie
› Roland Barthes, La chambre claire : Note sur la photographie, Gallimard, 1980.
› Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, publié en 1935, Gallimard, 2000.
› Gisèle Freund, Photographie et société, Seuil, 1974.
› Rosalind Krauss, Le photographique pour une théorie des
écarts, Macula, 1990.
› Susan Sontag, Sur la photographie, Christian Bourgois,1982.
Filmographie
› Der Lauf der Dinge (Le cours des choses), Peter Fischli et
David Weiss, 1987
Sculpture / installation › Christelle Familiari
—
Objectifs
Semestre 1
Acquisitions techniques
Des groupes de travail seront mis en place avec les techni­
ciens de l’atelier bois et métal, afin de montrer aux étudiants
les possibilités techniques que l’école peut leur offrir. Ces
acquisitions vont servir tout au long du cursus (construction
d’un châssis, soudure, thermoformage…).
À travers l’exercice « Prolifération d’un même module », les
étudiants mettent en pratique leurs récentes connaissances.
Ils doivent choisir un matériau puis une technique qui leur
semblent en adéquation avec leur projet. Les étudiants
dessinent dans un carnet des motifs répétitifs qu’ils ont
repérés dans leur quotidien. Ils obtiennent alors un réper­
toire de formes dans lequel ils devront choisir un motif afin
de le traduire en volume. Ce volume est alors répété puis
l’étudiant est amené à proposer un accrochage adapté, de
cette prolifération.
21
EESAB
Site de Rennes
Le modelage / modèles vivants
Ce travail est une introduction à la performance permettant
d’envisager une réelle interrogation du corps dans l’espace.
Les étudiants sont acteurs de cet exercice de modelage, ils
posent seul ou à plusieurs en créant des masses avec des
vêtements ou avec des tissus pendant que les autres se li­
vrent à un modelage en terre sur le vif de la forme proposée.
Cet exercice vise à leur apporter une connaissance de
leur propre corps, de ses points d’équilibre, des effets de
masse… Il amène à voir et à transposer en trois dimensions
et permet de comprendre les questions liées à la transcrip­
tion d’une forme en volume. Il permet ainsi d’appréhender
l’importance des déplacements dans le regard, et l’inscrip­
tion d’un objet sculptural dans un espace donné. Cet exer­
cice est un complément aux modèles vivants en dessin.
Semestre 2
Interventions In situ
Le point de départ est un espace de l’école, petit ou grand.
Par cet exercice, les étudiants se préoccupent de leur envi­
ronnement, de l’architecture, des notions de points de vue,
de visibilité, de circulation et d’échelle. Ils doivent définir
leur projet par le dessin et fournir une maquette avant la
réalisation finale. La classe organise ensuite un parcours
dans l’école pour présenter oralement chaque installation
aux autres étudiants de l’école.
L’assemblage
Cet exercice permet de questionner le statut de l’objet, les
différentes textures, formes et couleurs. Il permet aussi par
le rapprochement d’objets différents de questionner de
manière élargie la sculpture en passant par exemple d’un
regard porté sur la forme sculpturale à un autre porté sur les
champs sémantiques des objets assemblés. Que racontent
des objets côte à côte ? Comment dialoguent-ils entre eux ?
Comment prennent-ils des sens particuliers en fonction de
leur disposition, de leur présentation…
22
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe A
Méthodologie – Le dossier de références
Les étudiants choisissent un artiste parmi ceux qui seront
présentés tout au long de l’année. Ils doivent ensuite se
documenter et réaliser un dossier de références compor­
tant des textes de catalogues, des articles de presse, des
images… Cela leur permet de relever les notions impor­
tantes de l’artiste et de les intégrer dans une réalisation en
volume ou une installation avec ces mêmes notions. Cette
méthode permet, tout au long du cursus, d’organiser les
connaissances des étudiants et d’identifier progressivement
leurs références.
Espace / objet › Patrick Le Priol
—
Semestre 1
L’objet revisité
Semestre 2
Reformuler un objet dans l’espace public
Design Graphique › Olivier Lebrun
Books make friends (lettre de Christoph Keller
à Roger Willems)
—
Objectifs
› Introduction la pratique du design éditorial.
Par la mise en relation d’images et de textes, l’étudiant est
invité à concevoir une publication lui servant de document
analytique et critique. Les livres sont des objets en trois di­
mensions dont le designer doit évaluer la structure formelle,
fonctionnelle et matérielle.
Semestre 1
Contenu
À travers le choix d’un ouvrage de référence, ponctionné
dans sa bibliothèque, l’étudiant est invité à évaluer ce der­
nier en interrogeant la part du texte, la part de l’image, le
23
EESAB
Site de Rennes
format, le matériau. L’étudiant propose ensuite une réorgani­
sation du contenu, pris dans son intégralité ou non : chemin
de fer, technique de reproduction, changement d’échelle…
Méthode
› Alternance entre la théorie et la pratique.
› Introduction de différents ouvrages et textes de référence.
Semestre 2
Contenant
En relation avec l’atelier Photographie, autour de « La Bi­
bliothèque de Babel », l’étudiant est invité à rendre compte
de son travail à travers un objet éditorial. Quel format ? Quel
matériau ?
Évaluation
› Méthode de travail, documentation et référence, analyse
critique, mise en œuvre et objet fini.
Bibliographie
› Walter Benjamin, Je déballe ma bibliothèque, Payot & Ri­
vages, 2000.
› Sarah De Bondt, The Form of the Book Book, Occasional
Papers, 2009.
› Melissa Dubin, Aaron S. Davidson, Fallen Books, Onestar
Press, 2008.
› Peter Fischli & David Weiss, How to Work Better (peinture),
Switzerland, 1991.
› Robert Veno, Apprenez vous-même vol.1 La Prestidigitation,
Eyrolles, 1962.
Estampe › Laurence Lépron
—
Objectifs
› Acquisition des bases techniques du travail des différentes
matrices permettant l’impression ainsi que les méthodes
d’impression inhérentes à chaque technique de gravure.
24
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe A
À partir de sujets successifs, des recherches plastiques se­
ront développées autour des techniques, le but étant de
développer les expérimentations permettant une pertinence
entre techniques et appropriations des sujets.
Contenu Semestre 1
› Taille directe sur métal, bois gravé, lithographie.
Semestre 2
› Idem + taille douce (eau forte, aquatinte).
PHOTOGRAPHIE FABRIQUÉE › NATACHA LESUEUR
—
Bertold Bretch affirmait « qu’une photo des usines Krupp
ne révèle pas grand-chose sur ces institutions », et qu’il faut
donc, « construire quelque chose, quelque chose d’artificiel,
de fabriqué ». Cet atelier propose d’envisager la photogra­
phie comme un processus de construction, et pas seule­
ment comme l’enregistrement passif d’une réalité brute.
› Sur un temps concentré, (une semaine), conception et réa­
lisation d’un processus complet commun (travail en groupe
de 5), initiation aux outils nécessaires dans la mise en œuvre
de projets photographiques plasticiens (moyen format nu­
mérique-éclairage de studio), expérimentation et analyse
des questions formelles (réalisme, bricolage), composition­
nelles (différents plans, mise en lumière) et conceptuelles
(mise en scène, simulacre, fiction).
25
EESAB
Site de Rennes
26
Couleur › Jean-François Maurige
—
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe A
Dessin › Guillaume Pinard
MANŒUVRES
—
Objectifs
Semestre 1
› L’invention des couleurs et de leurs qualités à travers l’ex­
périence du cercle chromatique.
› La manipulation de ces couleurs et de leurs traductions
en valeurs de noir, gris et blanc avec une vérification à la
photocopie.
Objectifs et contenu
› Dessiner : cultiver et prendre soin de ce pouvoir.
Nous explorerons en acte l’imaginaire que traversent les
histoires du dessin. Cette exploration devra développer chez
chaque étudiant l’émergence d’un rapport articulé avec la
pratique de cette langue.
En alternance, des cours avec le modèle vivant pour étudier
l’ombre et la lumière sur un volume ; le travail se développe
avec le modèle sur fond décoratif et l’encre de chine sur pa­
pier blanc comme convention de représentation. La gravure
sur bois prolonge cet exercice.
Évaluation
› Vigilance et diligence.
› Proposition de travail : à partir de recherches et manipu­
lations de papier de couleur, élaboration et montage pour
fabriquer un objet « couleur » original.
Contenu
Trois axes de travail seront développés par le biais de courtes
réalisations en rapport avec d’autres enseignements :
› La vidéo, outil d’investigation de l’espace.
› Le corps, outil d’appropriation de l’espace.
› Le cinéma du réel, pratique documentaire.
et :
› Un cours d’analyse de films.
Semestre 2
Le travail en noir et blanc avec le modèle vivant sur fond
décoratif se poursuit dans la couleur, en relation avec les
questions de format et de figure.
› Proposition de travail autour du motif répétitif :
– recherche iconographique en bibliothèque ;
– fabrication d’un carnet ;
– expérimentation d’une technique de reproduction gra­
phique – sérigraphie, gravure et informatique – pour une
réalisation personnelle.
Vidéo › Alain Rodrigue et Alain Bourges
—
Cours optionnel
ouvert à toutes les
années et toutes
les options
Dessins et modèles vivants ›
Plusieurs enseignants
—
Objectifs
Dans l’hémicycle de dessin de l’école, le cours « Modèle
vivant » est assuré par un groupe d’enseignants qui succes­
sivement se saisissent de cet exercice.
27
EESAB
Site de Rennes
informatique
Moniteur / technicien infographie
—
Objectifs
Il s’agit de donner les bases techniques permettant aux
étudiants de réaliser leurs travaux.
› Base texte : mise en page sous Word.
› Base image : acquisition et retouches d’images sous Pho­
toshop.
› Base vidéo : montage sous iMovie.
› Base image / texte : InDesign.
Les étudiants doivent réinvestir leurs connaissances tech­
niques dans leurs pratiques plastiques quotidiennes.
Recherche
documentaire :
initiation en trois
parties proposée
par Cécile Kerjan
et Émilie Poulet
INITIATION à LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE ›
CECILE KERJAN ET Émilie POULET
—
1. Présentation de la bibliothèque et des outils pour retrou­
ver des documents (catalogue en ligne des bibliothèques
de Rennes, bases de données spécialisées…).
2. Commencer une recherche documentaire par un travail
sur le mot, le dictionnaire, l’encyclopédie, le moteur de re­
cherche. Étude du paratexte, présentation de la structure
d’un catalogue d’exposition.
3. Partage d’expériences sur l’utilisation des smartphones,
liseuses et tablettes. Recueil des souhaits des étudiants
pour une place accrue des ressources numériques dans
notre bibliothèque.
28
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe B
Groupe B
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
—
Objectifs
› Revoir les structures et les points faibles des étudiants afin
de permettre une poursuite de la langue en 2e année sans
préoccupations grammaticales.
Le vocabulaire sera développé ainsi que la compréhension
et l’expression orales sur des sujets variés (société, culture,
événements et vie quotidienne).
Le semestre 1 est plus particulièrement destiné aux étu­
diants désireux de travailler les points grammaticaux qui
leur posent problème. Le semestre 2 permettra à ceux d’un
niveau « moyen à bon » de pratiquer la langue sous forme
de discussions dynamiques et animées.
Pré-requis
› Des connaissances de base en anglais (niveau Bac).
Un test obligatoire débute l’année pour situer le niveau des
étudiants.
Bibliographie
› Un dictionnaire bilingue récent et un livre de grammaire
anglaise.
Évaluation
L’attribution des crédits se fait sur la base de l’assiduité,
d’une progression et d’un travail qui démontre la volonté
d’améliorer son niveau de départ.
29
EESAB
Site de Rennes
30
identifiant tout d’abord les éléments déclencheurs de cette
révolution (contexte, artistes, pratiques plastiques, etc.), il
s’agira ensuite d’observer comment ceux-ci ont progres­
sivement remis en question la définition traditionnelle de
l’art pour finalement constituer le cœur des mouvements
d’avant-gardes du XXe siècle.
Histoire de l’architecture et du design ›
Tony Côme
AUX SOURCES DU DESIGN : industrie/hygiène/
guerre…
—
Objectifs
› Connaître et identifier les fondements historiques d’une
pratique définie par de nombreux contrats (social, moral,
économique, esthétique, technique ou encore politique) :
le design au sens anglo-saxon du terme.
› Questionner les liens historiques qui unissent architecture
et design d’objets.
› Révéler des lignées de concepteurs et des avancées tech­
niques significatives afin de mieux comprendre les dyna­
miques qui animent aujourd’hui l’architecture et le design.
› Acquérir des méthodes d’analyse, s’initier à la critique en
design et en architecture.
Méthode
› Cours théorique s’appuyant sur un corpus de projets d’ar­
chitecture et de design, de processus créatifs et de procé­
dés de fabrication. Analyse de différents textes (manifestes,
articles, essais, etc.), de documents visuels (dessins d’inten­
tions, dessins techniques, images publicitaires, films d’au­
teur, etc.) et, aussi souvent que possible, d’artefacts réels.
Évaluation
› Rendu de dossiers : analyse d’objets et d’espaces.
Histoire de l’art › Maï Le Gallic
L’origine des avant-gardes
—
Objectifs
En examinant l’histoire de l’art à partir du milieu du XIXe,
ce cours vise à mettre en évidence les étapes et modalités
qui ont mené à la naissance de la modernité en art. En
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe B
Le cours de 1re année vise à fixer des repères chronolo­
giques en histoire de l’art et à acquérir une méthode de
travail en lien avec les outils documentaires, les textes, les
œuvres et l’iconographie.
Semestre 1
› Dossier sur une œuvre ou un thème d’avant-garde
Semestre 2
› Dossier mettant en perspective cette œuvre / thème avec
vos propres travaux.
Module « Pratique
et initiation »
Structure / espace › Bruno Dubois
—
Objectifs
› Aborder les données de base liées aux questions de struc­
ture et de perception de l’espace, c’est se poser la question
de « construire ».
Contenu
› Structures construites et naturelles : force et fragilité.
› Objet et non-objet : poser la question de l’échelle humaine,
de l’intime, de l’autre.
› Espace construit et non-construit : poser la question de
l’échelle d’un espace, du restreint et de l’étendu, du mou­
vement, de l’habité.
31
EESAB
Site de Rennes
DESIGN GRAPHIQUE › KéVIN DONNOT
—
Objectifs
À travers une série d’expérimentations, ce cours propose
une initiation aux enjeux inhérents à la pratique du design
graphique. Il s’agira de questionner les rapports qu’entre­
tiennent fond et forme, aussi bien sur papier que sur écran
ou dans l’espace. Les étudiants seront invités à adopter une
réflexion conceptuelle en fonction d’un sujet donné et à en
proposer une traduction graphique pertinente. Cette initia­
tion passera par une sensibilisation à la micro et macro-ty­
pographie, au rapport entre image et texte, à la gestion de
la couleur et de la composition.
Photographie › George Dupin
Tracer/Documenter
—
À partir d’une action provenant d’une chorégraphie ou d’une
performance, ou en puisant dans le land art ou l’art concep­
tuel… il s’agira d’enregistrer et d’archiver par la photogra­
phie en noir et blanc des traces de l’œuvre choisie. Dans
cet exercice, la chronologie est un élément fondamental ; le
travail doit être présenté sous forme de séquences d’images.
Contenu
› Un cours d’initiation théorique et technique, la 1re année
est consacrée à l’enseignement de la prise de vue et du
tirage argentique noir et blanc ;
› Deux cours d’histoire de la photographie, l’un autour du
thème donné pendant le semestre et un cours d’histoire de
la photographie permettant de présenter les grands mou­
vements et leurs principaux acteurs.
Bibliographie
› Roland Barthes, La chambre claire : Note sur la photographie, Gallimard, 1980.
32
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe B
› Walter Benjamin, L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique, publié en 1935, Gallimard, 2000.
› Gisèle Freund, Photographie et société, Seuil, 1974.
› Rosalind Krauss, Le photographique pour une théorie des
écarts, Macula, 1990.
› Susan Sontag, Sur la photographie, Christian Bourgois,
1982.
Filmographie
› Der Lauf der Dinge (Le cours des choses), Peter Fischli et
David Weiss, 1987
Sculpture / installation › Nicolas Floc’h
—
Objectifs
Semestre 1
Formes et matériaux
Introduire la pratique sculpturale par une série exercices à
partir de formes simples ou de matières : le cube, le poly­
èdre, le mou… Chaque sujet permet l’acquisition d’éléments
constitutifs de la sculpture contemporaine. Une initiation
aux différents ateliers a lieu ce semestre : bois, métal, terre…
Semestre 2
Valeur d’usage
Introduire la pratique sculpturale par la valeur d’usage, c’est­à­-dire par des projets en volume incluant une fonction. Ceci
permettra d’initier une réflexion portant sur la définition
de ce que peut être un objet, une sculpture, une œuvre. À
quel(s) champ(s) appartient cet objet ?
Évaluation
› Méthode de travail, documentation et références, constitution
d’un carnet de recherche, analyse critique et mise en œuvre.
33
EESAB
Site de Rennes
DESSIN › Briac Leprêtre
—
Le dessin contemporain prend beaucoup de facettes. Il re­
présente souvent une idée, un principe de création, il joue
des codes de l’illustration, de la représentation. Il se définit
aussi à chaque fois selon une règle du jeu différente.
Objectif
› Utiliser le dessin comme moyen de recherche et d’expé­
rimentation.
› Définir une idée, une réalisation, un projet ou développer
un travail plastique propre au dessin.
Contenu du cours
1. Pratique du dessin
› Dessin d’observation, modèle vivant
2. Documentation
› Dessin d’artistes, architectures, designers, presse…
3. Le dessin : outil de réflexion et de recherche
› Définir des formes, de communiquer des projets, de tester
et d’opérer des choix.
4. Le dessin, pratique autonome
› Mise en place de protocole de dessin, le dessin par jeux
de contrainte, le dessin comme narration…
Bibliographie
› The Drawer revue de dessin thedrawer.net
› Roven revue de dessin rovenrevue.blogspot.com
PHOTOGRAPHIE FABRIQUÉE › NATACHA LESUEUR
—
Bertold Bretch affirmait « qu’une photo des usines Krupp
ne révèle pas grand-chose sur ces institutions », et qu’il faut
donc, « construire quelque chose, quelque chose d’artificiel,
de fabriqué ». Cet atelier propose d’envisager la photogra­
phie comme un processus de construction, et pas seule­
ment comme l’enregistrement passif d’une réalité brute.
34
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe B
› Sur un temps concentré, (une semaine), conception et réa­
lisation d’un processus complet commun (travail en groupe
de 5), initiation aux outils nécessaires dans la mise en œuvre
de projets photographiques plasticiens (moyen format nu­
mérique-éclairage de studio), expérimentation et analyse
des questions formelles (réalisme, bricolage), composition­
nelles (différents plans, mise en lumière) et conceptuelles
(mise en scène, simulacre, fiction).
COULEUR › SAMIR MOUGAS
—
Contenu
Le cercle chromatique présente l’enchaînement des cou­
leurs primaires, secondaires et tertiaires autour d’un cercle.
Il a longtemps formé la base de l’apprentissage de la pein­
ture dans les écoles d’art. Encore aujourd’hui, l’exercice est
utile et pratiqué. En parallèle, les nuanciers de couleurs
industrielles et appliquées aux développements numériques
et imprimés se sont formidablement développés et consti­
tuent dorénavant l’univers étendu de la couleur pour les
artistes d’aujourd’hui.
Méthode
Dans un premier temps, les étudiants seront familiarisés
avec les nuanciers chromatiques standards (RAL, Pantone,
RVB, CMJN, Bitmap…) que l’on retrouve dans les domaines
connexes aux arts plastiques.
Par des exercices s’appuyant sur des techniques de base et
recoupant tous les médiums nécessaires, ils développeront
une approche personnelle de ces outils chromatiques. Le
cours sera illustré des usages contemporains de la couleur
en peinture, en sculpture et dans les pratiques numériques.
35
EESAB
Site de Rennes
36
Année 1 / L1
Programme des cours – groupe B
Estampe › Laurence Lépron
—
informatique
Moniteur / technicien infographie
—
Objectifs
› Acquisition des bases techniques du travail des différentes
matrices permettant l’impression ainsi que les méthodes
d’impression inhérentes à chaque technique de la gravure.
À partir de sujets successifs, des recherches plastiques se­
ront développées autour des techniques, le but étant de
développer les expérimentations permettant une pertinence
entre techniques et appropriations des sujets.
Objectifs
Il s’agit de donner les bases techniques permettant aux
étudiants de réaliser leurs travaux.
› Base texte : mise en page sous Word.
› Base image : acquisition et retouches d’images sous Pho­
toshop.
› Base vidéo : montage sous iMovie.
› Base image / texte : InDesign.
Les étudiants doivent réinvestir leurs connaissances tech­
niques dans leurs pratiques plastiques quotidiennes.
Contenu Semestre 1
› Taille directe sur métal, bois gravé, lithographie.
Semestre 2
› Idem + taille douce (eau forte, aquatinte).
Vidéo › Alain Rodrigue et Alain Bourges
—
Contenu
Trois axes de travail seront développés par le biais de courtes
réalisations en rapport avec d’autres enseignements :
› La vidéo, outil d’investigation de l’espace.
› Le corps, outil d’appropriation de l’espace.
› Le cinéma du réel, pratique documentaire.
et :
› Un cours d’analyse de films.
Cours optionnel
ouvert à toutes les
années et toutes
les options
Dessins et modèles vivants ›
Plusieurs enseignants
—
Objectifs
Dans l’hémicycle de dessin de l’école, le cours « Modèle
vivant » est assuré par un groupe d’enseignants qui succes­
sivement se saisissent de cet exercice.
Recherche
documentaire :
initiation en trois
parties proposée
par Cécile Kerjan
et Émilie Poulet
INITIATION à LA RECHERCHE DOCUMENTAIRE ›
CECILE KERJAN ET Émilie POULET
—
1. Présentation de la bibliothèque et des outils pour retrou­
ver des documents (catalogue en ligne des bibliothèques
de Rennes, bases de données spécialisées…).
2. Commencer une recherche documentaire par un travail sur
le mot, le dictionnaire, l’encyclopédie, le moteur de recherche.
Étude du paratexte, présentation de la structure d’un cata­
logue d’exposition.
3. Partage d’expériences sur l’utilisation des smartphones,
liseuses et tablettes. Recueil des souhaits des étudiants
pour une place accrue des ressources numériques dans
notre bibliothèque.
a
OPTiON
arT
a
Coordination : François Perrodin
Équipe pédagogique : Dominique
Abensour, Amanda Auffray-Liddiard
Alain Bourges, Reynald Drouhin,
Christelle Familiari, Pierre-Henry
Frangne, Nicolas Floc’h,
Arnaud Guilloux, Mathieu Harel-Vivier,
Luc Larmor, Laurence Lépron,
Natacha Lesueur, Jean-François Maurige,
François Perrodin, Guillaume Pinard,
Kristina Solomoukha, Christophe Viart
39
EESAB
Site de Rennes
a
40
Option Art
Horaires – années 2 et 3 / L2-L3
a
horaires Art
Année 2 / L2
horaires Art
Année 3 / L3
SEMESTRES 3 et 4
LUNDI
SEMESTRES 5 et 6
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
LUNDI
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 12 h 30
9 h – 12 h 30
9 h – 11 h 30
9 h – 13 h
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 12 h 30
9 h – 11 H
9 h – 12 h 30
9 h – 12 h 30
R. Drouhin
Multimédia
C. Familiari
Sculpture
G. Pinard
Dessin
L. Larmor
Son
L. Larmor
RDV
C. Familiari
Sculpture
D. Abensour
Suivi de travaux
D. Abensour
Cours
J.-F. Maurige
Peinture
N. Floc’h
Sculpture
9 h 30 – 12 h 30
N. Floc’h
Sculpture
R. Drouhin
Multimédia
11 h – 13 H
Selon calendrier
F. Perrodin
Pratiques
picturales
Selon calendrier
F. Perrodin
Pratiques
picturales
A. Bourges
Vidéo
[1 semaine sur 2]
A. Bourges
Vidéo
[1 semaine sur 2]
G. Pinard
Dessin
L. Larmor
RDV
11 h 30 – 12 H 30
N. Lesueur
Photographie
R. Drouhin
Multimédia
K. Solomoukha
Dessin
L. Lépron
Estampe
Semestre 5
A. Guilloux
Esthétique
J. Lencki
Anglais
(par groupe)
J.-F. Maurige
Peinture
12 h – 13 h
A. Auffray
Anglais
(par ½ groupe)
14 h – 17 h 30
14 h – 17 h
14 h – 17 h
14 h – 18 h
14 h – 16 h
A. Bourges
Vidéo
[1 semaine sur 2]
M. Harel-Vivier
Histoire de l’art
Semestre 4
P.-H. Frangne
et A. Guilloux
Esthétique
A. Bourges
Vidéo
[1 semaine 2]
A. Auffray
Anglais
(par ½ groupe)
Selon calendrier
F. Perrodin
Pratiques
picturales
Selon calendrier
F. Perrodin
Pratiques
picturales
18 h 30 – 20 h
A. Bourges
Semestres 7 et 9
Histoire de la
télévision
17 h 30 – 19 h
G. Pinard
Suivi de projet
N. Lesueur
Photographie
14 h – 18 h
14 h – 18 h
14 h – 18 h
14 h – 18 h
R. Drouhin
ARC
R. Drouhin
Multimédia
K. Solomoukha
Dessin
17 h – 19 h
L. Larmor
Son
A. Bourges
Vidéo
[1 semaine sur 2]
R. Drouhin,
L. Lepron,
J.-F. Maurige
ARC
18 h 30 – 20 h
A. Bourges
Semestres 7 et 9
Histoire de la
télévision
Emploi du temps sous réserve de modifications.
A. Bourges
Vidéo
[1 semaine sur 2]
L. Lépron
Estampe
Emploi du temps sous réserve de modifications.
N. Lesueur
Photographie
17 h 30 – 19 h
G. Pinard
Suivi de projet
L. Larmor
Module Son
11 h 30 – 12 H 30
J. Lencki
Anglais
(par groupe)
41
a
EESAB
Site de Rennes
horaires Art
Années 4 et 5 / M1-M2
SEMESTRES 7 à 10
LUNDI
MARDI
MERCREDI
JEUDI
9 h – 12 h 30
9 h – 13 h
9 h – 13 h
9 h – 13 h
C. Viart
Recherche et
théorie des arts
[années 4 et 5
en alternance]
Selon calendrier
F. Perrodin,
D. Abensour
Suivi de travaux
A. Bourges
Vidéo
[1 semaine sur 2]
N. Lesueur
Photographie
L. Larmor
RDV
Selon calendrier
F. Perrodin
Suivi de travaux
K. Solomoukha
Dessin
N. Lesueur
Photographie
13 h – 16 h
14 h – 17 h 30
14 h – 18 h
14 h – 18 h
A. Auffray
Semestre 8
Anglais [année 4]
Semestre 9
Anglais [année 5]
C. Viart et
D. Abensour
Actualités
critiques
[années 4 et 5
en alternance]
L. Larmor
ARC
A. Bourges
Vidéo
C. Familiari
Sculpture
K. Solomoukha
Dessin
14 h – 18 h
R. Drouhin
ARC
J.-F. Maurige
Peinture
L. Lépron
Estampe
N. Floch
Sculpture
17 h – 19 h
J.-F. Maurige,
L. Lepron
ARC
VENDREDI
L. Larmor
Semestre 7
Son
[année 4]
F. Perrodin
Pratiques
picturales
18 h 30 – 20 h
A. Bourges
Semestres 7 et 9
Histoire de la
télévision
Emploi du temps sous réserve de modifications.
F. Perrodin
Pratiques
picturales
1
1. Lea Giraud, DNSEP Art, 2013.
2. Maxime Davy, DNSEP Art, 2013.
2
L’option Art de l’EESAB-site de Rennes
propose une formation aux différentes
pratiques contemporaines de l’art.
C’est un laboratoire des expressions
actuelles, dans l’approche la plus large
et la plus ouverte possible de leurs
dimensions d’implications, de réflexions,
et de recherches. La méthode proposée
est avant tout celle de l’expérimentation,
expérimentation des moyens d’expression,
des plus traditionnels aux plus récents,
expérimentation de l’inscription critique
des pratiques et des propositions dans
les enjeux de l’art et les problématiques
de la société contemporaine.
L’option Art est aussi un lieu dans
lequel la réflexion théorique, c’est-à-dire
la possibilité d’un approfondissement
et d’une redéfinition des enjeux et
des formes que peut prendre l’art a une
position tout à fait centrale, qui vient
nourrir une dimension de recherche
indissociable des pratiques de mises
en œuvre.
Le cursus proposé doit permettre
graduellement à l’étudiant de développer
et situer une démarche de création
personnelle, pour l’inscrire et la partager
dans le contexte de l’art et du monde
actuel.
45
a
EESAB
Site de Rennes
46
a
phase programme
années 2 et 3 / L2-L3
les plateformes
Les plateformes rassemblent plusieurs enseignants de l’op­
tion sur des problématiques larges, et doivent permettre de
développer les réflexions communes sur des enjeux fonda­
mentaux des pratiques artistiques contemporaines.
› Event – Sculpture performée
(Christelle Familiari, Nicolas Floc’h, Luc Larmor).
› Publication, Edition, Diffusion
(Reynald Drouhin, Laurence Lépron, Jean-François Maurige).
PUBLICATION éDITION
DIFFUSION
Option Art
Phase programme année 2/ L2
Au cours de l’année 2012/13 plusieurs invités sont ve­
nus enrichir la réflexion : Christophe Viart, Céline Duval,
Guillaume Pinard. Les étudiants ont également consulté le
fonds du frac Bretagne à l’invitation de Béatrice Lamarque,
le Cabinet du livre d’artiste (Université Rennes2) à l’invitation
d’Aurélie Noury, Lendroit Éditions.
Plateforme Event –
SCULPTURE
PRÉFORMÉE
Cette plateforme se construira durant l’année en discussion
avec les étudiants. Il s’agira de rester attentif à la transversa­
lité des médiums et aux « à-côtés » du travail de l’étudiant, à
ses expériences et ses activités personnelles.
année 2 / L2
Cette plateforme, poly-option, est le moyen pour les étu­
diants d’enrichir leur recherche et leur réflexion sur les no­
tions de publication, de diffusion incluant un ensemble de
techniques à la fois liées au livre ainsi qu’aux productions
multimédias. L’élaboration d’une recherche soit par rapport
aux données constituantes du livre, de l’édition, soit en re­
lation avec une production personnelle seront les bases
d’un travail papier (livre, journal, publication, revue…). Les
nouvelles techniques de diffusion liées au Web, blogs (…),
font l’objet d’une approche parallèle comme l’extension de
la réflexion.
En phase programme les études sont basées autour de deux
modules, « Histoire, théorie des arts et langue étrangère » et
« Méthodologie, techniques et mises en œuvre », auxquels
s’ajoute la recherche personnelle de l’étudiant.
Des invités (workshop et conférences) font régulièrement
part de leurs expériences artistiques, éditoriales et échan­
gent avec les étudiants sur le travail en cours. Une exposi­
tion de l’ensemble des travaux aura lieu au printemps, le
lieu restant à déterminer. Cécile Kerjean, bibliothécaire à
l’EESAB-site de Rennes, accompagne le projet quant à la
question des ressources en ligne et l’établissement d’une
base documentaire.
« Méthodologie, techniques et mises en œuvre », regroupe
les cours des enseignants plasticiens, ainsi que leurs re­
groupements dans des plateformes dans lesquelles seront
abordées et partagées des problématiques spécifiques. Les
étudiants de 3e année ont la possibilité de participer aux
ARCs proposés par l’ensemble des options de l’école.
« Histoire, théorie des arts et langue étrangère » regroupe
les enseignements de culture générale, d’histoire de l’art,
d’anglais pour la langue étrangère (un cours d’espagnol
peut être suivi à l’École nationale supérieure de chimie de
Rennes), philosophie de l’art, et pour les étudiants étrangers
des cours spécifiques d’histoire de l’art.
47
ATTRIBUTION
DES CRÉDITS
a
EESAB
Site de Rennes
48
enseignements
ECTS
sem 3
ECTS
sem 4
Méthodologie, techniques
et mise en œuvre
16
14
Histoire, théorie des arts
et langue étrangère
8
8
Recherches
et expérimentations personnelles
2
4
Bilan
4
4
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
120
En année 2 / L2 Art, l’étudiant poursuit les acquisitions plas­
tiques fondamentales entreprises en 1re année, en liaison
avec le développement d’un enseignement basique propre
à l’option, mettant l’accent sur l’acquisition d’outils, de mé­
thode et d’une culture lui permettant d’envisager sa place
au sein du monde de l’art.
ÉVALUATION
DU TRAVAIL
Les critères généraux d’évaluation pour l’ensemble des
cours sont les suivants :
› l’engagement ;
› la pertinence de la réflexion ;
› la qualité des réalisations ;
› l’assiduité et la ponctualité.
Les autres modalités d’évaluation sont précisées par cours,
le cas échéant.
Un programme conséquent de conférences et de rencontres
est proposé par l’école en lien avec l’équipe pédagogique.
Les étudiants doivent y participer afin de rentrer en contact
a
Option Art
Phase programme année 2/ L2
avec les acteurs majeurs de la création contemporaine. Ils
sont invités également à pratiquer une veille personnelle
sur l’actualité et à s’enrichir par des voyages d’études, des
visites d’exposition, la fréquentation des bibliothèques.
La mise en place d’un « carnet de recherche » mettant en
forme les différents centres d’intérêt de l’étudiant est aussi
fortement recommandée.
Organisation
des études
En année 2, tous les étudiants suivent tous les cours du
module « Histoire, théorie des arts et langue étrangère ».
Ces cours permettent une approche de l’art sous toutes ses
formes, le développement d’une pensée critique, la maîtrise
de l’écrit et de l’oral, la mise en œuvre d’une méthodologie
pour la recherche, le développement d’une pensée critique
et la maîtrise de la langue anglaise, autant de compétences
indispensables à la poursuite des études dans une école
d’art et à l’exercice de la profession de créateur.
Les enseignements de pratique plastique (dessin, pratiques
picturales, volume, photo, estampes, vidéo, numérique, son)
permettent l’apprentissage et l’expérimentation des diffé­
rentes démarches et pratiques artistiques.
Dans le module « Méthodologie, techniques et mises en
œuvre », les étudiants doivent de manière obligatoire
suivre les cours d’un des deux enseignants de « dessin »
(Guillaume Pinard ou Kristina Solomoukha) et ceux de trois
autres enseignants.
Les étudiants doivent enfin s’inscrire dans au moins une des
plateformes ou arcs proposés par l’école y compris dans les
autres options.
49
a
EESAB
Site de Rennes
50
a
À la fin de l’année, le DNAP valide l’acquisition des appro­
ches du design des années de la phase programme. L’ad­
mission en année 4 / M1, après le DNAP, est liée à la capa­
cité de l’étudiant à concevoir et développer une recherche
personnelle. Elle est subordonnée à une décision favorable
du directeur de l’école après entretien de l’étudiant avec
une commission d’enseignants de l’école sur ses projets
et recherches.
année 3 / L3
ATTRIBUTION
DES CRÉDITS
enseignements
ECTS
sem 5
ECTS
sem 6
Méthodologie, techniques
et mise en œuvre
10
4
Histoire, théorie des arts
et langue étrangère
8
5
Stage
2
–
Recherches et expérimentations
personnelles
6
6
Bilan (semestre 5) et
diplôme (semestre 6)
4
15
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
Organisation
des études
180
L’étudiant suit obligatoirement les enseignements du mo­
dule « Histoire, théorie des arts et langue étrangère ». L’étu­
diant précise sa recherche et son projet personnels en
s’engageant auprès de deux enseignants du module « Mé­
thodologie, techniques et mises en œuvre » et doit participer
aux activités d’au moins une plateforme ou un ARC.
Le DNAP (Diplôme national d’arts plastiques) est le diplôme
qui valide la phase programme. Le représentant de l’école
pour le DNAP Art 2014 sera Guillaume Pinard.
Option Art
Phase programme année 3/ L3
Participation
aux conférences
Un programme conséquent de conférences et de rencontres
est proposé par l’école en lien avec l’équipe pédagogique.
Les étudiants doivent y participer afin de rentrer en contact
avec les acteurs majeurs de la création contemporaine.
Les étudiants de 3e année doivent obligatoirement remettre
cinq comptes-rendus de conférences au 1er semestre (avant
le bilan) au secrétariat selon le modèle téléchargeable sur le
site de l’école. (Ces comptes-rendus font l’objet de crédits
ECTS.)
51
a
EESAB
Site de Rennes
52
programme des cours
années 2 et 3 / L2-L3
HISTOIRE DE L’ART › M. Harel-Vivier
—
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
—
Objectifs
› Acquérir un maximum de compétences linguistiques dans
le domaine de l’art, spécifiquement lié à la description d’un
objet, d’une sculpture, d’une installation…
Les étudiants sont encouragés à discuter autour de documents
choisis en rapport avec des créateurs contemporains anglophones. L’expression orale est au cœur de l’enseignement.
Méthode
› Écoute / visualisation de documents audiovisuels.
› Étude de textes, compréhension, vocabulaire, discussion.
Évaluation
› Trois projets à réaliser en groupes ou individuellement (oral
et écrit).
Les cours d’anglais sont obligatoires pour les étudiants fran­
cophones. L’apprentissage d’une autre langue peut être en­
visagé dans la mesure où l’étudiant, en accord avec l’école,
établit un contrat de formation pour une autre langue vivante,
dans un autre établissement.
Option Art
Programme des cours – année 2 / L2
› Les remises en question de cette notion en relation avec
l’émergence de nouvelles pratiques artistiques au siècle
dernier, et sur les tentatives d’y répondre par de nouvelles
définitions de l’art.
année 2 / L2
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
a
Programme transmis à la rentrée.
Module
« Méthodologie,
techniques et
mises en œuvre »
Vidéo › Alain Bourges
et Alain Rodrigue
—
Objectifs
Semestre 3
Ce semestre est consacré à l’expérimentation à partir de
sujets proposés et à l’acquisition des premières bases his­
toriques et analytiques.
Semestre 4
L’enseignement est collectif et vise à développer les bases
techniques et à permettre aux étudiants de s’engager dans
des recherches théoriques personnelles.
Évaluation
Les cours théoriques sont obligatoires. La validation prend
en compte le suivi de la moitié au moins des enseignements
et la production vidéo.
Esthétique › Pierre-Henry Frangne
et Arnaud Guilloux
La notion d’œuvre
—
Multimédia & art contemporain ›
Reynald Drouhin
Réseau (arts numériques)
—
Semestre 4
› La constitution de la notion d’œuvre d’art en relation avec
la définition kantienne de l’art et l’articulation de la notion
d’œuvre et de celle de chef d’œuvre.
Semestre 3
Objectifs
› Apporter à l’ensemble des étudiants une culture spécifique
aux œuvres multimédia. Ils pourront ainsi consciemment
53
a
EESAB
Site de Rennes
choisir de s’inscrire à l’atelier « Multimédia » dédié à la pra­
tique et à la technique.
› Introduction sur la place des nouveaux médias dans l’art
contemporain et plus précisément l’art en réseau.
› Réflexion autour de l’influence de concepts du monde
contemporain, de nouvelles utilisations telles que les ré­
seaux sociaux ou les smartphones dans l’art contemporain.
› Appropriation des outils numériques pour le traitement
des images.
Contenu
› Cours théorique autour d’œuvres multimédia.
› Apports historiques, bibliographiques, références artistiques.
› Sujet pratique sur la thématique du « Flux ».
Semestre 4
Objectifs
(Atelier limité à 10 étudiants.)
› Appropriation des outils numériques pour le traitement des
images (principalement photographiques). Mise en anima­
tion des images, morphing, VR, etc.
› Proposition de sujets de pratique permettant aux étudiants
de s’initier aux techniques numériques simples (animation,
morphing, photomontage, image en mouvement…)
Évaluation
› Suivis collectifs et individuels
› Accrochages et présentations.
Bibliographie
› Christiane Paul, L’art numérique, collection L’univers de l’art,
Thames & Hudson, 2005.
› Dominique Moulon, Art contemporain nouveaux médias,
Scala, 2011.
› Michael Rush, Les nouveaux médias dans l’art, coll. L’uni­
vers de l’art, Thames & Hudson, 2000.
› Florence de Meredieu, Arts et nouvelles technologies, art
vidéo, art numérique, Larousse, 2005.
› M. Tribe, J. Reena, Art des nouveaux médias, Taschen, 2006.
54
a
Option Art
Programme des cours – année 2 / L2
Sculpture / installation / performance ›
Christelle Familiari
—
Semestre 3
Action / performance
› Initiation à la performance.
Cet exercice, nommé « Gest’action », questionne le geste,
l’action, éléments moteurs de la gestation d’une identité
plastique et d’un univers personnel. Les étudiants travaillent
en binôme et en dialogue. Ils doivent « créer un objet pour
une action précise ». Par la suite, ils scénographient l’en­
semble de leurs propositions et présentent ces perfor­
mances publiquement. Cet atelier interroge aussi ce qu’est
le constat d’une performance, comment la documenter et
la transposer plastiquement.
