Les Radicaux Libres : Une question d`équilibre - Awiziweb

Commentaires

Transcription

Les Radicaux Libres : Une question d`équilibre - Awiziweb
Adjélé Wilson
Leyli Salamatian
Les Radicaux Libres :
Une question d'équilibre
Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
DESS IST
2002-2003
1
2
Notre Santé dépend en grande partie de notre façon de vivre et de nous alimenter.
3
SOMMAIRE
Introduction……...……………………………………………………………..………………….p.6
1. L’oxygène et ses dérivés………………………………………………………………………..p.7
1.1.L’oxygène moléculaire…………………………………………………………………….p.7
1.2.Les formes dérivées de l’oxygène…………………………………………………………p.7
1.2.1. Oxygène singulet (1O2)…………………………………………………………….p.7
1.2.2. L’anion superoxyde (O2-)…………………………………………………...……..p.8
1.2.3. Peroxyde d'hydrogène (H2O2)………..……………………………………………p.8
1.2.4. Radical hydroxyle(OH·).…………………...………………...………………….....p.8
1.3.Production des radicaux libres dans l’organisme………….……………………………….p.9
1.4.Propagation et toxicité radicalaire………………………………………………………...p.10
2. Systèmes antioxydants de l’organisme……..…………………………………………………..p.11
2.1. Systèmes enzymatiques antioxydants…………………………………………………..p.12
2.1.1. Superoxyde dismutase…………………………………………………………….p.12
2.1.2. Catalase………………………………………………………………………...…p.13
2.1.3. Glutathione peroxydase et glutathione réductase …………………………...……p.13
2.2. Molécules piégeuses de métaux………………………………………...………………p.14
2.3. Antioxydants d’origine alimentaire……………………………………………………..p.15
2.3.1. La vitamine E (tocophérol)………………………………………...……………..p.15
2.3.2. La vitamine C (ascorbate)…………………………………...……………………p.16
2.3.3. Le bêta-carotène………………………...………………………………………...p.17
2.3.4. Les flavonoïdes………………………...…………………………………………p.17
3.Pathologies……………………………………………………………………………………...p.18
3.1 Le stress oxydant……………………………………...…………………………………p.18
3.2. Rôle des radicaux libres dans les maladies neurodégénératives………………………..p.20
4
3.2.1 La sclérose latérale amyotrophique…………………………….………………..…p.20
3.2.2 La maladie de Parkinson………………………………………………………..…p.21
3.3. Rôle des radicaux libres dans le cancer……………………………………………..…..p.22
3.3.1. Les différentes étapes de développement d’un cancer…………….……………...p.22
3.3.2 Les radicaux libres et l'initiation………………………………………...…….......p.24
3.3.3. Les radicaux libres et la promotion…………………………………………..…...p.24
3.3.4 Le rôle des antioxydants dans le cancer …………………………………………..p.25
4. Actualités…………………………………………………………………………………….....p.26
4.1 Brevets…………………………………………………………………………………...p.26
4.2 Thèses, centres de recherche et firmes pharmaceutiques..………………………………p.29
4.2.1 les thèses……………………………………………………………………… ..…p.29
4.2.2 Les centres de recherche hors France……………………………………..……....p.31
4.2.3 Les firmes pharmaceutique………………………………………………..……....p.31
4.3 Salons et conférences……………………………………………………………………p.32
Conclusion…...……………………………………………………………………………………p.33
Bibliographie…………………………………………………………………………………..….p.35
5
Introduction
Dans la plupart des molécules organiques, les atomes voisins sont liés les uns aux autres par
des liaisons covalentes, c’est-à-dire fondées sur l’appariement naturel des électrons de vecteur
magnétique ou <<spin>> opposé. Lors d’une irradiation, de l’exposition à une source d’énergie
lumineuse ou thermique d’intensité suffisante, ou de réactions chimiques d’oxydoréduction, le
couple électronique peut être rompu par rupture homolytique d'une liaison covalente (R-R' → R +
R' ). La molécule, l’atome neutre ou ionisé se trouve de ce fait porter un ou plusieurs électrons <<
célibataires>> sur son orbitale externe et est désigné sous le terme de <<radical libre>>. La
tendance naturelle des électrons non appariés à interagir avec les électrons de molécules ou
d’atomes voisins, pour reformer des liaisons chimiques covalentes, confère aux radicaux libres une
très grande instabilité et une extrême réactivité chimique. L’appariement de deux radicaux libres
permet la mise en commun de leur électron célibataire pour former un doublet donnant une
molécule stable (R + R' → R-R'). Mais le plus souvent, le radical libre va oxyder de nombreuses
molécules biologiques (lipides, glucides, protéines et acides nucléiques) ne comportant pas
d’électron célibataire provoquant ainsi une réaction en chaîne au cours de laquelle apparaissent de
nouveaux radicaux, dits secondaires (R + R' → R + R' ).
Bien que les sources suivantes :
• Rayonnement électromagnétique (radiations ionisantes, lumière ultraviolette)
• Métaux de transition
• Fumées de combustion (de cigarette, de bois, de matériaux de construction)
• Produits chimiques :
- Antiseptiques (métronidazole),
- Médicaments (acétaminophène [tylénol], adriamycine [médicament anti-cancer],
phénacétine [anti-inflammatoire non stéroïdien]),
- Pesticides (DDT [dichloro-diphényl-trichloro-éthane, insecticide], paraquat,
[herbicide]),
- Solvants (benzène)
• Poussières (d'amiante, de silice),
puissent causer la formation de radicaux libres, ces derniers peuvent se former dans l’organisme
dans le cadre de certains phénomènes biologiques. Par exemple, lors de la respiration cellulaire,
dans les mitochondries, l’oxygène moléculaire est réduit de façon progressive et contrôlée en eau
par apport de 4 électrons. En revanche, sa réduction incomplète conduit à des espèces extrêmement
6
réactives communément appelées radicaux libres de l’oxygène, RLO (ou encore, ROI, reactiv
oxygen intermediates ou ROM, reactive oxygen metabolites).
Les radicaux libres de l’oxygène sont des armes à double tranchant : ils protègent
l'organisme contre les microorganismes et les cellules tumorales mais ils sont aussi à l'origine de
l'altération et de l'usure des tissus donc responsables de la toxicité de l'oxygène et de ses effets
mutagènes. L'ensemble de ces effets négatifs de l'oxygène est appelé le stress oxydant, qui peut être
considérablement majoré dans certaines circonstances pathologiques.
Le but de ce projet est d’illustrer le fait que la production de radicaux libres de l’oxygène est
finement régulée et remplit une fonction physiologique, d’étudier les systèmes de défense de notre
organisme contre les radicaux libres : les antioxydants, décrire les mécanismes qui entrent en jeu
lors de certaines maladies à savoir le cancer et les maladies neurodégénératives (Maladie de
Parkinson, Sclérose latérale amyotrophique) et enfin de traiter l’actualité des radicaux libres.
1. L’oxygène et ses dérivés
1.1. L’oxygène moléculaire
L’oxygène moléculaire O2 que nous respirons est une molécule constituée de deux atomes
d’oxygène. A l'état fondamental, l'oxygène est un biradical puisqu’elle comporte deux électrons
célibataires à spins parallèles placés dans des orbitales externes distinctes, O O . Une telle
configuration lui confère une très grande stabilité et une faible réactivité lui permettant d’interagir
seulement avec les molécules ayant comme lui deux électrons célibataires à spins parallèles. En
revanche, et sous réserve d’un apport d’énergie suffisant, la molécule d’oxygène peut aisément
acquérir un électron supplémentaire par appariement avec l’un de ses électrons célibataires. Il
acquiert alors un électron (O2- ou l’anion superoxyde) et de ce fait, génère des espèces radicalaires :
H2O2 (peroxyde d'hydrogène ou <<eau oxygénée>>), OH· (radical hydroxyle) etc… Par ailleurs,
certaines réactions chimiques ou photochimiques (en particulier avec les UVA) conduisent à
l’excitation de la molécule de dioxygène. Cet état noté, 1O2, est appelé oxygène singulet.
1.2. Les formes dérivées de l’oxygène
1.2.1. Oxygène singulet (1O2)
L’oxygène singulet est constitué d'un seul atome d'oxygène. Cette forme de l’oxygène se
caractérise par la présence d’électrons périphériques à spin antiparallèle. Il est très instable et
7
extrêmement réactif. Elle se désactive au contact des molécules de son environnement, notamment
l’eau en libérant de l’énergie. Sa duré de vie est très limitée.
1.2.2. L’anion superoxyde (O2-)
L’anion superoxyde est le résultat de la réduction monovalente de l’oxygène moléculaire
c’est-à-dire l’addition d’un électron à l’oxygène moléculaire : O2 + e- → O2-.
En milieu aqueux, l’anion superoxyde est peu réactif, ce qui lui permet de se déplacer assez loin de
son lieu de production et se dismute spontanément pour donner du peroxyde d'hydrogène (H2O2) et
de l’oxygène. Sa charge électrique le rend incapable de diffuser à travers les membranes
biologiques. En dépit d’une réactivité assez faible, l’anion superoxyde présente des dangers pour les
structures biologiques dans la mesure où il peut réduire des métaux comme le fer ou le cuivre qui
deviennent réactifs.
