les frères ripoulain - Documents D`Artistes Bretagne

Commentaires

Transcription

les frères ripoulain - Documents D`Artistes Bretagne
LES FRÈRES RIPOULAIN
David Renault et Mathieu Tremblin
E-Mail : [email protected]
www.ddab.org
LES FRÈRES RIPOULAIN
Repères
Mots clés
situation
urbanité
processus
mésusage
capacitation
Techniques et matériaux
Méthode :
intervention
action
geste
anonymat
lowtech
furtivité
Champs de références
désaménagement urbain
tiers paysage
pragmatisme
appropriationisme
art Libre
www.ddab.org
01
LES FRÈRES RIPOULAIN
Textes
Textes
En solo ou en duo sous le pseudonyme des Frères Ripoulain, David Renault et Mathieu Tremblin
privilégient des formes de créations contextuelles dont le mode opératoire se rapproche de celui des
travailleurs de la ville et en témoignent par le biais d'espaces de consultation inspirés des bureaux
d'étude où ils explorent sur le mode de l'enquête de terrain et du work in progress les relations entre
urbanité et urbanisme. David Renault et Mathieu Tremblin œuvrent dans les espaces en jachère de la
ville et développent des protocoles d'action urbaine autour des notions de contre-façon, d'abandon et
de dégradation, d'expression autonome et spontanée, de langage cryptique et de désobéissance civile.
Les utopies sont l'opium du peuple, il s'agit d'insuffler le changement à petite échelle et de favoriser
l'action concrète. « Les œuvres d'art se détachent du monde empirique et en engendrent un autre
possédant son essence propre, opposé au premier comme s'il était également une réalité » dit Adorno.
David Renault et Mathieu Tremblin, un duo d'artistes français aussi connu sous le nom « Les Frères
Ripoulain » appellent leurs œuvres de manière pertinente des « propositions ». Ils n'obligent à rien,
proposent simplement, donnent des éléments de réponses, peuvent être ignorés ou adoubés. Mais : ils
sont. ils sont action et créent une nouvelle réalité. Et c'est ce qui rend ce duo si contemporain. Comme
l'écrit la commissaire d'exposition Chus Martinez dans son texte « The Octopus in Love » il s'agit
d'être, sans générer forcément une œuvre et la considérer comme une « production ».
Renault et Tremblin sont des provocateurs conceptuels avec un grand sens de l'humour. Ils
appartiennent à une nouvelle génération d'artistes, inspirée par la culture skate, le rap, le graffiti, et
bien que ces vestiges des années 80 soient encore vénérés, la véritable culture pop, source d'inspiration
et d'information est le web. Les digital natives Tremblin et Renault ont grandi avec l'ordinateur,
l'internet et le téléphone portable, l'internet est devenu leur deuxième patrie. Dans leurs œuvres les
deux mondes sont interconnectés : le post internet rencontre la peinture murale, les avant-gardes
artistiques comme le dadaïsme, l'Internationale Situationniste ou Fluxus rencontre l'esthétique punk
et les expérimentations en art sonore.
Qu'il s'agisse de fleurs en origami faites à partir de contraventions, de signatures de graffeurs prenant
la forme d'un nuage de mot-clés ou d'un mobile géant crée à partir de matériel de construction, le duo
réussit de belles déclarations d'amour à la ville à grand renfort d'humour et de poésie.
Alain Bieber, septembre 2014
in Lettre de recommandation pour le Prix Découverte des Amis du Palais de Tokyo, septembre 2014
C'est une fratrie élargie qui se présente sous ce nom déjà entendu. Ils sont deux, David Renault et
Mathieu Tremblin, à repasser une couche sur la marque déposée et toujours active du fabricant de
peinture plus que centenaire, une réappropriation déjà opérée par le collectif des années 1980, les
Frères Ripoulin, un hommage. Avec une lettre de plus et une rue qui s'est ensauvagée depuis, qui a
produit les « quartiers » et vu fleurir le graffiti, ces Ripoulain-là ont associé leur énergie et leur
complémentarité dans des pratiques diverses et multidirectionnelles, qui s'inscrivent dans l'espace
public, la rue, la ville, sous forme d'intervention, voire même d'activisme. Entre culture du graffiti et
actions furtives dans le tissu urbain, avec un goût pour la provocation, pour le jeu et la performance
(au sens artistique, mais pas seulement), fébriles et informés, ils travaillent volontiers dans les espaces
www.ddab.org
02
LES FRÈRES RIPOULAIN
Textes
incertains, avec un goût pour les angles morts des pratiques sociales infimes, pauvres, pour le rebut et
les épaves, pour les micro- désastres de l'ordinaire et l'invention anonyme ou collective. Ils parlent «
d'expérimenter le territoire de la ville, », de « vandalisme créatif », du « frisson du réel ». Ils
empruntent aux pratiques urbaines, à la marche, à l'arpentage, à la dérive urbaine, s'adonnent au tag
et à son dépassement, en toute connaissance de son histoire, de son inventivité, de ses limites. Ainsi
quand, ironie à degré multiple, ils recouvrent signes et signatures trouvés pour les repeindre en typos
régulières, ou quand ils expérimentent les outils, la bombe, ou mieux, l'extincteur adapté, à l'efficacité
redoutable, pied de nez au Kärcher.