Semestre 4
Petits exercices à la carte pointant différentes
notions de sculptures
Au rythme d’une fois tous les quinze jours, un sujet abordant
une notion importante dans l’histoire de l’art comme « en
équilibre », « une sculpture d’apparence molle », « eat-art »,
« suivre un protocole », « sculpture portative »… sera donné.
C’est un exercice dynamique qui se traduit par un accro­
chage et une prise de parole collective autour de chacune
des propositions.
En fin de semestre, les étudiants choisissent parmi les pro­
positions qu’ils ont faites, celles qui les ont les plus intéres­
sées. Ils devront accompagner ce choix d’une nouvelle pro­
position sculpturale. La récurrence de l’exercice dynamise
la production des étudiants et leur permet alors d’identifier
ce qui pourrait fournir les prémices d’un travail personnel.
Semestres 3 et 4
Autre compétence
C’est un sujet qui est proposé dès le début de l’année. Il
consiste pour l’étudiant à concevoir un projet artistique qui
55
a
EESAB
Site de Rennes
fait intervenir une personne extérieure au champ de l’art.
À charge pour l’étudiant de définir son projet, trouver les
personnes avec qui il va collaborer, de leur transmettre ses
souhaits puis ensuite de proposer une restitution plastique
de cette rencontre.
Sculpture / Installation / Performance ›
Nicolas Floc’h
—
Semestre 3
Remix
Contenu et objectifs
› Partir d’une ou de plusieurs sculptures des années
soixante / soixante-dix pour la ou les repenser et les replacer
dans le contexte actuel.
Suivant l’œuvre choisie, le projet peut être réalisé à l’échelle
ou sous forme de croquis et de maquettes. Ce semestre
permet de travailler en lien avec des œuvres historiques
et d’en analyser le contenu, la technique et les enjeux à
l’époque de leur création.
56
a
Option Art
Programme des cours – année 2 / L2
Module Son › Luc Larmor
Thématique : Souffles et courants d’air
—
Objectifs
› Donner des repères historiques/musicologiques/sociolo­
giques/esthétiques/scientifiques en lien avec la pratique
du sonore
› Permettre à l’étudiant de réfléchir et articuler son écoute
› Permettre à l’étudiant d’aborder la construction d’un projet
sonore (écriture d’une pièce sonore, fabrication d’un instru­
ment, installation sonore)
› Formulation d’une pensée musicale : tonalité/sérialisme/
objet sonore/écologie sonore/zoomusicologie. En lien avec
l’écoute de compositeurs : Russolo, Varèse, Cage, Schaeffer,
Redolfi, Reich, Radigue, Stockhausen, Lucier, Ferneyhough,
Mâche, Schafer, Romitelli, Dauby, Merzbow…
Chaque rendez-vous s’articule autour d’un cours (émer­
gence du sonore, formes musicales et art des sons), d’une
écoute commentée d’extraits musicaux et d’une écoute
commentée des propositions des étudiants.
Semestre 4
TS
› Développer un projet personnel à partir d’un contexte précis
pouvant comporter une dimension narrative ou fictionnelle.
› Choisir un texte, un fait, un document d’archive, un site
comme point de départ pour développer un projet (il peut
s’agir d’une architecture, d’un rapport scientifique, d’un évé­
nement, d’un paysage…)
Évaluation
Les étudiants doivent donner à entendre très régulièrement
leurs travaux sonores (prises de son, improvisations, créa­
tions sonores), et/ou montrer, les partitions et croquis de
leurs actions et performances sonores. Il leurs sera égale­
ment demandé un exposé oral sur l’artiste, le compositeur
ou le « phénomène » sonore de leur choix.
Le travail pourra être réalisé sous forme de sculpture ou
d’installation, certains travaux pourront aussi se situer hors
les murs.
Estampe › Laurence Lépron
Impressions multiples
—
Objectifs
› Acquisition des méthodes de création du support d’impres­
sion et des méthodes d’impression.
› Réflexion autour des pratiques liées à l’édition.
57
a
EESAB
Site de Rennes
› Édition de plusieurs livres collectifs dans les différentes
techniques d’impression.
Semestre 3
› Acquisition des bases techniques de création du support
de sérigraphie et des méthodes d’impression.
Par ½ groupe, création d’un livre autour de la recherche liée
à un thème donné. L’exercice se développera sur la question
du livre collectif et ses contraintes.
Semestre 4
Les questions du livre collectif seront appréhendées à
travers d’autres médiums d’impression permettant une
exploration des moyens d’expression, de développer une
recherche personnelle et une capacité au travail collectif
dans une production liée au multiple. La question de la dif­
fusion et de la monstration sera abordée. À l’issue des deux
semestres, l’atelier aura produit quatre éditions collectives.
PHOTOGRAPHIQUE FABRIQUéE › NATACHA LESUEUR
—
À partir de projets développés autour d’un thème commun,
singuliers mais suffisamment vastes pour que chacun puisse
y développer une expression particulière, les étudiants dé­
veloppent un travail personnel sur l’ensemble du semestre.
Au cours de travaux de groupe et de consultations régulières
nous abordons les divers aspects lies à la conception, la
production et la réalisation d’un travail photographique.
Nous traitons, des aspects techniques liés à la nature de
leurs projets, abordons les questions liées à la présentation
et la défense de leur travail.
› « Sortir du cadre » – Ce que l’image montre
et et ce qu’elle cache
Le champ est la surface de vision que l’artiste choisit dans
les limites du cadre. Le hors champ est l’espace imaginaire
et invisible qui se trouve autour ou en avant du champ. Dans
58
a
Option Art
Programme des cours – année 2 / L2
une photographie il y a toujours un champ et un hors champ.
Communément le champ cadre ce que l’on veut montrer.
Que serait une photographie, où le récit qui s’articule dans
le champ aurait moins d’importance que ce qui a lieu à l’ex­
térieur du cadre? Ne pas tout montrer permet de prendre et
de donner de la distance, d’encourager un regard critique.
Réflexion sur la dynamique créée par le manque à voir, sur
le dosage de l’information à prodiguer, comment produire
des images devant lesquelles on aurait du travail? Comment
donner envie de faire ce travail?
Peinture › Jean-François Maurige
—
Contenu
Semestre 3
› Proposition de travail : l’utilisation du noir et du blanc
comme une contrainte avec laquelle on joue pour manipuler
et inventer des formes ainsi que l’analyse des œuvres qui
ont inauguré et développé cette convention dans la peinture,
la photographie et le cinéma.
Semestre 4
› Proposition de travail : à partir du texte « Grilles » de Ro­
salind Krauss, développer une réflexion et un travail sur la
grille comme structure et métaphore de l’espace infini dans
ses qualités centripètes et centrifuges. Le cours se divise en
deux parties : d’une part, analyse et étude en rapport avec
cette problématique et d’autre part, suivi et accrochage des
travaux des étudiants.
Bibliographie
› Rosalind Krauss, Grilles, In L’originalité de l’avant-garde et
autres mythes modernistes, Macula, Paris, 1993.
59
a
EESAB
Site de Rennes
60
a
Évaluation
› Engagement et méthode.
Pratiques picturales › François Perrodin
Approche analytique des pratiques picturales.
—
Objectifs
Cette année est une introduction aux problématiques du
plan. Son but est de donner aux étudiants les bases d’une
approche autant pratique que conceptuelle de l’objet pictu­
ral. L’objectif est d’accompagner une pratique articulée de la
picturalité qui permette d’envisager l’élaboration conjointe
de la forme, du signe et de l’objet, ainsi que d’introduire à
la spatialité propre à la peinture.
Dessin › Kristina Solomoukha
Territoires du dessin
—
Objectifs
› La mise en image d’une idée ou projet pour une réalisa­
tion tridimensionnelle, plan de montage d’une étagère ou
synopsis d’un film.
On peut choisir le dessin pour sa rapidité, comme un moyen
simple de noter quelque chose, d’indiquer un chemin…
Esquisse, croquis ou mode d’expression autonome ; mural,
animé ou industriel, le dessin peut être envisagé sous di­
verses formes.
Semestre 3
› Composants formels de la peinture : couleur, matières et
mises en œuvre, plan et représentation et systèmes de re­
présentation.
Contenu
Le dessin sera abordé à travers les différentes formes et
lieux : édition (fanzine) ; espace tridimensionnel (accrochage
ou intervention in situ).
Semestre 4
› Les éléments référents de la peinture : empreinte et image,
geste et inscription.
Bibliographie
› Roven – revue critique sur le dessin contemporain.
› rovenrevue.blogspot.com
Chacun des aspects abordés donnera lieu à un cours théo­
rique et à la proposition d’une thématique de travail. Des
cours d’histoire de la peinture auront lieu tout au long de
l’année.
CHOIX DU COURS DE
DESSIN : REPARTITION
EN 2 GROUPES
EQUILIBRéS.
Dessin › Guillaume Pinard
Mobilis in mobile
—
Objectifs
« Je parle pour les gens habitués à trouver de la sagesse
dans la feuille qui tombe, des problèmes gigantesques dans
la fumée qui s’élève, des théories dans les vibrations de la
lumière, de la pensée dans les marbres, et le plus horrible
des mouvements dans l’immobilité. »
Honoré de Balzac « Théorie de la démarche » 1833.
Option Art
Programme des cours – année 2 / L2
Cours optionnel
ouvert à toutes les
années et toutes
les options
Dessin et modèle vivant › Plusieurs enseignants
—
Objectifs
Dans l’hémicycle de dessin de l’école, le cours « Modèle
vivant » est assuré par un groupe d’enseignants qui succes­
sivement se saisissent de cet exercice.
61
a
EESAB
Site de Rennes
année 3 / L3
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
Histoire et théorie des arts ›
Dominique Abensour
L’art et son exposition
—
Objectifs et contenu
Le cours engage les étudiants dans une réflexion sur les
problématiques de l’exposition abordées dans leurs dimen­
sions historique, théorique et critique. Il s’agit de s’interroger
sur la nature des espaces dans lesquels les œuvres trou­
vent leur modalité d’inscription et de visibilité au sein d’un
contexte artistique, culturel et institutionnel.
Sont abordés la constitution de l’espace d’exposition clas­
sique, quelques expositions qui ont marqué le XXe siècle,
le modèle du White Cube, le paradigme du Land art et ses
extensions à l’espace urbain, social et virtuel.
La question de l’exposition envisagée comme cadre réflexif
est à éprouver à travers des connaissances et des travaux
de recherche dont la production d’une exposition réelle ou
fictive. Des séances d’accrochages commentés des travaux
des étudiants ont lieu avant chaque bilan.
Bibliographie
› Brian O’doherthy, White Cube, L’espace de la galerie et son
idéologie, JPR / Ringier, 2008.
› Harald Szeemann, Méthodologie individuelle, sous la direc­
tion Florence Derieux, Jéd. PR / Ringier 2007.
› Jean-Marc Poinsot, Quand l’œuvre a lieu : l’art exposé et ses
récits autorisés, éd. Mamco Genève, Institut d’art contemporain Villeurbanne, 1999.
› Harald Szeemann, Écrire les expositions, éd. La Lettre volée,
1996.
62
a
Option Art
Programme des cours – année 3 / L3
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
et James Lencki
—
Objectifs
› Acquérir un maximum de compétences linguistiques dans
la capacité d’analyse et d’expression d’idées et l’argumen­
tation pertinente et développée de sa réflexion, spécifique­
ment liée au domaine de l’art.
Les étudiants sont encouragés à discuter autour de docu­
ments choisis et préparés en dehors des cours, en rapport
avec des sujets prédéfinis autour des créateurs et probléma­
tiques contemporains. Une attention particulière sera portée
sur la préparation écrite afin de travailler les outils gramma­
ticaux qui rendent l’anglais nuancé et compréhensible dans
la complexité de l’expression des idées. Cependant l’expres­
sion orale reste au cœur de l’enseignement durant le cours.
Méthode
› Travail personnel : écoute/visualisation de documents au­
diovisuels sur internet ; étude de textes ; préparation à l’écrit
pour les cours, rendu par la suite pour une correction et
annotation détaillée des erreurs.
› Travail en cours : discussion, compréhension, vocabulaire.
Chaque étudiant bénéficiera pendant un semestre, à la fois
de séances hebdomadaires avec Amanda Auffray-Liddiard
et de l’intervention de James Lencki – artiste/lecteur an­
glais, invité dans le cadre du projet Interreg ICR. (interreg4amanche.eu/index.php?option=com_sobi2&sobi2Task=sob
i2Details&sobi2Id=3117&Itemid=&lang=fr). Il animera des
séances de conversation autour de sujets culturels divers,
afin d’assurer une pratique supplémentaire de la langue,
pour préparer à une participation active aux projets bilin­
gues mis en place par l’EESAB-site de Rennes au cours de
l’année universitaire.
63
a
EESAB
Site de Rennes
64
Option Art
Programme des cours – année 3 / L3
Évaluation
Les séances sont obligatoires pour les étudiants franco­
phones à la fois avec Amanda Auffray-Liddiard et James
Lencki et seront évaluées sur le principe du contrôle continu,
l’assiduité en cours, réalisation des devoirs demandés.
› Synthèse de la réflexion, de la recherche et du dévelop­
pement.
› Travail à réaliser en groupes et individuellement (oral et
écrit).
L’apprentissage d’une autre langue peut être envisagé dans
la mesure où l’étudiant, en accord avec l’école, établit un
contrat de formation pour une autre langue vivante, dans un
autre établissement.
Contenu
La 3e année est organisée en un 1er semestre consacré à
l’expérimentation à partir de sujets proposés et à la décou­
verte des milieux professionnels et un second plus orienté
vers la préparation du DNAP. L’implication dans les manifes­
tations proposées par l’Unité Médias (Mois du Documentaire,
Festival L’Œil d’Oodaaq…) est indispensable.
Esthétique › Pierre-Henry Frangne
et Arnaud Guilloux
Art, culture et histoire.
—
Multimédia et réseaux › Reynald Drouhin
Mon réseau
—
Évaluation
Les cours théoriques sont obligatoires. La validation prend
en compte le suivi de la moitié au moins des enseignements
et la production vidéo. Cette dernière comprend des réali­
sations collectives et un travail personnel.
› Mener une réflexion en groupe autour de la notion de ré­
seau et de problématiques et pratiques quotidiennes (Fa­
cebook, Twitter, blogs…).
› Réaliser un projet (web ou non) s’inspirant de cette thé­
matique.
› Créer un projet personnel en utilisant les spécificités du
web (mise en réseau, partage, détournement, appropria­
tion) dans une démarche artistique cohérente, avec les tech­
niques Internet (blog, site, html, css, etc.).
Semestre 5
La question directrice sera celle de savoir dans quelle
mesure on peut considérer l’art comme étant dépendant
de dispositions naturelles inscrites en l’homme ou liées à
son évolution, et dans quelle mesure l’art peut ou doit au
contraire être rattaché à une dimension de l’existence hu­
maine irréductible à quelque chose de naturel (dimension
culturelle, spirituelle).
Module
« Méthodologie,
techniques et
mises en œuvre »
a
Vidéo › Alain Bourges
et Alain Rodrigue
—
Objectifs
L’Unité Médias est une structure transversale qui accueille
les étudiants des trois options et qui est dédiée à la vidéo, à
télévision et au cinéma. Elle réunit deux enseignants spécia­
lisés et accueille des ateliers proposés par des enseignants
des options.
Cours ouvert
aux années 4 et 5
DATAFLOW › Reynald Drouhin
—
Objectifs
L’atelier propose aux étudiants de réaliser un projet en
partenariat avec le Centre Régional Information Jeunesse
Bretagne (le 4bis à Rennes). Le travail demandé est un ou
plusieurs projets individuels et un projet collectif (sur le site
DataFlow).
65
a
EESAB
Site de Rennes
Contenu
Lieu de travail, de production, de recherche et d’échange
dans le domaine des arts contemporains, l’atelier propose
de rendre visible et de matérialiser la recherche sur la notion
de « Flux ». Plusieurs axes seront abordés en fonction des
projets :
› les échanges au cours de la plateforme permettent à
chaque étudiant d’articuler sa pratique plastique person­
nelle autour des notions et antagonismes tels que réalité/
illusion, concret/abstrait, vrai/faux, construit/déconstruit,
visible/invisible… et notamment du passage de la matéria­
lisation à la dématérialisation et / ou inversement ;
› le blog « Dataflow » (flots de données) permet aux étudiants
d’archiver toutes les documentations, notes, idées et inten­
tions de la conception à la réalisation de leurs projets.
Le processus de création, incluant échecs et pistes retenues,
est ainsi visible chronologiquement. Ce blog est en soit un
projet collectif de recherche (dataflow.reynalddrouhin.net).
› Le travail plastique peut être sous forme de photographie,
vidéo, peinture, sculpture, installation, dessin, toute forme
est possible, mais il doit être envisagé sous forme d’image
en mouvement.
Suite aux projets réalisés dans l’atelier, une exposition est
organisée (sur un site réel ou sur un site internet), une pu­
blication peut aussi être envisagée.
Méthode
› Réunion de groupe, références, présentation, accrochage,
workshop, conférence.
› Suivi de projets individuels.
66
a
Option Art
Programme des cours – année 3 / L3
Sculpture / installation / performance ›
Christelle Familiari
—
Contenu et objectifs
En extérieur
› Former le regard, être attentif à ce qui nous entoure, aux
lieux que nous côtoyons.
› Explorer les différentes possibilités du corps comme mé­
dium pour représenter l’espace.
› Renoncer à tout instrument de captation (appareil photo,
caméra…) et faire avec les « moyens du bord » pour exprimer
le caractère et les particularités d’un site.
› Utiliser la performance, la voix, l’installation comme des
possibles écritures du projet.
Des exercices dans la ville seront menés. Par exemple, sur
un site précis, chacun est amené à proposer un projet ar­
tistique dans l’espace urbain qui ne fait intervenir que les
choses trouvées sur place.
Points de vue de l’atelier
En se questionnant sur cet espace qu’est l’atelier, l’étudiant
se questionne sur sa propre pratique. Plusieurs interroga­
tions se posent : ce qu’il y a dans mon atelier, sur ma table
de travail, au mur, les outils qui s’y trouvent, comment je
cohabite avec les autres, ce qu’il y a autour, pourquoi j’ai
choisi cet emplacement… C’est aussi l’occasion de faire
des visites d’ateliers d’artistes avec les étudiants.
C’est une manière pour les étudiants de faire connaissance
avec des méthodes de travail et des organisations diffé­
rentes d’un artiste à l’autre.
Accrochage / mise en espace
Des exercices d’accrochage seront proposés tout au long de
l’année pour amener les étudiants à mieux appréhender la
mise en espace de leurs réalisations et mettre en évidence
67
a
EESAB
Site de Rennes
l’importance des environnements de monstration. Ce tra­
vail offre l’occasion de discussions collectives afin que les
étudiants se familiarisent avec les critères d’évaluation du
DNAP : présentation formelle et critique, origine et évolution
du travail, inscription culturelle et qualité des réalisations.
Un exercice de discussion sera mené en groupe en faisant
parler les étudiants de leur travail sans support visuel ce qui
les oblige à être précis dans la description de leurs réalisa­
tions et dans les enjeux qu’ils convoquent.
Évaluation
› L’identité et la qualité plastique des réalisations.
› Pertinence des projets.
› Grande implication dans le groupe.
Sculpture / installation › Christelle Familiari
et Nicolas Floc’h
Entretiens
—
68
a
Option Art
Programme des cours – année 3 / L3
donner des conseils méthodologiques, pratiques, tech­
niques et orienter l’étudiant en lui proposant des références
artistiques, historiques, critiques en relation étroite avec son
travail.
En outre, ces entretiens participent à se familiariser avec les
critères d’évaluation du DNAP :
› présentation formelle et critique ;
› origine et évolution du travail ;
› inscription culturelle ;
› qualité des réalisations.
Volume › Nicolas Floc’h
MSP (Mur, sol, plafond)
—
Semestre 5
Objectifs
› Penser l’inscription du travail dans l’espace au regard des
trois surfaces que sont le sol, le mur et le plafond.
Objectifs
Semestre 6
Les sujets de recherche s’individualisent pour chaque étu­
diant. Il s’agit d’enrichir la recherche personnelle et la dé­
marche artistique en vue du passage du DNAP.
Pour tous, le point de départ et de réflexion sera la construc­
tion d’un mur. L’échelle peut être réduite, il peut s’agir d’un
morceau de 50 cm de côté, d’une maquette, de la transfor­
mation d’un mur existant ou de l’édification d’un mur plus
important dans un matériau de libre choix.
› Être attentif à la transversalité des médiums et aux « à-cô­
tés » du travail, aux expériences et activités personnelles.
› Travailler sur la réflexion critique et accompagner la re­
cherche par des références artistiques.
Ce mur offrira le point de départ d’une recherche et d’un
travail sur l’inscription de l’œuvre sur une surface et l’émer­
gence possible d’un volume à partir d’une surface.
L’entretien permet de prendre en compte la singularité de la
démarche du projet et des productions de l’étudiant. C’est
au cours de ces dialogues, fondés sur une connaissance
personnelle progressivement acquise que peuvent se pré­
ciser les intentions et le projet de l’étudiant. C’est aussi le
moment où s’élaborent des analyses, où l’enseignant peut
Le mur sera l’espace de projection et de recherche de tous
les projets. À l’issue de cette étape, chacun pourra réaliser
un projet inscrit sur l’une ou plusieurs des trois surfaces
mentionnées.
69
a
EESAB
Site de Rennes
Module Son › Luc Larmor
—
Semestre 5
Objectifs
› Réflexion/ expérimentation autour des notions d’installa­
tion et de performance sonores.
› Le son en lien avec un geste, avec un contexte, avec une
séquence d’images.
› Comment noter une idée musicale ? Comment rendre
compte d’une action sonore ?
Méthode
Chaque rendez-vous du semestre 5 commencera par un
cours abordant les notions de processus/répétition/drone/
temporalité/émergence/partition/improvisation/manipula­
tion symbolique (numérique)…
Semestre 6
Objectifs
› Approche collective des travaux personnels (contextuali­
sation et discours).
› Comment parler et montrer son travail ? (préparation au
DNAP)
Estampe › Laurence Lépron
Impressions multiples
—
Objectifs
› Réflexion autour des questions inhérentes à l’estampe et
ses constituants et leur développement à l’ensemble des
réalisations.
› Réalisation d’un ouvrage collectif permettant à la fois le
dialogue des travaux mais aussi des participants.
› Le suivi personnalisé des travaux ainsi que la présentation
régulière et collective du travail permettra une verbalisation
et une prise de recul dans la pratique.
70
a
Option Art
Programme des cours – année 3 / L3
Bibliographie
› Anne Moeglin-Delcroix, Esthétique du livre d’artiste (19601980), Jean-Michel Place / Bnf, 1997.
› Le livre et l’artiste, actes de colloque de Marseille, Le mot
et le reste, 2007
› Walter Benjamin, L’œuvre à l’heure de sa reproductibilité
technique, Gallimard Poche, 2008.
› Leszek Brogovski, Éditer l’art. Le livre d’artiste et l’histoire
du livre, Les éditions de la transparence, 2010.
Peinture › Jean-François Maurige
—
Objectifs
› Développer une réflexion à partir du medium peinture.
À partir de ce choix, l’étudiant expérimente et met en rela­
tion d’autres techniques de fabrication d’images comme la
photographie, la vidéo ou le cinéma, la pratique d’édition et
de publication du livre…
Pratiques picturales › François Perrodin
APPROCHE ANALYTIQUE DES PRATIQUES PICTURALES
—
Semestre 5
Objectifs et contenu
› Figure et autonomie de la forme/ spécificités de la pratique
picturale.
Il s’agit d’envisager les éléments par lesquels une pratique
de la peinture peut s’affirmer comme proposition artistique
autonome en abordant la notion synthétique de « figure », et
le rapport particulier à l’œuvre qu’elle permet.
› Cours théoriques et développement d’un travail personnel
autour de la proposition d’une thématique.
71
a
EESAB
Site de Rennes
Méthode
› Cours théoriques et développement d’un travail personnel
autour de la proposition d’une thématique.
Semestre 6
Méthode
› Suivi de la mise en place du projet personnel de l’étudiant
pour le DNAP.
› Durant l’ensemble de l’année cours théoriques d’introduc­
tion aux rapports art/connaissance.
Dessin › Guillaume Pinard
MONSEIGNEUR L’éVÊQUE à LA CHASSE
—
Objectifs
Nous travaillerons autour de deux expositions. Une première,
dont nous suivrons la conception, le déroulement et le mon­
tage au Musée des Beaux-Arts de Rennes, moyen pour nous
d’entrer dans le cœur du fonctionnement d’un Musée ; et
une seconde qui se déroulera à l’EESAB-site de Rennes, où
nous aurons pour programme d’imaginer sa forme et son
contenu à partir d’une attente, l’attente du retour de Mon­
seigneur l’évêque qui, comme l’intitulé de ces promesses
le signale, est parti à la chasse.
Objectifs
› Répondre de ses fréquentations.
Dessin › Kristina Solomoukha
—
Objectifs
Le cours de dessin propose aux étudiants un parcours
pédagogique allant du dessin comme pratique au dessin
comme attitude (ensemble de jugements et de tendances
qui pousse à un comportement), dont la finalité repose sur
le rapport de tout projet à « la chose construite ».
72
a
Option Art
Programme des cours – année 3 / L3
Par le biais d’une approche culturelle et pratique, le cours
développe un panorama des questions et des spécificités
liées à la discipline. À travers des notions de déplacement,
d’échelle et du territoire, aborder le dessin comme une pra­
tique dans l’espace tridimensionnel.
Travail en amont :
1. Réalisations des travaux.
2. Recherche et choix du lieu à l’extérieur de l’école (jardin
public, friche industrielle ou autre lieu non conventionnel).
Bibliographie
› Roven – revue critique sur le dessin contemporain.
› rovenrevue.blogspot.com
Photographie › Natacha Lesueur
—
Objectifs
Les étudiants développent un projet libre sur tout le se­
mestre en relation avec l’atelier. Le but est de lui permettre
d’approfondir les pistes formulées précédemment, d’opti­
miser ses compétences en termes d’analyse et de produc­
tion d’image, mais aussi ne pas se satisfaire de ses propres
acquis et influences.
Contenu
La représentation humaine et particulièrement le portrait
trouvent pour partie, ses origines dans l’expression funé­
raire, religieuse et les mythes qui s’y rattachent : Crânes de
Jericho, Portrait de Fayoum, Le mythe de dibutades, la Véra
icona, le Saint suaire, Narcisse, Effigies ou feinte, Gisant,
Transi…
« Toutes les photographies sont des memento mori » affirme
Susan Sontag dans son essai « sur la photographie ». Dans
ses usages traditionnels, (l’ex-voto, le portrait de pierre tom­
bale, le portrait posthume-pratique courante jusqu’au milieu
73
a
EESAB
Site de Rennes
du XXe), de par sa capacité à rendre « présent », la photo­
graphie assure la fonction de mémoire, de commémoration,
accorde une sorte de vie post mortem. Dans le cadre de cet
atelier, nous interrogerons les correspondances du médium
photographique et de l’expérience de la mort. Si la photo­
graphie est un art funèbre de quoi fait-elle le deuil ?
Cours optionnel
ouvert à toutes
les années et
toutes les options
74
a
Option Art
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
phase projet
années 4 et 5 / M1-M2
Enseignants
années 4 et 5 / M1-M2
Dessin et modèle vivant › Plusieurs enseignants
—
Objectifs
Dans l’hémicycle de dessin de l’école, le cours « Modèle
vivant » est assuré par un groupe d’enseignants qui succes­
sivement se saisissent de cet exercice.
› Équipe pédagogique : Dominique Abensour,
Amanda Auffray-Liddiard, Alain Bourges,
Reynald Drouhin, Christelle Familiari, Nicolas Floc’h,
Luc Larmor, Laurence Lépron, Natacha Lesueur,
Jean-François Maurige, François Perrodin,
Kristina Solomoukha, Christophe Viart
Les 4e et 5e années représentent la phase de recherche
approfondie du cursus et préparent à une pratique artistique
après la sortie de l’école. Au cours de ces deux années, le
développement de la recherche plastique et conceptuelle
de l’étudiant s’appuie sur les Ateliers de Recherche et de
Création et notamment lors des workshops, ainsi que sur
des expériences professionnelles qui s’appuient sur des
séjours, stages et travaux réalisés à l’extérieur de l’école.
Les cours et activités de 4e et 5e années se déroulent à
l’annexe de l’école, rue du Noyer.
COORDINATION
Un groupe de coordination a la charge de la cohérence et du
bon fonctionnement de ces années à l’annexe. Ce groupe
proposera, en accord avec les directeurs de recherche, le
cadre effectif du suivi des étudiants.
Pour 2013-2014 ce groupe sera composé de Luc Larmor,
François Perrodin, Kristina Solomoukha et Christophe Viart.
ORGANISATION
DES ÉTUDES
Au moment de leur inscription les étudiants doivent choisir
parmi les enseignants plasticiens (en souligné dans la liste
ci-dessus) un directeur de recherche qui accompagnera le
développement du travail plastique et théorique.
75
a
EESAB
Site de Rennes
76
Par ailleurs, l’étudiant doit rencontrer chaque mois deux
autres enseignants de l’option afin de confronter l’évolution
de son travail à d’autres regards.
enseignements année 4 / M1
ECTS
sem 7
ECTS
sem 8
Initiation à la recherche
Suivi du mémoire, philosophie,
histoire des arts
9
9
Projet plastique
Prospective, méthodologie,
production
20
20
Langue étrangère
1
1
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
ECTS
sem 9
ECTS
sem 10
Méthodologie de la recherche
(suivi du mémoire)
20
–
Mise en forme du projet personnel
10
–
Mémoire
–
5
Travail plastique
–
25
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
Option Art
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
1. L’étudiant suit obligatoirement les cours d’anglais, de
recherche et théorie des arts et d’actualités critiques. Ce
dernier cours porte en partie sur la méthodologie liée à
l’élaboration du mémoire.
2. L’étudiant précise sa recherche et son projet personnel
en relation avec son directeur de recherche et l’équipe de
coordination. Dès le début de l’année 4, l’étudiant choisit
un sujet de recherche théorique qui alimentera son travail
personnel et constituera le thème du mémoire qu’il soutien­
dra pour son DNSEP. Ce choix s’effectue en accord avec le
directeur de recherche.
3. L’étudiant effectue un stage en France et à l’étranger
ou / et une mobilité internationale (uniquement année 4 / M1)
4. L’étudiant participe au moins à un Atelier de Recherche
et de Création.
240
enseignements année 5 / M2
Épreuves
du diplôme
a
300
LE PROJET
PERSONNEL –
le mémoire
L’étudiant poursuit notamment dans son espace de travail
personnel sa pratique plastique, il peut bénéficier de tous
les ateliers techniques de l’école et des compétences de
leurs responsables. Le suivi du projet personnel est assuré
par les enseignants.
Si la formation à la recherche est présente tout au long du
cursus, elle intervient de manière plus spécifique en 4e et
5e années par la rédaction et la soutenance d’un mémoire
dans le cadre du diplôme national supérieur d’expression
plastique conférant à ce titre le grade de Master. En 5e an­
née, le mémoire s’inscrit au semestre 9 dans le cadre d’une
unité d’enseignement de méthodologie de la recherche (20
ECTS) et sa soutenance est évaluée comme l’une des deux
épreuves du DNSEP (5 ECTS).
Par la finalisation d’un travail théorique, le mémoire de fin
d’études permet à l’étudiant d’acquérir une autonomie de
77
a
EESAB
Site de Rennes
78
a
pensée et des compétences théoriques et conceptuelles
utiles à la poursuite d’une démarche d’artiste ou d’auteur.
L’élaboration du mémoire se déroule en deux temps : durant
la 4e et la 5e années.
portée à l’instauration de l’œuvre ; elles constituent une
pratique égale au travail réalisé avec les images associées
au texte.
Des « images de pensée » peuvent être représentées à
l’aide d’une iconographie élargie pouvant intégrée divers
documents numériques, sonores, audiovisuels. Comme les
citations d’auteurs, les œuvres et les illustrations reproduites
ne sauraient se réduire à un complément informatif ; ce sont
des objets de connaissance. Elles partagent des fonctions
analogues aux méthodes qu’une recherche peut mobiliser
au sein de différentes disciplines en sciences humaines, en
sciences sociales et dans d’autres domaines.
Le séminaire de la 4e année implique l’étudiant dans une
première dynamique de recherche pour d’une part examiner
une problématique qu’il poursuivra en 5e année en vue du
DNSEP et d’autre part se familiariser avec les outils de la
méthodologie. Ce travail donne lieu au mémoire de 4e année
qui est présenté à l’occasion d’une soutenance devant deux
enseignants en fin de semestre.
Le semestre 9 de la 5e année est consacré à la reprise de
la problématique traitée l’année précédente, à son amélio­
ration, à son remaniement le cas échéant, à son développe­
ment et à son approfondissement.
Ce travail mené sur deux années est nourri de réflexions, de
lectures et d’observations contribuant à interroger l’objet
d’une recherche en art tout en confrontant des points de
vue différents – anthropologique, historique, philosophique,
sociologique…
L’objectif du mémoire est de permettre à l’étudiant de trai­
ter de questions relatives à ses préoccupations artistiques
en suivant une démarche de recherche problématisée. Il
accompagne en ce sens un travail pratique. Il requiert une
prise de distance critique de la part de son auteur. Com­
parable aux textes de certains artistes, le mémoire pour­
rait trouver un exemple dans la forme de l’essai tel qu’il
constitue dans l’héritage des humanités une ouverture sur
le monde et non un objet clos sur lui-même.
Les dits et les écrits d’artistes fournissent de ce fait une res­
source évidente à l’égal des œuvres réunies dans le corpus.
Les théories et les fictions des artistes témoignent d’une
spécificité de la réflexion artistique inséparable de l’attention
Option Art
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
Le mémoire doit être rédigé selon un plan raisonné, avec
une table des matières, et utiliser une bibliographie respec­
tant les normes en vigueur.
Epreuves du DNSEP
Le jury de DNSEP est composé de cinq personnes, deux
représentants de l’école et trois personnalités extérieures.
Le jury de soutenance du mémoire est composé d’un des
deux représentants de l’école et de l’une des trois person­
nalités qualifiées du domaine. L’un des deux membres du
jury de soutenance du mémoire est titulaire d’un doctorat, il
préside ce jury. Le jury de soutenance du mémoire est une
émanation du jury du diplôme qui suit l’évaluation du mé­
moire. Ces membres établissent un rapport qui est présenté
aux autres membres du jury au moment de l’évaluation du
travail plastique.
L’évaluation du mémoire porte notamment sur la pertinence
du choix du sujet, la capacité de l’étudiant à adopter un
point de vue critique, la justesse des références bibliogra­
phiques et de leurs articulations au projet, la qualité du
travail rédactionnel et celle de l’entretien avec le jury.
79
a
EESAB
Site de Rennes
80
a
Option Art
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
Pour mémoire, les critères d’évaluation du DNSEP sont les
suivants :
› Présentation des travaux (formelle et critique).
› Origine et évolution du projet (évaluation des phases de la
recherche et de la production).
› Inscription culturelle du travail (appropriation et pertinence
des références, mise en relation des savoirs).
› Qualité des réalisations.
Pour les étudiants en séjour à l’étranger. Il est indispensable
d’établir un programme de travail avec le directeur de re­
cherche et les enseignants de théorie pour le mémoire.
La soutenance du mémoire a lieu en début de semestre 10.
Sa durée est fixée à vingt minutes. L’épreuve du DNSEP se
déroule à la fin du semestre 10. Sa durée est de 40 minutes.
Les soutenances sont publiques.
Expériences Hors les murs en année 4
Au cours de la 4e année, chaque étudiant doit participer à
une exposition ou une manifestation à l’extérieur de l’école.
Toutes les formes d’expériences sont envisageables dans la
mesure où elles sont validées par le directeur de recherche.
Pour le suivi, les moyens sont à adapter selon les situations :
mail, skype, plateforme, blog, courriers… Les crédits ECTS
sont attribués par l’école d’accueil pour la période à l’étran­
ger dans le cadre d’Erasmus.
Pour le DNSEP 2014 les représentants de l’école seront Luc
Larmor et Kristina Solomoukha.
Stages et Mobilité
INTERNATIONALE
Les stages en France ou à l’étranger
L’étudiant détermine son programme de travail avec son
directeur de recherche ; il met au point avec lui les modalités
de suivi de son stage et de son travail personnel.
Les stages à l’extérieur de l’école font l’objet d’une conven­
tion, à retirer au secrétariat et à rendre complétée au plus
tard le premier jour du stage. Tous les stages font l’objet
d’un rapport qui sera à intégrer au mémoire de DNSEP.
La mobilité internationale
Les échanges à l’étranger doivent être préparés dès l’an­
née 3. L’étudiant doit prendre contact avec Amanda AuffrayLiddiard au bureau Erasmus de l’école pour connaître les
possibilités offertes au sein de l’école et les modalités du
stage. La destination du séjour et les modalités de suivi à
distance font l’objet d’un accord avec l’équipe enseignante
et l’établissement d’accueil.
Insertion
professionnelle
La phase projet M1 et M2 est également une étape impor­
tante dans la préparation à la vie professionnelle. Outre les
rencontres avec des professionnels à l’occasion de parte­
nariats ou de conférences, l’école organise une formation
pour préparer à l’insertion professionnelle. Elle sera assu­
rée par deux organismes qui ont réuni leurs compétences
pour un programme adapté aux étudiants en phase projet
des écoles d’art : DDAB, Documents d’Artistes Bretagne et
Chrysalide – Artenréel.
Il s’agit d’apporter aux étudiants une meilleure visibilité de
leur futur environnement professionnel et des outils leur per­
mettant de concrétiser leur projet après le diplôme, grâce à
la mise en lien des savoirs, des expériences professionnelles
et des outils méthodologiques.
Ce temps de travail dédié au projet professionnel permettra
à l’étudiant de se projeter dans la mise en place de son
activité artistique. L’enjeu est d’accompagner les étudiants
dans la formalisation de leur projet en rendant visible les
liens entre production artistique, diffusion, administration,
économie et communication.
81
a
EESAB
Site de Rennes
programme des cours
années 4 et 5 / M1-M2
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
et JAMES LENCKI
—
Contenu
Avec Amanda Auffray-Liddiard : basé sur le principe de
rendez­-vous (trois étudiants maximum), l’essentiel est d’ha­
bituer l’étudiant à s’exprimer sur son propre parcours, ses
références et ses réflexions. La discussion en petits groupes
permet des questionnements croisés.
Chaque étudiant bénéficiera également de séances hebdo­
madaires pendant un semestre avec James Lencki – artiste/
lecteur anglais, invité dans le cadre du projet Interreg ICR.
(interreg4a-manche.eu/index.php?option=com_sobi2&so
bi2Task=sobi2Details&sobi2Id=3117&Itemid=&lang=fr).
Il animera des séances de conversation autour de sujets
culturels divers, afin d’assurer une pratique supplémentaire
de la langue, pour préparer à une participation active aux
projets bilingues mis en place par l’EESAB-site de Rennes
au cours de l’année universitaire.
Évaluation
À l’occasion de chaque rendez-­vous avec Amanda AuffrayLiddiard, l’étudiant doit rendre un résumé écrit du contenu
de ses idées qu’il entend présenter.
› Participation à six rendez­-vous par an au minimum.
Les séances sont obligatoires pour les étudiants franco­
phones à la fois avec Amanda Auffray-Liddiard et James
Lencki et seront évaluées sur le principe du contrôle continu.
82
ANNÉEs 4 ET 5
EN ALTERNANCE
a
Option Art
Programme des cours – années 4 et 5 / M1-M2
Recherche et théorie des arts ›
Christophe Viart
Stratégies du montage
—
Contenu
Le montage est l’une des stratégies, avec l’hybridation et
l’appropriation, qui caractérisent une grande partie de l’art
actuel. En systématisant les principes de collage, certaines
pratiques plastiques se définissent en référence à d’autres
modèles artistiques et culturels ; elles empruntent à la lit­
térature, au cinéma, à la musique, mais aussi à l’actualité
comme à l’anthropologie et à la sociologie.
À travers l’étude de différentes pensées et démarches, nous
examinerons les enjeux que ces modes d’énonciation pro­
posent au regard de la réalité.
Bibliographie
› Benjamin Buchloh, Essais historiques I. Art moderne, Essais
historiques II. Art contemporain II. Art contemporain, traduit
de l’anglais par C. Gintz, Villeurbanne, Art édition, 1992.
› Georges Didi-Huberman, Atlas ou le gai savoir inquiet. L’Œil
de l’histoire, 3, Paris, éditions de Minuit, 2011.
› Stéphanie Jamet-Chavigny et Françoise Levaillant, L’Art de
l’assemblage : relectures, Rennes, Presses universitaires de
Rennes, 2011.
› Raymond Hains, Les 3 Cartier, catalogue d’exposition, Paris,
Fondation Cartier pour l’art contemporain, 1994.
› Brigitte Aubry, Richard Hamilton, peintre des apparences
contemporaines (1950-2007), Dijon, Les Presses du réel,
Inflexion, 2009.