1.2.3. Peroxyde d'hydrogène (H2O2)
Il est aussi appelé dioxyde de dihydrogène ou <<eau oxygénée>>. Le peroxyde d’hydrogène
résulte de la réduction à deux électrons de l’oxygène. Il peut être généré soit par :
- dismutation de l’anion superoxyde : O2- + O2- + 2H+ → H2O2 + O2,
- réduction univalente de l’anion superoxyde : O2- + e- + 2H+ → H2O2 ou
- réduction bi-électronique de l’oxygène : O2 + 2e- + 2H+ → H2O2, réaction catalysée par des
enzymes comme la glucose oxydase.
L’absence de charges électriques à sa surface le rend très lipophile et peu réactif en milieux aqueux.
En présence d’ions métalliques, tels que les ions ferreux (Fe 2+) et cuivre (Cu+), le peroxyde
d’hydrogène peut aussi se décomposer en radicaux hydroxyl (OH·), l’oxydant le plus puissant
produit par les organismes vivants. Le peroxyde d’hydrogène est un radical libre potentiellement
toxique car sa faible réactivité, associée à sa capacité de traverser les membranes biologiques, font
qu’il puissent se retrouver à une grande distance de son lieu de synthèse.
1.2.4. Radical hydroxyle (OH·)
Il est généré dans les cellules soit par :
- clivage réducteur du peroxyde d’hydrogène : H2O2 + H+ + e- → H2O + OH ·
- coupure homolytique du peroxyde d’hydrogène, sous l’influence de rayons ionisants par exemple :
H2O2 → OH· + OH·
- décomposition du peroxyde d’hydrogène, catalysée par des métaux, en particulier le fer ou le
cuivre (réaction de Fenton) : H2O2 +Fe2+ (Cu+ ) → OH + OH - + Fe3+ (Cu2+)
8
- interaction de l'eau oxygénée avec l'ion superoxyde (réaction d’Haber-Weiss):
HOOH + O 2- → OH + OH - + O2
Il est extrêmement réactif avec tous les substrats de son entourage et représente donc une source
potentielle de lésions moléculaires, cellulaires et tissulaires importantes. Il intervient directement
dans la dégradation des acides nucléiques (ADN), la péroxydation des lipides détériorant les
membranes lipidiques des cellules et l’oxydation des protéines.
1.3. Production des radicaux libres dans l’organisme
Les radicaux étant très réactifs ont une durée de vie extrêmement courte. Il est donc difficile
d'étudier leur métabolisme, si bien que les connaissances concernant leur production dans des
conditions physiologiques et pathologiques sont encore limitées. La formation de radicaux libres
s'effectue au niveau de divers organites cellulaires :
- les mitochondries : la réduction de l'oxygène moléculaire par les cytochromes respiratoires
cellulaires s'accompagne d'une formation parallèle d'environ 2% d'ions superoxyde, d'eau oxygénée
et éventuellement de radicaux OH.
- le cytosol où diverses réactions enzymatiques peuvent produire des radicaux superoxyde et de
l'eau oxygénée.
a. La xanthine oxydase (responsable de la transformation de l'hypoxanthine en xanthine),
l'aldélyde oxydase, la galactose oxydase sont à l'origine de la formation de radicaux superoxyde O 2-.
b. D'autres enzymes interviennent dans la production de radicaux libres via les cellules
immunitaires comme les monocytes-macrophages et les polynucléaires neutrophiles pour détruire
les microorganismes, des macromolécules étrangères ou des cellules en décomposition des tissus
nécrotiques qu'ils ont captés par endocytose. En plus de ces enzymes, ces cellules présentent un
système oxydasique membranaire, appelé NADPH oxydase, producteur d’anion superoxyde, qu i
peut être activée lorsque ces cellules sont sollicitées via leurs récepteurs de surface pour migrer vers
des microorganismes et phagocyter ceux-ci.
9
Un certain nombre de médicaments, notamment l'adriamycine, la bléomycine et des toxiques
comme le paraquat, constituent une source renouvelable de radicaux libres, grâce à des phénomènes
de recyclage, c'est-à-dire de régénération des formes oxydées/réduites, appelés cycles futiles. Les
deux exemples ci-dessous (fig.1,2) montrent la formation de radicaux superoxydes à partir de
l'adriamycine et du paraquat, changeant d'état d'oxydoréduction par acceptation d'un électron qui est
ensuite cédé à l'oxygène, ainsi transformé en ion superoxyde.
Figure 1 : Exemple de l'adriamycine
Figure 2 : Exemple du paraquat
La génération de radicaux libres apparaît donc essentiellement intracellulaire, mais elle peut
s'effectuer dans le milieu extracellulaire par des phénomènes d'auto oxydation de l'hémoglobine,
des flavines réduites, des quinones réduites et des catécholamines.
1.4. Propagation et toxicité radicalaire
Les radicaux libres étant très réactifs, ils réagissent avec les premières molécules qu’ils
rencontrent et particulièrement les lipides, les acides nucléiques et les acides aminés. Sans entrer
dans les détails, HO. initie une cascade de réactions en extrayant un atome H, par exemple à un
10
groupement méthylène d'un acide gras insaturé (RH + HO . → R. + H2O). L'atome de carbone muni
d'un électron célibataire, va capturer une molécule d'O2 donnant naissance à un radical peroxyle R .
+ O2 → ROO.. Cette réaction de péroxydation va pouvoir se propager de proche en proche par
création d'un nouveau radical carboné, selon la réaction ROO . + RH → ROOH + R.. Les acides gras
ainsi modifiés, altèrent la perméabilité membranaire (fig.3 (2)), pouvant aller jusqu'à sa
désintégration. De la même façon, les aminoacides d'une protéine (fig.3 (3)), peuvent subir des
phénomènes de carbonylation (=C=O), rendant les protéines ainsi modifiées, sensibles aux
protéases. Enfin les bases de l'ADN peuvent également être oxydées, source de mutations ou d'arrêt
de réplication de l'ADN (fig.3 (1)). A ces effets directs des RLO, s'ajoutent divers effets indirects
participant à l'inflammation et aux lésions cellulaires comme l'activation de phospholipases
génératrices de prostaglandines et de leucotriènes, la synthèse de cytokines inflammatoires (IL1,
TNF) et la mise en route de la machinerie apoptotique provoquant la mort cellulaire. Heureusement,
ces effets délétères des radicaux libres sont fortement atténués grâce aux nombreux systèmes de
défense de l’organisme.
1 : Noyau (ADN)
2 : Membrane plasmique (lipides)
3 : Cytosol et milieu extracellulaire (Protéines)
Figure 3. Les sites d’action des radicaux libres dans la cellule
2. Systèmes antioxydants de l’organisme
Afin de contrer l’action oxydante des radicaux libres, l’organisme dispose de mécanismes
protecteurs :
•
des systèmes enzymatiques antioxydants spécifiques présents dans la plupart des cellules.
•
des enzymes de séquestration des métaux libres de transition.
•
des antioxydants d’origine alimentaire susceptible de piéger les radicaux libres sous une
forme peu réactive.
11
2.1. Systèmes enzymatiques antioxydants
Trois enzymes forment la clé de voûte de ce système antioxydant (fig.4). Il s'agit de la
superoxyde dismutase (SOD), de la catalase (CAT), et de la glutathione peroxydase (GPx) et des
autres enzymes qui lui sont associées.
Figure 4 : Réactions chimiques liées aux systèmes enzymatiques antioxydants
2.1.1. Superoxyde dismutase
La superoxyde dismutase, ou SOD, catalyse la dismutation de deux ions O 2- en peroxyde
d’hydrogène à pH neutre (fig.5) :
SOD
O2- + O2- + 2H+ →
H 2 O2
Figure 5. Dismutation de l'anion superoxyde par la superoxyde dismutase
La transformation du radical superoxyde en H2O2 peut s'effectuer spontanément mais la SOD
l'accélère environ 10 000 fois. L'enzyme SOD est inductible, sa biosynthèse est augmentée par
l'hyperoxygénation et par certains toxiques comme le paraquat. La SOD s'attaque donc à l’anion
superoxyde pour arrêter à la base les réactions en chaîne. Trois sortes de SOD ont été identifiées
dans la cellule : la SOD à cuivre et à zinc (Cu,ZnSOD) que l'on retrouve dans le cytosol et au
niveau des liquides extracellulaires (appelée EC-SOD) et la SOD à fer et à manganèse (Fe,MnSOD)
qui se trouve dans les mitochondries. Cette dernière n'est pas produite en permanence, mais sa
concentration augmente en réponse à une "attaque" oxydative. Par contre, les deux formes de SOD
à cuivre et zinc sont produites continuellement, même en anaérobie (absence de dioxygène) et c’est
le cuivre et le manganèse qui sont impliqués dans la catalyse.