À la sauvagerie initiale, ils ajoutent un savoir- faire, une curiosité de sociologues-enquêteurs, et une
culture de l'art comme il faut. Ils ne rechignent pas à l'exposition, pratiquent diverses formes d'édition
(sérigraphie, impression ; placard, affichette), produisent parfois des objets, bricolés, des dispositifs
qui le plus souvent résistent par leur nature même au devenir de fétiche marchand. Ils revendiquent
volontiers l'abandon de l'objet comme un destin artistique, voué à l'invisibilité. Les Frères Ripoulain
existent en revanche sur Internet, ils documentent et argumentent en produisant une mémoire des
travaux. À l'opposé du cynisme, ils produisent une critique en acte, parfois un appel à la désobéissance,
civique ou poétique, en cultivant la logique du détail, du micro-événement, du détournement. La
diversité de leur approche tient aux démarches personnelles de chacun d'eux, qui gardent en parallèle
leur propre pratique, volontiers sonore, du côté du bruit, pour David Renault, photographique et
discursive pour Mathieu Tremblin. L'association démultiplie les moyens, et le principe collectif
renvoie, non tant à un anonymat illusoire qu'au principe social lui-même. Vidéo-documentation,
photo-constat, pièce à conviction et peinture murale « en arrière-plan », les Ripoulain ramènent à
l'écurie le parfum urbain, parfois aigre mais libérateur.
Christophe Domino, mai 2011
in catalogue 56e Salon de Montrouge (collectif), Particules, Paris, 2011
Alice Delarue : Comment vous êtes-vous rencontrés ? Et comment s'est fait votre choix de travailler en
duo ?
Mathieu Tremblin du duo Les Frères Ripoulain [1] : Nous nous sommes rencontrés en 1998 à
l'université Rennes 2, nous étions tous deux en première année d'arts plastiques. Je venais du Mans
pour étudier, et David, qui était rennais d'origine et connaissait très bien la ville, jouait le rôle du
stalker. Il faisait visiter à une partie de notre promotion les délaissés urbains, friches et autres usines
désaffectées qu'il avait déjà pratiqué pour le plaisir de la flânerie ou lors de free parties.
David faisait du graffiti depuis son adolescence ; ainsi avec quelques camarades, la pratique du Name
Writing a vite pris une place particulière dans notre quotidien. Il y avait dans l'effervescence de la
pratique du tag en collectif une énergie et une spontanéité que nous avons fini par faire muter vers des
formes d'écriture plus politiques, en écrivant tout d'abord des pseudonymes au rouleau, puis des
slogans. Le duo s'est constitué par la force des choses. Nous nous connaissions bien, puisque nous
peignions ensemble et que nous avions développé des techniques pour investir de jour de nouveaux
endroits, au culot; un rapport de confiance et de souplesse quant à la manière de gérer l'interaction
avec les passants ou la police s'était instruit entre nous. Et dans une logique de surenchère, nous avons
eu envie de faire autrement du graffiti, de nous inscrire dans la poursuite de la peinture en lettres
autant que dans la filiation des activistes politiques qui commentent sur les murs de la cité la
www.ddab.org
03
LES FRÈRES RIPOULAIN
Textes
gouvernance de la ville.
AD : On a spontanément tendance à imaginer l'artiste plutôt dans une certaine solitude.
Pouvez-vous nous parler de la spécificité du processus de création à deux dans votre cas
?