83
ANNÉEs 4 ET 5
EN ALTERNANCE
a
EESAB
Site de Rennes
84
Recherche et théorie des arts › Christophe Viart
L’ECRIT ET L’ART
—
ANNÉEs 4 ET 5
EN ALTERNANCE
Contenu
En lien avec le programme « Actualités critiques », le cours
propose de considérer la place et la fonction des mots dans
l’élaboration et l’interprétation de l’art. Il se donne pour objet
d’une part d’étudier les rapports de l’écrit et de l’art chez
les critiques comme chez les créateurs. Il vise d’autre part à
réfléchir sur les moyens dont les arts plastiques, en réaction
aux dogmes modernistes, ont défini de nouvelles probléma­
tiques associées aux notions d’expérience, de jeu, de fiction.
Bibliographie
› Le contexte de l’art/L’art du contexte. 69/96, avant-gardes
et fin de siècle, Art press spécial, hors-série no 17, 1996.
› Anne Bénichou, Ouvrir le document. Enjeux et pratiques de
la documentation dans les arts visuels contemporains, Dijon,
Les presses du réel, Perceptions, 2010.
› Hal Foster, Design & Crime, traduit de l’anglais par C. Ja­
quet, L. Manceau, G. Herrmann et N. Vieillescazes, Paris, Les
prairies ordinaires, 2008.
› Hans-Ulrich Obrist, Conversations, vol. I, traduit par C. Ar­
sène-Henry, J. Fabioux, M. Ghil, J. Landau et M. Tissot, Paris,
Manuella, 2008.
› Catherine Chevalier et Andreas Fohr, Une anthologie de la
revue Texte zur Kunst, Dijon, Les presses du réel, JRP |Rin­
gier, 2010.
a
Option Art
Programme des cours – années 4 et 5 / M1-M2
Actualités critiques › Dominique Abensour
et Christophe Viart
—
Objectifs
Le cours engage les étudiants dans une suite de travaux
réflexifs sur les enjeux des pratiques artistiques actuelles
en lien avec leur propre démarche. Il fournit un accompa­
gnement méthodologique à la recherche, notamment pour
la rédaction du mémoire et la soutenance du DNSEP.
À partir de visites d’expositions et de rencontres avec des ar­
tistes, des penseurs et des acteurs de l’art, il s’agit de déve­
lopper une pratique analytique personnelle enrichie par un
travail de lecture et d’écriture. Les étudiants présentent éga­
lement différents exposés sous la forme de comptes-rendus
de visites d’expositions et d’études d’œuvres et textes.
Ces travaux permettront de nourrir le mémoire attendu pour
le DNSEP et engagé dès le début de la 4e année.
La réflexion portera sur la création et la diffusion de l’art
contemporain en abordant plus particulièrement les formes
de l’exposition. Des conférences ou rencontres sont prévues
donnant des informations et des aperçus sur les activités et
les mondes professionnels artistiques.
85
a
EESAB
Site de Rennes
PROGRAMME
PéDAGOGIQUE
années 4 et 5 / M1-M2
Voyages d’étude
Biennale de venise
Du 7 au 11 octobre, 5 étudiants de 5e années participeront
au voyage de l’EESAB-Brest-Lorient-Quimper-Rennes à la
biennale de Venise.
Destination le nord de l’europe
Voyage destiné aux années 3 et 4, options Art & Design.
Le programme sera établi par les enseignants de peinture,
Jean-François Maurige et François Perrodin, en relation avec
Bruno Dubois, professeur de l’option Design. Il comprendra
les musées récemment ré-ouverts à Amsterdam (Stedelijk
Museum, Rijks Museum…), le Kröller-Müller Museum, une
sélection d’architectes modernes remarquables, des actua­
lités…
Dates : Octobre ou Novembre.
Moscou – Rodchenko School of Art
Sur la base d’un projet, 5 étudiants de 5e année Art se ren­
dront à Moscou au mois d’Octobre pour un workshop avec
Kristina Solomoukha et Serguei Bratkov, photographe et en­
seignant à la Rodchenko School of Art. Les étudiants rennais
et russes travailleront sur le site du centre panrusse des
expositions. Les étudiants russes seront ensuite accueillis
à Rennes.
86
Workshops
a
Option Art
Programme pédagogique – années 4 et 5 / M1-M2
› Kristina Solomoukha proposera aux années 4 et 5 option
Art des accrochages le mercredi en présence de jeunes ar­
tistes et jeunes critiques d’art, sous réserve : Coralie Morin,
Gautier Dunoix, Myriam Barchechat…
› Peinture : Tatjana Doll, artiste invitée par Jean-François
Maurige.
› « Event – Sculpture Performée » (Christelle Familiari / Ni­
colas Floc’h).
› Jan Kopp, artiste associé à la Criée en 2013-2014 inau­
gurera le programme de conférence le 19 septembre. Il
effectuera par ailleurs un worskshop au cours de l’année.
› Workshop en lien avec le musée de la Danse : Latifa Laâ­
bissi, chorégraphe et Nadia Lauro, scénographe.
› Autres invités : Benjamin Seror en lien avec l’option Com­
munication, Edith, Zédélé Edition dans le cadre de la plate­
forme « Publication, Édition, Diffusion ».
87
a
EESAB
Site de Rennes
88
ateliers de recherche
et de création (arc)
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Méthode
Tout au long de l’année, Luc Larmor proposera régulièrement
aux étudiants de M1 et M2, un séminaire de réflexion / dis­
cussion : « Les mots pour ne rien dire, entre singularité et
communication ».
Arc
options art
et design,
Années 3, 4 et 5
Sites de BrestLorient-QuimperRennes
Savoir-faire et métiers d’art ›
Christelle Familiari
—
Au mois d’octobre, la Galerie MICA présentera sous le titre
« Ateliers », les productions des étudiants de l’EESAB-BrestLorient-Quimper-Rennes réalisées en partenariat avec des
artisans d’art.
La collaboration avec la galerie MICA sera renouvelée pour
que les étudiants acquièrent des expériences avec des pro­
fessionnels des métiers d’art (ébéniste, doreur, prototypeur).
Ce lien avec les savoir-faire nous offre la possibilité d’ins­
crire les quatre sites de l’EESAB dans leur territoire et leur
Option Art
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
tissu économique tout en créant un réseau de partenaires
susceptibles d’accueillir et de travailler avec les étudiants de
l’EESAB ce qui leur permettra de s’enrichir auprès de pro­
fessionnels compétents et de réaliser des pièces de qualité.
Enfin, des initiations à la céramique seront proposées au
cours de l’année afin que tous les étudiants ayant un projet
précis puissent le développer.
ACTIONS, PERFORMANCES ET CAPTATIONS AUDIOVISUELLES, ENTRE CREATION ET RE-CREATION ›
Luc Larmor
—
Objectifs et contenu
› Une série d’ateliers d’improvisation sonore et musicale, pro­
posés par Luc Larmor et ouverts aux pianos préparés, aux
guitares fabriquées, violons détournés, cordes vocales ampli­
fiées, aux fil-de-féristes et aux adeptes des cordes tendues.
› Initiation à l’environnement de programmation d’applica­
tions temps réel MaxMSP / jitter.
› Un workshop ouvert aux étudiants de L3 et de M1, à l’oc­
casion des semaines spécifiques.
a
Sculpture performée › Christelle Familiari
et Nicolas Floc’h
—
Cet ARC transversal (qui associe diverses pratiques – sculp­
ture, performance, vidéo, photo, installation et danse) vise
à soumettre aux étudiants différents moyens de représen­
tation du corps dans une œuvre. Cette transversalité doit
permettre de faire apparaître des capillarités entre différents
modes d’expression. Elle doit aussi amener les étudiants à
dialoguer avec des acteurs qui viennent de divers champs
professionnels (danseurs, artistes plasticiens, vidéastes, ac­
teurs, critique d’art du spectacle…).
En 2012 nous avons par exemple mené, en collaboration
avec le Musée de la danse, plusieurs exercices avec les
danseurs Alain Michard et Rachid Ouramdame.
Arc
Du dessin à la transgression › Soizic Debons
—
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Objectifs
Cet atelier requiert la recherche et l’analyse approfondie
d’un texte librement choisi. En prenant pour base l’expres­
sion dessinée, il faut envisager les transgressions séman­
tiques et plastiques liées à une remise en cause des codes
habituellement pratiqués.
Axes de travail
Les contenus et sens véhiculés par le texte retenu devront
être traduits par les moyens du dessin en dépassant pro­
89
a
EESAB
Site de Rennes
gressivement les évidences et les conventions. Il conviendra
ensuite de sélectionner les meilleures possibilités de trans­
gression et de réaliser plastiquement la plus pertinente, par
le dessin ou par tout autre moyen d’expression.
Une solide culture spécifique devra étayer les aspects théo­
riques et pratiques de l’ensemble du travail.
› Visite d’expositions et intervenants prévus.
Évaluation
› Contrôle continu.
› Validation semestrielle.
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
LE LABORATOIRE DE SCÉNOGRAPHIE › PHILIPPE
LACROIX ET PIERRE LAFON
—
Un suivi d’une partie de ce programme, soit « Floating Is­
lands In Floating Landscape » sera accompagné en option
Design par Bruno Dubois et en option Art par Nicolas Floch,
ainsi que dans le contexte de l’intervention de Marcel Di­
nahet en 2013-2014. Le laboratoire de scénographie est
transversal, il est ouvert aux 3 options à partir de la 3e année.
Différents champs d’actions sont proposés aux étudiants :
1. Installations et essais à échelle 1
Méthodologie
1.1. Élaboration d’une scénaristique au regard des interro­
gations personnelles des étudiants et le cas échéant relec­
ture et mise en place d’une scénaristique à partir de textes
existants.
1.2. Mise en place d’un système d’écriture adapté, soit le
développement du scénario écrit dans une partition
spatio-temporelle graphique.
1.3. Réalisation d’essais à échelle 1, l’un des espaces dédiés
étant l’hémicycle.
1.4. Témoignages vidéo des productions ainsi engagées.
90
a
Option Art
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
2. Partenariats institutionnels, muséographie,
opéra/théâtre de rue
Au regard de contacts extérieurs développés par le labo­
ratoire de recherche, différentes propositions pourront
être faites tant en matière de « projets » qu’en matière
d’échanges et de contacte, par exemple : muséographie aux
archives, partenariat avec l’opéra de Rennes, participation à
des événements urbains tel les tombées de la nuit ainsi que
des visites et échanges avec la compagnie des Machines
dirigée par François Delarozière.
3. Scénographies scientifiques dédiées
aux sciences de l’environnement
Cette action liée au programme « Floating Islands In Floating
Landscape », développe d’un point de vue scénographique
ainsi qu’en ce qui concerne nos questionnements entre art
et science, les concepts de « Machines », de « Fabriques et
de d’événements in situ.
Programme « Floating Islands In Floating Landscape »
Ce programme vise à réaliser une collection internationale
d’îles flottantes, dites « URU », régénératrices d’eaux lacu­
tres urbaines. Chaque île aura ses caractéristiques propres
au regard d’une cible scientifique d’où le nom d’« Unités
Régénératrices Unicellulaires ».
Important
1. Les étudiants ne doivent pas répondre à toutes ces pro­
positions, mais bien s’impliquer dans l’une d’entre-elle de
façon à créer les conditions nécessaires d’un développe­
ment des la recherche sur la durée.
2. Les propositions peuvent indifféremment être traités indi­
viduellement ou par groupes, nous attirons l’attention sur le
fait qu’en matière scénographique la constitutions de petits
groupes d’actions est favorable au développement d’une
synergie immédiate et opérationnelle en temps réel.
91
Arc
OPTIONS ART ET
COMMUNICATION,
Années 3, 4 et 5
a
EESAB
Site de Rennes
PUBLICATION, éDITION, DIFFUSION ›
Reynald Drouhin, Jean-François Maurige,
Laurence Lépron et Aurélie Gasche
—
Cette plateforme, poly-option, est le moyen pour les étu­
diants d’enrichir leur recherche et leur réflexion sur les no­
tions de publication, de diffusion incluant un ensemble de
techniques à la fois liées au livre ainsi qu’aux productions
multimédia.
L’élaboration d’une recherche soit par rapport aux données
constituantes du livre, de l’édition, soit en relation avec une
production personnelle seront les bases d’un travail papier
(livre, journal, publication, revue…). Les nouvelles techniques
de diffusion liées au Web, blogs (…), font l’objet d’une ap­
proche parallèle comme l’extension de la réflexion. Des invi­
tés font régulièrement part de leurs expériences artistiques,
éditoriales et échangent avec les étudiants sur le travail en
cours.
Une exposition de l’ensemble des travaux aura lieu au prin­
temps, le lieu restant à déterminer. Cécile Kerjean, bibliothé­
caire à l’EESAB-site de Rennes, accompagne le projet quant
à la question des ressources en ligne, l’établissement d’une
base documentaire…
Arc
DATAFLOW › Reynald Drouhin
—
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Objectifs
L’atelier propose aux étudiants de réaliser un projet en
partenariat avec le Centre Régional Information Jeunesse
Bretagne (le 4bis à Rennes). Le travail demandé est un ou
plusieurs projets individuels et un projet collectif (sur le site
DataFlow).
92
a
Option Art
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
Contenu
Lieu de travail, de production, de recherche et d’échange
dans le domaine des arts contemporains, l’atelier propose
de rendre visible et de matérialiser la recherche sur la notion
de « Flux ». Plusieurs axes seront abordés en fonction des
projets :
› les échanges au cours de la plateforme permettent à
chaque étudiant d’articuler sa pratique plastique person­
nelle autour des notions et antagonismes tels que réalité/
illusion, concret/abstrait, vrai/faux, construit/déconstruit,
visible/invisible… et notamment du passage de la matéria­
lisation à la dématérialisation et / ou inversement ;
› le blog « Dataflow » (flots de données) permet aux étudiants
d’archiver toutes les documentations, notes, idées et inten­
tions de la conception à la réalisation de leurs projets.
Le processus de création, incluant échecs et pistes retenues,
est ainsi visible chronologiquement. Ce blog est en soit un
projet collectif de recherche (dataflow.reynalddrouhin.net).
› Le travail plastique peut être sous forme de photographie,
vidéo, peinture, sculpture, installation, dessin, toute forme
est possible, mais il doit être envisagé sous forme d’image
en mouvement.
Suite aux projets réalisés dans l’atelier, une exposition est
organisée (sur un site réel ou sur un site internet), une pu­
blication peut aussi être envisagée.
Méthode
› Réunion de groupe, références, présentation, accrochage,
workshop, conférence.
› Suivi de projets individuels.
93
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
a
EESAB
Site de Rennes
94
VIDéO – UNITé MéDIA › ALAIN BOURGES
ET ALAIN RODRIGUE
—
Arc
L’Unité Médias est une structure transversale qui accueille
les étudiants des trois options et qui est dédiée à la vidéo,
à la télévision et au cinéma. Elle réunit deux enseignants
spécialisés et accueille des ateliers proposés par les en­
seignants.
Objectifs
Elle a pour fondement pédagogique :
› la professionnalisation au moyen d’enseignements tech­
niques, de stages et de collaborations avec d’autres écoles
ou établissements culturels ;
› l’intégration de l’enseignement dans la cadre de la Forma­
tion tout au long de la vie (notamment avec des passerelles
entre cours publics et enseignement supérieur) ;
› la démocratie interne et l’implication des étudiants qui
doivent prendre en charge le fonctionnement de l’Unité et
participer collectivement à son évolution ;
› l’adaptation des rythmes à la spécificité du travail en vidéo ;
› le recours aux technologies d’information et de la commu­
nication (plateforme d’enseignement à distance).
Les étudiants de 4e et 5e années sont suivis sur la base d’un
dossier et d’un projet personnel. Il est donc indispensable
de présenter ces éléments en tout début d’année aux ensei­
gnants afin de valider l’inscription dans l’Unité. L’implication
dans les manifestations proposées par l’Unité Médias est
indispensable.
Évaluation
Les évaluations semestrielles sont faites par les deux en­
seignants de l’Unité et en relation avec les enseignants des
options.
Options Design
et Art, Années 3,
4 et 5
a
Option Art
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
Émergence d’un nouveau quartier :
BAUD CHARDONNET › FRANçOIS PERRODIN
ET BRUNO DUBOIS
—
Comment parler de l’apparition d’un futur quartier, com­
ment évoquer les signes de la transformation de la Ville ?
C’est dans le cadre d’une vaste « zone » appelée Zac Baud
Chardonnet, entre Vilaine et Voies Ferrées, que nous cher­
cherons à définir diverses actions possibles, plus ou moins
construites, plus ou moins visibles, dans des étendues et tem­
poralités différentes. Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une
convention établie entre l’EESAB et l’agence Territoires.
c
OPTiON
communication
c
Coordination : Isabelle Jégo
Équipe pédagogique : Amanda
Auffray-Liddiard, Soizic Debons,
Kevin Donnot, George Dupin,
Pierre-Henry Frangne, Aurélie Gasche,
Benjamin Gomez, Arnaud Guilloux,
Serge Jamet, Isabelle Jégo,
Olivier Lebrun, Thierry Moré,
Camille Pageard, Alain Rodrigue,
Catherine de Smet,
Bachir Soussi-Chiadmi
97
c
EESAB
Site de Rennes
98
c
horaires Com
Année 2 / L2
horaires Com
Année 3 / L3
SEMESTRES 3 et 4
LUNDI
Option Communication
Horaires – années 2 et 3 / L2-L3
SEMESTRES 5 et 6
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
LUNDI
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
9 h 30 – 12 h 30
9 h 00 – 12 h 30
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 12 h
9 h – 12 h
9 h 30 – 12 h 30
9 h 30 – 12 h 30
11 h – 13 h
9 h – 12 h 30
9 h 30 – 10 h 30
B. SoussiChiadmi
Design interactif
[1 semaine sur 2]
B. SoussiChiadmi
Design interactif
[1 semaine sur 2]
Histoire du design
graphique
[1 semaine sur 2]
I. Jégo
Semestre 5
Affiches de
communication
A. Guilloux
Semestre 5
Esthétique
O. Lebrun
Design graphique
T. Moré
Suivi des travaux
A. Gasche
Design graphique
[1 semaine sur 2]
S. Debons
Méthodologie
collecte
d’informations
et mise en
perspective du
propos (½ groupe)
B. Gomez
Design
typographique
A. Gasche
Design graphique
[1 semaine sur 2]
S. Debons
Méthodologie
collecte
d’informations
et mise en
perspective du
propos (½ groupe)
A. Rodrigue
Vidéo
A. Auffray
Anglais
A. Auffray
Anglais
T. Moré
Théorie de la
communication
Semestre 6
Autour d’une expo
11 h – 12 h
12 h – 13 h
10 h 30 – 12 h 30
13 h – 14 h
A. Auffray
Anglais
14 h – 17 h
14 h – 17 h
14 h – 17 h
14 h – 17 h
14 h – 17 h 30
14 h – 18 h
14 h – 17 h
14 h – 17 h
14 h – 18 h
13 h 30 – 17 h 30
B. Gomez
Typographie
Semestre 3
I. Jégo
Signes publics
S. Jamet
Dessin
Semestre 3
G. Dupin
Photographie
A. Rodrigue
Vidéo et
médiation /
partenaires
extérieurs
B. SoussiChiadmi
Design interactif
[1 semaine sur 2]
B. SoussiChiadmi
Design interactif
[1 semaine sur 2]
Histoire du design
graphique
[1 semaine sur 2]
S. Debons
Animation, ARC
[en alternance]
T. Moré
ARC
A. Gasche
Design graphique
[1 semaine sur 2]
A. Gasche
Design graphique
[en alternance],
semestre 5
avec B. Gomez
16 h – 17 h
Semestre 6
G. Dupin
Photographie
18 h 30 – 20 h
A. Bourges
Semestre 5
Histoire de la
télévision [selon
calendrier]
Semestre 4
I. Jégo, B. Gomez
Design graphique
éditorial
17 h – 19 h
I. Jégo
Suivi de travaux
K. Donnot
Suivi de travaux
et LabFab
Emploi du temps sous réserve de modifications.
17 h – 19 h
K. Donnot
Design graphique,
publication
numérique
Emploi du temps sous réserve de modifications.
J. Lencki
Anglais
(par groupe)
17 h – 18 h
S. Jamet
ARC
14 h – 18 h
S. Debons
Suivi de travaux
99
c
EESAB
Site de Rennes
horaires Com
Années 4 et 5 / M1-M2
SEMESTRES 7 à 10
LUNDI
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
9 h – 12 h 30
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 12 h
9 h – 12 h
B. Gomez
Suivi de travaux
[1 semaine sur 2]
K. Donnot,
G. Dupin, I. Jégo,
O. Lebrun,
C. Pageard
et C. de Smet,
Séminaire
«Méthodologie du
projet, actualité
du design
graphique» et
suivi de travaux
[en alternance]
C. Pageard
Suivi de la
recherche
[1 semaine sur 2]
C. Pageard
Suivi de la
recherche
[1 semaine sur 2]
13 h – 16 h
14 h – 17 h
14 h – 17 h
13 h 30 – 17 h 30
13 h 30 – 17 h 30
A. Auffray
Semestre 8
Anglais
[année 4]
K. Donnot
Suivi de travaux
G. Dupin,
O. Lebrun
et C. Pageard
ARC
C. Pageard
Suivi de la
recherche
[1 semaine sur 2]
T. Moré
ARC
K. Donnot, I. Jégo
et C. de Smet
ARC
14 h – 18 h
Semestre 9
Anglais
[année 5]
17 h – 19 h
A. Rodrigue
Vidéo
17 h – 19 h
I. Jégo
Suivi de travaux
B. Gomez
Suivi de travaux
18 h 30 – 20 h
A. Bourges
Semestres 7 et 9
Histoire de la
télévision
Emploi du temps sous réserve de modifications.
17 h – 19 h
G. Dupin,
O. Lebrun
Suivi de travaux
S. Debons
ARC
[1 semaine sur 2]
C. Pageard
Suivi de la
recherche
[1 semaine sur 2]
Le cursus propose en phase programme
(année 2 et 3) un enseignement
généraliste qui aborde les différents
médias et théories liés à la communication
visuelle et audiovisuelle. Si cette option
interroge les questions professionnelles
de la réception et de la commande dans
le contexte social et culturel contemporain,
elle met également l’accent sur le
développement personnel qui permettra
aux futurs diplômés d’envisager une
carrière artistique indépendante dans
les disciplines du graphisme, de la
photographie ou de l’illustration et plus
généralement dans les métiers de la
communication et de l’édition imprimée
et numérique.
1
3
1. Journée de lutte contre le sida, action au marché des Lices.
2. Marie Piccolin, DNSEP Communication, 2013.
2
3. Juliette Hoefler, Couverture dépliée de l’Union Ouvrière.
4. Exposition « Rouges-gorges et cosaques », Philippe Millot.
4
103
c
EESAB
Site de Rennes
104
phase programme
années 2 et 3 / L2-L3
présentation
des années 2 et 3
Un programme conséquent de conférences et de rencontres
est proposé par l’école en lien avec l’équipe pédagogique.
Les étudiants doivent y participer afin de rentrer en contact
avec les acteurs majeurs de la création contemporaine. Ils
sont invités également à pratiquer une veille personnelle
sur l’actualité et à s’enrichir par des voyages d’études, des
visites d’exposition, la fréquentation des bibliothèques.
Les années 2 et 3 forment une entité pédagogique au cours
de laquelle est conduit un programme d’enseignement
contrôlé par 120 crédits.
ATTRIBUTION
DES CRÉDITS
enseignements
ECTS
sem 3
ECTS
sem 4
Méthodologie, techniques
et mise en œuvre
16
14
Histoire, théorie des arts
et langue étrangère
8
8
Recherches
et expérimentations personnelles
2
4
Bilan
4
4
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
120
Option Communication
Phase programme – années 2 et 3 / L2-L3
En année 2 / L2 Communication, l’étudiant poursuit les acqui­
sitions plastiques fondamentales entreprises en 1re année, en
liaison avec le développement d’un enseignement basique
propre à l’option, mettant l’accent sur l’acquisition d’outils,
de méthode et d’une culture lui permettant d’envisager sa
place au sein du champ professionnel de la communication
visuelle et audiovisuelle.
Au cours de ces deux années, l’étudiant découvre et acquiert
la culture et les techniques spécifiques à la communication
visuelle. À travers un enseignement progressif, l’objectif est
de créer les conditions pour la maîtrise d’un certain nombre
d’outils et l’acquisition d’une méthodologie de travail.
année 2 / L2
c
Évaluation
du travail
Les critères généraux d’évaluation pour l’ensemble des
cours sont les suivants :
› l’engagement ;
› la pertinence de la réflexion ;
› la qualité des réalisations ;
› l’assiduité et la ponctualité.
Les autres modalités d’évaluation sont précisées par cours,
le cas échéant.
Organisation
des études
Durant l’année, tous les cours sont obligatoires dans les deux
modules d’enseignement. Par ailleurs, l’étudiant assiste aux
formations techniques organisées dans le cadre du cursus.
Les formations
Photoshop
3 jours en septembre / octobre
› Apprentissage des fonctions essentielles du logiciel de trai­
tement et de retouche d’images : formats de fichiers, modes
colorimétriques et conversion des couleurs, couches, calques,
modes de sélection, outils de retouche et filtres de base.
105
c
EESAB
Site de Rennes
InDesign
3 jours en septembre / octobre
Le but de la formation est de familiariser les étudiants avec
les fonctions essentielles d’un logiciel de mise en page,
c’est-à-dire la gestion du texte et des images mais aussi
avec la méthodologie qui consiste à utiliser les gabarits et
les feuilles de style, afin qu’ils puissent créer de façon au­
tonome des documents simples de plusieurs pages, prêts
à l’impression.
106
Option Communication
Phase programme – année 3 / L3
année 3 / L3
ATTRIBUTION
DES CRÉDITS
enseignements
ECTS
sem 5
ECTS
sem 6
Méthodologie, techniques
et mise en œuvre
10
4
Histoire, théorie des arts
et langue étrangère
8
5
Stage
2
–
Le suivi des stages est assuré par Soizic Debons, Isabelle
Jégo, George Dupin et Alain Rodrigue.
Recherches et expérimentations
personnelles
6
6
Les étudiants doivent effectuer un stage d’un mois mini­
mum entre début juin et début septembre, dans un contexte
professionnel (après les bilans du semestre 4 et avant la
rentrée). Le stage est défini par l’étudiant en accord avec
l’un des enseignants chargés des stages. Il fait l’objet d’une
convention (à retirer au secrétariat) et est suivi d’un rapport
écrit remis à la rentrée.
Bilan (semestre 5) et
diplôme (semestre 6)
4
15
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
Final Cut
3 jours en décembre
› Apprentissage du logiciel de montage Final Cut.
Le stage
c
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
Organisation
des études
180
1. L’étudiant suit obligatoirement les enseignements du mo­
dule « Histoire, théorie des arts et langue étrangère ». L’étu­
diant doit choisir pour chaque semestre 4 ateliers parmi
ceux proposés dans le module « Méthodologie, tech niques
et mises en oeuvre ».
2. L’étudiant précise sa recherche et son projet personnel en
s’engageant dans quatre cours et en choisissant un Atelier
de Recherche et de Création.
107
c
EESAB
Site de Rennes
À la fin de l’année, le DNAP valide l’acquisition des ap­
proches du design des années de la phase programme.
L’admission en année 4/ M1, après le DNAP, est liée à la ca­
pacité de l’étudiant à concevoir et développer une recherche
personnelle. Elle est subordonnée à une décision favorable
du directeur de l’école après entretien de l’étudiant avec
une commission d’enseignants de l’école sur ses projets
et recherches.
Participation
aux conférences
Un programme conséquent de conférences et de rencontres
est proposé par l’école en lien avec l’équipe pédagogique.
Les étudiants doivent y participer afin de rentrer en contact
avec les acteurs majeurs de la création contemporaine. Les
étudiants de 3e année doivent obligatoirement remettre cinq
comptes-rendus de conférences au 2nd semestre au secré­
tariat selon le modèle téléchargeable sur le site de l’école.
(Ces comptes-rendus font l’objet de crédits ECTS.)
108
c
Option Communication
Programme des cours – année 2 / L2
programme des cours
années 2 et 3 / L2-L3
année 2 / L2
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
—
Objectifs
› Acquérir un maximum de compétences linguistiques dans
le domaine de la communication, spécifiquement lié à la
préparation lexicale et la présentation orale de travail en
rapport avec les outils de communication et du graphisme.
Les étudiants sont encouragés à discuter autour de docu­
ments choisis en rapport avec des créateurs contemporains
anglophones. L’expression orale est au cœur de l’enseigne­
ment.
Évaluation
› Écoute / visualisation de documents audiovisuels, étude de
textes ; compréhension, vocabulaire, discussion.
› Trois projets à réaliser en groupes ou individuellement (oral
et écrit).
Les cours d’anglais sont obligatoires pour les étudiants fran­
cophones. L’apprentissage d’une autre langue peut être en­
visagé dans la mesure où l’étudiant, en accord avec l’école,
établit un contrat de formation pour une autre langue vivante,
dans un autre établissement.
HISTOIRE ET THÉORIE DU GRAPHISME
—
Programme transmis à la rentrée.
109
Module
« Méthodologie,
techniques et
mises en œuvre »
c
EESAB
Site de Rennes
MéTHODOLOGIE DE LA COLLECTE D’INFORMATIONS ET
MISE EN PERSPECTIVE DU PROPOS › Soizic Debons
—
Objectifs
› Coordonner le développement de l’expression personnelle
de l’étudiant : qualité de la présentation orale, méthodologie,
approfondissement, documentation, production plastique.
› Réaliser des éditions de formats standardisés de comptesrendus des conférences.
Sur un ou des thème(s) choisi(s) par l’étudiant, il est de­
mandé de réaliser un carnet de recherches contenant les
différentes approches du propos : textes, esquisses, docu­
mentations, références artistiques, littéraires, cinématogra­
phiques…
Cette recherche doit conduire à des réalisations plastiques
au service de la communication du thème privilégié. Elle
doit se nourrir de l’enseignement reçu dans les divers cours
et ateliers proposés par l’option.
Photographie › George Dupin
SUITE D’IMAGES PHOTOGRAPHIQUES : DIAPORAMA
L’UNITE DE LIEU, « JARDIN »
—
Objectifs
L’atelier permet d’interroger l’outil photographique, les no­
tions de sérialité, de chronologie, de rythme, d’interpréta­
tion, de narration, de récit et de présentation sous forme de
« diaporama ».
Semestre 3
Au semestre 3 un thème de travail : L’unité de lieu, « Jardin »
est proposé à l’ensemble des étudiants. À partir de celui-ci,
chacun doit réaliser au cours du semestre une séquence
photographique sous forme de « diaporama » (analogique
ou numérique) avec un nombre d’images déterminé.
110
c
Option Communication
Programme des cours – année 2 / L2
Bibliographie
› A. Berque, M. Conan, P. Donadieu, A. Lassus Roger, Cinq
propositions pour une théorie du paysage, Champ Vallon
(Pays-paysages), 1994.
› Jean-Luc Godard, Histoire(s) du cinéma, Gallimard / G au­
mont, 2006.
› Walter Benjamin, « L’Œuvre d’art à l’époque de sa repro­
ductibilité technique » [1935], in Œuvres III, Paris, Gallimard,
2000.
› Matthew Teitelbaum (dir.), Montage and Modern Life, 19191942, Cambridge (Mass.) et Londres, The MIT Press, 1992.
Filmographie
› Qu’elle était verte ma vallée de John Ford, 1941.
› À l’Est d’Eden de Elia Kazan, 1954.
› Mais qui a tué Harry ? de Alfred Hitchcock, 1955.
› La mort en ce jardin de Luis Bunuel 1956.
› La Notte de Michelangelo Antonioni, 1961.
› L’Année dernière à Marienbad de Alain Resnais, 1961.
› Juliette des esprits de Federico Fellini, 1965.
› Zabriskie Point de Michelangelo Antonioni, 1970.
› Le jardin des Finzi-Contini de Vittorio De Sica, 1971.
› Zardoz de John Boorman, 1974.
› Le Miroir, de Andreï Tarkovski, 1974.
› Stalker de Andreï Tarkovski, 1979.
› Tess de Roman Polanski, 1979.
› Shining de Stanley Kubrick, 1980.
› Meurtre dans un jardin Anglais de Peter Greenaway, 1982.
› Querelle des jardins de Raoul Ruiz,1982.
› Canicule de Yves Boisset, 1984.
› Paris Texas de Win Wenders, 1984.
› Épidemic de Lars Von Trier, 1987.
› Mon voisin Totoro de Hayao Miyazaki, 1988.
› Paysage dans le brouillard de Theo Angelopoulos, 1988.
› Edward aux mains d’argent de Tim Burton, 1991.
› Paysages manufacturés de Edward Burtynsky, 2007.
111
c
EESAB
Site de Rennes
Design graphique › Aurélie GASCHE
—
Semestres 3 et 4
Objectifs
Par le biais de plusieurs sujets dont certains collectifs, ce
module propose d’appuyer les basiques du design gra­
phique amorcés en première année, et d’ouvrir le potentiel
créatif de chacun. Reconsidérer l’environnement visuel quo­
tidien, ré-interroger les codes établis, chercher la singularité
d’un positionnement, expérimenter avec des formes simples,
aiguiser les compétences techniques, apprendre à élaborer
un concept et développer un projet de design graphique
sont les objectifs du cours.
Le 1er semestre sera constitué d’exercices courts afin d’ap­
profondir l’expérience en matière de composition, de rapport
entre typographie et image, de relation entre forme et sens.
Le 2nd semestre aura pour but de mener un projet plus long,
avec la mise en place d’une pensée du processus, d’étapesclés, et la médiatisation du projet autant que le projet luimême.
Typographie › Benjamin GOMEZ
—
Semestre 3
Objectifs
Au moyen du dessin de caractères et du design graphique,
en s’appuyant sur un travail de documentation, les étudiants
développeront un projet de création typographique dont
l’objectif est de comprendre et d’interroger le fonctionne­
ment et les formes de notre écriture. Ce projet sera structuré
par différentes phases d’apprentissage :
› initiation à la calligraphie à partir d’un modèle d’écriture
humanistique ;
112
c
Option Communication
Programme des cours – année 2 / L2
› dessin de lettres (études des règles optiques, des éléments
constitutifs d’une lettre, des principes de construction d’un
alphabet, etc.) ;
› formation au logiciel Fontlab studio.
La recherche sera présentée sous la forme d’un objet édi­
torial numérique ou imprimé.
Design graphique éditorial ›
Benjamin GOMEZ et Isabelle Jégo
—
Semestre 4
Objectifs
› Conception et réalisation d’un objet éditorial à partir de
textes ou manifestes liés à l’histoire du design graphique.
› Sont abordés : le format, les supports, la couverture, la mé­
thode de fabrication et la reliure, la mise en page, les choix
typographiques, l’iconographie et les rapports images /
textes.
› Chaque étudiant doit réaliser un projet de publication.
› Workshop reliure avec Laurel Parker, relieuse, Laurel Parker
Book (4 journées en 2 sessions).
Bibliographie
› Lexique des règles typographiques en usage à l’Imprimerie
nationale, Imprimerie nationale, Paris, 2002.
› Muriel Paris, Petit manuel de composition typographique,
édition Muriel Paris, Paris 2008.
› Jan Tschichold, Livre et typographie, Allia, 1994.
Dessin › Serge Jamet
Portique du dessin
—
Méthode
Semestre 3
1. Dessin d’observation et exercices
L’observation implique plusieurs paramètres comme :
› l’immersion dans le réel sans la médiatisation des écrans ;
113
c
EESAB
Site de Rennes
114
c
Option Communication
Programme des cours – année 2 / L2
› l’importance du corps, des gestes et des postures de l’ob­
servateur ;
› la hiérarchisation des signes ;
› la sociabilité des étudiants et des comportements de
groupe.
Évaluation
Les cours théoriques sont obligatoires. La validation prend
en compte le suivi de la moitié au moins des enseignements
et la production vidéo.
Les exercices ont vocation à mettre en place des protocoles
expérimentaux en vue d’élaborer une grammaire de signes
et des processus d’analyse afin de comprendre les logiques
de composition.
Design interactif › Bachir Soussi-Chiadmi
—
2. Les carnets de croquis (le documentaire et l’intime)
› L’espace public.
› Les lieux d’échanges.
› La presse et les médias.
› La sphère privée.
3. Suivi de travaux en relation avec la recherche personnelle.
Semestre 4
1. Suite des carnets de dessins
› Notion de continuité, de montage, de récit, de rythme et
de mise en page vers une maquette d’édition…
2. Suivi de travaux (recherche personnelle).
Vidéo › Alain Rodrigue et Alain Bourges
—
Objectifs
Semestre 3
Ce semestre est consacré à l’expérimentation à partir de
sujets proposés et à l’acquisition des premières bases his­
toriques et analytiques.
Semestre 4
L’enseignement est collectif et vise à développer les bases
techniques et à permettre aux étudiants de s’engager dans
des recherches théoriques personnelles.
Objectifs
Semestre 3
Durant ce 1er semestre, nous tenterons de prendre conscience
des enjeux du design interactif via une approche empirique,
c’est-à-dire avec les moyens et connaissances à disposition
immédiate des étudiants, de problématiques données.
Il ne sera pas question de technique (logiciel, program­
mation, etc.) mais d’expérimentations « analogiques », de
notions comme l’architecture de contenu, la navigation, le
dialogue…
Semestre 4
Durant ce 2nd semestre, nous aborderons l’aspect technique
sous deux angles. Initiation à la production d’images par
programmation en utilisant le logiciel Processing.
Ensuite nous apprendrons les bases fondamentales néces­
saires à la création d’un site internet, avec comme objectif
que chaque étudiant ait créé son site à la fin du semestre.
Bibliographie
› John Maeda, De la simplicité, Payot, 2007.
› Daniel Rosenberg, Cartographies of time, Princeton Archi­
tectural Press, 2010.
› Edward Tuffe, The visual display of Quantitative Information,
Graphic Pr ; 2nd Edition, 2001.
› Images de pensées, RMN, 2011.
› Manuel Lima, Visual Complexity, Mapping Patterns of Information, Princeton Architectural Press.
115
c
EESAB
Site de Rennes
› A touch of code, interactive installations and experiences,
Die Gestalten Verlag, (may 31, 2011), Mat.
› Delphine Gardey, Écrire, calculer, classer, comment une révolution de papier a transformé les sociétés contemporaines
(1800-1940), La découverte.
› Design génératif, Concevoir, Programmer, Visualiser, Pyra­
mid, 2011.
› Caser Reas & Chandler McWilliams, Form + code, in Design,
Art, Architecture, Princeton Architectural Press, 2010.
Cours optionnel
ouvert à toutes les
années et toutes
les options
Dessin et modèle vivant ›
Plusieurs enseignants
—
Objectifs
Dans l’hémicycle de dessin de l’école, le cours « Modèle
vivant » est assuré par un groupe d’enseignants qui succes­
sivement se saisissent de cet exercice.
116
c
Option Communication
Programme des cours – année 3 / L3
année 3 / L3
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
ET JAMES LENCKI
—
Objectifs
L’objectif est d’acquérir un maximum de spontanéité et d’ai­
sance dans l’expression orale. Les étudiants travailleront par
petits groupes sur un sujet de recherche en lien avec la
communication. L’élaboration, la préparation et le dévelop­
pement des problématiques autour du sujet sont à présenter
oralement et par écrit.
Chaque étudiant bénéficiera à la fois de séances hebdo­
madaires avec Amanda Auffray-Liddiard et de l’intervention
de James Lencki – artiste/lecteur anglais, invité dans le
cadre du projet Interreg ICR. (interreg4a-manche.eu/index.
php?option=com_sobi2&sobi2Task=sobi2Details&sobi
2Id=3117&Itemid=&lang=fr). Il animera des séances de
conversation autour de sujets culturels divers, afin d’assurer
une pratique supplémentaire de la langue, pour préparer à
une participation active aux projets bilingues mis en place
par l’EESAB-site de Rennes au cours de l’année universitaire.
Évaluation
Les séances sont obligatoires pour les étudiants franco­
phones à la fois avec Amanda Auffray-Liddiard et James
Lencki et seront évaluées sur le principe du contrôle continu,
l’assiduité en cours, réalisation des devoirs demandés, syn­
thèse de la réflexion, de la recherche et du développement.
› Travail à réaliser en groupes et individuellement (oral et
écrit).
Histoire et théorie du design graphique
—
Programme transmis à la rentrée.
117
c
EESAB
Site de Rennes
118
Les théories de la communication ›
Thierry Moré
—
Semestre 5
Objectifs
Les théories de la communication sont très nombreuses et
couvrent de nombreux domaines. Le cours permettra de
mieux comprendre les différentes approches (communica­
tion de masse, publicité, communication persuasive, théo­
ries de l’information, analyse systémique…) et leurs applica­
tions dans l’option. À partir d’une approche très pragmatique
basée sur les pratiques professionnelles, ce cours abordera
les différentes facettes de la communication visuelle et au­
diovisuelle.
Évaluation
Les étudiants devront concevoir, réaliser et éditer une publi­
cité au format d’une double page magazine.