12
2.1.2. Catalase
Le rôle de la catalase, enzyme confiné dans le cytosol et dans les peroxysomes, est d’accélérer
la réaction spontanée qui transforme l’eau oxygénée en eau et en dioxygène(fig.6) et d’éviter ainsi
la formation de radicaux OH.
catalase
2H2O2
2H 20 + O2
Figure 6. Le peroxyde d'hydrogène est réduit en eau et en
dioxygène par la catalase.
La plupart des cellules aérobiques (présence de dioxygène) contiennent cette enzyme. Elle a une
forte concentration dans le foie et dans les globules rouges.
2.1.3. Glutathion peroxydase et glutathion réductase
La glutathion peroxydase (GSH-peroxydase) et la glutathion réductase (GSH-reductase)
constituent le second grand système enzymatique antioxydant des cellules.
Glutathion peroxydase (GSH-peroxydase)
La GSH-peroxydase, enzyme à sélénium présente à la fois dans le cytosol et la
mitochondrie,
transforme le peroxyde d'hydrogène mais aussi les peroxydes lipidiques. Le
peroxyde d'hydrogène et les lipoperoxydes sont réduites en présence de glutathion. Deux molécules
de glutathion cèdent deux H au peroxyde d'hydrogène. Les deux glutathions forment une liaison
dissulfure alors que le peroxyde d'hydrogène donne deux molécules d'eau H 2O (fig.7).
GSH-peroxydase
H2O2 + 2GSH
2H2O + GSSG
Figure 7. Une molécule de peroxyde d'hydrogène
est réduite par deux glutathions pour donner deux
molécules d'eau et du glutathion sous sa forme
oxydée.
Cette enzyme, par sa dépendance ou non au sélénium, se distingue en deux types. Le type qui est
dépendant au sélénium réagit fortement au peroxyde d'hydrogène et aux peroxydes organiques. Le
type indépendant au sélénium, par contre, ne réagit que faiblement par rapport aux peroxydes
organiques. Il a également d'autres fonctions, dont la principale est la détoxication d'agents
cancérigènes.
Glutathion réductase (GSH-réductase)
Le maintien de l'activité de la GSH-peroxydase nécessite la régénération du glutathion réduit
GSH qui est assuré par la GSH-réductase. Dans le cadre de cette réaction, la GSH-réductase utilise
un cofacteur le NADPH (fig.8).
13
GSH-réductase
GSSG + NADPH + H+ → 2 GSH + NADP+
Figure 8. La glutathion sous sa forme oxydée
est régénéré en glutathion par la GSHréductase qui utilise du NADPH.
La GSH-réductase se retrouve dans le cytosol et dans les mitochondries, c’est au dire au même
niveau que le GSH-peroxydase.
Cette réaction produit du NADP+ qui sera régénéré en NADPH par le G6PD (glucose-6-phosphatedéhydrogénase), enzyme appartenant à la voie des pentoses (fig.9).
G6PD
NADP → NADPH
+
Figure 9. Le NADP+ est régénéré en NADPH par le G6PD.
La consommation de glutathion réduit provoqué par le fonctionnement de la GSH-péroxydase
lorsqu'il n'est pas compensé par la GSH-réductase nécessitant un apport NADPH, crée un déficit
cellulaire en glutathion et en groupe R-SH.
Les enzymes ne constituent pas la seule protection de l’organisme contre les radicaux libres.
L’organisme limite l’extension des réactions radicalaires par piégeage des métaux.
2.2 Molécules piégeuses de métaux
Les métaux sont rarement à l'état libre dans l'organisme. Liés à différentes molécules
organiques, transferrine, ferritine, céruloplasmine, etc…, ils perdent partiellement ou totalement
leur activité de stimulation des réactions radicalaires. Pour favoriser la formation du radical OH, le
cuivre et le fer doivent être à l'état cuivreux Cu + et ferreux Fe2+, c’est-à-dire à l’état réduit, donc leur
oxydation diminue leur toxicité. Ainsi la céruloplasmine en catalysant l'oxydation du fer, réduit sa
toxicité : 4 Fe2+ + O2 + 4 H ¾ → 4 Fe3+ + 2 H2O.
C’est également la protéine de stockage du cuivre la plus abondante dans le plasma. Elle est capable
de lier efficacement six atomes d'ion cuivreux par molécule et ne les libèrent que lorsqu'elle est
dégradée. La transférine, glycoprotéine plasmatique peut lier très efficacement deux atomes de fer
ferrique par molécule à pH physiologique. Associé à cette protéine, ce dernier est alors incapable
d'être impliqué dans des mécanismes d'oxydoréductions générateurs de radicaux libres. Dans les
conditions normales, seulement 30% de ces protéines sont associées à du fer, ce qui laisse assez de
molécules libres pour lier ce métal s'il devient excédentaire. Une augmentation de la synthèse de
métallothionéines, protéines qui fixent les métaux, joue aussi un rôle protecteur contre la toxicité
des radicaux libres.
14
L’organisme dispose d’une troisième ligne de défense qui permet de réduire les radicaux
libres qui ont pu survivre aux deux autres systèmes de défense : les antioxydants d’origine
alimentaire.
2.3. Antioxydants d’origine alimentaire
Un certain nombre de substances d’origine alimentaire (vitamine E et C, carotènes et
flavonoïdes) s’opposent à la propagation des radicaux libres, très souvent en formant à partir d’un
radical très réactif un autre radical beaucoup moins réactif. Elles sont capables de neutraliser un seul
radical libre par molécule : on les appelle pour cela des piégeurs stœchiométriques. Ils n'agissent
qu'à des concentrations élevées et ne jouent qu'un rôle négligeable par rapport aux enzymes
précédentes. Par exemple, l'acide urique a été présenté comme un véritable élixir de jeunesse…
Certains protecteurs stœchiométriques sont régénérables et se comportent comme des agents
presque catalytiques, capables d'éliminer de nombreux radicaux nocifs.
2.3.1. La vitamine E (tocophérol)
Terme générique désignant une famille de substances (tocophérols ∝, β, γ, δ et tocotriénols ∝, β, γ,
δ), la vitamine E est le plus puissant des antioxydants de l’organisme. Seule la forme alpha de la
vitamine E est retenue par l’organisme car elle est plus active biologiquement. Elle est liposoluble
et s’incorpore facilement dans les membranes cellulaires qui, étant riches en acides gras
polyinsaturés facilement oxydables, sont très exposées aux dommages induits par les radicaux libres
(fig.10). Elle réagit avec les radicaux peroxyl (ROO .) qui, sont fabriqués dans les membranes pour
former un radical tocophéryl plus stable protégeant ainsi les membranes cellulaires et les
lipoprotéines : a-tocophérol-OH + LOO
a-tocophérol + LOO
→
a-tocophérol-O + LOOH
→ LOO-a-tocophérol
Figure 10. Action anti-radicalaire de la vitamine E
Les apports nutritionnels conseillés s’élèvent à 12 mg/j, les principales sources étant les noix, les
huiles végétales (soja, maïs, coton), les margarines, les salades, les bananes et les céréales.
15
L’effet antioxydant de la vitamine E sur les lipoprotéines aurait lieu pour des doses de 150 à 300
mg/j. Mais ces résultats appellent à la prudence : une telle supplémentation à doses non
nutritionnelles ne serait pas sans risque d’accident, en particulier vasculaire, comme l’ont montré
plusieurs études. De plus, l’effet bénéfique de la vitamine E se trouve renforcée par une
consommation optimale de vitamine C. Car la vitamine E oxydée est régénérée, c’est-à-dire réduite
in situ, sous sa forme antioxydante active, par la vitamine C de telle manière que la surveillance de
la menace oxydante est maintenue.
2.3.2. La vitamine C (ascorbate)
Autre grande vitamine antioxydante, la vitamine C, ou acide ascorbique, est une molécule
hydrosoluble ayant à la fois un rôle pro-oxydant et antioxydant. Il se trouve dans le jus de citron.
Son activité antioxydante est comparable à celui de l'alpha-tocophérol au niveau des compartiments
hydrophiles de la cellule. Il est capable de réduire l'anion superoxyde ainsi que les radicaux
hydroxyles et peroxyles. Elle réagit également avec le radical tocophéryl, en régénérant la vitamine
E, en devenant le radical ascorbyle A-, également très stable :
L'acide ascorbique a une activité pro-oxydante en favorisant la formation de radicaux hydroxyles en
présence de fer et de cuivre :
- Acide ascorbique + Cu (II) ¾ → Cu (I) + H+ + acide mono-déhydro-ascorbique
- Le cuivre I réagit ensuite avec l'eau l'oxygénée avec production d'un radical OH.
Cu (I) + H2O2 ¾ → Cu (II) + OH + OH.
En France, les apports nutritionnels conseillés sont de 100 mg/j, avec des besoins supplémentaires
de 20 à 40 mg/j chez les fumeurs, soumis au stress oxydant. Or, près de 20 % des adultes
consomment moins de 2/3 des apports conseillés, plus particulièrement dans la tranche des 60 ans et
plus. La vitamine C est régénérée par d’autres molécules comme le gluthation, et des enzymes, la
gluthation peroxydase ou les superoxydes dismutases.
