Le transport maritime français, pilier de notre balance commerciale

Commentaires

Transcription

Le transport maritime français, pilier de notre balance commerciale
Le transport maritime français, pilier
de notre balance commerciale !
Par Raymond VIDIL,
Président
d’Armateurs de France
C’est l’administration française qui l’affirme dans son dernier rapport consacré aux « Comptes des
transports », publié en 2013 : l’offre de transport maritime français est bel et bien l’unique segment
dynamique du secteur des transports !
Avec un solde positif de 4 milliards d’euros (quand celui de l’aérien est positif « seulement » à hauteur de
300 millions), le transport maritime français est l’un des rares à redonner des couleurs à la balance
commerciale nationale. Une performance injustement ignorée dans un paysage plus que morose : tous
transports confondus, le rapport relève en effet un déficit de 9.3 milliards d’euros pour les échanges
extérieurs de notre pays.
Le transport maritime affiche, depuis 2008, une progression constante en termes de commerce
extérieur : +6%/an en moyenne. Une performance d’autant plus remarquable que son chiffre d’affaires,
13.9 milliards d’euros, est inférieur à celui du transport aérien (19.1 milliards).
Seule lueur d’optimisme dans cette grisaille économique persistante, le transport maritime français
continue pourtant d’être le « grand oublié » des investissements étatiques. Sur 23,4 milliards d’euros
de dépenses d’investissements en 2013 :
 le réseau routier, malgré la privatisation des autoroutes, en absorbe 11,4 milliards (48,8 %)
 le réseau ferroviaire est en forte hausse et consomme 6,96 milliards (29,7 % du total) ;
 le reste concerne essentiellement le transport collectif urbain (3,59 milliards), puis les aéroports
(760 millions), les voies fluviales (220 millions), à un niveau stable ;
 les crédits des ports maritimes ont certes progressé de 42,6 %...mais pour atteindre « seulement »
450 millions. Seul le fluvial bénéficie d’un budget inférieur.
Face à ce constat sans appel, Armateurs de France continue d’être pleinement mobilisée pour faire de
la France une nation maritime forte sur la scène internationale.
Notre combat est celui de la compétitivité du pavillon français, dans le respect de l’environnement et
des hommes. Nous avons obtenu une belle victoire avec la loi autorisant l’embarquement de gardes
privés armés à bord des navires sous pavillon français au printemps dernier. Plus récemment, le vote à
l’Assemblée nationale de la réforme de la loi de 1992 sur la sécurité des approvisionnements énergétiques
nous laisse espérer que la filière française de transport pétrolier et ses emplois hautement qualifiés ont
une chance d’être sauvés. Notre détermination à poursuivre et amplifier cette dynamique de réforme est
sans faille. Il en va de l’avenir de notre secteur.
1
Edito – Armateurs de France – nov. 2014

Documents pareils