Semestre 6
Objectifs
La conception et la réalisation de spots de publicité répon­
dent à des critères et des standards très précis. À partir
des théories de la communication publicitaire, de l’étude
Option Communication
Programme des cours – année 3 / L3
de spots de publicité et de leur évolution conceptuelle dans
le temps, les étudiants concevront et réaliseront leur propre
spot de publicité.
Esthétique › Pierre-Henry Frangne
et Arnaud Guilloux
—
Semestre 5
Art, culture et histoire
La question directrice sera celle de savoir dans quelle
mesure on peut considérer l’art comme étant dépendant
de dispositions naturelles inscrites en l’homme ou liées à
son évolution, et dans quelle mesure l’art peut ou doit au
contraire être rattaché à une dimension de l’existence hu­
maine irréductible à quelque chose de naturel (dimension
culturelle, spirituelle).
c
Évaluation
› Conception, réalisation d’un spot de publicité.
Module
« Méthodologie,
techniques et
mises en œuvre »
Animation › Soizic Debons
—
Objectifs
Cet atelier interroge les spécificités de l’animation, le ré­
cit, l’écriture plastique, le mouvement, le son, le montage,
la durée et la diffusion et aboutit à l’élaboration d’un film
court. Parallèlement à l’élaboration d’un dossier de culture
générale et spécifique concernant le sujet, il est demandé la
réalisation d’une animation à partir de l’analyse et de l’adap­
tation d’un livre imposé. Les références artistiques, littéraires,
plastiques et cinématographiques sont à prendre en compte.
Design graphique › Aurélie Gasche
—
Semestres 5 et 6
Objectifs
Autour de sujets collectifs et individuels, ce module vise le
développement d’une démarche et d’un langage graphique
personnels à chaque étudiant. Parallèlement, l’enjeu est
d’articuler les aspirations propres à chacun avec des pro­
blématiques externes, de sens et de fonction, où la pensée
contextuelle est privilégiée.
Dans le cadre de création d’identités visuelles, d’objets édi­
toriaux ou signalétiques, il s’agira d’épanouir une intention
de projet de manière inattendue en imaginant également
son processus de création spécifique, ses formes, et son
système. Le cours sera aussi l’occasion d’acquérir une mé­
thodologie de conception théorique, et par le biais d’études
de cas.
119
c
EESAB
Site de Rennes
120
Création typographique › Benjamin Gomez
—
Avec Laurence Lépron
Contenu
Semestres 5 et 6
› Sensibiliser les étudiants à l’importance du texte dans le
champ du design graphique, de former leurs regards sur les
signes, la typographie et la mise en page.
c
Option Communication
Programme des cours – année 3 / L3
Affiches de communication › Isabelle Jégo
—
Semestre 5
Objectifs
Les problématiques propres à la communication d’événe­
ments culturels seront abordées à travers des situations
réelles liées à la programmation de l’école (expositions,
conférences etc.).
Nous nous intéresserons à la typographie pour ses formes
expressives et visuelles, ainsi que pour son usage à la fois
sensible et fonctionnel dans le livre, hérité d’une longue
culture forgé par le besoin de lire.
À partir de rencontres, de recherches personnelles et col­
lectives, de contraintes et d’enjeux spécifiques, l’atelier se
développe autour de l’affiche imprimée.
Le cours permettra d’étudier les différentes familles de ca­
ractères typographiques, l’anatomie des lettres, la fonction
des différents glyphes, et les règles typographiques. Les
étudiants manipuleront des contenus textuels, afin d’ac­
quérir une pratique dans la composition, la structure et la
hiérarchisation des informations.
Bibliographie
› Earthcake and Aftershocks. Les Affiches du California Institute of the Arts, École des beaux-arts de Rennes, Presses
Universitaires de Rennes, 2006.
› Michael Bierut, Fourty Posters for the Yale School of Architecture, Winterhouse Editions, 2007.
Design interactif › Bachir Soussi-Chiadmi
—
Autour d’une exposition › Isabelle Jégo
—
Ce cours s’articule autour de deux sujets autonomes mais
complémentaires et pouvant s’enchaîner entre le 1 er et le
2nd semestre.
Semestre 6
Objectifs
Les problématiques liées à la conception d’une exposition
seront abordées à travers le cas réel d’une exposition gra­
phique qui se tiendra au printemps 2014 dans un lieu à
déterminer.
Ce sont des sujets individuels sur le long terme permettant
à chacun d’approfondir les connaissances théoriques et
pratiques acquises en année deux. Une ouverture vers un
travail collaboratif avec le Labfab et la section design sera
également tentée.
Cette exposition s’inscrira dans le cycle « Graphisme au long
cours » qui rend compte de collaborations durables entre
un graphiste et un commanditaire. Il s’agira d’assurer la
conception générale de l’exposition (rencontres, choix des
œuvres), la scénographie (mise en espace dans les lieux)
ainsi que les éléments de communication qui lui seront liés
(affichage et autres).
121
c
EESAB
Site de Rennes
Design éditorial › Olivier Lebrun
« To learn how to find, one must first learn
how to hide » (Montag dans Fahrenheit 451,
François Truffaut, 1966)
—
Semestre 6
Objectifs
› Conception de documents éditoriaux.
Contenu
En s’appuyant sur le cycle de conférences organisé par
l’école, les étudiants s’organiseront en atelier d’édition, afin
de concevoir et produire des publications documentant les
pratiques et thématiques des invités.
Méthode
› Mise en commun de références, de savoirs et de savoir-faire.
› Investigation, analyse critique, prise de position.
Bibliographie
› John Berger, Ways of Seeing, Penguin,1972.
› Ray Bradbury, Fahrenheit 451, Denoël, 1955.
› James Goggin, « Le Complexe de Matta-Clark » in The Form
of the Book Book, Occasional Papers, 2009, traduction de
Thomas Baile.
› Joseph Grigely, Exhibition Prosthetics, Bedford Press, 2010.
› Jonathan Monk, The Project Book Project, Arnolfini, 2003.
› Hans Ulrich Obrist, Do It, Revolver, 2004.
› Lucy R. Lippard, Six Years : The Dematerialization of the art
object from 1966 to 1972, Praege, 1973.
› Katerina Seda, There is nothing there, Dragon Press, 2005.
122
c
Option Communication
Programme des cours – année 3 / L3
Vidéo › Alain Rodrigue et Alain Bourges
—
Objectifs
L’Unité Médias vidéo est une structure transversale qui ac­
cueille les étudiants des trois options et qui est dédiée à la
vidéo, à télévision et au cinéma. Elle réunit deux enseignants
spécialisés et accueille des ateliers proposés par des en­
seignants des options.
Contenu
La 3e année est organisée en un 1er semestre consacré à
l’expérimentation à partir de sujets proposés et à la décou­
verte des milieux professionnels et un second plus orienté
vers la préparation du DNAP. L’implication dans les manifes­
tations proposées par l’Unité Médias (Mois du Documentaire,
Festival L’Œil d’Oodaaq…) est indispensable.
Évaluation
Les cours théoriques sont obligatoires. La validation prend
en compte le suivi de la moitié au moins des enseignements
et la production vidéo. Cette dernière comprend des réali­
sations collectives et un travail personnel.
Design graphique : publication numérique ›
Kevin Donnot
—
Objectifs
En partant de l’étude d’un texte, il s’agira d’aborder les
questions spécifiques à la lecture sur tablette numérique.
Chaque étudiant sera invité à analyser un texte et à en
proposer une mise en forme visuelle et interactive tenant
compte des possibilités inhérentes au support tactile. L’ac­
cent sera mis sur le caractère expérimental et imaginatif
de l’atelier, tout en ne perdant pas de vue la publication
effective des travaux.
123
c
EESAB
Site de Rennes
c
Option Communication – design graphique
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
En parallèle de la création graphique, nous traiterons éga­
lement des multiples possibilités techniques envisageables
pour la réalisation des projet. Un iPad c’est tout neuf, tout
reste encore à imaginer.
phase projet
années 4 et 5 / M1-M2
Semestre 5
› État de l’art.
› Choix et analyse d’un texte.
› Expérimentations graphiques et interactives.
› Apprentissage technique.
Les années 4 et 5 / M1-M2 constituent la phase projet. Elles
forment une seule entité pédagogique et sont sanctionnées
par l’attribution de 120 crédits.
Semestre 6
› Poursuite et aboutissement des recherches.
› Travail technique.
› Publication effective et/ou réalisation d’une vidéo de pré­
sentation.
Cours optionnel
ouvert à toutes les
années et toutes
les options
124
Dessins et modèles vivants ›
Plusieurs enseignants
—
Objectifs
Dans l’hémicycle de dessin de l’école, le cours « Modèle
vivant » est assuré par un groupe d’enseignants qui succes­
sivement se saisissent de cet exercice.
Orientation
pédagogique
Communication –
design graphique
Le designer graphique, à la fois créateur et médiateur, met
en relation le texte et l’image, sur les supports les plus di­
vers, en s’attachant à tous les modes de reproduction, afin
de traduire auprès d’un public la demande d’un comman­
ditaire. Son rôle est capital : il agit directement sur la qualité
visuelle de notre environnement quotidien, de la page du
livre à la page Internet, de l’interface du téléphone mobile
à la signalétique urbaine, du vidéoclip au packaging. Une
telle responsabilité exige une conscience claire des enjeux
théoriques, esthétiques et culturels de cette discipline, et
une connaissance de son histoire comme de son actualité.
La qualité des propositions du graphiste tient à l’exigence
de ses choix artistiques et à la position critique qu’il adopte
face au contexte social et politique dans lequel il travaille.
La phase projet forme au design graphique et à la pratique
des médias de l’image : design éditorial (papier et numé­
rique), design d’information et d’identité (bidimensionnel,
tridimensionnel, interactif et animé) et typographie. De la
démarche d’auteur au fonctionnalisme pur, les étudiants
sont conduits à élaborer des systèmes graphiques com­
plexes et innovants, en associant l’acquisition de savoir-faire
et de connaissances à des processus de recherche et d’ex­
périmentation.
Le cursus invite l’étudiant à développer progressivement
l’autonomie nécessaire à la vie professionnelle, le familiarise
avec la dimension internationale du métier et encourage la
mise en œuvre collective.
125
c
EESAB
Site de Rennes
Le projet personnel, au centre de l’année 4 / M1 et surtout
de l’année 5 / M2, tient compte de la spécificité du design
graphique. Sans exclure l’écriture subjective, ni le travail sur
l’image en général, il incite à une prise de position critique.
L’élaboration d’un vocabulaire plastique singulier doit s’y
déployer à partir d’une véritable maîtrise des outils et tech­
niques mobilisés.
En plus des pratiques fondamentales du dessin, de la pho­
tographie, de la vidéo, il est nécessaire que les étudiants
issus de l’école, comme ceux venant de l’extérieur, aient déjà
acquis des connaissances en histoire du design graphique,
typographie, graphisme et mise en page.
L’affirmation de la spécificité du design graphique, et des
pratiques qui lui sont associées, permet de développer des
échanges avec d’autres disciplines. Ainsi, les rapports avec
les autres options de l’école, notamment à travers les Ateliers
de Recherche et de Création, sont fortement encouragés.
Divers partenariats en France et à l’étranger, et des interven­
tions extérieures enrichissent les enseignements.
Par ailleurs, l’équipe enseignante a mis en place depuis
2007 un pôle de recherche en design graphique. Les
thèmes traités et la dynamique même d’un tel projet se
répercutent sur l’ensemble de l’offre pédagogique de la
mention.
Au moment de leur inscription, les étudiants doivent choisir
un enseignant référent. Il est cependant possible de changer
de référent à l’intérieur de la mention en cours d’année, ou à
la fin de l’année, en accord avec les enseignants concernés.
126
Organisation
des études
c
Option Communication – design graphique
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
enseignements année 4 / M1
ECTS
sem 7
ECTS
sem 8
Initiation à la recherche
Suivi du mémoire, philosophie,
histoire des arts
9
9
Projet plastique
Prospective, méthodologie,
production
20
20
Langue étrangère
1
1
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
240
enseignements année 5 / M2
ECTS
sem 9
ECTS
sem 10
Méthodologie de la recherche
(suivi du mémoire)
20
–
Mise en forme du projet personnel
10
–
Mémoire
–
5
Travail plastique
–
25
30
30
Épreuves
du diplôme
TOTAL CRÉDITS ECTS
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
300
127
c
EESAB
Site de Rennes
128
c
1. L’étudiant suit obligatoirement le cours d’anglais.
L’évaluation du mémoire au début du semestre 10 porte
notamment sur la pertinence du choix du sujet, la capacité
de l’étudiant à adopter un point de vue critique, la justesse
des références notamment bibliographiques et de leurs
articulations au projet, la qualité du travail rédactionnel et
graphique ainsi que celle de l’entretien avec le jury.
2. L’étudiant précise sa recherche et son projet personnels
dans le cadre du séminaire « Méthodologie du projet, actua­
lité du design graphique ».
Dès le début de l’année 4, l’étudiant choisit un sujet de
recherche théorique qui alimentera son travail personnel et
constituera le thème du mémoire qu’il soutiendra pour son
DNSEP. Ce choix s’effectue en accord avec son directeur de
recherche. En fonction de son projet, il peut suivre l’atelier
de design graphique interactif.
Stages et Mobilité
INTERNATIONALE
3. L’étudiant effectue un stage en France et à l’étranger
ou / et une mobilité internationale (uniquement année 4)
La mobilité internationale
Les échanges à l’étranger doivent être préparés dès la
3e année. L’étudiant prend contact avec Amanda AuffrayLiddiard au bureau Erasmus de l’école pour connaître les
possibilités offertes au sein de l’école et les modalités du
stage. La destination du séjour et les modalités de suivi à
distance font l’objet d’un accord avec l’équipe enseignante
et l’établissement d’accueil.
L’étudiant poursuit notamment dans son espace de travail
personnel sa pratique plastique, il peut bénéficier de tous
les ateliers techniques de l’école et des compétences de
leurs responsables. Le suivi du projet personnel est assuré
par les enseignants.
Le mémoire est élaboré par l’étudiant dès le début de la
4e année (semestre 7), après validation interne du sujet et
de l’intitulé. Il s’élabore en même temps et en synergie avec
le projet plastique individuel. La formalisation du mémoire
relève du choix de l’étudiant en lien avec l’équipe pédago­
gique, avec son projet de diplôme ou de tout sujet articulé
avec celui-ci. Le travail écrit est au centre de l’exercice ; dans
l’option Communication particulièrement, la forme est une
donnée majeure du mémoire.
Les stages en France ou à l’étranger
L’étudiant détermine son programme de travail avec l’équipe
enseignante ; il met au point avec lui les modalités de suivi
de son stage et de son travail personnel.
Les stages à l’extérieur de l’école font l’objet d’une conven­
tion, à retirer au secrétariat et à rendre complétée au plus
tard le premier jour du stage. Tous les stages font l’objet
d’un rapport qui sera à intégrer au mémoire de DNSEP.
4. Les étudiants sont répartis en deux groupes en fonction
du choix de l’un des deux ARC : « Payer l’imprimeur » et
« Histoire et pratiques graphiques ». Ils peuvent de plus choi­
sir un autre ARC proposé par l’école.
LE PROJET
PERSONNEL –
Le mémoire
Option Communication – design graphique
Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
Pour le suivi, les moyens sont à adapter selon les situations :
mail, skype, plateforme, blog, courriers… Les crédits ECTS
sont attribués par l’école d’accueil pour la période à l’étran­
ger dans le cadre d’Erasmus.
Insertion
professionnelle
La phase projet M1 et M2 est également une étape impor­
tante dans la préparation à la vie professionnelle. Outre les
rencontres avec des professionnels à l’occasion de parte­
nariats ou de conférences, l’école proposera une formation
pour préparer à l’insertion professionnelle. Elle sera assu­
rée par deux organismes qui ont réuni leurs compétences
129
c
EESAB
Site de Rennes
130
c
Option Communication – design graphique
Programme des cours – années 4 et 5 / M1-M2
pour un programme adapté aux étudiants en phase projet
des écoles d’art : DDAB, Documents d’Artistes Bretagne et
Chrysalide – Artenréel.
programme des cours
années 4 et 5 / M1-M2
Il s’agit d’apporter aux étudiants une meilleure visibilité de
leur futur environnement professionnel et des outils leur per­
mettant de concrétiser leur projet après le diplôme, grâce à
la mise en lien des savoirs, des expériences professionnelles
et des outils méthodologiques.
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
ET JAMES LENCKI
—
Ce temps de travail dédié au projet professionnel permettra
à l’étudiant de se projeter dans la mise en place de son
activité artistique.
L’enjeu est d’accompagner les étudiants dans la formali­
sation de leur projet en rendant visible les liens entre pro­
duction artistique, diffusion, administration, économie et
communication.
Objectifs
Avec Amanda Auffray-Liddiard : basé sur le principe de
rendez-­vous (trois étudiants maximum), l’essentiel est d’ha­
bituer l’étudiant à s’exprimer sur son propre parcours, ses
références et ses réflexions. La discussion en petits groupes
permet des questionnements croisés.
Chaque étudiant bénéficiera également de séances hebdo­
madaires pendant un semestre avec James Lencki – artiste/
lecteur anglais, invité dans le cadre du projet Interreg ICR.
(interreg4a-manche.eu/index.php?option=com_sobi2&so
bi2Task=sobi2Details&sobi2Id=3117&Itemid=&lang=fr).
Il animera des séances de conversation autour de sujets
culturels divers, afin d’assurer une pratique supplémentaire
de la langue, pour préparer à une participation active aux
projets bilingues mis en place par l’EESAB-site de Rennes
au cours de l’année universitaire.
Évaluation
À l’occasion de chaque rendez-vous, l’étudiant doit rendre
un résumé écrit du contenu de ses idées qu’il entend pré­
senter.
› Participation à six rendez-vous par an au minimum.
Les séances sont obligatoires pour les étudiants franco­
phones à la fois avec Amanda Auffray-Liddiard et James
Lencki et seront évaluées sur le principe du contrôle continu.
131
c
EESAB
Site de Rennes
132
c
ateliers de recherche
et de création (arc)
Séminaire « Méthodologie du projet, actualité
du design graphique » › CATHERINE DE SMET,
Kévin DONNOT, GEORGE DUPIN, ISABELLE JEGO,
OLIVIER LEBRUN ET CAMILLE PAGEARD
—
Objectifs
› Réflexion collective hebdomadaire nourrie par les contri­
butions des étudiants sur des sujets liés à leurs projets et
alimentée par des invitations de personnalités diverses (gra­
phistes, théoriciens, etc.).
› Le séminaire fournit un accompagnement méthodologique,
en particulier pour la conception et la rédaction des mé­
moires. Les étudiants assurent également, sous la forme de
leur choix, des comptes-rendus de conférences, expositions,
voyages, lectures.
› La contribution de l’option à un projet inter écoles sur le
design éditorial sera également l’un des axes du séminaire
en 2013-2014, avec un travail collectif de sélection critique
d’ouvrages remarquables.
Bibliographie
› Théorie générale :
– Walter Benjamin, Sens unique [1928-1933], trad. J. Lacoste,
Paris, Maurice Nadeau, 1998 ;
– Michel de Certeau, L’invention du quotidien [1980], Paris,
Folio Gallimard, 1990 ;
› Théorie spécialisée (design / art) :
– Hal Foster, Design et Crime [2002], trad. C. Jaquet, L. Man­
ceau, G. Herrman et et N. Viellecazes, Paris, Les Prairies
ordinaires, 2008 ;
– Robin Kinross, Modern Typography [1992], Londres, Hy­
phen Press, 2004 ;
– Robin Kinross, Unjustified Texts, Londres, Hyphen Press,
2002 ;
– J. C. Lebensztejn, Zigzag, Paris, Aubier Flammarion, 1992.
› Revues :
– Eye, Idea, Dot Dot Dot, Backcover ;
– designobserver.com ; www.rosab.net.
Option Communication – design graphique
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
Les étudiants de 4e et 5e année devront s’inscrire
obligatoirement dans un de ces deux arcs.
Arc
Hebdomadaire –
Semestres 7, 8, 9, 10
HISTOIRE ET PRATIQUES GRAPHIQUES ›
Kévin Donnot, Isabelle Jégo et Catherine de Smet
—
Cet ARC propose de mener un travail d’interprétation cri­
tique et de production éditoriale au sens large (livre, ex­
position, plateforme numérique) à partir d’objets issus de
collections spécialisées de design graphique, notamment
conservées à Rennes ou en Bretagne (Frac, bibliothèque
des Champs libres, Musée de Bretagne) mais aussi par des
institutions nationales (Cnap). Cet atelier est associé au pro­
gramme de recherche « Archéologie du design graphique.
Les temps télescopés du livre d’Heures, XV e-XXI e siècle ».
Bibliographie
› Jan van Adrichem, Adi Martis (ed.), Stedelijk Collection Reflections, Amsterdam, Nai Publishers, 2012.
› Georges Didi-Huberman, Devant le temps, Paris, Minuit,
2000.
› Anthony Grafton, La page de l’antiquité à l’ère du numérique : histoire, usages, esthétiques, Paris, Hazan, 2012.
› George Kubler, The Shape of Time, New Haven, Londres,
Yale University Press, 1962 ; Formes du temps, trad. Y. Kor­
nel et C. Naggar, Paris, Champ libre, 1973.
› Aby Warburg, L’Atlas Mnemosyne [design de Baldinger/VuHu], textes trad. de l’allemand par Sacha Zilberfarb (avec un
essai de Roland Recht), Paris, L’Écarquillé, 2012.
› Harmut Rosa, Accélération. Une critique sociale du temps
[2005], trad. de l’allemand par D. Renault, Paris, La décou­
verte, 2010.
133
c
Arc
Hebdomadaire –
Semestres 7, 8, 9, 10
EESAB
Site de Rennes
134
Si ce mouvement conduit à de graves reconfigurations so­
ciales et urbaines, il entraine aussi des changements dans
les comportements sociaux et de nouvelles manières d’en­
visager la création et sa diffusion, laissant entrevoir de nou­
veaux positionnements individuels ou collectifs.
À partir de ces constats et en utilisant des moyens gra­
phiques, technologiques, éditoriaux et photographiques,
l’atelier propose, en s’appuyant sur des œuvres et des textes
historiques et contemporains, de créer des œuvres visuelles
rendant compte de différentes situations, prospections et
propositions économiques.
* d’après une nouvelle de Philip K. Dick de 1956 évoquant
les problématiques liées à la reproduction.
Bibliographie
› Luc Boltanski et Eva Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.
› Jeremy Rifkin, L’Âge de l’accès. La Nouvelle culture du capitalisme, Paris, La Découverte, 2005.
› Yann Moulier-Boutang, Le Capitalisme cognitif. La Nouvelle
grande transformation, Paris, Editions Amsterdam, 2007.
Option Communication – design graphique
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
› Susan Buck Morss, Voir le Capital, théorie critique et culture
visuelle, Paris, Les Prairies ordinaires, 2010.
› Michael Hardt, Antonio Negri, Commonwealth, Cambridge
(Mass.), The Belknap Press, 2011.
› Isabelle Graw, High Price – Art Between Market and Celebrity, New York, Sternberg Press, 2010.
PAYEZ L’IMPRIMEUR ! * › George Dupin,
Olivier Lebrun et Camille Pageard
—
Envisager aujourd’hui la question de l’économie dans le
champ éditorial, induit de prendre en considération des
notions récentes telles que le « post-fordisme », l’« âge de
l’accès » ou le « capitalisme cognitif ». Ces termes sont au­
jourd’hui des outils critiques permettant de comprendre la
société contemporaine occidentale comme étant autant
basée sur la circulation de l’information et la spéculation
sur des données immatérielles, que liée à une très forte
diminution des intérêts pour ce qui fondait précédemment
l’économie industrielle.
c
Arc
Hebdomadaire –
Années 3, 4 et 5
LIVRES, ERRANCE, MéDIATISATION › THIERRY MORÉ
ET SERGE JAMET
—
Objectifs
Cet atelier vise à l’émergence de livres d’auteurs web et
papier à partir d’une production quotidienne et à une mise
en lecture sur le support Internet.
Contenu
Phase 1 (semestres 5/7)
S’appuyant sur l’errance qui laisse le sens ricocher puis in­
vite à une connexion infinie, qui mêle insidieusement curio­
sité et distraction pour mieux engager le plasticien-racon­
teur, le cours amène par un site dédié, à la réalisation de
différentes productions (dessin, photo, vidéo, son, objet, dis­
positifs interactifs, etc.) qui visent à la cohérence et à l’auto­
nomie. L’ARC permet une interactivité entre ses participants.
› Le site Errances : www.errances.fr
Évaluation
› Contrôle continu et validation semestrielle.
Phase 2 (semestres 6/8)
La réalisation de livres intégrant les différentes productions
et leurs questionnements, interviendra au cours du second
semestre. Les livres sont des livres papiers intégrant les
moyens réflexifs et formels développés mais questionnent
aussi leur mise en lecture sur le web.
› Le site Errances Éditions : errances.editions.free.fr/pages/
livres.html
135
c
EESAB
Site de Rennes
136
Évaluation
› Contrôle continu et validation semestrielle.
Arc
Du dessin à la transgression › Soizic Debons
—
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Objectifs
Cet atelier requiert la recherche et l’analyse approfondie
d’un texte librement choisi. En prenant pour base l’expres­
sion dessinée, il faut envisager les transgressions séman­
tiques et plastiques liées à une remise en cause des codes
habituellement pratiqués.
Méthodologie
Un suivi régulier des productions sur le site « errances »,
des rendez-vous individuels et des cours collectifs permet­
tent une dynamisation permanente de la production et de
la réflexion.
Workshops associés
› Un atelier d’écriture d’une durée de 2 jours et un workshop
avec le collectif « Avec titre ».
Option Communication – design graphique
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
Axes de travail
Les contenus et sens véhiculés par le texte retenu devront
être traduits par les moyens du dessin en dépassant pro­
gressivement les évidences et les conventions. Il conviendra
ensuite de sélectionner les meilleures possibilités de trans­
gression et de réaliser plastiquement la plus pertinente, par
le dessin ou par tout autre moyen d’expression.
Intitulé : « Pratiques, enjeux et expérimentations de l’écriture
dans une école d’art » l’ARC sera prolongé par une édition
spécifique encadrée par l’équipe pédagogique complète.
La date (située entre mi-décembre et mi-janvier) sera pré­
cisée début octobre.
Une solide culture spécifique devra étayer les aspects théo­
riques et pratiques de l’ensemble du travail.
› Visite d’expositions et intervenants prévus.
› « Mes images sont des textes, mes textes sont des images ».
Un atelier de création avec le collectif « Avec titre », ce works­
hop fera suite à l’atelier d’écriture de Valérie Gallard.
Les textes serviront de déclencheurs pour la création de
dessins, d’estampes et de sérigraphies.
Le workshop débouchera sur la production d’une édition
collective, d’éditions individuelles et d’une exposition po­
tentielle. Le même collectif animera trois journées lors du
passage de l’errance à la cohérence, et accompagnera les
étudiants participants lors de la conception, la réalisation et
jusqu’à la fabrication physique de leur édition.
c
Évaluation
› Contrôle continu, validation semestrielle.
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
ACTIONS, PERFORMANCES ET CAPTATIONS AUDIOVISUELLES, ENTRE CREATION ET RE-CREATION ›
Luc Larmor
—
Objectifs et contenu
› Une série d’ateliers d’improvisation sonore et musicale,
proposés par Luc Larmor et ouverts aux pianos préparés, aux
guitares fabriquées, violons détournés, cordes vocales ampli­
fiées, aux fil-de-féristes et aux adeptes des cordes tendues.
› Initiation à l’environnement de programmation d’applica­
tions temps réel MaxMSP / jitter.
› Un workshop ouvert aux étudiants de L3 et de M1, à l’oc­
casion des semaines spécifiques.
137
c
EESAB
Site de Rennes
Méthode
Tout au long de l’année, Luc Larmor proposera régulièrement
aux étudiants de M1 et M2, un séminaire de réflexion / dis­
cussion : « Les mots pour ne rien dire, entre singularité et
communication ».
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Sculpture performée › Christelle Familiari
et Nicolas Floc’h
—
Cet ARC transversal (qui associe diverses pratiques – sculp­
ture, performance, vidéo, photo, installation et danse) vise
à soumettre aux étudiants différents moyens de représen­
tation du corps dans une œuvre. Cette transversalité doit
permettre de faire apparaître des capillarités entre différents
modes d’expression. Elle doit aussi amener les étudiants à
dialoguer avec des acteurs qui viennent de divers champs
professionnels (danseurs, artistes plasticiens, vidéastes, ac­
teurs, critique d’art du spectacle…).
En 2012 nous avons par exemple mené, en collaboration
avec le Musée de la danse, plusieurs exercices avec le dan­
seur Alain Michard et Rachid Ouramdame.
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
LE LABORATOIRE DE SCÉNOGRAPHIE › PHILIPPE
LACROIX ET PIERRE LAFON
—
Un suivi d’une partie de ce programme, soit « Floating Is­
lands In Floating Landscape » sera accompagné en option
Design par Bruno Dubois et en option Art par Nicolas Floch,
ainsi que dans le contexte de l’intervention de Marcel Di­
nahet en 2013-2014. Le laboratoire de scénographie est
transversal, il est ouvert aux 3 options à partir de la 3e année.
Différents champs d’actions sont proposés aux étudiants :
1. Installations et essais à échelle 1
138
c
Option Communication – design graphique
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
Méthodologie
1.1. Élaboration d’une scénaristique au regard des interro­
gations personnelles des étudiants et le cas échéant relec­
ture et mise en place d’une scénaristique à partir de textes
existants.
1.2. Mise en place d’un système d’écriture adapté, soit le
développement du scénario écrit dans une partition
spatio-temporelle graphique.
1.3. Réalisation d’essais à échelle 1, l’un des espaces dé­
diés étant l’hémicycle.
1.4. Témoignages vidéo des productions ainsi engagées.
2. Partenariats institutionnels, muséographie,
opéra/théâtre de rue
Au regard de contacts extérieurs développés par le labo­
ratoire de recherche, différentes propositions pourront être
faites tant en matière de « projets » qu’en matière d’échanges
et de contacte, par exemple : muséographie aux archives,
partenariat avec l’opéra de Rennes, participation à des évé­
nements urbains tel les tombées de la nuit ainsi que des
visites et échanges avec la compagnie des Machines dirigée
par François Delarozière.
3. Scénographies scientifiques dédiées
aux sciences de l’environnement
Cette action liée au programme « Floating Islands In Floating
Landscape », développe d’un point de vue scénographique
ainsi qu’en ce qui concerne nos questionnements entre art
et science, les concepts de « Machines », de « Fabriques et
de d’événements in situ.
Programme « Floating Islands In Floating Landscape »
Ce programme vise à réaliser une collection internationale
d’îles flottantes, dites « URU », régénératrices d’eaux lacu­
tres urbaines. Chaque île aura ses caractéristiques propres
au regard d’une cible scientifique d’où le nom d’« Unités
Régénératrices Unicellulaires ».
139
c
EESAB
Site de Rennes
Important
1. Les étudiants ne doivent pas répondre à toutes ces pro­
positions, mais bien s’impliquer dans l’une d’entre-elle de
façon à créer les conditions nécessaires d’un développe­
ment des la recherche sur la durée.
2. Les propositions peuvent indifféremment être traités indi­
viduellement ou par groupes, nous attirons l’attention sur le
fait qu’en matière scénographique la constitutions de petits
groupes d’actions est favorable au développement d’une
synergie immédiate et opérationnelle en temps réel.
Arc
OPTIONS ART ET
COMMUNICATION,
Années 3, 4 et 5
PUBLICATION, éDITION, DIFFUSION ›
Reynald Drouhin, Jean-François Maurige,
Laurence Lépron et Aurélie Gasche
—
Cette plateforme, poly-option, est le moyen pour les étu­
diants d’enrichir leur recherche et leur réflexion sur les no­
tions de publication, de diffusion incluant un ensemble de
techniques à la fois liées au livre ainsi qu’aux productions
multimédia. L’élaboration d’une recherche soit par rapport
aux données constituantes du livre, de l’édition, soit en re­
lation avec une production personnelle seront les bases
d’un travail papier (livre, journal, publication, revue…). Les
nouvelles techniques de diffusion liées au Web, blogs (…),
font l’objet d’une approche parallèle comme l’extension de
la réflexion.
Des invités font régulièrement part de leurs expériences ar­
tistiques, éditoriales et échangent avec les étudiants sur le
travail en cours.
Une exposition de l’ensemble des travaux aura lieu au prin­
temps, le lieu restant à déterminer. Cécile Kerjean, bibliothé­
caire à l’EESAB-site de Rennes, accompagne le projet quant
à la question des ressources en ligne, l’établissement d’une
base documentaire…
140
c
Option Communication – design graphique
Ateliers de Recherche et de Création (ARC)
Arc
DATAFLOW › Reynald Drouhin
—
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Objectifs
L’atelier propose aux étudiants de réaliser un projet en parte­
nariat avec le Centre Régional Information Jeunesse Bretagne
(le 4bis à Rennes). Le travail demandé est un ou plusieurs
projets individuels et un projet collectif (sur le site DataFlow).
Contenu
Lieu de travail, de production, de recherche et d’échange
dans le domaine des arts contemporains, l’atelier propose
de rendre visible et de matérialiser la recherche sur la notion
de « Flux ». Plusieurs axes seront abordés en fonction des
projets :
› les échanges au cours de la plateforme permettent à
chaque étudiant d’articuler sa pratique plastique person­
nelle autour des notions et antagonismes tels que réalité/
illusion, concret/abstrait, vrai/faux, construit/déconstruit,
visible/invisible… et notamment du passage de la matéria­
lisation à la dématérialisation et / ou inversement ;
› le blog « Dataflow » (flots de données) permet aux étu­
diants d’archiver toutes les documentations, notes, idées et
intentions de la conception à la réalisation de leurs projets.
Le processus de création, incluant échecs et pistes retenues,
est ainsi visible chronologiquement. Ce blog est en soit un
projet collectif de recherche (dataflow.reynalddrouhin.net).
Le travail plastique peut être sous forme de photographie,
vidéo, peinture, sculpture, installation, dessin, toute forme
est possible, mais il doit être envisagé sous forme d’image
en mouvement. Suite aux projets réalisés dans l’atelier, une
exposition est organisée (sur un site réel ou sur un site in­
ternet), une publication peut aussi être envisagée.
Méthode
› Réunion de groupe, références, présentation, accrochage,
workshop, conférence.
› Suivi de projets individuels.
141
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
c
EESAB
Site de Rennes
VIDéO – UNITé MéDIA › ALAIN BOURGES
ET ALAIN RODRIGUE
—
L’Unité Médias est une structure transversale qui accueille
les étudiants des trois options et qui est dédiée à la vidéo,
à la télévision et au cinéma. Elle réunit deux enseignants
spécialisés et accueille des ateliers proposés par les en­
seignants.
Objectifs
Elle a pour fondement pédagogique :
› la professionnalisation au moyen d’enseignements tech­
niques, de stages et de collaborations avec d’autres écoles
ou établissements culturels ;
› l’intégration de l’enseignement dans la cadre de la Forma­
tion tout au long de la vie (notamment avec des passerelles
entre cours publics et enseignement supérieur) ;
› la démocratie interne et l’implication des étudiants qui
doivent prendre en charge le fonctionnement de l’Unité et
participer collectivement à son évolution ;
› l’adaptation des rythmes à la spécificité du travail en vidéo ;
› le recours aux technologies d’information et de la commu­
nication (plateforme d’enseignement à distance).
Les étudiants de 4e et 5e années sont suivis sur la base d’un
dossier et d’un projet personnel. Il est donc indispensable
de présenter ces éléments en tout début d’année aux ensei­
gnants afin de valider l’inscription dans l’Unité. L’implication
dans les manifestations proposées par l’Unité Médias est
indispensable.
Évaluation
Les évaluations semestrielles sont faites par les deux en­
seignants de l’Unité et en relation avec les enseignants des
options.
D
OPTiON
design
D
Coordination : Patrick Le Priol
Équipe pédagogique : Amanda
Auffray-Liddiard, Pierangelo Caramia,
Tony Côme, Bruno Dubois, Thierry
Dupeux, Pierre-Henry Frangne, Alban
Gilles, Arnaud Guilloux, Philippe Lacroix,
Pierre Lafon, Patrick Le Priol,
Erwan Mahé, Guillaume Pinard,
Vincent Tordjman
145
EESAB
Site de Rennes
D
146
Option Design
Horaires – années 2 et 3 / L2-L3
D
horaires Design
Année 2 / L2
horaires Design
Année 3 / L3
SEMESTRES 3 et 4
LUNDI
SEMESTRES 5 et 6
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
LUNDI
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
9 h – 12 h
9 h 30 – 12 h 30
9 h 30 – 12 h 30
10 h – 12 h
9 h 30 – 12 h 30
9 h 30 – 12 h 30
9 h 30 – 11 h
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 12 h 30
P. Lafon
Approche
théorique
A. Gilles
Méthodologie
de projet
B. Dubois
Construction
A. Auffray
Anglais
A. Bourges
Vidéo
T. Côme
Histoire et théorie
du design
P. Caramia
Projets
P. Caramia
Suivi de projets
V. Tordjman
Projets
A. Gilles
Suivi de projets
T. Dupeux
Projets et
Maquettes
11 h – 13 h
E. Mahé
Suivi de projets
P. Lafon,
P. Lacroix
ARC
Semestre 5
A. Guilloux
Esthétique
13 h – 17 h
14 h – 17 h
14 h – 19 h
14 h – 16 h
14 h – 17 h
14 h – 18 h
14 h – 18 h
14 h – 15 h
14 h – 15 h 30
P. Lafon
Pratique plastique
T. Côme
Histoire et théorie
du design
A. Gilles
Méthodologie
du projet
G. Pinard
Dessin
B. Dubois
Matières –
matériaux
P. Lepriol
Projets
P. Caramia
Projets
A. Auffray
Anglais
J. Lencki
Anglais
E. Mahé
Design et
numérique
[selon calendrier]
16 h – 18 h
16 h – 19 h
E. Mahé
Design numérique
[selon calendrier]
Emploi du temps sous réserve de modifications.
Emploi du temps sous réserve de modifications.
G. Pinard
Dessin
147
D
EESAB
Site de Rennes
148
D
horaires Design
Année 4 / M1
horaires Design
Année 5 / M2
SEMESTRES 7 et 8
LUNDI
Option Design
Horaires – années 4 et 5 / M1-M2
SEMESTRES 9 et 10
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
LUNDI
MARDI
MERCREDI
JEUDI
VENDREDI
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 12 h 30
9 h – 11 h
9 h – 12 h 30
9 h – 12 h 30
9 h 30 – 12 h 30
9 h – 12 h 30
9 h – 11 h
9 h – 12 h 30
P. Lafon,
P. Lacroix
ARC
T. Dupeux
Suivi de diplôme
T. Côme
Suivi de projets
P. Caramia
Suivi de projets
B. Dubois
Projets
T. Dupeux
Suivi de diplôme
T. Côme
Suivi de projets
P. Lacroix
Suivi de projets
9 h 30 – 12 h 30
A. Gilles
Suivi de projets
[1 semaine sur 2]
P. Lacroix
Projets
P. Lafon,
P. Lacroix
ARC
P. Caramia
Suivi de projets
9 h 30 – 12 h 30
P. Caramia
Suivi de projets
E. Mahé
Suivi de projets
V. Tordjman
Suivi de projets
13 h – 16 h
14 h – 17 h
14 h – 18 h
14 h – 17 h
14 h – 18 h
13 h – 16 h
14 h – 17 h
14 h – 18 h
14 h – 17 h
14 h – 18 h
A. Auffray
Semestre 8
Anglais
P. Lafon
Suivi de travaux
T. Côme
Méthodologie
A. Gilles
Projets
[1 semaine sur 2]
T. Dupeux
Suivi de diplôme
A. Auffray
Semestre 9
Anglais
P. Lafon
Suivi de travaux
T. Côme
Méthodologie
P. Caramia
Suivi de projets
T. Dupeux
Suivi de diplôme
17 h – 19 h
V. Tordjman
Suivi de projets
17 h – 19 h
T. Côme
Suivi sur rdv
Emploi du temps sous réserve de modifications.
14 h – 18 h
V. Tordjman
Projets
[1 semaine sur 2]
T. Côme
Suivi sur rdv
Emploi du temps sous réserve de modifications.
1
3
1. Celine Descamps, DNSEP Design, 2013.
2. Clara Fouche, DNSEP Design, 2013.
2
3. Mattis Esnault, DNSEP Design, 2013.
4. Workshop « Design culinaire » avec Marc Bretillot.
4
Après une année 2 / L2 encadrée sur la
méthodologie de projet, l’étudiant s’oriente
à partir de la 3e année selon ses intentions et
en accord avec les modalités de travail
qui lui sont proposées.
L’option encourage la recherche,
le dépassement du sujet, la créativité
pour proposer de nouvelles possibilités
de relations entre l’homme et son
environnement, par de nouvelles visions
sur les espaces, les objets, et les usages.
L’équipe pédagogique de l’option Design
propose deux orientations majeures.