Mais beaucoup d’autres substances, dont les nombreux pigments caroténoïdes (carotènes et
xanthophylles) possèdent aussi une activité antioxydante importante.
16
2.3.3. Le bêta-carotène
Encore appelés provitamines A (certains sont des précurseurs de la vitamine A), les
caroténoïdes constituent un groupe de composés important (plus de 600 molécules). On les trouve
dans les fruits, les carottes, les légumes rouges et vertes. Tous possèdent une forte activité
antioxydante, notamment le β-carotène : CAR + LOO → LOO - CAR
LOO - CAR + LOO → LOO - CAR – OOL
Le bêta-carotène est un piégeur non stœchiométrique d'oxygène singulet, 1O2 (radical formé sous
l’action des rayonnements UV), une molécule de provitamine A peut inactiver des centaines de
molécules d'oxygène singulet. L'énergie de l'oxygène singulet est utilisée pour transformer la forme
cis - du bêta-carotène en son isomère trans, et inversement.
Pour l’heure, on fixe l’apport optimal en carotène à 6 mg/j ; en France, la consommation moyenne
avoisine les 4 mg quotidiens.
Outre les vitamines et les pigments caroténoïdes, les tissus végétaux contiennent une énorme variété
de substances phénoliques responsables de la flaveur, de la couleur et de la texture des aliments.
L’intérêt des scientifiques va se focaliser surtout sur les flavonoïdes en raison de leurs propriétés
antioxydantes.
2.3.4. Les flavonoïdes
Famille de polyphénols d’origine végétale, souvent désignés sous l’étiquette <<vitamine
P>>, abondants dans les légumes (oignons, pommes…), le raisin, le vin et le thé, les flavonoïdes
sont des puissants inhibiteurs d’enzymes proradicalaires, régénérables par la vitamine C. Parmi les
polyphénols de type flavonoïde, on trouve les flavonols qui présentent une forte analogie structurale
avec la vitamine C. Les flavonols ont une structure qui leur permet de piéger les radicaux libres en
les neutralisant par fixation de deux atomes d’hydrogène fournis par deux fonctions phénol. Les
deux électrons célibataires créés sur la molécule de flavonol s’apparient de façon interne pour
conduire à une tricétone neutre.
Celle-ci, lorsqu’elle est réduite par voie ionique, peut régénérer le flavonol initial (fig.11). Les
flavonols sont ainsi des médiateurs judicieux qui permettent, grâce au couplage d’une oxydation
radicalaire et d’une réduction ionique, de neutraliser les espèces radicalaires destructrices R . en
molécules inactives neutres RH.
17
Figure 11 : mode d’action antiradicalaire de la vitamine C appliqué à une molécule de flavonol
Ils se comportent aussi comme des antioxydants vis-à-vis des LDL, et surtout, comme des
protecteurs des bases de l’ADN face aux attaques radicalaires.
Les radicaux libres formés normalement dans l’organisme sont donc rigoureusement contrôlés
par des systèmes antioxydants. En témoignent les recherches de ces dernières décennies : nombre
de maladies associées au vieillissement cellulaire, tels le cancer, les maladies neurodégénératives
seraient favorisées par un déséquilibre entre la production des radicaux libres de l’oxygène et la
capacités de défense antioxydante de l’organisme.
3 . Pathologies
Le déséquilibre entre les systèmes de défense et de production de radicaux libres (dite balance
antioxydante) entraîne un stress oxydatif.
3.1 Le stress oxydatif
Les cellules des êtres aérobies, en état d'oxydo-réduction normal, ont une concentration basale
en radicaux libres de l'oxygène. Le contrôle rigoureux de la formation et de l'élimination de ces
dernières préserve les cellules des effets nuisibles des radicaux libres. Quand ce précaire équilibre
est rompu, en faveur des radicaux libres, il survient un stress oxydatif. On appelle stress oxydatif,
une augmentation de radicaux libres de l'oxygène qui provoque des dommages cellulaires
irréversibles, tels que la peroxydation des lipides ainsi que la dénaturation oxydative des acides
aminés et des bases azotées entraînant, une perte de fonction et d'intégrité, voire la mort cellulaire.
Les attaques radicalaires de l'ADN peuvent être sources de mutations carcinogènes.
18
Deux phénomènes semblent alors être impliqués dans l’apparition d’un stress oxydant :
•
d’une part, des espèces radicalaires et leurs dérivés secondaires qui se multiplient.
•
d’autre part, des mécanismes anti-radicalaires qui s’essoufflent c’est à dire baisse de
l'activité antioxydante.
Les désordres biochimiques causés par le stress oxydant impliquent celui-ci dans de très
nombreuses maladies, soit comme un des facteurs déclenchant, soit comme une des causes de
complications dans leur évolution. Un exemple caractéristique de cette situation est le SIDA où la
cause initiale ne fait pas intervenir de processus radicalaire, mais la survenue secondaire d’un stress
oxydant qui vient aggraver le processus initial comme dans certaines maladies. Le processus initial
est l'infection virale, mais ce virus induit un stress oxydant qui réprime les gènes de la superoxyde
dismutase et de la glutathion peroxydase, systèmes de défense antioxydant, entraînant la mort des
lymphocytes T par apoptose.
Avec l’âge, on observe une modification de l’équilibre pro-oxydant/antioxydant et de ce fait une
augmentation du stress oxydant. Le stress oxydant est la principale cause initiale de nombreuses
maladies souvent liées au vieillissement : cancer, cataracte, sclérose latérale amyotrophique,
syndrome de détresse respiratoire aigu, oedème pulmonaire. Le stress oxydant est aussi un des
facteurs potentialisant l'apparition de maladies plurifactorielles telles le diabète, la maladie
d'Alzheimer, les rhumatismes, les maladies cardio-vasculaires etc. (tableau 1).
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Arthrite rhumatoïde
Asthme
Athérosclérose
Cancers
Cirrhose
Colites ulcérantes
Diabète sucré
Emphysème
Fibrose kystique
Fibroses pulmonaires
Hémochromatose idiopathique
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Infection au VIH
Maladie d'Alzheimer
Maladie de Crohn
Maladie de Parkinson
Sclérose latérale amyotrophique
Mongolisme
Syndrome de détresse respiratoire
chez l'adulte
Poumon-choc
Veines variqueuses (varices)
Syndrome de Down
Tableau 1 : liste des maladies reliées au stress oxydatif
Dans notre rapport nous avons choisi parmis les pathologies causées par les radicaux libres
de traiter notamment le cas des cancers et des maladies neurodégénératives et plus particulièrement
la maladie de Parkinson et la sclérose latérale amyotrophique.
19
3.2 Rôle des radicaux libres dans les maladies neurodégénératives :
3.2.1. La sclérose latérale amyotrophique :
La sclérose latérale amyotrophique (SLA) est la plus fréquente des maladies du motoneurone.
Il s’agit d’une affection dégénérative, de cause encore inconnue, qui touche des patients âgés en
moyenne de 60 ans. Il y aurait en France environ 5000 à 7000 patients atteints. La maladie se
présente sous deux formes : une forme bulbaire, qui est responsable de troubles de la déglutition et
de la phonation, et une forme spinale avec une amyotrophie des membres inférieurs et/ou supérieurs
c’est à dire paralysé de manière variable.
Plusieurs découvertes récentes ont conduit à différentes hypothèses sur les mécanismes possibles à
l'origine de la sclérose latérale amyotrophique. En particulier, plusieurs facteurs ont été mis en
cause dont le stress oxydatif.
Stress oxydatif et facteurs génétiques :
Dans environ 5 % des cas, la sclérose latérale amyotrophique est une maladie familiale (elle
touche plusieurs membres d'une même famille). La recherche de facteurs génétiques a permis de
mettre en évidence, chez 15 % de ces formes familiales, la présence d'une mutation d'un gène situé
sur le chromosome 21 : le gène de la "superoxyde dismutase Cuivre/Zinc" SOD-1, une enzyme qui
intervient dans le contrôle du métabolisme de l'oxygène. En effet la mutation du gène SOD-1
occasionne une production excessive de radicaux libres et la destruction des neurones. Lors de
recherches sur la SLA, des scientifiques canadiens ont relevé l’existence de niveaux excessifs de
protéines endommagées par les radicaux libres à l’intérieur des neurones, ce qui laisse supposer que
le neurone synthétise des niveaux excessifs de radicaux libres ou qu’il est incapable de se
debarasser de ceux qui sont produits naturellement. Cette découverte suggère donc qu'une altération
du métabolisme de l'oxygène intervient dans le développement de la maladie. Un modèle animal a
été mis au point : des souris qui possèdent un gène de la superoxyde dismutase déficient, et qui
présentent certains symptômes de sclérose latérale amyotrophique.
On peut ainsi conclure qu'une altération du système de défense antioxydant peut contribuer à la
mort neuronale et l'on peut donc considérer les radicaux libres comme la première cause de la
neurodégénérescence dans la sclérose latérale amyotrophique mais uniquement dans la forme
familiale.