MT : La qualité solitaire de l'artiste est malheureusement très liée à une logique libérale qui isole les
artistes et les réduits à des «producteurs de formes », en compétition les uns avec les autres. Mais ces
dernières années, les choses bougent [2] ; les artistes s'organisent et se fédèrent en collectif, ou du
moins travaillent à plusieurs, s'entraident, partagent espaces et moyens voire s'emploient les uns les
autres pour divers projets d'exposition ou de commandes.
Dans notre cas, la création en duo répond à une ambition très pragmatique de pratique artistique en
autonomie ; c'est-à-dire sans autorisation et à l'économie de moyens. Le duo permet d'agréger nos
forces de travail et de trouver des réponses inattendues produites par la rencontre de nos sensibilités
et d'un territoire.Mais le duo permet aussi, dans l'action, de créer une situation de communication
ouverte. Dans le cas d'une action dans un centre-ville par exemple, en occupant à la fois une posture de
travailleur et de témoin: celui qui travaille tourne le dos au passant et, si son activité sort des
conventions – ce qui est souvent le cas même si nous veillons à un certain mimétisme d'avec les
travailleurs de la voirie –, cela peut créer une suspicion sur notre légitimité à agir. Dès lors, celui qui
regarde peut intervenir comme un médiateur pour désamorcer cette potentielle situation de crise.
En outre, constituer un terrain d'entente artistique entre les membres du duo demande aussi de se
poser de manière plus précise la question économique: c'est un garde fou pour parer à la tendance
qu'ont les artistes à sous-évaluer la marchandisation de leur force de travail, justement parce qu'ils
sont isolés.
Pour ce qui est des œuvres, il y a aussi la question de l'adresse. Lorsqu'un artiste travaille seul, il est le
destinataire premier de son travail. Alors qu'en duo, si l'œuvre est le produit d'un échange, chacun
d'entre nous en sera le destinataire, ce qui nous positionnera d'emblée comme « regardeurs extérieurs
» et permet une approche critique plus précise.
AD : En tant que duo, quel est votre rapport à vos œuvres communes?
MT : Au milieu du duo, il y a l'œuvre qui associe deux auteurs pour une seule signature. Il y a pour une
part une séparation entre l'affect et le professionnel dans le cadre de l'activité. Ce qui veut dire que si
les deux collaborateurs sont amis et produisent un travail ensemble, ce n'est pas parce qu'ils cessent
leur collaboration qu'ils cesseront d'être amis. Mais il y a effectivement une tendance en France à
assimiler les personnes à leur travail ; et c'est souvent le motif de la discorde, lorsque l'un ou l'autre
individu-artiste se retrouve défini par son travail au lieu que ce soit lui qui le définisse.
Notre réponse anticipée à cette situation a consisté, au bout de deux années où les amateurs de nos
interventions commençaient à nous assimiler à notre pratique, en deux mouvements. Le premier était
de changer de pratique et de ne pas pouvoir être assimilable à une seule forme d'activité – ainsi nous
n'étions tributaires d'aucune lecture réductrice de nos œuvres. Le second a été de réintégrer nos noms
après notre pseudonyme afin d'esquiver la potentielle discorde liée à nos egos respectifs. Nous ne
sommes ainsi plus un duo, mais deux individus ayant leur propre pratique et une troisième entité qui
associe nos compétences et notre créativité à la croisée de nos univers propres. Et lorsque l'on nous
sollicite, nous proposons ainsi autant des œuvres personnelles que des œuvres en duo.
AD : Cette modalité de travail à deux est-elle visible dans vos œuvres ? Je pense au
www.ddab.org
04
LES FRÈRES RIPOULAIN
Textes
travail que vous aviez fait à l'hôpital psychiatrique de Rennes, où les phrases et les mots
des patients, que vous aviez écrit sur les murs d'enceinte, semblaient se répondre...
MT : Pour ce travail, s'il semble y avoir une sorte de dialogue, il advient non pas de l'un à l'autre – ce
qui relèverait de la private joke voire de l'entre-soi –, mais du lieu à la formule ; nous avons veillé à ce
que chaque phrase soit inscrite sur un espace qui puisse faire écho soit à l'expérience même – la phrase
a été dite à cet endroit – soit aux usages de l'espace. Ces phrases sont comme une conversation
elliptique et ouverte que le lecteur est tenu de compléter en fonction de sa subjectivité.
[1] Les Frères Ripoulain, David Renault & Mathieu Tremblin, est un duo formé en 2006 à Rennes.