La première concerne un thème général
intitulé « espaces et sociabilité » et la
seconde entend à travers le « Laboratoire
de scénographie », développer des
expériences fondamentales d’un côté et
appliquées de l’autre. Chaque enseignant
contribue à l’enseignement avec ses
compétences, ses réseaux et ses méthodes.
L’étudiant trouvera le meilleur
développement pour ses projets en se
positionnant de manière personnelle par
rapport à ce contexte pédagogique.
L’étudiant abordera différentes échelles
de conception et structurera ainsi
sa vision personnelle du design : l’objet
et son espace, l’urbain et le paysage,
ou encore la scénographie de l’espace ou
du paysage. L’attention et le recours aux
derniers développements des technologies
numériques pourront également inspirer
et nourrir ses créations. La proximité avec
le Labfab doit faciliter les explorations
et encourager les expérimentations.
153
D
EESAB
Site de Rennes
154
phase programme
année 2 / L2
enseignements
ECTS
sem 3
ECTS
sem 4
Méthodologie, techniques
et mise en œuvre
16
14
Histoire, théorie des arts
et langue étrangère
8
8
Recherches
et expérimentations personnelles
2
4
Bilan
4
4
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
Option Design
Phase programme – année 2 / L2
avec les acteurs majeurs de la création contemporaine. Ils
sont invités également à pratiquer une veille personnelle
sur l’actualité et à s’enrichir par des voyages d’études, des
visites d’exposition, la fréquentation des bibliothèques.
année 2 / L2
ATTRIBUTION
DES CRÉDITS
D
120
L’étudiant poursuit les acquisitions plastiques fondamen­
tales entreprises en 1re année, en liaison avec le développe­
ment d’un enseignement basique propre à l’option, mettant
l’accent sur l’expérimentation. Différentes appréhensions du
design sont explorées au travers des cours. Chaque sujet
permet de développer un thème spécifique et un nouveau
contexte.
Un programme conséquent de conférences et de rencontres
est proposé par l’école en lien avec l’équipe pédagogique.
Les étudiants doivent y participer afin de rentrer en contact
ÉVALUATION
DU TRAVAIL
Les critères généraux d’évaluation pour l’ensemble des
cours sont les suivants :
› l’engagement ;
› la pertinence de la réflexion ;
› la qualité des réalisations ;
› l’assiduité et la ponctualité.
Les autres modalités d’évaluation sont précisées par cours,
le cas échéant.
ORGANISATION
DES ÉTUDES
Tous les cours de l’année 2 sont obligatoires dans les deux
modules d’enseignement.
Les cours de culture générale permettent une approche de
l’art sous toutes ses formes, le développement d’une pensée
critique, la maîtrise de l’écrit et de l’oral, la mise en œuvre
d’une méthodologie pour la recherche, le développement
d’une pensée critique et la maîtrise de la langue anglaise,
autant de compétences indispensables à la poursuite des
études dans une école d’art et à l’exercice de la profession
de créateur.
Dans le module « Méthodologie, techniques et mises en
œuvre », la méthodologie et l’apprentissage d’une culture
générale à travers des sujets et des cours spécifiques sont
au cœur de l’enseignement.
C’est à partir de ce socle que les étudiants pourront déve­
lopper des savoir-faire, une autonomie et un langage per­
sonnel à partir de la 3e année.
155
D
EESAB
Site de Rennes
156
programme des cours
année 2 / L2
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
Méthode
› Cours théorique retraçant les trajectoires de concepteurs
notables : de leur formation initiale à leur progressive mé­
diatisation (de leur vivant ou non), en passant les projets
associés.
Objectifs
› Acquérir un maximum de compétences linguistiques dans
le domaine du design, spécifiquement lié à la préparation
lexicale et la présentation orale de travail en rapport avec la
description d’un objet, d’un projet, ou de concepts liés au
monde du design. Les étudiants sont encouragés à discuter
autour de documents choisis en rapport avec des créateurs
contemporains anglophones. L’expression orale est au cœur
de l’enseignement.
Les cours d’anglais sont obligatoires pour les étudiants
francophones.
HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE
ET DU DESIGN › TONY CÔME
LA FIGURE DU DESIGNER ET SA CONSTRUCTION :
ÉCOLES/MUSÉES/MÉDIA…
—
Objectifs
› Comprendre, à travers son histoire récente, la construction
de la figure du designer – qu’il soit une « starichitecte » in­
ternationale ou un dessinateur industriel anonyme.
Option Design
Programme des cours – année 2 / L2
› Analyser la création, la structuration et l’évolution des prin­
cipaux centres internationaux de formation en design et en
architecture.
› Repérer les principaux dispositifs médiatiques et muséogra­
phiques promouvant ces disciplines au cours du XXe siècle.
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
—
Évaluation
› Écoute / visualisation de documents audiovisuels, étude
de textes.
› Compréhension, vocabulaire, discussion.
› Trois projets à réaliser en groupes ou individuellement (oral
et écrit).
D
Programmes pédagogiques, architectures d’écoles, cou­
pures de presse, images publicitaires, expositions histo­
riques, etc. seront ainsi étudiés en détails.
Évaluation
› Rendu de dossiers et exposé : analyse d’une carrière de
designer, d’une exposition…
Module
« Méthodologie,
techniques et
mises en œuvre »
Construction › Bruno Dubois
—
Objectifs
› Questionner la démarche de projet, s’approprier un sujet,
définir son contexte.
› Susciter les expérimentations, définir la part de l’invention,
de l’intuition.
› Se montrer curieux et imaginatif autour des questions
constructives.
Déroulement
› Environ trois sujets seront explorés dans l’année, en asso­
ciation avec le cours « Dessin » de Guillaume Pinard.
› Questions envisagées : figure et espace, matières pauvres
et objets riches, répondre à quelqu’un.
157
D
EESAB
Site de Rennes
Parallèlement à ce travail, le cours « Matières – Maté­
riaux » mettra en place un questionnement sur la notion de
« Construire ».
Bibliographie
› Grandes idées – Petites structures,Thames & Hudson éditeurs.
Matières – Matériaux › Bruno Dubois
—
Objectifs
› Apprendre à voir et à interroger les matériaux.
Méthode
› Approche élémentaire des systèmes structurels.
› Observations à l’échelle du mobilier et de l’architecture.
› Principes de technologie des matières élémentaires.
› Étude et présentation des matériaux de construction.
Bibliographie
› Marc Mimram, Structures et formes, Dunod / Presses ponts
et chaussées, 1983.
› Ezio Manzini, La matière de l’Invention, édition Centre
Georges Pompidou, 1989.
Méthodologie du projet › Alban Gilles
—
Objectifs
Ce cours est un moment d’observation, de réflexion et d’ex­
périmentation. À travers une série d’exercices à différentes
échelles traitant d’architecture, de design produit ou de
mobilier, les étudiants ont l’occasion de développer une re­
cherche personnelle et peuvent travailler tous les axes qui
vont de la problématique au projet. Le but est que chacun
puisse envisager les solutions qui permettent de mieux dé­
velopper son imaginaire et sa personnalité.
Cette année seront développés des travaux plus en relation
158
D
Option Design
Programme des cours – année 2 / L2
avec l’atelier DPN « Design et Pratique Numérique » et le
FabLab. Il permettront d’intégrer le numérique aux projets
et sensibiliser les étudiants aux possibilités offertes les tech­
nologies informatiques. Les objectifs pédagogiques visés
sont les suivants :
1. Proposer des pistes de recherche innovantes.
2. Exprimer et communiquer ses idées par le dessin et le
volume.
3. Analyser, critiquer et améliorer ses propres productions.
4. Élaborer un discours écrit et oral qui explicite le travail.
Sujets
Poser / ranger
› Alban Gilles – Sujet Objet
À travers cette thématique simple mais vaste, les étudiants
devront concevoir de nouvelles typologies d’objets ou de
petits meubles qui découleront d’une analyse précise et
contextuelle liée à nos nouveaux besoins de ranger ou de
poser. Ce travail s’appuiera sur une étude « éthologique »
composée de notes, de dessins, de photos ou de vidéos
de nos gestes et de nos comportements. Les propositions
donneront lieu à des expérimentations en atelier et les ma­
nipulations seront directement intégrées au processus de
création.
Parallèlement à ce travail, les étudiants tiendront un « carnet
de recherches » ou seront consignés les dessins, les notes
et les photographies indiquant leurs choix et découvertes
dans une chronologie. La réalisation de plans échelle 1/2,
et de prototypes réalistes et fonctionnels à échelle 1/1 per­
mettront de valider ces nouveaux concepts.
Un atelier d’artiste avec vue
› Alban Gilles – Sujet Espace
Concevoir un atelier c’est la possibilité de traduire les aspira­
tions singulières d’un artiste, d’exprimer un mode de vie, de
donner du sens à un lieu. Les qualités spatiales, le choix des
matériaux et des couleurs, l’importance de l’éclairage, tout
159
D
EESAB
Site de Rennes
peut servir à définir une façon de travailler et à la faciliter.
Après avoir fait le choix du site et de l’artiste, les étudiants
effectueront une étude de définition qui permettra de cer­
ner les problématiques relatives à une pratique artistique.
L’atelier sera un lieu de travail et de vie et pourra accueillir
une personne sur une durée non définie.
Enfin, la construction devra s’inscrire dans un cube de 8
mètres de côté.
Rendu :
› Les esquisses, et maquettes préparatoires.
› Un plan de masse de la construction faisant apparaître
l’orientation (nord).
› Un plan d’implantation par niveaux (s’il y en a).
› Une élévation des façades.
› Une perspective intérieure ou extérieure exprimant vos
choix plastiques.
› Une maquette échelle 1/20.
› Une planche de matériaux.
« À l’échelle d’une main »
Sujet Objet - Modélisation et impression 3D
1er semestre
› Alban Gilles, Erwan Mahé – Atelier DPN
En relation avec le laboratoire « Design et Pratique Numé­
rique » les étudiants seront invités à imaginer, à modéliser,
puis à imprimer un objet tridimensionnel et fonctionnel qui
aura comme échelle la main. Cette première approche met­
tra en évidence les potentiels des outils informatiques, et
permettra de vérifier l’incidence du design sur la gestuelle.
Les questions d’ergonomie, de confort et d’efficacité seront
centrales et les propositions développées pourront avoir un
caractère prospectif.
Récup & Hybridation
› Alban Gilles, intervenant Régis-R Prince of Plastic
Cet atelier propose aux étudiants de développer des alter­
natives à la culture du jetable en imaginant ce que pourrait
être un design stratégique lié au recyclage d’objets ma­
160
D
Option Design
Programme des cours – année 2 / L2
nufacturés. À la manière d’une greffe végétale, l’étudiant
proposera une hybridation efficace entre deux objets « péri­
més » – chacun avec sa fonction et ses matériaux propres –
pour en générer un nouveau, nourri des caractéristiques des
deux autres et enrichi par cette synthèse.
ONI: Objet Numérique Interactif.
› Alban Gilles, Erwan Mahé – Atelier DPN –
Sujet Objet – Arduino
2nd semestre
Ce sujet propose la conception d’un objet interactif dont
l’usage et la forme sera augmentée par l’apport d’un mi­
crocontrôleur de type Arduino. L’innovation et l’interaction
guideront le dessin du projet. Un premier temps sera consa­
cré à la réflexion et à l’élaboration d’un scénario original.
Un deuxième temps permettra à l’étudiant de réaliser un
prototype échelle 1/1 de son projet dans les ateliers de
l’école et de programmer son module.
Pratique plastique : structures
et phénomènes › Pierre Lafon
—
Cet enseignement est fondé sur deux modules complémen­
taires :
1. Une pratique plastique intuitive fondée sur l’expérience
individuelle et collective, ainsi que dans la mise en place
d’une relation directe et holistique avec le monde où nous
vivons.
2. Une approche théorique susceptible de nourrir notre
démarche, dans la connaissance de différentes données
scientifiques et techniques transdisciplinaires.
1. Pratique plastique
La pratique des « arts plastiques » est considérée comme
directement liée aux évolutions de nos comportements
physiologiques et spirituels d’une part, et aux sollicitations
de notre environnement d’autre part. L’approche proposée
est une approche transdisciplinaire, elle fait en premier lieu
161
D
EESAB
Site de Rennes
appel à nos capacités d’observation, de disponibilité et de
« re-jeu » des phénomènes du réel. Les propositions feront
une part essentielle à l’expérimentation.
D’une façon générale en fonction des thèmes proposés, les
étudiants décideront lors de l’évolution de leur travail dans
quel champ disciplinaire et social ils considèrent l’existence
et le développement de leur proposition (design d’objet, scé­
nographie, paysage urbain, périurbain ou rural…). Ils déci­
deront également des dimensions alternativement pragma­
tiques, exploratoires, utopiques, fictives ou manifestes de
leur pratique.
2. Approche théorique (ce cours est également ouvert a tout
étudiant désireux de se perfectionner en la matière). Il s’agi­
ra dans le contexte de cours théoriques qui accompagnent
la production plastique, d’explorer ensemble, comment le
monde où nous vivons se construit dans l’imprévisibilité
et l’enchantement d’une dimension dynamique et phéno­
ménologique. Il s’agit de nous confronter, dans les diffé­
rentes temporalités qui nous traversent, aux mouvements
de concentration, d’expansion ou encore erratiques d’une
matière stable et instable et à ses états naturels ou artificiels
d’équilibre ou de déséquilibre.
Soit, deux principaux thèmes, « structures statiques » et
« structures dynamiques », abordés dans leurs dimensions
phénoménologiques et cybernétiques.
Structures statiques
› Matériaux : origines, structure interne, isotropie, anisotropie.
› Concepts matérialisations : forces + matière + forme +
process.
› Forces : traction, compression, dilatation, flambement, ci­
saillement, fluage, glissement.
› Poutres : architraves, treillis, sous-tendues, perforées, pro­
filés, reconstituées.
› Systèmes : isostatiques, hyperstatiques, articulés, réticulés,
apesanteur.
162
D
Option Design
Programme des cours – année 2 / L2
› Structures sur appuis : Vierendeel, cantilever, précontraintes,
post-contraintes, haubanées, suspendues.
› Structures à résistance de formes : tas de charges, coques,
coupoles, gonflables, gabions, ferrociment.
› Structures dynamiques
› Phénomènes lumineux naturels et artificiels.
› Phénomènes sonores naturels et artificiels ;
› Phénomènes invisibles : champs électromagnétiques, mor­
phogénétiques, radio télescopes.
› Phénomènes liés à la structure de la matière tectonique :
l’eau, l’air, la terre, le feu.
› Phénomènes liés aux transformations biologiques : clima­
tiques, assainissement, purification.
› Phénomènes liés aux déplacements : accélération, ralenti,
évacuation, dissipation.
› Phénomènes liés à la structure de l’espace : entre deux,
« MA », non lieux, temps erratique.
Dessin › Guillaume Pinard
LA CORDE
—
Objectifs et contenu
Acheminer une perception de l’horizon jusqu’au creux de
sa main (et inversement) ne va pas de soi. C’est un exer­
cice qui nécessite d’avoir conçu une stratégie au pré­
alable. Une stratégie conforme à notre représentation
du monde et de la place qu’on y occupe. Quels sont les
moyens qui nous font coaguler des éléments d’échelle et
de nature différentes dans un même espace ? Par l’expéri­
mentation de techniques éprouvées, nous glisserons des
étoiles jusqu’à nos pieds pour essayer de comprendre
la variété des espaces que les nœuds du dessin peuvent
saisir. Ce travail se fera dans le cadre de propositions par­
tagées avec Bruno Dubois.
Évaluation
› Engagement et méthode.
163
D
EESAB
Site de Rennes
164
D
phase programme
année 3 / L3,
Phase projet
années 4 et 5 / M1-M2
Infographie › en lien avec Erwan Mahé
—
Objectifs
Les étudiants de 2e année Design seront formés aux mé­
thodes de modélisation d’objets. Le logiciel Rhino sera l’outil
de modélisation.
Contenu
› Formation technique sur Rhino sur la base d’exercices.
Les étudiants sont invités par ailleurs à se familiariser indi­
viduellement avec SketchUp, logiciel gratuit.
Cours transversal
ouvert à toutes
les options
Vidéo › Alain Rodrigue et Alain Bourges
—
Objectifs
Semestre 3
Ce semestre est consacré à l’expérimentation à partir de
sujets proposés et à l’acquisition des premières bases his­
toriques et analytiques.
Semestre 4
L’enseignement est collectif et vise à développer les bases
techniques et à permettre aux étudiants de s’engager dans
des recherches théoriques personnelles.
Évaluation
Les cours théoriques sont obligatoires. La validation prend
en compte le suivi de la moitié au moins des enseignements
et la production vidéo.
Cours optionnel
ouvert à toutes les
années et toutes
les options
Dessins et modèles vivants ›
Plusieurs enseignants
—
Objectifs
Dans l’hémicycle de dessin de l’école, le cours « Modèle
vivant » est assuré par un groupe d’enseignants qui succes­
sivement se saisissent de cet exercice.
Option Design
Phase programme – année 3 / L3 | Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
DEUX AXES
PÉDAGOGIQUES
COMPLÉMENTAIRES
Deux orientations pédagogiques sont proposées aux étu­
diants de Design dès la 3e année. Chacun doit établir son
propre parcours en composant son programme singulier.
Espaces, objets
et sociabilité
L’une des orientations de l’option Design propose une
structuration des enseignements et des projets des 3e et
4e années autour d’un thème fondamental : les espaces et la
sociabilité. Il s’agit d’explorer comment les espaces et les ob­
jets peuvent aujourd’hui produire des signes, du sens et per­
mettre des usages qui puissent favoriser de manière joyeuse
les rencontres, et la créativité individuelle et collective.
La recherche portera sur des espaces intérieurs ou exté­
rieurs, et des objets en relation avec ces espaces. Le cœur
de la recherche sera la manière dont les qualités des es­
paces influencent, transforment et favorisent les rencontres
et les échanges. Les relations complexes entre l’espace, le
corps, ses énergies et ses champs de déplacement, les
rapports de l’humain aux objets et au temps, seront nos
matériaux d’expérimentation.
Pour cette année 2013-2014, nous placerons la question
de l’alimentation au centre des questions de sociabilité.
Les espaces conçus accompagneront une réflexion sur les
échanges humains qui se construisent autour des cultures
alimentaires et des espaces et objets qui les accompagnent.
Entre innovation et tradition, ils se positionneront à la fois
par rapport aux désirs de nature liés aux terroirs et aux inno­
vations dans les espaces et les objets facilitées par l’essort
du numérique.
165
D
EESAB
Site de Rennes
Ces espaces et ces objets à inventer mettront l’accent sur
les notions de rencontre des cultures et d’échanges, et par
conséquent ils proposeront de nouvelles fictions et de nou­
veaux langages plastiques. L’ouverture sur les autres options
et les échanges entre les disciplines sont encouragées. Ce
positionnement sera structuré par divers partenariats : le
Centre culinaire contemporain de Rennes, le LabFab, l’école
d’ingénieur Telecom Bretagne.
Des workshops au cours de l’année permettront aussi de
concentrer les énergies et les réalisations : (sous réserve)
Stéphane Bureaux, food designer, Jean-Baptiste SibertinBlanc, designer, Emmanuel Geoffray, électronicien.
Les enseignants
Pierangelo Caramia, Tony Côme, Bruno Dubois, Alban Gilles,
Patrick Le Priol, Erwan Mahé, Vincent Tordjman.
Le laboratoire
de scénographie
Il s’adresse aux étudiants à partir de la 3 e année et ac­
cueillent des étudiants des trois options de l’école. Diffé­
rents champs d’action sont proposés aux étudiants pour se
projeter dans une dimension prospective.
Installations et essais à l’échelle 1
Une méthodologie basée sur l’expérimentation est propo­
sée ; elle s’élabore comme suit :
1. Elaboration d’un scénario au regard des interrogations
personnelles des étudiants et le cas échéant relecture et
mise en place d’un scénario à partir de textes existants.
2. Mise en place d’un système d’écriture personnel, qui
peut passer par un langage écrit comme par un langage
graphique propre.
3. Réalisation d’essai à l’échelle 1. Dans l’espace de l’hé­
micycle notamment, les étudiants peuvent mettre en œuvre
des trames scénaristiques autour de la lumière, de construc­
tions, de matières, de récits…
4. Réalisation de témoignages vidéos d’après les produc­
tions ainsi engagées.
166
D
Option Design
Phase programme – année 3 / L3 | Phase projet – années 4 et 5 / M1-M2
Projets extérieurs
Au regard de contacts extérieurs développés par le labora­
toire de scénographie, différentes propositions seront faites
tant en matière de « projets » qu’en matière d’échanges et de
contacts, par exemple :muséographie d’expositions aux Ar­
chives Départementales, partenariat avec l’Opéra de Rennes,
participation à des évènements urbains tel les Tombées de
la Nuit ainsi que des visites et échanges avec la compagnie
nantaise des Machines dirigée par François Delarozière, col­
laboration avec le lycée
Scénographie scientifique
Cette action liée au programme « Floating Islands In Floa­
ting Landscape » se développe d’un point de vue scéno­
graphique et s’inscrit dans un questionnement entre art et
science, sur les concepts de « machines », de « fabriques » et
« d’événements in situ ». Le programme « Floating islands in
floating landscape » est un projet de collection international
d’îles flottantes dites URU, régénératrices d’eaux lacustres
urbaines. Le programme est détaillé dans les pages ARC.
N. B. : Les étudiants qui s’inscrivent dans le Laboratoire de
scénographie ne doivent pas répondre à toutes les proposi­
tions, mais bien s’impliquer dans l’une d’entre-elles de façon
à créer les conditions nécessaires d’un développement de
la recherche sur la durée. Les propositions peuvent indiffé­
remment être traitées individuellement ou par groupes, nous
attirons l’attention sur le fait qu’en matière scénographique,
la constitution de petits groupes d’actions est favorable au
développement d’une synergie immédiate et opérationnelle
en temps réel.
Les enseignants
Tony Côme, Bruno Dubois, Philippe Lacroix, Pierre Lafon,
Erwan Mahé et en artistes associés Nicolas Floc’h, Marcel
Dinahet.
Bibliographie
› Bibliographie distribuée à la rentrée.
167
Partenariats
D
EESAB
Site de Rennes
Principe
Les partenariats et collaborations avec des établissements
extérieurs à l’école seront fondés sur des propositions ac­
tives et indépendantes faites aux partenaires par l’école sur
la base des orientations pédagogiques de l’option. La re­
cherche et l’investissement créatif des étudiants sont priori­
taires et essentiels au bon fonctionnement des partenariats.
Les partenariats qui ponctueront et compléteront le cursus
en 2013-2014 : Télécom Bretagne, école d’ingénieurs, Ar­
chives Départementales, Fondation Yves Rocher, le service
des jardins de la Ville de Rennes, Spectaculaires, le lycée
professionnel Jean Jaurès.
RENTRéE
Lundi 16 septembre 2013
À l’occasion de ce rendez-vous de rentrée, tous les étudiants
et enseignants de l’option Design seront réunis aux horaires
suivants :
› 11 h : présentation à l’année 2
› 12 h : pique-nique
› 14 h 30-16 h : présentation aux années 3 et 4
› 16 h : présentation à l’année 5
168
D
Option Design
Phase programme – année 3 / L3
année 3 / L3
Organisation
des études
L’année 3 / L3 permet l’approfondissement de la méthode
et du travail personnel. À partir des thématiques proposées
et des exercices qui y sont liés, l’étudiant organise un pro­
gramme de travail par semestre en lien avec le professeur
référent de l’année. Il suit par ailleurs tous les cours du mo­
dule « Histoire, théorie des arts et langue étrangère ». Pour
le meilleur développement de son travail, l’étudiant peut
bénéficier de tous les ateliers techniques de l’école et de
la présence du Labfab au sein de l’école.
À la fin de l’année, le DNAP valide l’acquisition des appro­ches
du design des années de la phase programme. L’admission
en année 4/ M1, après le DNAP, est liée à la capacité de l’étu­
diant à concevoir et développer une recherche personnelle.
Elle est subordonnée à une décision favorable du directeur
de l’école après entretien de l’étudiant avec une commis­
sion d’enseignants de l’école sur ses projets et recherches.
enseignements
ECTS
sem 5
ECTS
sem 6
Méthodologie, techniques et mise en œuvre
10
4
Histoire, théorie des arts et langue étrangère
8
5
Stage
2
–
Recherches et expérimentations personnelles
6
6
Bilan (semestre 5) et diplôme (semestre 6)
4
15
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
180
169
D
Participation
aux conférences
EESAB
Site de Rennes
Un programme conséquent de conférences et de rencontres
est proposé par l’école en lien avec l’équipe pédagogique.
Les étudiants doivent y participer afin de rentrer en contact
avec les acteurs majeurs de la création contemporaine.
Les étudiants de 3e année doivent obligatoirement remettre
cinq comptes-rendus de conférences au 2nd semestre (avant
le bilan) au secrétariat selon le modèle téléchargeable sur le
site de l’école. (Ces comptes-rendus font l’objet de crédits
ECTS.)
170
D
Option Design
Phase programme année 4 / M1
année 4 / M1
Organisation
des études
Les 4e et les 5e années représentent la phase de recherche
approfondie du cursus et préparent à une pratique profes­
sionnelle après la sortie de l’école. Au cours de ces deux
années, le développement de la recherche plastique et
conceptuelle s’appuie sur les enseignements théoriques et
pratiques, sur la participation à des champs de travail dans
le cadre de partenariats, sur des expériences dans le monde
professionnel.
L’étudiant doit travailler en parallèle dès le début de la 4e année d’une part, sur le mémoire et d’autre part, sur la mise
en œuvre d’un projet personnel de design.
enseignements année 4 / M1
ECTS
sem 7
ECTS
sem 8
Initiation à la recherche
Suivi du mémoire, philosophie,
histoire des arts
9
9
Projet plastique
Prospective, méthodologie,
production
20
20
Langue étrangère
1
1
TOTAL CRÉDITS ECTS
30
30
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
240
1. L’étudiant suit obligatoirement les enseignements du
module « Philosophie, histoire et théorie des arts et langue
étrangère. ». L’un des cours porte sur la méthodologie liée
à l’élaboration du mémoire.
171
D
EESAB
Site de Rennes
172
2. L’étudiant précise sa recherche en déterminant un sujet
théorique qui alimentera son projet personnel et constituera la
problématique du mémoire qu’il soutiendra pour son DNSEP.
Stages et Mobilité
INTERNATIONALE
3. L’étudiant effectue un stage ou/et une mobilité interna­
tionale.
Les stages et mobilités internationale font pleinement partie
du cursus de la 4e année. Ils font l’objet d’un projet validé
par l’équipe enseignante et d’un suivi.
LE PROJET
PERSONNEL –
Le mémoire
L’étudiant poursuit dans son espace de travail personnel
sa pratique plastique, il peut bénéficier de tous les ateliers
techniques de l’école et des compétences de leurs respon­
sables. Le suivi de son projet personnel est assuré par les
enseignants.
Le mémoire est élaboré par l’étudiant dès le début de la
4e année (semestre 7), après validation interne du sujet et
de l’intitulé. Il s’élabore en même temps et en synergie avec
le projet plastique individuel.
La formalisation du mémoire relève du choix de l’étudiant en
lien avec l’équipe pédagogique, avec son projet de diplôme
ou de tout sujet articulé avec celui-ci. Le travail écrit est au
centre de l’exercice, il peut être accompagné d’un travail sur
d’autres supports.
L’évaluation du mémoire au début du semestre 10 porte
notamment sur la pertinence du choix du sujet, la capacité
de l’étudiant à adopter un point de vue critique, la justesse
des références notamment bibliographiques et de leurs arti­
culations au projet, la qualité du travail rédactionnel et celle
de l’entretien avec le jury.
D
Option Design
Phase projet année 4 / M1
Les stages en France ou à l’étranger
L’étudiant détermine son programme de travail avec l’équipe
enseignante ; il met au point avec lui les modalités de suivi
de son stage et de son travail personnel.
Les stages à l’extérieur de l’école font l’objet d’une conven­
tion, à retirer au secrétariat et à rendre complétée au plus
tard le premier jour du stage. Tous les stages font l’objet d’un
rapport qui sera à intégrer au mémoire de DNSEP.
La mobilité internationale
Les échanges à l’étranger doivent être préparés dès la 3e an­
née. L’étudiant prend contact avec Amanda Auffray-Liddiard
au bureau Erasmus de l’école pour connaître les possibilités
offertes au sein de l’école et les modalités du séjour. La
destination du séjour et les modalités de suivi à distance
font l’objet d’un accord avec l’équipe enseignante et l’éta­
blissement d’accueil.
Pour le suivi, les moyens sont à adapter selon les situations :
mail, skype, plateforme, blog, courriers… Les crédits ECTS
sont attribués par l’école d’accueil pour la période à l’étran­
ger dans le cadre d’Erasmus.
173
D
EESAB
Site de Rennes
174
D
Le 1er semestre voit l’achèvement du mémoire. L’évaluation
de celui-ci au début du semestre 10 porte notamment sur
la pertinence du choix du sujet, la capacité de l’étudiant à
adopter un point de vue critique, la justesse des références
notamment bibliographiques et de leurs articulations au pro­
jet, la qualité du travail rédactionnel et celle de l’entretien
avec le jury.
année 5 / M2
Organisation
des études
enseignements année 5 / M2
ECTS
sem 9
ECTS
sem 10
Méthodologie de la recherche
(suivi du mémoire)
20
–
Mise en forme du projet personnel
10
–
Mémoire
–
5
Travail plastique
–
25
30
30
Épreuves
du diplôme
TOTAL CRÉDITS ECTS
TOTAL CRÉDITS ECTS CUMULÉS
300
En année 5 / M2, l’étudiant, développe sa démarche person­
nelle dans un vaste champ des pratiques du design avec la
plus grande précision quant aux enjeux, gestes et méthodes
engagés.
Le Master veut permettre aux étudiants de préciser la nature
et la définition qu’ils souhaiteront donner à leur activité au
sein du design. Il a la possibilité de confronter son travail
aux regards des enseignants dans le cadre de rendez-vous
individuels, mais aussi lors d’échanges collectifs réunissant
enseignants et étudiants.
Les ateliers techniques de l’école sont ouverts pour l’expéri­
mentation et la réalisation des projets, tout comme le Labfab.
Option Design
Phase projet année 5 / M2
Le cycle se conclut par le passage du DNSEP au mois de
juin. Pour le DNSEP 2014, le représentant de l’école sera
Thierry Dupeux.
Insertion
professionnelle
La phase projet M1 et M2 est également une étape impor­
tante dans la préparation à la vie professionnelle. Outre les
rencontres avec des professionnels à l’occasion de partena­
riats ou de conférence, l’école organise une formation pour
préparer à l’insertion professionnelle.
Elle sera assurée par deux organismes qui ont réuni leurs
compétences pour un programme adapté aux étudiants en
phase projet des écoles d’art : DDAB, Documents d’Artistes
Bretagne et Chrysalide – Artenréel.
Il s’agit d’apporter aux étudiants une meilleure visibilité de
leur futur environnement professionnel et des outils leur per­
mettant de concrétiser leur projet après le diplôme, grâce à
la mise en lien des savoirs, des expériences professionnelles
et des outils méthodologiques.
Ce temps de travail dédié au projet professionnel permettra
à l’étudiant de se projeter dans la mise en place de son
activité artistique. L’enjeu est d’accompagner les étudiants
dans la formalisation de leur projet en rendant visible les
liens entre production artistique, diffusion, administration,
économie et communication.
175
D
EESAB
Site de Rennes
Programme des cours
année 3 / L3
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
et James Lencki
—
Objectifs
L’objectif est d’acquérir un maximum de spontanéité et d’ai­
sance dans l’expression orale. Les étudiants travailleront par
petits groupes sur un sujet de recherche en lien avec le
design. L’élaboration, la préparation et le développement
des problématiques autour du sujet sont à présenter et ora­
lement et par écrit.
Chaque étudiant bénéficiera à la fois de séances hebdoma­
daires avec Amanda Auffray-Liddiard et de l’intervention de
James Lencki – artiste/lecteur anglais, invité dans le cadre
du projet Interreg ICR. (lien internet : interreg4a-manche.eu/
index.php?option=com_sobi2&sobi2Task=sobi2Details&so
bi2Id=3117&Itemid=&lang=fr).
Il animera des séances de conversation autour de sujets
culturels divers, afin d’assurer une pratique supplémentaire
de la langue, pour préparer à une participation active aux
projets bilingues mis en place par l’EESAB-site de Rennes
au cours de l’année universitaire.
Évaluation
Les séances sont obligatoires pour les étudiants franco­
phones à la fois avec Amanda Auffray-Liddiard et James
Lencki et seront évaluées sur le principe du contrôle continu,
l’assiduité en cours, réalisation des devoirs demandés, syn­
thèse de la réflexion, de la recherche et du développement.
› Travail à réaliser en groupes et individuellement (oral et
écrit).
176
D
Option Design
Programme des cours – année 3 / L3
HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE
ET DU DESIGN › TONY CÔME
—
› Suivi de projet en atelier.
› Préparation du DNAP – Actualités.
› Suivi des projets individuels et des projets collectifs.
Esthétique › Pierre-Henry Frangne
et Arnaud Guilloux
Art, culture et histoire.
—
Semestre 5
La question directrice sera celle de savoir dans quelle
mesure on peut considérer l’art comme étant dépendant
de dispositions naturelles inscrites en l’homme ou liées à
son évolution, et dans quelle mesure l’art peut ou doit au
contraire être rattaché à une dimension de l’existence hu­
maine irréductible à quelque chose de naturel (dimension
culturelle, spirituelle).
LE POLP : PETIT OBJET LUMINEUX PORTABLE ›
Patrick le Priol
—
Dans ce sujet, il s’agit pour l’étudiant de définir des théma­
tiques spatiales sur un objet de sociabilité. L’observation
de phénomènes de société sous forme d’analyse écrite de
croquis est la première étape de ce travail.
Ensuite, le développement du projet se fait par la construc­
tion et l’établissement d’un programme et d’un concept que
l’étudiant façonne lui-même en révélant en quelque sorte
les préoccupations de ses contemporains.
177
D
atelier Design
et numérique
Formation croisée
avec Télécom
Bretagne
EESAB
Site de Rennes
178
D
Le Labfab installé à l’EESAB-site de Rennes, est le centre
de gravité d’un réseau régional émergent reliant populations,
étudiants de cursus créatifs et des écoles d’ingénieurs.
Les contextes de recherche de « design et numérique » à
l’EESAB-site de Rennes sont multiples (cf. la rubrique « Re­
cherche – Design pratiques numériques » p. 223.
Objectifs
› Permettre aux étudiants d’intégrer simplement le numé­
rique dans leurs projets de design dobjet ou d’espace.
› Faire de l’internet des objets un enjeu citoyen et pas seu­
lement commercial, en insistant sur la relations entre per­
sonnes, la formation de réseaux, et la compréhension des
mécanismes associés.
› Développer de nouvelles méthodes d’innovation agile ré­
pondant par des propositions peu onéreuses à nombreuses
questions de société (pollution, handicap, énergie, transport,
seniors…). Par le partage des plans et des codes sources,
ces solutions sont vouées à l’amélioration permanente et
collaborative.
› Faire du Labfab non seulement un atelier de fabrication, mais
un lieu actif de rencontres et de débats sur des questions
de société (mise à disposition des données personnelles,
objets communicants, etc.).
Programme européen Interreg – Cross-Channel
Film Lab 2 (CCFL 2) › Erwan Mahé
—
L’objectif du projet CCFL2 est de mettre en place une col­
laboration durable entre les régions françaises bordant la
Manche et les régions côtières du Sud du Royaume-Uni,
en considérant leurs compétences en matière de cinéma
et d’usage des nouvelles technologies de l’image pour la
production de films. Le programme concerne trois champs
complémentaires : les effets visuels numériques (VFX),
l’image 3D relief, ainsi que l’écriture de scénario en lien
avec ces deux techniques.
Le projet rassemble le Cornwall Council ; le Groupe Ouest,
Pôle européen de création cinématographique ; South West
Screnne, Cornwall Arts Center Trust, Télécom Bretagne (3D
Fovea) ; l’Université de Bretagne Occidentale ; Bournemouth
University, The media school and national center for com­
puter animation) ; University College Falmouth, Artefacto, le
Festival du film britannique de Dinard.
LABFAB
LABFAB › John Lejeune, Erwan Mahé
et Vincent Tordjman
—
Un LabFab est un laboratoire d’invention et de fabrication
qui permet la fertilisation croisée, l’innovation ouverte, la
démocratisation des nouvelles technologies et le dévelop­
pement d’objets tangibles plutôt que de code informatique.
Ces objets de nouvelle génération, conçus en co-création,
souvent interactifs et reliés à l’internet, sont documentés,
réplicables, partageables et améliorables.
Option Design
Programme des cours – année 3 / L3
Méthode
John Lejeune proposera une cycle de formation de l’initiation
à la spécialisation pour les étudiants qui le souhaitent.
Mobiliers et objets
hybrides
La technologie omniprésente ne fonde pas les projets à
elle seule, elle peut les accompagner si elle est intégrée de
manière juste ; elle demande un travail sur le sens et aussi
un travail de détail pour être intégrée de manière harmo­
nieuse et élégante aux objets. Elle sollicite des techniques
d’assemblage traditionnels complétées d’un souci du détail
et une curiosité pour les matériaux, accompagnée d’une
recherche de solutions simples et efficaces.
La présence du LabFab dans l’école let les opportunités
offertes par les différents sujets et workshops nous permet­
179
D
EESAB
Site de Rennes
180
tront d’approfondir et de pousser certains objets et mobi­
liers. Il pourront intégrer de l’électronique, du son et/ou de la
lumière. L’étudiant se concentrera sur le sens de son projet,
et sur l’optimisation des effets, des usages et des finitions.
dans le cadre
des Investissements
d’Avenir
L’espace étudié est la place du Parlement. Les propositions
scénographiques intégreront la réalité augmentée et la pro­
jection urbaine. Des éléments de type mobilier urbain ou
objet pourront également constituer des supports à l’inte­
raction.
L’ESPACE, SES OBJETS ET SON MOBILIER › PIERANGELO
CARAMIA, PATRICK LE PRIOL ET VINCENT TORDJMAN
—
› Travail sur l’espace intérieur et extérieur de l’atelier du vent
qui est une architecture intéressante avec beaucoup de po­
tentiel.
L’étudiant devra formuler son propre programme d’architec­
ture intérieure dans le bâtiment qui sera en relation avec le
quartier et qui aura comme finalité principale celle de favo­
riser des nouvelles formes de sociabilité entre les usagers
de cet espace.
Option Design
Programme des cours – année 3 / L3
Le programme va générer un zoning du bâtiment et du site
et ensuite une partie du bâtiment sera étudiée dans le dé­
tail, avec son mobilier et ses objets. L’une des finalités de
ce travail sur l’espace, ses objets et mobilier est de former
l’étudiant à travailler en considérant tous les aspects et les
applications du projet : espace, objet, mobilier, technologie,
éclairage, etc.
programme de Recherche MAELT (MAchines
à Explorer Le Temps) › Erwan Mahé,
Alban Gilles et Vincent Tordjman
—
Cette recherche porte sur la conception d’un dispositif de
réalité augmentée dans une réflexion globale sur la produc­
tion de nouvelles formes de spectacle, de nouvelles images,
de nouveaux sons et de nouvelles interactivités. Le dispositif
permettra de concevoir des spectacles interactifs acces­
sibles depuis plusieurs supports (smartphone ou tablette,
mobilier urbain, projection urbaine). Les principaux axes de
recherche portent sur la localisation des utilisateurs, la na­
ture de l’interaction et la diffusion des contenus.
D
L’espace génère ses objets, le mobilier génère l’espace qui
l’entoure, la lumière est un matériau de construction qui
contribue à composer l’architecture d’intérieur, l’architecture
et l’aménagement urbain, le numérique et la technologie
font partie intégrante de l’espace contemporain et il faut sa­
voir s’en servir pour l’intégrer éventuellement dans le projet.
« LES TERRITOIRES
DE LA VILLE »
Cet atelier pose la question des nouveaux enjeux de l’es­
pace de la Ville, à travers des situations réelles, pouvant être
mené avec divers partenaires. Ainsi, nous pourrons aborder
cette année deux phénomènes inscrits dans l’espace de la
Ville, celui du Temps, en partenariat avec le Lycée Horloger
Jean Jaurès de Rennes et celui de l’émergence d’un nouvel
Espace urbain avec la préfiguration d’un quartier à proximité
du centre ville.
Inscription du Temps dans la Ville ›
BRUNO DUBOIS et PHILIPPE LACROIX
—
Ce projet répond à une question qui nous avait été posée
par la Ville de Rennes (Direction des Jardins, Ville de Rennes)
concernant le marquage de notre temps dans le Parc du
Thabor, et plus particulièrement à travers sa statuaire.
Une démarche de travail sera mise en place avec le lycée
Horloger Jean Jaures, dans le cadre d’une convention de
partenariat établie avec l’EESAB.
181
D
EESAB
Site de Rennes
182
programme des cours
années 4 et 5 / M1-M2
Objectifs
› Dégager les grands axes du sujet de recherche du mémoire
de DNSEP.