20
3.2.2. La maladie de Parkinson :
La maladie de Parkinson est la maladie neurodégénérative la plus commune après la maladie
d’Alzheimer. Son incidence est comparable selon les sexes et les niveaux culturels. Les symptômes
de la maladie de Parkinson apparaissent généralement aux environs de 55-60 ans. Elle est
caractérisé par une dégénérescence et une perte des neurones dopaminergiques de la substance noire
du cerveau (située bilatéralement, dans la partie supérieure du tronc cérébral).
Au début de la maladie les patients ont les mains ou les pieds qui tremblent, notamment lorsque les
membres sont au repos. Puis leurs mouvements sont de plus en plus lents, et leurs membres de plus
en plus rigides et ils coordonnent mal leurs mouvements. D’autres symptômes peuvent apparaître
comme une transpiration excessive, des mouvements involontaires, des troubles psychologiques,
des dépressions, voire une démence en fin de maladie.
Pour ce qui est des causes de la maladie de Parkinson et plus précisément du rôle des radicaux
libres dans la maladie plusieurs hypothèses coexistent.
a ) Les faits neurochimiques :
Les radicaux libres sont friands des cellules nerveuses, car les membranes nerveuses ont comme
constituant majeur les acides gras polyinsaturés qui se prêtent très bien à la peroxydation lipidique.
Le mécanismes de défense tel que la catalase, le glutathion, le glutathion peroxydase, la vitamine E,
et la transferrine sont peu représentés au niveau de la substance noire (une petite région profonde du
cerveau). Ainsi dans la substance noire, le neurotransmetteur dopamine, peut être oxydée soit par la
monoamine oxydase de type B soit par auto oxydation pour générer de l’eau oxygénée H 2O2.
L' H2O2 est détoxifiée en présence de glutathion (GHS) par action de la Glutathion peroxydase
(GPO). Toute augmentation du turnover de la dopamine ou toute réduction du GHS ou de GPO
conduit à un excès de H2O2 qui en présence du fer conduit à la formation d’ion hydroxyle grâce à la
réaction dite de Fenton (voir 1.2.4. Radical hydroxyle).
b ) Le rôle des métaux :
De plus, de nombreuses études ont montré que le fer est anormalement concentré dans la
substance noire des patients atteints de la maladie de Parkinson. Or cet élément indispensable à la
vie et au bon fonctionnement du cerveau, peut jouer un rôle nocif en stimulant la production de
radicaux libres s’il est présent en excès (réaction de Fenton). Ainsi le fer pourrait être le déclencheur
du stress oxydatif dans la maladie de Parkinson. La neuromélanine (pigment des cellules) serait le
site d'accumulation du fer et de sa réduction en Fe 2+ , promoteur du stress oxydatif.
21
On trouve également dans les granules de neuromélanine (situé au niveau de la substance noire) une
accumulation d'aluminium qui augmente la peroxydation lipidique initié par le fer en déplaçant le
fer de ses sites de fixation dans le cerveau.
Des travaux ont montré que la perfusion directe de fer dans la substance noire des rongeurs induit
un "état parkinsonien".
Dans la maladie de Parkinson, les cellules de la substance noire sont dans un état de stress oxydatif
important car le turnover de la dopamine est augmenté dans les neurones survivants et que les taux
de glutathion sont réduits mais aussi parce que la concentration en fer et la peroxydation lipidique
sont augmentées.
c ) Le rôle des mitochondries
Une diminution quantitative du complexe I de la chaîne respiratoire mitochondriale a été décrite
dans la substance noire du parkinsonien. Ce complexe I comprend 26 peptides dont 7 sont codés par
l'ADN mitochondrial. L'anomalie due aux radicaux libres aboutit à une déficience énergétique qui
conduit à une diminution du blocage par le magnésium des récepteurs des acides aminés excitateurs
du cerveau et à l’inactivation des mécanismes dépendants de l'ATP, l'ensemble conduisant à une
accumulation de Ca2+ libre cytosolique, ainsi qu'à une diminution de la formation du glutathion. En
définitif la production des radicaux libres conduit à la neurodégénérescence spécifique des neurones
dopaminergiques.
La grande question aujourd'hui est de savoir si les radicaux libres représentent le point de départ des
maladies neurodégénératives où s'ils ne sont qu'une conséquence de la mort cellulaire. Toutefois, il
est clair que la production de radicaux libres est une voie finale commune à d'innombrables causes,
étiologiques ou pathogéniques.
3.3. Rôle des radicaux libres dans le cancer
3.3.1 Les différentes étapes de développement d’un cancer
22
a ) L’initiation :
L'initiation correspond au tout premier phénomène de la transformation cancéreuse. On ne la
connaît que grâce aux études expérimentales et aux études épidémiologiques, qui ont permis de
faire un rapport entre les cancers et certains facteurs déclenchants.
L'initiation correspond à une modification au niveau de l’ADN, le plus souvent par mutation d’une
ou de plusieurs bases de la double hélice. Sous l'effet d'un agent dit initiateur, une base de l’ADN
peut être soit remplacée par une autre, soit supprimée. Ces modifications, qui pourraient conduire à
un dérèglement de la cellule, se transmettent de la cellule mère à la cellule fille lorsque la cellule se
divise. De plus, si la cellule fille subit également d'autres mutations, les modifications
s'accumuleront de génération en génération, ce qui favoriserait le développement du cancer. Dans
ce contexte, l'ADN est une cible potentielle pour les initiateurs.
Un certain nombre d'agents cancérigènes connus ont un pouvoir cancérigène en tant qu'initiateurs
comme les produits chimiques, dont notamment tous les hydrocarbures polycycliques et le
benzopyrène du tabac, les virus, les rayonnements X ou UV. Il est a noté que la plupart des agents
cancérigènes qui sont considérés comme initiateurs produisent aussi des radicaux libres. Ceux-ci,
étant très réactifs, ils déclenchent des réactions en chaîne qui peuvent endommager les cellules et
ses constituants.
b ) La promotion :
On appelle ainsi la prolifération plus ou moins contrôlée des cellules initiées. En effet la plupart
des agents initiateurs ne sont pas capables à eux seuls de provoquer un cancer. C'est l'accroissement
du nombre de divisions cellulaires qui augmente le risque de mutations, mais aussi le risque de voir
ces mutations transmises vers les cellules filles, sans réparation de l’ ADN ou sans mort cellulaire
programmé (apoptose).
L'agent promoteur va exercer son action pendant de nombreuses années, et ainsi faciliter la
multiplication des cellules initiées. Au cours d'une des divisions ultérieures, une nouvelle mutation
(ou une nouvelle initiation) aura lieu augmentant ainsi encore le dérèglement précédent.
Parmi les facteurs de promotion, on peut citer :
•
la nutrition, l'alcool et certaines amines du tabac,
•
les infections, les traumatismes répétés,
•
les hormones pour certains cancers dits hormono-dépendants (sein, prostate, corps de
l'utérus, thyroïde, etc..),
23
•
l'âge par lui-même, parce qu'il correspond à un nombre important de divisions cellulaires, et
parce que les mécanismes de réparation deviennent probablement moins efficaces.
Initiation et promotion sont des phénomènes qui se déroulent à l’échelle cellulaire et que l’on ne
peut pas observer véritablement chez l'homme. Ils ont été mis en évidence expérimentalement chez
l'animal (cancers expérimentaux provoqués par des substances initiatrices et promotrices).
La troisième étape du développement du cancer est la progression pendant laquelle une lésion
bénigne peut devenir un néoplasme très malin à croissance rapide et en définitif donner naissance à
une tumeur métastasique et donc généralisée.
Les radicaux libres sont impliqués dans le cancer et jouent le rôle de médiateur dans les phases
d’initiation et de promotion du cancer.
3.3.2. Les radicaux libres et l’initiation :
Il a été démontré qu'un certain nombre d'initiateurs produisent des radicaux libres ou en causent
la production. Ainsi les radicaux libres de l'oxygène, notamment le superoxyde de potassium et la
bléomycine, deux producteurs d'anion superoxyde, peuvent causer des mutations sur les cellules
mammaires.
Le peroxyde d'hydrogène, qui a été associé à l'induction du cancer chez les animaux, comme des
souris, est capable de produire des dommages moléculaires qui entraîneraient la transformation des
cellules. Cette substance est également réputée pour être mutagène et cancérigène. La xanthine
oxydase, productrice de l'anion superoxyde, agit comme un faible agent cancérigène.
Les coupures de l'ADN, de l'un ou des deux brins, causées par des radicaux libres de l'oxygène ou
par des substances cancérigènes productrices de radicaux libres. La production photochimique ou
enzymatique de radicaux superoxyde entraîne une augmentation des cassures de l'ADN et des
réarrangements. Le peroxyde d'hydrogène est aussi impliqué dans l'induction de dommages aux
chromosomes.
