En savoir +

Commentaires

Transcription

En savoir +
Démis et l’art des mots
Par Brigitte Pradier, A.M.P au CTR Nonette
Il m’a embarqué dans son univers , me
faisant partenaire et m’introduisant
dans un imaginaire où l’art des mots est
singulier, un registre intarissable, une
actualité toujours commentée avec un
petit quelque chose du poète.
People or not People
Le Conseiller du Roi Albert de
Monaco est en effervescence depuis
plusieurs mois. C’est imminent , le roi
va se marier. La liste officielle pour
l’évènement tant attendue est établie.
Le voyage pour assister au mariage du
Roi Albert avec Charlène sera organisé
par Démis. Nous espérons être sur la
liste, Démis nous y invite. Mais, après réflexion, un soir Démis me convoque. Il est
allongé sur son lit , une jambe par-dessus l’autre, une feuille et un stylo à la main,
toujours en qualité de comptable et il m’annonce d’un ton grave: « Les filles, le budget
est trop serré, vous ne pouvez pas venir »
Une mise en scène se met en place : « C’est pas vrai! Avec Marilise nous avions déjà
prévu les belles robes et tout ce qui va avec pour venir ».
Au départ Démis avait une suite au Palais Royal et nous à côté. Il allait faire une croisière
sur le bateau du roi Albert. Nous, nous restions au soleil en proposant d’aménager un
coin avec parasol,
ça le faisait beaucoup rire. Puis changement , il veut emmener notre collègue Thalia :
« Ah non! Nous avions réservé depuis longtemps, nous allons lui donner la potion
« croquignol » Il rit aux éclats en se tenant le ventre. Il attend l’invitation qui va arriver
de Monaco.
Les mois passeront sans que l’on entende parler du mariage. Puis Demis me convoque
dans sa chambre. « Tu sais, Thalia m’avait enregistré le mariage du Roi Albert et c’était
bien, j’ai pleuré tout le long. Qu’est-ce que ça fait de l’émotion, oui! Il fallait bien qu’il
remplace Rainier père » me dit Demis le visage encore pleins d’émotion.
« Oui mais il parle aux oiseaux, au soleil et aux…… »
Nous sommes en hiver.
Sur le toit en face de sa chambre c’est une véritable piste d’atterrissage, les oiseaux se
posent dessus et lorsqu’il pleut c’est une vraie salle de bain où ils peuvent faire leurs
activités : c’est-ce que me décrit Démis. « Bonjour Démis, alors les petits oiseaux sont
au rendez-vous? »
Ce matin là, Démis qui a pour habitude de fumer en regardant par la fenêtre prend sa
cigarette « à la Gainsbourg » me répond: « Hibernatus in Africa »
C’est excellent.
Les cigarettes.
Je ne suis pas très experte pour rouler les cigarettes et en plus je les mets dans ma poche,
c’est voulu, et lorsque je les donne à Démis elles sont tordues, ce qui le fait rire. Je lui
dis qu’elles sont tordues façon cigares de Jacques Lacan, et là tout va bien.
L’oiseau.
Tiens, c’est comme Brassens, il en avait un gravement aveugle, c’était une buse, après
un corbeau, un mainate. Ma grand-mère en avait un , ça cause.
Le chasseur de mouches
« Dites donc les mouchettes , allez voir vos copines. Attend ! Je vais lui envoyer de la
fumée, t’a vu, elle est bien elle. » Il en écrase une , elle bouge, il enlève les ailes. Colette,
une pensionnaire, a pour habitude de tourner sur elle-même et, parfois, Démis lui dit « Arrêtes de tourner comme une mouche désailée ! »
Les mésanges.
« Hier, je leur avais laissé du pain aux mésanges, elles ont tout mangé. Le mâle demi
tour. Elles sont pas farouches. T’as vu elles sont clair foncé ».
Retour de vacances.
« Il faisait chaud à l’ombre , moins 18 degrés. J’étais à la montagne en basse altitude. »
Marinette.
C’est comme ça que Démis m’appelle parfois, alors je fais mine d’être fatiguée, paumée,
et il me dit : « Je ne te trouve pas bien, alors Marinette qu’est-ce qu’il y a, ça va pas ?