› Constituer une bibliographie et référencer les œuvres et
démarches se rapportant au sujet afin d’étayer et d’enrichir
sa réflexion.
› Construire une problématique et l’interroger tant par l’écri­
ture du mémoire qu’à travers le projet.
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
et James Lencki
—
Contenu
Avec Amanda Auffray-Liddiard : basé sur le principe de
rendez­-vous (trois étudiants maximum), l’essentiel est d’ha­
bituer l’étudiant à s’exprimer sur son propre parcours, ses
références et ses réflexions. La discussion en petits groupes
permet des questionnements croisés.
Chaque étudiant bénéficiera également de séances hebdo­
madaires pendant un semestre avec James Lencki – artiste/
lecteur anglais, invité dans le cadre du projet Interreg ICR.
(interreg4a-manche.eu/index.php?option=com_sobi2&so
bi2Task=sobi2Details&sobi2Id=3117&Itemid=&lang=fr).
Il animera des séances de conversation autour de sujets
culturels divers, afin d’assurer une pratique supplémentaire
de la langue, pour préparer à une participation active aux
projets bilingues mis en place par l’EESAB-site de Rennes
au cours de l’année universitaire.
Évaluation
À l’occasion de chaque rendez­-vous, l’étudiant doit rendre
un résumé écrit du contenu de ses idées qu’il entend pré­
senter.
› Participation à six rendez-­vous par an au minimum.
Les séances sont obligatoires pour les étudiants franco­
phones à la fois avec Amanda Auffray-Liddiard et James
Lencki et seront évaluées sur le principe du contrôle continu.
Option Design
Programme des cours – année 4 / M1
HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE
ET DU DESIGN › TONY CÔME
Méthodologie pour la préparation
du DNSEP – Actualités
—
année 4 / M1
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
D
Le cours abordera différents thèmes transversaux liés en
partie aux sujets de recherche engagés par les étudiants.
atelier Design
et numérique
Les contextes de recherche de « design et numérique » à
l’EESAB-site de Rennes sont multiples.
Programme européen Interreg – Cross-Channel
Film Lab 2 (CCFL 2) › Erwan Mahé
—
L’objectif du projet CCFL2 est de mettre en place une col­
laboration durable entre les régions françaises bordant la
Manche et les régions côtières du Sud du Royaume-Uni,
en considérant leurs compétences en matière de cinéma
et d’usage des nouvelles technologies de l’image pour la
production de films.
Le programme concerne trois champs complémentaires :
les effets visuels numériques (VFX), l’image 3D relief, ainsi
que l’écriture de scénario en lien avec ces deux techniques.
Le projet rassemble le Cornwall Council ; le Groupe Ouest,
Pôle européen de création cinématographique ; South West
Screnne, Cornwall Arts Center Trust, Télécom Bretagne (3D
183
D
EESAB
Site de Rennes
Fovea) ; l’Université de Bretagne Occidentale ; Bournemouth
University, The media school and national center for com­
puter animation) ; University College Falmouth, Artefacto, le
Festival du film britannique de Dinard.
dans le cadre
des Investissements
d’Avenir
programme de Recherche MAELT (MAchines
à Explorer Le Temps) › Erwan Mahé,
Alban Gilles et Vincent Tordjman
—
Cette recherche porte sur la conception d’un dispositif de
réalité augmentée dans une réflexion globale sur la produc­
tion de nouvelles formes de spectacle, de nouvelles images,
de nouveaux sons et de nouvelles interactivités. Le dispositif
permettra de concevoir des spectacles interactifs acces­
sibles depuis plusieurs supports (smartphone ou tablette,
mobilier urbain, projection urbaine). Les principaux axes de
recherche portent sur la localisation des utilisateurs, la na­
ture de l’interaction et la diffusion des contenus.
L’espace étudié sera la place du Parlement. Les proposi­
tions scénographiques intégreront la réalité augmentée et
la projection urbaine. Des éléments de type mobilier urbain
ou objet pourront également constituer des supports à l’in­
teraction.
184
D
Option Design
Programme des cours – année 5 / M2
année 5 / M2
Module « Histoire,
théorie des
arts et langue
étrangère »
Anglais › Amanda Auffray-Liddiard
et James Lencki
—
Contenu
Avec Amanda Auffray-Liddiard : basé sur le principe de
rendez­-vous (trois étudiants maximum), l’essentiel est d’ha­
bituer l’étudiant à s’exprimer sur son propre parcours, ses
références et ses réflexions. La discussion en petits groupes
permet des questionnements croisés.
Chaque étudiant bénéficiera également de séances hebdo­
madaires pendant un semestre avec James Lencki – artiste/
lecteur anglais, invité dans le cadre du projet Interreg ICR.
(interreg4a-manche.eu/index.php?option=com_sobi2&so
bi2Task=sobi2Details&sobi2Id=3117&Itemid=&lang=fr).
Il animera des séances de conversation autour de sujets
culturels divers, afin d’assurer une pratique supplémentaire
de la langue, pour préparer à une participation active aux
projets bilingues mis en place par l’EESAB-site de Rennes
au cours de l’année universitaire.
Évaluation
À l’occasion de chaque rendez­-vous, l’étudiant doit rendre
un résumé écrit du contenu de ses idées qu’il entend pré­
senter.
› Participation à six rendez­-vous par an au minimum.
Les séances sont obligatoires pour les étudiants franco­
phones à la fois avec Amanda Auffray-Liddiard et James
Lencki et seront évaluées sur le principe du contrôle continu.
185
D
EESAB
Site de Rennes
186
Option Design
Ateliers de Recherche et de Création (ARC), workshop
ateliers de recherche
et de création (arc),
workshop
HISTOIRE ET THEORIE DE L’ARCHITECTURE
ET DU DESIGN › TONY CÔME
Méthodologie pour la préparation
du DNSEP – Actualités
—
Objectifs
› Poursuivre ce qui a été engagé en 4e année jusqu’à la
soutenance du diplôme au mois de mars 2014.
Le cours abordera différents thèmes transversaux liés en
partie aux sujets de recherche engagés par les étudiants.
D
arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
LE LABORATOIRE DE SCÉNOGRAPHIE › PHILIPPE
LACROIX ET PIERRE LAFON
—
Un suivi d’une partie de ce programme, soit « Floating Is­
lands In Floating Landscape » sera accompagné en option
Design par Bruno Dubois et en option Art par Nicolas Floch,
ainsi que dans le contexte de l’intervention de Marcel Di­
nahet en 2013-2014. Le laboratoire de scénographie est
transversal, il est ouvert aux 3 options à partir de la 3e année.
Différents champs d’actions sont proposés aux étudiants :
1. Installations et essais à échelle 1
Méthodologie
1.1. Élaboration d’une scénaristique au regard des interro­
gations personnelles des étudiants et le cas échéant relec­
ture et mise en place d’une scénaristique à partir de textes
existants.
1.2. Mise en place d’un système d’écriture adapté, soit le
développement du scénario écrit dans une partition
spatio-temporelle graphique.
1.3. Réalisation d’essais à échelle 1, l’un des espaces dédiés
étant l’hémicycle.
1.4. Témoignages vidéo des productions ainsi engagées.
2. Partenariats institutionnels, muséographie,
opéra/théâtre de rue
Au regard de contacts extérieurs développés par le labo­
ratoire de recherche, différentes propositions pourront
être faites tant en matière de « projets » qu’en matière
d’échanges et de contacte, par exemple : muséographie aux
187
D
EESAB
Site de Rennes
archives, partenariat avec l’opéra de Rennes, participation à
des événements urbains tel les tombées de la nuit ainsi que
des visites et échanges avec la compagnie des Machines
dirigée par François Delarozière.
188
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Option Design
Ateliers de Recherche et de Création (ARC), workshop
ACTIONS, PERFORMANCES ET CAPTATIONS AUDIOVISUELLES, ENTRE CREATION ET RE-CREATION ›
LUC LARMOR
—
Objectifs et contenu
› Une série d’ateliers d’improvisation sonore et musicale,
proposés par Luc Larmor et ouverts aux pianos préparés,
aux guitares fabriquées, violons détournés, cordes vocales
amplifiées, aux fil-de-féristes et aux adeptes des cordes
tendues.
› Initiation à l’environnement de programmation d’applica­
tions temps réel MaxMSP / jitter.
› Un workshop ouvert aux étudiants de L3 et de M1, à l’oc­
casion des semaines spécifiques.
3. Scénographies scientifiques dédiées
aux sciences de l’environnement
Cette action liée au programme « Floating Islands In Floating
Landscape » est décrite avec plus de précisions çi-après,
développe d’un point de vue scénographique ainsi qu’en
ce qui concerne nos questionnements entre art et science,
les concepts de « Machines », de « Fabriques et de d’évé­
nements in situ.
Programme « Floating Islands In Floating Landscape »
Ce programme vise à réaliser une collection internationale
d’îles flottantes, dites « URU », régénératrices d’eaux lacu­
tres urbaines. Chaque île aura ses caractéristiques propres
au regard d’une cible scientifique d’où le nom d’« Unités
Régénératrices Unicellulaires ».
Important
1. Les étudiants ne doivent pas répondre à toutes ces pro­
positions, mais bien s’impliquer dans l’une d’entre-elle de
façon à créer les conditions nécessaires d’un développe­
ment des la recherche sur la durée.
2. Les propositions peuvent indifféremment être traités indi­
viduellement ou par groupes, nous attirons l’attention sur le
fait qu’en matière scénographique la constitutions de petits
groupes d’actions est favorable au développement d’une
synergie immédiate et opérationnelle en temps réel.
D
Méthode
Tout au long de l’année, Luc Larmor proposera régulière­
ment aux étudiants de M1 et M2, un séminaire de réflexion/
discussion : « Les mots pour ne rien dire, entre singularité
et communication ».
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
SCULPTURE PERFORMéE › CHRISTELLE FAMILIARI
ET NICOLAS FLOC’H
—
Cet ARC transversal (qui associe diverses pratiques – sculp­
ture, performance, vidéo, photo, installation et danse) vise
à soumettre aux étudiants différents moyens de représen­
tation du corps dans une œuvre. Cette transversalité doit
permettre de faire apparaître des capillarités entre différents
modes d’expression. Elle doit aussi amener les étudiants à
dialoguer avec des acteurs qui viennent de divers champs
professionnels (danseurs, artistes plasticiens, vidéastes, ac­
teurs, critique d’art du spectacle…).
En 2012 nous avons par exemple mené, en collaboration
avec le Musée de la danse, plusieurs exercices avec le dan­
seur Alain Michard et Rachid Ouramdame.
189
D
EESAB
Site de Rennes
Arc
DU DESSIN à LA TRANSGRESSION › SOIZIC DEBONS
—
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Objectifs
Cet atelier requiert la recherche et l’analyse approfondie
d’un texte librement choisi. En prenant pour base l’expres­
sion dessinée, il faut envisager les transgressions séman­
tiques et plastiques liées à une remise en cause des codes
habituellement pratiqués.
Axes de travail
Les contenus et sens véhiculés par le texte retenu devront
être traduits par les moyens du dessin en dépassant pro­
gressivement les évidences et les conventions. Il conviendra
ensuite de sélectionner les meilleures possibilités de trans­
gression et de réaliser plastiquement la plus pertinente, par
le dessin ou par tout autre moyen d’expression. Une solide
culture spécifique devra étayer les aspects théoriques et
pratiques de l’ensemble du travail.
› Visite d’expositions et intervenants prévus.
Évaluation
› Contrôle continu, validation semestrielle.
Arc
Laboratoire
de scénographie
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Le programme « Floating islands in floating
landscape » › Pierre Lafon & Philippe Lacroix
—
Il s’agit de réaliser une collection internationale d’îles flot­
tantes dites « URU », régénératrices d’eaux lacustres ur­
baines. Chaque île aura ses caractéristiques propres au re­
gard d’une cible scientifique d’où le nom générique d’Unité
Régénératrices Unicellulaires.
La mise en place de cette collection génère à travers des
concepts comme « la Flotte d’Uru » et « le Parc
d’Uru », un paysage lacustre urbain en transformation à to­
pologie variable.
190
D
Option Design
Ateliers de Recherche et de Création (ARC), workshop
Les scénographies scientifiques
Le rôle de l’EESAB-site de Rennes est d’initier les premiers
éléments de la collection à travers des scénographies scien­
tifiques d’une part et la mise en place de prototypes in situ
d’autre part. Les sites envisagés étant les étangs d’Apigné
à Rennes et le South Lake de Nanning en Chine. Les proto­
types sont constitués d’unités régénératrices actives : « les
machines », et d’unités régénératrices passives : « les archi­
pels phytoépurateurs ».
Les scénographies environnementales
La dimension scénographique est également explorée dans
la dimension mythogène des objets flottants et
cela, par l’élaborations de scénarios et la programmation
d’événements à l’échelle géographique. Des
contacts sont en cours pour une présence de l’ARC à Nann­
nig en septembre 2014 dans le contexte de CAEXPO
(salon international des pays de l’ASEA).
Le programme trans-disciplinaire se déroule avec différents
partenariats :
› École des Hautes études en Santé Publique – laboratoire
Leeres : analyse de l’eau en laboratoire, test des process de
filtration.
› Limnologie SARL : physico-chimie des eaux lacustres et
mise en place de cahiers pilote déterminant les
cibles à atteindre, et veilles scientifiques.
› Bertrand Martin : spécialisé en sciences de l’environne­
ment, et responsable de l’exploitation des parcs et jardins
de la Ville de Rennes.
› INSA : école d’ingénieur : électromécaniques, énergies
douces et process technologiques.
› Société Yann Quilien : spécialisé en moulages monumen­
taux pour artistes.
191
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
D
EESAB
Site de Rennes
192
Le processus de création, incluant échecs et pistes retenues,
est ainsi visible chronologiquement. Ce blog est en soit un
projet collectif de recherche (dataflow.reynalddrouhin.net).
› Le travail plastique peut être sous forme de photographie,
vidéo, peinture, sculpture, installation, dessin, toute forme
est possible, mais il doit être envisagé sous forme d’image
en mouvement.
Comment parler de l’apparition d’un futur quartier, com­
ment évoquer les signes de la transformation de la Ville ?
C’est dans le cadre d’une vaste « zone » appelée Zac Baud
Chardonnet, entre Vilaine et Voies Ferrées, que nous cher­
cherons à définir diverses actions possibles, plus ou moins
construites, plus ou moins visibles, dans des étendues et
temporalités différentes.
Suite aux projets réalisés dans l’atelier, une exposition est
organisée (sur un site réel ou sur un site internet), une pu­
blication peut aussi être envisagée.
Ce travail s’inscrit dans le cadre d’une convention établie
entre l’EESAB et l’agence Territoires.
DATAFLOW › Reynald Drouhin
—
toutes options,
Années 3, 4 et 5
Objectifs
L’atelier propose aux étudiants de réaliser un projet en
partenariat avec le Centre Régional Information Jeunesse
Bretagne (le 4bis à Rennes). Le travail demandé est un ou
plusieurs projets individuels et un projet collectif (sur le site
DataFlow).
Contenu
Lieu de travail, de production, de recherche et d’échange
dans le domaine des arts contemporains, l’atelier propose
de rendre visible et de matérialiser la recherche sur la notion
de « Flux ». Plusieurs axes seront abordés en fonction des
projets :
› les échanges au cours de la plateforme permettent à
chaque étudiant d’articuler sa pratique plastique person­
nelle autour des notions et antagonismes tels que réalité/
illusion, concret/abstrait, vrai/faux, construit/déconstruit,
visible/invisible… et notamment du passage de la matéria­
lisation à la dématérialisation et / ou inversement ;
› le blog « Dataflow » (flots de données) permet aux étu­
Option Design
Ateliers de Recherche et de Création (ARC), workshop
diants d’archiver toutes les documentations, notes, idées et
intentions de la conception à la réalisation de leurs projets.
Émergence d’un nouveau quartier :
BAUD CHARDONNET › Plusieurs enseignants
en Art et en Design
—
Arc
D
Méthode
› Réunion de groupe, références, présentation, accrochage,
workshop, conférence.
› Suivi de projets individuels.
Arc
toutes options,
Années 3, 4 et 5
VIDéO – UNITé MéDIA › ALAIN BOURGES
ET ALAIN RODRIGUE
—
L’Unité Médias est une structure transversale qui accueille
les étudiants des trois options et qui est dédiée à la vidéo,
à la télévision et au cinéma. Elle réunit deux enseignants
spécialisés et accueille des ateliers proposés par les en­
seignants.
Objectifs
Elle a pour fondement pédagogique :
› la professionnalisation au moyen d’enseignements tech­
niques, de stages et de collaborations avec d’autres écoles
ou établissements culturels ;
› l’intégration de l’enseignement dans la cadre de la Forma­
tion tout au long de la vie (notamment avec des passerelles
entre cours publics et enseignement supérieur) ;
193
D
EESAB
Site de Rennes
› la démocratie interne et l’implication des étudiants qui
doivent prendre en charge le fonctionnement de l’Unité et
participer collectivement à son évolution ;
› l’adaptation des rythmes à la spécificité du travail en vidéo ;
› le recours aux technologies d’information et de la commu­
nication (plateforme d’enseignement à distance).
Les étudiants de 4e et 5e années sont suivis sur la base d’un
dossier et d’un projet personnel. Il est donc indispensable
de présenter ces éléments en tout début d’année aux ensei­
gnants afin de valider l’inscription dans l’Unité. L’implication
dans les manifestations proposées par l’Unité Médias est
indispensable.
Évaluation
Les évaluations semestrielles sont faites par les deux en­
seignants de l’Unité et en relation avec les enseignants des
options.
,
L équipe
enseignante
197
EESAB
Site de Rennes
198
L’équipe enseignante
–
Dominique
Abensour
Dominique Abensour est critique d’art et commissaire d’ex­
position indépendante. De 1995 à 2008, elle a dirigé le
Quartier, Centre d’art contemporain de Quimper dont elle a
organisé les programmes d’expositions, soutenus par des
productions d’œuvres et une politique éditoriale conséquente.
Alain Bourges
Vidéaste, il a obtenu une licence d’études cinématogra­
phiques et audiovisuelles à l’Université Paris 8 ainsi qu’un
diplôme d’études supérieures universitaires en cinéma. Il
participe régulièrement à des festivals internationaux (Mar­
seille, Casablanca, Caracas, Montréal) et poursuit une activi­
té d’écrivain (Contre la télévision, tout contre, Cité du design,
2008). Il est co-fondateur des éditions Acharnistes.
› www.editions-acharnistes.com
Responsable du service culturel de la galerie nationale du
Jeu de Paume de 1990 à 1995, elle a également enseigné
l’histoire et la théorie de l’art dans plusieurs écoles d’art
en France. Sa pratique critique l’a amenée à commenter
nombre d’œuvres dont, en 2011, celles de Marcel Dinahet
dans un ouvrage aux éditions Lienart et de Raphaëlle de
Groot, dans la revue Esse, nº 71.
À Nantes, il est chargé de cours à l’Université et à Audencia.
Son enseignement de la vidéo prend en compte les sources
de l’art vidéo : la télévision et le cinéma expérimental. Quelle
que soit la pratique de la vidéo développée par l’étudiant,
il s’attache à la cohérence entre les moyens mis en œuvre
et le propos, ainsi qu’à l’inscription dans l’histoire et le
contexte de la vidéo.
› www.vimeo.com/lafeeelectricite
Ses expositions récentes ont concerné la relation des ar­
tistes à l’histoire tandis qu’elle reste particulièrement inves­
tie dans les situations artistiques du Moyen-Orient et de l’es­
pace postsoviétique. Elle est actuellement la coordinatrice
de la VIe Biennale de Bourges 2012 après celle de 2010.
Amanda
Auffray-Liddiard
Diplômée en 1988 de l’Université d’Exeter en Angleterre,
elle est venue s’installer et travailler en France la même an­
née. Elle pratique des activités ponctuelles de traductrice et
d’interprète et enseigne à l’École des beaux-arts de Rennes
depuis 1990.
« Ma nationalité anglaise apporte une approche, basée sur
une connaissance parfaite des mécanismes de la langue,
sa prononciation, et les astuces pour faciliter les modes
de rapprochement entre l’anglais et le français. Dans mes
cours, j’insiste sur la communication orale pour donner un
maximum de temps au parler afin d’encourager et de fa­
ciliter la pratique réelle de la langue. Un proverbe anglais
dit : “You can take a horse to water, but you can’t make it
drink”. C’est particulièrement vrai dans l’apprentissage d’une
langue étrangère ».
Pierangelo
Caramia
Architecte et designer. Architecte DPLG diplômé de l’Uni­
versité de Florence, Italie, 1984. Master en design et scéno­
graphie urbaine à la Domus Academy de Milan, Italie, 1986.
Activité de design en Italie, France, Japon : Memphis, Cas­
sina, Sawaya & Moroni, Alessi, Arredaesse, Costantino, Il coc­
cio, Pirelli (Italie), Xo, Doublet, Tarkett, Dior parfums, Daum,
Thalès (France), Omron, Inter-Art (Japon).
« L’enseignement du design et de l’architecture dans les
écoles d’art que je pratique a pour finalité d’apprendre à
l’étudiant à aborder des projets concrets liés au monde des
productions artisanales et industrielles, en développant aus­
si, au-delà du programme donné, ses capacités de réflexion
et de positionnement à travers son projet dans le monde
de la création artistique, tant dans son débat actuel qu’en
relation avec son histoire. »
› www.pierangelocaramia.com
199
EESAB
Site de Rennes
200
L’équipe enseignante
–
TONY CÔME
Ancien étudiant du département Design de l’École normale
supérieure de Cachan, professeur agrégé d’arts appliqués,
Tony Côme est doctorant en histoire de l’art à l’Université
Pierre Mendès France de Grenoble.
Reynald Drouhin
Né en 1969, Reynald Drouhin vit et travaille à Paris et en­
seigne le multimedia à l’École des beaux-arts de Rennes. Il
a étudié les arts plastiques aux beaux-arts de Paris (DNSAP
et Mastère Hypermédia Multimédia, 1998) et à l’Université
Paris 1 (Maîtrise, 1994).
Ses principales recherches et publications scientifiques por­
tent sur les relations entre architectes et designers français
entre 1969 et 1989. Par ailleurs, il contribue régulièrement
à L’Architecture d’Aujourd’hui et a cofondé Strabic.fr, revue
numérique de recherche en design.
Soizic Debons
Kévin Donnot
Concepteur graphiste. Soizic Debons est diplômée de
l’École des beaux-arts de Rennes, option Communica­
tion visuelle et audio-visuelle. Elle a mené des études et
recherches expérimentales en audio-vidéographie interac­
tive pour le CCETT (Centre commun d’études de télévision
et télécommunications, Rennes) et a conçu et réalisé des
programmes pédagogiques pour le CNED (Centre national
d’enseignement à distance, Rennes). Elle se consacre à l’en­
seignement de l’animation et des techniques graphiques.
Titulaire d’un DNSEP en Communication – mention Design
graphique de l’École européenne supérieure d’art de Bre­
tagne – site de Rennes en 2010.
Kévin Donnot travaille avec Elise Gay principalement pour
les milieux culturels et institutionnels (centres et écoles d’art,
artistes, manifestations de design graphique, milieu de la
mode, etc.). Œuvrant aussi bien sur papier que sur écran, il
questionne sans cesse le passage de l’un à l’autre. Cette
perméabilité l’incite à penser l’imprimé de manière dyna­
mique et à envisager les supports écrans avec un souci
particulier pour le détail typographique.
Sa pratique intègre les outils numériques, la photographie,
la vidéo, l’installation et la sculpture. Il ne se contente pas
d’un espace dédié (celui de l’Internet, d’une surface de pro­
jection ou de la spatialité d’une galerie) mais appréhende
tour à tour différents possibles, cherchant ainsi à révéler
autre chose que le visible, tel un espace parallèle, fantoma­
tique, étrange, ou résultant de données codifiées.
Il a participé à Show Off Lab’ 2012, aux événements organi­
sés par Digital Arti (2011), à la biennale de Rennes (2010), il
a entre autres présenté son travail à la galerie Numeriscausa
pour les expositions « Ghost Walk » (2009) et « Il était une
fois… » (2007), à la galerie des beaux-arts de Lorient (« Sans
titre », 2006), à la Biche de Bere Gallery (« Natural/Digital »,
2005), à Confluences (2003), à la galerie Public (2001), au
Festival international d’arts multimédias urbains de Belfort
(2000), à la biennale de Montréal et à la manifestation in­
ternationale vidéo & art électronique organisée par Champ
Libre (Montréal, 2000 et 1999) et à ISEA (Chicago, 1997).
Il a également reçu plusieurs prix et mentions dont l’aide
à la Création Multimédia Expérimentale (Arcadi, 2007), la
bourse départementale d’aide individuelle à la création du
MAC/VAL (2005), le Grand Prix Scam de l’œuvre d’art nu­
mérique interactive (2003), le Prix vidéo du FIAV à Tanger
(2001), le Grand Prix au Cyberfestival à Rueil-Malmaison
ainsi que le prix Multimédia de la DRAC Auvergnes-Vidéo­
formes (1999). Il a accompli plusieurs résidences : à La
Chartreuse en France (2011), à Européo en Italie (2001),
au CICV à Belfort (2000-01), au C3 à Budapest (2000) et à
Carnegie Mellon University à Pittsburgh (1997).
201
EESAB
Site de Rennes
202
Il est membre du collectif incident.net, Président (de 2008
à 2010). Il a été représenté par la Galerie Numeriscausa de
2005 à 2009 et par Dexter Gallery de 2010 à 2011.
› www.reynalddrouhin.net
Bruno Dubois
Bruno Dubois exerce comme architecte et urbaniste, avec
un intérêt privilégié pour l’aménagement de la Ville. Diplôme
d’architecte DPLG (UP8 à Paris), urbaniste (Paris 8), puis
formation Ingénierie et Architecture à Haute Qualité Environ­
nementale (École d’architecture Paris La Villette) en 2007.
Bruno Dubois travaille auprès d’aménageurs et de collecti­
vités publiques pour des études de quartier et des équipe­
ments ainsi que pour des institutions privées dans le cadre
de rénovations immobilières.
« Aborder les diverses échelles de la ville, pour questionner
les relations entre les éléments qui la composent. C’est ce
que nous tentons dans notre pratique d’architecte, dans des
études et réalisations qui abordent le quartier, l’équipement
public, la place urbaine… Ce qui nous préoccupe : dévelop­
per une attention du regard sur le paysage, s’emparer de
la curiosité du géographe, se saisir de la force de gravité,
éprouver le plaisir de la matière… et nous interroger sur
notre développement dans notre environnement.
Thierry Dupeux
Architecte DPLG de l’École d’architecture de Rennes, urba­
niste, diplômé en ingénierie et architecture à haute qualité
environnementale à l’École d’architecture Paris La Villette.
Installé en libéral à Rennes en 1994, il fonde l’agence Du­
peux Philouze. Au sein de son agence, il est responsable de
la recherche et du développement et aussi de l’approche
environnementale tant en architecture et aménagements
intérieurs, qu’en urbanisme (installer le vivant en ville).
Principales réalisations : base nautique d’Acigné, pôle petite
enfance et salle de sports de Mordelles, médiathèque de
Ercé, logements collectifs.
L’équipe enseignante
–
Il expose des créations personnelles (mobilier, luminaires et
accessoires), réalise les prototypes et maquettes des mo­
dèles : Mooving, Paris (1991 et 1992), Salon professionnel
du meuble, Nantes (1993 et 1994). De 1995 à 2005, il
était responsable de la scénographie et de la sélection des
œuvres exposées à « L’espace créateurs » du salon SIMAD
de Rennes.
George Dupin
Artiste né en 1966, vit et travaille à Paris. Titulaire en 1990
d’un DNSEP, il a poursuivi sa formation à l’Institut des hautes
études en arts plastiques à Paris. Depuis 1996, son travail
a pour objet les mécanismes contemporains régissant les
villes modernes, comme Dubaï, Jérusalem, Pékin, Hérou­
ville-Saint-Clair, Marne-la-Vallée, São Paulo… Ce n’est pas
la modernité d’un regard qu’il met en place, mais bien la
volonté de se confronter à la modernité du monde. Cette
attention au monde s’appuie essentiellement sur les archi­
tectures, les fonctionnements urbains et le chaos résultant
de la surpopulation mondiale.
Dernières publications : Beauregard le 5 juillet 2012, édi­
tions du Frac Bretagne ; Mutations, Perspectives sur la photographie (Paris Photo), 2011, éditions Steidls ; La Tourette /
Modulations, 2011, éditions Bernard Chauveau ; SF, Trans
Photographic Press ; Territoire des signes : la leçon de Marnela-Vallée, 0CS, École d’architecture de Marne-laVallée, 2008.
Dernières expositions (sélection) : Musée éclaté de la
presqu’île de Caen, (2013) ; « Falsefakes », Centre de la pho­
tographie Genève (2013) ; « Regards Contemporains », Cou­
vent de La Tourette, (2013) ; « Beauregard Le 5 Juillet 2012 »,
Frac Bretagne, Rennes, (2012) ;« La Rencontre #3, Œuvres
de la collection du Frac Bretagne », Hôtel de Rennes, Métro­
pole (2011) ; « Retratos de cidades : Brasília / Le Havre / Ni­
terói », MAC, Niterói et musée de Brasilia, Brésil (2010).
203
EESAB
Site de Rennes
Christelle
Familiari
Née en 1972, elle a obtenu son DNSEP en 1995 à l’École
régionale des beaux-arts de Nantes. Christelle Familiari dé­
ploie depuis quinze ans un travail lié à des pratiques aussi
différentes que la vidéo, la performance, la sculpture et l’ins­
tallation. Élaboré à l’origine comme autant de questions qui
entouraient les notions du corps, de la relation à l’autre, du
(des) geste(s), son travail peut maintenant se voir comme la
métaphore d’un rapport tactile à son environnement.
Expositions récentes : « Galerie-atelier », l’H du siège, Va­
lenciennes (com. Marion Daniel) ; « Ulysse(s) l’autre mer, »
dans le cadre des 30 ans des Frac, FRAC Bretagne ; « Mine­
ral design », Le Lieu du design, Paris ; (com. Élodie Ternaux,
Daniel Kula), « Objets en main », association La Couleuvre
Saint-Ouen.
› www.christellefamiliari.com
Nicolas Floc’h
204
moderne, Lima, Pérou…). Dernièrement, il a participé à
des événements comme « Regards croisés », les ateliers de
Rennes (2008) ; la Biennale Mercosur à Porto Alegre (2009)
ou l’exposition « Danser sa vie » au Centre Georges Pompi­
dou à l’automne 2011.
› www.nicolasfloch.net
Pierre-Henry
Frangne
Son travail est exposé dans des institutions en France et à
l’étranger et fait partie de nombreuses collections (Mac / Val,
Vitry-sur-Seine ; Frac Bretagne ; CRAC, Sète ; Matucana
100, Santiago, Chili ; SMAK, Gent, Belgique ; musée d’Art
Pierre-Henry Frangne est agrégé, docteur en philosophie et
professeurs des universités en esthétique et philosophie de
l’art à l’Université Rennes 2. Il co-dirige Aesthetica, collec­
tion d’ouvrages d’esthétique aux Presses universitaires de
Rennes. Ses recherches portent sur l’art et la philosophie
de l’art des XIX e et XX e siècles dans les domaines des arts
plastiques, de la photographie, de la musique et du cinéma.
Publications (sélection) : Mallarmé. De la lettre au Livre, an­
thologie de textes introduite et commentée, Le mot et le
reste, Marseille, 2010 ; édition introduite et commentée
de Introduction à Jean-Sébastien Bach (1947) de Boris de
Schloezer, coll. Aesthetica, Presses Universitaires de Rennes,
2009 ; « Ce que vous voyez est ce que vous voyez. » Tautologie et littéralité dans l’art contemporain, (en coll. avec L.
Brogowski), coll. Aesthetica, PUR, 2009 ; Filmer l’acte de
création (en coll. avec G. Mouëllic et C. Viart), coll. Le specta­
culaire, PUR, 2009 ; Alpinisme et photographie (1870-1940),
avec Michel Jullien, Les éditions de l’Amateur, Paris, 2006 ;
La Négation à l’œuvre. La philosophie symboliste de l’art
(1860-1905), coll. Aesthetica, PUR, 2005.
Né en 1970 à Rennes, il est diplômé d’un MFA (Master of
Fine Art) de la Glasgow School of Art. Nicolas Floc’h explore
les pratiques artistiques en fonction des contextes qu’il in­
vestit. Ses œuvres se déclinent en de multiples formes –
installation, sculpture, film, photographie, performance, scé­
nographie… – qui se présentent comme des structures ou­
vertes, multifonctionnelles, modulables et consommables.
Des produits proviennent du mot qui les désigne et sont
vendus au marché, un filet de pêche reproduit la Tour Eiffel
à l’échelle 1, une structure multifonctions se transforme au
gré des utilisations et des utilisateurs, etc. Ses propositions
artistiques s’inscrivent dans le champ de l’expérimentation
questionnant les modes de production, de distribution et de
consommation de l’art.
L’équipe enseignante
–
Aurélie Gasche
Diplômée de l’École nationale supérieure des arts décoratif
en Design graphique et multimédia, puis en Recherche in­
teractive, Aurélie Gasche vit et travaille aujourd’hui à Paris.
Attentive à la recherche conceptuelle et à l’expérimenta­
tion de formes artistiques, elle croise les initiatives avec les
commandes de design en privilégiant une approche pluri­
disciplinaire.
205
EESAB
Site de Rennes
De 2008 à 2011, elle a notamment travaillé sur la concep­
tion graphique du Louvre Abu Dhabi en qualité de chef de
projet signalétique, avec l’agence c-album, au sein du grou­
pement d’entreprises Insighteam. En 2007, elle fonde Dépli
design studio, avec Vadim Bernard et Benjamin Gomez, lieu
de création et plateforme d’échange, afin de développer des
projets de création transversaux.
206
L’équipe enseignante
–
Benjamin Gomez
Graphiste et typographe, vit et travaille à Paris depuis 2003.
Diplômé de l’École des beaux-arts de Valence et de l’École
supérieure des arts décoratifs de Strasbourg, il a poursuivi
sa formation dans le cadre du post-diplôme ARI (Atelier de
recherche interactive) à l’École nationale supérieure des arts
décoratifs. Il travaille principalement pour des institutions
culturelles (le Lux, Scène nationale de Valence ; musée de
la Danse à Rennes ; le Mac / Val, musée d’Art contempo­
rain du Val-de-Marne). En 2009, il crée le studio Dépli avec
Vadim Bernard et Aurélie Gasche, plateforme de création
pluridisciplinaire.
Parallèlement, elle enseigne à l’Ipag pour un cours théorique
sur l’art et le design, intervient sous forme de workshops
en design graphique et multimédia à l’École des Arènes
de Toulouse, ainsi qu’en suivi de mémoire dans le Master
Multimédia de CFA COM.
› www.depli-ds.com
Alban-Sébastien
Gilles
Artiste plasticien de formation, Alban-Sébastien Gilles a suivi
un cursus en lettres et arts à l’Université Paris, Sorbonne. Il
intègre l’École nationale supérieure des arts décoratifs de
Paris en 1993. En 1996, il rencontre le galeriste Pierre Stau­
denmeyer qui l’invite à exposer sa première création Eileen.
En 1997, il signe une édition chez Design Affair qui recevra
un label du VIA au Salon du meuble de Paris. En 1998, il fait
la rencontre de Didier Gomez avec lequel il collabore pen­
dant six ans comme responsable freelance au développe­
ment de projets mobiliers haut de gamme pour de grandes
sociétés du luxe et de la mode.
Fidèle à ses ambitions de créateur indépendant, Alban-Sé­
bastien Gilles développe à partir de 2002 des collaborations
fructueuses avec les sociétés Cinna puis Ligne Roset qui
donneront naissance à une série de best-sellers tels que le
guéridon Good Morning, les fauteuils Néo en 2003 et Jul &
Jil en 2006. En 2008, il explore un nouvel univers, celui des
espaces de direction, avec Affair, une collection d’assises
pour Macé.
› albansebastiengilles.com
Benjamin Gomez enseigne la typographie en s’attachant à
ses différents modes d’apparition et de transformation en
fonction des supports et des usages.
› www.depli-ds.com
ARNAUD GUILLOUX
Né en 1962, licencié de philosophie en 1985, agrégé de
philosophie en 1993, certifié en histoire des arts. Arnaud
Guilloux est chargé de cours à Rennes 2 en esthétique au
département Histoire de l’art puis Arts plastiques depuis
1996. Il enseigne la philosophie et l’histoire des arts au
lycée Bertrand d’Argentré à Vitré depuis 1992. Contribu­
tion au Dictionnaire d’esthétique et de philosophie de l’art
(Armand Colin 2007) sur la danse. En philosophie de l’art,
ses centres d’intérêts sont l’esthétique analytique et la phi­
losophie de la danse.
Serge Jamet
Diplômé de l’École des beaux-arts de Rennes en 1982. As­
sistant de Mario Merz au musée d’Art moderne de la Ville
de Paris en 1981. Régisseur des ateliers municipaux de
la Ville de Marseille en 1990. Assistant décorateur de la
Compagnie Jean-Pierre Jacquet, Rennes, en 1995. Co-fon­
dateur du SEPA (Site expérimental de pratiques artistiques),
Bon accueil, Rennes. Nombreuses interventions en milieu
scolaire et périscolaire.
207
Isabelle Jégo
EESAB
Site de Rennes
L’équipe enseignante
–
Pratiques principales : peinture et dessin. Activités périphé­
riques : installations, accrochages, organisation d’évène­
ments, montage de projets, régie, médiatisation. Expositions
(sélection) : galerie du Haut-Pavé, Paris ; L’art dans les cha­
pelles, Pontivy ; galerie Oniris, Rennes ; Passerelle, Rennes ;
galerie du Dourven (22) ; galerie Porte–avion, Marseille.
Publications : « Le temps d’une élévation » in Théâtre en
Bretagne nº 9, St Brieuc, 2001 ; « Faire un espace, faire son
chemin, la réhabilitation des Laboratoires d’Aubervilliers », in
Études Théâtrales, nº 28 & 29, revue scientifique du Centre
d’études théâtrales de Louvain la Neuve, 2004 ; « Scénogra­
phie, technique et esthétique au théâtre », in Théâtre / Public
nº 117, Gennevilliers, 2005.
Elle a étudié à l’ENSAD dans la section Identité visuelle et
est titulaire d’un DNSEP Communication. Elle est membre
depuis 1992 du collectif de graphistes Nous Travaillons
Ensemble avec lequel elle pratique un graphisme tourné
vers la commande publique, au travers de campagnes de
communication, actions pédagogiques, identités graphiques,
scénographies et travaux d’édition. Elle fait également partie
du collectif de productions artistiques La Forge et mène
seule un travail tourné vers l’édition et la conception de
projets dans l’espace public.
Dans son approche pédagogique, il aborde l’étude, la re­
cherche et l’expérimentation des outils scénographiques,
la « recherche appliquée » dans les domaines du spectacle
vivant, de l’exposition et de l’espace d’expression.
Depuis 2003 elle enseigne à l’EESAB-site de Rennes le
design graphique sur des supports aussi variés que le livre,
l’affiche, l’écran ou l’espace. Elle y anime depuis 2006 l’Ate­
lier de Recherche et de Création « La ville, les signes », ré­
flexion théorique et plastique sur les interactions possibles
entre le graphiste, l’artiste et l’espace public.
Philippe Lacroix
208
Son activité professionnelle s’exerce dans les domaines
de la scénographie : direction technique, étude et conseil,
équipement et exposition, décors de théâtre, prototypes,
installations, économie du projet. Philippe Lacroix est éga­
lement maître de conférence associé à l’Université Rennes 2,
UFR Arts, lettres, communication, département Arts du
spectacle, et intervenant à l’École d’architecture de Nantes.
Ses recherches portent sur la pratique du décor, l’étude de
la production théâtrale contemporaine dans ses rapports à
la technique.
Pierre Lafon
Né en 1951 à Hanovre en Allemagne, après ses études
à l’École supérieure des beaux-arts de Paris en peinture
(atelier « Singier ») et en architecture (UP6 Paris la Villette),
Pierre Lafon obtient un diplôme d’architecture en 1978.
Les premières années de sa pratique sont consacrées à la
peinture puis à l’art urbain puis à l’occasion de différents
concours en matière d’espace public, à l’environnement et
à ses phénomènes dynamiques, comme la conception de
places, de rues, de routes et d’échangeurs routiers. Son
agence d’architecture fonctionne en réseau avec différents
partenaires en France et à l’étranger, et développe une pra­
tique phénoménologique de l’architecture, qui considère
l’espace construit comme un espace quasi chorégraphique,
induit par les déplacements des personnes, des réseaux
et de l’imprévisibilité des mouvements naturels, induisant
transformations, évolutions, mutations…
Pierre Lafon a développé une pédagogie qui fonde les no­
tions de déplacements au cœur de l’action artistique (de
2002 à 2008 : Atelier de Recherche et de Création « Dépla­
cement » avec l’artiste Marcel Dinahet). Cette action pédago­
gique a été poursuivie comme professeur invité dans diffé­
rentes universités étrangères : Master of Paysaje à Barcelone
209
EESAB
Site de Rennes
210
et Peter Behrenz Schule à Düsseldorf en Allemagne, sur le
site de la fondation d’art Insel Hombroich.