3.3.3 Les radicaux libres et la promotion :
Le rôle des radicaux libres dans l'étape de promotion a été mis en évidence suite à un certains
nombres d’observations à savoir :
•
les composés qui génèrent les radicaux libres sont des promoteurs de tumeurs.
•
les promoteurs stimulent la production de radicaux libres de l'oxygène.
•
les promoteurs peuvent modifier les mécanismes de défense antioxydant.
•
les antioxydants sont des anti-promoteurs.
24
Plusieurs catégories de promoteur peuvent agir par l'intermédiaire d'un mécanisme oxydant. Ils
peuvent générer des radicaux libres de l'oxygène soit par une réaction chimique, soit indirectement
par l'activation ou l'altération d'un processus de métabolisme de la part de la cellule elle-même, qui
essaie de se défendre.
Les radicaux libres interviendraient avec l'ester de phorbol, l'un des promoteurs les plus étudiés,
pour induire les coupures de l'ADN, les enjambements et les aberrations chromosomales, chez les
leucocytes (globules blancs). Il semble y avoir une forte corrélation entre l'activité promotrice des
di-esters de phorbol et leur habileté à stimuler la production d'espèces réactives de l'oxygène.
L'espèce la plus active des esters de phorbol, le TPA (12-O-tetradecanoylphorbol-13-acetate), agit
comme un fort promoteur en utilisant un mécanisme qui utilise les radicaux libres de l'oxygène. Ces
radicaux libres de l'oxygène sont les composantes critiques du processus de promotion du cancer.
En lien avec sa production d'espèces réactives de l'oxygène, le TPA inhibe l'activité enzymatique
antioxydante. Le traitement au TPA réduit l'activité de la superoxyde dismutase, de la catalase et du
glutathion peroxydase.
3.3.4 Le rôle des antioxydants dans le cancer :
On suppose depuis longtemps que les radicaux libres ont une potentialité cancérogène et que les
antioxydants ou piégeurs de radicaux libres protègent contre le cancer.
Une équipe américaine tente d'expliquer comment certains antioxydants exerceraient cet effet
anticancéreux. Les cellules cancéreuses elles-mêmes pourraient être à l'origine d'une surproduction
de radicaux libres. Agissant comme des messagers, les, radicaux libres enverraient des signaux
intracellulaires qui favorisent la prolifération incontrôlée des cellules. C'est en inhibant ces signaux
que certains antioxydants pourraient prévenir le développement des cancers.
L'équipe du Dr Irani (Johns Hopkins University, Baltimore) a en effet montré que des cellules
fibroblastiques transformées en cellules cancéreuses par l'expression d'un oncogène produisent de
grandes quantités d'oxygène superoxyde, un radical libre.
Leurs résultats suggèrent que le radical libre est produit par les voies des protéines RAC1 (protéines
de la famille des GTPases Rho activées lors de signaux cellulaires) et des flavoprotéines.
La prolifération de ces cellules est inhibée par le traitement avec un antioxydant (N-acétyl-Lcystéine). Ces résultats devraient contribuer au développement futur de stratégies thérapeutiques.
Ainsi l’Homme et les animaux ont développé des mécanismes de défenses contre les radicaux libres
à savoir les antioxydants. Ces antioxydants peuvent être apporté par l’alimentation d’origine
végétale. Les antioxydants alimentaires majeurs sont la vitamine E et la vitamine C. Mais beaucoup
25
d’ autres substances, dont les nombreux pigments caroténoïdes (carotène, xanthophylles), possèdent
aussi une activité antioxydante importante.
Bien qu’il soit rare de constater des symptômes évidents de déficience en vitamine E, il est
vraisemblable qu’un apport supérieur à celui requis pour éviter une déficience puisse assurer une
meilleure protection contre les dommages oxydatifs. Plusieurs études épidémiologiques suggèrent
que les vitamines E, C et A ont un rôle protecteur contre le cancer.
En ce qui concerne le rôle des flavonoïdes, les constituants phénoliques sont capables d’activer des
mécanismes naturels de défense anticancéreuse. En effet les premiers stades de la phase d’initiation
cancéreuse peuvent être bloqués par la capacité des tissus cibles à intercepter et à métaboliser les
agents mutagènes. Des cellules comme les hépatocytes synthétisent des enzymes dites de phase I
(notamment les mono oxygénases) qui peuvent oxyder les substances mutagènes hydrophobes en
produits constituant le substrat d’enzymes de phase II ( sulfotransférase etc.), qui convertissent ces
produits en espèces hydrosolubles facilement éliminé par la cellule.
En ce qui concerne le rôle des vitamines et de minéraux en tans que antioxydant dans la prévention
des cancers une étude est menée au près de 13.000 volontaires français : l’étude SU.VI.MAX ayant
pour objectif de mesurer l'effet d'un apport supplémentaire en vitamines et minéraux antioxydants, à
dose nutritionnelle, sur la santé et, particulièrement sur l'incidence des cancers, afin de pouvoir
recueillir une large base de données pour l'étude des relations entre nutrition et santé.
Dans ces premières parties, nous avons découvert les radicaux libres : ce qu'ils sont,
comment ils se forment, leur rôle dans notre organisme, étudié leur implication dans le cancer et
dans les maladies neurodégénératives et de plus, nous nous sommes penchées sur la manière
d'enrayer les radicaux libres avec des antioxydants. Pour terminer, nous allons traiter l’actualité des
radicaux libres.
4. L’actualité
4.1 Brevets
La recherche de brevets sur le site Web de l’INPI avec le mot clé « radicaux libres » donne
286 réponses pour les années 2001 et 2002. Dans la liste suivante, nous avons choisi de vous
présenter quelques exemples. Ces quelques exemples montrent des domaines de recherche variés
sur les radicaux libres notamment pour le traitement du stress oxydant par de nouveaux composés
dérivés de l'acide ascorbique, pour identifier et éliminer les radicaux libres par captage.
26
NOUVEAUX COMPOSES SILICIES DERIVES DE L'ACIDE ASCORBIQUE, PROCEDE
DE PREPARATION, COMPOSITIONS LES COMPRENANT ET UTILISATIONS.
N° de dépôt : FR9913355 Date de dépôt : 26.10.1999
Indice principal CIB : C07F-007/08
Indice secondaire CIB : A61K-007/48, A61K-007/42, A61K-007/06
Déposant(s) : L'OREAL Société anonyme
Inventeur(s) : XU JINZHU, RICHARD HERVE
L'invention concerne des nouveaux composés siliciés dérivés de l'acide ascorbique, mais concerne
également des procédés pour la préparation de ces composés, les compositions notamment
cosmétiques ou pharmaceutiques les comprenant, et leur utilisation en tant qu'agent antioxydant et/
ou agent anti-radicaux libres, en particulier pour traiter le stress oxydant, traiter les effets de
l'exposition au soleil et prévenir le vieillissement.
COMPOSITION COSMETIQUE CONTRE LES RADICAUX LIBRES.
N° de dépôt : WOEP0008729 Date de dépôt : 07.09.2000
N° de priorité : GB9921238.3 Date de priorité : 09.09.1999
Indice principal CIB : A61K-007/42
Déposant(s) : THE BOOTS COMPANY PLC
Inventeur(s) : PYKETT, Melanie, Ann, CRAIG, Ailsa, Helen, GALLEY, Edward, SMITH,
Christopher
L'invention concerne des compositions cosmétiques topiques destinées à être appliquées sur la peau,
comprenant un solvant ou support approprié en combinaison avec un mélange synergique composé
de trois agents anti-radicaux libres sélectionnés parmi l'acide ascorbique, ses sels, esters, glucosides
et glucosamines; le tocophérol et ses esters; des extraits de plantes sélectionnés parmi le gingko
biloba, le morus alba, l'origanum vulgare, le panax ginseng, le rosmarinus officinalis, un extrait de
bouleau, le camellia sinensis, la poudre de cerise des Antilles et l'huile de pépins de raisin.
CAPTEUR DE RADICAUX
N° de dépôt : EP99870218.7 Date de dépôt : 19.10.1999
Indice principal CIB : C07C-069/753
Indice secondaire CIB : A61K-031/215, C11D-007/54
Déposant(s) : THE PROCTER & GAMBLE COMPANY
27
Inventeur(s) : Chiaradonna, Giuseppina, Dr., Ingrosso, Giovanni, Prof., Cicogna, Francesca, Dr.,
Pinzino, Calogero, Dr., Franchi, Emanuela, Dr., Del Duca, Valerio, Scialla, Stefano
La présente invention concerne un nouveau composé chromotrope, une composition de nettoyage
contenant un tel composé et une méthode de test pour identifier la présence de radicaux libres
utilisant ledit composé.
REDUCTION DES LESIONS CELLULAIRES DANS LE CORPS HUMAIN
N° de dépôt : WOUS0147203 Date de dépôt : 03.12.2001
N° de priorité : US60/250,648 Date de priorité : 01.12.2000
US60/251,417 05.12.2000
Indice principal CIB : A61K-000/00
Déposant(s) : MORINDA, INC.