[2] Comme par exemple avec la création de la FRAAP – fédération des réseaux et associations
d'artistes plasticiens – ou, plus récemment avec le groupe Économie solidaire de l'art.
Alice Delarue, Mathieu Tremblin pour les Frères Ripoulain, septembre 2015
in « Faire dialoguer le lieu et la formule », Alice Delarue, Faire couple. Liaisons inconscientes, 45e
journées l'École de la Cause Freudienne, www.fairecouple.fr, 11 octobre 2015
www.ddab.org
05
LES FRÈRES RIPOULAIN
Biobibliographie
David Renault, né le 10 septembre 1979 à Rennes. Vit et travaille à Rennes.Mathieu Tremblin, né le 5
novembre 1980 au Mans. Vit et travaille à Rennes et Strasbourg.Ils forment le duo Les Frères
Ripoulain depuis 2006.
Expositions
Expositions (sélection)
2016
Venturing Beyond, Approved by Pablo, Somerset House, Londres
2015
F.A.T. Gold, exposition collective du F.A.T. Lab, GAFFTA, San Francisco
Mapping the City, Approved by Pablo, Somerset House, Londres
Travaux complémentaires, galerie Espace-expo, Betton
2014
Façad'art, Les fenêtres qui parlent, La Madeleine
Festival Bien Urbain, n°4, association Juste Ici, Besançon
Get Up, A.C.T Demo[k]racy, Mains d'œuvres, Saint-Ouen, commissariat : Ann Stouvenel
Les Horizons, La Criée centre d'art contemporain, Rennes
Like Jacking, Gamerz festival, Aix-en-Provence
Traversée d'arts, biennale d'art dans l'espace public, Saint-Ouen
Vernaculum, Straat galerie, Marseille
2013
Slick Art Fair Bruxelles, avec Tchikebe, Wild Gallery, Bruxelles (BE)
Get Up, A.C.T Demo[k]racy, Fabrica De Pensule, Cluj (RO), commissariat : Ann Stouvenel
Get Up::A.C.T Demo[k]racy, Kulturni Centar Beograda, Belgrade (SE), commissariat : Ann Stouvenel
Small Gestures, MU, Eindhoven (NL), commissariat : Jasper Van Es
2012
Calderpillar, Nuit Blanche, Paris, commissariat : Laurent Le Bon
Chutier, Project Room, Le Quartier, Quimper, commissariat : Art4Context
Créapolis, Project Room, Le Quartier, Quimper, commissariat : Art4Context
Daniel Bourrin, Le M.U.R, Paris
DIY or BUY, galerie DMA, Rennes
Franc-jeu, Art in the Flat, Paris
Panorama de la jeune création, 6e biennale d'art contemporain de Bourges, Bourges, commissariat :
Dominique Abensour
2010
56e Salon de Montrouge, La Fabrique, Montrouge, commissariat : Stéphane Corréard
Outsiders, Centre Culturel Colombier, Rennes
Question Tag, Hip Hop Session, Nantes, commissariat : Antoine Sirizzotti
2009
Dummy Birds, Nuit Blanche, Metz
www.ddab.org
06
LES FRÈRES RIPOULAIN
Biobibliographie
Kilo, Galerie Octave Cowbell / Centre Pompidou-Metz, Metz, 2009
2007
Driving Gif Theather, Graffiti Research Lab Rotterdam (NL)
Plasticité, Les Moyens du Bord, Morlaix
Expositions individuelles
2015
Couleur globale, Straat galerie, Marseille
2014
Rayon vert, La Criée centre d'art contemporain, Rennes – commissariat : Sophie Kaplan, Jan Kopp
2013
Calderpillar “ZAC Renaudais”, Démarche artistique, Betton, commissaire : Arzhel Prioul
Genius Loci, Station Vastemonde, Saint-Brieuc, commissaire : Émilie Traverse
Get Up, A.C.T Demo[k]racy, Kulturni Centar Beograda, Belgrade (SE), commissariat : Ann Stouvenel
2012
Calderpillar “Les Halles”, Nuit Blanche Paris, commissariat : Laurent Le Bon
Chutier, Project Room, Le Quartier, Quimper, commissariat : Art4Context
Créapolis, Project Room, Le Quartier, Quimper, commissariat : Art4Context
Daniel Bourrin, Le M.U.R, Paris
DIY or BUY, galerie DMA, Rennes
Franc-jeu, Art in the Flat, Paris,
Téléprésence, Une décennie, Galerie Octave Cowbell, Centre Pompidou-Metz, commissariat : Hervé Foucher
2010
Outsiders, Centre Culturel Colombier, Rennes
2009
Dummy Birds, Nuit Blanche Metz
2008
Rennaisgats, Café culturel du Jardin Moderne, Rennes
Expositions collectives
2013
