Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) «Roméo et Juliette», ouverture

Commentaires

Transcription

Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893) «Roméo et Juliette», ouverture
Piotr Ilitch Tchaïkovski (1840-1893)
«Roméo et Juliette», ouverture-fantaisie
Tchaïkovski a été tenté par presque tous les genres, de la mélodie vocale aux œuvres de grande
envergure, mais c’est au registre orchestral et lyrique qu’il a réservé le meilleur de son art. Outre six
symphonies et une dizaine d’opéras, son catalogue comprend des ballets, des suites d’orchestre, des
pages concertantes, des poèmes symphoniques et des ouvertures. Trois de ces dernières ont pour sujet
une pièce shakespearienne: Roméo et Juliette, La Tempête et Hamlet. C’est Mily Balakirev – le chef
spirituel du «Groupe des cinq» avec qui Tchaïkovski a entretenu des contacts étroits plusieurs années
durant – qui a soufflé l’idée du thème des amants de Vérone. Reprenant partiellement des suggestions
concrètes de son confrère, Tchaïkovski a produit une première version de son ouverture Roméo et
Juliette en 1869. Balakirev s’est aussitôt livré à une analyse critique de l’ouvrage, ce qui a encouragé
Tchaïkovski à effectuer de substantiels remaniements. Une décennie plus tard, il a retravaillé une
nouvelle fois cette ouverture qui s’est alors imposée dans une troisième et ultime version dans les salles
de concert. L’ouvrage repose sur trois éléments de la pièce de Shakespeare: le frère Laurent, la haine
entres les familles Montaigu et Capulet et l’amour unissant Roméo et Juliette. Le premier nommé est
personnifié par le choral solennel qui débute cette ouverture, alors que les deux autres thèmes
apparaissent dans la partie centrale. Dans la coda, un nouveau choral scelle la fin tragique des amants
de Vérone.