Ma pauvre Marinette, mais tu déraisonnes! Tu sais : si quelqu’un te fait du mal, je suis
là pour te protéger.. »
Les « Vieux ».
En général, les « Vieux » comme dit Démis avec un grand sérieux, en général ils ont
tous 101 ans ou 110 ans. C’est parfois des chanteurs comme « Christophe » ou « Mike
Jagger ».
« Michel Berger il a eu un arrêt cardiaque. Ecoutes, c’est Salvator Adamo, il chante avec
sa fille, elle chante bien. »
Premier prix d’interprétation.
C’est radio Nostalgie non stop pour Démis. Une chanson de Georges Brassens :« Allez
, vas-y Georges donnes le « la » !
Démis fait le spectacle quotidiennement, l’attitude, tout y est. Chaque chanteur a droit à
son petit commentaire. Julien Clerc « Tiens , c’est biquette, Jean Louis l’aime pas. Tiens
« la Souche » Alain Souchon, Alain l’adore, il est encore jeune il a bien 101 ans ».
A propos d’un pensionnaire.
Ralf croise Léo dans le couloir et ils se touchent.
Démis : « Tu vois bien qu’il voit rien, prêtes lui tes yeux, ils voient bien les tiens.
Les repas.
Question réponse : « C’est à cette heure-ci que tu arrives Giscard, tu va voir Anémone !
Oh ça va Anémone. »
Démis se met à table : « Il me faut du carburant pour affronter les rondeurs de l’hiver ».
« Je suis branché sur la radio, la fréquence de l’horloge, ça fait ding ding-dong dans
mon estomac ».
La salle de bain.
Après-midi « VIP », j’ai réservé la salle de bain. Démis est enchanté, ne souhaite pas être
dérangé et me demande de fermer à clé.
Dans le bain, c’est mousse à gogo. Je fais voler des nuages de mousse, Démis trouve ça
amusant, nous faisons rouler la mousse en l’air, ça fait des balles de mousse, il souffle
dessus, ça rebondit. Il restera plus d’une heure dans le bain, c’est par le jeu qu’il consent
à rester plus , et dire que plusieurs mois en arrière il différait le moment du bain. Il
apprécie même de se laisser mettre du parfum et va jusqu’à me demander un parfum
personnel pour son anniversaire.
Langage sifflotant.
C’est le moment du rasage, Démis est assis sur une chaise et me dit « Et l’oiseau
Augustin? » C’est un oiseau en plâtre qui est dans l’atelier ‘Espace Détente’ Démis l’a
baptisé ainsi.
Je réponds en sifflant, il traduit, ça le fait rire et je siffle avec plusieurs intonations et il
traduit encore, ça l’amuse beaucoup.
Sport.
Le foot : « Laurent Blanc leur a fait mettre les maillots de 98, le budget est serré,
Yaouh ! on est les champions ils sont moches avec des rayures. Aurélien Beaufils ,
blessé, Benzéma blessé cette année . La prochaine coupe du monde ça aura lieu où, va
savoir ? »
Quand l’objet a une identité.
Le lave vaisselle de marque Laden, Démis le nomme Ben Laden. Il est tombé en panne,
le nouveau est de marque Ariston, Démis le nomme Ardisson .
Les éoliennes.
Démis les voit de sa chambre : « Viens voir les paparazzi, elles me font de l’oeil »
La méteo.
Il y a du soleil qui passe dans le couloir et ça fait de l’ombre sur son pantalon, c’est ce que
dit Démis. Il ne faut pas chanter parfois « Tu vas y faire secouer ses tapis au Bon Dieu »
Bilan de fin d’année.
Lors du repas du 31 décembre, Démis nous fait une annonce solennelle:
« Ça fait 6 ans que je suis Conseiller comptable du Roi Albert »
Son voisin de table renchérit « Moi, Jeannie Longo est partie à la retraite et m’a donné
tout ses vélos , oui, y’en a un pour Brigitte et un pour Talia. »
Librairie.
Alors que je suis en train de lire « Freud » dans le salon, Démis : « Tu devrais lire Lacan
c’est bien plus facile » et là l’effet de surprise est pour moi, formidable !
C’était un extrait de ce quotidien qui se réinvente chaque jour. Démis semble s’évader
dans ses histoires et ils nous y introduit.
Retour au site

Documents pareils