Inventeur(s) : SU, Chen, Xing, JENSEN, Claude, Jarakae, STORY, Stephen, Paul
L'invention concerne la production et l'utilisation d'un complément alimentaire permettant de
réduire les lésions cellulaires dans le corps humain. Ce complément alimentaire comprend un jus
deMorinda citrifolia reconstitué dérivé d'une purée de jus pur de Polynésie française, et peut
comprendre d'autres jus naturels tels qu'un concentré de jus de raisin naturel, un concentré de jus de
bleuet naturel et/ou un autre concentré de jus naturel. Ledit complément alimentaire comprend une
combinaison de composés agissant au niveau cellulaire de manière à intensifier la fonctionnalité
positive des cellules dans le corps, y compris la régénération cellulaire et la fonction cellulaire, ce
qui permet d'augmenter la capacité des cellules à absorber et utiliser des substances nutritives telles
que les vitamines et les minéraux. Par ailleurs, ce complément alimentaire permet de récupérer les
hydroperoxydes lipidiques et les radicaux libres des anions superoxyde dans le corps, d'où une
réduction des lésions cellulaires.
PROCEDES DE REDUCTION DE NIVEAUX DE RADICAUX LIBRES IN VIVO ET
COMPOSITIONS SERVANT CET OBJECTIF
N° de dépôt : WOUS0130306 Date de dépôt : 26.09.2001
N° de priorité : US09/672,140 Date de priorité : 27.09.2000
Indice principal CIB : A61K-031/325
Indice secondaire CIB : A61K-031/28, A61K-031/40, A61K-031/435, A61K-031/55
Déposant(s) : MCW RESEARCH FOUNDATION, INC.
Inventeur(s) : LAI, Ching-San
28
L'invention concerne des procédés de réduction in vivo des niveaux de radicaux libres chez des
sujets mammifères qui le requièrent. Contrairement à l'approche inhibitrice décrite dans l'art
antérieur (par exemple, selon laquelle la fonction de l'espèce responsable de la production de
radicaux libres est inhibée), la présente invention propose une approche de captage par laquelle les
radicaux libres produits en surnombre sont liés in vivo à des capteurs de radicaux libres. Par
exemple, le capteur de radicaux libres envisagé pour mettre en application cette invention sera le
complexe de fer dithiocarbamate-ferreux. Ce complexe se lie aux radicaux libres, formant un
complexe stable contenant les radicaux libres et soluble dans l'eau. Lorsque ce complexe sera
administré à un sujet atteint de trouble associé à la surproduction de radicaux libres, le complexe
contenant les radicaux libres et soluble dans l'eau est produit puis filtré par les reins, concentré dans
l'urine et éventuellement excrété par le sujet, réduisant ainsi les niveaux de radicaux libres in vivo.
4.2 Thèses, centres de recherche et firmes pharmaceutiques :
4.2.1. Les thèses
La recherche de thèses sur le SUDOC avec le mot clé « radicaux libres » donne 269 réponses.
Dans la liste qui suit nous avons choisi de vous présenter quelques exemples.
Martine Laplace, Radicaux libres et maladie de Parkinson / 1996 BORDEAUX2-BU Santé
Frédérique Depert, Les médicaments anti radicaux-libres / [1994] GRENOBLE1-BU Médecine
pharm.
Sylvia Cerou, Radicaux libres et pathologie humaine: actualisation et perspectives d'avenir /
[s.n.] / 1994 LIMOGES-BU Médecine pharmacie
Aline Evrard, Radicaux libres et cancers : généralités, rôles dans la carcinogenèse et
prévention par antioxydants / [s.n.] / 2001 LILLE2-BU Santé-Recherche
Frédéric Clausse, Radicaux libres et molécules à activité antioxydante / [s.n.] / 2001 MAISONSALFORT-Ecole Vétérinaire.
Thèmes de recherche :
En France, d’innombrables activités de recherche portent sur les radicaux libres, les antioxydants et
l’implications des radicaux libres dans les différentes pathologies dans des laboratoires de recherche
29
spécialisés ou non sur les radicaux libres. A titre d’exemple nous avons choisi de vous présenter
plus particulièrement deux d’entre eux :
•
INRA
Pour confirmer les effets protecteurs des polyphénols contre les radicaux libres, l'INRA étudie la
biodisponibilité des différents polyphénols présents dans les aliments, et la nature des métabolites
présents dans les tissus (c’est à dire la nature des sous-produits de la transformation des polyphénols
dans le corps humain). Ces études ont un double intérêt : d'une part préciser les mécanismes à
l'origine de l’effet protecteur des polyphénols, d'autre part utiliser les métabolites comme
biomarqueurs de consommation. De tels biomarqueurs constituent un outil indispensable pour
préciser, dans le cadre d'études épidémiologiques, les associations entre consommation en
polyphénols et protection contre les pathologies. Ce sont de telles études qui devraient permettre
notamment de définir les niveaux d'apport optimaux de polyphénols à l'échelle de populations.
•
LABORATOIRE DE CHIMIE THERAPEUTIQUE (faculté de pharmacie de
Strasbourg).
Le laboratoire recherche entre autre le pouvoir capteur de radicaux libres de différents composés.
o Capteurs de radicaux libres
Au laboratoire, différents modèles chimiques, enzymatiques et photochimiques ont été mis au point
pour évaluer le pouvoir capteur. En ce qui concerne le radical hydroxyle et l'oxygène singulet, les
méthodes permettant de calculer les constantes de vitesse de leurs réactions avec les capteurs ont été
établies et validées. Elles sont basées sur le principe de compétition faisant intervenir une molécule
détectrice.
o Flavonoïdes et dérivés
L'étude de la capture des radicaux libres, anion superoxyde (dans un modèle hypoxanthine/Xanthine
oxydase) et radical hydroxyle (dans un modèle basé sur la réaction de Fenton) par des dérivés
hémisynthétiques, mono ou polyalkylés de la rutine et de la quercétine ont permis de déterminer les
éléments structuraux essentiels à la désactivation des radicaux libres.
Plus les hydroxyles phénoliques sont substitués, plus le pouvoir capteur de radicaux est élevé. Ceci
s'explique par le fait qu'à pH physiologique en présence de fer, les flavonoïdes, contenant des
fonctions phénoliques libres, produisent eux-mêmes des radicaux hydroxyles par un mécanisme
impliquant le peroxyde d'hydrogène et l'anion superoxyde.
30
Ainsi, les flavonoïdes ne doivent plus être considérés, a priori, comme antioxydant, dans certaines
conditions ils peuvent être pro-oxydant.
L'étude de la désactivation des radicaux peroxylipidiques a été entreprise afin de compléter cette
relation structure-activité.
4.2.2 Les centres de recherche hors France
Il existe des centres de recherche spécialisés dans l’étude des radicaux libres hors de la France,
en voilà deux exemples :
- Centre de l'Oxygène, Recherche et Développement (anciennement : Centre de Biochimie de
l'Oxygène, CBO) à l’Université de Liège, unité originale fondée par Carol Deby, médecin praticien,
où
la
biochimie
de
l’oxygène
est
étudiée
sous
tous
ses
aspects.
- Free Radical Research à l’Université de Brunel (Londres) lié à l’association Society for Free
Radical Research International qui s’intéresse à tous les aspects de recherche liés aux radicaux
libres dans n'importe quel domaine scientifique.
4.2.3 Les firmes pharmaceutiques
De nombreuses firmes pharmaceutiques travaillent sur les radicaux libres, mais très peu ont une
activité reliée au stress oxydatif :
•
Genox Corp
Genox est une compagnie biotechnologique qui se consacre au développement et à l'application des
techniques de détection du stress oxydant humain non-invasif dans les domaines suivants :
Médecine du sport, Diagnostic médical, Recherches scientifiques, Nutrition et produits agricoles,
Évaluation de Nutrition et de Régime, Stratégies Médicales Préventives, Études épidémiologiques,
Evaluation des risques du vieillissement accéléré et optimisation individuelle d'envergure de santé.
•
Oxis International, Inc
OXIS international (OTCBB aux Etats-Unis et Nouveau Marché en France : OXIS) se concentre
sur le développement de technologies et de produits pour rechercher, diagnostiquer, traiter et
empêcher les maladies liées aux dommages des radicaux libres et à l'espèce réactive de l'oxygène les maladies du stress oxydant.
31
•
Incaria Pharmaceuticals
Incara Pharmaceuticals Corporation développe une série d'antioxydants catalytiques comme
traitements pour la protection contre des dommages se produisant dans la thérapie radiologique du
cancer et pour la protection des cellules dans la transplantation.
Incara explore également les effets protecteurs de ces antioxydants catalytiques dans les maladies
pulmonaires et comme agents réducteurs de la toxicité résultant de l'exposition totale de corps au
rayonnement, identique à celle qui se produirait dans une attaque nucléaire d'accidents ou de
terroriste.