Get Up, A.C.T Demo[k]racy, Fabrica De Pensule, Cluj (RO), commissariat : Ann Stouvenel
www.ddab.org
07
LES FRÈRES RIPOULAIN
Biobibliographie
Autres diffusions
Programmation vidéo ( sélection )
2014
La nuit des musées, Documents d'Artistes Bretagne, Passerelle, centre d'art contemporain, Brest
L'œil d'Oodaq, festival de l'image poétique, Rennes
2013
Nuit Résonance, Réseau documents d'artistes / Biennale de Lyon
2011
Nuit Résonance, Réseau documents d'artistes / Biennale de Lyon
Résidences
Résidences
2015
Couleur globale, Straat galerie, Marseille
2013
Externat, La Criée, Centre Hospitalier Guillaume Régnier, Rennes
Genius Loci, La Station Vastemonde, Saint-Brieuc
Révéler, La Station Vastemonde, Saint-Brieuc
2012
1 + 1 = 1 1 + 1 = 2, Art4Context, Pôle Max Jacob, Quimper
D'astreinte, Les Ateliers de Rennes, Centre Hospitalier Guillaume Régnier, Rennes
2008
Correspondances Citoyennes, L'Âge de la tortue, Le Blosne, Rennes
Editions et multiples
Multiples
2014
Externat, L'Hermine, Centre Hospitalier Guillaume Régnier, La Criée centre d'art contemporain, Rennes
(cartes postales)
Livres d'artistes
2014
D'astreinte, Les Ateliers de Rennes, Centre Hospitalier Guillaume Régnier, La Criée centre d'art contemporain,
Rennes
2012
Créapolis, Éditions Carton-Pâte
www.ddab.org
08
LES FRÈRES RIPOULAIN
Biobibliographie
Penser sauvage, Carton-Pâte, Rennes
2011
Se Rendre (collectif), Lieuxcommuns™, Au Bout du Plongeoir, Rennes - Thorigné-Fouillard
Social Landscape (collectif), David Zérah, Holger Mohaupt, Kaugummi, FRAC Bretagne, Rennes,
2010
Outsiders, Éditions Carton-Pâte
2009
Les Musiciens de Rennes, Éditions Carton-Pâte
Projets ! (collectif), La Mobylette, Bordeaux
2008
Lorient Express, Carton-Pâte, Rennes
Main courante, Carton-Pâte, Rennes
2007
Courants alternatifs : énergie renouvellée, Carton-Pâte, Rennes
Bibliographie
Catalogues collectifs
2014
Atlas du Street Art et du Graffiti, Rafael Schacter, Flammarion, Paris
2013
A World Atlas of Street Art and Graffiti, Rafael Schacter, Yale University Press, London,
X, Octave Cowbell, Metz
2012
Biennale de Bourges, 6ème édition de la Biennale de Bourges, Bourges
2011
56e Salon de Montrouge, Particules, Paris
Jeune Création, Salon Jeune Création, Paris
Autres {textes, publications} sur l’artiste
2014
David Renault & Mathieu Tremblin : Les Frères Ripoulain », Julie Portier, Le Quotidien de l'art, n° 673, Paris,
19 septembre 2014
Les Frères Ripoulain, Rafael Schacter, Atlas du Street Art et du Graffiti, Flammarion, Paris
Peut-être, encore., Emma Cozzani, « Vernaculum », Straat galerie, Marseille
2013
Genius Loci, Émilie Traverse, « Genius Loci », La Station Vastemonde, Saint-Brieuc
Les Frères Ripoulain, Rafael Schacter in Mapping the City: A World Atlas of Urban Art, Aurum, London
Les Frères Ripoulain, Rafael Schacter, A World Atlas of Street Art and Graffiti, Yale University Press, Londres
www.ddab.org
09
LES FRÈRES RIPOULAIN
Biobibliographie
2012
DIY or BUY, Raphaël Edelman, « DIY or BUY », DMA galerie, Rennes
Notices, Jérôme Dupeyrat, « DIY or BUY », DMA galerie, Rennes
2011
Les Frères Ripoulain, Christophe Domino in catalogue 56e Salon de Montrouge, Particules, Paris
2007
A propos des Ripoulain, Aurélie Noury, in Courants alternatifs : énergie renouvellée, Carton-Pâte, Rennes
Articles de presse, de revue
2013
Séance tenante, Marie Lechner in Libération
2012
Le chantier enchanté des Ripoulain, Marie Lechner in Libération, édition du 6 octobre
2011
Le graffiti comme carte psychogéographique », in Graff It, n° 36, Paris
2010
Les Frères Ripoulain, in Sempre Cosi : www.semprecosi.com, 6 octobre
Écrits de l'artiste , entretiens de l’artiste
2015
Entretien avec Pénélope Fay, « Traces d'urbanité », Tresses « Écritures », n° 47, École de la Cause Freudienne,