› pierlafon.archi.pagesperso-orange.fr
Luc Larmor
De formation universitaire, Luc Larmor est l’auteur de plu­
sieurs publications problématisant certains aspects des pra­
tiques sonores et musicales actuelles. Directeur artistique
du GEPS (Groupe d’expérimentation plastique du sonore) de
2002 à 2009, il est également chargé du séminaire théma­
tique « Approches disciplinaires » pour le Master Art et tech­
nologies numériques de l’Université Rennes 2). Chercheur
membre associé de l’équipe « Arts : pratiques et poétiques »
(EA 3208).
En 2005, il intègre le studio de Frédéric Teschner, avec qui
il développe des projets d’édition dans le domaine de l’art,
du design et de l’architecture. Depuis 2010, il poursuit sa
pratique en tant que graphiste indépendant.
Maï Le Gallic
« Contagion et présence caractérisent ma pratique sonore.
Le fait de ne plus écouter un son, ne l’annule pas. À tout mo­
ment on peut s’apercevoir qu’il a infléchi un geste, impacté
l’espace ou une image. Une approche musicale basée sur
une notion de retentissement qui peut aussi nous mettre
en résonance avec des sensations que l’on pourrait croire
à jamais perdues. Acceptation de l’instant, un savoir fondé
sur le repositionnement. »
En parallèle de la création d’outils temps réel lui permettant
de croiser processus sonores non récursifs et séquences
d’images (dans l’environnement logiciel MaxMSP / j itter),
Luc Larmor travaille régulièrement avec des plasticiens, des
danseurs, des cinéastes et a eu l’occasion de concevoir le
design sonore de sites internet.
› www.artplug.net
olivier lebrun
Olivier Lebrun est en 1978 à Saint Denis. Il a suivi des
études économiques et sociales avant d’entamer un par­
cours en école d’art. Il est diplômé de l’EPSAA Ville de Paris.
De 2002 à 2004, Olivier Lebrun collabore avec le studio
Labomatic pour des projets imprimés et multimédia.
L’équipe enseignante
–
Docteur en Histoire de l’art, sa thèse portait sur les images
de l’altérité dans l’art et la pensée occidentale (Ve-XIIe s.).
Elle est par ailleurs diplômée en Histoire. Enseignante et
conférencière en histoire de l’art depuis 2001, elle est ac­
tuellement en poste à l’Université catholique de l’ouest et
à l’École d’Art de Cesson­-Sévigné. Elle est aussi directrice
d’Agapes, association soutenant la galerie d’art contempo­
rain Pictura (Cesson-Sévigné) par des actions de mécénat.
Attachée à une approche diachronique et transdisciplinaire
de l’histoire de l’art, ses cours entendent développer l’auto­
nomie du regard face à l’art. Ils s’axent autour de quatre ob­
jectifs : connaître le contexte général du champ étudié (chro­
nologique, sociétal et artistique), acquérir une connaissance
détaillée des processus engagés (protagonistes, ambitions,
moyens, impacts, etc.), maîtriser les notions impliquées (le
statut de l’œuvre et de l’artiste, le rapport à la norme, etc.)
et les outils de la discipline (méthode d’analyse, vocabulaire,
écriture).
› Ouvrage à paraître : L’art du vitrail aux éditions Gisserot.
› www.histoiredesarts.com
Briac Leprêtre
Diplômé de l’École des beaux-arts de Quimper, Briac Le­
prêtre développe un travail où l’aquarelle côtoie la sculpture.
Ses dernières expositions : « Like it is », Parker’s Box, New
York (2011) ; « Retour vers le futur », CAPC, Bordeaux (2010),
« Erzatz », Tripode, Rezé (2009) ; « Foyer de jeunes », École
supérieure d’arts de Brest (2008) ; « Si j’étais charpentier… »,
Chapelle des Calvairiennes, Mayenne (2008). Il a également
exposé à la Nuit blanche de Metz et dans le parc de sculp­
ture de 40mcube à Rennes.
211
EESAB
Site de Rennes
212
Il enseigne dans différents établissements et auprès de pu­
blics variés. Zédélé Éditions a publié en 2010 une monogra­
phie en images, accompagnée d’un texte de Joëlle Le Saux.
› ddab.org/fr/œuvres/lepretre
Patrick Le Priol
Architecte DPLG, enseigne le design urbain en option De­
sign. Il fonde en 1996 l’agence Univers dont il est le di­
recteur depuis 1998. Cette agence intervient dans le do­
maine de l’urbanisme et du grand paysage. Il fonde en 2000
l’agence Le Priol, spécialisée en architecture et scénogra­
phie. Avec l’agence Univers, il a travaillé sur la restructura­
tion de la vallée de l’Oust (56), la restructuration du marais
de Brénilis (29), la restructuration du centre ville de Vitré, de
Rosporden. Avec l’Agence Le Priol, il réalise la construction
d’un bâtiment par an. Il a été lauréat pour le Centre de trai­
tement des eaux usées à l’île de La Réunion et du bâtiment
de la Fondation WWF à Moscou.
Pédagogie : développer le sens de l’observation, des actes
et usages contemporains ; établir un savoir en creusant les
écritures graphiques de différentes disciplines de concep­
tion ; développer un état analytique et prospectif au cours du
projet ; proposer un concept programme-projet répondant
à la formulation de la commande ; développer les outils de
représentation des concepts en réutilisant les fondamentaux
(le dessin, l’écriture…).
Laurence Lépron
Née en 1970. Sa pratique artistique est liée à celle de l’es­
tampe dans une problématique de la couleur. Par le procédé
lithographique, la couleur est libérée devenant un film coloré,
déposé par strates successives, avec l’encre comme maté­
riau pictural. Sa recherche plastique l’a conduite à travailler
à Paris dans un atelier de lithographie professionnel, colla­
borant dans le domaine du multiple avec des artistes aux
problématiques picturales très diverses (Mark Brusse, Jim
Dine, Richard Gorman, Jens Jensen, Brian Maguire…).
L’équipe enseignante
–
En continuité de son intérêt pour l’image imprimée et l’édi­
tion, elle a créé avec deux collaborateurs des cahiers d’ar­
tiste, souhaités comme une plate-forme indépendante de
diffusion. Cette revue intégrait certains aspects essentiels
de l’édition, permettant à l’artiste de développer un thème
ou une façade de son travail. Pat Andréa, Ronald de Bloeme,
Pierre Mabille, Jean-François Maurige, Philippe Richard no­
tamment, ont enrichi ces éditions par leur participation.
Dans sa pédagogie, la connaissance et la réflexion autour
des médiums d’impression et d’édition permettent l’évolu­
tion des projets. Au-delà de la maîtrise technique, l’enseigne­
ment interroge le champ expérimental « art et imprimerie ».
Natacha Lesueur
Natacha Lesueur a fait ses études à la Villa Arson à Nice.
L’image est au centre de sa pratique. Recourant à la mise
en scène, son œuvre est essentiellement photographique.
Ses préoccupations artistiques s’articulent autour du corps,
de l’apparence, et de la relation entre la surface et l’orga­
nique.
Sa première exposition personnelle a lieu en 1996.
Elle était résidente à la Villa Médicis à Rome en 2002-2003.
Elle a exposé dans de nombreux pays en Europe, en Asie,
aux USA. Ses œuvres sont présentes dans les plus presti­
gieuses collections publiques et privées et ont fait partie de
l’accrochage des collections « [email protected] » en
2010. Récemment, elle a participé à l’exposition « Attention
à la figure » commissarié par Régis Durand dans le cadre
de la manifestation « L’art contemporain et la côte d’azur »
au château de Villeneuve à Vence. Elle réalisera deux ex­
positions personnelles au MAMCO et à la galerie Charlotte
Moser à Genève en octobre 2011. Un ouvrage rétrospectif
de son travail sera édité à cette occasion.
› www.natachalesueur.com
213
EESAB
Site de Rennes
214
L’équipe enseignante
–
Erwan Mahé
Enseigne les techniques de modélisation 3D à l’École des
beaux-arts de Rennes et codirige le Mastère pro Créateurs
de produits multimédia artististiques et culturels à l’Univer­
sité Rennes 2. Dans le cadre de ses activités de recherche,
il s’est spécialisé dans les domaines de la synthèse 3D et
de la vision par ordinateur.
Thierry Moré
Maître de conférences en marketing et communication. Doc­
teur en sciences de gestion. Spécialiste des sciences de la
communication et ancien responsable d’agence de commu­
nication d’entreprise, il s’est toujours intéressé à l’interface
entre la réflexion et la création, aux conditions permettant à
la créativité de s’épanouir tout en intégrant les contraintes
et les objectifs de la communication. Son travail l’a amené,
ces dernières années à intégrer les nouvelles technologies
du web dans le processus créatif et dans sa médiatisation.
Ses travaux de recherches portent actuellement sur les ré­
seaux sociaux, et sur l’utilisation du Buzz comme technique
de communication.
› errances.editions.free.fr
SAMIR MOUGAS
Né en 1980 à Muret (Haute-Garonne). Il vit et travaille à
Rennes (Ille-et-Vilaine). Diplômé de l’École supérieure d’art
de Quimper en 2005, Samir Mougas obtient ensuite le Mas­
ter of Fine Arts à l’académie Saint-Joost de Breda (Pays-Bas).
Après son installation à Rennes en 2007, il bénéficie d’une
résidence d’une année au centre d’art 40mcube qui produit
sa première exposition personnelle d’envergure. Sculptures,
peintures, dessins, photographies ou installation, les œuvres
de Samir Mougas puisent dans un registre de formes mi­
nimales et géométriques issues de l’histoire de l’art autant
que du graphisme, du design industriel ou de la culture
populaire.
« Dans le domaine de la synthèse 3D, je m’intéresse aux
problématiques liées à la conception de mondes virtuels et
de serious games. Différents projets traitant de ces théma­
tiques ont été initiés et développés à l’École des beaux-arts
de Rennes (Ludic-art – jeu vidéo sur l’art contemporain) et à
l’Université Rennes 2 (Solipsis). Dans le domaine de la vision
par ordinateur, je m’intéresse aux problématiques de recons­
truction d’objets par vision et aux problématiques de réalité
augmentée. Concernant la réalité augmentée, je développe
actuellement un studio virtuel permettant de mélanger des
acteurs / décors réels avec des acteurs / décors virtuels. Ce
projet est soutenu par le pôle de compétitivité “Images et
réseaux”, la région Bretagne et l’OSéo. »
Jean-François
Maurige
Artiste peintre, né en 1954 ; vit et travaille à Paris. Repré­
senté par les galeries Jean Fournier à Paris et Yves Iffrig à
Strasbourg. Il a récemment exposé des tableaux de 1982 à
1984 à la galerie Bernard Jordan et des peintures récentes
de 2007 à 2010 à la galerie Jean Fournier à Paris. Depuis
1980, il a participé à de nombreuses expositions en France
et à l’étranger.
« Dans le cadre de mon projet d’enseignement, je tiens à
bien insister sur le fait qu’enseignants et étudiants parta­
gent un même espace collectif. Les enseignants proposent
diverses orientations de travail qui ouvrent aux étudiants un
champ d’expérimentation et de confrontations susceptible
de développer un espace personnel. Chaque étudiant pro­
duit ainsi un travail original et prend conscience d’un milieu
pédagogique collectif. »
Expositions récentes : « Le Planétarium », commande du
Centre Pompidou, Metz (2011) ; « Colonial Jelly », Lieu Com­
mun, Toulouse, commissaires : collectif La Mobylette (Benoît
Ménard & Julien Rucheton) (2011) ; « Devices of paranoïa »,
Galerie ACDC, Bordeaux (2010) ; « Programme #2 » (DAFNPAI), DAF, Nantes, (2010).
215
EESAB
Site de Rennes
216
L’équipe enseignante
–
CAMILLE PAGEARD
Camille Pageard est docteur en Histoire de l’art contempo­
rain. Il enseigne à l’Erg, École de recherche graphique de
Bruxelles. Il est l’un des fondateurs de l’association 2.0.1.
qui a publié 5 numéros de la revue du même nom entre
2008 et 2011. Il a récemment mis en place un nouveau
périodique et contribue à de nombreuses publications et
colloques.
Guillaume Pinard
Guillaume Pinard est né en 1971, à Nantes. Après avoir suivi
une formation à l’École des beaux-arts de Rennes, il travaille
à Marseille aux ateliers Tohu Bohu, puis son parcours passe
par l’Allemagne et l’Italie. Il réalise une exposition au CAPC
de Bordeaux. Aujourd’hui, il est représenté par la galerie
Anne Barrault à Paris.
François Perrodin
Guillaume Pinard est un artiste dont la pratique se base
essentiellement sur le dessin. La diversité de son travail
l’amène à utiliser toutes sortes de techniques et supports :
dessin sur papier, dessin mural, peinture à l’huile, animation
vidéo, sculpture, installations et textes. Son imaginaire nous
emmène dans un répertoire de visions oniriques, de fictions,
de contes et de fantasmagories ludiques ou hyperréalistes.
Les scènes et les personnages qu’il représente sont le plus
souvent drôles, ironiques et quelquefois graves.
› anthroprophete.free.fr
› www.galerieannebarrault.com
Né en 1956, il développe un travail qui hérite à la fois de
l’art concret, du minimalisme et du monochrome. Il met
en jeu la peinture dans sa relation à l’espace : l’espace de
l’œuvre, l’espace de l’exposition, et l’espace du spectateur.
Cette affirmation d’un fonctionnement de l’œuvre fait que
l’économie apparente de moyens employés débouche sur
une grande variété de perception et la proposition d’une ex­
périence de la constitution du regard. Ses œuvres sont ainsi
des objets particuliers, « spécifiques », dont l’appréhension
renvoie à nos capacités d’appréhension du réel.
Il a participé à de nombreuses expositions en France et à
l’étranger (Allemagne, Suisse, Espagne et Corée). Ses travaux
sont présents dans de nombreuses collections publiques
(Fonds national d’art contemporain, musée national d’Art
moderne, Frac Bretagne, musée de Grenoble, etc.) et privées.
Enseignant à l’École des beaux-arts de Rennes depuis le mi­
lieu des années quatre-vingt-dix, François Perrodin propose
une approche pédagogique fondée sur un rapport analytique
à la pratique plastique. Il est co-fondateur et responsable dans
le cadre de l’école de la revue Pratiques, réflexions sur l’art.
› perrodin.online.fr
Alain Rodrigue
Alain Rodrigue organise chaque année en lien avec le Mois
du Doc une programmations de vidéos dans l’école. Il as­
sure également le développement et le suivi de partenariats
durables avec La Criée et d’une collaboration Erasmus avec
Macerata.
CATHERINE DE SMET
Catherine de Smet est docteur de l’EHESS. Historienne d’art
et critique, elle a publié de nombreux essais sur le design
graphique. Elle a assuré le commissariat de diverses expo­
sitions, notamment la partie dévolue au graphisme dans « La
Force de l’art » au Grand Palais en 2006 ou « Wim Crouwel :
architectures typographiques » à la galerie Anatome à Paris
en 2007.
Parmi ses récentes publications, des contributions aux ca­
talogues des expositions « [email protected] » et « Le
Siècle du jazz » au musée du Quai Branly (2009). Son dernier
217
EESAB
Site de Rennes
218
L’équipe enseignante
–
livre, Vers une architecture du livre. Le Corbusier : édition et
mise en pages, 1912-1965, est paru en 2007 chez Lars
Müller Publishers. Elle prépare un recueil d’essais à paraître
à l’automne chez B42.
Bachir Soussi
Chiadmi
Bachir Soussi Chiadmi, est diplômé de l’École supérieure
des arts décoratifs de Strasbourg. Designer interactif, gra­
phiste, typographe, il fait partie du collectif g.u.i créé en
2006 avec Nicolas Couturier. Ensemble, ils travaillent à la
création de systèmes graphiques et d’interfaces numériques.
Ils collaborent actuellement avec le Musée de la Danse à
Rennes, les Laboratoires d’Aubervilliers, Joris Lacoste (l’En­
cyclopédie de la parole, Hypnographie et W), le Centre de
Développement Chorégraphique du Val-de-Marne ou encore
la 27e Région (labo de transformation sociale). En 2012, ils
ont conçu l’identité graphique de la Triennale 2012. Ré­
cemment, g.u.i renouvelle le journal de Manifesta, biennale
européenne d’art contemporain.
› www.g-u-i.net
Vincent Tordjman
Formé à l’ENSAD de Paris et à la Sorbonne, lauréat de la
Villa Kujoyama en 2001. Il revendique une pratique pluri­
disciplinaire qui croise le design, l’architecture d’intérieur
et la scénographie qu’il exerce en France et à l’étranger
(Chine, Allemagne, Brésil, Mexique, Italie, Pologne, Turquie,
Japon…). Récemment, il a conçu une boutique DoCoMo au
Japon, une scénographie pour un monologue de Romane
Bohringer au théâtre de la Ville, une scénographie pour une
pièce de théâtre musical avec l’acteur Dominique Pinon. En
2010 il a créé avec l’Opéra chinois du Sichuan, un spectacle
mêlant tradition et technologies. En 2011 il s’occupe de la
mise en scène et de la scénographie d’un opéra français
du XIXe siècle dans une approche toujours contemporaine.
Responsable scientifique du programme de recherche mené
au sein de L’EESAB-site de Rennes « Archives et collections
de design graphique », elle a organisé avec Sara De Bondt,
en partenariat avec le Royal College of Art, un colloque en
mai 2010 : « Graphic Design : History in the Making » à la St
Bride Library de Londres. Également maître de conférences
à l’université Paris 8, elle enseigne l’histoire du design gra­
phique dans une perspective anthropologique, en favorisant
les approches thématiques et la mise en évidence des liens
avec l’art, l’architecture et le design, et en convoquant les
productions contemporaines, examinées en relation avec
celles du passé.
Kristina
Solomoukha
Née en 1971 à Kiev en Ukraine, elle étudie à l’École d’art
industriel de Kiev, section esthétique industrielle. Diplômée
de l’École des beaux-arts de Paris en 1995, elle poursuit
sa formation à l’École d’architecture Paris-Malaquais et au
post-diplôme de à l’École des beaux-arts de Nantes. De­
puis 2002, elle enseigne de manière régulière ; d’abord à
l’ESAD de Reims puis à l’ERBA de Rennes ; de 2008 à 2010,
elle était professeur invitée à la Haute école d’art et de de­
sign de Genève.
En 2008, elle co-fonde avec Elfi Turpin l’association Fan­
club, entité informelle portant des projets artistiques et des
interventions collaboratives.
Sa pratique artistique porte sur
une approche critique de la perception de l’espace urbain
et du territoire. Sans privilégier une technique particulière
(elle réalise des aquarelles, maquettes, mobilier urbain,
installations vidéo, dessins animés), l’humour est souvent
son moyen d’action. Dans son approche pédagogique, elle
aborde la notion de dessin comme forme ouverte allant du
projet au mode d’expression autonome.
Il produit sa musique sous le nom de Vicnet. Sa pratique,
ouverte à différents domaines, l’incite à développer des
transferts de compétences et de connaissances entre les
différents domaines. Dans son enseignement, il souhaite
aider l’étudiant à exprimer, affirmer et traduire ses idées
matériellement le plus clairement possible, en lui transmet­
tant des idées tirées de sa propre pratique professionnelle.
› www.vic-net.com
219
EESAB
Site de Rennes
Christophe Viart
Docteur en arts plastiques, auteur d’une thèse sur l’espace
de l’œuvre comme fiction. Professeur à l’Université Rennes 2, il est directeur du laboratoire « L’œuvre et l’image »
de l’équipe d’accueil « Arts : pratiques et poétiques ». Paral­
lèlement à son engagement dans la formation et l’encadre­
ment doctoral, ses recherches s’appuient sur l’articulation
de l’analyse théorique et de la pratique dans l’expérience
artistique. Il est responsable du programme de recherche
« L’actualité de la peinture » et membre de l’équipe du projet
« Filmer la création artistique » retenu par l’Agence nationale
de la recherche en 2008. Il est l’auteur de plusieurs articles
liés aux thèmes de la fiction, de la citation, et de l’humour et
a en outre dirigé différents ouvrages dont Le Witz. Figures
de l’esprit et formes de l’art, La Lettre volée, Bruxelles, 2002
et Filmer l’acte de création, avec Gilles Mouellic et PierreHenry Frangne, PUR, Rennes, 2009.
Reposant sur une pratique d’appropriation et de détourne­
ment, son activité artistique engage à considérer l’espace
de l’œuvre comme une fiction ouverte à la pluralité des
interprétations. Dans le cadre d’un travail consacré à Moby
Dick, il a notamment publié deux livres d’artiste : La Gamme
et Têtes et queues, Incertain Sens, 2004. Depuis 2008, il est
associé à un projet de résidences et d’expositions en Europe
intitulé « Suspended Spaces ».
Le Site
de rEnnes
223
EESAB
Site de Rennes
224
Expositions
et conférences
Galeries du
cloître
Expositions
hors les murs
Nos partenariats culturels permettent également à des étu­
diants de participer à divers projets. Qu’ils s’agissent d’ex­
positions ou d’événements variés, nous nous engageons à
créer des liens entre les structures culturelles rennaises et
nos étudiants, parmi ces partenaires nous pouvons citer :
le Frac Bretagne, le Musée de la Danse, le Théâtre National
de Bretagne, la Galerie Mica, le Magasin Ligne Roset, le
Bon Accueil, la Criée centre d’art contemporain, les festivals
Mettre en Scène, Electroni[k], Les Tombées de la Nuit, etc.
Situées en plein cœur de l’école, les galeries du Cloître of­
frent la possibilité aux étudiants ainsi qu’à tous les publics
extérieurs de visiter librement les expositions. La program­
mation est intimement liée aux enseignements des trois
options Art, Communication et Design.
L’école organise des expositions de travaux menés dans le
cadre d’Atelier de Recherche et de Création, mais aussi des
travaux de créateurs en lien avec les enjeux de la pédagogie,
des travaux de diplômés de l’établissement. Les étudiants
et leurs enseignants sont ainsi fortement impliqués dans la
conception, la réalisation et la communication de chaque
exposition.
Afin de préparer les étudiants à la vie professionnelle au
sortir de l’école, nous incitons vivement chacun d’entre eux
à proposer des expositions ou autres présentations de leurs
travaux. L’école peut apporter son soutien technique et re­
layer les informations sur les supports de communication
de l’école.
Par souci de soutenir l’avenir professionnel des diplômés
de l’EESAB-site de Rennes, l’école est associée à l’associa­
tion STANDARDS qui réunit des anciens et actuels étudiants
de l’école ainsi que de l’Université Rennes 2. Nous parta­
geons avec l’association un espace d’exposition situé en
plein cœur de Rennes (2 rue de Portes Mordelaises). Ce lieu
offre l’opportunité aux étudiants d’y présenter leurs propres
projets d’exposition en dehors de l’école tout en bénéficiant
de l’encadrement pédagogique.
Le site de Rennes
Expositions et conférences
Conférences
Le programme des conférences est également en lien avec
les enseignements de notre site. Les conférenciers inter­
viennent sur invitation d’un enseignant, afin de permettre
aux étudiants un approfondissement et un élargissement
des sujets abordés en cours, mais aussi une ouverture sur
la création contemporaine.
Dans le cadre de partenariats, sont organisées des confé­
rences avec des acteurs privilégiés de la scène culturelle
rennaise qui font écho à la pédagogie. Par exemple cette an­
née nous accueillerons des artistes dans le Festival Cultures
Electroni[k], mais également des chorégraphes du Festival
« Mettre en scène » organisé par le Théâtre national de Bre­
tagne.
Certaines conférences s’inscrivent dans le cadre de ces
partenariats, afin de sensibiliser les étudiants à l’actualité
culturelle de leur ville, les représentants de chaque structure
sont alors invités à l’école pour une présentation de leur
programmation annuelle.
Les conférences ont lieu dans l’auditorium de l’école, elles
sont ouvertes à tous les étudiants ainsi qu’au public exté­
rieur. L’entrée est libre dans la limite des places disponibles.
› Retrouvez le programme sur www.eesab.fr.
225
EESAB
Site de Rennes
226
La recherche
lieu chaque année à divers ateliers, journées d’étude et
publications.
L’EESAB-site de Rennes accorde une forte place à la dimen­
sion de la recherche, et confie à ses artistes enseignants, ex­
perts de leur domaine le soin de mener au mieux les travaux
de méthodologie et de recherche tout au long de la phase
programme et de la phase projet / Master. Ces professeurs
experts appellent à un positionnement original de l’étudiant
au sein d’une société en pleine mutation. L’expertise des
professeurs est le fruit de leur création et des domaines
qu’ils ont étudiés dans le cadre de partenariats ou à titre
personnel.
Il a notamment consisté dans la création d’un outil électro­
nique en vue d’un répertoire international évolutif de ces
collections, et dans l’étude de deux fonds conservés à la
bibliothèque de Rennes Métropole liés par la question de la
représentation du temps : un ensemble de calendriers des
Postes (XIX e et XX e siècles) et un corpus de livres d’heures
(XV e siècle).
Cet axe de recherche que l’école entend maintenir vise
ainsi à interroger le rôle que jouent, et pourraient jouer, les
archives et les collections spécialisées dans le champ du
design graphique.
L’encadrement pédagogique effectué par des équipes croi­
sées d’artistes et de théoriciens particularise la recherche
au sein des écoles d’art. Ce croisement de compétences
se traduit par des modes de restitution de la recherche qui
comprennent l’œuvre, l’exposition, le catalogue, le mémoire,
l’écrit auxquels les étudiants sont étroitement associés au
cours de leurs études.
la RECHERCHE EN
DESIGN GRAPHIQUE
Archives
et collections
Le site de Rennes
La recherche
Le design graphique demeure encore en France un champ
mal identifié, peu documenté et rarement commenté. Son
enseignement connaît pourtant un essor sans précédent,
auquel contribuent les écoles d’art françaises en lui accor­
dant toute l’importance d’une discipline de création à part
entière. Il est urgent de favoriser l’émergence d’une véritable
culture graphique.
Programme « Archives et collections de design graphique,
quel rôle pour une discipline en construction ? »
Bilan
Constitué de trois volets, ce programme, lancé avec le dé­
partement de design graphique du Rochester Institute of
Technology (RIT) (États-Unis) a bénéficié du soutien du Mi­
nistère de la culture en 2007, 2008 et 2009. Il a donné
Publications et partenariats
Après l’ouvrage Double page (coédité avec les éditions B42,
2010), deux publications en cours de réalisation rendront
compte des journées d’études organisées en 2011, l’une
en partenariat avec la Bibliothèque de Rennes Métropole
(« Temps représenté, temps sédimenté : calendriers et livres
d’heures ») et l’autre en partenariat avec le Royal College of
Art et la St Bride Library (« Graphic design : History in the
Making », éditions Occasional Papers).
ARCHÉOLOGIE DU
DESIGN GRAPHIQUE
ET CRÉATION
Les temps télescopés du livre d’heures,
XV e – XXI e siècles
L’objectif du présent projet est d’analyser et de documen­
ter, dans une perspective originale, quatre livres d’Heures
conservés à la bibliothèque de Rennes-Métropole, et de
rendre compte de ce travail à travers un processus éditorial
et une conception graphique pleinement intégrés à la dy­
namique de la recherche.
Ce projet s’inscrit dans le prolongement de la recherche
menée au sein de l’école des beaux-arts de Rennes sur
les archives et collections en vue du développement d’une
227
EESAB
Site de Rennes
228
Le site de Rennes
La recherche
culture du design graphique à la fois savante et ouverte,
qui s’appuie notamment sur l’observation et l’interprétation
d’objets physiquement accessibles, et qui puisse alimenter
une pratique du graphisme aventureuse et informée.
La Recherche
EN ART
Programme « Peinture : un réseau de recherche »
Ce réseau de recherche qui s’est constitué en 2010 en
partant du constat suivant : la pratique de la peinture et
ses développements historiques et théoriques nécessitent
aujourd’hui une mise en commun des potentiels et une poli­
tique de recherche dont les artistes, les critiques d’art et les
étudiants en art dans les écoles sont les vecteurs naturels.
La convention de partenariat avec le laboratoire EA 4010
« Esthétique, pratique et histoire des arts » de l’université de
Paris 8 est l’occasion de consolider à la fois la dimension
scientifique de l’entreprise et ses visées expérimentales.
Ces livres appartiennent au corpus des quatorze livres
d’Heures étudiés en relation avec des calendriers, lors d’une
précédente phase de recherche menée par l’équipe (rapport
Formes du temps, septembre 2010). Ils n’avaient jusque là
(à l’exception d’un mémoire universitaire sur l’un d’entre eux
et de quelques articles) fait l’objet d’aucune publication ni
d’aucune étude approfondie.
Équipe de recherche
L’équipe du projet six personnes qui allient des compé­
tences en anthropologie, histoire médiévale, philosophie,
connaissance du livre et de sa forme et création graphique.
Catherine de Smet docteur en histoire de l’art, maître de
conférences à Paris 8, et enseigne à l’EESAB-site de Rennes.
Christine Lapostolle médiéviste de formation, est aujourd’hui
écrivain. Elle enseigne à l’EESAB-site de Quimper.
Jean-Philippe Antoine, philosophe et artiste. Il est profes­
seur des universités à Paris 8 où il dirige l’école doctorale
EDESTA.
Philippe Millot, graphiste et enseignant à l’ENSAD à Paris.
Pierre-Olivier Dittmar aborde en anthropologue l’histoire
médiévale. Il est ingénieur d’étude au GAOM, EHESS.
Isabelle Jégo, graphiste, enseignante à l’EESAB-site de
Rennes.
Le rapprochement de cinq organismes, l’ESAD GrenobleValence, l’EESAB-site de Rennes, l’ENSA Bourges, l’ENSA
Dijon et l’Université de Rennes-2 a conduit à la signature
d’une convention pour mettre en œuvre ces projets. Cette
dynamique a été renforcée par le soutien d’un autre réseau
de recherche, Paint Club, déjà constitué à Londres au sein
de la structure University of the Arts, et qui est notre parte­
naire constant dans les projets. Enfin un autre aspect mérite
d’être rappelé, c’est le rôle fortement structurant qu’a consti­
tué l’appel à projets du Ministère de la Culture, auquel nous
avons répondu en mars 2010.
Cette recherche prend acte d’une situation actuelle ; en
l’occurrence l’existence d’un débat et d’une critique très
dynamiques dans le champ de la peinture et dont les bases
principales sont en Europe et aux États-Unis. Il se trouve
que la France, dans les dernières décennies, n’a pas été
la plus active dans ce débat sur la peinture aussi bien en
termes d’événements que de productions et engagements
critiques. Cette recherche a donc aussi pour objectif d’entrer
clairement dans ce débat et ces échanges internationaux
qui sont aujourd’hui ardemment souhaités par de nombreux
artistes travaillant en France, comme à l’étranger.
Cette dimension internationale des projets que nous menons
est une nécessité, en termes d’expériences, d’échanges et
de réflexion critique.
229
EESAB
Site de Rennes
Ce projet prend forme dans la réalisation d’événements que
portent les organismes du réseau de travail. En ce sens il
a vocation à être rejoint par des projets de même nature,
en France comme à l’étranger. En tant que tel il interroge
aussi bien la pratique que la théorie. Quelle peinture se fait
aujourd’hui et comment se réalise-t-elle ? Quelles pratiques
dénotent l’actualité de la peinture dans le monde contem­
porain ? « Qu’est-ce que penser en peinture ? »
230
Le site de Rennes
La recherche
Design et
Pratiques
Numériques
(D.P.N.)
Dans le cadre du laboratoire de recherche D.P.N. nous in­
terrogerons l’intégration du numérique au sein des objets,
de l’espace et de la scénographie et plus particulièrement
nous aborderons les problématiques de l’hybridation du réel
et du virtuel. Cette recherche sera menée en collaboration
avec plusieurs laboratoires de recherche (Bournemouth Uni­
versity, Université-College Falmouth, Pratiques et poétiques
de l’université de Rennes 2, Telecom Bretagne…) et des
partenaires privés (Le centre culinaire contemporain, Spec­
taculaires, Metalobil, Artefacto, Taztag…) Le laboratoire sera
en lien étroit avec le Labfab situé a l’école (www.labfab.fr).
En reprenant cette dernière interrogation d’Hubert Damisch,
relayée par Yve Alain-Bois, cette recherche se présente
comme une investigation, qui invite à explorer les codes et
les modèles qui opèrent aujourd’hui, à tracer les espaces
de la peinture, et à identifier les nouveaux déplacements et
les circulations d’images.
Dans le cadre de ce laboratoire, les étudiants chercheurs
seront intégré à plusieurs projets de RD collaboratifs, ils
pourront ainsi participer aux différentes étapes du projet
de recherche qui sont généralement les spécifications, le
développement, l’expérimentation et la valorisation.
Quelles formes peuvent prendre les événements, produc­
tions et engagements critiques que nous appelions de nos
vœux ?
Deux projets sont en cours d’étude au sein du laboratoire
(Maelt et CCFLF2), deux autres doivent être lancés à la ren­
trée (Dencas et DataPolis).
Le site www.delapeinture.org est l’outil pratique de commu­
nication et de restitution.
Équipe de recherche
ESAD Grenoble-Valence, Olivier Gourvil, responsable du
projet ; EESAB-site de Rennes, Dominique Abensour, Fran­
çois Perrodin, Jean-François Maurige ; Rennes 2 Université,
Christophe Viart ; ENSA Bourges, Stephane Doré, Éric Corne,
Didier Mencoboni ; ENSA Dijon, Bruno Rousselot ; CSM,
Central Saint Martins College Londres, Jane Lee, Mick Finch ;
Paint Club, Mick Finch, Daniel Sturgis ; CCA, Camberwell
College of Arts, Daniel Sturgis ; CSA Cambridge Art School,
David Ryan ; Pratt Institute, New York, Marjorie Welish ; OSU
Ohio State University, USA, Philip Armstrong, Laura Lisbon.
MAELT (MAchines à
Explorer Le Temps)
Programme de recherche validé dans le cadre des
Investissements d’Avenir – appel à projets
« Technologies de numérisation et de valorisation
des contenus culturels, scientifiques et éducatifs ».
(2012 – 2014)
Projet technologique qui vise à proposer une plateforme
innovante et à expérimenter de nouveaux services utilisant
les technologies de la réalité augmentée afin de valoriser
le patrimoine urbain et culturel.
L’EESAB-site de Rennes associé aux entreprises Specta­
culaires et Artefacto s’intéressera à la place du Parlement
comme espace scénographique intégrant la réalité augmen­
tée dans une projection urbaine événementielle mais en
231
EESAB
Site de Rennes
recherchant l’interaction également dans le design d’objet
qui occupe cet espace. Les étudiants chercheurs dans le
cadre de travaux avec des artistes, designers et ingénieurs
pourront participer à la réflexion et à la création de nouvelles
images, de nouvelles interactivités.
Un premier workshop autour du « Mapping Vidéo 3D interac­
tive » encadré par Sergio Ferreira et Ruis Monteiro a permis
aux étudiants de maîtrise l’outil de création d’images en
prenant pour support deux maquettes du parlement réali­
sées à différentes échelles. Un premier projet d’interactivité
a été rendu visible à l’occasion du spectacle de la mi-juillet
sur la place de Parlement de Bretagne.
Programme
INTERREG CCFL2
(Cross Channel
Film Labs 2)
L’objectif du projet CCFL2 (2012-2014) est de mettre en
place une collaboration entre les régions bordant la Manche
côté français et les régions côtières du Sud du RoyaumeUni, en considérant leurs compétences particulières en ma­
tière de cinéma et d’usage des nouvelles technologies de
l’image pour la production de films. Le programme réunit
des compétences dans trois champs complémentaires : les
effets visuels numériques (VFX), l’image 3D relief, ainsi que
l’écriture de scénario en lien avec ces deux techniques.
Le projet rassemble le Cornwall Council ; le Groupe Ouest,
Pôle européen de création cinématographique ; South West
Screnne, Cornwall Arts Center Trust, Télécom Bretagne (3D
Fovea) ; l’Université de Bretagne Occidentale ; Bournemouth
University, The media school and national center for com­
puter animation) ; University-College Falmouth, Artefacto, le
Festival du film britannique de Dinard.
Dans le cadre de ce projet, Il s’agira de concevoir et de
simuler des espaces scéniques et cinématographiques à l
aide d-outils numériques de prévisualisation conçu par les
partenaires du projet. On s’intéressa particulièrement à l’uti­
lisation des technologies du relief pour étudier ces espaces.
232
Le site de Rennes
La recherche
DENCAS (DEsign
et Numérique
appliqués aux
usages Culinaires
et AlimentaireS)
Ce projet est en cours de validation et devrait débuter en
Septembre 2013. Le projet Dencas propose de concevoir et
de développer une plateforme de réalité mixte (hybridation
du réel et du virtuel) et une méthodologie de conception
d’objets et d’espaces connectés pour le marché de l’agroa­
limentaire. Ces solutions visent à enrichir l’expérience de
consommation alimentaire et renforcer les interactions entre
les consommateurs et les acteurs de l’offre (producteurs,
restaurateurs, commerçants…).
Suivant les pratiques de consommation prises en compte
dans le cadre du projet, elles pourront aller dans le sens
d’une plus grande transparence sur l’offre et/ou être un
vecteur de plaisir et d’enchantement supplémentaire et/ou
devenir le support d’une communication plus riche et effi­
cace entre les « acteurs de la filière du manger » (consom­
mateurs compris). Elles préfigurent par conséquent de
nouvelles manières d’acheter et consommer les produits
et services alimentaires.
Les technologies numériques, aujourd’hui omniprésentes,
peuvent se révéler parfois envahissantes et superflues. Mais
lorsqu’elles sont judicieusement employées et conçues,
avec un bon design, elles savent améliorer la vie de l’usager
contemporain et lui apporter culture et saveur. L’alimentaire
est pourtant un domaine dans lequel – même s’ils sont pré­
sents – le design et les technologies numériques trouvent
rarement l’opportunité de s’exprimer comme une force de
proposition bien lisible par l’usager dans les espaces de
vente et de consommation, hormis peut-être dans certains
contextes marginaux liés à l’événementiel ou au domaine
du luxe. Les raisons en sont sans doute multiples :
› complexité de mener à bien ce type de projet et donner
une place bien visible à de telles opérations de design et
de technologie en mobilisant une filière aussi lourde que la
filière agroalimentaire ;
233
EESAB
Site de Rennes
234
› réticences concernant l’incursion excessive des technolo­
gies – assimilées à de l’artifice – dans la sphère de l’alimen­
tation – plutôt considérée comme naturelle ;
› poids et conservatisme des grands groupes agroalimen­
taires et de la grande distribution qui fonctionnent sur des
modèles déjà datés, mais encore un temps efficaces ;
› réticences du consommateur habitué aux mises en forme
conventionnelles des produits et de leur environnement.
(polis). D’un point de vue formel et pratique, ce programme
de recherche exploite et explore les écritures numériques et
l’espace public. Les formes consisteront en projections ur­
baines, production de mobilier urbain intelligent et concep­
tion de dispositifs d’exploration esthétique (prototype).
DataPolis est un projet de recherche qui associe des artistes,
des designers, des esthéticiens et des théoriciens de l’art
et du design. Si la ville est le terrain d’expérimentation, le
lieu de production d’hypothèse est l’atelier de création et
de fabrication numérique.
De manière générale, les partenaires du projet chercheront
non seulement des possibilités de rentabilité à court ou
moyen terme, mais aussi une amélioration globale sur le
long terme de l’expérience du consommateur et de ses en­
vironnements alimentaires.
Artialiser et designer la ville numérique, c’est envisager la
ville à partir de ses fonctions. C’est nécessairement pro­
duire des « formes de sensibilité » qui focalisent, placent et
découpent le réel selon les propres spécificités techniques
des appareils utilisés.
L’enjeu est de créer de nouvelles résonances harmonieuses
entre processus technologiques et cultures alimentaires, en
tissant des liens, en canalisant et en donnant des visages
nouveaux aux tendances de fond déjà existantes. Dans les
propositions, s’harmoniseront en outre deux aspirations
profondes du consommateur contemporain, en apparence
contradictoires : d’une part, l’attrait pour la puissance accor­
dée par le virtuel et les technologies numériques, et d’autre
part, le besoin de nature et d’expériences authentiques.
DATAPOLIS
Associant une école d’art et une université, le programme
de recherche DataPolis se donne pour objectif de penser
et designer les pratiques des usagers de l’espace public,
de rendre la ville intelligible à travers la production de pro­
totype d’objets numériques et de dispositifs de projections
urbaines.