4.3 Salons et conférences
Il n’existe pas de salon à notre connaissance portant particulièrement sur les radicaux libres ou
les antioxydants mais d’autres salons traitant de sujets variés comme l’alimentation Bio, la nutrition
ou bien encore la santé présentent des conférences ou ateliers portant plus spécifiquement sur les
radicaux libres. Nous avons choisi de vous présenter quelques salons qui vont se tenir tout au long
de l’année 2003 :
Marjolaine
Du 8 au 16 novembre 2003
Rentrez Zen !
Du 9 au 13 octobre 2003
Compléments alimentaires : vitamines, minéraux, oligo-éléments.
Vivre Autrement Bio & Nature
Du 27 février au 3 mars 2003
Life2, le salon santé et mieux-vivre au Brussels Expo - Bruxelles
Du 14 au 16 mars 2003
Débat : “Vieillir jeune et en bonne santé”
32
Conclusion
Il existe donc un équilibre critique entre l’oxygène moléculaire indispensable à la vie en
aérobiose et la formation inévitable de radicaux oxygénés libres au cours de son utilisation par le
métabolisme cellulaire, que l’organisme doit s’efforcer de maintenir pour conserver son intégrité.
L’exposition à des sources liées à l’environnement et à l’âge peuvent rompre cet équilibre
entraînant une augmentation du stress oxydatif. Conséquences : les effets toxiques des radicaux
libres se manifestent par une altération des molécules biologiques qui endommagent les cellules et
entraînent leur perte de fonction ou d'intégrité et causent la mort cellulaire. Ils ont pour site
privilégié des constituants cellulaires essentiels tels que les phospholipides membranaires, l’ADN et
certaines liaisons chimiques des protéines. Les altérations moléculaires que les radicaux libres sont
capables de provoquer au sein des cellules et de la plupart des structures tissulaires expliquent leur
contribution majeure dans les phénomènes dégénératifs et de cancérisation (fig. 12).
On peut considérer l'action des radicaux libres comme étant la première cause de la
neurodégénérescence. Une accumulation de fer ou une diminution de l'activité des enzymes
antioxydants dans le cerveau peut causer un état de stress oxydatif qui induit les maladies
neurodégénératives, notamment la maladie de Parkinson.
Les radicaux libres sont aussi impliqués dans le cancer et jouent le rôle de médiateur dans les
phases d'initiation et de promotion.
Produits en permanence, les radicaux libres sont, pour la plupart, détruits par les diverses défenses
antioxydantes de l’organisme, naturellement, constitués d'enzymes et de vitamines.
Donc de façon directe ou non, la production de radicaux libres joue un rôle essentiel dans le
processus de vieillissement et les pathologies oxydatives. On sait que le risque de stress oxydant
augmente avec l’âge, d’autant que les apports, la biodisponibilité et le statut en micronutriments
antioxydants diminuent. Une stratégie de prévention nutritionnelle apparaît donc comme un enjeu
de santé publique. En fait le moyen le plus simple consiste à avoir une alimentation variée et
équilibrée, combinant vitamines, minéraux et oligo-éléments antioxydants.
Dans divers domaines de la biologie, on cherche à freiner ces processus de vieillissement :
- en développant des agents antioxydants efficaces capables de freiner l'accumulation des lésions
oxydatives et des mutations ;
- en créant des molécules capables d'interférer avec les circuits métaboliques génétiquement
défectueux.
33
- les agents environnementaux toxiques et mutagènes les plus actifs étant les radicaux libres de
l’oxygène générés dans chaque cellule, au nombre des moyens prévisibles de lutte contre les effets
du vieillissement, on peut espérer un progrès important dans la lutte contre les radicaux libres, et,
pour certaines pathologies, peut-être des techniques de thérapie génique appliquées aux pathologies
du vieillissement.
Mais à l'avenir, les perspectives de prévention envisagées sont liées aux progrès des
biotechnologies; en particulier celles qui visent à détecter précocement, ou même à corriger, les
mutations portées par les lignées germinales. Elevées au rang de thérapies, ces biotechnologies
poseront des problèmes sociaux et éthiques au médecin.
Défenses
antioxydantes non
enzymatiques
Vitamines E, C
Caroténoïdes
Flavonoïdes
Défenses
antioxydantes
enzymatiques
Stress oxydatif
Pathologies oxydatives
Figure 12 : un équilibre fragile
34
Bibliographie
Dictionnaires, glossaires et ouvrages de référence
• Encyclopédie Universalis, volume 19, Radicaux libres, p332-333
• Fossey, Jacques, Les radicaux libres en chimie, Masson, 1993, p.
• L. Parker, A.N.Glazer, Oxygen Radicals in Biological Systems Part B Oxygen Radicals and
Antioxidants, Methodes in Enzymology volume 186, 1990, 855p.
Articles
C. DEBY, La Biochimie de l'oxygène, La Recherche, n° 228, janv. 1991, p.56-64
P.RIEDERER, M.YOUDIM, Maladie de Parkinson, Pour la science, n° 233, mars 1997, p.60-67
A-M. ROUSSEL, Des pièges à radicaux libres, Science et Vie, n° HS 208, sept. 1999, p.78-85
I.JOHNSON, Antioxydants et anticancéreux, Biofutur, n° 186, fév. 1999, p.14-17
H. ALLAIN, Pharmacologie des radicaux libres : application à la dégénérescence. -Laboratoire
de pharmacologie expérimentale et clinique, 1999 , cours.
J.C.DESPORT, F. MAILLOT, Nutrition et sclérose latérale amyotrophique. -Nut Clin Métabol,
2002;16 : 91-6.
Journaux scientifiques consacrés aux radicaux libres
Free Radical Biology and Medicine
Free Radical Research
Sites Internet
a. Sites internet génériques
Site de pharmacologie Available from internet <URL : http://www.pharmacorama.com/
Rubriques/Output/Oxygene_reactions_radicalairesa3.php [visité le 20/01/03] >
Pharmacothérapie
théorique.
Available
from
internet
<URL
:
http://
www.
pharmactuel.com/sommaires/200005/67-74.pdf [visité le 20/01/03] >
35
Fondation recherche médicale. Available from internet <URL : http://www.frm.org/cgibin/htsearch.cgi [visité le 20/01/03] >
b. Sites internet spécialisés
Site de l’association Society for Free Radical Research International Available from internet
<URL : http://www.sfrr.org/ [visité le 20/01/03] >
Portail vers de nombreux sites traitant le sujet Available from internet <URL :
http://www.lehms90.ca/sante/radicaux.htm [visité le 20/01/03] >
La Sclérose Latérale Amyotrophique. Available from internet <URL : http:// iquebec .
ifrance.com/info-sla/liens3.html [visité le 20/01/03] >
Le Stress Oxydant dans les Maladies Humaines. Available from internet < URL :
http://www2.ujf-grenoble.fr/pharmacie/laboratoires/lbso/Pub/stress/maladie.htm
[visité
le
20/01/2003] >
Maladie de Parkinson. Available from internet <URL : http://www.chu rouen.fr/ssf/pathol/
parkinsonmaladie.html [visité le 20/01/03] >
La toile du Quebec . Available from internet
<URL :http://www.toile.qc.ca/quebec/Sciences_et_sante/Sante/Maladies/ [visité le 20/01/03] >
Les radicaux libres : une question d’équilibre. Available from internet
<URL : http://www3.sympatico.ca/diane.demers/ [visité le 20/01/03] >
Chroniques cyberradicalaires. Available from internet
<URL : http://www.cam.org/%7Ebabos/ros.htm [visité le 20/01/03] >
c. Brevets en ligne Available from internet <URL : www.inpi.fr ou www.espacenet.com [visité le
20/01/03] >
d. Thèses Available from internet <URL : www.sudoc.abes.fr [visité le 20/01/03] >
36
e. Centres de recherche sur les radicaux libres
Centre de l'Oxygène, Recherche et Développement. Available from internet <URL :
http://www.ulg.ac.be/cord/ [visité le 20/01/03] >
Free Radical Research. Available from internet <URL : http://www.brunel.ac.uk/org/sfrr/ [visité
le 20/01/03] >
Laboratoire de chimie thérapeutique. Available from internet <URL : http://www-fac-pharma.ustrasbg.fr/Doc/Fr/Rech/therapeutique.html [visité le 20/01/03] >
INRA Available from internet <URL : http://www.inra.fr/Internet/Directions/DIC/PRESSE/
COMMUNIQUES/sial2000/txt2.htm [visité le 20/01/03] >
f. Firmes pharmaceutiques dont l'activité est reliée au stress oxydatif
Genox Corp Available from internet <URL : http://www.genox.com/ [visité le 20/01/03] >
Oxis International, Inc Available from internet <URL : http://www.oxis.com/[visité le 20/01/03] >
Incaria Pharmaceuticals Available from internet <URL : http://www.incara.com/ [visité le
20/01/03] >
g. Groupes de discussion présentant des intérêts au sujet des radicaux libres
Archives du forum de discussion bionet.molecules.free-radicals Available from internet <URL :
http://www.bio.net/hypermail/FREE-RADICALS/ [visité le 20/01/03] >
Cancers : sci.med.diseases.cancer
Sclérose latérale amyotrophique : sci.med.diseases.als
37