Bordeaux, décembre 2015
Entretien avec Alice Delarue, « Faire dialoguer le lieu et la formule », Faire couple. Liaisons inconscientes, 45e
journées l'École de la Cause Freudienne, 11 octobre 2015
2014
Entretien par Jan Kopp et Sophie Kaplan, autour de l'exposition « Les Horizons », saison Courir les rues, La
Criée centre d'art contemporain, Rennes, juin 2014
2013
Entretien avec Marie Lechner, « Séance tenante », Libération, Paris, 10 avril 2013
2011
Entretien avec David Zerah, Social Landscape (collectif), David Zérah, Holger Mohaupt, Kaugummi, FRAC
Bretagne, Rennes, 2011
2010
Entretien avec Javier Abarca, Outsiders, Éditions Carton-Pâte
Entretien avec Éric Le Vergé et Didier Thibault, David Renault + Mathieu Tremblin, collection Entretien
d'artistes #13, Espace Digital Sporadique, Quimper
Entretien avec Tamara Poignant, « Les Frères Ripoulain », Sempre Cosi, 6 octobre 2010
www.ddab.org
10
LES FRÈRES RIPOULAIN
Biobibliographie
Films vidéos, CD/DVD
2013
Glanage, collection Re:doc #10, Art4Context, Quimper
2012
(1+1), Florian Stephant, Erwann Babin, Art4Context, Torr-Pen, Les Polarités, Quimper
Chutier, collection Dialogue d'artistes #6, Art4Context, Quimper
2010
David Renault + Mathieu Tremblin, collection Entretien d'artistes #13, Espace Digital Sporadique, Quimper
2008
Trilogie Ripoulain, Bruno Elisabeth, Instamatic Studio
CV
Conférences
2012
Table ronde in colloque « Faire cité », université Rennes 2, Rennes, direction : Marion Hohlfeldt
2011
Rendez-vous dans le terrain vague, in Graffiti as Psychogeographical Map : the New European Urban
Intervention, séminaire international, Santander (ES), direction : Javier Abarca
Participation à des collectifs, associations
2006-2010
Mathieu Tremblin est membre du groupe de recherche transdisciplinaire Attitudes Urbaines, université Rennes
2
2005
Mathieu Tremblin fonde le collectif BIP (Bureau d'investigation photographique) réunissant Antoine Chaudet,
Bruno Elisabeth, Richard Louvet, Damien Mousseau, Emilie Traverse et Philémon.
Écoles, formations
2007
David Renault : Master Recherche Arts Plastiques, université Rennes 2, sous la direction de Françoise Vincent
Feria
2006
Mathieu Tremblin : Master Recherche Arts Plastiques, université Rennes 2, sous la direction de Leszek
Brogowski
www.ddab.org
11
LES FRÈRES RIPOULAIN
Biobibliographie
Commissariat d'expositions
2012-2013
Office de la créativité, Ville de Toulouse / Lieu-commun, Toulouse (Mathieu Tremblin)
2010-2012
Paper Tigers Collection », Le bbb, centre d'art, Toulouse (Mathieu Tremblin)
Porte-Parole, Phakt – centre culturel Colombier, Rennes (Mathieu Tremblin)
Aides, prix
2011
Toulous'Up, projet artistique innovant, Ville de Toulouse (Mathieu Tremblin)
2010
Aide individuelle à la création, DRAC Bretagne (Mathieu Tremblin)
2009
Aide individuelle à la création, DRAC Bretagne (David Renault)
Bourse arts plastiques, Ville de Rennes (David Renault)
Workshops
2012
Manu Militari, Ecole supérieure d'art de Bretagne – site Brest, Brest, organisation : Joëlle Le Saux (Mathieu
Tremblin)
2011
Mapping Social Responsive Communication (collectif), Memefest / Oddstream festival, Nijmegen (NL),
(Mathieu Tremblin)
2010
Untit_LED, Apero Codelab #10, Jardin Moderne, Rennes (David Renault)
Yes Yucca », Lieu-Commun, Toulouse, commissariat : Jérome Dupeyrat et Maïwenn Walter (NPAI), (Mathieu
Tremblin)
2009
Vegetal Soundclash, festival Teriaki, Le Mans (David Renault)
Vegetal Soundclash », Festival Teriaki, Le Mans (Mathieu Tremblin)
2008
Acousticker, festival Electroni[k], Rennes (David Renault)
www.ddab.org
12
LES FRÈRES RIPOULAIN
Index des oeuvres documentées
Chemins du désir (croquis préparatoire) « Prairies
Saint-Martin, Rennes », activé le 19 février 2014. 2010.