Le programme de recherche a pour ambition d’interroger
autrement le concept très flou des villes intelligentes (Smart
Cities). Le néologisme latino grec « data+polis » permet de
traduire en terme esthétique la rencontre entre le numérique
et les infrastructures de télécommunication (data) et le lien
étroit qui noue une ville à son territoire et à un écosystème
Le site de Rennes
La recherche
En ce sens les hypothèses esthétiques développées devront
prendre en compte le contexte technologique particulier des
ateliers de création et de fabrication numérique. DataPolis
est un projet de recherche qui repose sur le principe de la
programmation orientée art & design associant notamment
un logiciel gratuit conçu au MediaLab du MIT (Processing)
à des circuits imprimés et des microcontrôleurs. Ceux-ci
seront couplés à des capteurs de force et de vibration, à des
puces GPS, et à des caméras interactives et contribueront à
créer des dispositifs expérimentaux de captation, d’analyse
et de redistribution des données.
La revue Pratiques
Pratiques est une revue de réflexion sur l’art qui entend
contribuer à mettre en évidence les enjeux des pratiques
artistiques contemporaines, qu’elles soient du domaine de
la théorie, des formes plastiques ou de la médiation de l’art.
Elle devient également l’un des supports privilégiés de la
recherche pour l’EESAB-Brest-Lorient-Quimper-Rennes.
235
EESAB
Site de Rennes
236
Les échanges
internationaux
Chaque numéro s’articule autour de trois volets : théorie,
pratique, médiation, permettant d’aborder sous différents
angles des thématiques qui peuvent se retrouver et se re­
nouveler au fil des publications successives : l’art comme
écart, la catastrophe, les modernités, la couleur, les lieux
d’artistes, les collections.
Nous vous encourageons tous à profiter pleinement des
avantages existants dans les programmes européens et in­
ternationaux pour développer une expérience d’ouverture
vers d’autres cultures. Nous participons à de nombreux pro­
jets Erasmus en Europe et développons au-delà de cette
Europe des relations et échanges avec des écoles d’art et
des universités aux États-Unis, en Amérique latine.
Le numéro 21 aborde la question des œuvres et des « Pra­
tiques discrètes de l’art et leurs non-lieux » ; il a été réalisé
sous la direction de Leszek Brogowski, enseignant-cher­
cheur à l’Université Rennes 2 et fondateur du Cabinet du
livre d’artiste.
Publiée à ses débuts avec le soutien de l’École des beauxarts de Rennes et du Fonds régional d’art contemporain Bre­
tagne, la revue s’appuie aujourd’hui sur une collaboration
élargie à l’École européenne supérieure d’art de BretagneBrest-Lorient-Quimper-Rennes, à l’université Rennes 2,
et aux centres d’art contemporain de la région Bretagne.
Après maintenant plus de dix ans d’existence, la revue peut
revendiquer un statut de référent dans les publications théo­
riques sur l’art.
Elle est un acteur actif de la recherche qui se développe au
sein de l’École européenne supérieure d’art de BretagneBrest-Lorient-Quimper-Rennes en partenariat régulier avec
l’université Rennes 2 et le Frac Bretagne.
Le numéro 22 paru en 2013 rassemble les interventions
du séminaire de recherche « De l’auto archivage immédiat
comme oeuvre » des 7, 8 et 9 décembre 2011, sur la direc­
tive de Julie Morel, EESAB-site de Lorient.
Le site de Rennes
Les échanges internationaux
Ces expériences permettent de développer une grande
indépendance d’esprit, une adaptabilité à toute nouvelle
situation. Les liens tissés au cours de ces échanges dureront
tout au long de votre parcours professionnel.
Établissements
du Programme
Erasmus
L’EESAB reçoit le soutien de la Commission européenne
dans le cadre du programme d’éducation et de formation
tout au long de la vie.
Allemagne
› Fachhochschule Dortmund – University of Applied
Sciences and Arts Dortmund.
› Muthesius Kunsthochschule Muthesius Academy
of Fine Arts, Kiel.
› Hochschule der Bildenden Künste Saa, Saarbrücken.
Belgique
› Académie royale des beaux-arts de Bruxelles.
Espagne
› Universitat de Barcelona, Divisio de Ciencies
Humanes i Socials, Barcelone.
› Universitad Politecnica de Valencia, Facultad
de Bellas Artes de San Carlos, Valencia.
237
EESAB
Site de Rennes
238
Le site de Rennes
Les échanges internationaux
Grande Bretagne
› The Manchester Metropolitan University, Faculty
of Art & Design, Manchester.
› The Nottingham Trent University, Faculty of Art
and Design, Nottingham.
› University of Wolverhampton, School of Art & Design,
Wolverhapton.
› Central St Martins College of Art and Design, Londres.
› Chelsea College Art and Design, Londres.
› University of Creative Arts (UCA), Kent.
› Arts University College, Bournemouth.
Grèce
› Athens School of Fine Arts.
Pologne
› Uniwersytet Artystyczny w Poznaniu, Poznan.
Italie
› Accademia di Belle Arti Di Brera, Milan.
› Accademia di Belle Arti, Palermo.
› Accademia di Belle Arti, Macerata.
› Accademia di Belle Arti, Rome.
Suède
› Ostersunds Konstskola.
Pérou
› Escuela Nacional de Bellas Artes en Lima.
USA
› California College of Arts and Crafts, Oakland.
› University of Rochester, Rochester.
Pays-Bas
› Gerrit Rietveld Academie, Amsterdam.
République Tchèque
› Brno University of Technology, Faculty of Fine Arts, Brno.
Roumanie
› Universitatea de Arta si Design Cluj-Napoca.
Établissements
Hors Erasmus
Argentine
› Facultad de Diseno y Communication, Buenos Aires.
Costa Rica
› Escuela de Artes Plasticas de UCR, Sans José.
Grande Bretagne
› Glasgow School of Art, Glasgow.
› University of Salford, Manchester.
› University of Plymouth.
› The London Institute, Londres.
Pour les séjours à l’étranger s’adresser à :
› Amanda Auffray-Liddiard au Bureau Erasmus, salle 209, le
lundi de 15h30 à 16h30 et le jeudi de 14h à 16h ;
› Marie-Noëlle Haslé, responsable de l’administration et du
pôle international.
renSeignEments
pratiques
EESAB
Site de Rennes
241
Renseignements pratiques
Dates à retenir
242
Dates à retenir
vacances
Toussaint
26 octobre au
3 nov. 2013
Noël
21 décembre au
5 janvier 2014
Portes ouvertes
Hiver
1er au 9 mars
2014
Printemps
26 avril au
11 mai 2014
15 février 2013
examen d’entrée
Année 2 / L2
Année 3 / L3
Année 4 / M1
Année 5 / M2
bilan semestres 3, 5, 7, 9
9 janvier 2014
10 et 11
décembre 2013
15 janvier 2014
22 janvier 2014
bilan semestres 4, 6, 8
15 mai 2014
9 et 10
avril 2014
25 mars 2014
–
soutenance mémoire
–
–
DNAP
–
du 25 au 27
juin 2014
–
–
DNSEP
–
–
–
11 et 12
juin 2014
e
Admission et 4 année
13 mai 2014
Équivalence
13 mars 2014
commissions
Option Communication
du 15 au 17 avril 2014
année 1 / L1
bilan semestre 1
du 6 au 9 janvier 2014
bilan semestre 2
du 19 au 22 mai 2014
5 février 2014
Option Design
Option Art
Année 2 / L2
Année 3 / L3
16 et 18
17 et 19
bilan semestres 3, 5, 7, 9
décembre 2013 décembre 2013
bilan semestres 4, 6, 8
soutenance mémoire
DNAP
DNSEP
Année 4 / M1
Année 5 / M2
21 et 22
janvier 2014
18 au 20
novembre 2013
26 au 28
mai 2014
1er et 2
avril 2014
22 au 24
avril 2014
–
–
–
2 avril 2014
18 et 19 mars
2014
–
–
du 16 au 19
juin 2014
–
–
–
Année 2 / L2
Année 3 / L3
Année 4 / M1
Année 5 / M2
bilan semestres 3, 5, 7, 9
13 au 16
janvier 2014
13 au 16
janvier 2014
13 au 16
janvier 2014
19 février 2014
bilan semestres 4, 6, 8
27 et 28 mai
2014
13 et 14
mai 2014
22 et 23 avril
2014
–
soutenance mémoire
–
–
–
18 et 19 mars
2014
DNAP
–
23 et 24
juin 2014
–
–
DNSEP
–
–
–
3 au 5
juin 2014
–
du 3 au 5
juin 2014
Septembre
Novembre
1   V
1  M
décembre
janvier
1  M
1   D
Férié
février
MARS
1  S
AVRIL
1  S
1  M
MAI
Bilan
3e Art
1   D
Octobre
JUIN
1   J
1   D
2   V
2   L
2  M
2  S
2   L
2   J
2   D
2   D
3  M
3   J
3   D
3  M
3   V
3   L
3   L
3   J
3  S
3  M
4  M
4   V
4   L
4  M
4  S
4  M
4  M
4   V
4   D
4  M
5   J
5  S
5  M
5   J
5   D
5  M
5  S
5   L
6   V
6   D
6  M
6   V
6   L
7  S
7   L
7   J
7  S
7  M
8   D
8  M
8   V
8   D
8  M
7   V
7   L
7  M
8  S
8  S
8  M
8   J
8   D
9   D
9   D
9  M
9   V
9   L
10  V
10  L
10  L
10  J
10 S
10 M
11 S
11 M
11 M
11  V
11  D
11 M
12 M
12 M
12 S
12  L Ent. DNSEP Art 12  J
13  D
13 M
14  L
14 M
11 M
11  V
11  L
12  J
12 S
12 M
12  J
12  D
13  V
13  D
13 M
13  V
13  L
14 S
14  L
14  J
14 S
14 M
15  D
16  L
Rentrée
Férié
15 M
15  V
15  D
16 M
16 S
16  L
15 M
Bilan 2e Art
e
Bilan
4e Com
16  J
Bilan 2e, 3e, 4e Design
10 M
Bilan 3e
Com
10  D
Bilan
2e Com
Bilan
5e Art
13  J
13  J
14  V
14  V
15 S
17  L
18 M
18  V
18  L
18 M
Bilan 2e Art
18 S
18 M
18 M
19  J
19 S
19 M
19  J
Bilan 3e Art
19  D
19 M Bilan 5e Design
19 M
21 S
21  L
21  J
19 S
19  L
20  D
21 S
21 M
21  V
21  V
21  L
22 S
22 S
22 M
23  D
22  V
22  D
23  L
23 M
23 S
23  L
23  J
23  D
24 M
24  J
24  D
24 M
24  V
24  L
25 M
20  V
21 S
22  D
23  V
23  L
24 S
24 M
25 M Rendu M 4 Art
25 M Bilan 4 Com
25  V
25  D
25 M
26  D
26 M
26 M
26 S
26  L
26  J
26 S
26 M
26  J
27  V
27  D
27 M
27  V
27  L
27  J
27  J
27  D
28 S
28  L
28  J
28 S
28 M
28  V
28  V
28  L
29  D
29 M
29  V
29  D
29 M
29 S
29 M
30  L
30 M
30 S
30  L
30  J
30  D
30 M
31 M
31  V
31  L
31  J
Bilan
1re année B
Vacances
de
Printemps
27 M Bilan
2e
28 M Design
29  J
30  V
31 S
Férié
DNAP Art
19  J
25 S
26  J
Vacances
de la
Toussaint
22  J
Bilan
1 année A
re
Bilan 2e Art
Vacances
de Noël
24  J
e
21 M
Férié
Bilan
4e
23 M Design
24  L
e
20 M
Bilan 4e Art
20  J
22 M
25  L
18 M
20  J
22  D
25  V
18  D
20  L
Bilan
22 M e
5 Com
25 M
18  V
20  V
Bilan
4e Art
20 M
Sout M
5e Design
17  L
Sout M
5e Art
17  V
Bilan 5e Art
Bilan 3 Art
20  D
17 M
17  J
17 M
14 S
17 S
16 M
DNSEP Com
e
16  L
16  D
Examen
d’entrée en
1re année
Férié
13  V
16  V
16  D
17  D
7  S
Bilan 2 Com +
15  D
Ent DNSEP D
15 M
17  J
Commis­
sion
6   V
15  J
15 S
P. Ouvertes
17 M
20  V
Com. eq.
Bilan
3e Com
Bilan 3e
Design
7   V
9   J
Rendu M
5e Art
Rendu M
11 M e
5 Com
5   J
6  M
10  J
10 M
Vacances
de
Printemps
6   D
9   L
9  M
Vacances
d’Hiver
6   J
9  S
9   L
5  M
6   J
Bilan
1re année A
Bilan 1re
année B
Voyage
Venise
Sout M
5e Com
DNSEP
Art
DNSEP Design
2   L
Sout M
2  M
4e Art
27  V
28 S
29  D
30  L
DNAP
Design
DNAP
Com
245
EESAB
Site de Rennes
246
Renseignements pratiques
Fonctionnement de l’école
Fonctionnement
de l’école
l’équipe technique
Secteur informatique
Dominique Cadorel
Ivan Le Bourlout
Personnel technique
Thierry Bordais, coordonnateur de l’équipe technique,
atelier menuiserie
Emmanuel Gabillard, concierge
Michel Bouillé, technicien des ateliers volume
Guillaume Detivaud, gérant de l’annexe
Claude Huet, atelier menuiserie, fourniture de matériaux
Pour les contacts, se référer au site www.eesab.fr
l’équipe
administrative
Directeur général de l’École européenne supérieure
d’art de Bretagne – Brest – Lorient – Quimper – Rennes
et directeur de l’EESAB-site de Rennes
Philippe Hardy
Directrice adjointe de l’EESAB-site de Rennes
Odile Lemée-Le Borgne
Personnel d’entretien
Nadine Bohéas
Geneviève Chidenne
Responsable de l’administration
et des relations internationales
Marie-Noëlle Haslé
Secrétaire de direction, chargée de l’accueil
Annyvonne Rihet
Assistante pédagogique
Stéphanie Berthelot
Assistante comptable
Hélène Favé
Chargée de la communication, des expositions,
conférences et événements
Jodène Morand
Bibliothéque
Cécile Kerjean, bibliothécaire
Émilie Poulet, assistante-bibliothécaire
la Bibliothèque
Dans ces locaux spacieux et lumineux, les étudiants peu­
vent consulter les ressources nécessaires à leurs recherches
et à leurs projets plastiques, afin d’acquérir une meilleure
appréhension de la diversité des arts et de la pensée d’au­
jourd’hui.
La majeure partie du fonds d’ouvrages, de revues et autres
supports multimédia portant sur l’art, l’esthétique, la pho­
tographie, le cinéma, le design, la communication, le gra­
phisme, la typographie, l’architecture, est en libre accès.
L’autre partie (fonds ancien antérieur à 1920 notamment)
est conservée en réserve et disponible sur demande.
Pro­
jet de conservation systématique des mémoires d’étudiants
réalisés dans le cadre du DNSEP.
Le public extérieur à l’école a la possibilité de venir consul­
ter des documents, dans la limite des places assises. Le prêt
n’est toutefois accessible qu’aux étudiants et enseignants
de l’EESAB-site de Rennes.
247
EESAB
Site de Rennes
248
Horaires d’ouverture
› Lundi, mardi et mercredi : de 9h à 12h et de 13h à 18h.
› Jeudi et vendredi : de 13h à 18h.
Ressources
› Plus de 12 000 documents.
› 2 postes de consultation du catalogue.
› 1 poste de consultation de dvd et vidéos (sera mis en place
dans le courant de l’année).
› 1 photocopieur couleur et 1 scanner sont à disposition
des usagers pour reproduire ou numériser les documents.
› Des cartes de photocopie et d’impression sont en vente à
l’accueil de l’école.
La reproduction de documents est régie par le Code de
la propriété intellectuelle institué par la loi no 92-597 du
1er juillet 1992. Pour les documents non encore tombés
dans le domaine public, les reproductions sont destinées à
usage strictement privé. Des bases de données spécialisées
peuvent être consultées pour retrouver des articles parus
dans les périodiques auxquels la bibliothèque de l’école
est abonnée.
Les horaires peuvent être réduits pendant les congés sco­
laires. Interruption estivale durant la fermeture annuelle de
l’école.
Conditions de prêt
Les étudiants ont la possibilité d’emprunter 5 ouvrages pour
une période de 15 jours et les enseignants pour une durée
d’un mois.
› Possibilité de réservation.
S’ils ne sont pas réservés, le délai d’emprunt des documents
peut être prolongé une fois, soit par l’intermédiaire du
compte lecteur, soit auprès du personnel de la bibliothèque.
Catalogue informatisé
La Bibliothèque de l’EESAB-site de Rennes fait partie du
réseau informatisé des bibliothèques de l’Agglomération
de Rennes Métropole. Son catalogue, intégré à celui de la
bibliothèque des Champs libres et des bibliothèques de
quartier est consultable à l’adresse opac.si.leschampslibres.
fr. Une seule interrogation permet ainsi de localiser les titres
référencés dans l’ensemble des bibliothèques de la ville.
Contact
› Cécile Kerjan, bibliothécaire : [email protected] › Émilie Poulet, assistante : [email protected]
› Ligne directe : 02 23 62 23 59
L’équipe de la bibliothèque est à disposition du public pour
l’aider dans ses recherches et demandes de renseigne­
ments, l’orienter et le conseiller.
› Initiation à la recherche documentaire par petits groupes
pour les étudiants de 1re année.
› Possibilité de rendez-vous pour une orientation bibliogra­
phique ou pour commencer une recherche.
Renseignements pratiques
Fonctionnement de l’école
La constitution d’un portail Netvibes répertoriant les res­
sources documentaires en ligne sur l’art, le design et la com­
munication ainsi que les débouchés professionnels après
l’école est envisagée à l’automne 2013. Ce portail permettra
également l’accès à une sélection régulière d’articles et de
liens en référence à l’actualité artistique et culturelle.
D’AUTRES
BIBLIOTHÈQUES
à RENNES
11 bibliothèques de quartier
› Adresses et horaires disponibles sur
www.bibliotheques.rennes.fr
› Consultation sur place gratuite.
› Abonnement : 3 € pour les 18-25 ans rennais
La bibliothèque d’agglomération des Champs libres
10 cours des alliés – Rennes
› Horaires disponibles sur
www.bibliotheque-rennesmetropole.fr
› Consultation sur place gratuite.
› Abonnement : gratuit pour les 18-25 ans rennais déjà ins­
crits dans les bibliothèques de quartier.
249
EESAB
Site de Rennes
La bibliothèque du Frac Bretagne 19 avenue André Mussat – Rennes
› www.fracbretagne.fr
› Consultation sur place gratuite
250
Renseignements pratiques
Fonctionnement de l’école
horaires
Accueil du secrétariat
L’accueil du secrétariat est ouvert du lundi au vendredi de
9h à 12h et de 14h à 17h30.
Les Archives de la critique d’art
4 allée Marie Berhaut, Bât. B – Rennes
› www.archivesdelacritiquedart.org
› Consultation sur place gratuite, sur rendez-vous
Université Rennes 2
La Bibliothèque universitaire centrale
Place du Recteur Henri Le Moal – Rennes
Ateliers techniques
Ouverts du lundi au vendredi, de 10h00 à 19h00 durant
les périodes de cours et sur projet pendant les vacances
scolaires faisant l’objet d’une demande écrite au secrétariat
pédagogique 15 jours avant la date demandée.
Bourses
La Bibliothèque de l’UFR Arts – Lettres –
Communication
Bâtiment B, Nord – Porte 240, 1er étage
› scd-portail.uhb.fr
› Consultation sur place gratuite
La bibliothèque de l’École nationale supérieure
d’architecture de Bretagne
44 Boulevard de Chézy – Rennes
› www.rennes.archi.fr
La bibliothèque du Musée des Beaux-arts 20 quai Emile Zola – Rennes
› www.mbar.org/services/bibliotheque
› Ouvert au public certains après-midis, dans la limite des
places disponibles.
La bibliothèque de l’Institut franco-américain
7 quai Châteaubriand – Rennes
› www.ifa-rennes.org
Pour les bourses nationales d’études, s’adresser au Crous.
› T : 02 99 84 31 31
› www.crous-rennes.fr
Pour les bourses liées aux projets pédagogiques, s’adresser
à Hélène Favé au secrétariat. Chaque demande doit faire
l’objet d’un projet décrit avec un budget établi.
Autres
informations
Infographie
Les salles d’infographie sont situées :
› à l’école, rue Hoche : au 3e étage (développement de projets).
› à l’annexe, rue du Noyer : au rez-de-chaussée du bâtiment
préfabriqué (Design) (formation, développement de projets).
Veiller pour l’utilisation des postes, à tenir compte de leurs
fonctions. L’utilisation des logiciels doit se faire dans le res­
pect de la loi et des engagements liés aux contrats de li­
cence, c’est pourquoi tous les logiciels ne sont pas installés
sur tous les postes.
Les salles sont ouvertes pendant l’année du lundi au ven­
dredi, de 9h à 12h et de 14h à 19h.
251
EESAB
Site de Rennes
252
Renseignements pratiques
Fonctionnement de l’école
Maquette, thermoformeuse
Enseignant responsable : Thierry Dupeux.
Pour tous besoins : voir menuiserie et ateliers volume.
Responsabilité
et sécurité
Livre
Les livres empruntés à la bibliothèque de l’école doivent être
rendus en bon état. À défaut, en cas de détérioration ou de
vol, l’ouvrage concerné devra être remboursé.
Matériaux divers en vente
› Résine, fer, terre, plâtre, pigments, colle de peau, caparol…
auprès de l’atelier menuiserie.
› Châssis : auprès de Thierry Bordais à l’atelier menuiserie.
Les demandes doivent être faites le lundi matin. Les étu­
diants peuvent éventuellement réaliser leurs châssis avec
l’aide des agents techniques.
Photocopies
› Photocopies noir et blanc de la bibliothèque : cartes en
vente à l’accueil.
› Photocopies (et imprimante) couleurs liées à l’infographie :
cartes en vente à l’accueil.
Prêt de matériel photo et vidéo
› Emmanuel Gabillard : tous les jours, de 9h à 9h15, de
11h45 à 12h, de 14h à 14h15, et de 17h45 à 18h.
› Salle au bout du couloir de la salle de conférences.
Salles
Pour l’utilisation des salles (hémicycle, auditorium, salles
d’accrochage, de culture générale), il convient de s’adres­
ser à l’accueil. Pour les salles informatiques et de montage,
s’adresser à Dominique Cadorel.
Utilisation des véhicules de l’école
S’adresser à l’accueil avec une demande écrite et validée
par un enseignant décrivant le projet concerné, les étudiants
transportés, les heures et dates de départ et de retour.
Emprunt livres
et matériels
Matériels
Le prêt de matériel est soumis à la production d’une attes­
tation d’assurance « Tous Risques Objets ». Lorsque vous
empruntez du matériel à l’école, vous signez une déclaration
de prise en charge du matériel. Par cette déclaration, vous
placez le matériel emprunté sous votre entière responsabi­
lité : les risques liés à l’utilisation du matériel, notamment
au niveau des dommages (bris, dégradation, vol…), sont à
votre charge.
Le matériel doit être rapporté en état de marche. À défaut,
les frais de réparation ou de rachat du matériel seront à
votre charge ou à la charge de votre assureur.
Machines diverses
Veillez à ne les utiliser qu’après accord des personnes res­
ponsables de leur fonctionnement, et dans des conditions
normales d’utilisation.
Assurances
Nous exigeons une assurance spécifique du type « Tous
risques – objets » couvrant l’emprunt et l’utilisation du ma­
tériel de l’école.
Attention : toutes les compagnies d’assurances ne proposent
pas cette option de type « tous risques – objets ». Le fait
d’être assuré n’entraîne pas une couverture totale par les
assurances : celles-ci, en général, veillent à ce que le maté­
riel soit utilisé correctement, et qu’il soit sous la surveillance
de l’emprunteur…
253
EESAB
Site de Rennes
Évitons
les accidents
Chaque année, plusieurs étudiants sont victimes d’accidents
ou d’incidents (entailles, membres brisés, brûlures, débuts
d’incendies…). La plupart du temps, ils sont dus, au nonrespect des règles de sécurité ou à une mauvaise utilisation
des produits et matériels qui sont mis à disposition. Il est
donc nécessaire de bien respecter toutes les consignes de
sécurité indiquées dans chaque atelier.
De façon générale, il importe
› De respecter l’interdiction générale de fumer dans tous les
locaux de l’école.
› De ne pas installer dans les ateliers de matériels ou d’équi­
pements autres que ceux prévus, et donc de réaliser les
travaux dans les ateliers adéquats (menuiserie, atelier terre,
atelier fer… ; en cas de problème, discuter avec les ensei­
gnants et prendre contact avec l’administration).
› D’utiliser des flacons appropriés et étiquetés pour conser­
ver les produits dangereux, de fermer les flacons en dehors
des moments où ils sont utilisés, et de les ranger dans les
armoires lorsque vous quittez les ateliers.
› D’utiliser des gants chaque fois que nécessaire.
› De ne pas jeter dans les poubelles des chiffons ou des pa­
piers trop imprégnés de produits inflammables (ces produits
devant être utilisés en petite quantité).
› De ne pas poser sur les radiateurs ou contre les radiateurs
des produits ou des objets de natures diverses risquant
de s’enflammer (chiffons, gobelets, bois, sacs plastiques,
feuilles de papier – même peintes ou dessinées ! – toiles…).
› De ne pas se servir des éclairages comme matériel d’accrochage ou de suspension.
254
Renseignements pratiques
Fonctionnement de l’école
› De ne pas encombrer les passages et les issues (notamment
les portes, en veillant à ce que tous les battants puissent
s’ouvrir et se fermer correctement).
› De nettoyer régulièrement son lieu de travail (et d’envisager,
dans cette optique, les moyens de conserver des traces,
photographiques ou autres, du travail passé).
› De ne pas se servir des équipements présentant un certain
risque en dehors de la présence du personnel responsable.
255
EESAB
Site de Rennes
Équipements
techniques
ESTAMPES
Gravure
› 3 presses « taille-douce »
› 1 / 2 grand aigle (75x105 cm)
› Possibilité d’attaque d’acide sur des plaques 2x1 m
en une seule fois
Lithographie
› 2 presses à bras
› Format maximum des pierres : 60x80 cm
Sérigraphie
› 1 banc photo pour fabrication de films
› 1 lampe Aktipot 3000 W avec intégrateur pour
insolation, et châssis d’insolation
› 2 tables lumineuses
› 2 tables de tirage manuel
(1 format grand-aigle, 1 format raisin)
› 1 armoire de séchage
› 1 bac de dégravage
› 1 bac de dégraissage
Infographie
256
Renseignements pratiques
Équipements techniques
Salle 302 : Internet, projets multimédias
› 5 Macintosh Mac Pro Intel Xeon
› 7 IMac Intel Core 2 duo (21,5 pouces)
› Logiciels graphiques : gamme Adobe CS5 Créative Suite
(Photoshop, Illustrator, InDesign), éditeur de police FontLab
Studio, Libre Office
› Logiciels multimédias et vidéo : IMovie – Final Cut Express,
After Effects, Dreamweaver, Flash
› 7 scanners A4 opaques et transparents
› 1 scanner A3 opaque
› 1 Imprimante laser noir et blanc format A4 en réseau
› 1 imprimante laser noir et blanc format A4 et A3
› 1 Imprimante laser couleur format A4 et A3
(accessible par carte prépayée)
Salle Design / préfabriqué
› 5 PC stations de travail graphique équipées de logiciels
de gamme professionnelle (Flash, Dreamweaver, Photoshop,
Illustrator, InDesign, Zoom GDL, Artlantis, Archicad, 3DS Max,
Open Office)
› 1 imprimante laser monochrome (A4)
Annexe rue du Noyer
Salle 21 : salle de cours
› 12 Macintosh iMac Intel Core Duo (17 po)
› 1 vidéo projecteur et 1 imprimante laser monochrome (A4)
Accès libre en dehors des heures de formation.
Site rue Hoche
Salle 301 : cours de design 3D
› 11 Macintosh IMac Intel Core 2Duo (21,5 pouces)
s’exécutant sous Windows 7 et MacOS X
› Partition Windows : logiciel de design 3DSMax 2012
› Partition MacOSX : logiciel graphique gamme Adobe CS5
Créative Suite Photoshop Illustrator InDesign, Editeur de
police FontLab Studio, Libre Office
Laboratoire photo (sous-sol)
› 2 IMac Intel core 2 Duo reliés à deux scanners graphiques
professionnels V750 Epson
› Logiciels : gamme adobe Créative Suite CS5 et Silverfast
› 1 mac Pro Intel Xeon pilotant deux traceurs grand et moyen
format jet d’encre de formats A2, A0 et BO
257
EESAB
Site de Rennes
Maquettes –
Thermoformage
et résine
› Thermoformeuse Mécaform (pour pièces 100x70x30 cm)
› Tronçonneuse thermique
› Scie à onglets, scie sauteuse, ponceuse à ruban,
scie vibrante pneumatique, pyroscie
› Ponceuse vibrante, ponceuse triangulaire, ponceuse
à bande sur pied
› Perceuse sur socle, défonceuse, décapeur thermique
› Aspirateurs synchro, sableuse, fer à souder (étain), pistolet
à colle, pince à riveter, four à céramique
Menuiserie
› Combiné Lurem Type C 310 STI, 6 opérations
(dégauchisseuse, raboteuse, mortaiseuse, scie circulaire,
inciseur, toupie)
› Tour à bois Lurem (200x1000 mm)
› Scie à ruban, scie à onglets
› Tronçonneuse à bois, aspirateur portatif
Métal (forge
et fonderie)
› 1 poste à soudure électrique (soudure à l’arc)
› 1 poste à soudure semi-automatique (équipé pour soudure
tous métaux)
› 1 poste à soudure autogène (soudure des alliages, décou­
page de métaux, brasures…)
› 1 poste à soudure TIG
› 1 cisaille à main, 1 tronçonneuse à métal portable
› 1 plieuse manuelle (largeur : 1 m)
› perceuses, meuleuses, scie sauteuse
› 1 touret multiple, 1 cintreuse, 1 grignoteuse
Photographie
Studio photo (3e étage)
Éclairage
› Lumière artificielle : spots à lumière focalisable
de 650 et 1000 W, éclairages de type ambiance
de 1000 et 2000 W, équipement de type torche
(avec parapluies) de 650 et 1000 W
258
Renseignements pratiques
Équipements techniques
› Lumière électronique : torches monoblocs 250 W / s
et 750 W / s avec réflecteurs, boîtes à lumière et parapluies
Laboratoire (sous-sol)
Traitement des films
› Un labo de traitement des films en noir et blanc
pour 24x36, 6x6, et 4x5 inches
› Scanner Hasselblad
Traitement des papiers
› Un laboratoire équipé de 14 agrandisseurs 24x36
et 6x6 pour tirages 30x40 maximum
› Un laboratoire équipé avec un agrandisseur 4x5, un agran­
disseur 6x6 et un agrandisseur 24x36 pour les tirages
grands formats en noir et blanc
(Ce laboratoire comporte également une machine à tam­
bour pour le traitement des papiers couleurs jusqu’au format
30x40.)
Laboratoire photo (sous-sol)
› 2 IMac Intel core 2 Duo reliés à deux scanners graphiques
professionnels V750 Epson
› Logiciels : gamme adobe Créative Suite CS5 et Silverfast
Appareils photo en prêt pour les étudiants
› 8 appareils argentiques reflex avec objectif 35 / 70 mm
› 20 appareils numériques Reflex (1 Nikon D70 avec objectif
18 / 70 mm, 1 Canon EOS 30D avec objectif 18 / 55 mm,
15 Canon EOS 400 et 450D avec objectif 18 / 55 mm, 1 objectif adaptable focale courte 10 / 22 mm)
Appareils en prêt sous réserve d’une autorisation
d’un enseignant en photographie
› 1 Hasselblad (6x6, objectif de 60 mm, 80 mm, 120 mm)
› 2 Hasselblad 503 CW (objectifs de 100 mm, 80 mm, grand
angle)
259
EESAB
Site de Rennes
› 1 Folding Horseman (4x5, objectifs de 150 mm, 240 mm)
› 1 dos numériques pour Hasselblad
› 2 Canon EOS 5D avec objectifs (grand-angle, zoom pro,
macro)
› 2 chambres Profoto AcuteB 600R et 2 parapluies Profoto
› 1 torche, lumière électronique
› 6 cellules Sékonic, 1 cellule Gossen, 2 flashes
› 11 pieds photo (7 Manfrotto, 1 Gitzo)
Reliure
› Cisaille à plat 45 cm, massicot électrique
› Presse à percussion
Salle de
conférences
› 1 Imac Intel Core
› 1 vidéoprojecteur fixe DLT de 6000 lumens WXGA
› 2 micros HF, 2 micros de table
› 2 enceintes de 100 W
Salles de cours
Salle 101 (40 places)
› 1 moniteur + magnétoscope DVD et VHS
› 1 vidéo-projecteur
› 1 Macintosh iMac Intel Core (20 pouces)
Salle 109 (12 places)
› 1 Macintosh iMac Intel Core Duo (20 po)
› 1 moniteur + magnétoscope DVD et VHS
Salle 110 (12 places)
› 1 Macintosh iMac Intel Core Duo (24 po)
› 1 vidéo-projecteur
› 1 moniteur + magnétoscope DVD et VHS
Salle 117-118 (20 places)
› 1 Macintosh iMac Intel Core Duo
› 1 vidéo-projecteur
260
Renseignements pratiques
Équipements techniques
Salle 201 (30 places) : cours d’anglais
› 1 moniteur + magnétoscope DVD et VHS
› 1 vidéo-projecteur
› 11 Macintosh iMac Intel Core (20 po)
Vidéo / Son
Salles 304, 305, 306, 307, 308, 309 : montage vidéo
› Bancs de montage virtuel vidéo basé sur Macintosh Mac
Pro Intel Xeon avec la suite Final Cut Studio version 7
› Magnétoscopes entrées / sorties analogiques et numériques
› (VHS, Mini DV, HDV, HI8, DVD-Vidéo) formats SD et HDV
supportés
Salle 303 : atelier son
› Atelier équipé, accès selon modalités définies par Luc Larmor.
Matériel vidéo / son en prêt pour les étudiants
› 5 caméscopes numériques format SD/HD
› 6 caméscopes numériques format HDV/DV
› 1 caméscope Sony FX 1000E (sous réserve de l’accord
d’un enseignant)
› 2 sonos portables (1 micro avec l’enceinte auto amplifié)
› 10 enregistreurs/baladeurs digitaux Zoom H4
› 1 mandarine avec pieds
Matériel pour installations et expositions
› 11 lecteurs DVD
› 1 rétroprojecteur
› 4 moniteurs à Tube
› 8 moniteurs écrans plats
EESAB
Site de Rennes
Renseignements pratiques
Plans des bâtiments
262
Plans des bâtiments
préfabriqués
Rez-de-chaussée
Plans des bâtiments
anciens
Sous-sol
Maquettes
menuiserie
LABFAB
Mathériauthèque
Design
Cour du
cloître
1er étage
Rez-de-chaussée
Labo photo
grands formats
Labo photo
Cafet.
Bibliothèque
125
124
105
Gravure
Cour du
cloître
Sérigraphie
121
Salles
d’accrochage
104
Art
120
103
102
Wc
Auditorium
Secrétariat
Salle des
enseignants
Reliure Cour
Cour
Conciergerie
1er étage
Wc
1re année
Groupe B
110
Salle de
cours
117
303
Infographie
Com.
203
302
209
(Niveau +1)
211
210
Studio
prise
de vues
Hémicycle
dessin
(Niveau -1)
Salle son
Com.
Salle de
206 207 208
cours
201
108
3e étage
205
202
107
Magasin prêt photo / vidéo
204
1re année
Groupe A
109
106
101
2e étage
Salle
intermédiaire
122
123
Salle expo
étudiante
Photo
numérique
301
Vidéo-son
304
305
306
307
308
309
261
Direction
générale
263
EESAB
Site de Rennes
Informations
complémentaires
264
Renseignements pratiques
Informations complémentaires
Informations
loisirs et culture
TNB (Théâtre national de Bretagne)
1, rue St-Hélier | 35000 Rennes
www.t-n-b.fr
Spectacle vivant
Associations
des étudiants
Se déplacer
L’UBU
1, rue St-Hélier | 35000 Rennes
www.ubu-rennes.com
Pomme Z
Cette association a pour but de créer des liens avec d’autres
établissements locaux ou nationaux voire internationaux,
d’organiser des événements, de promouvoir le travail des
étudiants, et d’animer les relations entre les élèves de l’école.
› [email protected]
› www.facebook.com/bde.pommez
Opéra de Rennes
Place de la Mairie | 35000 Rennes
www.opera-rennes.fr
Musée de la Danse
38, rue St-Melaine | 35000 Rennes
www.museedeladanse.org
En vélo
Le vélo STAR est le service de vélo en libre-service proposé
par Rennes Métropole.
› Tarif : 30 premières minutes gratuites.
Théâtre de Poche
2, rue Saint-Louis | 35630 Hédé
theatre-de-poche.com
En bus et en métro
L’école est desservie par plusieurs lignes de bus.
› Lignes 1, 5, 9 et par le métro (arrêt St-Anne).
› www.star.fr
Urgences
› SOS Médecins : 02 99 53 06 06
› SAMU : 15
› Police : 17
› Commissariat police nationale : 02 99 65 00 22
› Pompiers : 18 ou 112 à partir d’un portable
› Hôpital Pontchaillou : 02 99 28 43 21
› Centre antipoison : 02 99 59 22 22
› Planning familial : 02 99 31 54 22
› Urgences dentaires : 02 99 65 00 22
› Bureau d’aide psychologique universitaire (BAPU) :
02 99 30 81 24
› Pharmacies de garde : 02 23 45 04 04
Théâtre de la Paillette
6, rue Louis Guilloux | 35000 Rennes
www.museedeladanse.org
Art contemporain –
design – édition
40mcube
48, avenue Sergent Maginot | 35000 Rennes
www.40mcube.org
Cabinet du livre d’artiste
Campus Rennes 2, Bâtiment Ereve | 35000 Rennes
www.univ-rennes2.fr/cabinet-livre-artist
Centre culturel du Colombier
5, place des Colombes | 35000 Rennes
www.centrecolombier.org
265
EESAB
Site de Rennes
266
Renseignements pratiques
Informations complémentaires
Galerie 48
48, bd Villebois Mareuil |35000 Rennes
www.superstrat.fr
Le Bon Accueil
74, canal Saint-Martin | 35000 Rennes
bon-accueil.org
DMA Galerie
4, boulevard Laennec | 35000 Rennes
www.dmagalerie.com
Lendroit
23, rue de Quineleu | 35000 Rennes
www.lendroit.org
Fonds régional d’art contemporain Bretagne
19, avenue André Mussat CS 81123 |
35011 Rennes Cedex
www.fracbretagne.fr
Les Ateliers du Vent
59, rue Alexandre Duval |35000 Rennes
www.lesateliersduvent.org
MJC Grand Cordel
18, rue des Plantes | 35000 Rennes
www.grand-cordel.com
Galerie Art et Essai
1, place du Recteur Henri le Moal –
Université Rennes 2 | 35000 Rennes
www.univ-rennes2.fr/service-culturel/galerie-art-essai
Standards
2, rue des Portes Mordelaises | 35000 Rennes
www.standards-expositions.com
Galerie Mica
Route du meuble |
35760 St Grégoire-Rennes
www.espace-mica.com
Vivarium
ZI Route de Lorient
29, rue du Manoir de Servigné |35000 Rennes
vivariumatelier.blogspot.fr
Galerie Nathalie Clouard
22, rue Hoche | 35000 Rennes
www.galerie-nathalie-clouard.com
Galerie Oniris
38, rue d’Antrain | 35000 Rennes
www.galerie-oniris.fr
Galerie Pictura, Centre culturel
Parc de Bourgchevreuil | 35510 Cesson Sévigné
galerie-pictura.tumblr.com
La Criée, Centre d’art contemporain
Place Honoré Commeurec | 35000 Rennes
www.criee.org
ÉVÉNEMENTSFESTIVALS
Festival Maintenant Electroni[k]
Du 15 au 20 octobre 2013
www.electroni-k.org
Festival Mettre en scène
Du 5 au 23 novembre 2013
Théâtre National de Bretagne
www.t-n-b.fr/fr/mettre-en-scene
267
EESAB
Site de Rennes
Festival Avatar et Cie
Novembre 2013
MJC Antipode
www.antipode-mjc.com
Festival Les Transmusicales
5, 6 et 7 décembre 2013
www.lestrans.com
Festival Transversales Cinématographiques
Février 2014
Université Rennes 2
transversalescinematographiques.blogspot.fr
Festival Urbaines
Mars 2014
MJC Antipode
www.antipode-mjc.com
Festival Les Tombées de la Nuit
Juillet 2014
www.lestombeesdelanuit.com
Responsable de la publication
Philippe Hardy, directeur général
Odile Lemée-Le Borgne, directrice adjointe
Assistance
Stéphanie Berthelot
Photographies
Remerciements aux étudiants
Conception graphique
Caroline Fabès
www.carolinefabes.com
Police de caractères
Theinhardt dessinée par François Rappo
École européenne supérieure d’art de Bretagne
Brest-Lorient-Quimper-Rennes / site de Rennes
34, rue Hoche | 35000 Rennes
T : 02 23 62 22 60 | F : 02 23 62 22 69
[email protected]
www.eesab fr