Dessin vectoriel, sérigraphie sur papier BFK Rives 250 g, 80 cm x 60
cm, Production : La Criée centre d'art contemporain, Rennes
Menuiserie de terrain vague, 2012
Treillage, bois, découpe, peinture aérosol, peinture acrylique, rouleau,
800 cm x 250 cm x 2 cm
Taquin, Processus, 2010
Bande signalétique, dallage, pieds de biche, 600 cm x 200 cm, «
Outsiders », Phakt – centre culturel Colombier, Rennes.
www.ddab.org
13
LES FRÈRES RIPOULAIN
Index des oeuvres documentées
David Renault - Bag Flag, 2010
Hampe, tissu acrylique, pochoir, peinture aérosol, épingles de sûreté,
100 x 60 cm. Villa Cameline, Nice
Photos : David Renault, Mathieu Tremblin
Calderpillar « ZAC Renaudais », 2013
Grue, IPN, clôtures de chantier, bidons plastiques, échelles, toilettes
chimiques, gaines PVC,palissades de chantier, chaînes, câbles, 1200 cm x
700 cm x 200 cm. ZAC Renaudais, Betton
Get Up Rennes, 2010
Blanc de Meudon, eau, rouleau, perche
1200 cm x 600 cm. Captation : Arzhel Prioul (Processus), Mathieu
Tremblin (Documentation) Production : Phakt-centre culturel
Colombier, Rennes
David Renault - Outrage en drapeau, 2010
Hangar militaire, extincteurs, peinture glycéro, white spirit
1500 cm x 600 cm. La Courrouze, Rennes. Photographie, captation,
montage, mixage : Mathieu Tremblin. Production : Phakt-centre culturel
Colombier, Rennes
www.ddab.org
14
LES FRÈRES RIPOULAIN
Index des oeuvres documentées
Chutier, 2012
DVD vidéo, couleur, son, PAL. 50 min 55 s. Production :
Art4Context
Dummy Birds, 2009
Corniche, soixante caméras de surveillance factices.
600 cm x 20 cm x 50 cm, 600 cm x 20 cm x 50 cm, 300 cm x 20 cm x 50
cm, 10 h. Avenue Leclerc de Hauteclocque, rue Rabelais, Metz.
Production : Nuit Blanche Metz
www.ddab.org
Chutier, 2012
DVD vidéo, couleur, son, PAL. 50 min 55 s. Production :
Art4Context
Fardeau, 2013
Pierre, anses de sac à dos, colle, 200 cm x 140 cm x 120 cm.
Photographie : Mathieu Tremblin. Production : Maud Sanders, La
Station Vastemonde, Saint-Brieuc
15
LES FRÈRES RIPOULAIN
Index des oeuvres documentées
Mathieu Tremblin - Tag Clouds, 2010
Photographie argentique. Dimensions et supports
variables, quartier Arsenal-Redon, Rennes (FR), 2010.
Production : Les Ateliers du Vent
Mathieu Tremblin - Compte Twitter @twittOEuvres, 2010
533 textes de 140 caractères, D'après l'ouvrage Œuvres d'Édouard
Levé (1965-2007)
www.ddab.org
Twittoeuvres, 2014
Le Mur Saint Martin, 45, rue Saint Martin, Paris
weets, pochoirs, acrylique , 315 x 300 cm.
16